Le libre accès (LA), les entrepôts de documents électroniques (repositories) et le rôle des bibliothécaires-documentalistes

L’idée du Libre Accès aux articles scientifique a été officialisée par l’initiative de Budapest (BOAI) en fevrier 2002. La BOAI préconise entre autre, le dépôt des publications dans un serveur, pour donner un accès immédiat et gratuit aux résultats de recherche. Elle recommande l’utilisation du protocole OAI-PMH pour permettre l’interopérabilité. On parle d’auto-archiver dans des Archives Ouvertes. Le premier logiciel  d’auto-archivage, a été créé par Rob Tansley, en 2000, à l’université de Southampton,  sur les directives de Stevan Harnad : il s’agit de E-prints. L’année suivante, le Massachusetts Institute of Technology (MIT) a recruté Rob Tansley et lui a demandé de créer un  logiciel axé sur des besoins de bibliothécaires : Dspace.

Les bibliothécaires ont en effet, rapidement compris les vastes possibilités du protocole OAI-PMH et ont commencé à créer des entrepôts  à des fins de gestion, de préservation  et de partage de données et ces entrepôts croissent régulièrement, Voici les dernières données tirées de Institutional Archives Registry http://archives.eprints.org/eprints.php par l’outil Celestial http://celestial.eprints.org/

…/…

ARCHIVE TYPES:

Research Institutional or Departmental, 246
Research Cross-Institution, 65
e-Theses, 58
e-Journal/Publication, 45
Demonstration, 22
Database, 11
Other, 69

ARCHIVE-CREATING SOFTWARE USED:

GNU EPrints, 191
DSpace, 99
ETD-db, 22
OPUS (Open Publications System), 16
Bepress, 13
CDSWare, 8
HAL, 5
ARNO, 3
Fedora , 1
MyCoRe, 1
EDOC 1
Other softwares (various),

Ces entrepôts deviennent de vraies cavernes d’Ali Baba de
bibliothécaires. On y trouve de la littérature grise, des publications
locales, des supports de cours, etc.  Mais, le trésor espéré au départ
par les chercheurs, c’est à dire les articles qu’ils viennent de
publier dans des revues et qui pourraient être mis en libre accès, n’y
est pas : dans des archives ouvertes, on trouve à peine, 15% de la
production annuelle des chercheurs.

Les bibliothécaires-documentalistes connaissent maintenant le site Romeo «
Journal Policies – Self-Archiving Policy By Journal »  http://romeo.eprints.org/ et savent que 93% des journaux avec peer review permettent l’auto-archivage des articles publiés par les chercheurs. http://romeo.eprints.org/stats.php

S’ils souhaitent participer au Libre Accès, voici les informations qu’ils devraient diffuser :

1. aux chercheurs

Les bibliothécaires-documentalistes doivent montrer aux chercheurs l’intérêt qu’ils ont à auto-archiver, par
l’augmentation de l’impact de leurs recherches : de 25% à 250%
d’augmentation de citations pour les articles auto-archivés. Voir
toutes les études bibliographiques faites à ce sujet sur la page web de
Steve Hitchcock “The effect of open access and downloads (‘hits’) on citation impact: a bibliography of studies” http://opcit.eprints.org/oacitation-biblio.html

2. à leurs responsables administratifs

a) Le rapport Swan, A. and Brown, S."Open access self-archiving:
An author study". Technical Report, Key Perspectives Limited, (JISC,
HEFCE, June 2005) qui indique que 95% des chercheurs sont prêts à
auto-archiver si leur organisme l’exige. http://eprints.ecs.soton.ac.uk/10999/ 
voir aussi la présentation PPT qui correspond à ce rapport http://www.ecs.soton.ac.uk/%7Eharnad/Temp/alma-amst.pdf ainsi que celui qu’Alma Swan a présenté aux chercheurs chinois, sur le même sujet, plus récemment, à Beijing. http://openaccess.eprints.org/beijing/pdfs/Swan_6-2.pdf

b) L’exemple des universités qui ont déjà exigé
l’auto-archivage, comme les universités de Southampton , Minho,
Zurich.  Voir la liste complète et les différentes politiques de chaque
institution sur la page web  Institutional Self-Archiving Policy
Registry http://www.eprints.org/openaccess/policysignup/ Aidés
par ces informations, les responsables peuvent mieux comprendre les
enjeux de l’auto-archivage : une politique forte d’auto-archivage
permet de mettre en valeur la production scientifique de l’organisme.
L’institution rentabilise son investissement intellectuel et son
prestige augmente. Si les responsables s‘engagent en nombre pour
le LA, un grand pas sera fait pour parvenir au  progrès plus rapide
dans la science.

H.Bosc


2 réflexions au sujet de « Le libre accès (LA), les entrepôts de documents électroniques (repositories) et le rôle des bibliothécaires-documentalistes »

  1. affordance.info

    L’invitée du mois

    C’est sur Urfist Info, et c’est pour ce mois-ci d’Hélène Bosc qu’il s’agit, avec un remarquable panorama des enjeux du Libre Accès (open access) pour les bibliothécaires et/ou chercheurs et/ou universitaires. Hélène Bosc est par ailleurs responsable du…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *