Le Data Usage Index (DUI): méthodologie bibliométrique et données factuelles

Deux chercheurs travaillant en Scandinavie, Peter INGWERSEN et Vishwas CHAVAN, ont commis le 15 décembre 2011 un article dans BMC Bioinformatics, intitulé « Indicators for the Data Usage Index (DUI): an incentive for publishing primary biodiversity data through global information infrastructure ». Il s’agit d’appliquer des principes de calcul bibliométrique à des données factuelles issues de réservoirs spécialisés.

Les logs d’un serveur de données taxonomiques servent de banc de mesure. Il s’agit du Global Biodiversity Information Facility, projet scientifique international associant des taxons à des zones géographiques.

Le périmètre d’analyse (> 300 millions de données issues de 344 sources institutionnelles spécialisées sur la Biodiversité) ordonne les indicateurs en 5 dimensions : géographique, taxonomique, chronologique, volumétrique et pratique. La géographie recouvre les régions ou pays de localisation des fournisseurs de données (sources institutionnelles) ; la chronologie concerne la fenêtre temporelle de l’analyse (d’une semaine à six mois…) ; la volumétrie désigne le nombre de données prises en compte et la pratique (ou usage) est subdivisée en deux actions : la recherche (interrogation ou requête) et le téléchargement.

Ces 5 dimensions sont quadrillées à travers un tamis de 14 indicateurs définis clairement dans un tableau synthétique.

Les calculs sont pondérés par trois types de variables : la dimension chronologique des fenêtres (durée sur laquelle porte l’échantillonnage) ; les différences propres aux profils ou aux caractéristiques des sources de données interrogées (ce qui peut correspondre à certains égards aux spécificités disciplinaires en bibliométrie classique) et enfin le volume des corpus ou échantillons d’analyse.

Il est difficile voire impossible de se fonder sur les très rares références aux banques de données factuelles citées dans les bibliographies terminales d’articles, pour se faire une idée de l’usage et de la pratique informationnelle des chercheurs vis-à-vis de ce type de Data. Le cadre du DUI proposé par Ingwersen et Chavan contribuera efficacement à mieux connaître à la fois les sites fournisseurs de données et l’utilité ainsi que l’usage de celles-ci dans tel ou tel domaine de la Recherche.


Une réflexion au sujet de « Le Data Usage Index (DUI): méthodologie bibliométrique et données factuelles »

  1. Ping : » ‘Digital observatory’ allows global information-sharing to protect biodiversity

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">