AERES et ERIH (ERA, IRRA…)

Dans le dernier numéro du Chronicle of Higher Education, un regard américain sur les classements européens des revues SHS (New Ratings of Humanities Journals Do More Than Rank — They Rankle / Jennifer Howard), pas tant la liste de l’AERES (dont il est parlé ici-même ou ) que celle établie par l’European Science Foundation: l’European Index for the Humanities (ERIH)[1], également une entreprise analogue en provenance d’Australie (ERA = Excellence Research for Australia).

L’article discute le principe du classement des revues:

[Simon Schaeffer] qualifie les listes de revues « d’assaut contre l’évaluation par les pairs (peer review) ».
Les comités de titularisation et de promotion ou les administrateurs
des universités peuvent supposer que si un article apparaît dans une
revue de catégorie A, ce doit être un travail de niveau A. Comme il
l’exprime, dans un tel système, « vous n’avez pas besoin de connaître
la qualité d’un essai particulier dans une revue particulière. Vous
pouvez le remplacer par la note de la revue dans laquelle il paraît. Et
cela me semble absurde. »

Ce à quoi on pourrait ajouter qu’il y aurait quelque chose de
paradoxal à faire reposer l’évaluation sur le niveau
« revue/titre » alors que le développement du mode électronique de
diffusion de la littérature scientifique tend à renforcer le niveau « article » aux dépends du niveau « titre », à
permettre une mise en réseau directe des articles entre eux (cited by / citations)[2] et à faire apparaître des modes d’évaluation et des métriques articulés au niveau de l’article (voir par exemple le projet IRRA fondé sur les archives ouvertes en Grande-Bretagne).

L’article du Chronicle finit en remarquant que si les
Etats-Unis sont pour l’instant épargnés par les listes de classement
des revues, la multiplication de ces listes ailleurs risque de changer
ça:

Le sentiment général (…), dit Bonnie Wheeler, est
que le classement des revues de sciences humaines selon des critères
externes est « intellectuellement irresponsable » mais « dans la mesure où
les agences d’accréditation aiment avoir la possibilité de compter les
choses et de les noter, je m’attends à ce que nous voyions le phénomène
ici bientôt. »

MR

____
  1. Plus de 60 éditeurs de revues ont fait circuler en juillet dernier une lettre ouverte dénonçant ce classement et demandant que leur revue soit retirée de la liste.
  2. Evaluation attestée par une récente enquête sur les modes d’accès des chercheurs à la documentation: How Readers Navigate to Scholarly Content [pdf], 2008.

Une réflexion au sujet de « AERES et ERIH (ERA, IRRA…) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *