Diigo, nouveautés de rentrée

Le mois de septembre voit d’importantes évolutions de la plateforme d’annotation et de gestion de signets diigo. Une bonne nouvelle (mais attention, il y a un os): la prise en charge de l’annotation des pdf. Une moins bonne nouvelle: la refondation du modèle de prix.

À savoir:

  • disparition du plan « basic » à 20$/an,
  • apparition d’un plan dit « social » au tarif évolutif[1] et d’un plan dit « professionnel » à 59$/an,
  • reconfiguration des plans « free » et « teacher »[2]
  • et (surtout) modulation des possibilités « sociales », c’est-à-dire essentiellement de l’ utilisation des groupes: alors que précédemment la possibilité de créer des groupes, aussi bien publics que privés, étaient ouvertes à tous, elle se trouve très sévèrement limitée à présent.

Il semble que les équipes de diigo se soient trouvées là en face d’un problème de gestion de spams qui n’avait pas été anticipé[3].

Le plan gratuit ne permet plus que la création d’un groupe privé limité à trois membres, le plan standard lui-même ne permet que la création d’un groupe public (nombre de membres illimité) et de trois groupes publics, limités à 10 membres chacun (50 membres par groupe privé pour le plan « éducateur »), seul le compte « professionnel » permet la création de groupes, publics et privés, de façon illimitée.

Il est à signaler que les groupes existants, comme les groupes de veille des Urfist restent actifs (ouf!).

À signaler également, et c’est l’os que j’évoquais en début de billet, que la nouvelle fonction d’annotation des pdfs (qui répond à un besoin rencontré dans chacune de nos formations diigo) est réservée aux plans « standard » (limitée à 100 pdfs), « professionnel » (illimitée) et « éducateur » (limitée à 50 pdf) et n’est donc pas accessible avec un plan gratuit.

Pratiquement: pour la gestion personnelle de signets, diigo reste l’outil puissant qu’il était et continue d’offrir des avantages nets par rapport à la concurrence (essentiellement s’agissant des annotations) mais les cartes sont rebattues quant au partage et à la collaboration.

S’il est possible de bricoler avec un groupe public et un nombre restreint de (petits sauf pour le plan « éducateur ») groupes privés[4], une utilisation importante des groupes implique la souscription au plan « professionnel ». À 59$/an, ce n’est pas hors de prix pour une institution, à condition de savoir gérer les contraintes des procédures comptables publiques.

(Une autre solution serait de changer d’outil mais je n’ai pas pu trouver ni pour la gestion personnelle, ni pour le partage et la collaboration un outil gratuit qui offrirait des performances analogues. Des suggestions?)

Liens:

  1. la souscription avant le 1er octobre est à 2$/an, et le tarif est reconduit pour les années suivantes, 5$ à partir du 1er octobre, mêmes conditions, augmentation par la suite avec la croissance des souscriptions
  2. essentiellement limitations du nombre d’annotations possibles, de 1000 à 500 pour le plan gratuit, d’illimité à 5000 pour le plan « éducateur », suppression de la possibilité, initialement limitée, de mettre des pages en cache et simplification des enregistrements d’images et de copies d’écran
  3. voir les explications dans le billet du blogue diigo qui annonce les changements
  4. Pour qui n’a pas la possibilité d’accéder au plan « éducateur », il y a un intérêt certain à souscrire rapidement au plan « social »: 2 voire 5$ ne constituent pas une dépense considérable.

 


3 réflexions au sujet de « Diigo, nouveautés de rentrée »

  1. Ping : Diigo, nouveautés de rentrée | URFIST Info | bibliothecaire ?

  2. Ping : Diigo, nouveautés de rentrée « urfist de nice

  3. Ping : Diigo, nouveautés de rentrée | URFIST Info | xxmasx

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *