Inoreader, enfin le digne successeur de Google Reader ?

Le 1er juillet 2013 fermait « Google Reader », l’agrégateur en ligne de flux de syndication le plus populaire et l’un des plus utilisés. La nouvelle avait quelque peu bouleversé la communauté spécifique des « suiveurs de flux RSS » car elle semblait donner raison à ceux qui annonçaient « la mort des flux RSS », aux prises avec les usages du réseautage social, lesquels permettent de confier la curation à des comptes que l’on suit, sans passer, en quelque sorte par la case « collecte » de l’information.

Néanmoins les réactions (notamment une pétition contre l’arrêt de son service adressée à Google) ont été suffisamment fortes pour voir de nouveaux outils apparaître (ou renaître), essentiellement des services en ligne, qui se proposaient de prendre la place laissée vacante par Google Reader. D’où un frémissement « buzzique » sur  « Digg Reader », « AOL Reader », « GReader »,  … et bien d’autres encore. Certains ont dû évoluer pour ne plus dépendre de « Google Reader » en tant que simple surcouche graphique, comme « Feedly » par exemple.

Toutefois aucun ne semblait se détacher de ses concurrents et représenter une alternative sérieuse à Google Reader, du moins en mode gratuit, ainsi que le démontrait l’excellente étude de Serge Courrier, véritable état des lieux de plus de 230 pages au format PDF du paysage des lecteurs de flux RSS, arrêté à octobre 2013.

De plus, cette effervescence agit comme un rideau de fumée derrière lequel la pérennité des services est souvent difficile à deviner, celle-ci dépendant en partie du nombre de développeurs investis et de la structure dans laquelle ils évoluent.

Or, heureux événement depuis cette période (enfin pour moi en tous les cas), après un bref passage par Feedspot, (dont je trouvais les fonctionnalités de rediffusion par flux personnalisé d’articles taggués avec le même mot-clé très intéressantes mais malheureusement limitées en nombre dans sa formule freemium), j’ai découvert Inoreader, agrégateur de flux RSS et Atom, basé en Bulgarie, issu du projet individuel d’un développeur rejoint aujourd’hui par une équipe de neuf autres personnes, regroupée dans une société du nom d’Innologica Ltd.

Au départ entièrement gratuit et donc sans modèle économique, Inoreader propose désormais trois formules dont deux payantes (la « Plus » à 2,99 $/mois et la « Professionnel » à 4,99 $/mois). Outre la modicité des sommes, la différence entre les différents plans s’articule autour de fonctionnalités qui ne sont pas essentielles comme l’intégration avec OneNote, la possibilité d’envoyer des articles en pièces jointes au format PDF d’emails ou encore d’effectuer des recherches dans les articles publics partagés par la communauté des utilisateurs « Inoreader », car bien sûr, « Inoreader » propose des fonctionnalités sociales, lesquelles sont :

  • Limitées en mode freemium :
    • Reprise de dix contacts maximum par le carnet intégré Gmail,
    • Suivi par flux RSS d’un seul compte Twitter ou VKontakte (site Web de réseautage social russe similaire à Facebook),
  • Voire indisponibles (suivi de profils « Google + » réservé aux utilisateurs payants).

Plus intéressants peut-être les concepts de règles (automatisation d’un comportement) et de recherches actives (possibilité d’enregistrer une recherche)  peuvent être utilisés dès la version gratuite même si leur nombre est limité uniquement à une règle et une recherche active.

Mais surtout ce service intègre dans sa version gratuite  de nombreuses possibilités de signalement (organisation par dossiers de vos flux et par tag de vos articles) ainsi que de valorisation de votre curation à travers la fonctionnalité d’exportation par flux RSS ou widget HTML de chacun de vos dossiers et regroupements d’articles par tags, et ce, sans limitation. Tous ceux qui utilisent Netvibes ou tout autre outil Web pour la diffusion d’une veille apprécieront …

Par ailleurs, vous pouvez également mettre en avant vos articles en les envoyant dans une liste de favoris ou rendre publique à la communauté des utilisateurs « Inoreader » votre sélection en créant votre « chaîne ».

L’intégration avec d’autres services afin de faciliter le partage est encore limitée (Google, Facebook, Twitter, VKontakte, Pocket, Instapaper, Readability, Evernote et OneNote) mais couvre les principaux à l’exception notable des services de partage de signets Diigo et Delicious.

Enfin, contrairement à l’usage déconnecté des déclinaisons mobiles pour Android et Ios qui permettent la lecture en local des flux, ceci n’est pas possible avec l’application « desktop » uniquement accessible en mode connecté à Internet et apparemment l’apparition d’un client à installer sur l’ordinateur n’est pas leur priorité … dommage mais il est difficile de tout avoir … !

En tout cas, « Inoreader » semble avoir, a priori, un bel avenir devant lui : une équipe pour assurer un développement apparemment dynamique, un modèle économique et un outil qui dépasse largement l’agrégation de flux stricto sensu, sans pour autant devoir débourser un centime … pour le moment !


13 réflexions au sujet de « Inoreader, enfin le digne successeur de Google Reader ? »

  1. Serge Courrier

    Quelques ajouts à votre très intéressant article.

    – Les possibilités de rediffusion d’Inoreader sont loin d’être modestes. Il peut en effet rediriger tout article issu d’un fil RSS vers 28 services Web : Twitter, Facebook, Google+, Scoop.it, VK, Blogger, Tumblr, Weibo, Buffer, Linkedin, Digg, Fanfou, Reddit, Google Bookmarks, Pinboard, Delicious, Friendfeed, Pinterest, Hootsuite, Renren, Baidu, Newsvine, Diaspora, Ittaheyle, Stumbleupon, Bit.ly, Googld Translate, Remeber the Milk.

    – Il permet aussi, tout comme feu Google Reader et Netvibes, d’ajouter n’importe quel autre service (il suffit de connaître l’URL d’enregistrement). J’ai ainsi ajouté Diigo grâce à l’URL https://www.diigo.com/post?url=${url}&title=${title} .

    – Pour l’accès mobile, reconnaissons tout de même que les versions iOS et Android sont parmi les seules du marché à permettre (avec Feedly depuis peu) de taguer depuis son mobile. Quant à l’accès hors connexion, Reeder sur iOS (compatible avec Inoreader) s’en charge très bien ! Je l’utilise quotidiennement dans le métro :-).

    – La fonction d’export RSS de chaque tag est, comme vous le dites, d’une utilité énorme, par exemple lorsque l’on souhaite publier automatiquement les résultats de sa veille sur un blog (Web ou Intranet) via une extension dite d’autoblogging implantée sur un blog (WordPress en dispose d’excellentes).

    – Le suivi des recherches dans Twitter (limitée certes à 60 recherches dans la version pro, pour des questions de limites imposées par Twitter) s’avère également très utile, d’autant que le développeur a eu la bonne idée de mettre le texte du tweet dans le titre de l’item RSS, contrairement à Queryfeed par exmple qui le place dans le texte. Un bonheur dans le cas d’autopublication.

    – La navigation par raccourcis clavier est également d’une remarquable efficacité.

    – Pour ce qui est de ses défauts….

    > Ils sont d’abord inhérents à son statut de service en ligne. Une entreprise, va stocker en dehors de ses murs la liste de ses fils RSS et donner des indications sur son utilisation à une société tierce.
    > La nationalité bulgare du développeur donnera peut-être des boutons à certaines entreprises et administrations. Dans ce cas, une solution comme Tiny Tiny RSS, auto-hébergée (demandant donc l’assistance engagée de la DSI) sera préférable.
    > On peut regretter l’absence d’une fonction phare de Google Reader : la traduction automatique des flux.
    > On aimerait aussi quelques fonctions de partage privé au sein d’un groupe de travail par exemple.

    Petit séquence autopub, pardon… Vous pouvez suivre l’actualité du RSS sur mon Scoop.it et sur mon compte Twitter .
    Quant à mon étude comparative, qui date désormais d’octobre 2013, je fais en sorte d’en sortir une nouvelle version – toujours gratuite – en début 2015.

    Répondre
    1. corinne habarou Auteur de l’article

      Merci pour vos commentaires ci-dessus qui complètent ou rectifient mon billet.
      En effet, je n’avais pas remarqué la discrète flèche vers le bas après le logo représentant « Google + » en bas à droite de chaque article permettant d’ouvrir une nouvelle fenêtre pour accéder à des fonctionnalités d’intégration à nombre de services supplémentaires dont une configuration personnalisable à l’instar de Netvibes.
      Je vous rejoins également sur les autres aspects de votre article et prends note avec plaisir de la continuation prochaine de votre étude sur le sujet.
      Déjà abonnée à vos comptes Twitter et Scoop It, je ne peux qu’encourager d’autres à le faire !

      Répondre
  2. Axel

    Bonjour,

    Il me semble que beaucoup des fonctionnalités présentées avec ce nouvel outil sont présentes dans Feedly, qui a énormément évolué depuis octobre 2013 (date à laquelle les alternatives à Google Reader avaient été examinées en détail, comme vous le précisez dans votre article).

    Personnellement, Feedly a gagné mon estime ; je ne vois aucun avantage présent dans le regretté Google Reader que je n’aie retrouvé dans cet agrégateur.

    Quoi qu’il en soit, bienvenue au petit nouveau :-)

    Axel Enuset.

    Répondre
  3. Logiciel call center

    Inoreader a pour rôle de vous aider à retrouver et à garder une trace des choses intéressantes sur le web. Vous pouvez vous abonner à vos blogs et sites web préférés et de conserver celui que vous avez récemment trouvé. En utilisant Inoreader, vous serez notifié lorsque de nouveaux contenus vient sont en ligne. Cet outil est très utile pour ceux qui recherchent souvent des informations pour les rédactions de contenu, afin d’enrichir son site.

    Répondre
  4. Ping : Outils | Pearltrees

  5. Ping : Flux RSS : Inoreader, enfin le digne successeur...

  6. Ping : Inoreader, enfin le digne successeur de Google ...

  7. Ping : Inoreader, enfin le digne successeur de Google ...

  8. Ping : Outils de veille | Pearltrees

  9. Ping : La veille | Pearltrees

  10. Ping : Outils de veille (Feedly, RSSOwl...) | Pearltrees

  11. Ping : Urfist inoreader | Pearltrees

  12. Ping : Urfist inoreader | Pearltrees

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *