E-learning et cours magistral

L’avenir du cours magistral est-il dans le e-learning?

A l’occasion de la présentation de la plateforme pédagogique Jalon, je découvre Med@tice,
l’expérience de réforme pédagogique de la 1ère année de Médecine à
Grenoble, mis en oeuvre en septembre 2006. En gros: les cours
magistraux sont remplacés par des cours multimédia regroupés sur des
DVD-roms, les séances en présence des enseignants sont réservées aux
questions /réponses consécutives à l’étude réalisée par les étudiants
des cours multimédia. En gros parce que la séquence d’apprentissage est
un peu plus complexe et sophistiquée, articulée en 4 semaines et 4
types d’activités pédagogiques, on en trouve la description précise
dans un tutoriel
disponible sur le site de Med@tice (voir diapo extraite du tutoriel ci-dessous) – mais c’est l’articulation
magistral / interactivité, présentiel / multimedia qui me semble particulièrement remarquable.

Image_3

On trouve sur Canal-U plusieurs exposés de Daniel Pagonis
faisant un bilan de cette restructuration pédagogique. Un des élément
les plus remarquables est l’effet "lissant" de la nouvelle stratégie
quant aux inégalités socio-culturelles des étudiants. Ainsi le ratio
CSP Parents: Cadres vs. Agriculteurs/Artisans/Ouvriers passe de 2,3
pour les années 2001-2006, à 1,1 pour l’année 2007, le ratio Bac série S Maths vs. autres Bacs passe de 6,4 à 1,9, à l’inverse le ration Bourse vs. pas de Bourse passe de 0,8 à 1,1. (Les diapositives ci-dessous proviennent de la présentation de Daniel Pagonis et Jean-Paul Romanet au CDME SIFEM 2008).

Image_1    Image_2

Si l’on tente une explication de cet effet impressionnant, on se
dit que le cours magistral classique, reposant sur un flux d’éloquence
dans un français élaboré, va particulièrement avantager les étudiants
en possession d’un fort capital culturel. La stricte linéarité de
l’exposé expose l’étudiant dont les compétences linguistiques sont
imparfaites ou lacunaires au risque de perdre le fil. De disposer de
l’exposé sous forme enregistrée permet à l’étudiant de le traiter selon
sa propre temporalité, de revenir sur les passages difficiles, en
particulier en raison du niveau de langue. De façon complémentaire, la
séance de questions / réponses en présence de l’enseignant lui permet
de vérifier sa compréhension pour éventuellement revenir sur le cours
enregistré.

En quelque sorte le contenu d’un cours magistral est
analysé, dissocié entre d’une part un contenu qui est traité de façon
documentaire, qui devient un objet manipulable par l’apprenant et
d’autre part le "présentiel" qui va être réservée à l’interaction,
interaction limitée dans le cadre du cours magistral classique au
feed-back de la "salle" vers l’orateur.

L’avenir du e-learning est-il dans le cours magistral?

Paralèlement, dans le Chronicle of Higher Education du mois dernier, le professeur Tomas H. Benton s’interroge sur les manières d’enseigner aux digital natives et en particulier sur la pertinence du cours magistral:

le tabou qui frappe les cours magistraux réduit parfois la
liberté des enseignants d’expérimenter à partir d’une méthode
traditionnelle d’une manière qui peut répondre aux compétences
particulières des “natifs du numérique” – telles que
l’interconnectivité et l’intuition – tout en les entraînant à l’usage
de la preuve et de l’argumentation rationnelle.

On croirait lire là une introduction à l’expérimentation grenobloise
(alors même que la méthode du professeur Benton est très différente – voir les quelques extraits traduits ici
– mais partage avec celle de Med@tice le souci de casser la linéarité
du cours magistral pour le rendre appréhensible par les nouvelles
économies de l’attention).

Les leçons qu’on peut tirer de l’expérience grenobloise et de
ce qui apparaît comme son succès sont multiples, en particulier elle
montre que développer une offre pédagogique numérique ne peut se
limiter à transformer les enseignements en une sorte de supermarché
numérique
où l’étudiant viendrait "librement" faire ses courses et
qu’elle n’est pas un moyen pour dispenser les enseignants d’enseigner
(ou pour les pouvoirs publics d’économiser les heures d’enseignement).

Une leçon plus paradoxale serait à tirer de cette constatation
que le cours magistral se prête mieux à l’analyse/dissociation du
dispositif Med@tice entre un contenu documentarisé et un présentiel
réservé à l’interactivité que des formes d’enseignement plus
interactives comme le travail en groupe. A se demander si l’avenir du
e-learning n’est pas dans le cours magistral ;-)

MR


2 réflexions au sujet de « E-learning et cours magistral »

  1. bibliothécaire ?

    Fracture générationnelle et fractureculturelle

    Après le saut (et pour mémoire) le texte du billet publié aujourdhui sur Urfist-Info.
    Un petit complément ici:
    Le débat sur la pédagogie applicable aux nouvelles générations, sagissant de lécole en particulier (voir par ex…

    Répondre
  2. ESSAYAG Jacky

    L’IESA propose des formations par alternance en elearning :
    Enseignement en ligne, e-learning par alternance, FOAD, Formation continue à distance, formations professionnelles en e-formation
    BAC+5 Master Européen de Management et Stratégie d’Entreprises
    BAC+3 DEESMA – Diplôme Européen d’Études Supérieures Marketing
    BAC+3 DEESMI – Marketing International
    BAC+3 DEESCOM – Communication
    BAC+3 DEESWEB – Webmaster
    BAC+3 DEESARH Ressources Humaines
    BAC+3 DEESPAB – gestion du patrimoine, assurance, banque
    BAC+2 BTS MUC
    BAC+2 BTS AGTL Tourisme
    BAC+2 BTS AM
    BAC+2 BTS AG
    BAC+2 BTS CGO
    BAC+2 BTS NRC
    BAC+2 BTS IG – Informatique de Gestion
    BAC PRO Comptabilité, Secrétariat, Vente
    BEP Comptabilité, Secrétariat, Vente AM, Sanitaire et Social
    CAP Petite Enfance

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *