Archives de l’auteur : Manuel Durand-Barthez

À propos Manuel Durand-Barthez

Membre de l'URFIST de Paris. Formation SHS, professionnellement plutôt tourné vers les STM.

Tutoriel URFIST sur les Brevets d’invention

L’URFIST de Paris met en ligne un Tutoriel sur les Brevets d’invention, avec le soutien de la COMUE PSL (Paris Sciences & Lettres) et de l’École nationale des chartes. Vous le découvrirez sous :

http://urfist.enc-sorbonne.fr/les-brevets-d-invention/

Il est libre d’accès, d’usage et de diffusion.

Il est destiné aux étudiants avancés des filières scientifiques et techniques mais aussi aux chercheurs impliqués dans l’innovation. Les professionnels de l’information-documentation, en milieu universitaire et dans les écoles d’ingénieurs, sont également concernés pour l’accompagnement des publics visés par ce tutoriel, dans le contexte de formations spécifiques.

Ce tutoriel analyse les principes juridiques fondamentaux, explore la base de données Espacenet et se conclut par des QCM. Il est étayé par des interventions d’experts en propriété industrielle et de chercheurs sur le terrain.

Il peut se prêter à des prolongements en présentiel ou distanciel, constituer un socle préparatoire à des formations plus poussées, illustrées notamment par des études de cas.

Référence de l’opération : PSL-ENC ANR 10-IDEX-0001-02

Auteurs : Manuel Durand-Barthez (contenu) ; Corinne Habarou (webmestre) ; Marion d’Hauteville (ingénieure pédagogique)

Matériel complémentaire :

Flyer : http://www.enc-sorbonne.fr/sites/default/files/atoms/files/flyer-brevet.pdf

Teaser vidéo : https://youtu.be/RixyChGJUbM

Manuel Durand-Barthez

Membre de l'URFIST de Paris. Formation SHS, professionnellement plutôt tourné vers les STM.

More Posts - Website

« Participer à l’organisation du management des données de la recherche : gestion de contenu et documentation des données » : une Formation complète

Communiqué RENATIS en coopération avec le Réseau national des Urfist

Action Nationale de Formation

« Participer à l’organisation du management des données de la recherche : gestion de contenu et documentation des données »

Cette ANF organisée par le réseau Renatis en collaboration avec la DIST-CNRS, l’INIST-CNRS, l’URFIST, le RIATE et IRSTEA se tiendra du 6 au 8 juillet 2016 à Paris dans les locaux de l’Université Paris Diderot.
Elle s’inscrit dans la continuité des Frédocs 2013 dédiés à la « gestion et valorisation des données de la recherche » et en complément de celle proposée par le réseau RBDD en 2015 « conduire et construire un plan de gestion de donnée : de la base de donnée à la pérennisation« .

Au niveau international de plus en plus de financeurs institutionnels publics de la recherche font référence ou conditionnent leurs financements au partage des données et des résultats scientifiques dans le cadre du mouvement de l’Open Science. Dans ce contexte les chercheurs sont fortement incités à réaliser des plans de gestion de données, requis de plus en plus comme un des critères essentiels dans les réponses aux appels d’offre et et exigé comme un livrable à part entière pour les projets réalisés dans le cadre du programme européen Horizon 2020. Pour accompagner ce mouvement de fond qui se développe considérablement depuis quelques années et répondre aux besoins des chercheurs, les professionnels de l’IST doivent être en capacité de réagir.

Les professionnels de l’IST, aux côtés des chercheurs ont un rôle clé à jouer dans la réponse à des appels à projet et dans la gestion de contenu propre aux données de la recherche. La formation qui vous est proposée a pour objectif de fournir des éléments pédagogiques aux professionnels de l’IST afin de sensibiliser les chercheurs à la gestion des données et à leur cycle de vie. L’objectif principal est d’apporter les outils nécessaires à l’accompagnement du chercheur dans la construction d’un plan de gestion des données ou Data Management Plan (DMP).

Les grands axes du programme sont les suivants :
Axe 1 : Comprendre les enjeux et attendus d’un plan de gestion des données et en définir les finalités dans le cadre du contexte réglementaire H2020 et international
Axe 2 : Identifier les acteurs, les données, les moyens à court, moyen ou long terme à mettre en œuvre avec les chercheurs. Planifier la gestion des données.
Axe 3 : Mettre en œuvre le plan de gestion des données en fonction de leur cycle de vie.
Axe 4 : Création d’un plan de gestion de données – Mise en pratique à partir d’un ou plusieurs cas concrets

Le programme s’organisera en 3 grandes parties : Une première partie qui introduira la problématique et posera un socle commun de connaissances formalisé au travers de réponses à un quiz, des interventions théoriques ensuite portant plus spécifiquement sur certains sujets (aspects juridiques, standards et métadonnées, partage et archivage des données …) et pour finir des ateliers pratiques qui permettrons aux participants de s’initier à la pratique du DMP.

Pour vous inscrire, nous vous invitons à remplir et renvoyer le formulaire ci-dessous avant le 9 mai 2016.

http://www.dr4.cnrs.fr/bfp/index.htm

Les modalités d’inscription et de participation sont précisées dans le formulaire.

Manuel Durand-Barthez

Membre de l'URFIST de Paris. Formation SHS, professionnellement plutôt tourné vers les STM.

More Posts - Website

Former à l’information Brevets dans l’enseignement supérieur

La culture académique française fut longtemps peu encline à dispenser l’enseignement des principes de la propriété industrielle (P.I.). Dans les cursus S.T.M. (Science, Technologie, Médecine), elle a principalement favorisé la publication scientifique classique valorisée par la bibliométrie.
Par-delà les bases de données chimiques mettant l’accent sur les brevets et les données spécialisées issues notamment de l’agence britannique Derwent, l’Internet permet à un public large, étudiant en particulier, d’appréhender aisément l’information Brevets, à travers la base Espacenet produite par l’Office européen des brevets. Les biais induits par cette facilité impliquent un enseignement méthodologique rigoureux propre à renforcer la représentativité de la P.I. dans les cursus S.T.M. Est ici présentée la relation d’une expérience de formation à l’innovation en milieu universitaire.

Manuel Durand-Barthez « Former à l’information Brevets dans l’enseignement supérieur », Revue internationale d’intelligence économique 1/2013 (Vol. 5), p. 25-38.
URL : www.cairn.info/revue-internationale-d-intelligence-economique-2013-1-page-25.htm.
DOI : 10.3166/R2IE.5.25-38.

Manuel Durand-Barthez

Membre de l'URFIST de Paris. Formation SHS, professionnellement plutôt tourné vers les STM.

More Posts - Website

Scientometrics : école d’été européenne, Berlin, septembre 2013

ESSS-13, European Summer School for Scientometrics, Humboldt Universität, Berlin, 8-13 septembre 2013

La densité des informations accumulées sur cinq jours et demi oblige le participant à prendre un sérieux recul pour dégager un noyau dur autour duquel gravitent les contenus des conférences et des ateliers.

 

Les « satellites » sont nombreux : un grand nombre de détails techniques, classiques certes mais amplement développés, sur – par exemple – les méthodes de nettoyage des données et la mise au jour de réseaux issus du co-autorat et des co-citations. Autrement dit, sur la bibliométrie traitée en tant que domaine technique, tel que nous le connaissons.

 

Ce sont toujours les membres de ce que nous appelions, après l’édition ESSS 2011 à Vienne : l’école flamande – qui interviennent, sans grande surprise, malgré un degré d’expertise qui ne laisse pas de surprendre. Leyde et Louvain (Leiden et Leuven) sont les foyers incontestés de la recherche dans le domaine, avec l’incontournable Wolfgang Glänzel, entouré de Ton Van Raan, Bart Thijs, Koenraad Debackere et Henk Moed.

 

De même, c’est toujours, immanquablement, le Web of Science qui sert d’ « étalon » dans la conception des modèles alternatifs. Son analyse critique permet de naviguer dans les systèmes novateurs fondés sur des principes déjà bien rodés comme l’Eigenfactor et l’heuristique de la diversité. Scopus est évoqué à propos du SJR (SCImago Journal Rank, clone de l’Eigenfactor) et surtout du SNIP (Source Normalized Impact per Paper : une façon comme une autre de rappeler que les chercheurs de Leiden travaillent aussi bien pour le compte de Thomson que pour celui d’Elsevier) mais Scopus est resté ces jours-là relativement marginalisé dans les exposés et les échanges, même si nul n’en conteste les points positifs.

 

Les travaux pratiques (statistiques, conception d’ensembles et cartographie) effectués lors des ateliers, se sont focalisés sur les données du Web of Science et non sur celles de Scopus, moins encore de Scholar Google. Le manque de temps (les T.P. étaient menés sur une journée et demi à une cadence passablement effrénée) n’était peut-être pas le seul motif de cette concentration, même si le SNIP, le SJR et l’OA constituent des facteurs non négligeables « hors Thomson ».

 

 

Néanmoins, la présentation qui a permis de nuancer le débat reste (de notre point de vue) celle d’Erik Arnold, du groupe Technopolis. L’activité de cette société consiste à faire du benchmarking en matière de gouvernance, orienté vers la recherche et l’innovation, à la demande des États, européens en particulier. Exposée en milieu de colloque, cette présentation fait un peu figure de centre de gravité dans l’ensemble des communications. Arnold rappelle que la bibliométrie est trop souvent perçue par les institutions comme un outil destiné à mesurer et à « modéliser » l’excellence d’un organisme ou d’une équipe à courte échelle. Autrement dit, il met en garde contre le repli sur soi d’un groupe à granularité petite ou moyenne, sans que la plus vaste échelle, aux niveaux national et surtout international, soient envisagée prioritairement. Au-delà des performances d’un laboratoire ou d’une institution, l’internationalisation des travaux de recherche s’impose, de même que le lien avec avec l’industrie (R&D, notamment des start-up innovantes).

 

Dans cette perspective (celle de l’ « impact sociétal » qui permet d’inclure les SHS pour une bonne part) la bibliométrie devrait être plus ouverte sur l’interdisciplinarité et faire abstraction de facteurs anciens et réducteurs. Elle apparaît sous cet angle comme une composante, utile certes mais dont l’importance est certainement relativisée, de stratégies de recherche et d’innovation intelligentes, adaptées à la mondialisation. Arnold reproche entre autres à certaines administrations chargées de l’ESR, de négliger cette ouverture pragmatique en direction d’infrastructures étrangères à la sphère « proprement » académique et de limiter leurs mesures à une excellence en quelque sorte introvertie.

 

 

Ce colloque, (dont les abstracts et les présentations sont d’ores et déjà pour la plupart disponibles), faisait immédiatement suite à une autre manifestation, également tenue à Berlin : la 18ème Conférence internationale sur les Indicateurs en Science et Technologie. Son titre rappelle d’ailleurs les propos d’Arnold : Translational twists and turns : science as a socio-economic endeavor. Elle associait l’IFQ (Institute for Research Information and Quality Assurance) à l’ENID (European Network of Indicators Designers).

 

 

N.B.: La présentation d’Erik Arnold est improprement datée du 10 septembre 2012 au lieu de 2013.

 

Manuel Durand-Barthez

Membre de l'URFIST de Paris. Formation SHS, professionnellement plutôt tourné vers les STM.

More Posts - Website

Informatique et scientométrie

La spécificité de la littérature scientifique dans le domaine de l’Informatique réside dans le type de support qui la sous-tend, c’est-à-dire principalement les proceedings. Les particularités propres aux communications touchent aussi bien le champ des pratiques ou de la culture informationnelles que celui de la cartographie scientométrique.

Le premier de ces deux domaines a été décrit de façon détaillée dans un article d’Andrea Kienle et Martin Wessner (université de Dortmund et fondation Fraunhofer à Darmstadt) intitulé Principles for Cultivating Scientific Communities of Practice. Ils analysent une communauté en particulier, la CSCL (Computer-Supported Collaborative Learning) sur la décennie 1995-2005. Ils passent au crible les listes de participants et d’intervenants aux colloques de la discipline. Ils modélisent la structure réticulaire de cette communauté en observant les associations de personnes, mouvantes au fil du temps, à travers le co-autorat, la co-citation, le partage des sources. Le workshop est un hub idéal, qui permet au réseau social de se cultiver tout en commettant des « items de travail » matérialisés par des documents publiés et susceptibles d’évaluation au sens académique du terme

La rotation géographique des conferences est observée, au même titre que leur périodicité. Les noms des organisateurs, le caractère composite de leur origine géographique, l’influence d’un noyau de personnalités marquantes susceptibles de mobiliser la communauté autour d’une thématique, font également partie des paramètres de cette modélisation.

Celle-ci définit enfin les caractéristiques d’un palier qui limite l’extension de la communauté et diminue son interactivité à un moment donné (suivant un phénomène d’érosion). Les signaux envoyés à cette étape limite déterminent la création ou la génération d’un nouveau réseau qui puisera dans le précédent les bases nécessaires à son épanouissement.

 

C’est à Trèves (Trier) que s’est développée la base DBLP (Digital Bibliography & Library Project) considérée par les informaticiens comme fondamentale au plan international pour la recherche documentaire dans ce champ disciplinaire. En parallèle, CiteSeerX permet d’effectuer de façon très fine des analyses bibliométriques assorties du fameux Triangle : références en fin d’article / références partagées par d’autres articles / co-citations ; et ce dans le domaine spécifiquement informatique. Le document d’analyse de la commission d’évaluation de l’INRIA de septembre 2007, souvent cité, intitulé Que mesurent les indicateurs bibliométriques ? prend appui sur ces deux outils. Ils servent aussi à étayer l’article de trois chercheurs de l’Université d’Aix-la-Chapelle (Aachen), qui a pour titre Development of Computer Science Disciplines – A Social Network Analysis Approach (Pham, Klamma, Jarke). À partir des données de colloques puisées dans les deux bases, les auteurs constituent deux réseaux : un knowledge network et un citation network. Le premier cartographie les conferences en fonction de leur thématique, en prenant les éléments précédemment décrits par Kienle et Wessner ; le second agit sur les citations, dans la perspective du triangle mentionné plus haut. Parallèlement, les venue proceedings de type ACM ou IEEE sont analysés. Ceux-ci, minoritaires, sont inclus dans des périodiques répertoriés par le JCR.

Ce qui frappe dans la visualisation des graphes afférant respectivement aux communications non répertoriées dans des publications en série (journals à proprement parler) et d’autre part à celles que recouvre ce second type de document, c’est que l’image du réseau résultant seulement des périodiques (The knowledge network using journals only) est éclaté, atomisé, peu structuré, ne permet pas la mise en valeur de thématiques clairement inscrites dans des flux relationnels intenses. L’autre graphique, en revanche (The combined knowledge network [giant component]) présente des caractéristiques inverses, illustrant bien la dynamique de ces hubs que constituent les colloques, sans que leur contenu soit fixé dans des périodiques homologués par ailleurs, notamment dans le JCR.

Le « réseau de connaissance », à travers des représentations successives, permet de voir l’émergence ou le déclin de sous-disciplines et des conglomérats de colloques typiques. Diamètre des nœuds et volume des traits de connexion (arêtes) varient au fil des années, voire des mois. Certes, ce genre d’observation s’applique à d’autres disciplines. Mais l’informatique l’illustre à un rythme très rapide avec une dynamique interrelationnelle particulièrement significative, du fait de la multiplicité, de l’hétérogénéité et de l’interopérabilité des composantes générées par les colloques. Leur structure extrêmement souple, leur organisation rapide, leur capacité d’accueil et leur ouverture, ajoutées à la brièveté des interventions, à leur relative spontanéité et aux facilités de communication entre acteurs, font des items de la « littérature informatique » un substrat très original par rapport à d’autres champs disciplinaires, qui se prêtent volontiers à des analyses de pratique informationnelle intéressantes. Activées par les réseaux sociaux scientifiques, l’interdisciplinarité ou la transversalité ne sont pas ici de vains mots.

Le « réseau de citations » est notamment mis en évidence à l’aide du PageRank permettant d’accroître la visibilité de groupes leaders qui en entraînent d’autres. On retrouve d’ailleurs cette conception à certains égards dans la mise en œuvre de l’Eigenfactor avec la traçabilité des citations.

Les paramètres de l’analyse du réseau se déclinent en quatre modalités selon Pham et al.: Density (M1), Clustering coefficient(M2), Maximum betweenness (M3), Largest connected component (M4). Autrement dit : la densité du graphe (proportionnelle au nombre d’arêtes et donc de liaisons entre les nœuds), le coefficient de regroupement (des nœuds), la centralité d’intermédiation optimale (qui, pour reprendre les termes de Sedki Allaoui, « reflète la capacité d’un chercheur à relier deux autres chercheurs provenant d’un même sous-réseau à travers le plus petit nombre d’intermédiaires »), enfin la notion de « plus grand graphe connecté » (aptitude d’un conglomérat de nœuds à inclure le plus grand nombre de connexions, et partant à s’imposer visuellement comme prépondérant).

Ces quatre modalités sont relativement classiques en matière d’analyse bibliométrique. Mais la production scientifique dans le domaine informatique offre cette caractéristique marquante de la différence entre une analyse effectuée directement à partir des items issus de ces colloques et leur fixation ou leur ancrage dans le cadre de périodiques prétendument reconnus (notamment par le JCR).

 

Sources : Andrea Kienle, Martin Wessner « Principles for Cultivating Scientific Communities of Practice » Communities and Technologies 2005  Proceedings of the Second Communities and Technologies Conference, Milano 2005. Ed. Peter Van Den Besselaar, G. De Michelis, J. Preece, C. Simone, pp 283-299. Dordrecht : Springer [e-books], 2005. Version O.A. http://www.socio-informatics.info/fileadmin/IISI/upload/C_T/2005/Paper15C_T2005.pdf

Manh Cuong Pham, Ralf Klamma, Matthias Jarke « Development of Computer Science Disciplines – A Social Network Analysis Approach » Social Network Analysis and Mining, November 2011, Volume 1, Issue 4, pp 321-340. Version O.A. http://arxiv.org/pdf/1103.1977

Sedki Allaoui Impact du financement sur la production scientifique des chercheurs à l’échelle des individus en nanotechnologie au Québec  École polytechnique de Montréal, 2011. http://publications.polymtl.ca/746/1/2011_SedkiAllaoui.pdf  Extrait cité p. 29 ; commenté dans: Catherine Beaudry, Sedki Allaoui « Impact of public and private research funding on scientific production: The case of nanotechnology » Research Policy, Volume 41, Issue 9, November 2012, pp 1589-1606

 

Manuel Durand-Barthez

Membre de l'URFIST de Paris. Formation SHS, professionnellement plutôt tourné vers les STM.

More Posts - Website

Synthèse de la 4ème Journée nationale d’étude du Réseau des URFIST

La Quatrième journée nationale du Réseau des URFIST : Trente ans de politiques scientifiques 1982-2012 (26 novembre 2012) a célébré le trentième anniversaire de cette structure, en analysant la politique de l’IST en vigueur durant les trois dernières décennies, tant en France que chez nos voisins britanniques et néerlandais.

Cette manifestation a connu un franc succès, contraignant les organisateurs à restreindre l’accès des nombreux inscrits (253) aux 180 places mises à disposition.

 

Trois volets ont balisé ce séminaire :

–      la genèse du réseau URFIST et, plus largement celle d’une politique française de l’IST

–      un regard extérieur sur les politiques à l’étranger avec l’exemple du Royaume-Uni et des Pays-Bas

–      la problématique de l’IST dans les institutions françaises aujourd’hui ainsi que ses perspectives d’avenir

 

Le public était majoritairement constitué de bibliothécaires sans que cette proportion (57 %) soit exceptionnellement élevée. Nombreux sont les personnels affectés à la gestion documentaire des laboratoires ou d’autres personnels ayant des qualifications de veille dans le milieu de la recherche, qui se sont rangés dans la catégorie alternative « autre » (35 %). Enfin, les enseignants-chercheurs représentent 8 % du panel, minorité tout à fait appréciable dans ce contexte, même si l’accroissement de ce public dans de telles manifestations est toujours vivement souhaité.

 

Le détail des présentations et leur captation vidéo ont été mis en ligne sur le Blog Urfistinfo.

 

Les trois conférences inaugurales ont permis de restituer le contexte des mutations technologiques profondes qui affectèrent voilà trente ans la recherche et l’innovation. Dans cet environnement naquit en 1982 le Réseau national URFIST, projet original associant des enseignants-chercheurs spécialisés en Sciences de l’information à des professionnels de la documentation issus du corps des Bibliothèques.

 

Pérennisé, ce projet alors initié par la Direction des Bibliothèques, des Musées et de l’Information scientifique et technique (DBMIST) continue de faire ses preuves en traversant diverses phases qui remettent positivement en question les contours du métier et la définition des profils de postes, en matière de formation, de veille, de recherche et d’expertise liées à l’information scientifique numérique.

De même, au niveau des pratiques informationnelles, les changements très significatifs et réitérés constatés ces dernières années, modifient les modalités d’usage des équipements documentaires. Les bibliothèques constituent en quelque sorte à cet égard des laboratoires où s’analysent au quotidien ces variations comportementales dans l’acquisition des connaissances. C’est le motif pour lequel le Réseau des URFIST coopère avec l’ADBU (Association des Directeurs de bibliothèques universitaires) représentée notamment lors d’une table ronde.

 

Ce panorama se devait d’être complété par un regard comparatif sur des expériences étrangères. Les expériences britannique (JISC) et néerlandaise (SURF) reposent sur des organismes transversaux qui pénètrent toutes les structures universitaires et de recherche et bénéficient de stratégies nationales de soutien à l’IST. En France, la jeune Bibliothèque Scientifique Numérique (BSN) affiche résolument des objectifs similaires qui engagent favorablement l’avenir en ce sens, comme l’a rappelé Michel Marian dans sa conclusion.

La cohérence de l’action conjuguée du JISC et du SURF en fait des acteurs efficaces de structures européennes, telle le Knowledge Exchange Group aux côtés de l’Allemagne, du Danemark et de la Finlande. Le caractère brillant et convaincant de ces deux présentations suscite à juste titre l’espoir d’une coopération française.

 

Cette Journée a permis de valoriser la jeune Association du réseau des URFIST (ARU), fondée en janvier 2010, dont l’objectif consiste à « promouvoir la formation à l’information scientifique et technique et la culture informationnelle et de représenter les URFIST auprès des instances scientifiques, politiques et associatives. » (article 2 des statuts). Le succès de cette rencontre, confirmé par des évaluations très positives, augure favorablement de l’avenir de cette association, au dynamisme de laquelle tous les acteurs de l’IST sont invités à prendre part.

Manuel Durand-Barthez

Membre de l'URFIST de Paris. Formation SHS, professionnellement plutôt tourné vers les STM.

More Posts - Website

Éthique, évaluation, publication

La publication de l’article relatif au Boson de Higgs dans Physics Letters B suscite une nouvelle fois l’occasion de poser des questions cruciales sur l’éthique en matière de publication scientifique.

Le journal en question est publié par Elsevier dans un contexte de Golden O.A., dans le cadre des initiatives de SCOAP3, consortium monté par la communauté des chercheurs en Physique des Hautes énergies, pionnière en matière de libre accès. Agissant pour le compte de SCOAP3, le CERN a sélectionné 12 périodiques publiés par 7 éditeurs en vue de financer la publication d’articles. En 2011, étaient concernés 6600 articles. Sachant que le coût moyen nécessaire à la communauté pour payer le droit de publier dans ces revues se chiffre dans une fourchette allant de 1000 à 2000 $ par article, et que l’on souhaite épargner, autant que faire se peut, la contribution des laboratoires « auteurs », c’est au consortium qu’il appartient de régler la note, pour l’instant à hauteur d’environ 90 %. Idéalement, il faudrait financer le coût des 10 000 articles que cette communauté publie annuellement, chiffre à multiplier par le coût moyen que réclament les éditeurs à fort facteur d’impact pour chaque texte accepté.

On en revient toujours à l’implacabilité du système des facteurs d’Impact notamment dénoncé dès 2003 par Peter A.Lawrence et David Colquhoun dans Nature. Nul n’est d’ailleurs surpris outre mesure par le fait que ces critiques acerbes soient publiées dans un périodique qui, précisément, se distingue par son excellent I.F. Là comme ailleurs, la culture du paradoxe n’étonne plus.

Le groupe Nature  est représentatif du secteur biomédical dont on s’accorde à dire aujourd’hui qu’il est, sinon le seul, du moins le plus adapté à la structure du système d’évaluation fondé sur l’I.F. Les dérives dont pâtit la publication scientifique dans ce secteur sont connues depuis longtemps mais semblent s’accroître de façon significative ces dernières années. La compromission avec l’industrie pharmaceutique peut paraître anecdotique, mais elle est bien réelle et ses effets délétères ont déjà fait l’objet d’articles plus ou moins retentissants.

Ceux-ci relatent entre autres deux types de censure ; d’une part, celle que peut exercer la rédaction d’une revue sur les critiques émises par tel ou tel spécialiste à l’encontre d’articles susceptibles de vanter les mérites d’une molécule ou d’une méthode de thérapie chimique. D’autre part la censure exercée par défaut ou par omission lorsque les rapports émis négativement par la Food & Drug Administration à propos de telle molécule, sont passés sous silence ; non pas sur son éventuelle toxicité ou dangerosité aux doses prescrites, mais sur son inefficacité dans les essais cliniques par rapport à des placebos, par exemple. De même sur les effets secondaires, les rapports de la FDA peuvent être biaisés lors de la publication. Cet état de fait est assez grave, compte tenu de l’importance que l’on accorde aux Clinical Trials dans la recherche d’information médicale aujourd’hui.

Par ailleurs (mais certes, le secteur biomédical n’est pas le seul concerné), l’introduction grandissante de reviews dans les sommaires permet une augmentation « sournoise » des I.F. C’est le cas de la politique amorcée en la matière depuis quelque temps par The Lancet. On connaît bien cet épiphénomène de la course à l’I.F. que représente la diffusion et la très abondante citation des reviews. Il a néanmoins l’avantage de ne pas nuire à l’honnêteté intellectuelle et à la qualité de la recherche dans la mesure où ce type d’article ne sous-tend aucune réelle investigation élaborée en laboratoire.

Plus problématique est le phénomène de la vitesse contre lequel s’insurge le mouvement de la Slow Science. Car la nécessité de proposer rapidement de nouveaux résultats se traduit par des textes nombreux et parfois « risqués » dans leur contenus car n’ayant pas fait l’objet d’une contre-expertise suffisamment étoffée ou démultipliée, qui précisément implique du temps. Les études sur l’accroissement du phénomène de rétractation, i.e. de retrait d’articles (retraction  en anglais) sont nombreuses et s’accompagnent de constitution de bases de données ainsi que de blogs spécifiques.

« Depuis 2001, tandis que le nombre d’articles publiés dans les périodiques de recherche a cru de 44 %, le nombre de papiers ayant fait l’objet de rétractation s’est multiplié par 15, selon une enquête diligentée par Thomson Reuters pour le compte du Wall Street Journal. On ne relevait que 22 retraits en 2001, mais 139 en 2006 et 339 en 2010. De janvier à juillet 2011, le Web of Science en a compté 210. », rapporte Gautam Naik dans le WSJ (10 août 2011). Nature, Science et Cell sont des vedettes du genre.

 

Les Sciences humaines semblent être plus raisonnablement à l’abri de ces phénomènes de vitesse.  L’évaluation dans le domaine SHS représente à elle seule un vaste chantier, un sujet d’une importance capitale qui doit sortir de la gangue du silence ou de l’ombre portée par les méthodes appliquées dans le domaine STM. Les initiatives inspirées par l’IN-SHS du CNRS, comme JournalBase ou RIBAC, ou bien celles que suscite la Conférence des Publications en Psychologie de Langue Française (CPPLF) vis-à-vis de l’AERES et des éditeurs, constituent des avancées considérables que doit encourager la communauté. Les préconisations souvent timides du rapport du CDHSS d’octobre 2010 (pages 77 à 94) ont en effet pour caractéristique d’être perfectibles.

 

Manuel Durand-Barthez

Membre de l'URFIST de Paris. Formation SHS, professionnellement plutôt tourné vers les STM.

More Posts - Website

Frascati, Oslo et la bibliométrie

L’Observatoire des Sciences et des Techniques (OST) ainsi que la LOLF mettent en avant trois critères conjointement favorables à la mise en valeur d’une institution : l’impact de ses publications, sa capacité à innover à travers les brevets et sa participation aux Programmes Cadres de Recherche et Développement de l’Union européenne (PCRD).

La bibliométrie se rapporte au premier critère. Son étude a souvent tendance à réduire sa pratique au champ étroit d’une organisation, d’une unité de recherche, voire d’une personnalité auteur de publications. Le professionnel de l’information se focalise sur un objectif chiffré dont la valeur reste trop souvent « locale ». Sa hiérarchie le contraint à fournir des résultats significatifs dans un temps généralement (trop) court sans que le recul nécessaire puisse s’exercer.

C’est faire peu cas d’un schéma beaucoup plus vaste dans lequel la bibliométrie n’est finalement qu’un maillon d’un processus de mesure globale, un des trois éléments cités plus haut, destinés à envisager la prospective au niveau national, et donc à l’évaluation d’un pays ou d’une union de pays au plan international.

Il n’est pas inutile de rappeler que les Manuels de Frascati (1ère éd. 1963) et d’Oslo (conçu en 1992 et mis à jour) sont à la base des opérations de prospective en matière d’innovation. Leur pilotage par l’OCDE consolide l’étroite association des trois critères précités.

L’innovation se définit elle-même à travers des nomenclatures sans cesse révisées des catégories de sujets. Celles du Web of Science, assez détaillées, en constituent un exemple assez souvent utilisé. Les Manuels de Frascati et d’Oslo en proposent d’autres, bien plus compactes.

Au-delà des poncifs fréquemment réducteurs du facteur d’impact et des indices d’appréciation individuels, la bibliométrie s’attache aujourd’hui à développer des modèles statistiques permettant de mesurer l’évolution de la science et de la technologie. L’introduction de l’analyse sémantique des textes intégraux, superposée à la cartographie des co-citations, permet de mettre au point des core documents, notamment au sens où l’entendent Wolfgang Glänzel et Bart Thijs (ECOOM / MSI – Louvain)[1]. Il s’agit d’ensemble d’articles « noyaux » ou « cœurs » représentatifs de concepts associant les travaux d’équipes dont la communauté de thématique est parfois inexistante en apparence. Les avantages et les inconvénients inhérents au calcul des citations d’une part et au data mining d’autre part, sont associés et pondérés par un modèle mathématique aboutissant à une représentation graphique cohérente. Citations d’articles et mots clés issus des textes intégraux sont reliés au sein des catégories de sujets du WoS pour générer une cartographie révélatrice des tendances mondiales de l’évolution scientifique à un moment donné.

De semblables méthodes mettent en lien les brevets. L’inscription des organismes européens auteurs de publications et déposants de brevets dans les activités liées aux PCRD complète le schéma.

La bibliométrie s’oriente avantageusement vers la définition de clusters thématiques qui font de la transversalité une réalité sous-jacente  à l’avancement des sciences. Synergie entre des domaines apparemment éloignés, révélation de collèges invisibles : autant de nouvelles perspectives réellement intéressantes dans le champ bibliométrique, au-delà de calculs d’apothicaires confinant parfois à la compétitivité scolaire.


[1] Using ‘core documents’ for the representation of clusters

and topics, Scientometrics (2011) 88:297–309

Manuel Durand-Barthez

Membre de l'URFIST de Paris. Formation SHS, professionnellement plutôt tourné vers les STM.

More Posts - Website

30 ans de politiques d’Information scientifique 1982-2012 : 4ème Journée nationale du Réseau des URFIST

L’Association du Réseau des URFIST (Unités régionales de Formation à l’Information scientifique et technique) vous convie à la 4ème Journée nationale du Réseau des URFIST sur le thème « 30 ans de politiques d’Information scientifique 1982-2012 » le 26 novembre 2012.

 

Où en sommes-nous aujourd’hui de la politique nationale de l’IST ?

Sous le vocable d’Information Scientifique et Technique, on entend aussi bien les données de la recherche que l’infrastructure qui les supporte. Un regard rétrospectif sur l’histoire de l’information scientifique et technique depuis une cinquantaine d’années montre que celle-ci a toujours été au triple croisement de la science, de la technologie et du politique.

Introduction par Michel Roland, Président de l’Association du Réseau des URFIST, responsable de l’Urfist de Nice-PACA-Corse

Avec les interventions de :

Denis Varloot, ancien Directeur de la DBMIST au Ministère de l’Education nationale, fondateur des URFIST en 1982

Lydia Mérigot, anciennement responsable de la Formation à la DIST puis à la DBMIST

Rémi Barré, Professeur de Politique scientifique au CNAM, ancien directeur de l’OST

Ghislaine Chartron, Professeur titulaire de la chaire d’Ingénierie documentaire du CNAM, Directrice de l’INTD

Jean-Max Noyer, Enseignant-chercheur à l’Université de Nice Sophia Antipolis

Simon Hodson, Programme Manager au JISC (Royaume-Uni)

Marc Dupuis, e-Research programme manager, SURF Foundation (Pays-Bas)

 

Table ronde « Mutations de l’IST et conséquences sur la formation à l’information » avec :

Christine Berthaud, Directrice du CCSD-CNRS

Olivier Ertzscheid, Enseignant-chercheur à l’Université de Nantes

Odile Hologne, Directrice de l’unité Valorisation / Information Scientifique et Technique à l’INRA

Marie-Joëlle Ramage, Enseignant-chercheur, Chargée de mission TICE à l’Université Paris-Sud

Jean-Emile Tosello-Bancal, Directeur de la BIU Cujas, ancien Chef de Bureau à la SDBIS

 

Intervention conclusive de Michel Marian, Chef de la Mission de l’information scientifique et technique et du réseau documentaire (MISTRD) au Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche

 

Lundi 26 novembre 2012

 

UNIVERSITÉ DE PARIS-DIDEROT / Paris 7
Amphithéâtre BUFFON
15 rue Hélène Brion
75013 PARIS
Métro (ligne 14) ou RER C : station Bibliothèque François Mitterrand (sortie Avenue de France)
Bus 62, 64, 89, 325

 

Inscription gratuite mais obligatoire sous :

http://urfist.enc.sorbonne.fr/sygefor/journee/41

Manuel Durand-Barthez

Membre de l'URFIST de Paris. Formation SHS, professionnellement plutôt tourné vers les STM.

More Posts - Website

Classement de Leiden : nouveaux indicateurs 2011/2012

Le site du Classement international de Leiden, concernant les établissements d’enseignement supérieur, a mis en valeur une quantité d’indicateurs alternatifs nouveaux : outre le fameux CPP/FCSm (Citations per Publication / Field Citation Score multiple), les statisticiens de Leiden ont conçu deux variantes d’un MNCS (Mean normalized Citation score) associé à un indicateur de stabilité d’intervalle. Ce procédé permet d’isoler, voire d’exclure, des articles ayant généré un nombre atypiquement élevé de citations au lendemain de leur publication et susceptibles de faire varier de manière significative le positionnement d’une institution, voire même le facteur d’impact du journal qui l’a publié. L’indicateur Top-10% ajoute opportunément un facteur de pondération.

Ensuite, des classements intégrant ou non les publications en langue française ou allemande permettent de visualiser des nuances qualitatives dans un univers quasi exclusivement anglophone.

Troisième innovation : la mise en valeur cartographique et schématique des publications générées dans des journaux dont le champ disciplinaire est étranger à celui que fréquentent habituellement les équipes publiantes ; cette manifestation de la transversalité met aussi en garde sur la notion d’appartenance systématique d’un laboratoire ou d’une institution à un champ prédéterminé par son appellation ou par la formation initiale de ses membres.

La cartographie utilise la technologie VOSviewer, application Java libre.

Le Classement de Leiden a fait l’objet d’une conférence de son concepteur, le Prof. AFJ Van Raan, de l’université de cette ville des Pays-Bas, le 23 mars 2012 au CNAM (Paris), dans le cadre de la Onzième réunion de l’Atelier Évaluation, Caractérisation, Bibliométrie de l’URFIST de Paris. La présentation est visible sur Slideshare et le commentaire français sur le site de l’URFIST de Paris.

Manuel Durand-Barthez

Membre de l'URFIST de Paris. Formation SHS, professionnellement plutôt tourné vers les STM.

More Posts - Website