Un physicien au pays du réseautage social

La société savante américaine de physique (AIP) a lancé il y a quelques mois un service en ligne gratuit de « social networking » à l’image de nombreux sites du web 2.0.

UniPHY permet aux physiciens, ingénieurs et autres scientifiques de se connecter directement à leurs contacts professionnels, de recenser et découvrir les chercheurs ayant l’expertise nécessaire pour de futures collaborations.

Nous avons fait un billet récemment sur 4 services de « social bookmarking » (2Collab, Bibsonomy, CiteULike et Connotea) avec une conclusion assez mitigée.

Cependant UniPHY se différencie des autres sur de nombreux points qui le rendent assez attractif :

– Le public visé est celui des chercheurs en physique, public très actif sur le web. La communauté nombreuse de par le monde est habituée a collaborer numériquement (sans jamais parler de virtuel), à monter des expériences énormes, à partager des ressources informatiques. N’oublions pas que le web a été conçu il y a 20 ans au CERN justement pour faciliter la publication et l’échange en ligne.
– UniPHY n’attend pas la bonne volonté de ses utilisateurs pour  alimenter le site : il est pré-rempli avec les profils de centaines de milliers de scientifiques de plus de 100 pays, tous reliés entre eux grâce à leurs publications.
– Uniphy s’appuie sur la  base de données de publications SPIN (Searchable Physics Information Notices) analysée par Collexis, technologie propriétaire d’exploitation sémantique acheté par Elsevier.
Pas de folksonomie (indexation des documents par les utilisateurs eux-mêmes) non plus, c’est un bon vieux thésaurus qui est utilisé : la classification hiérarchique PACS (Physics and Astronomy Classification Scheme) développée par l’AIP et mise à jour tous les 2 ans. Le thésaurus garantit une bonne interprétation du vocabulaire.
– Il faut s’inscrire pour bénéficier de UniPHY mais il n’y a pas d’obstacle particulier (genre invitation) et ce service peut donc être utile aux services de veille.
– Une fois inscrit, chacun peut compléter son profil professionnel, mettre à jour et compléter sa liste de publications.
– Il faut ensuite constituer son groupe grâce au module de recherche de chercheurs par nom, mots-clés et lieu de travail.
– UniPHY permet de dépasser les communautés établie : les chercheurs travaillant sur les mêmes thématiques se connaissent grâce aux publications mais ont tendance à rester dans leur groupe. Or la science avance plus vite dans l’interdisciplinaire dans la mise en commun d’approches différentes.

Les résultats de l’exploration de UniPHY sont données sous forme graphique :

Réseau de recherche
Un auteur et ses collaborations

Collaboration géographique
Collaboration géographique

C’est donc un mélange de techniques anciennes et solides au service des évolutions du web et des pratiques.


– Que penser de 2Collab, Bibsonomy, CiteULike et Connotea par rapport à Zotero ? http://urfistinfo.hypotheses.org/1565
– Collexis http://www.collexis.com
– PACS http://www.aip.org/pacs/

Ressource pédagogique CiteUlike, Connotea, BibSonomy et 2collab

JPL


2 réflexions au sujet de « Un physicien au pays du réseautage social »

  1. Ping : Un physicien au pays du réseautage social | URFIST Info | Information Mining R&D

  2. Ping : Tweets that mention Un physicien au pays du réseautage social | URFIST Info -- Topsy.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *