Archives de l’auteur : gabrielgallezot

Journée d’études : Questionner l’analyse et la visualisation de données (AVD), le 6 Nov 2015 à Sophia Antipolis

wordleAVD

Depuis une vingtaine d’années, la production nativement numérique et la numérisation croissante de données de tous ordres (textuelles, chiffrées, relationnelles, etc.) a considérablement facilité leur archivage, leur circulation, leur consultation et leur manipulation, dans des agencements dont la diversité n’a d’égale que celle des fins auxquelles ces données sont convoquées. Aujourd’hui, qu’il s’agisse de journalisme, de gestion de l’information, de communication, de culture, de littérature, des politiques publiques, du droit ou encore du marketing, les champs de pratiques socio-professionnelles sont confrontés à une masse considérable de données.

Dans le domaine de la recherche en sciences humaines et sociales relative à ces champs, ces données sont porteuses de riches potentialités, mais leur ampleur et leur caractère parfois chaotique peuvent décourager le chercheur. Pourtant, des méthodes et outils spécifiques, parfois désignés sous le vocable « digital methods », ont été progressivement pensés et développés pour faciliter la (re)construction de sens à partir de volumes plus ou moins importants de données. Indexation, crawling ou web scraping, archivage et gestion de bases de données, statistique classique et analyse de données textuelles, analyse de contenu et traitement automatique des langues, graphes de réseaux et cartographies du web, ou encore infographie et modes de visualisation : ces « techniques intellectuelles », distinctes et assemblées, se trouvent à la croisée de divers champs de recherche et concernent très directement les sciences de l’information et de la communication pour explorer, expliquer, synthétiser ou simplement présenter des faits.

Ces méthodes et outils d’agencement informationnel ou de redocumentarisation permettent une herméneutique des corpus et ont une réelle portée heuristique, que cette journée d’études ambitionne de présenter, détailler, croiser et interroger.

En même temps, force est de constater que cette immixtion du numérique dans nos activités quotidiennes s’est produite subrepticement, sans débat ni discussion, dans une forme d’imposition par l’adhésion immédiate (et donc irréfléchie) d’usagers divers dont l’enthousiasme était motivé par nombre de promesses d’ordre sémiotique (l’intelligibilité du monde à moindre coût cognitif), socio-politique (l’émancipation des individus par la démocratie digitale), économique (dans un marché libertaire débarrassé des lourdeurs bureaucratiques).

Portées par des idéologies et des mythologies ambivalentes (et souvent contradictoires), les potentialités socio-techniques du numérique se sont actualisées dans des sociétés hétérogènes, et sont elles-mêmes porteuses d’enjeux et de mécanismes parfois flous ou obscurs qu’il s’agira ici de mieux cerner:

Dans le cadre de cette journée d’études centrée sur l’Analyse et la Visualisation de Données (AVD), les réflexions interrogeront essentiellement deux aspects : les outils, techniques, formats et processus de l’AVD d’une part, les enjeux économiques, socio-politiques et socio-sémiotiques de la mobilisation de ces techniques intellectuelles d’autre part.

Inscription gratuite mais obligatoire : https://sygefor.reseau-urfist.fr/#!/training/5575/6042

___ Programme ____

08:30 : Accueil

09:00 : Ouverture
Denis Pascal, Directeur de l’IUT Nice-Côte d’Azur
Sylvie Mellet, Vice-présidente de la Commission Recherche de l’Université de Nice Sophia Antipolis
– Gabriel Gallezot / Emmanuel Marty

09:30 – Au coeur de l’AVD
A travers la présentation de résultats d’analyse et de visualisation de données, il s’agit de montrer l’intérêt de cette activité, l’attractivité des résultats mais également de décortiquer des processus complexes et l’appréhension des représentations proposées.

* Analyse, modes de visualisation, représentation et interprétation des données

09:30 ——- l’histoire de l’art de raconter une histoire avec les données
Samy Ben Amor , Institut Ingémédia, UFR en sciences de l’information et de la communication, université de Toulon, laboratoire i3M

09:50 ——- Ryoji Ikeda : une réponse esthétique à la question technique
Hervé Zénouda, Maitre de conférences en sciences de l’information et de la communication, Université de Toulon, laboratoire I3M

10:10 ——- Logométrie et discours politique
Damon Mayaffre , Chargé de recherches au CNRS, Directeur de l’UMR 7320, Bases, Corpus, Langage

10:30 ——- « Cyber-guerre » et réseaux sociaux numériques: vers une nouvelle forme d’asymétrie informationnelle?
Cyril Papon, IRENav (Naval Academy Research Institute), Lanvéoc-Poulmic

10:50 ——- “Visualisation interactive de connaissances géographiques incertaines : Le cas de la spécialisation sociale dans l’aire métropolitaine azuréenne »
Giovanni Fusco, Chargé de Recherche CNRS, UMR ESPACE, Université Nice Sophia Antipolis

11:10 – Pause 20 min

* Exploration, extraction, codage et catégorisation des données

11:30 ——- Visualisations pour l’analyse technométrique
David Reymond, Maître de conférences en sciences de l’information et de la communication, Université de Toulon, laboratoire I3M

12:00 ——- AVD : un nouveau rapport du sujet à l’information ?
Jacques Araszkiewiez, Maître de conférences en sciences de l’information et de la communication, Université de Nice Sophia Antipolis, laboratoire I3M

Pause déjeuner … buffet

* Enjeux et effets de l’analyse et la visualisation des données selon 3 terrains d’application

14:00 – Journalisme de données : nouveau récit journalistique ?
Le datajournalisme, c’est exploiter des bases de données volumineuses pour en tirer de l’information et la présenter de façon compréhensible au public. Cet aspect didactique est central. Certains voient dans le datajournalisme un rôle de médiateur à reconquérir pour le journaliste et une sorte de nouvel idéal de la profession. La pratique du datajournalisme n’est pourtant pas un gage de qualité et de fiabilité. Car paradoxalement, le fait brut, la donnée pure peut aussi être l’ennemie du journalisme. En effet, par son apparente objectivation d’une réalité saisie de manière technique ou statistique, le datajournalisme peut occulter les enjeux inhérents au récit journalistique traditionnel (mettre en récit l’actualité en répondant aux 5 W, en se fiant à des sources et par des techniques de recueil identifiées). Ne peut-il pas alors ouvrir la voie à une nouvelle forme de “storytelling technocentré”, potentiellement manipulatoire?

Sana Sbouai, journaliste, co-fondatrice du Pure player inkyfada.
Nikos Smyrnaios, Maitre de conférences en sciences de l’information et de la communication, à l’IUT A de l’Université Toulouse 3, laboratoire LERASS.
– Discutante: Valerie Croissant, Maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’Institut de la communication, Université Lyon 2, Laboratoire ELICO.

15:15 – SIG et outils cartographiques au service d’une meilleure appréhension du territoire?
Le territoire source d’information inépuisable et continuellement renouvelée n’a cessé d’être interprété. De la « carta » à la « mapa » se jouent des traductions, des lectures spécifiques d’éléments factuels issus du terrain. On pensera bien entendu aux relevés topographiques, mais également à la somme considérable d’information produite par et pour un territoire : des données socio-économiques aux capteurs sonores, en passant par les sites web des organisations. Ce sont des variables d’interprétation qui engendrent de multiples vues qui seront également lues selon différents prismes.
Cette représentation par « compilation, traitement, projection », cette énonciation territoriale questionne le rôle des « faiseurs de mapa », les curseurs qu’ils actionnent et l’inférence sur une projection devant objectiver le réel.

Mariannig Le Béchec, Maître de Conférences en sciences de l’information et de la communication, Université de Poitiers, laboratoire CEREGE
Giovianni Fusco, Chargé de Recherche CNRS, UMR ESPACE, Université Nice Sophia Antipolis
– Discutante : Céline Masoni-Lacroix, Maître de Conférences en Sciences de l’Information et de la Communication, Université Nice Sophia Antipolis, laboratoire I3M

16:30 – Digital humanities, traces sociales et représentations: un champ d’étude privilégié pour les SIC?
L’humanisme, “l’humain est la mesure de toute chose” est consubstantiel de la notion de dispositif. Dans une dialectique complexe d’asservissement et de libération, les dispositifs ont produit ce Sujet qui permet à Peter Sloterdijk de définir l’humanisme à partir de “Grosses lettres envoyées à des amis inconnus”. Au regard de cette manière de concevoir l’humanisme, les humanités numériques portent peut-être mal leur nom. En un sorte de renversement copernicien, elles délogeraient en effet le Sujet de la position centrale qu’il avait au moins théoriquement acquise au sein des dispositifs. Le Sujet, alors même qu’il s’auto-célèbre comme “ego” et s’incarne réellement via l’interactivité, se trouve simultanément dilué sous forme de traces numériques qu’il s’agit de compiler, d’analyser, de traiter en une sorte d’arrangement collectif d’énonciation de désirs immédiats ou si l’on préfère de flux d’informations. Le rapport des humanités aux nouvelles humanités numériques ne peut cependant se réduire à cette opposition radicale entre Sujet et Information. La spécificité des sciences de l’information et de la communication s’enracine au contraire dans une tentative de mesurer concrètement comment ce rapport sujet/information construit une réalité qui ne peut se réduire à l’humanisme ni aux humanités numériques.
Quel rapport entre humanités et humanités digitales ? entre humanisme et humanisme numérique, transhumanisme ou post-humanisme ? Au-delà des divergences d’analyses de ces différentes notions, un point d’ancrage semble pouvoir faire consensus : l’Analyse et la Visualisation de Données est au cœur de ces questions : au cœur des méthodes de datamining constitutives des humanités digitales, au cœur de l’interfaçage toujours plus dense et intense entre homme et machine, au cœur des nouvelles formes de storytelling, de surveillance et de contrôle. La question qui se pose et qui sera posée lors de cette table-ronde, c’est celle de l’instrumentalisation des techniques d’AVD disponibles au nom de l’exploration rationnelle de nouvelles possibilités pour la science et le gouvernement, mais au prix d’une remise en question de l’autonomie, cognitive ou politique, cognitive et politique.

Jacques Araszkiewiez, Maître de Conférences en Sciences de l’Information et de la Communication, Université Nice Sophia Antipolis, laboratoire I3M
Damon Mayaffre, Chargé de recherches au CNRS, Directeur de l’UMR 7320, Bases, Corpus, Langage
– Discutant : Emmanuel Marty, Maître de Conférences en Sciences de l’Information et de la Communication, Université Nice Sophia Antipolis, laboratoire I3M

JNE 2014 – Nouveau Programme. Nouvelles formes de communication et d’évaluation scientifiques : perspectives et légitimités

Le 4 juin dernier nous vous annoncions la journée nationale d’étude des Urfist  (JNE 2014) qui se déroulera le 25 septembre à l’Université de Nice Sophia Antipolis. Le programme a été modifié (voir ci-dessous)

Pour plus d’information vous pourrez consulter le site  http://urfistjne2014.wordpress.com/ et n’hésitez pas à vous inscrire.
L’inscription est gratuite mais obligatoire : http://urfistjne2014.wordpress.com/inscription/

Capture d’écran 2014-09-04 à 16.55.36

 —— Programme —–
Ouverture – 9h
Sylvie Mellet, Vice-présidente de la Commission Recherche de l’Université de Nice Sophia Antipolis

Matin : Moyens de publication académiques et nouveaux moyens d’expression – 9h30-12H30

  •  Perspectives de l’évaluation ouverte dessinée par la voie verte de l’Open Access, quelle réflexion portée par OpenEdition@Inria ? : Alain Monteil, Responsable documentation INRIA, Sophia Antipolis
  •  Carnets et blogs de recherche en SHS : Pierre Mounier, directeur adjoint du Centre pour l’édition électronique ouverte (Cléo)
  •   Regard d’un bloggeur en STM : David Monniaux, DR CNRS et bloggeur
  •   Les communs : Philippe Aigrain, directeur, Sopinspace, Société pour les espaces publics d’information et co-fondateur, La Quadrature du Net

Pause Déjeuner – Buffet

Après-midi : Légitimité, réputation, évaluation – 14h-17h

  •  Publish AND perish en 2014 : Yves Gingras, Pr d’histoire et de sociologie à l’Université du Québec
  • Committee on Data for Science and Technology : Simon Hodson, Executive Director, CODATA.
  • Altmetrics : Rodrigo Costas Comesaña, chercheur , CWTS,  Université de Leiden
  •  Faculty of 1000 : Eva Amsen, OutreachDirector, F1000Research

Bilan: 17-17h15

Nouvelles formes de communication et d’évaluation scientifiques : perspectives et légitimités

Les Urfist organisent régulièrement depuis 2002 une « journée nationale d’étude » (JNE). Pour cette 5ieme édition le thème d’étude retenu focalise sur les différentes formes de publication de la recherche et les modes de légitimation ou d’évaluation associés.

L’objectif de cette journée, qui se déroulera le 25 septembre 2014 à Nice, est de revenir sur les frontières entre publications dites légitimes ou non-légitimes, les nouveaux moyens d’expression et d’engagement des chercheurs et la prise en compte de ces modes de publications dans l’évaluation de la recherche. Pour ce faire, nous revisiterons des réalisations, des expérimentations ou des analyses de terrains sur les épi-revues, l’open peer review commentary, les carnets de recherche en SHS ou STM, la médiation scientifique via des blogs ou des réseaux sociaux, les évaluations institutionnalisées ou communautaires, les nouvelles métriques, l’identifiant unique des chercheurs…   .

Exprimé autrement, il s’agira d’observer les changements actuellement à l’oeuvre dans les activités des chercheurs , changements notamment motivés par l’introduction du « numérique » , par de nouvelles modalités de management de la recherche et par une politique « d’ouverture » des données. Cette journée permettra de comprendre l’évolution du métier de chercheur, depuis l’échange épistolaire jusqu’à l’eScience.

Au programme :

Ouverture – 8h45

Sylvie Mellet, Vice-présidente de la Commission Recherche de l’Université de Nice Sophia Antipolis

Matin : expressions et communications académiques – 9h

Session 1 : Moyens de publication académiques – 9h-10h30.

  • épi-revues : Ariane Rolland, responsable du service IST, Institut Fourier, Grenoble
  • open-peercommentary journals : Alain Monteil, Responsable documentation INRIA, Sophia Antipolis

Session 2 : Nouveaux moyens d’expression, d’engagement et impact social – 11h-13h

  • Carnets et blogs de recherche en SHS : Pierre Mounier, directeur adjoint du Centre pour l’édition électronique ouverte (Cléo)
  • Regard d’un bloggeur en STM : David Monniaux, DR CNRS et bloggeur
  • Les communs : Philippe Aigrain, directeur, Sopinspace, Société pour les espaces publics d’information et co-fondateur, La Quadrature du Net

Après-midi : Légitimité, réputation, évaluation – 14h-17h

  • Publish AND perish en 2014 : Yves Gingras, Pr d’histoire et de sociologie à l’Université du Québec
  • Altmetrics : Rodrigo Costas Comesaña, chercheur , CWTS,  Université de Leiden
  • Faculty of 1000 : Eva Amsen, OutreachDirector, F1000Research
  • Les nouvelles dynamiques de la publication scientifique : Gloria Origgi, CNRS – Institut Nicod, Ecole Normale Supérieure, EHESS

Bilan: 17-17h15

 

Pour plus d’informations rendez-vous sur : http://urfistjne2014.wordpress.com/programme/

Contact : urfistjne2014 – at – gmail.com et @Urfistjne

Inscription gratuite mais obligatoire sur Sygefor

 

cropped-cropped-propaljne2014bis

 

Zotero bookmarklet

[re- blogué depuis urfist.unice.fr ]

J’avais loupé cette info… Zotero peut fonctionner avec une bookmarklet.

Ce qui rend a priori Zotero disponible sur tous les navigateurs. Je viens de réaliser des essais sur Safari, Chrome sur Android et Firefox sur Android (version 4.0.3 sur Smartphone, j’imagine que cela fonctionne aussi sur les tablettes).

Sur les navigateurs version « desktop » aucune difficulté, il suffit de glisser-déposer le bouton « save to zotero » en rouge (à partir de http://www.zotero.org/downloadbookmarklet) sur la barre personnelle de vos marque-pages (signets, favoris) pour installer la « bookmarklet ».  Identifiez-vous sur le site de Zotero (« LogIn » en haut à droite, j’imagine que vous avez déjà ouvert un compte). Ensuite lors de la consultation d’une de vos ressources habituelles, il conviendra de cliquer sur la « bookmarklet », puis sélectionnez les documents à intégrer dans Zotero. Après quelques instants, vos références seront sur votre bibliothéque en ligne, il faudra alors « synchroniser » avec le serveur Zotero pour disposer de vos références dans votre bibliothèque « local ».

Pour les navigateurs version « mobile » (du moins ceux testés), la difficulté réside dans « l’installation » (le glisser-déposer) de la bookmarklet : il n’y a pas de barre personnelle. J’ai donc suivi les étapes suivantes :

  • Aller sur le site de Zotero en choisissant l’affichage « standard » (pas pour mobile)
  • S’identifier (« LogIn » en haut à droite)
  • Se rendre sur la page où la bookmarklet est disponible
  • Maintenir la pression sur le bouton rouge « save to zotero », un menu s’affiche, sur Chrome vous copiez le lien, sur Firefox vous « marquez » le lien.
  • Sur Chrome : enregistrez la page sur laquelle vous êtes dans vos favoris, et changer l’adresse du lien en collant ce que vous avec copier à l’étape précédente.
  • En version « mobile » Chrome gère moins bien les bookmarklets que Firefox. Ainsi, sur Firefox, consultez une de vos ressources habituelles, tapez dans la barre d’url, cliquez sur l’onglet  « marque-pages », cliquez sur « save to zotero »… vous connaissez la suite (cf. idem que pour la version « desktop »). Sur Chrome, il vous faut préalablement copier le code de la « bookmarklet » que vous avez sauvegardé dans vos favoris, consultez une de vos ressources habituelles, tapez dans la barre d’url… et remplacez l’url existante par le code de la bookmarklet… ensuite vous connaissez la procédure (cf. idem que pour la version « desktop »).

Voilà n’hésitez pas à faire part de vos remarques, car les indications valent pour ma « config », et puis vous avez certainement d’autres astuces pour les navigateurs « mobiles ».

 

Calendrier des formations du semestre de l’Urfist paca-c

Octobre

Publier du contenu sur le web: blogs, wikis, CMS… le 08.10.2012, de 10:00 – 17:00, Marseille, salle Urfist (CRFCB) : Blogs, wikis, gestionnaires de site: quel outil choisir pour mettre du contenu sur le web?

Créer un site web rapidement: WordPress le 09.10.2012 de 9:30 – 16:30,  Marseille, salle Urfist (CRFCB) : Le moteur de blog WordPress est devenu un véritable moteur de site, simple mais complet.

Wikis: écrire et gérer l’information collaborativement , le 10.10.2012 de 10:00 – 17:00, Marseille, salle Urfist (CRFCB) : L’outil wiki et surtout ses possibles (et multiples) utilisations restent méconnues.

Vidéo pour la recherche et l’enseignement : 2ème partie : le tournage, le 16.10.2012 de 14h00-17h00, Nice, salle Urfist : Savoir utiliser l’outil vidéo d’un point de vue technique pour servir l’enseignement ou la recherche. 2e partie, le tournage

Lecture numérique 1: modes et dispositifs de lecture, formats, le 29.10.2012  de 13:30 – 16:30, Marseille, salle Urfist (CRFCB) : Les contenus numériques investissent les équipements mobiles. Quelles conséquences et quels outils?

Lecture numérique 2: le format .epub, le 30.10.2012 de 9:30 – 16:30, Marseille, salle Urfist (CRFCB) : La lecture numérique sur dispositifs mobiles utilise des formats spécifiques qu’il est utile de connaître et de savoir manipuler. Ce stage en trois heures est le complément pratique du stage « lecture numérique » court.

Mémoriser et partager ses lectures avec Diigo, le 31.10.2012  de 9:30 – 12:30, Marseille, salle Urfist (CRFCB) : Diigo permet de garder trace de ses trouvailles sur le web, comme delicious par exemple, mais il permet également de faire un vrai travail d’annotation en ligne, individuel ou collaboratif.

Lecture numérique: les bibliothèques numériques, le 31.10.2012 de 13:30 – 16:30, Marseille, salle Urfist (CRFCB) : Quelles sont les spécificités des différents types de bibliothèques numériques, comment en extraire des livres numériques? Ce stage s’adresse aux personnes associées à un projet de bibliothèques numériques comme à celles désireuses de les utiliser comme ressources de lecture.

Novembre

Science 2.0, les nouvelles pratiques du web et la recherche scientifique le 05.11.2012  de 13:30 – 16:30, Marseille, salle Urfist (CRFCB) : Y a-t-il une « Science 2.0″? Quels enjeux pour la production et la communication scientifique?

Wikipedia, comment ça marche, quoi en faire? le 06.11.2012  de 9:30 – 16:30, Marseille, salle Urfist (CRFCB) : Quoi qu’il en soit des critiques ou des polémiques à son sujet, Wikipedia a modifié nos pratiques institutionnelles, et celles des étudiants en particulier. Comment intégrer cette réalité dans nos pratiques pédagogiques ou de médiation documentaire?

Vidéo pour la recherche et l’enseignement : 3ème partie : Le montage, le 09.11.2012 de 14h00-17h00, Nice, salle Urfist : Savoir utiliser l’outil vidéo d’un point de vue technique pour servir l’enseignement ou la recherche. 2e partie, le montage

Recherche d’information sur Web pour les SHS (Sciences Humaines et Sociales ), le 12.11.2012, de 14h-17h,  Nice, salle Urfist : Identifier et recenser les ressources du web en SHS et appréhender les  différentes interfaces d’interrogation.

Je fais ma Bibliographie avec ZOTERO (les bases) – Niveau 1, le 13.11.2012 de 9h30-12h30, Nice, salle Urfist : Comment gérer des références bibliographiques et produire une bibliographie (liste) ?

Je fais ma Bibliographie avec ZOTERO (interaction avec traitement texte, refs en ligne et atelier) – Niveau 2, le 15.11.2012 de 9h30-12h30, Nice, salle Urfist : Comment intégrer et « styler » une bibliographie lors de la rédaction d’un texte ?. Comment gérer des références en ligne, les partager et co-constituer une bibliographie. ?

Optimiser la recherche d’information biomédicale avec BibliMed : une interface intuitive de Medline / François Boutin , le 22.11.2012 de 9h30-12h30 et 14h-17h, Marseille St Charles (Crfcb), salle Urfist : identifier les atouts et les faiblesses de PubMed,  et  utilisation d’une interfaces alternative pertinente :  BibliMed

Décembre

Utilisation avancée de HAL/ Estelle Théveniaud,  le 04.12.2012 9h30-12h30 et 14h-17h, Marseille St Charles (Crfcb), salle Urfist : Approfondir l’utilisation des fonctionnalités de HAL : Import XML, webservice, gestion de collection et exportations.

Wikis: écrire et gérer l’information collaborativement , le 11.12.2012 de 9:30 – 16:30, Nice – salle Urfist : Comprendre les caractéristiques de l’outil wiki, ses usages, les moteurs.

Le Wiki avec Mediawiki , le 13.12.2012 de 9:30 – 16:30, Nice , salle Urfist : Le moteur qui fait tourner Wikipedia est sans doute le plus puissant des outils libres mais aussi un des plus rustiques. Pourquoi et comment l’utiliser?

Recherche d’information sur Web pour les SHS (Sciences Humaines et Sociales ), le 17.12.2012 de 14h-17h, Marseille St Charles (Crfcb), salle Urfist : Identifier et recenser les ressources du web en SHS et appréhender les  différentes interfaces d’interrogation.

Je fais ma Bibliographie avec ZOTERO (les bases) – Niveau 1, le 18.12.2012 de 9h30-12h30, Marseille St Charles (Crfcb), salle Urfist : Comment gérer des références bibliographiques et produire une bibliographie (liste) ?

Posters et schémas avec Inkscape, le 18.12.2012 de 14h-17h, Marseille St Charles (Crfcb), salle Urfist : Comment créer des schémas et des posters avec un logiciel vectoriel ?. Cette solution permet notamment une grande adaptabilité des illustrations crées aux différents supports de présentation (formats d’impression et résolution de l’image)

Mémoriser et partager ses lectures avec Diigo, le 18.12.2012 de 10h-13h, Nice , salle Urfist : Diigo permet de garder trace de ses trouvailles sur le web, comme delicious par exemple, mais il permet également de faire un vrai travail d’annotation en ligne, individuel ou collaboratif.

Je fais ma Bibliographie avec ZOTERO (interaction avec traitement texte, refs en ligne et atelier) – Niveau 2, le 20.12.2012 de 9h30-12h30, Marseille St Charles (Crfcb), salle Urfist : Comment intégrer et « styler » une bibliographie lors de la rédaction d’un texte ?. Comment gérer des références en ligne, les partager et co-constituer une bibliographie. ?

Janvier

Lecture numérique: les bibliothèques numériques , le 08.01.2013  de 9:30 – 16:30, Nice , salle Urfist : Quelles sont les spécificités des différents types de bibliothèques numériques, comment en extraire des livres numériques? Ce stage s’adresse aux personnes associées à un projet de bibliothèques numériques comme à celles désireuses de les utiliser comme ressources de lecture.

 

 

 

Une lecture contextualisée (augmentée ?)

Le lecteur Utopia est un lecteur de document PDF… avec quelques fonctionnalités bien intéressantes.  Possibilité de contextualiser sa lecture par le choix du style et format de citation (Apa, IEEE, MLA…  bibTeX), de savoir qui fait référence à l’article sur le web (rubrique « Altmetric ». Voir à ce sujet : http://altmetrics.org ), de connaître les articles associés à ce texte sur Mendeley et les autres références bibliographiques de l’auteur sur Pubmed Central. Utopia permet aussi de « fouiller » le document par ses illustrations (zone du haut) et de faire un clic-droit sur un terme pour chercher sur la base du NCBI, Quertle, google, wikipedia, …

Toutes les « extensions » sont à découvrir ici : http://utopiadocs.com/quickstart.php. Bien entendu ces « extensions » sont relatives au texte que vous avez devant les yeux. Utopia précise qu’actuellement cela fonctionne plutôt bien avec les articles en science de la vie.

Ce projet fait bien entendu penser à celui de PloS One où les onglets (metrics, related content, comments)  au-dessus de l’article (exemple) présentent eux aussi des extensions qui prolongent la lecture.

Enquête sur les Pratiques Informationnelles des Chercheurs : Quelques Résultats

Le 6 octobre dernier nous vous sollicitions pour participer à une Enquête sur les Pratiques Informationnelles (EPI) des chercheurs lancée par l’Urfist de Nice avec la collaboration du laboratoire I3M. Le questionnaire en ligne a recueilli  681 réponses complètes et 325 incomplètes au 7 janvier 2011. Nous avions choisi d’interroger les chercheurs aussi bien sur leurs pratiques « professionnelles » que sur leurs pratiques informationnelles privées, « culturelles », ce qui rend le questionnaire relativement long (56 questions et une vingtaine de minutes pour y répondre) et dans ces conditions, le nombre de retours nous apparaît plutôt comme un succès (le questionnaire reste accessible ici). Les résultats les plus intéressants devraient apparaître après les croisements de données qui sont en cours mais d’ores et déjà les résultats bruts proposent des constatations intéressantes sur les usages:

  • Importance massive de la documentation numérique: moins de 20% des répondants consultent plus de documentation papier que de documentation numérique et près de 40% estiment à plus de 75% la proportion des documents numériques consultés. Pour près de 78% d’entre eux l’usage professionnel d’Internet dépasse les 2 heures par jour.
  • Faible utilisation des « murs » des bibliothèques : 66% des répondants ne se rendent jamais ou se rendent rarement en bibliothèque universitaire pour leurs recherches.
  • Les bibliothèques sont d’abord appréhendées plutôt selon leur fonction traditionnelle de réservoirs d’information que comme service et lieu de médiation. C’est vrai aussi des bibliothèques numériques, assez largement utilisées (49%) auxquelles on demande massivement (72%) du contenu en masse plutôt que de la sélection (23%).
  • Très faible utilisation des outils numériques spécifiques, en particulier les outils de mémorisation en ligne (moins de 5%), les fils de syndication (moins de 17%), les réseaux sociaux spécialisés…
  • Utilisation massive des outils Internet « grand public »: Google (95%), Wikipédia (70%, dont 47% dans un cadre académique) voire Facebook (34%). Une mention spéciale pour Google Scholar utilisé par 45% des répondants.

Ce qui semble apparaître ainsi c’est la coexistence entre un impact important du numérique et un certain conservatisme des pratiques et des conceptions. Les croisements avec les données d’âges (40 ans d’âge moyen) et de disciplines permettront d’affiner le paysage.

Plus de précisions après le saut…

Gabriel Gallezot & Michel Roland

Continuer la lecture

Enquête sur les Pratiques Informationnelles des chercheurs

La numérisation de l’information scientifique et la généralisation de l’usage du web entraînent de profonds changements dans les pratiques d’accès à l’information. L’enquête que nous menons a pour objectif d’évaluer le renouvellement ou la persistance des méthodes et habitudes d’accès à l’information des chercheurs dans ce contexte.  A cet effet, nous souhaiterions examiner outre l’état des pratiques, les corrélations entre pratiques culturelles et pratiques de recherche.

Ce questionnaire est constitué de quatre parties :
– une première partie renseignant le profil du répondant,
–  une seconde partie dédiée aux pratiques professionnelles spécialisées,
– une troisième partie centrée sur les pratiques généralisées et
– une quatrième et dernière partie chargée de faire un bilan sur la formation.

Nous vous remercions de prendre un peu de votre temps pour répondre à ce questionnaire (env. 15min). : https://enquete.unice.fr/index.php?sid=63929&lang=fr

Zotero Commons

Avec la version 2.1 (béta) de Zotero… vous pouvez désormais uploader vos documents sur Internet Archive , la roadmap de Zotero le prévoyait c’est fait !

Cela permet d’abonder Internet Archive de documents du « public domain » (à ne pas confondre avec « domaine public » qui a une autre signification en France), c’est à dire libres de diffusion au sens de l’Open Access. Internet Archive n’est pas (à ma connaissance) « OAI compliant » [<mise à jours> cf. le commentaire de J-C Peyssard : https://www.archive.org/services/oai2.php?verb=ListSets <mise à jours>] et est, comme les Archive Ouvertes,  bien indexée par les moteurs de recherche. Bref voilà un espace de stockage et un moyen de diffusion supplémentaires de vos documents qui ont le mérite d’être en relation directe avec « votre » logiciel de gestion de référence bibliographique (Zotero). Quelques remarques rapides qui peuvent ouvrir le débat :

  • Avant aussi j’avais un espace de stockage (plateforme Zotero ) que devient-il ? quel est la différence ? A priori l’un n’empêche pas l’autre, du coup ça augmente l’espace de stockage gratuit. (bon j’attends la fin de la synchronisation pour vérifier mon propos …mais c’est long ;-)) à suivre donc )
  • Il faudra bien distinguer  ce qui relève de documents que JE peux diffuser et ceux qui concernent ma bibliographie (message d’alerte au moment de l’upload, mais est-ce suffisant ?).
  • Les documents que je stocke et diffuse sur une Archive Ouverte seront des doublons si je stocke et diffuse sur Internet Archive via Zotero… l’idéal serait de pouvoir choisir son archive ou d’imaginer un cross-posting piloté par Zotero (on en demande toujours plus ;-)) …
  • Il semble qu’Internet Archive propose en plus « l’OCRisation » des documents (PDF), sympa… mais, là aussi j’attends le résultat (de 10 min à quelques heures selon zotero)… à suivre donc.
  • On peut uploader n’importe quel format (j’ai fait un test avec un « epub »), mais l’avantage du Pdf c’est l’interface de lecture proposée sur Internet Archive (viewer pdf)… j’ai pas pu tester si c’était correctement lisible sur un smarphone , liseuse ou tablette (j’en ai pas ! ;-(

A vos remarques !

Zotero commons sur Internet Archive

[ billets dupliqué de http://urfist.unice.fr/2010/09/29/zotero-commons/ ]

<mise à jour>

Zotero Commons et Group Librairies peuvent fonctionner ensemble

et après quelques temps de synchronisation le texte déposé en PDF est disponible en Gif, Epub, Kindle, Full text, Djvu.

</mise à jour>

Programme des formations Urfist paca-c

Vous trouverez, à cette adresse : http://urfist.unice.fr/acreat/liste_sessions.php les sessions ordonnées par date (n’oubliez pas le flux rss : http://urfist.unice.fr/acreat/rss/ ) .

Pour une répartition thématique vous pouvez cliquer sur ce lien : http://urfist.unice.fr/acreat/catalogue_stages.php

Et pour en savoir un peu plus sur ces stages, vous pouvez consulter notre wiki, sur lequel nos supports de cours sont déposés : http://wiki-urfist.unice.fr/wiki_urfist/index.php/Accueil

Enfin, n’hésitez pas à consulter notre site : http://urfist.unice.fr/ pour retrouver toutes les informations nécessaires et complémentaires relatives à vos inscriptions.