Éthique, évaluation, publication

Date 18 septembre 2012

La publication de l’article relatif au Boson de Higgs dans Physics Letters B suscite une nouvelle fois l’occasion de poser des questions cruciales sur l’éthique en matière de publication scientifique.

Le journal en question est publié par Elsevier dans un contexte de Golden O.A., dans le cadre des initiatives de SCOAP3, consortium monté par la communauté des chercheurs en Physique des Hautes énergies, pionnière en matière de libre accès. Agissant pour le compte de SCOAP3, le CERN a sélectionné 12 périodiques publiés par 7 éditeurs en vue de financer la publication d’articles. En 2011, étaient concernés 6600 articles. Sachant que le coût moyen nécessaire à la communauté pour payer le droit de publier dans ces revues se chiffre dans une fourchette allant de 1000 à 2000 $ par article, et que l’on souhaite épargner, autant que faire se peut, la contribution des laboratoires « auteurs », c’est au consortium qu’il appartient de régler la note, pour l’instant à hauteur d’environ 90 %. Idéalement, il faudrait financer le coût des 10 000 articles que cette communauté publie annuellement, chiffre à multiplier par le coût moyen que réclament les éditeurs à fort facteur d’impact pour chaque texte accepté.

On en revient toujours à l’implacabilité du système des facteurs d’Impact notamment dénoncé dès 2003 par Peter A.Lawrence et David Colquhoun dans Nature. Nul n’est d’ailleurs surpris outre mesure par le fait que ces critiques acerbes soient publiées dans un périodique qui, précisément, se distingue par son excellent I.F. Là comme ailleurs, la culture du paradoxe n’étonne plus.

Le groupe Nature  est représentatif du secteur biomédical dont on s’accorde à dire aujourd’hui qu’il est, sinon le seul, du moins le plus adapté à la structure du système d’évaluation fondé sur l’I.F. Les dérives dont pâtit la publication scientifique dans ce secteur sont connues depuis longtemps mais semblent s’accroître de façon significative ces dernières années. La compromission avec l’industrie pharmaceutique peut paraître anecdotique, mais elle est bien réelle et ses effets délétères ont déjà fait l’objet d’articles plus ou moins retentissants.

Ceux-ci relatent entre autres deux types de censure ; d’une part, celle que peut exercer la rédaction d’une revue sur les critiques émises par tel ou tel spécialiste à l’encontre d’articles susceptibles de vanter les mérites d’une molécule ou d’une méthode de thérapie chimique. D’autre part la censure exercée par défaut ou par omission lorsque les rapports émis négativement par la Food & Drug Administration à propos de telle molécule, sont passés sous silence ; non pas sur son éventuelle toxicité ou dangerosité aux doses prescrites, mais sur son inefficacité dans les essais cliniques par rapport à des placebos, par exemple. De même sur les effets secondaires, les rapports de la FDA peuvent être biaisés lors de la publication. Cet état de fait est assez grave, compte tenu de l’importance que l’on accorde aux Clinical Trials dans la recherche d’information médicale aujourd’hui.

Par ailleurs (mais certes, le secteur biomédical n’est pas le seul concerné), l’introduction grandissante de reviews dans les sommaires permet une augmentation « sournoise » des I.F. C’est le cas de la politique amorcée en la matière depuis quelque temps par The Lancet. On connaît bien cet épiphénomène de la course à l’I.F. que représente la diffusion et la très abondante citation des reviews. Il a néanmoins l’avantage de ne pas nuire à l’honnêteté intellectuelle et à la qualité de la recherche dans la mesure où ce type d’article ne sous-tend aucune réelle investigation élaborée en laboratoire.

Plus problématique est le phénomène de la vitesse contre lequel s’insurge le mouvement de la Slow Science. Car la nécessité de proposer rapidement de nouveaux résultats se traduit par des textes nombreux et parfois « risqués » dans leur contenus car n’ayant pas fait l’objet d’une contre-expertise suffisamment étoffée ou démultipliée, qui précisément implique du temps. Les études sur l’accroissement du phénomène de rétractation, i.e. de retrait d’articles (retraction  en anglais) sont nombreuses et s’accompagnent de constitution de bases de données ainsi que de blogs spécifiques.

« Depuis 2001, tandis que le nombre d’articles publiés dans les périodiques de recherche a cru de 44 %, le nombre de papiers ayant fait l’objet de rétractation s’est multiplié par 15, selon une enquête diligentée par Thomson Reuters pour le compte du Wall Street Journal. On ne relevait que 22 retraits en 2001, mais 139 en 2006 et 339 en 2010. De janvier à juillet 2011, le Web of Science en a compté 210. », rapporte Gautam Naik dans le WSJ (10 août 2011). Nature, Science et Cell sont des vedettes du genre.

 

Les Sciences humaines semblent être plus raisonnablement à l’abri de ces phénomènes de vitesse.  L’évaluation dans le domaine SHS représente à elle seule un vaste chantier, un sujet d’une importance capitale qui doit sortir de la gangue du silence ou de l’ombre portée par les méthodes appliquées dans le domaine STM. Les initiatives inspirées par l’IN-SHS du CNRS, comme JournalBase ou RIBAC, ou bien celles que suscite la Conférence des Publications en Psychologie de Langue Française (CPPLF) vis-à-vis de l’AERES et des éditeurs, constituent des avancées considérables que doit encourager la communauté. Les préconisations souvent timides du rapport du CDHSS d’octobre 2010 (pages 77 à 94) ont en effet pour caractéristique d’être perfectibles.

 


Manuel Durand-Barthez

Membre de l'URFIST de Paris. Formation SHS, professionnellement plutôt tourné vers les STM.

More Posts - Website

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Un commentaire pour  “Éthique, évaluation, publication”

  1. Cher carnetier,
    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté en prenne plus rapidement connaissance, nous avons décidé de le mettre en Une d'Hypotheses.org.
    En espérant que ce billet suscite une dynamique de commentaires, nous vous remercions pour votre contribution.
    Bien cordialement,
    L'équipe d'Hypotheses.org

    Répondre

Laisser un commentaire

XHTML: Vous pouvez utilisez ces balises :<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">


Carnets de recherche