Archives de l’auteur : Annaïg Mahé

Position de l’Association du Réseau des Urfist sur la polémique concernant Refdoc

Dans la continuité de l’engagement de ses membres pour le Libre Accès, l’Association du Réseau des Urfist exprime son soutien au mouvement initié par Olivier Ertzscheid et porté par le collectif savoircom1 pour demander une clarification des rôles du service Refdoc de l’Inist, en particulier la séparation de la fonction signalement de la fonction fourniture de documents, la mise en conformité de cette dernière avec le respect des droits des auteurs et en cohérence avec la politique du CNRS et de l’Inist en faveur de l’Accès Ouvert à l’Information Scientifique.

Elle souhaite que les actions clés de la Bibliothèque Scientifique Numérique : « 6 (BSN3): Etudier un dispositif fédérant le signalement de toute la documentation accessible sur le territoire, et faire le lien avec la ressource dans le cadre du contrôle des droits » et « 13 (BSN8): Concevoir un service unifié de diffusion à distance de documents numériques et papier (convergence des dispositifs de prêt et de commande de l’ABES et de l’INIST) » permettent d’atteindre ces objectifs.

Pour l’Association du Réseau des Urfist, Michel Roland (président) et Alexandre Serres (vice-président)

[Dernière minute: Madame Geneviève Fioraso, ministre de l’ESR, a répondu à une question du député Lionel Tardy sur le service Refdoc. Voir le texte de sa réponse sur le blog du député. ]

Continuer la lecture

Conférence « Open access, services, interdisciplinarité et expertise (Oasie) », 28 mars 2012, CNAM

« Le libre accès aux publications scientifiques est un mouvement enclenché depuis plus de 20 ans, il se traduit notamment aujourd’hui par le développement d’archives ouvertes (de type Hyper archives en ligne – HAL – pour la France) où sont engrangées les publications des chercheurs, d’autres modalités de libre accès sont aussi possibles : revues financées en amont, revues en accès libre après un certain délai, revues financées selon un modèle freemium, revues hybrides…

Ce séminaire, qui s’inscrit dans le programme Action interdisciplinaire de recherche (Air) de l’Institut des sciences de la communication (ISCC), interroge deux dimensions particulières de ce mouvement : d’une part le lien entre ces ressources en libre accès et l’interdisciplinarité dans les pratiques de recherche et, d’autre part, la mise en visibilité des chercheurs et de leurs domaines d’expertise par le biais des archives ouvertes.

Développement de l’interdisciplinarité ?
Le développement des plateformes en libre accès  favorise un accès ouvert à la littérature scientifique. Cet accès plus facile aux connaissances et à l’information scientifique est-il un facteur positif pour le développement des pratiques de recherche interdisciplinaires ? De façon plus large, quel est l’impact des TIC et des plateformes éditoriales pluridisciplinaires sur la posture pluridisciplinaire et interdisciplinaire du chercheur ?

Renouvellement de l’expertise scientifique ?
Les archives ouvertes sont devenues des dispositifs significatifs de la communication scientifique et des politiques de mandat obligatoire se développent par exemple en Europe avec le projet OpenAire. Ces dispositifs sont au cœur des problématiques d’évaluation et de valorisation de l’information scientifique.  Dans quelle mesure  favorisent-ils aujourd’hui le repérage de l’expertise scientifique ? Quel est l’apport spécifique des archives ouvertes alors même que les services numériques de mise en visibilité des chercheurs se multiplient (e.g. réseaux socionumériques, banques d’experts, portefolios…) ?  »

Date : 28 mars 2012, 9h-17h30 / Lieu : CNAM, amphi C
Entrée sur inscription gratuite
Programme Continuer la lecture

Dépôts en libre accès et politiques des éditeurs : Héloïse, un site français

« Afin de mieux communiquer auprès des chercheurs sur les autorisations en matière de dépôt, une plateforme d’information nommée Héloïse a été mise en place à l’adresse : http://heloise.ccsd.cnrs.fr. Elle résulte d’un partenariat entre le CCSD (Centre pour la communication scientifique directe), une unité du CNRS dédiée à la réalisation d’archives ouvertes, le SPCS (Syndicat de la presse culturelle et scientifique) et le SNE (Syndicat national du livre). Elle fait suite à plusieurs années de réflexion menée par le groupe de travail sur le libre accès du GFII (Groupement français de l’industrie de l’information).
Cette plateforme est la réponse aux attentes des auteurs au sujet de la transparence des règles fixées par les éditeurs français en matière de dépôt des articles de revues. Elle a pour but de recenser les politiques des éditeurs pour la mise en libre accès des articles des revues qu’ils publient et ce sont les éditeurs eux-mêmes qui déclarent leur politique. »

Les éditeurs sont encouragés à s’inscrire et à enregistrer leur politique de dépôt sur le site http://heloise.ccsd.cnrs.fr ou à prendre contact avec le CCSD (présentation d’Héloïse sur le site du SNE).

A la différence de l’initiative Sherpa/Romeo, les informations sur Héloïse sont enregistrées et certifiées par les éditeurs eux-mêmes. Il existe aussi un site équivalent pour les éditeurs espagnols : Dulcinéa.

Catalogue des formations 2011-2012 à l’Urfist de Paris

L’offre de formation de l’URFIST de Paris pour l’année 2011-2012 est disponible en ligne sur son site.
Au programme cette année, entre autres, publication scientifique, web 2.0, formations de formateurs, bibliométrie, sciences juridiques, recherche d’information, etc.

Les stages sont classés par date  et par module. L’Urfist propose aussi des actions plus ponctuelles ou des ateliers que vous trouverez sous la dénomination « journées d’études« , la prochaine, concernant la bibliométrie, est programmée pour le 8 novembre prochain.

Des ateliers ou des stages pouvant être encore ajoutés au programme, vous pouvez vous en tenir informés par les flux rss du site, et notamment celui des stages ou celui des journées d’études.

Les stages sont prioritairement à destination des personnels des bibliothèques et centres documentaires de l’enseignement supérieur, aux enseignants chercheurs et aux doctorants, et sont gratuits pour les personnels relevant du Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche, des grands établissements de recherche et d’enseignement et pour les étudiants. Les inscriptions se font en ligne à partir des fiches des stages (voir les modalités d’inscription).

Attention : l’inscription aux stages programmés à Caen se fait via le site du CFCB de Caen.

PKP- Scholarly Publishing Conference à Berlin, sur Twitter now !

La 3e conférence du Public Knowledge Project (PKP) se tient actuellement à Berlin jusqu’à mercredi prochain. Les deux premières conférences s’étaient déroulées en 2007 puis en 2009 à la Simon Fraser University à Vancouver, Canada.

Le PKP a été initié en 1998 par John Willinsky, actuellement professeur à la Stanford University School of Education, ainsi qu’à l’University of British Columbia. Ce projet a pour objectif général d’explorer les moyens d’utiliser les nouvelles technologies pour améliorer la valeur professionnelle et publique de la recherche : « son programme de recherche étudie les problématiques sociales, économiques et techniques impliquées dans l’utilisation des infrastructures en ligne et des stratégies de gestion de la connaissance afin d’améliorer à la fois la qualité scientifique, l’accessibilité publique et la cohérence de ce corpus de connaissance dans une forme viable et accessible au monde entier ». D’où son intérêt particulier pour les questions liées au libre accès. Parmi ses réalisations, on compte l’Open Journal Systems (OJS- qui compte une liste impressionnante de revues; la plateforme Manuscrits du Cléo utilise ce logiciel pour la gestion électronique des soumissions d’articles), l’Open Conference Systems (avec une liste non exhaustive de conférences) et l’Open Harvester Systems (permettant de créer des index de métadonnées OAI). Et en cours de développement, l’Open Monograph Press.

Parmi les multiples interventions de la conférence, on notera celle de Pierre Mounier, directeur adjoint du Cléo, qui présentera (demain) le nouveau modèle économique Freemium développé pour la plateforme OpenEdition (qui regroupe Revues.org, Hypothèses et Calenda).

Et pour ceux qui n’ont pas eu la chance d’aller faire un tour à Berlin cette semaine, la conférence peut être suivie sur Twitter (#pkp2011). Merci à Pierre, entre autres, de nous en faire profiter !

 

Delicious : derniers jours pour transférer ses signets !

Le rachat de Delicious par Avos avait déjà été signalé en avril dernier et la migration des données sur le nouveau site est prévue pour samedi 24 septembre. Il reste donc jusqu’à vendredi 23 pour ceux qui souhaitent transférer leurs signets. Pour cela, il suffit de cliquer sur le bouton « I agree » sur la page de transfert (settings/account/opt in ou suivre simplement les instructions sur le bandeau d’information en haut de la page lorsqu’on se connecte à son compte). Après le 23, vous n’aurez plus accès à votre compte et à vos signets…

Pour l’instant, pas de changement majeur à signaler, mais Avos indique bien que des services premium pourront être disponibles par la suite. Les utilisateurs en seront informés et Avos proposera, dans la mesure du possible, un moyen de récupérer les signets pour ceux qui décideraient de ne plus utiliser leurs services.

Il est aussi toujours possible de sauvegarder ses signets et/ou de les importer vers Diigo (qui a vu ses demandes d’import augmenter très considérablement ces derniers temps ! Se connecter et voir les explications très simples sur la page « Tools » de Diigo) et la fonctionnalité de sauvegarde simultanée des signets de Diigo vers Delicious semble rester opérationnelle.

A vos signets !

Dernier jour : consultation publique sur l’information scientifique à l’ère numérique

Le 9 septembre est la date limite pour répondre à la consultation publique mise en place par la Commission européenne sur l’information scientifique à l’ère numérique.

Il est possible d’y répondre au nom d’une organisation, d’une autorité publique ou en tant qu’individu citoyen et/ou chercheur.

Le questionnaire est en anglais et peut être consulté en ligne (pdf) dans son intégralité avant de répondre aux questions qui portent sur l’accès à et la conservation de l’information scientifique, les barrières actuelles, la place du libre accès aux publications et aux données de la recherche, le rôle que l’Europe et les institutions publiques peuvent jouer dans ce contexte.

Le retour de Roger

Il reste encore quelques jours pour pouvoir participer à une nouvelle aventure de Roger : un petit groupe franco-canadien de chercheurs propose de reprendre le processus d’écriture collective initié au sein du Rtp-doc sous la signature collective de Roger T. Pédauque. La première version du texte,  »Le web sous tensions », est en ligne et vous pouvez l’annoter.

Plusieurs débats sont déjà lancés, par exemple sur :

* la relation entre l’ingénierie et la science du web,
* la dimension temporelle des documents,
* l’archivistique et la diplomatique numérique,
* le web sémantique vs web des données.

Le document est disponible pour l’annotation jusqu’à la fin du mois de mars.

Continuer la lecture

UPMC / ScienceDirect : une mise à jour

Un premier billet avait relayé l’information : en octobre 2010, l’Université Pierre et Marie Curie (UPMC) publiait sur son site une dépêche AEF indiquant que, suite au constat d’une politique tarifaire trop contraignante et défavorable, le conseil scientifique de l’université s’était prononcé en faveur de la résiliation de son abonnement aux revues en ligne d’Elsevier via la plateforme ScienceDirect. La dépêche précisait que les 20 revues les plus consultées représentaient 15,4% des consultations, la moitié des consultations étant assurée par 152 revues, sur les 2383 titres disponibles dans la « Freedom collection ».

En janvier, une deuxième dépêche annonce que  « au terme d’une négociation difficile avec l’éditeur Elsevier, et grâce à l’entremise de Couperin, consortium universitaire de publications numériques, l’UPMC rejoint le groupement de commande national ‘Freedom collection’, pour la période 2011-2013 », la négociation ayant permis notamment « une réduction significative du périmètre du portefeuille de titres » ainsi que l’engagement de l’éditeur à « tester, dès 2011, un nouveau modèle de tarification qui devra être étendu à l’ensemble du groupement de commande national en 2013« .

Outre l’augmentation annuelle de 5 à 10% imposée par l’éditeur, un des problèmes majeurs est la quasi-obligation pour les bibliothèques de privilégier l’abonnement à la collection complète (du fait de tarifs dissuasifs appliqués aux sélections de titres souhaités par les bibliothèques).

En parallèle, l’UPMC s’engage dans le développement du libre accès grâce à la mise en place d’un portail Hal-UPMC qui permet, depuis janvier, de donner accès à la production scientifique de l’université. Ce portail recense déjà plus de 6000 documents, dont près de la moitié sont des articles publiés dans des revues à comité de lecture.

10 ans d’Isidora : perspectives de l’IST – Débat d’aujourd’hui

Isidora, le réseau CNRS des documentalistes des délégations Rhône-Auvergne et Alpes, propose deux journées d’étude les 7 et 8 avril 2011 au couvent de la Tourette (L’Arbresle, Rhône) afin de mettre en perspective les objectifs et les actions du réseau avec les défis auxquels sont confrontés aujourd’hui les professionnels de l’IST.

Le programme et les modalités d’inscription sont disponibles en ligne. Les inscriptions sont ouvertes jusqu’au 15 mars.