Libre accès et SHS : le projet OAPEN

Le développement de nouveaux modèles pour la diffusion de la recherche dans le contexte du numérique intègre de plus en plus largement les Sciences Humaines et Sociales ; et parmi les initiatives et projets qui fleurissent dans le domaine et dont on parle aujourd’hui, l’expérience constituée par l’OAPEN (Open Access Publishing in European Networks) donne le ton d’une évolution significative pour les SHS. On a pu lire l’interview donnée il y a une dizaine de jours par Jean Kempf (sur le site EducPros); le Directeur des Presses Universitaires de Lyon y revient sur la définition et les enjeux du projet, qu’il avait également présentés fin mai à i-expo, dans le cadre d’un atelier consacré aux nouveaux modèles de l’édition scientifique :

Le projet s’organise autour d’un consortium qui regroupe actuellement six pays, sept presses universitaires européennes, dont celles de Lyon, deux universités pour la technologie et la recherche, et bénéficie du soutien du CNRS. Avec la perspective de rendre plus visible la recherche universitaire européenne, il propose un modèle d’édition numérique en accès ouvert, visant la publication de livres en sciences humaines et sociales, tout en se réservant la possibilité d’une publication imprimée ("PoD", tirages à la demande). En effet, dans l’univers de l’open access, si le terrain des revues commence à être assez bien couvert, celui du livre, essentiel en SHS, reste en grande partie à défricher. L’objectif est la création d’un catalogue (1300 titres en 3 ans), avec une offre intellectuellement structurée et une évaluation des textes selon le processus et les règles strictes de l’édition. Il s’agirait d’un modèle éditorial global, sur tout un catalogue, qui privilégierait le principe de l’auteur-payeur (sur les traces du système mis en place pour les périodiques), avec vente de produits dérivés (édition papier).

Une étape a été franchie en février dernier, lorsque la Commission
européenne a donné un avis favorable au projet, désormais intégré au
programme eContentplus. Le financement, négocié en mars 2008,
sera assuré à 40% par la Commission européenne, à 40% par les presses
universitaires en jeu et à 20% par des soutiens institutionnels autres et des
prestations de service. Le consortium pourra s’élargir en
accueillant d’autres partenaires, publics ou privés, et via des offres
de services ponctuels à des éditeurs SHS qui n’ont pas vocation à
devenir des partenaires de plein exercice. La phase de réalisation
devrait débuter en septembre prochain. Selon Jean Kempf, l’OAPEN, maillon
dans le réseau des publications scientifiques, est appelé à se
développer en synergie avec d’autres projets, comme OHP (Open Humanities Press), qui a fait ses débuts en mai, ou ceux soutenus par The Institute for the Future of the Book.

MLM


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *