« Ontologie » vs folksonomy ?

Un texte à lire absolument, pour tous ceux qui s’intéressent aux questions posées par l’indexation et la catégorisation dans le numérique  :
« L’ontologie est surfaite : catégories, tags et liens« , de Clay Shirky, traduit par Christophe Ducamp.

On trouve aussi un commentaire intéressant sur InternetActu.net.

Clay Shirky veut  » convaincre que les façons dont nous tentons d’appliquer la
catégorisation au monde électronique sont véritablement une mauvaise
voie, parce que nous avons adopté des mauvaises habitudes d’esprit qui
sont restées des stratégies précédentes
. »

AS

En gros, nous sommes restés prisonniers du « modèle des étagères », cad
de la contrainte physique pesant sur la classification de tout objet
(notamment les livres !),  modèle porté par les bibliothécaires bien sûr, mais reproduit aussi  sur le web par les
fondateurs de Yahoo :  en faisant des annuaires thématiques, fondés sur
la classification arborescente, ils « ont ajouté l’étagère », dans un
univers qui n’en comporte plus. .. Autrement dit, les classifications des annuaires, avec leurs catégories a priori, figées, souvent commerciales,  ne sont pas plus adaptées au chaos du web que ne l’étaient les classifications bibliothéconomiques au monde scientifique dans les années 30-40, quand elles étaient  vigoureusement dénoncées par Vannevar Bush (cf l’article canonique As we may think, avec lequel le texte de Shirky présente de lointaines analogies … ; voir une traduction de l’article ici)
L’auteur refait donc et réactualise la vieille critique contre les catégorisations et les classifications, qu’il qualifie, curieusement, « d’ontologiques ».  On pourrait discuter sur ce point, car à mon sens, on ne peut mettre sur le même plan les classifications, de type Dewey ou Yahoo,  et les ontologies informatiques actuelles, beaucoup plus proches des thésaurus (sur les ontologies, voir notamment http://artist.inist.fr/article.php3?id_article=243).
Mais il est vrai que les ontologies restent, le plus souvent (mais pas toujours !) des outils de catégorisation a priori. Ce qui les distingue  effectivement assez radicalement des nouveaux modes d’indexation, a posteriori :  « De la même manière, l’idée que la catégorisation soit faite après que
les choses soient taguées est incroyablement étrangère aux catalogueurs. »

Si le texte reste assez imprécis sur les définitions des outils évoqués (ontologies, classifications, catégorisations..), il est en revanche très stimulant sur les limites et les contraintes des outils « classiques », y compris des ontologies informatiques ;  et il présente enfin de manière assez claire les nouvelles formes d’indexation collective, social tags, etc.

Il faudra y revenir, tant les questions posées sont essentielles.

AS


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *