Scientometrics : école d’été européenne, Berlin, septembre 2013

ESSS-13, European Summer School for Scientometrics, Humboldt Universität, Berlin, 8-13 septembre 2013

La densité des informations accumulées sur cinq jours et demi oblige le participant à prendre un sérieux recul pour dégager un noyau dur autour duquel gravitent les contenus des conférences et des ateliers.

 

Les « satellites » sont nombreux : un grand nombre de détails techniques, classiques certes mais amplement développés, sur – par exemple – les méthodes de nettoyage des données et la mise au jour de réseaux issus du co-autorat et des co-citations. Autrement dit, sur la bibliométrie traitée en tant que domaine technique, tel que nous le connaissons.

 

Ce sont toujours les membres de ce que nous appelions, après l’édition ESSS 2011 à Vienne : l’école flamande – qui interviennent, sans grande surprise, malgré un degré d’expertise qui ne laisse pas de surprendre. Leyde et Louvain (Leiden et Leuven) sont les foyers incontestés de la recherche dans le domaine, avec l’incontournable Wolfgang Glänzel, entouré de Ton Van Raan, Bart Thijs, Koenraad Debackere et Henk Moed.

 

De même, c’est toujours, immanquablement, le Web of Science qui sert d’ « étalon » dans la conception des modèles alternatifs. Son analyse critique permet de naviguer dans les systèmes novateurs fondés sur des principes déjà bien rodés comme l’Eigenfactor et l’heuristique de la diversité. Scopus est évoqué à propos du SJR (SCImago Journal Rank, clone de l’Eigenfactor) et surtout du SNIP (Source Normalized Impact per Paper : une façon comme une autre de rappeler que les chercheurs de Leiden travaillent aussi bien pour le compte de Thomson que pour celui d’Elsevier) mais Scopus est resté ces jours-là relativement marginalisé dans les exposés et les échanges, même si nul n’en conteste les points positifs.

 

Les travaux pratiques (statistiques, conception d’ensembles et cartographie) effectués lors des ateliers, se sont focalisés sur les données du Web of Science et non sur celles de Scopus, moins encore de Scholar Google. Le manque de temps (les T.P. étaient menés sur une journée et demi à une cadence passablement effrénée) n’était peut-être pas le seul motif de cette concentration, même si le SNIP, le SJR et l’OA constituent des facteurs non négligeables « hors Thomson ».

 

 

Néanmoins, la présentation qui a permis de nuancer le débat reste (de notre point de vue) celle d’Erik Arnold, du groupe Technopolis. L’activité de cette société consiste à faire du benchmarking en matière de gouvernance, orienté vers la recherche et l’innovation, à la demande des États, européens en particulier. Exposée en milieu de colloque, cette présentation fait un peu figure de centre de gravité dans l’ensemble des communications. Arnold rappelle que la bibliométrie est trop souvent perçue par les institutions comme un outil destiné à mesurer et à « modéliser » l’excellence d’un organisme ou d’une équipe à courte échelle. Autrement dit, il met en garde contre le repli sur soi d’un groupe à granularité petite ou moyenne, sans que la plus vaste échelle, aux niveaux national et surtout international, soient envisagée prioritairement. Au-delà des performances d’un laboratoire ou d’une institution, l’internationalisation des travaux de recherche s’impose, de même que le lien avec avec l’industrie (R&D, notamment des start-up innovantes).

 

Dans cette perspective (celle de l’ « impact sociétal » qui permet d’inclure les SHS pour une bonne part) la bibliométrie devrait être plus ouverte sur l’interdisciplinarité et faire abstraction de facteurs anciens et réducteurs. Elle apparaît sous cet angle comme une composante, utile certes mais dont l’importance est certainement relativisée, de stratégies de recherche et d’innovation intelligentes, adaptées à la mondialisation. Arnold reproche entre autres à certaines administrations chargées de l’ESR, de négliger cette ouverture pragmatique en direction d’infrastructures étrangères à la sphère « proprement » académique et de limiter leurs mesures à une excellence en quelque sorte introvertie.

 

 

Ce colloque, (dont les abstracts et les présentations sont d’ores et déjà pour la plupart disponibles), faisait immédiatement suite à une autre manifestation, également tenue à Berlin : la 18ème Conférence internationale sur les Indicateurs en Science et Technologie. Son titre rappelle d’ailleurs les propos d’Arnold : Translational twists and turns : science as a socio-economic endeavor. Elle associait l’IFQ (Institute for Research Information and Quality Assurance) à l’ENID (European Network of Indicators Designers).

 

 

N.B.: La présentation d’Erik Arnold est improprement datée du 10 septembre 2012 au lieu de 2013.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *