Robin des bois ou rogue open access ? Les réseaux sociaux académiques en 2017

L’offensive des éditeurs contre les réseaux sociaux académiques est lancée ! Elle aura mis du temps, mais la voilà. Alors qu’Academia et ResearchGate semblaient, faute de réaction jusque-là, en position de force, la puissante association STM, qui regroupe notamment Elsevier, Springer Nature, Taylor & Francis ou encore Wiley, vient en effet d’envoyer à ResearchGate le 15 septembre 2017 un courrier pointant directement du doigt ce qu’elle considère comme les lacunes et les abus du réseau. Mais parce qu’il n’y a pas que les éditeurs qui sont concernés, voici une synthèse 2017 pour comprendre les forces en présence d’une guerre du partage plus totalement larvée désormais.

Éditions précédentes : « Pour une utilisation critique des réseaux sociaux académiques » (2014), « Où en est-on des réseaux sociaux académiques ? » (2015) et « #DeleteAcademicSocialNetworks ? Les réseaux sociaux académiques en 2016 » (2016).

Plan
« Couteaux suisses de la communication académique » ou « clubs Diogène »
Le partage à l’aune de la « fatigue juridique » des chercheurs
« Qui ne tire pas profit sur le dos des chercheurs » ?
Quelle place pour les initiatives open access ?
Des opportunités pour la réputation et les métriques ?
Le « Be visible or vanish » des professionnels de l’IST

 

 

« Couteaux suisses de la communication académique » et « clubs Diogène »

Une croissance à mettre en perspective

Academia et ResearchGate ont tous deux passé un cap symbolique au printemps 2017 : 50 M. de comptes pour le premier, et 10 M. de comptes pour le second, pour atteindre respectivement 55 millions et 13 millions de comptes[1]. La croissance s’est cependant ralentie cette année (+ 130 % dans les deux cas en 2016-2017, contre + 150 % en 2015-2016), et peut-être même dès 2015 dans le monde de la recherche, et la majorité des chercheurs utilisent ces services depuis plus de deux ans désormais. Peut-on extrapoler les résultats d’une étude espagnole et considérer que la croissance auprès de personnels du secteur public semble marquer une « homogénéisation » par rapport au monde réel (José Luis Ortega) : cette homogénéisation profite plutôt aux disciplines jusque-là mal représentées sur l’un ou l’autre réseau, par exemple la chimie et la biologie sur Academia ou les sciences humaines sur ResearchGate, plutôt qu’au cœur disciplinaire initial ? Ces millions de comptes ne doivent pas cacher la prédominance de ResearchGate : alors que 95 % des répondants de la dernière enquête Springer Nature affirment utiliser des médias sociaux grand public ou des réseaux sociaux académiques à des fins professionnelles, le trio de tête est constitué, sans surprise, de ResearchGate (71 %), Google scholar citations et LinkedIn, devant Academia, Mendeley et ORCID au coude à coude autour de 30 %. Si, bien sûr, ces chiffres sont à utiliser avec prudence, d’autres enquêtes mondiales, locales ou niveau d’un établissement confirment l’usage privilégié de ResearchGate par rapport à tout autre service de profil, y compris Academia et les pages institutionnelles. De même, ResearchGate peut se targuer d’un tiers de visites en plus par mois que sur Academia. Mais là encore, ces chiffres sont à mettre en perspective avec l’engagement réel : dans la continuité des années précédentes, la fréquence d’utilisation, et donc l’engagement, reste plus forte sur les médias sociaux grand public comme Facebook que sur les réseaux sociaux académiques, même si deux tiers des chercheurs utiliseraient ResearchGate chaque semaine, contre un tiers pour Academia. D’une manière générale, faute de toujours bien percevoir les véritables bénéfices de ces réseaux, les chercheurs les utilisent encore bien souvent de manière modérée. En revanche, ils semblent attentifs à la mise à jour de leur profil régulièrement.

Malgré le sensible rattrapage disciplinaire signalé ci-dessus, des enquêtes auprès des chercheurs comme des études des réseaux montrent que la répartition disciplinaire reste toujours marquée : toutes les disciplines ne connaissent pas autant les réseaux sociaux ; les sciences humaines et les arts sont plutôt sur Academia, et les sciences, technique, médecine plutôt sur ResearchGate ; les sciences sociales et économiques seraient plus équilibrées[2]. Comme l’illustrent la plupart des études jusque-là, l’exemple du Consejo superior de investigaciones sientíficas espagnol (CSIC) montre que ce n’est pas tant le profil que la discipline qui explique la présence ou non sur les réseaux sociaux : les utilisateurs en biologie et biomédecine sont proportionnellement moins enclins à utiliser les réseaux que leurs homologues en sciences humaines et sociales ou en ressources naturelles. On rappellera également que l’âge n’est pas un facteur discriminant, même si les chercheurs les plus avancés dans la carrière ont une place plus centrale que les doctorants et jeunes chercheurs. En revanche, le pays d’origine peut avoir une influence : 40 % des utilisateurs d’Academia sont issus de pays en développement et auraient autrement des accès plus limités aux productions scientifiques, et les universités les plus présentes y sont : l’université de Mexico (UNAM), Anna University (Inde) et deux universités indonésiennes.

Réseaux sociaux, communication des institutions et chercheurs

Ce développement de la communication pour les chercheurs reflète un contexte plus général, illustré par l’enquête 2017 de l’Observatoire des métiers de la communication (ARCES) pour les établissements de l’enseignement supérieur (universités, écoles d’ingénieurs, grandes écoles, etc.) et l’étude 2016 Sircome pour les organismes de recherche. Pour 85 % des établissements de l’enseignement supérieur en effet, « la communication fait partie intégrante de la stratégie de l’établissement » (étude ARCES), soit près de 20 % de plus depuis 2015. Produits phares pour cette communication ? Les réseaux sociaux bien évidemment, qui achèvent leur percée : tous les établissements sont désormais présents sur ces services. Derrière Facebook et Twitter, toujours leaders en la matière (88 % et 84 %), et LinkedIn et YouTube (72 % et 71 %), arrive en cinquième position Instagram (44 %), reflet de la volonté de diversifier les types de contenus pour s’adapter aux évolutions des échanges sur internet. Publics privilégiés ? Les futurs candidats et étudiants. Quant au contenu, la valorisation de la marque de l’établissement est de plus en plus centrale, devant même l’actualité de l’établissement (81 % et 75 %).

Du côté des organismes de recherche, on sait que l’usage des outils est un peu différent (étude SIRCOME, confirmée par enquête Dialogu’IST) : depuis 2012 en effet, c’est Twitter qui est le réseau social le plus utilisé, plutôt pour toucher des communautés de chercheurs, des médiateurs scientifiques ou encore des partenaires économiques, devant Facebook, LinkedIn et YouTube. Signe sans doute de l’intérêt de ces comptes pour la communication des organismes, on note un engagement plus fort des internautes avec les comptes institutionnels (augmentation des abonnés). Mais tout cela au prix d’un investissement sans doute plus important de l’organisme (effet temps réel et animation de communautés) et des adaptations constantes (outils, structure chargée de la communication, etc.), notamment concernant le niveau de l’information scientifique diffusée. Conclusion, par exemple pour Facebook : « Les acteurs de la recherche sont des créateurs de contenu qui jouent dans la cour des grands et pourtant, la visibilité n’est pas toujours assurée » (étude Sircome)… Quid cependant du rapport entre les chercheurs et la communication de leurs institutions sur les réseaux sociaux ? Ces relations seraient complexes, et surtout passives. Non contents de ne pas nécessairement privilégier les mêmes outils que leurs institutions, seul un quart des chercheurs rediffusent souvent des informations de leurs organismes, alors qu’ils sont deux tiers à suivre leurs organismes sur les réseaux. Dans ces conditions, que penser d’initiatives visant à créer de nouveaux réseaux sociaux institutionnels ? Le gouvernement du Canada a ainsi développé un réseau social pour rapprocher universitaires, étudiants et fonctionnaires, destiné à « accroître l’étendue et la profondeur de l’échange de données et de renseignements entre le milieu universitaire et le secteur public afin d’améliorer les délibérations sur les questions de politique » (GCcollab). On parle également d’un réseau social scientifique PACA en France. Difficile pour les institutions de se créer une place dans des pratiques déjà bien arrêtées…

Des changements dans les usages ?

La grande enquête Innovations in schlolarly communication menée par la bibliothèque universitaire d’Utrecht souligne le côté « couteaux suisses » des réseaux sociaux pour la communication scientifique : entre Academia, Mendeley et ResearchGate, ce ne sont pas moins de 170 fonctionnalités différentes offertes au chercheur, couvrant 31 activités scientifiques potentielles, de la préparation à l’évaluation ! On comprend mieux dès lors la coexistence possibles de différents types d’utilisateurs, en fonction des besoins individuels, distinguant clairement les utilisateurs actifs (producers), qui déposent du contenu sur le réseau mais ne suivent pas forcément d’autres comptes, et les utilisateurs passifs (viewers), qui utilisent le réseau avant tout comme outil de veille pour suivre d’autres comptes et déposent rarement du contenu. Cette dichotomie est notamment bien visible sur Academia : 73 % des comptes suivent l’activité d’autres membres, là où 46 % déposent du contenu.

La toute récente enquête Springer Nature révèle cependant un tournant dans l’usage des réseaux sociaux académiques : si l’enquête précédente de 2014 plaçait comme motivation principale la visibilité du chercheur (« in case contacted »), c’est désormais la recherche et l’accès au contenu qui compte le plusdiscovering/reading content ») devant l’accompagnement à la recherche (« support research activity ») et la promotion de ses propres recherches (« promoting myself/research »), répartition que l’on retrouve par exemple au niveau de l’université de Guadalajara (Mexico). Ce changement est encore plus marqué dans les chiffres : si en 2014 un tiers des chercheurs utilisaient ces réseaux pour accéder à du contenu scientifique, c’est désormais vrai de deux tiers des chercheurs, et notamment les post-doctorants. Ces chiffres corroborent ceux de l’enquête Kudos selon laquelle la principale motivation est d’abord l’accès à du texte intégral (66 %), avant même de trouver et suivre d’autres chercheurs (61 %). Cela expliquerait peut-être également pourquoi de plus en plus d’étudiants (L, M et D) utilisent ResearchGate ou Academia. De même, qu’ils soient doctorants, postdocs ou membres statutaires, plus d’un chercheur sur trois utilise ResearchGate comme système d’alertes et recommandations. Pour les jeunes chercheurs notamment, « les médias sociaux/ les communautés en lignes sont, potentiellement, le nouvel intermédiaire et sont maintenant largement utilisés comme source d’information académique dans la majorité des pays » (David Nicholas et al.) ; c’est d’ailleurs particulièrement visible pour ResearchGate en France.

L’autopromotion et le partage de contenu marqueraient-ils donc le pas ? Difficile à dire dans la mesure où les questionnaires des deux enquêtes de Springer Nature de 2014 et 2017 ne se recouvrent pas… Et d’autres études soulignent toujours le poids central de l’autopromotion et l’autoévaluation. Notons cependant des différences d’usages selon le statut dans le monde universitaire. Comparés aux doctorants et aux membres statutaires, les post-doctorants ont en effet une place à part sur les réseaux, reflet bien sûr des changements d’affiliations mais aussi sans doute du manque de débouchés stables qu’ils rencontrent dans le monde académique actuel (jusqu’à faire la une d’un numéro de Nature !) et de leur souhait accru de visibilité. Proportionnellement, ce sont en effet eux qui utilisent le plus ResearchGate, tant pour disposer d’un profil en ligne (70 % contre 63 % pour les membres statutaires et 54 % pour les doctorants) que pour y déposer leurs travaux (58 % contre 52 % pour les statutaires et 41 % pour les doctorants).

Accès à du contenu scientifique, autopromotion, etc. Les années passent, et les fonctions collaboratives et d’échange restent bien les parents pauvres de ces réseaux dits « sociaux » – il suffit de regarder les graphiques des enquêtes de Springer Nature en 2014 et en 2017 pour s’en convaincre. Les réseaux sociaux académiques « ne sont pas vraiment sociaux et sont à peine interactifs » (Christoph Lutz et Christian Pieter Hoffmann). Certes, le sentiment d’appartenance à une communauté est un motif fort d’adhésion à ces réseaux, mais il s’agit notamment de garder des contacts avec des collègues déjà connus, répliquant, généralement et contrairement à Twitter, des relations professionnelles et institutionnelles déjà existantes. Par ailleurs, ces réseaux n’en ressemblent pas moins à des « clubs Diogène »[3], « où les membres se rassemblent pour des raisons communes mais n’en poursuivent pas moins leurs activités indépendamment les uns des autres » (José Luis Ortega). Au point que certains chercheurs n’associent pas à ResearchGate ou Academia le terme de « réseaux sociaux » ! Les frontières sont de plus en plus floues pour les chercheurs entre associations ou sociétés professionnelles et réseaux sociaux, quand bien même ils ne présentent pas les mêmes intérêts : dans l’enquête de Wiley sur les adhérents des associations professionnelles à la question « Quel est le nom de l’association [society] à laquelle vous appartenez ? », ResearchGate est indiqué au 11e rang !

 

Le partage à l’aune de la « fatigue juridique » des chercheurs

Inquiétude et flottement chez les éditeurs

Signe de temps troublés, le séminaire organisé par l’International association of scientific, technical and medical publishers (STM) le 7 décembre 2016 avait pour titre New ways on the web: from collaboration to crime–the good, the bad and the ugly et abordait aussi bien la question des réseaux sociaux de partage et de collaboration que le cyber-crime et la cyber-ciminalité. De fait, si un des thèmes sous-jacents était en fait Sci-Hub, plusieurs interventions portaient spécifiquement sur les réseaux sociaux académiques. Un tel thème n’est assurément pas étonnant de la part de l’association STM. On se rappellera en effet que cette association de plus de 120 membres est à la pointe depuis 2015 pour tout ce qui concerne l’encadrement du partage sur ResearchGate et Academia avec la rédaction des Voluntary principles for article sharing on scholarly collaboration networks. Au printemps, plusieurs éditeurs ont lancé de leur côté des enquêtes sur l’usage de ces scholarly communication networks (SCN) par les chercheurs[4]. Ces questionnaires montrent le flottement des éditeurs face à des services qu’ils ne comprennent pas bien : plusieurs commentateurs ont en effet souligné que seuls les éditeurs s’évertuent à désigner les réseaux comme Academia ou ResearchGate sous le nom réducteur de scholarly communication networks (SCN)… Par ailleurs, le panel de questions posées très large, sans doute trop, illustre un manque de recul sur ces outils : que conclure de résultats mélangeant, comme pour l’enquête Springer Nature, réseaux sociaux académiques et réseaux sociaux grand public alors même que ces services n’ont pas les mêmes publics, les mêmes usages, les mêmes fonctionnalités ? Cause ou conséquence de ce flottement, ces questionnaires illustrent sans doute encore plus l’inquiétude des éditeurs face à des pratiques qui leur échappent de plus en plus.

Une confirmation de l’importance du partage illégal

L’utilisation des réseaux comme lieu de dépôt de publications est entré dans les pratiques. 57 % des chercheurs utiliseraient désormais les réseaux sociaux pour télécharger leurs propres travaux, contre 35 % en 2014. Si la recherche de visibilité et les métriques qui y sont associées sont sans doute l’explication la plus évidente, peut-être est-ce aussi le signe d’un effet de seuil et du développement de nouvelles pratiques de partage dans les communautés scientifiques : ces réseaux sont populaires dans ma communauté, alors je dépose mes propres publications parce que j’apprécie d’y trouver celles des autres. Cela expliquerait pourquoi le partage est plus développé sur les réseaux tournés sur les productions scientifiques (contenu) que sur les seules références bibliographiques : 68 % des usagers de ResearchGate et 46 % de ceux d’Academia ont déjà déposé du contenu sur la plateforme contre 14 % sur Mendeley et 26 % sur Citeulike. Reflet sans doute de ce développement du partage, après des études plutôt tournées sur le profil des utilisateurs de ResearchGate et d’Academia, plusieurs études abordent cette année la question spécifique des dépôts d’articles sur ces plateformes[5].

Concernant la production scientifique, toutes disciplines confondues, 23,5 % des articles signalés dans ResearchGate seraient accompagnés d’un texte intégral – 31 % pour les seules biologie / médecine. De ces textes intégraux, les dernières études concordent toutes pour indiquer qu’au moins 70 % des versions sont en fait des versions éditeurs (que ce soit en prenant en compte la langue ou un établissement donné). Mais ces dépôts sont-ils bien légaux ? C’est plus que douteux : par exemple, dans le domaine de l’informatique, si 70 % des articles récents de huit revues majeures en systèmes d’information sont disponibles sur ResearchGate en version éditeur, un seul de ces huit éditeurs autorise en fait un tel dépôt sur les réseaux sociaux, et les archives ouvertes thématiques, soumises elles à des conditions de dépôt moins drastiques, ne proposent que 40 % de versions éditeurs. Toutes disciplines confondues, 40 % des articles scientifiques en anglais déposés ne respectent pas les consignes des éditeurs (51 % des articles en non open access), essentiellement parce qu’il s’agit de dépôt de PDF éditeurs, là où dans 9 cas sur 10 les journaux autorisent une autre forme d’auto-archivage. Dans le domaine biologie / médecine, où l’on connaît la place centrale de PubMed, ce chiffre monte à 50 %, quasi exclusivement des versions éditeurs. « Ils veulent partager, et ils vont partager », indépendamment des restrictions et des conséquences (Carol Tenopir et al.). Gardons cependant en tête que cette confusion entre les différentes versions déposables n’est pas propre au développement des réseaux sociaux, et que ce phénomène existait déjà dès la fin des années 2000. Pour la France, les chercheurs français ont tendance à moins respecter proportionnellement le droit d’auteur que d’autres pays.

Pour certains observateurs, cette situation serait moins liée à une interdiction de l’auto-archivage par les éditeurs qu’à une mauvaise interprétation ou une méconnaissance de droits souvent divers et complexes par les chercheurs (archivage de la mauvaise version autorisée). Il peut s’agir tout autant d’une politique délibérée de leur part issue de la méfiance face aux éditeurs et de leurs politiques abusives. Mais dans tous les cas, c’est bien là l’illustration de la « fatigue juridique » des chercheurs en la matière (Quirin Schiermeier)[6]. De fait, les chercheurs ne seraient pas forcément de mauvais élèves puisque 79 % vérifieraient les consignes en matière de droit d’auteur avant de déposer sur un réseau social. Mais comme le montre l’enquête Kudos, les choses sont en fait plus compliquées, entre décision consciente et méconnaissance des chercheurs : pour 83 % des chercheurs, il faut respecter les droits des éditeurs en matière de dépôt et de partage des publications, mais 60 % d’entre eux estiment malgré tout qu’ils devraient avoir le droit de déposer en ligne leurs propres articles sans s’en soucier, et 21 % n’ont tout simplement pas conscience que les consignes des éditeurs en matière de droit d’auteur s’appliquent aussi au partage… Par ailleurs, et ce quel que soit le mode de partage, c’est généralement la version éditeur qui est préférée pour des raisons autant scientifiques que personnelles. Si à 15 ans d’intervalle, les contextes ne sont pas comparables, on notera cependant qu’en 2003 déjà, un tiers des chercheurs ne savait pas qui possédait le droit d’auteur de leurs productions, ce qui ne peut que poser la question de la formation continue des chercheurs au droit d’auteur en général.

« Tolérence paisible » des éditeurs … ou pas

Trois raisons expliquent donc bien la popularité des réseaux sociaux, et d’autres formes de black open access, pour déposer ou récupérer des documents : la facilité d’utilisation de ces services, le bon droit revendiqué par les chercheurs et des risques légaux quasi-inexistants du côté des éditeurs. Dans l’immédiat, les éditeurs ne se montrent pas encore foncièrement hostiles à ces partages illégaux sur les réseaux sociaux académiques. Très peu d’éditeurs ont suivi l’exemple d’Elsevier de 2013 et ont demandé des retraits d’articles (take-down notices), y compris parmi les signataires des Voluntary principles de 2015. Dernier exemple en date : l’American psychological association. S’appuyant sur son projet pilote visant à « contrôler le dépôt illégal d’articles scientifiques sur internet », notamment sous couvert d’intégrité scientifique (l’existence d’une seule version finale de référence sur son propre site) et de droit (respect du DMCA – Digital millenium copyright act), comme pour protéger les chercheurs eux-mêmes, l’APA a ainsi demandé le retrait de plus de 12 000 articles déposés tant sur des sites personnels que sur des sites institutionnels et les réseaux sociaux ResearchGate et Academia. Les réactions ne se sont pas fait attendre, appelant, comme avec Elsevier en 2013, au boycott de l’éditeur : « C’est d’autant plus choquant que cela vient de l’APA qui est censée être un organisme à but non lucratif et une société professionnelle faisant avancer la science, plutôt que d’éditeurs à but lucratif plus cavaliers » (Nathaniel Daw). Suite à cette mauvaise publicité, l’APA s’est alors empressée de recadrer son projet en indiquant – là encore comme Elsevier – que la cible n’était pas les chercheurs individuels, mais bien « les sites commerciaux pirates ».

Il est en effet notable que la plupart des éditeurs, et notamment les gros éditeurs restent plutôt sur une « tolérance paisible » (« quiet tolerance », N. Daw). Quand bien même le partage de documents se fait désormais dans un « écosystème complètement séparé de celui fourni par les éditeurs et les bibliothèques » (Charlie Rapple), la question du partage pourrait aider les éditeurs à restreindre l’écart grandissant avec les chercheurs. Prenant argument du nombre de chercheurs qui vérifient la légalité de leur dépôt, la managing director de Cambridge university press estime qu’il est « rassurant de voir que la croissance continue de l’usage [des réseaux sociaux académiques] correspond néanmoins à un respect continu du droit d’auteur » : la majorité des chercheurs déposeraient sur les réseaux par commodité et non pour saper l’édition traditionnelle ; et un nombre important de chercheurs restent soucieux de la légalité de ces partages. Et de fait, l’enquête Beyond downloads rappelle que si les chercheurs ne respectent pas toujours le droit d’auteur concernant leurs propres productions, ils sont plus vigilants pour les productions de leurs collègues. Jusqu’à présent, les éditeurs ont toujours su faire preuve de capacités d’adaptation face aux innovations régulières de la communication scientifique, et leurs revenus ne semblent pas avoir souffert des réseaux sociaux ou de l’open access. Mais les choses sont en train de changer, et les pratiques collaboratives semblent bien « la véritable menace pour le secteur résilient de la publication académique » (Francis Dodds). Les éditeurs doivent développer de nouvelles stratégies s’ils veulent limiter à terme les pertes financières conséquentes et le non-respect du droit d’auteur, et « récupérer l’usage perdu » (Kudos) dans le domaine du partage. Une des conclusions principales de l’enquête Kudos est donc de pousser les éditeurs à examiner dans quelle mesure leurs contenus sont disponibles sur les réseaux sociaux et notamment de manière illégale, et à proposer des réponses ciblées : formations des auteurs au droit d’auteur et aux métriques ; travail en commun pour identifier les modes de partage « qui profitent de la visibilité des réseaux sociaux sans miner le processus éditorial et les métriques si nécessaires dans les mécanismes de récompense institutionnels actuels ». Les réseaux sociaux pourraient être utilisés au profit des acteurs qu’ils lésaient jusque-là : éditeurs, institutions et financeurs.

A contrario, on comprend mieux la tolérance beaucoup moins grande des gros éditeurs vis-à-vis des bibliothèques pirates comme Sci-Hub : autant ils espèrent trouver un modus vivendi avec les pratiques semi-visibles, et quantifiables, sur les réseaux sociaux, autant tout ce qui relève de Sci-Hub sape clairement toute une partie de l’écosystème de la communication scientifique actuelle tant pour l’accès au contenu que pour les retours sur les usages et les métriques. Mais alors que sur les réseaux sociaux, les publications sont déposées par les chercheurs eux-mêmes sur leurs propres profils, Sci-Hub utilise des méthodes plus que douteuses. Si, en termes de contenu, ResearchGate propose plus de 100 millions de documents de tout type (environ 25 millions de textes intégraux) et Academia, 19 millions, les 62 millions de Sci-Hub sont majoritairement des versions éditeurs extrêmement récentes, représentant 70 % de l’ensemble des articles scientifiques en général et 85 % des articles publiés dans des revues à accès fermé. Des chiffres plus importants donc et surtout pour un accès direct aux versions éditeurs de référence ! Une étude a ainsi montré que sur une période de 6 mois entre 2015 et 2016, Sci-Hub a répondu à 99,3 % des requêtes. Et si l’usage de Sci-Hub n’est pas encore généralisé chez les chercheurs, on sait que tous les profils de chercheurs l’utilisent, y compris dans les pays les plus riches et dans l’industrie ; 88 % des utilisateurs estiment même qu’il n’y a pas de mal à cela. D’où l’attaque en justice contre Sci-Hub de la part d’Elsevier[7] qui s’est vu attribuer en justice courant juin 15 millions de dollars de dommages pour non-respect du droit d’auteur, puis courant septembre de la part de l’American chemical society. Là où, sans doute, le danger est le plus grand pour les éditeurs, par rapport aux réseaux sociaux académiques, c’est le souhait des chercheurs d’avoir toujours plus facilement accès, sans authentification ni permission, aux publications les plus récentes, les mêmes motivations qui leur font préférer le partage en peer-to-peer via #Icanhazpdf ou les réseaux sociaux académiques, sans doute au détriment des solutions institutionnelles. Enfin, il est bon de se rappeler que si 50 % des utilisateurs de Sci-Hub recourent au site faute d’accès aux articles concernés, 17 % le font par simple commodité et 23 %, dans une démarche politique contre les profits des éditeurs.

Dans ces conditions, certains éditeurs, au lieu de privilégier l’attaque frontale contre les réseaux sociaux académiques, cherchent plutôt à s’insérer dans ces pratiques de partage, en développant des services qui permettraient aux chercheurs d’accroître l’accès à leurs publications, tout en conservant aux éditeurs le droit d’auteur et des possibilités de tracking et de mesures des usages (fair sharing). D’ailleurs, la récente enquête de Kudos était placée sous l’égide du FairShareNetwork[8]. Pour l’un des porte-parole de l’association STM, « l’action en justice et les demandes de retrait ne sont pas des manières durables de retirer du contenu non autorisé sur les réseaux sociaux académiques. Plutôt que de dépendre d’outils aussi mal adaptés, nous voulons parler avec ces sites et trouver des solutions à long terme à ce problème ». « Parler avec ces sites » ? Comme nous le signalions en introduction, c’est bien ce que fait STM puisque le 15 septembre, l’association STM a envoyé, via son cabinet d’avocats, à ResearchGate une proposition pour rendre le réseau « plus compatible avec les droits d’usage et d’accès pour partager des articles ». Dans ce courrier, valable jusqu’au 22 septembre, l’association laisse à ResearchGate jusqu’à juin 2018 pour vérifier les contenus déposés sur le réseau et se mettre en conformité avec le copyright ; elle indique être prête à collaborer pour une meilleure information des utilisateurs et demande enfin que ResearchGate arrête de récupérer données et métadonnées des articles obtenus illégalement. Faute d’une réponse positive du réseau, les membres de l’association se réservent le droit de poursuivre le réseau[9]. Solution « constructive » pour les éditeurs comme Elsevier, l’American chemical society ou Brill, mais si ResearchGate venait à adhérer à cette proposition, ce n’est ni plus ni moins que l’ensemble des bases de son succès (contenus et données) qui s’effondrerait. Que peut-on attendre de cette initiative ? Peut-on envisager la belle évolution qu’a connue YouTube, qui lors de son rachat par Google n’était alors qu’un « haut-lieu du piratage et de l’illégalité », « n’offr[ant] quasiment aucun contenu média « certifié » » (Olivier Ertzscheid), mais a su apporter dans la corbeille de mariage ses audiences et ses usages, au prix de la mise en place d’un mécanisme de filtrage des droits et d’une marchandisation du service ? Ou alors, faut-il craindre l’évolution beaucoup plus difficile que connaît la plateforme de streaming musical SoundCloud face aux réclamations des ayant-droits ?

Mais au-delà de simplement discuter avec les réseaux sociaux, les éditeurs souhaitent aussi, comme l’exprime STM, « trouver des solutions à long terme ». L’une des pistes serait de mieux identifier le type des documents au niveau des métadonnées : plusieurs projets sont sur le point d’aboutir pour permettre par exemple d’identifier plus facilement les différentes versions d’un même article ou la licence Creative commons associée, et ainsi potentiellement en brider les usages. A titre de comparaison, ce type de filtrage est déjà en cours depuis quelques années dans le domaine des plateformes de streaming, comme YouTube et son Content ID. C’est l’une des menaces clés de la proposition de STM à ResearchGate, menace d’autant plus ironique que la vérification conjointement par ResearchGate et STM des publications déposées depuis septembre 2016 semble être le premier test grandeur nature du nouveau système … ou comment les éditeurs utilisent les réseaux sociaux pour peaufiner eux aussi leurs propres services de filtrage. Mais c’est aussi une question d’actualité au niveau juridique européen, dans la mesure où le projet de nouvelle directive européenne sur le droit d’auteur (directive on copyright in the digital single market) prévoit d’imposer à certaines plateformes web une vérification préalable, par des mesures de filtrage, des contenus déposés, ainsi que des contrats de licence avec les titulaires de droit. « Il semble qu’il y ait une poussée concertée de l’industrie du droit d’auteur pour introduire des filtres au niveau du téléchargement là où c’est possible, soit par la législation, comme pour l’Union européenne, soit par des accords « volontaires », comme avec ResearchGate » (Glyn Moody).

Du côté des éditeurs, une autre piste est de fournir des liens gratuits vers des versions éditeurs hébergées sur les sites desdits éditeurs mais non téléchargeables ; des éditeurs comme Elsevier, Springer Nature et Wiley sont déjà pourvus de ce système qui permet de lever les barrières d’accès aux abonnements, sans semble-t-il apporter pour l’instant de diminution des abonnements. Un projet, là encore porté par l’association STM, est actuellement en cours pour développer une structure de partage de liens valable pour l’ensemble de la communauté académique. Stratégiquement, cette initiative est importante pour les éditeurs : de tels liens leur permettent d’avoir une « visibilité nouvelle sur les échanges documentaires entre chercheurs » (Michel Vajou), dans des domaines qu’ils ignoraient jusque-là, mais au sein d’environnements propriétaires. Début juillet, Kudos annonçait le lancement d’un projet pilote en ce sens avec quatre partenaires, dont MIT Press et ReadCube. Restera cependant la question du téléchargement de ces articles par les lecteurs, le développement par les éditeurs de services adossés à ces articles et le tracking imposé alors par les éditeurs eux-mêmes sur des pratiques qui tendaient enfin à leur échapper. Ce qui ne ferait que continuer à protéger des modèles économiques du passé et serait au final un net recul pour le mouvement de l’open access

Réseaux sociaux académiques et loi pour une République numérique

L’article 30 de la loi pour une République numérique (loi n° 2016-1321 du 7 octobre 2016) est venu clarifier un certain nombre de droits pour le chercheur en inscrivant dans un cadre législatif la possibilité d’un auto-archivage de ses publications sous certaines conditions[10]. A l’origine, cet article avait pour vocation de favoriser les archives ouvertes, mais sa formulation large semble tout autant laisser le champ libre aux réseaux sociaux académiques. En effet, l’article mentionne que « la version mise à disposition […] ne peut faire l’objet d’une exploitation dans le cadre d’une activité d’édition à caractère commercial ». Or, dans l’immédiat, les réseaux sociaux ont certes une activité commerciale, mais n’ont pas une activité d’édition à proprement parler et ne sont donc pas exclus du périmètre de la loi. Deux points cependant restent en suspens : d’une part, la loi stipule que la mise à disposition des articles doit se faire « gratuitement dans un format ouvert » ; comment interpréter cela dans le cadre des réseaux sociaux académiques ? D’autre part, Academia ne cache pas son objectif depuis quelques années de devenir « le plus gros éditeur académique du monde » et de transformer sa « plateforme de distribution [actuelle] en une plateforme d’édition »[11], ce qui pourrait alors changer la donne d’un point de vue législatif.

 

« Qui ne tire pas profit sur le dos des chercheurs ? »

Des modèles économiques capitalistes un peu plus clairs

Dans un article de Le Monde Pixels, Eric Gilli, géologue et utilisateur de ResearchGate, estime que « progressivement, avec des sites comme celui-ci, on arrive à casser l’hégémonie des grands éditeurs. C’est une révolution qui est en cours, le développement d’une recherche en accès libre ». Ce bel idéal ne doit certainement pas cacher la continuité des acteurs capitalistes gravitant autour la communication scientifique et cherchant à profiter du travail des chercheurs[12]. De fait, l’article du Monde est sorti au moment où, pour se conformer à la loi allemande, ResearchGate rendait publique une levée de fonds de 52,6 millions de dollars fin 2015, portant à près de 100 millions de dollars l’ensemble des fonds levés depuis sa création en 2008 – des chiffres assez conséquents pour ce domaine de niche. La liste des investisseurs de 2015 est parlante, sinon déroutante en mélangeant bailleurs de fonds et capitaux risques classiques. La présence de bailleurs de fonds comme Bill Gates en son nom propre, déjà investisseur lors d’un tour précédent, et le Wellcome Trust est de fait ambigüe : ces deux investisseurs soutiennent déjà publiquement le mouvement de l’open access (Bill and Melinda Gates foundation et Wellcome Trust) et développent chacun une plateforme ouverte de dépôt, ouverte à tout type de production scientifique et basée sur de l’open peer review via F1000 (Gates open research et Wellcome open research). Et puis, le rapport Towards open research : Practices, experiences, barriers and opportunities du Wellcome Trust mentionne explicitement ResearchGate comme outil intéressant pour valoriser le partage des données. Mais cela illustre la tendance de plus en plus importante des bailleurs de fonds à investir dans le domaine de la communication scientifique, pour des raisons autant idéologiques que politiques, en conflit évident avec les éditeurs traditionnels : alors qu’un bailleur de fonds comme le Wellcome Trust a toujours été jaloux du droit d’auteur, des brevets ou des marques pour lui-même, son soutien à une entreprise enfreignant clairement la propriété intellectuelle comme ResearchGate semble « neuf ou peu sincère, et reflèterait le risque calculé selon lequel le droit d’auteur ne se révèlera pas le talon d’Achille de ResearchGate » (Kent Anderson)… D’autres investisseurs de ResearchGate sont, au premier abord, encore plus étonnants pour un réseau social de chercheurs : Goldman Sachs Investment Partners, le Groupe Arnault, Xavier Niel, fondateur de Free, ou encore l’acteur Ashton Kutcher, mais tous sont connus pour être des investisseurs du numérique et il n’est pas innocent de constater que certains d’entre eux ont déjà investi dans d’autres sociétés « disruptives »[13]. Pour l’instant, seuls ces apports de financement extérieur permettent vraiment de faire face à un développement du réseau qui implique de solides infrastructures informatiques (majoritairement à Toronto) et une augmentation du personnel (300 personnes actuellement), ainsi qu’à un projet de développement dans un deuxième pays, non précisé à ce jour.

Jusque-là, ResearchGate ne semble pas avoir commis d’erreur dans sa stratégie commerciale. Dans un premier temps, la société a misé sur la constitution de son public, notamment avec une politique de mails assez agressive ; les mails, notamment concernant les métriques, restent d’ailleurs un moyen important de susciter l’engagement des chercheurs déjà inscrits alors même que ResearchGate doit accroître l’engagement de ses utilisateurs. Plus récemment, afin d’élargir son public, la société s’est ouverte aux chercheurs du monde de l’entreprise. Mais en limitant les inscriptions aux seules personnes relevant de la recherche, institutionnelle ou non, ResearchGate se démarque de ses concurrents Linkedin ou Academia, où tout le monde peut se créer un compte. Ce faisant, la société dispose d’un carnet d’adresses bien déterminé (les fameuses données d’utilisateurs) – 86 % des utilisateurs de ResearchGate ont au moins une licence (postgraduate), et plus facile à monétiser. Deux directions ont déjà été prises en termes de monétisation : la publicité et un service d’offre d’emplois. Du côté de la publicité, il s’agit surtout de publicités placées, sur le site ou par mail, ciblant notamment le marché des services et des équipements de laboratoire et permettant de rapprocher l’industrie des chercheurs. Du côté des offres d’emplois, plusieurs solutions cohabitent (annonce ponctuelle à 399 € pour 30 jours ou espaces dédiés [job slots]). Et le portefeuille est déjà beau : universités prestigieuses comme Harvard ou Oxford, sociétés renommées comme L’Oréal, Rolls-Royce, Merck, Nestlé ou encore IBM. Un certain nombre d’établissements français ont d’ailleurs sauté le pas (CEA, CNRS, IFREMER, INRA, etc.). Mais parce que publicités et offres d’emplois ne suffisent pas à assurer un modèle économique viable, ResearchGate s’intéresse désormais à la communication autour de conférences scientifiques. ResearchGate a aussi annoncé son partenariat avec la Breakthrough Prize Foundation afin que ses membres proposent des nominations pour ce prix destiné à mettre en valeur des réalisations remarquables dans le domaine des sciences et des mathématiques. Signe qui ne trompe pas, selon la société, les investisseurs de 2015 l’ont approchée spontanément, alors qu’elle « dégageait déjà des revenus » (3,5 millions de dollars). Mais, comme pour beaucoup de start-ups, la société n’est toujours pas rentable à ce jour et n’envisage pas de l’être avant encore deux ans. C’est pourtant un défi de taille pour son fondateur, seule garantie à terme d’indépendance et de gratuité. Mais pour des spectateurs avertis, un tel montant d’investissements sans modèle commercial clair empêchera un débouché classique, comme un rachat ou une introduction en bourse, et débouchera soit sur l’établissement de ResearchGate comme éditeur, soit sur une part plus importante des bailleurs de fonds dans la publication scientifique – on se souviendra de certains appels à la prise en main d’Academia par des sociétés savantes lors du débat #DeleteAcademiaEdu.

Academia, justement, parlons-en, dont le modèle commercial, s’il reprend les grandes lignes de ResearchGate, est plus compliqué à mettre en place. Comme pour son concurrent, la principale source de financements provient de levées de fonds : une nouvelle levée à 11 millions de dollars est venue s’ajouter cet été aux 17,8 millions de dollars levés par Academia depuis 2008. Le financement d’Academia est donc largement inférieur à celui de son concurrent – il est vrai que les besoins sont moindres : cinq fois moins de documents déposés (19 millions contre 100 millions), dix fois moins d’employés (22 personnes contre 300)… Mais même si la société se targue d’avoir « beaucoup d’argent à la banque », cela ne suffit pas à assurer l’avenir. Deux pistes sont privilégiées : « A la fois une croissance virale et faire passer les utilisateurs [du] modèle freemium aux fonctionnalités de l’offre premium »[14]. Le premier point, la croissance virale, doit permettre de développer comme sur ResearchGate publicités et offres d’emplois payantes. Mais le deuxième point est plus intéressant : là où ResearchGate affirme vouloir rester un service gratuit pour les utilisateurs, en faisant payer plutôt les institutions et les entreprises, Academia a décidé de faire payer les utilisateurs avec une offre premium. Mais là où la plupart des sociétés mettent en valeur les fonctionnalités complémentaires de leur offre premium, Academia joue également aussi sur la corde éthique : « La mission d’Academia est de rendre toute la recherche gratuite pour tout le monde dans le monde. Passer à l’offre premium est un moyen de soutenir cette mission et de favoriser une accessibilité facile et gratuite aux productions scientifiques et à la science pour tout le monde, et non pas seulement pour ceux qui sont affiliés à des institutions bien dotées » (Academia).

D’abord déployée pour certains utilisateurs courant 2016, cette offre a été ouverte progressivement à l’ensemble des utilisateurs début 2017 (8,25 $/mois ou 99 $/an), et la société affirme déjà en tirer des revenus[15]. Parmi les fonctionnalités implémentées progressivement dans l’offre premium, on trouve par exemple des informations complémentaires sur les personnes qui regardent votre profil, les papers qui mentionnent votre nom ou encore des fonctionnalités de recherche avancée en plein texte dans le contenu d’Academia ; certaines de ces fonctionnalités sont d’ailleurs gratuites sur ResearchGate (citations) ou l’étaient précédemment sur Academia (termes recherchés sur les moteurs de recherche pour accéder à un profil). Bref, rien de totalement révolutionnaire et qui rappelle combien le premium peut parfois être médiocre. En revanche, « les fonctionnalités associées à la mission de la compagnie doivent rester gratuites. Cela signifie que les fonctionnalités associées à l’open access (accès libre au téléchargement des papers vers ou depuis la plateforme), et les fonctionnalités associées au peer review (sessions, recommandations) sont gratuites » (Richard Price). Malheureusement pour Academia, comme l’année précédente lors de sa réflexion autour de recommandations payantes, l’offre premium a été abondamment critiquée et/ou moquée par les chercheurs et a même ravivé l’appel au boycott #DeleteAcademiaEdu, après un article de l’historienne Sarah Bond sur son blog Forbes[16].

Et à même cause, mêmes conséquences, le renouveau de la polémique #DeleteAcademiaEdu a également été l’occasion de rappeler, comme le souligne le fondateur d’Academia, que « l’[open access], c’est pour l’accès libre aux papers. L’OA, ce n’est pas ne pas avoir de modèle économique. Un modèle économique est nécessaire pour soutenir l’open access » (R. Price). Or, le modèle économique est bien souvent un des points d’achoppement pour le développement de l’open access. A ce titre, il est d’ailleurs intéressant de noter que, contrairement à ce qui se passe avec un profil Academia classique, le site personnel compris dans l’offre premium d’Academia permet aux lecteurs de télécharger les publications du chercheur sans se connecter à Academia : sur le modèle auteur-payeur, c’est au chercheur de payer en amont pour rendre ses contenus librement accessibles à tous (« downloads without sign-ups »). La communication académique doit-elle être non seulement ouverte, mais aussi not-for-profit, ou bien des sociétés for profit ne pourraient-elles pas être bénéfiques à l’open access ? Critiquer ResearchGate ou Academia au motif principal de leur modèle économique, c’est aussi oublier que ce ne sont que de « petits poissons dans la grande mare de la recherche de profit autour de la publication scientifique », car, en ce domaine, « qui ne tire pas profit sur le dos des chercheurs ? » (Jon Tennant).

Fidéliser les chercheurs

Alors que les chercheurs multiplient l’utilisation d’outils numériques tout au long de leur travail, l’enquête Innovations in schlolarly communication rappelle que pour l’instant, les réseaux sociaux se concentrent toujours sur leurs fonctionnalités de base, à savoir un service de profil et de dépôt de publications. Comme ce sont des « boîtes noires », ils manquent naturellement d’interopérabilité avec d’autres services, comme la récupération des données (export de listes de publications) et l’intégration avec d’autres plateformes (liens cliquables, ORCID, altmetrics)[17]. Et comme ce n’est pas leur cœur de métier, ils manquent encore tout autant de services autour de l’analyse de données (partage de carnets et de protocoles, text and data mining). Cependant des initiatives antérieures autour du peer-review montraient déjà leur volonté de fidéliser les chercheurs en se transformant progressivement en « one-stop shop » (Jeroen Bosman) – on le voit avec la mise en place de Mendeley careers et Mendeley funding, pour trouver des offres d’emplois et des organismes financeurs sur Mendeley. Plusieurs fonctionnalités sont donc logiquement venues s’ajouter sur Academia et ResearchGate cette année. Et une nouvelle fois, les deux réseaux ne vont pas dans la même direction. Là où le premier joue clairement sur l’ego du chercheur et les outils d’analyse individuelle, le second cherche à développer les pratiques collaboratives et l’accompagnement de la recherche en général. Dans le cas d’Academia, en effet, les nouvelles fonctionnalités proposées dans l’offre premium sont avant tout des outils de monitoring et de visibilité : mentions, readers (interactions avec d’autres comptes), enhanced analytics (rapports d’impact annuels, statistiques détaillées) et enfin, nouveauté du printemps, site personnel. Mais plus original, et cela n’est pas sans rappeler le rapprochement MyScienceWork-Elsevier en 2014, Academia a annoncé cet été un partenariat avec l’Encyclopaedia Britannica, afin de donner accès à toute la Britannica aux membres de l’offre premium ; dans ce cadre, le réseau invite les chercheurs à contribuer au Publishing partner program de l’encyclopédie au côté d’établissements comme les université de Berkeley et de Melbourne. Au final, peu de vraies nouvelles fonctionnalités du côté d’Academia, sans doute en raison de ses moindres moyens financiers.

Autre réseau social, autres moyens financiers et donc autres possibilités. De fait, le financement conséquent obtenu fin 2015 a permis à ResearchGate de mettre en place son module Projects. Lancé en mars 2016, ce module est l’occasion de mettre en valeur, selon un vœu cher au patron de ResearchGate, Ijad Madisch, la recherche en cours, y compris les résultats négatifs, en rassemblant autour desdits projets non seulement des membres du réseau, mais aussi du contenu bibliographique, des billets ou des données. Un million de projets auraient déjà été créés en un an, et cette fonctionnalité est suffisamment importante pour que ResearchGate ait revu à cette occasion les pages de profil des chercheurs afin de mettre les projets en avant. Non content de favoriser les échanges entre les chercheurs, c’est aussi l’occasion de médiatiser des initiatives, comme l’illustrent, parmi d’autres, les missions HI-SEAS IV pour simuler la vie sur Mars et 2016-17 South Pacific gyre à la recherche du « continent plastique » dans l’Océan indien ; si la participation aux projets est réservée aux membres du réseau, la lecture est en effet libre et ouverte à tout le monde. Une fois de plus, le réseau ne vérifie pas les informations, au risque de voir derrière certains projets de discrètes publicités commerciales.

Comme nous le mentionnons plus haut, les éditeurs et les sociétés du secteur cherchent à se positionner face à ces réseaux sociaux en particulier et d’adapter leurs services aux nouvelles pratiques des chercheurs en général (communication et échanges ; partage), alors même que le nombre d’articles produits chaque année augmente, mais pas les capacités de lecture des chercheurs. L’enjeu est bien de recapter leur attention dans un secteur numérique de plus en plus concurrentiel et où la surcharge d’outils et d’informations se fait de plus en plus ressentir. Si certains ont sauté le pas, comme on vient de le voir avec la Britannica, l’idée est cependant plutôt à adapter les services des éditeurs eux-mêmes. Plusieurs pistes s’ouvrent pour les éditeurs. Par exemple, assurer un meilleur accès à leurs bases de données : plus de 80 % des répondants de l’étude de Nature souhaiteraient que la recherche de contenu soit librement accessible sur les sites des éditeurs. Autre exemple, celui de faciliter la distinction entre les différentes versions d’un article et la redirection vers la version de référence, la version éditeur[18] ou en tout cas, disposer de la liste des différentes versions et les liens afférents sur le modèle d’autres plateformes de contenu existantes sur internet. Autre exemple, le développement des systèmes de recommandations. On sait que c’est un motif d’utilisation des réseaux sociaux – d’ailleurs le gestionnaire de références bibliographique Citeulike propose lui aussi depuis peu des recommandations automatiques d’articles ; c’est aussi un point apprécié par les chercheurs chez les éditeurs. Dans ces conditions, le partenariat entre MyScienceWork et TrendMD apparaît logique. TrendMD, c’est le croisement de recommandations « à la Amazon » et les liens sponsorisé Google mais appliqué aux plateformes académiques et déjà utilisé par Elsevier, IEEE ou encore AAAS et Brill. Si cela peut bénéficier aux réseaux, les mieux placés restent encore les éditeurs qui peuvent profiter des données des chercheurs (contenus, voire consultations) pour proposer des services toujours plus personnalisés et/ou innovants. Les différentes acquisitions d’Elsevier sont révélatrices de ces changements visant à développer toujours plus d’outils d’évaluation et de surveillance de la recherche sur différentes plateformes ouvertes aux nouvelles pratiques des chercheurs, et déjà installées dans un écosystème. C’est ainsi qu’après l’acquisition de Mendeley en 2013 et de SSRN en 2016, Elsevier a acquis début 2017 Plum Analytics d’EBSCO. Triple intérêt pour la société : renforcer sa présence dans le domaine des altmetrics, pour l’instant passablement ignorées par Academia et ResearchGate, améliorer encore la qualité de ses différents produits (pensons à Mendeley et SSRN) et donc leur rentabilité potentielle et enfin, développer toujours plus de services directs aux chercheurs sans intermédiaire, comme le font aussi les réseaux sociaux.

Le nouvel eldorado des données scientifiques ?

Plusieurs modèles économiques sont possibles autour des services destinés aux chercheurs. On a vu précédemment comment les réseaux sociaux vendaient aux institutions des données ciblées sur les utilisateurs (ResearchGate) ou comment ils développaient le principe de l’auteur-payeur (Academia). Reste enfin la piste des services additionnels autour des données scientifiques contenues dans ces millions de profils, documents et échanges fournis volontairement et gratuitement par les utilisateurs. C’est une piste évidente mais qui nécessite non seulement le développement de techniques ad hoc d’extraction de contenu, et non plus seulement de ranking et de monitoring, mais aussi une masse critique pour que les informations soient aussi pertinentes que possible. Plusieurs fonctionnalités de l’offre premium d’Academia entrent dans cette catégorie : la recherche avancée permet ainsi de chercher dans le texte intégral, et non plus sur certaines métadonnées uniquement, mais ce service n’est en rien innovant ; du côté du texte intégral, Academia propose également les mentions, de l’aveu même d’Academia « des citations légères » dans la mesure où il s’agit de repérer dans le corps d’un texte quel qu’il soit, et non plus seulement dans les citations d’articles scientifiques, l’occurrence du nom d’un chercheur. Selon une expérience d’Academia, près d’une mention sur deux est ignorée par Google scholar, mais une nouvelle fois, ce service n’est guère innovant car s’il y a bien fouille des données, il n’y a pas vraiment de valorisation par exemple avec des traitements automatiques.

Dans l’immédiat, les deux leaders Academia et ResearchGate ne semblent pas vraiment embrasser deux des importants enjeux actuels de l’écosystème scientifique que sont le text and data mining (TDM, exploration de données) et les données de la recherche[19]. Dans les faits, il est tout à fait possible de déposer des données sur ces services. Par ailleurs, les conditions contractuelles d’utilisation (CGU) d’Academia comme de ResearchGate attribuent aux réseaux des licences de réexploitation pour tout contenu déposé, ce qui ouvre naturellement la porte à l’exploration des données pour leur propre compte ; c’est d’ailleurs l’un des points de crispation souligné par l’association STM contre ResearchGate. Et d’une manière générale, les acteurs de la publication scientifique ne sont pas encore très avancés dans ces domaines – on pensera cependant à Meta récemment acquis par la Chan Zuckerberg Initiative (CZI), la fondation du fondateur de Facebook. Or, une nouvelle fois, MyScienceWork vient proposer une piste commerciale pour les réseaux sociaux académiques dans ce domaine, avec l’ouverture de son offre Sirius. La présentation de MyScienceWork lors de la conférence annuelle de l’association STM montre bien la diversification de l’offre de la société depuis sa création : d’abord freemium, puis SaaS (service Polaris à destination des institutions et entreprises), et enfin service autour des données de la science (Sirius). S’appuyant sur une analyse des 60 millions de publications et des 30 millions d’auteurs identifiés par son moteur, l’offre Sirius vise à proposer du TDM (état de l’art, identification de tendances ou de personnes, etc.) et différents livrables (tableaux de bord, rapports bibliométriques, visualisations, etc.). La première étude ciblée a été faite pour Telecom ParisTech, autour de la blockchain. Ce faisant, l’un des buts de MyScienceWork est aussi de s’adresser autant aux institutions de recherche qu’au monde de l’entreprise, en espérant atteindre ainsi le seuil de rentabilité de la société d’ici à la fin 2018. Quant à ResearchGate, son patron ne cache pas que l’extraction et la mise en relation des données, notamment via l’intelligence artificielle, est la prochaine étape de développement du réseau, afin de dépasser le seul réseautage.

Les différents acteurs investissent de plus en plus le champ des données de la recherche. Au début de l’année, c’est Richard Price, patron d’Academia, qui en souligne l’importance puis ResearchGate qui invite fortement ses membres à déposer leurs sets de données sur le réseau – Ijad Madisch, patron de ResearchGate, estime même que grâce aux dernières levées de fonds reçues, son réseau « va devenir le hub des données scientifiques en ligne ». Or, c’est une question importante : moins de 15 % des chercheurs déposeraient pour l’instant leurs données dans des dépôts. De même, les éditeurs semblent avoir appris des difficultés rencontrées autour du partage des articles scientifiques et anticipent progressivement la question du partage des sets de données : Springer Nature a établi des standardised research data policies, tandis qu’Elsevier vient de signer les TOP (Transparency and openness promotion) guidelines. Les données, c’est aussi le futur horizon d’Elsevier. On connaît déjà son intérêt pour toutes les données des articles scientifiques et les données d’usage, mais c’est de plus en plus vrai des données de la recherche. Dans ce domaine, la société investit les deux bouts de la chaîne : la plateforme de dépôt et le moteur de recherche. Du côté du dépôt, Elsevier a ouvert sa plateforme Mendeley data, qui permet de déposer des sets de données, plateforme répondant aux recommandations de FORCE11 en matière de citation et ayant reçu le Data seal of approval certification, ce qui n’est nullement le cas de ResearchGate et d’Academia. On sait par ailleurs qu’Elsevier démarche des institutions pour des services autour de la gestion des données de la recherche. Du côté du moteur de recherche, Elsevier a développé un métamoteur DataSearch, qui couvre non seulement ScienceDirect, mais aussi des archives ouvertes comme arXiv, Zenodo ou Dryad. Ces projets ne font que refléter le changement de stratégie de la société, qui attend à court terme (moins de 10 ans) une diminution de ses ressources comme éditeur de contenus au profit de commercialisation de données et de services.

« Qui a tous les contenus ? »

Reste pour tous les acteurs la question cruciale : « Qui a tous les contenus ? ». Car pour assurer la plus grande qualité et la valeur des services proposés (TDM, métriques, etc.), il convient d’avoir la base de données la plus large et la plus complète possible. Et c’est bien sûr pour cela que les différents services renforcent leurs contenus. D’où l’abondance des mails par exemple : seuls des mails réguliers, avec les métadonnées déjà préremplies, poussent ainsi les chercheurs à déposer régulièrement leurs publications. Une autre piste est également de remplir sa propre base de données avec le contenu des autres : Academia semble ainsi récupérer des PDF… sur ResearchGate pour remplir les profils de ses membres et 20 % du contenu de Wiley présent sur ResearchGate serait en fait tiré d’autres sites. Mais la rivalité réseaux sociaux / éditeurs traditionnels se situent également au niveau du droit. Par exemple, si Elsevier autorise le dépôt sur ResearchGate ou Academia de ses publications open access sous licence Creative commons CC-BY, c’est en revanche interdit pour les publications sous licence CC-BY-NC-ND, ce qui en revanche n’est pas interdit sur d’autres plateformes. Pervertissant le principe même desdites licences, mais dans la logique des Voluntary principles, l’éditeur hollandais empêche ainsi toute réutilisation commerciale ; mais en élargissant cela à toute production dérivée, il empêche par exemple les réseaux sociaux d’en réutiliser les données. Mais dans le même temps, ResearchGate sait mettre à profit les licences Creative commons pour alimenter les profils des chercheurs.

 

Quelle place pour les initiatives open access ?

Open access voyou

Parmi les catégories d’open access définies dans le rapport européen State-of-art analysis of OA strategies to peer-review publications (2014), Eric Archambault et al. désignaient sous la catégorie ROA (Robin Hood ou Rogue open access), c’est-à-dire un open access voyou ou malhonnête, les articles déposés en ligne par les chercheurs sans respecter les règles des éditeurs. Si à l’origine, le terme est plus large[20], il est de plus en plus utilisé ces derniers mois pour désigner spécifiquement les dépôts sur les réseaux sociaux académiques. On sait que les réseaux sociaux contribuent à une plus grande diffusion de la recherche scientifique. Un échantillon de publications 2015 recensées sur Scopus montre que si 26 % des articles sont accessibles en gold open access et 20 % en green open access, 37 % le sont sur les réseaux sociaux académiques – loin derrière il est vrai l’accès pirate via Sci-Hub et ses 87 % ; cette prédominance de ResearchGate et d’Academia est d’ailleurs valable dans les grandes disciplines. Dans les sciences de la terre par exemple, plus de la moitié des articles de 2010 et 2015 cités sur l’entrepôt de données Pangaea sont accessibles sur ResearchGate, mais surtout près d’un quart ne sont accessibles librement que sur ResearchGate. De la même façon, à la Hanken School of Economics en Finlande, les réseaux sont là encore la principale source de publications uniques, moitié plus que les réservoirs institutionnels par exemple.

Mais ces réseaux nuisent aux principes mêmes de l’open access. On le répète de plus en plus, les réseaux sociaux académiques ne font pas du vrai open access : ils ne répondent pas à la définition de réservoirs en open access et ne sont nullement comparables à des services d’archives ouvertes comme HAL[21] ; ils ne répondent pas aux « principes d’une communication académique ouverte, équitable, soutenable, motivée par la recherche et la culture (par opposition à : motivée par la technologie et le modèle économique) » (Jeroen Bosman et Bianca Kramer) tels que cherche à la développer FORCE11, notamment autour de l’idée de « communs de la recherche » (scholarly commons). Par ailleurs, on sait combien ces réseaux misent sur le travail fourni gratuitement par leurs usagers pour accroître leurs données à des fins commerciales, quitte à modifier même les informations pour rendre toujours plus captifs les utilisateurs. Dernier exemple en date : aider ResearchGate à attribuer les bonnes publications aux bons chercheurs. Enfin, la mise en redressement judiciaire de Viadeo, longtemps leader des réseaux sociaux professionnels en France devant LinkedIn, et la suspension de ses actions en bourse, en novembre dernier, vient rappeler combien le modèle économique de ces sociétés n’est pas pérenne.

Une course aux solutions alternatives

L’affaire #DeleteAcademiaEdu puis le rachat de SSRN par Elsevier en 2016 ont eu le mérite de mettre en valeur certaines faiblesses des solutions alternatives à disposition des chercheurs pour favoriser le vrai open access. Or, que ce soit pour diffuser ses publications ou accéder à du contenu en vrai libre accès, les solutions se multiplient depuis un an, au point de donner le vertige.

Premier axe, donc, le développement d’archives ouvertes internationales permettant le dépôt de ses publications, et plus particulièrement, sur le modèle d’arXiv, ses preprints. On sait en effet que la question des prépublications est particulièrement d’actualité pour le débat sur l’open access, dans les différentes disciplines et auprès des différents acteurs. On distinguera cependant les différentes initiatives en cours : si une partie de ces nouveaux services sont une réponse de chercheurs aux réseaux sociaux académiques, certains sont en revanche directement développés par les éditeurs. Du côté des chercheurs, on notera les nombreux services disciplinaires hébergés sur OSF preprints, la plateforme gratuite et open source du Center for open science (pour ne citer que les serveurs thématiques déjà ouverts : AgriXiv en agriculture, EngrXiv en sciences de l’ingénieur, LawArXiv en droit, Lissa en sciences de l’information, NutriXiv en nutrition, PaleoXiv en paléontologie, PsyArXiv preprints en psychologie, SocArXiv en sociologie, SportRxiv en sport : Thesis Commons pour les thèses) ; le Center for open science s’attend à ouvrir plus de 20 services différents d’ici fin 2017. D’autres initiatives sont sont financées par des organisations not-for-profit (BioRxiv en biologie par le Cold Spring Harbor laboratory, Humanities commons par la Modern language association, initiatives déjà citées du Wellcome Trust et de la Fondation Bill et Melinda Gates) ; une plateforme de même type serait même envisagée par la Commission européenne. D’autres initiatives enfin sont directement développées par les éditeurs pour des raisons stratégiques évidentes. C’est le cas de ChemRxiv en chimie, initiée par l’American chemical society avec une technologie Figshare. C’est le cas également d’Elsevier : non content d’avoir développé cette année une nouvelle version de SSRN et d’avoir acquis bepress, fournisseur de services d’archives ouvertes institutionnelles, l’éditeur hollandais développe sa propre offre en la matière avec l’élargissement de SSRN hors des sciences sociales via les récents BioRN (biologie) et ChemRN (chimie) et le rapprochement programmé avec Mendeley. Il n’est pas jusqu’à l’American psychological association, après l’affaire des demandes de retrait de notices, qui n’envisage un service de preprints… Dans tous les cas cependant, ces nouveaux services se distinguent des réseaux sociaux académiques, par le respect d’un accès libre, gratuit et pérenne aux documents déposés, par le respect de la légalité du dépôt voire des fonctionnalités proposées (versioning, attribution de DOI, etc.). Mais alors que les initiatives se multiplient, le risque n’est-il pas de perdre le chercheur ? Il conviendra donc aux organismes et aux institutions de travailler ensemble pour créer un portail unique, seul capable de faire le poids face aux réseaux sociaux académiques et de fournir de vraies pistes de développement. Le projet est déjà lancé pour les preprints. Et un accord international élaboré par COAR (Confederation of open access repositories) a été signé courant mai afin de favoriser une meilleure coopération entre les archives ouvertes existantes et permettre le développement du premier réseau mondial en la matière. Car les archives ouvertes institutionnelles ne sont pas mortes ! Mais il est vrai que les scénarios de leurs évolutions possibles ouvrent des pistes toujours plus nombreuses.

Autre piste de développement concernant les plateformes de dépôt de publication, celle de mieux les insérer dans le travail des chercheurs, tant pour la forme que pour le contenu. Or, dans ces domaines, Academia et ResearchGate, centrés sur le dépôt de publications scientifiques (postprints ou versions éditeurs), ne sont ni très avancés ni légitimes ; cela représente une chance pour toutes ces initiatives et ouvre la voie à une vraie alternative libre au paysage de la publication actuel et à ses dérives, voire de nouvelles voies de partage. Concernant la forme des documents déposés, les réflexions autour des évolutions d’arXiv sont révélatrices : format web, diversification des contenus, identifiants numériques, métriques alternatives, « découvrabilité », sont au cœur des nouveaux besoins de la science[22]. Concernant le contenu même de ces plateformes, les communautés s’interrogent également sur la place des archives ouvertes en leur sein : orientation vers des serveurs de prépublications (SciELO), association de la plateforme à des fonctionnalités d’échanges et/ou de profils (Humanities commons, arXiv), mise en valeur du contenu des archives ouvertes (épi-revues et méga-journaux, appel à une plateforme libre accès européenne) utilisation de l’entrepôt comme plateforme de publication (SocArXiv, University college London), les idées ne manquent pas et vont dans le sens d’une science vraiment ouverte. Mais attention : « Pour se lancer dans cette voie, les entités de recherche doivent combiner trois atouts : une notoriété internationale affirmée (inutile d’avoir une plate-forme de publication si elle n’est pas consultée), une taille suffisante pour publier un nombre d’articles significatif et … une volonté stratégique de se réapproprier le processus de la publication scientifique » (Michel Vajou). Et quand bien même, il faut « mobilis[er] des moyens techniques d’ingénierie documentaire afin de fluidifier le dépôt et d’augmenter l’offre de services sur les plateformes d’archives ouvertes » (Catherine Kounelis), il est évident que les archives ouvertes ne pourront jamais totalement s’aligner avec certaines pratiques des réseaux sociaux. Il est sans doute tout aussi important de développer des outils d’aide aux chercheurs pour prendre en main les archives. C’est le cas de Dissemin, service gratuit et open source produit par l’association CAPSH (Comité pour l’accessibilité aux publications en sciences et humanités) qui « détecte les articles en accès payant et permet à leurs auteurs de les déposer en un clic vers une archive ouverte ». Le dépôt, initialement possible uniquement sur Zenodo est désormais également possible sur HAL. S’il reste encore de nombreuses adaptations possibles et quelques questions, cela ouvre la voie à un vrai dépôt simplifié dans HAL. Dissemin permet également depuis quelques semaines le dépôt de preprints dans OSF preprints. Autre initiative de chercheur, Academia migrate, service open source lui aussi, qui permet de récupérer ses métadonnées bibliographiques et ses PDF sur Academia et de les déposer sur Zenodo.

Cette année a enfin été marquée par le développement de services permettant de contrer les réseaux sociaux académiques, cette fois-ci sous l’angle de la recherche d’information, et non plus de dépôts. Bien sûr, l’utilisation de Google (et notamment Google scholar) est encore la manière la plus utilisée pour rechercher une publication gratuitement, mais d’autres alternatives sont à connaître. Des extensions de navigateurs et des moteurs de recherche sont ainsi venus s’ajouter aux plus connus Lazy scholar ou Open access button pour permettre de repérer des publications d’accès libre sur internet. Deux services sont centrés sur des ressources en accès libre : d’une part, le résolveur DOAI, proposé par le CAPSH, déjà derrière Dissemin, qui cherche des PDF en accès libre (y compris sur ResearchGate) ; d’autre part, l’extension Unpaywall de l’association ImpactStory, basée sur l’API oaDOI, centrée sur le vrai open access (elle ignorait même au départ Academia et ResearchGate). De son côté, l’extension Kopernio (anciennement Canary haz), créé par des chercheurs de l’Imperial College de Londres, recherche d’abord dans les ressources fournies par son institution avant de chercher d’autres versions. Ces initiatives restent cependant de qualité inégale en terme d’accès au PDF recherché, notamment parce qu’ils privilégient la recherche par le DOI. Elles sont cependant suffisamment intéressantes pour les acteurs économiques du domaine pour que Clarivate analytics, responsable du Web of science, ait annoncé un partenariat avec ImpactStory afin d’utiliser le service oaDOI et ainsi proposer du contenu open access légal dans le WOS[23] – une fois de plus on soulignera le rapprochement d’un acteur du secteur privé, et d’un organisme not-for-profit.

Réseaux sociaux et réflexions institutionnelles : « compétition ou complément » ?

Plusieurs titres de publications ou d’événements récents comme Workshop on scholarly collaboration networks: are they (h)arming open access ? (partie 1, partie 2) et « Institutional Repositories and Academic Social Networks: Competition or Complement ? » donnent le ton et illustrent une position nuancée des réseaux sociaux académiques par rapport à l’open access. De fait, à première vue, les réseaux nuisent aux initiatives institutionnelles. La dernière édition du Ranking web of repositories place Academia et ResearchGate en tête de classement – ResearchGate passant pour la première fois devant Academia[24]. 11 % des articles des chercheurs des universités espagnoles les mieux classées publiés en 2014 sont en archives ouvertes 2 ans plus tard contre 55 % sur ResearchGate. Même dans un établissement comme l’Ecole polytechnique fédérale de Zurich, dotée depuis 2008 d’une forte politique en faveur de l’open access, les réseaux sociaux sont devant l’archive institutionnelle (26,5 % contre 23,6 %) ; ils sont en deuxième position pour « publier » en « open access » les résultats de sa recherche, juste derrière les journaux open access. On retrouve cette orientation à l’université de Rhode Island, elle aussi dotée d’une politique en faveur de l’open access. Motifs invoqués ici et : ignorance de l’existence ou du fonctionnement des archives ouvertes et connaissance des avantages proposés par ResearchGate.

La différence entre réseaux sociaux et archives ouvertes semble progressivement bien comprise dans le monde de la recherche. De plus en plus de professionnels de l’IST produisent, parfois à la demande de leur établissement, des préconisations sur l’usage des réseaux sociaux académiques (par exemple à l’INRA et à l’Université Toulouse Jean Jaurès) et conseillent le dépôt sur HAL et le simple lien sur Academia (par exemple les bibliothèques universitaires de l’Université Jean Moulin Lyon 3 ou l’INRAP). Des organismes importants ont appelé à un usage responsable des réseaux sociaux : le guide du COMETS (Comité d’éthique du CNRS), approuvé conjointement par le CNRS et la CPU, Pratiquer une recherche intègre et responsable publié en novembre 2016/mars 2017 réserve une partie spécifique à la question « Publications et réseaux sociaux scientifiques », en rappelant que « leur usage doit se faire dans le respect des règles de bonnes conduites » et que « le dépôt sur ces plateformes engage la responsabilité individuelle du dépositaire mais pas celle de l’organisme employeur, même si le nom de celui-ci y figure ». De la même façon, des initiatives se multiplient pour proposer des profils indépendants des sociétés commerciales (ex. : MLA commons) ou pour créer au niveau institutionnel de « super »-profils, agrégeant les traces des chercheurs en ligne. Pour la France, signalons la création prochaine d’un annuaire national fédéré des titulaires d’un doctorat, avec l’attribution d’une adresse mail à vie.

A contrario, les réseaux sociaux académiques peuvent avoir un intérêt pour les initiatives institutionnelles dans trois directions différentes : 1° les archives ouvertes ; 2° l’accès aux documents ; 3° la visibilité de l’institution. Concernant le premier point, celui des archives ouvertes, on sait déjà que des évolutions de la version 3 de HAL ont été directement inspirées par les réseaux sociaux. Ils ont sans doute un rôle pédagogique pour sensibiliser ainsi à la question des archives ouvertes : pour certains professionnels de l’information, les réseaux sociaux académiques ne doivent pas être vus comme une menace pour l’open access mais bien comme un « complément » (Julia A. Lovett et al.) dans la mesure où les chercheurs partageant sur ResearchGate seraient plus enclins à respecter toute politique en faveur de l’open access, et inversement. Par ailleurs, on sait par exemple que les utilisateurs d’arXiv utilisent moins ResearchGate. Le problème concernerait moins le partage sur ResearchGate ou en archives ouvertes, que le type de version de l’article autorisé sur les plateformes et l’absence de partage en ligne tout court. Chacuns à leurs manières, réseaux sociaux académiques comme archives ouvertes montreraient la partielle faillite du green open access. Mais les réseaux sociaux montrent aussi les lacunes du gold open access, et la nécessité d’accélérer la transition au gold. Car ce n’est pas tant les réseaux sociaux qui nuisent à ce modèle de publication que le manque d’autres structures. Pourquoi certaines publications financées par l’ESRC (Economic and social research council) britannique ne sont-elles finalement pas publiées en open access malgré un mandat obligatoire ? Parce qu’elles sont téléchargées sur les réseaux sociaux académiques (24 %), mais plus grave, parce que la revue ciblée ne propose pas d’option open access (35 %) ou parce que le financement n’était pas suffisant pour faire face aux APC (article processing charges, 48%)… Deuxième point, les réseaux sociaux font désormais aussi partie de la réflexion institutionnelle pour l’accès aux documents, notamment dans la lutte contre les éditeurs. A l’occasion du conflit entre Elsevier et les universités allemandes autour de la renégociation de leurs licences, Ralf Schimmer, directeur adjoint de la bibliothèque numérique Max Planck et membre du groupe de travail du consortium Projekt DEAL chargé des négociations, l’affirme clairement : « Grâce à des réseaux sociaux comme ResearchGate, aux archives institutionnelles et aux chercheurs individuels qui envoient par e-mail leur recherche à d’autres, le manque d’accès aux plateformes des plus gros éditeurs est bien moins un problème que précédemment ». C’est bien aussi la position de la Bibliothèque Clermont Université lors de la fin de l’abonnement à la Full collection de Wiley. Enfin, troisième point, les organismes voient de plus en plus l’intérêt à tirer des réseaux sociaux académiques en termes de visibilité, d’autant que le RG score pourrait devenir un outil intéressant d’évaluation de la performance au niveau d’une institution : certaines universités demandent désormais à leurs chercheurs de mettre à jour leurs profils tandis que d’autres leur demandent de télécharger les publications sur ResearchGate pour améliorer la position de l’université dans les classements internationaux. Ce sont même parfois des bibliothécaires eux-mêmes qui encouragent l’utilisation de ResearchGate et d’Academia pour assurer la publicité d’un journal en open access

Les initiatives institutionnelles peuvent-elle néanmoins contrer les réseaux sociaux académiques ? De plus en plus de chercheurs et de professionnels appellent en effet à un positionnement des pouvoirs publics face aux réseaux sociaux académiques. Mais quelle offre proposer et comment modifier des pratiques déjà très ancrées ? Le quasi-monopole de Facebook et Google dans leurs secteurs d’activité montre combien il est difficile de changer d’outil même si un meilleur se développe par la suite et combien « les métriques et la personnalisation génèrent des coûts de changement supplémentaires pour les utilisateurs » (Roger C. Schonfeld).

 

Des opportunités pour la réputation et les métriques ?

Entre réputations « fantômes » et réputations « découvertes »

Plus qu’à des questions professionnelles, les réseaux sociaux seraient très liés à la productivité et au stress, ce dont certains chercheurs se font bien l’écho. Un article récent met d’ailleurs en garde contre les métriques de ces réseaux sociaux, nouvelles « drogues » qui pourraient transformer l’expérience de leurs utilisateurs en une potentielle, et dangereuse !, addiction voire en des troubles mentaux – ce qui s’ajouterait à une situation déjà peu saine. Or, de nouvelles études viennent confirmer les études précédentes : le RG score n’a aucune valeur en dehors du réseau ResearchGate. Il ne reflète pas la réelle qualité scientifique du chercheur. Par ailleurs, en mélangeant des métriques liées à l’activité scientifique, et des métriques liées à l’engagement sur le réseau lui-même, le RG score pourrait créer des « anomalies réputationnelles » (D. Nicholas et al.) voire des « réputations académiques fantômes » (Enrique Orduna-Malea et al.). Il convient donc d’utiliser le RG score à des fins d’évaluation avec grande prudence d’autant plus que son mode de calcul change au cours du temps et qu’il est toujours possible pour un chercheur de le manipuler. Pourtant, les chercheurs travaillant sur le projet européen Analysis of emerging reputation and funding mechanisms in the context of open science 2.0 estiment que le RG score a du potentiel pour « découvrir » de nouvelles modalités de réputation. Certes ResearchGate est encore une « plateforme réputationnelle émergente », mais en proposant des métriques jusque-là ignorées ainsi que des métriques instantanées, il va au-delà des mécanismes « réputationnels » antérieurs, et donne en outre aux chercheurs la possibilité d’établir une réputation en fonction de leurs pratiques et de leurs besoins propres. Par ailleurs, il est possible à terme que l’engagement sur la plateforme assure une meilleure visibilité et un plus grand impact, ce qui est particulièrement intéressant pour les jeunes chercheurs – au besoin en assurant une vraie promotion de leurs publications auprès des chercheurs « influents ».

Si cette gamification de la recherche académique, cette « convergence du self-branding et de la logique des médias sociaux » (Brooke E. Duffy et Jefferson Pooley) pose nécessairement la question de la transformation du professionnel de la recherche en un produit comme les autres, les réseaux sont aussi un moyen de reprendre en main son propre profil et sa propre visibilité, d’autant qu’ils contribuent à la « légitimité médiatique » du chercheur (Camille Alloing). D’ailleurs, plus de 70 % des chercheurs estiment qu’ils pourraient faire davantage pour promouvoir leur recherche sur les médias sociaux, tandis que les jeunes chercheurs semblent plus désireux de partager leurs recherches avec le grand public que les chercheurs plus anciens. Les éditeurs l’ont bien compris, alors que leur position dans ce domaine commence à vaciller. Du côté de Mendeley, les statistiques sont désormais présentes par défaut sur le profil public, tandis que Kudos a lancé cet été un jeu, qui sous le slogan « Tester les muscles de l’impact de votre recherche » doit permettre « d’une manière ludique de plus réfléchir à la manière dont la recherche est disséminée – et pour les chercheurs de comparer leurs efforts avec ceux de leurs pairs » (Kudos). C’est d’ailleurs dans ce domaine qu’est apparu le dernier né des réseaux sociaux académiques, Scholabrate de la société Knowledge Observer Inc. : fondé par Aviv Pichhadze, docteur en philosophie à l’université de York, Scholabrate plutôt que de mettre l’accent sur la publication vise plutôt à mettre en valeur les autres activités et réussites des chercheurs (enseignement, récompenses) et la collaboration (salles virtuelles, partage de documents) [ex. de profil].

Des métriques toujours sujettes à caution

Début 2017, ResearchGate a changé l’interface des profils publics. Si les projects sont désormais bien visibles, en revanche, la disparition d’un des quatre onglets est passée plus inaperçue. Désormais, à côté des onglets publics « overview », « contributions » et « info », on ne trouve plus l’onglet « stats » qui permettait d’accéder aux différentes métriques du profil. Pourquoi est-ce important ? Parce que cela montre le souhait de la société de ne plus mettre en avant cet aspect-là des profils. Il faut dire qu’après les violentes critiques reçues l’an dernier sur les métriques fournies, et notamment le RG score, ResearchGate marche sur des œufs. Ce recul est d’ailleurs d’autant plus intéressant qu’au même moment Academia monétise dans son offre premium les informations sur les métriques et que Mendeley suit le chemin inverse. Bien sûr, ResearchGate n’a pas l’intention de supprimer les métriques – ces informations sont toujours visibles quand on est connecté. Les métriques font partie des motivations des chercheurs pour être présents sur les réseaux sociaux : 59 % des chercheurs utiliseraient les réseaux sociaux académiques pour vérifier leurs métriques. En outre, les métriques sont un excellent produit d’appel pour faire s’inscrire puis se connecter régulièrement les chercheurs. Et puis, il ne semble pas possible d’associer productivité du chercheur et présence sur les réseaux : l’activité des chercheurs sur ces réseaux serait plutôt « sporadique [et] non intense », notamment parce qu’ils ne souhaitent pas faire d’efforts démesurés pour rendre leurs publications accessibles en ligne. D’ailleurs, une part non négligeable des chercheurs les plus prolifiques estime même que les réseaux sociaux ne sont pas un canal de diffusion nécessaire de leurs publications dans la mesure où ce travail est déjà assuré par les revues.

La suppression de l’onglet « stats » des profils ResearchGate illustre surtout la volonté de la société de réfléchir aux métriques à proposer et de s’inscrire dans les débats en cours sur le niveau des métriques. Exit la mention du facteur d’impact sur les profils des revues et bienvenue à une métrique maison, sur le principe du RG score individuel : le RG journal impact (ex. : 14, 23 en 2015/2016 pour Science contre IF 37,205 ; 11,57 pour Nature contre IF 40,137 ; 8,4 pour The Lancet contre IF 47,831). Mode de calcul ? « Cette valeur est calculée à partir des données de ResearchGate et est basée sur un nombre moyen de citations [average citation counts] du travail publié dans ce journal »[25]. Pas très clair sur les contours, le type de documents ou le mode de calcul, et, de l’aveu même de ResearchGate, pas non plus exhaustif, mais qui souligne combien de plus en plus d’acteurs essayent de proposer une alternative au facteur d’impact de Thomson Reuters/Clarivate Analytics – le dernier en date, c’est Elsevier avec son CiteScore. Il serait cependant intéressant de savoir dans quelle mesure ces métriques concurrentes se chevauchent ou non. Mais, la réflexion rejoint aussi des réflexions actuelles sur les limites du facteur d’impact et les altmetrics : « Parce que [les métriques associées aux revues] ne donnent pas d’indication fiable sur un article ou un chercheur donné publié dans la revue », ResearchGate veut développer les métriques au niveau de l’article ou du chercheur individuellement (h-index, RG score voire d’autres encore). Non content de fidéliser les utilisateurs, « ce changement est tout sauf anodin : la diminution de l’importance de la revue et son fameux facteur d’impact affaiblit le système éditorial traditionnel » (Arthur Perret et Karim Sellami).

Que retenir cependant des citations indiquées par ResearchGate ? Le réseau social peut-il être considéré comme une source intéressante de données à côté du trio Web of science, Scopus et Google scholar ?[26]. Une étude portant sur les articles les plus récents de plusieurs revues en sciences de l’information indique ainsi que ResearchGate trouve moins de citations que Google scholar, dont la base de données est plus importante, mais plus que le Web of science et Scopus. Par ailleurs, la corrélation est plus grande entre les deux premiers qu’entre les deux derniers, montrant que les deux services utilisent vraisemblablement le même type de sources de données, y compris les preprints, même si la visibilité des publications sur les différentes plateformes dépend aussi de leur type et de la langue de rédaction. On sait également que ResearchGate propose, à la marge, des documents non indexés dans Google scholar ou Google. Reste la question récurrente du type de contenu (documents en peer-review ou non ?), et donc de la qualité de la recherche repérée par ResearchGate et Google scholar. Dans les tous les cas, cela met de plus en plus à mal les bases de données commerciales et rappellent l’intérêt de bases de données accessibles plus largement, ce que montre également le projet OpenCitations. Un point d’attention concerne également les revues prédatrices, qui se voient attribuer des métriques par ResearchGate comme les autres revues au risque « de les voir reconnues comme des revues fiables et de bonne qualité » (Aamir Raoof Memon) – il est vrai cependant que les revues prédatrices sont même indexées par PubMed. Concernant maintenant le lien entre accessibilité et citations, une autre étude portant sur quatre universités différentes indique qu’il y a une forte corrélation entre les deux éléments sur ResearchGate, confirmant ce qu’une étude de l’an dernier avait trouvé pour Academia, mais ne confirmant finalement rien de plus que ce que l’on savait déjà pour l’open access : visibilité = citabilité.

 

Le « Be visible or vanish » des professionnels de l’IST


« Be visible or vanish » : réseaux sociaux et accompagnement des chercheurs. Tel était le titre d’un atelier tenu à l’occasion du dernier carrefour de l’IST dont le thème était cette année Innovations de rupture : Quelles missions et compétences à réinventer pour les professionnels de l’IST ? Cela fait en effet des années maintenant que l’on annonce la dissolution sinon la disparition des bibliothèques et des professionnels de l’IST à l’heure du tout numérique. Or, si le « Be visible or vanish » est désormais de mieux en mieux compris par les chercheurs – témoins, les réseaux sociaux académiques, justement -, la place des professionnels de l’IST reste encore largement à réinventer. Sans revenir sur le contenu de cette intervention, soulignons-en les points saillants et les plus récents pour ce qui concerne les réseaux sociaux et le positionnement des professionnels de l’IST dans ce contexte, afin d’éviter, à leur tour, le « Be visible or vanish ».

Attentes et besoins des chercheurs

Contre toute attente, la première question posée par le jeu de Kudos mentionné plus haut, avant même de connaître la stratégie ou les outils utilisés par les chercheurs, est « Avez-vous eu la possibilité de suivre des formations pour améliorer l’impact de votre recherche ? ». Interrogés sur leurs besoins prioritaires en matière d’accompagnement et de formation, les chercheurs de l’enquête Dialogu’IST 2016 privilégient tout ce qui concerne la communication sur internet (diffusion et valorisation de ses publications, visibilité professionnelle et communication et médiation numérique sur les médias sociaux), assez loin devant les autres évolutions du paysage (évolution des métriques et données de la recherche). 9 chercheurs et doctorants sur 10 interrogés par l’étude Sircome exprimaient cependant la sensation de ne pas être accompagnés par leur organisme dans l’utilisation des réseaux sociaux. Certes 30% des chercheurs ne le souhaitent pas, qu’ils maîtrisent déjà les réseaux, qu’ils ne veuillent pas s’y investir ou qu’ils ne veuillent pas voir leur institution se mêler de leur propre communication. Mais 30 % des chercheurs souhaiteraient être accompagnés, et découvrir ainsi l’offre à disposition et les avantages et inconvénients des différents services, mais aussi disposer de documents de références. Faute d’intérêt peut-être ou manque de confiance dans leur organisme, 40 % ne verraient donc pas encore l’utilité d’être accompagnés. Dans tous les cas, ce que les chercheurs recherchent, c’est de pouvoir avoir le contrôle sur leur identité numérique, sites institutionnels comme réseaux sociaux. C’est clairement dans ce créneau-là que se place la nouvelle offre de site personnel d’Academia.

Des études récentes soulignent à nouveau l’importance d’informer et de former les chercheurs sur ces questions de réseaux sociaux afin de rendre les chercheurs plus efficaces, autonomes et confiants dans leur propre usage de ces outils. C’est ainsi le cas des doctorants qui voient dans la multiplication des médias sociaux plus une gêne qu’une occasion de changer leurs pratiques. De la même façon, le récent rapport européen Providing researchers with the skills and competencies they need to practise open science souligne l’importance d’insérer dans la formation des doctorants à l’open science, un volet spécifique sur le réseautage à l’international. En ce qui concerne la forme de cet accompagnement, chercheurs comme doctorants privilégient les tutoriels aux formations en présentiel, voire l’apprentissage par le faire pour acquérir de nouvelles compétences.

Les bibliothèques comme « aiguilleurs du savoir »

On l’a déjà vu pour les archives ouvertes ; c’est vrai aussi des professionnels de l’IST : ils peuvent profiter des changements et des innovations portés par les réseaux sociaux académiques pour se resituer dans la communauté académique, au prix néanmoins de nécessaires évolutions structurelles et techniques. A ce titre, la mise en place de plus en plus fréquente de services de scholarly communication[27] dans les bibliothèques anglophones notamment ces cinq dernières années est révélatrice des mutations autour de services aux chercheurs. Si bien sûr, il n’y a pas de modèle unique et idéal pour ces services, la question de la diffusion des publications sur internet et de la visibilité professionnelle du chercheur est souvent un élément important de l’offre, à côté de la publication scientifique, des données de la recherche ou la communication institutionnelle. Il reste encore un certain nombre de questions sur une offre orientée spécifiquement sur les réseaux sociaux (légitimité de ces outils, visibilité de l’offre, personnalisation de l’engagement), mais de plus en plus de professionnels de l’IST soulignent la responsabilité des services IST en ce domaine et la nécessité de proposer une offre d’accompagnement pleinement cohérente avec les pratiques des chercheurs, faisant des bibliothèques de véritables « aiguilleurs du savoir à l’ère numérique » (Chérifa Boukacem-Zeghmouri).

Certaines universités ont sauté le pas. L’université du Texas à Arlington a ainsi proposé à l’automne 2016 une offre d’emploi de bibliothécaire chargée de « l’impact académique » (scholarly impact). Que trouvait-on notamment dans les missions du poste ? La connaissance d’outils permettant à la communauté académique d’améliorer son identité numérique, comme les identifiants chercheurs, les archives ouvertes, les blogs et … les réseaux sociaux académiques. Compétences requises, entre autres : « Expérience dans l’utilisation d’outils de réseautage dans un contexte académique » et « Capacité à exceller dans un environnement en « bêta perpétuel », avec des changements fréquents et des prises de risques intelligentes »… Le défi est autant du côté des chercheurs que des professionnels de l’information. Malheureusement, la moitié des personnels des services de scholarly communication anglais ayant un profil IST estiment que leur formation en IST ne leur donne pas les connaissances nécessaires en ce qui concerne la communication scientifique justement ; des compétences que l’on attend néanmoins tant des chercheurs que des professionnels de l’IST[28]. Du côté français, l’enquête Dialogu’IST de l’automne dernier révèle que pour faire face aux nouvelles compétences requises par l’évolution de leurs activités, les professionnels de l’IST souhaiteraient aborder en priorité la question de la visibilité de la production scientifique, puis celle de la conservation de la production scientifique, juste devant l’identité numérique et la visibilité du chercheur. Finalement, autant que la formation et l’accompagnement des chercheurs aux réseaux sociaux, c’est la formation et l’accompagnement des professionnels de l’IST à ces questions qui est importante.

 

 

Conclusion 2017, en attendant la suite…

« Couteaux suisses de la communication académique » ou « clubs Diogène » ? Rapport aux éditeurs ? Innovation de rupture ou continuité de l’écosystème scientifique ? Positionnement par rapport à Sci-Hub ? Rivaux ou aiguillons des initiatives open access et institutionnelles ?… Au-delà même de l’affaire pendante entre l’association STM et ResearchGate[29], cette année encore, les réseaux sociaux académiques restent décidément un bon angle d’observation pour illustrer l’actualité et les évolutions en cours dans la communication scientifique, tant pour le contexte que pour les usages et les droits. Et une fois de plus, c’est un portrait en demi-teinte que l’on peut dresser de ces réseaux, entre « open access à la Robin des bois », au service des chercheurs contre les puissants acteurs éditoriaux, et « open access voyou », au service surtout d’eux-mêmes. Pour les jeunes chercheurs français cependant, l’affaire semble entendue : prenant les réseaux sociaux académiques pour ce qu’ils sont, « ils pensent qu’ils apportent une nouvelle façon de voir les choses et qu’ils contribueront à changer le système » (D. Nicholas et al.).

 

Notes

[1] Rappelons pour mémoire qu’il y aurait entre 7,8 M. et 25, 5 M. de chercheurs dans le monde (chiffres UNESCO, 2013 et OCDE, 2014). (retour)

[2] Dans le détail, le trio de tête sur ResearchGate concerne : médecine (15 %), biologie (14 %) et sciences de l’ingénieur (14 %). Pour une répartition par discipline, localisation et expérience, on pourra également regarder l’outil destiné aux recruteurs, le candidate reach tool. (retour)

[3] Les membres du « club Diogène », inventé par Arthur Conan Doyle, n’étaient pas autorisés à prêter attention aux autres membres du club. Cf. Wikipédia. (retour)

[4] Enquête en ligne Researcher Survey, 02/2017 par le FairShareNetwork, sponsorisée par 10 éditeurs dont Cambridge university press, De Gruyter Sage, Taylor & Francis et menée par TBI Communications et Kudos ; résultats sur le blog de Kudos, The scholarly kitchen et un support de présentation. Enquête en ligne Springer Nature, 02/2017 Survey about researchers perspectives on usage of social media and scholarly collaboration networks et résultats sur le site de Nature. (retour)

[5] C. Boudry et A. Bouchard sur un échantillon de 1 500 articles en biologie/médecine sur ResearchGate (2013-2015) ; H. R. Jamali sur un échantillon de 500 articles en anglais sur ResearchGate ; M. Laakso et J. Lindman sur huit revues majeures dans le domaine des systèmes d’information sur ResearchGate (2010–2014) ; M. Laakso et al. sur les chercheurs de la Hanken School of Economics en Finlande. L’usage plus important de ResearchGate par les chercheurs explique que les études se concentrent sur ce réseau et beaucoup moins sur Academia. Voir également J. Lee et al. pour une liste des 18 facteurs de motivation pour déposer ses publications sur les réseaux sociaux. (retour)

[6] Rappelons que même si ResearchGate renvoie par exemple à SHERPA/RoMEO pour vérifier les consignes des éditeurs, ce site concerne l’open access, et ne prend pas en compte la politique spécifique des éditeurs par rapport aux réseaux sociaux académiques. Pour les plus gros éditeurs, c’est le site How can I share it, mis en place l’an dernier, qui fait référence – ce que signale d’ailleurs l’association STM à ResearchGate dans un courrier du 15 septembre, sur lequel nous revenons ci-après. Il est cependant loin d’être exhaustif pour l’ensemble des éditeurs. Dans les autres cas, il convient de se renseigner directement auprès de l’éditeur, via son site internet par exemple – 87 % des chercheurs estimeraient d’ailleurs utile de disposer d’un site unique pour vérifier ces consignes. Dans ces conditions, les études qui utilisent SHERPA/RoMEO pour étudier la légalité des dépôts sur les réseaux sociaux sous-estiment vraisemblablement les vrais chiffres de dépôts illégaux. (retour)

[7] Les contenus d’Elsevier disponibles sur Sci-Hub représenteraient 97 % du catalogue d’Elsevier et 1/3 des articles téléchargés par les utilisateurs. (retour)

[8] Assez curieusement, cette enquête semble la seule occurrence de ce nom sur internet… (retour)

[9] Lors de son procès contre Sci-Hub, Elsevier a obtenu 15 M. de dollars pour une liste de seulement 100 articles rendus accessibles illégalement. On imagine quels seraient les montants demandés à ResearchGate pour l’ensemble du contenu illégal des éditeurs de l’association STM… A titre de comparaison, la plateforme de streaming musical Grooveshark avait été condamnée à 700 M. de dollars d’amendes pour du contenu ne respectant pas le copyright et avait alors dû fermer ses portes en 2015. Notons également que le courrier de l’association STM ne semble pas avoir été rédigé après consultation de l’ensemble des membres, ce qui explique pourquoi le courrier indique que ce sera aux différents éditeurs, individuellement ou en groupe, de continuer les poursuites. (retour)

[10] Sur cette question, on pourra se reporter à la FAQ de Couperin, aux billets des 31/10/2016 et 15/02/2017 et à la présentation lors de la journée OpenAIRE 2017 de Lionel Maurel, aux documents du CNRS [actes du colloque de Meudon, rapport Le travail de la science et le numérique. Données, publications, plateformes. Une analyse systémique de la loi pour une République numérique et dossier « L’application de la loi « Pour une République numérique » : un guide partagé pour le travail de la science »], ou encore à l’Activ’IST n°4 de l’INRA. On pourra également consulter le site WillO. Droits et obligations des chercheurs de diffuser leurs publications en libre accès, produit par Lilliad, le learning center de l’université de Lille (présentation et outil). Rappelons que si la communauté scientifique a exprimé des recommandations (conseil scientifique du CNRS) et si certains points restent à clarifier par le législateur (rétroactivité, périmètre des éditeurs, évaluation du financement de l’auteur, accès matériel au fichier concerné – cf. question N° 102688 au gouvernement du 14/02/2017), la partie touchant spécifiquement au « libre accès aux publications scientifiques de la recherche publique » est applicable dès le 9 octobre 2016 sans attendre de décret d’application. (retour)

[11] Cette information est tirée d’une offre d’emploi d’ingénieur système publiée sur le site Academia à l’automne 2016 : « Academia’s strategy is to fix this broken 100-year old monopolistic system by becoming the largest academic publisher in the world, which is a $10 billion market. We are already the world’s largest academic distribution platform, by users and traffic […]. Now, we’re building and scaling out a modern peer review system, which will turn our distribution platform into a publishing platform » (lien, poste de « distributed systems infrastructure engineer »). (retour)

[12] Pour un point sur la question, se reporter au billet de l’an dernier. (retour)

[13] Par exemple, la société d’A. Kutcher A-Grade a investi dans Airbnb, Spotify, ou Uber, tandis que le groupe Arnault a investi dans Airbnb et Spotify, et Goldman Sachs, dans Spotify et Uber. Source : Crunchbase. (retour)

[14] Cette information était indiquée sur une offre d’emploi d’ingénieur système publiée sur le site Academia à l’automne 2016 : « We have plenty of cash in the bank and are working on both viral growth and converting power users from our freemium to our premium product features ». La même offre d’emploi indiquait également le souhait de dépasser 60 millions de comptes (lien, poste de « distributed systems infrastructure engineer »). (retour)

[15] Cette information était indiquée sur une offre d’emploi d’ingénieur logiciel publiée sur le site Academia à l’été 2017 : « Academia is disrupting the 10 billion dollar academic publishing industry. In August 2016 we closed an $11M Series C round at a 2x higher valuation than our previous round. We’re building revenue with our rapidly growing premium product » (lien, poste de « full-stack software engineer »). (retour)

[16] Parmi ces prises de position, et outre le complément de Sarah Bond elle-même et sa traduction en français, on pourra citer, et par ordre chronologique, les billets et les commentaires qui leur font suite de Kathleen Fitzpatrick, associate axecutive director de la Modern language association, Ethan Gruber, chercheur en numismatique, Stuart Elden, théoricien politique à l’université de Warwick, Sam Kinsley, géographe à l’université d’Exeter, Jon Tennant, paléontologue ici et ici, Ico Maly, chercheur sur les médias numériques, Luís Henriques, doctorant en musicologue à l’université d’Evora, et le hashtag concerné sur Twitter. Dans le même ordre d’idées, on pourra également voir Christian Wilmes, géographe à l’université de Cologne et Katie Corker, chercheuse en psychologie à la Grand Valley State University d’Allendale. (retour)

[17] A titre de comparaison, Mendeley s’est rapproché d’ORCID, qu’il veille à être bien référencé par Google ou encore que son nouveau service Mendeley data suit les principes FAIR. (retour)

[18] Selon William Gunn, de chez Mendeley-Elsevier, «Je voudrais aussi souligner le fait que s’il est facile d’identifier du contenu ne respectant pas le droit d’auteur, rediriger les utilisateurs vers la version appropriée est un plus grand défi. Elsevier travaille sur une solution qui permettrait une distinction plus efficace des versions d’un article sur les plateformes ». Notons également que Crossref accepte désormais d’attribuer des DOI aux preprints. (retour)

[19] Sur la question du TDM, on rappellera que le Royaume-Uni est le premier pays européen à avoir introduit une exception pour le TDM dans sa législation dès 2014 ; c’est une des attentes et des questions soulevées en France par la loi pour une République numérique, dans un cadre légal, pour la recherche publique et sans finalité commerciale ; et c’est enfin un point qui sera abordé dans la future directive européenne sur le droit d’auteur. Pour les données de la recherche, on renverra à ce support de formation récent de Francis André. (retour)

[20] Pour E. Archambault et al., le terme de Rogue open access [i. e. libre accès voyou] ou de Robin Hood OA [i. e. libre accès justicier] désigne « les articles qui sont librement accessibles en dépit des restrictions, des droits d’usages et du droit d’auteur. C’est le cas quand les chercheurs décident de rendre leurs articles accessibles gratuitement et les auto-archivent dans des réservoirs institutionnels ou sur certains sites d’agrégation, c’est-à-dire quand ils décident de rendre leurs articles accessibles dans le format finalement publié sans se soucier des règles établies par les éditeurs et recensées sur la liste SHERPA/RoMEO ». Cela ne concerne donc pas des sites pirates comme Sci-Hub. (retour)

[21] Pour l’instant, Academia comme ResearchGate ne permettent pas de récupérer les données, même publiques, de leurs bases de données. Cette situation peut-elle changer ? En effet, un juge vient de décider que Microsoft doit autoriser une société tierce à récupérer les données publiques des utilisateurs de LinkedIn. Le juge a notamment exprimé ses préoccupations de voir LinkedIn « mettre injustement à profit son pouvoir dans le domaine du réseautage professionnel à des fins anticoncurrentielles ». (retour)

[22] Pour d’autres exemples, on pourra se reporter au hashtag #nextgenrepositories sur Twitter. Les recommandations du groupe de travail de COAR (Confederation of open access repositories) « Next generation repositories » doivent être publiées courant octobre 2017. (retour)

[23] Rappelons que le Web of science signale déjà les ressources de Medline et de Scielo. (retour)

[24] L’édition de juillet 2017 a été supprimée, sans motif semble-t-il, mais les informations étaient un temps visibles. (retour)

[25] Rappelons que ces données de ResearchGate ne sont pas uniquement issues du contenu déposé par les utilisateurs du réseau, mais proviennent du moteur de recherche spécifique associé au service, celui qui permet d’alerter les chercheurs dès qu’une nouvelle publication à leur nom est repérée sur internet. (retour)

[26] D’une manière générale, ResearchGate fait l’objet de plus d’études qu’Academia, notamment sur cette question des citations. (retour)

[27] Définition de l’Association of research libraries (2003) : « Scholarly communication can be defined as the system through which research and other scholarly writings are created, evaluated for quality, disseminated to the scholarly community, and preserved for future use. The system includes both formal means of communication, such as publication in peer-reviewed journals, and informal channels, such as electronic listservs ». (retour)

[28] Le récent rapport de NASIG Core competencies for scholarly communication librarians. Final draft met l’accent sur cinq axes : 1. Institutional repository management ; 2. Publishing services ; 3. Copyright services ; 4. Data management services ; 5. Assessment and impact metrics. Point 5 = compréhension du système actuel de visibilité, de titularisation et d’évaluation de la recherche ainsi que des processus d’output [production] et d’outreach [rayonnement] (acteurs, enjeux, conseils). (retour)

[29] A la date de publication de ce billet (le 26/09/2017), ResearchGate ne semble pas s’être exprimé publiquement alors que la proposition de STM n’était valable que jusqu’au 22/09/2017.  [MISE A JOUR DU 06/11/2017 : pour la suite, se reporter au billet suivant « Nous n’avons pas d’autre choix » : les éditeurs, ResearchGate et les guerres du copyright »]. (retour)


3 réflexions au sujet de « Robin des bois ou rogue open access ? Les réseaux sociaux académiques en 2017 »

  1. Ping : RSA | Pearltrees

  2. Ping : Articles OA | Pearltrees

  3. Ping : La Lettre d’EchosDoc n° 151 (03/10/17) – sourceserlande

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *