Trois « méta-études » sur les comportements informationnels des usagers

Les enquêtes et études sur les comportements informationnels des usagers, notamment universitaires, n’ont jamais été si nombreuses et si riches. Et il devient très difficile, sinon impossible, d’en faire un suivi exhaustif. Aussi faut-il saluer particulièrement les « méta-études », fondées sur des états de l’art de la littérature et des synthèses de travaux.

En voici trois, découvertes ces dernières semaines, toutes trois évidemment anglo-saxonnes (l’analyse d’un grand nombre de travaux de recherche sur les usagers et les pratiques informationnelles confirme l’écrasante supériorité des Anglais et des Américains dans ce domaine ; mais ceci est un autre sujet !), de grande ampleur et produites par l’incontournable JISC.

La première est déjà vieille de deux ans et avait été commentée lors de sa sortie, en 2008 : il s’agit de l’étude des chercheurs de l’UCL (University College London) et du JISC (Joint Information Systems Committee), « Information behaviour of the researcher of the future ». La nouveauté à saluer aujourd’hui est l’heureuse initiative d’Isabelle Estève-Bouvet, qui a traduit le document de synthèse, et de SavoirsCDI qui l’a mis en ligne :  « Comportement informationnel du chercheur du futur« .

Cette importante étude, fondée pour partie sur une revue de la littérature et une synthèse des travaux menés depuis trente ans sur les comportements informationnels des jeunes, visait deux grands objectifs :

– déterminer, à partir de l’analyse des pratiques informationnelles actuelles de la « génération Google » (née après 1993), l’impact possible de ces pratiques sur leur futur comportement de chercheurs d’information devenus adultes ; comment les digital natives chercheront-ils plus tard l’information ?

– comparer ces modalités de recherche à celles des étudiants et des chercheurs d’information actuels, autrement dit répondre à la question vive actuelle sur la spécificité des « digital natives » : la nouvelle génération est-elle si radicalement différente des autres, en matière informationnelle, comme ne cessent de le proclamer de nombreux discours ?

Issue d’une commande du monde des bibliothèques, l’étude visait également à nourrir le débat propre aux bibliothèques sur leur adaptation à la nouvelle donne de la « transition numérique » et des nouveaux comportements informationnels.

La deuxième synthèse à signaler est sortie très récemment. Il s’agit de « Users’ trust in information resources in the Web environment: a status report », réalisée par des chercheurs de la Northumbria University. Cette étude, financée également par le JISC, porte sur la question cruciale de la confiance sur le web.  Fondée sur une revue systématique de toute la littérature, elle cherche notamment à dresser un panorama des modalités de la confiance des usagers, dans leur utilisation des ressources du web, notamment dans le monde de l’enseignement et la recherche.

Enfin la troisième, publiée en février 2010, vient d’être mise en ligne par le JISC le 6 mai dernier (selon le signalement d’EchosDoc) : « The Digital Information Seeker : Report of the Findings from Selected OCLC, RIN, and JISC User Behaviour Projects ». Produit à la fois par le JISC et OCLC Research, ce rapport fait l’analyse et la synthèse de 12 enquêtes, anglaises (dont celle de l’UCL citée ci-dessus) et américaines, menées ces dernières années sur les comportements informationnels des usagers des bibliothèques, étudiants et chercheurs. Voici, à partir d’une traduction personnelle (et parfois approximative ! n’hésitez pas à signaler d’éventuelles erreurs…), une rapide indication des principaux résultats, tels qu’ils figurent dans l’introduction du rapport :

– l’influence des disciplines dans les comportements informationnels, aussi bien des chercheurs que des étudiants ;
– l’importance croissante des revues électroniques dans les processus de recherche à tous les niveaux ;
– la place centrale de Google et des moteurs de recherche, notamment pour localiser et accéder aux contenus des revues ;
– la nécessité des systèmes d’information pour assurer les processus de « découverte-livraison » (traduction insatisfaisante de « Discovery-to-Delivery process ») de l’information.

Quelques résultats sur les changements dans les comportements des usagers :

– l’importance de la rapidité et de la commodité pour tous les usagers, indépendamment de toute considération d’âge, de discipline ou de contexte d’usage de l’information ;
– de nouvelles demandes de fonctionnalités enrichies dans les systèmes d’information des bibliothèques ;
– la demande de contenus enrichis, pour aider l’usager à évaluer les ressources ;
– l’assurance des usagers concernant leur capacité à utiliser les outils de recherche d’information.

Le rapport pointe également quelques résultats contradictoires, montrés par les études :
– l’éventail des outils de recherche académique utilisés peut être aussi bien large que limité ;
– à propos de l’impact sur les processus de recherche des recommandations issues des systèmes de recommandation et des médias sociaux, les conclusions sont mitigées.

Enfin, nous pointons deux résultats, qui interpellent et intéressent notamment tous les formateurs en « maîtrise de l’information » :
– d’une part, rien n’indique une amélioration de « l’information literacy » chez les usagers (sous-entendu, en dépit de l’usage intensif d’Internet). Ce constat était notamment celui des chercheurs de l’UCL en 2008, qui précisaient par ailleurs qu’il n’y avait ni amélioration ni aggravation de la culture informationnelle des jeunes (leur enquête portait surtout sur la « génération Google ») ;
– d’autre part, l’un des résultats contradictoires relevés concerne la formation organisée des usagers (« formal training ») à la recherche en ligne : les « preuves » de son intérêt sont autant en sa faveur qu’en sa défaveur, d’après les études analysées par les chercheurs.

Notons cependant que les études analysées ne semblent pas porter pas sur l’impact des formations documentaires (par exemple sur la réussite étudiante, à l’instar des travaux d’Alain Coulon), mais sur les compétences déclarées par les usagers, alors que d’autres enquêtes ont montré par ailleurs à quel point ces compétences informationnelles sont souvent surestimées par les digital natives. La question n’est pas nouvelle et les formateurs doivent sans cesse relever le défi d’une formation à la culture informationnelle, dont l’évidence apparaît parfois malheureusement moins forte aujourd’hui.

En tout état de cause, ces trois méta-enquêtes devraient fortement intéresser à la fois les bibliothécaires, qui y trouveront de nombreux éléments pour mieux adapter leurs services aux usagers, les chercheurs, travaillant sur les pratiques informationnelles des étudiants et des usagers en général, et les formateurs de la culture informationnelle, qui ne peuvent se dispenser d’une analyse attentive de l’évolution des usages du web.


6 réflexions au sujet de « Trois « méta-études » sur les comportements informationnels des usagers »

  1. Ping : Tweets that mention Trois « méta-études » sur les comportements informationnels des usagers | URFIST Info -- Topsy.com

  2. Ping : Tweets that mention Trois « méta-études » sur les comportements informationnels des usagers | URFIST Info -- Topsy.com

  3. Ping : La semaine passée sur Twitter #13 (17-23/05/2010) « das bib experiment

  4. Ping : Les chercheurs de demain: une étude du JISC sur les pratiques informationnelles des doctorants | URFIST Info

  5. Ping : Services préfigurations | Pearltrees

  6. Ping : Etude des publics et des pratiques | Pearltrees

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *