Archives de l’auteur : MRG

DataCite: une communication de L’Inist-CNRS

Membre du consortium international DataCite, l’Inist-CNRS est agence d’attribution de l’identifiant DOI en France.

Elément majeur d’une bonne pratique dans le mouvement de l’Open Science, les identifiants pérennes jouent un rôle clé en facilitant la découverte et l’accès à long terme aux objets scientifiques issus de la recherche. Ils permettent ainsi d’identifier, référencer, partager et citer les données afin d’accroître leur visibilité.

Le DOI (Digital Object Identifier) en est un exemple. Il peut être attribué aux résultats de la recherche (données, images, vidéos…).

Une équipe dédiée au sein de l’Inist-CNRS se tient à votre disposition pour vous conseiller au plus près de vos recherches dans l’attribution de DOI à vos données (fourniture des préfixes DOI, assistance à la création et la conversion de métadonnées…). Elle vous accompagne également dans l’utilisation des différents services proposés par DataCite.

Contact : datasets@inist.fr
Tel : 03 83 50 46 70

DoRANum BSN: des ressources de formation et d’auto-formation sur les données de la recherche

Le réseau des Urfist est engagé dans un nouveau chantier avec l’Inist-CNRS sous l’égide de la Bibliothèque Scientifique Numérique. Ci-dessous la présentation du projet qui est ouvert aux partenariats.

Le projet DoRANum (Données de la Recherche: Apprentissage NUMérique à la gestion et au partage) a pour objectif de mettre en place un dispositif de formation à distance d’accès coordonné, intégrant différentes ressources d’auto-formation sur la thématique de la gestion et du partage des données de la recherche. Existantes ou créées dans le cadre du projet, ces ressources proposeront plusieurs parcours et modes d’apprentissage. La diversité des ressources et la complémentarité des modes et parcours devraient permettre de répondre aux attentes et usages des publics visés: chercheurs, enseignants-chercheurs, doctorants et professionnels de l’information des établissements d’enseignement supérieur et de recherche.

Le projet, soutenu financièrement par le Ministère, fait partie des actions de la Bibliothèque Scientifique Numérique (BSN). Il associe principalement le réseau des Urfist (Unités Régionales de Formation à l’Information Scientifique et Technique) et l’Inist-CNRS ainsi que des membres du segment 9 (“Formation, compétences et usages”) et 10 (“Données de la recherche”) de la BSN et des représentants de la communauté de l’enseignement supérieur et de la recherche.

Le groupe projet est composé de membres des services Formations et Valorisation des données de la recherche de l’Inist-CNRS et de l’Urfist de Nice, référent pour le réseau des Urfist dans ce projet. Deux ingénieurs pédagogiques sont recrutés spécifiquement pour le projet et sont basés respectivement sur le site de l’Inist à Nancy et à l’Urfist de Nice (rattachée et soutenue par l’Université de Nice Sophia-Antipolis).

Méthode

L’objectif global du projet, à savoir l’adoption des bonnes pratiques de gestion et de partage des données de la recherche par la communauté scientifique, se déclinera selon des actions ciblées et pourvues d’un agenda de réalisations.

Les thématiques prioritaires de formation seront identifiées à partir des problématiques élaborées par BSN10. Elles seront déclinées selon les publics (métiers et appartenances disciplinaires) et les modalités seront accordées à ces différents types de publics selon une vision globale. En particulier les professionnels de l’information seront amenés à être des relais de formation et l’un des résultats du projet sera de leur offrir une boîte à outils « formateur » comprenant des scénarios de formation adaptables en fonction de leur situation locale.

Le projet inclura des distanciels de différents types: tutoriels multimédias, classes virtuelles, webinaires, etc. afin de proposer des parcours diversifiés aux apprenants. Il prendra en compte dans la définition de ses actions aussi bien les sites d’information existants ou en cours d’élaboration que des formations en présentiel, en particulier celles réalisées par des partenaires. Ainsi par exemple le réseau des Urfist ou d’autres partenaires pourront programmer des formations en liaison avec les réalisations du projet.

Actions prioritaires

Le projet se déploie sur deux ans (2016 et 2017).

Les actions prioritaires pour la 1ère phase du chantier:

    • recensement des ressources informationnelles et pédagogiques existantes
    • actions visant à enrichir l’offre de formations en terme de contenus et de thématiques ; 3 thèmes prioritaires sont retenus pour cette 1ère phase:
      • Aide au dépôt des données : choix de l’entrepôt, métadonnées, licences, identifiants…
      • Enjeux et bénéfices de la gestion et du partage des données de la recherche
      • Données de la recherche : aspects juridiques et éthiques
    • actions visant à enrichir l’offre de formation en terme de formats et de modalités:
      • dissémination des classes Webex via le réseau des Urfist
      • expérimentations de productions à la volée à l’occasion de présentiels (formations, événements scientifiques, interviews)

Gouvernance et partenariats

Le Comité de Pilotage réunit les instances directement impliqués (CNRS (Dist et Inist), réseau des Urfist, BSN9 et BSN10).

Le groupe de travail réunit, outre les ingénieurs en charge du projet, des experts et des partenaires.

En particulier, trois types de partenariats sont envisagés:

1/ Les partenaires désireux de produire des distanciels sur la gestion et le partage des données de la recherche en liaison avec notre projet. Un partenariat actif permettrait d’organiser des complémentarités, de partager les compétences et d’éviter les redondances.

2/ Les partenaires qui réalisent ou prévoient de réaliser des formations en présentiel sur la gestion et le partage des données de la recherche. Le partenariat pourrait reposer sur un échange où le partenaire apporterait son contenu et l’équipe du projet développerait des distanciels liés à la formation du partenaire, utilisables par celui-ci.

3/ Les partenaires-relais et béta-testeurs qui seraient volontaires pour tester et diffuser les distanciels produits par le projet, éventuellement en les articulant avec des actions en présentiel.

Contacts pour les partenariats: Paolo Lai (Inist-CNRS), Michel Roland (Urfist, BSN9), Joanna Janik (Dist-CNRS, BSN9)

(logo non officiel. © F. & C. Garelli)

La JNE 2014 « Nouvelles formes de communication et d’évaluation scientifiques » en distanciel sur Jalon

L’Urfist de Nice met en ligne en version bêta un distanciel interactif (un « sooc »[1]) basé sur les interventions de la Journée Nationale d’Étude Urfist 2014: « Nouvelles formes de communication et d’évaluation scientifiques : perspectives et légitimités ». Sous la supervision de Gabriel Gallezot et de Michel Roland, il a été réalisé par Florence Garelli[2] via Jalon, la plateforme pédagogique de l’UNS, et Zaption. Les clips ont été équipés de questions, et de sous-titres en français lorsque l’intervention était en anglais. Concrètement, le visionnage des clips vidéo est interrompu par des questions (vrai/faux, choix multiple ou question ouverte) portant sur l’intervention ou sur le support fourni par l’intervenant, et le « stagiaire » doit répondre à la question pour continuer son visionnage. La formation est accessible sur téléphone mobile via un navigateur ou l’application Zaption.

> Lien vers la formation ouverte

Il s’agit pour nous d’expérimenter la réalisation d’un outil d’auto-apprentissage actif à partir de communications comme celles de la journée d’étude. La formation est en version bêta, c’est-à-dire que toutes les fonctionnalités ne sont pas implantées. Pour l’instant l’accès aux exercices est libre et non évalué. Il est possible cependant d’obtenir une attestation de suivi de stage qui sera délivrée après vérification que l’ensemble du parcours avec ses douze activités a été réellement réalisé. Il y a sans doute des erreurs et des approximations dans les sous-titres ou dans la formulation des exercices, voir des bugs. C’est pourquoi nous sommes très demandeurs de remarques critiques et d’appréciations, de détail aussi bien que sur l’ensemble du projet[3] .

FG 150331

  1. small online open course
  2. Urfist de Nice et Service des Pédagogies Innovantes de l’Université de Nice Sophia-Antipolis
  3. en commentaire ici, par courriel à urfist@unice.fr ou via le questionnaire en fin de formation.

Interventions et supports de la JNE 2014: « Nouvelles formes de communication et d’évaluation scientifiques »

Les vidéos et les supports de la Journée d’Étude « Nouvelles formes de communication et d’évaluation scientifiques : perspectives et légitimités » sont consultables sur le wiki de l’Urfist de Nice : LIEN.

La 5ème Journée Nationale d’Étude du réseau des URFIST s’est tenue le 25 septembre 2014 à l’Université de Nice Sophia-Antipolis. Elle s’est focalisée sur les différentes formes de publication de la recherche et sur les modes de légitimation ou d’évaluation associés.

Continuer la lecture

Diigo, nouveautés de rentrée

Le mois de septembre voit d’importantes évolutions de la plateforme d’annotation et de gestion de signets diigo. Une bonne nouvelle (mais attention, il y a un os): la prise en charge de l’annotation des pdf. Une moins bonne nouvelle: la refondation du modèle de prix.

À savoir:

  • disparition du plan « basic » à 20$/an,
  • apparition d’un plan dit « social » au tarif évolutif[1] et d’un plan dit « professionnel » à 59$/an,
  • reconfiguration des plans « free » et « teacher »[2]
  • et (surtout) modulation des possibilités « sociales », c’est-à-dire essentiellement de l’ utilisation des groupes: alors que précédemment la possibilité de créer des groupes, aussi bien publics que privés, étaient ouvertes à tous, elle se trouve très sévèrement limitée à présent.

Il semble que les équipes de diigo se soient trouvées là en face d’un problème de gestion de spams qui n’avait pas été anticipé[3].

Le plan gratuit ne permet plus que la création d’un groupe privé limité à trois membres, le plan standard lui-même ne permet que la création d’un groupe public (nombre de membres illimité) et de trois groupes publics, limités à 10 membres chacun (50 membres par groupe privé pour le plan « éducateur »), seul le compte « professionnel » permet la création de groupes, publics et privés, de façon illimitée.

Il est à signaler que les groupes existants, comme les groupes de veille des Urfist restent actifs (ouf!).

À signaler également, et c’est l’os que j’évoquais en début de billet, que la nouvelle fonction d’annotation des pdfs (qui répond à un besoin rencontré dans chacune de nos formations diigo) est réservée aux plans « standard » (limitée à 100 pdfs), « professionnel » (illimitée) et « éducateur » (limitée à 50 pdf) et n’est donc pas accessible avec un plan gratuit.

Pratiquement: pour la gestion personnelle de signets, diigo reste l’outil puissant qu’il était et continue d’offrir des avantages nets par rapport à la concurrence (essentiellement s’agissant des annotations) mais les cartes sont rebattues quant au partage et à la collaboration.

S’il est possible de bricoler avec un groupe public et un nombre restreint de (petits sauf pour le plan « éducateur ») groupes privés[4], une utilisation importante des groupes implique la souscription au plan « professionnel ». À 59$/an, ce n’est pas hors de prix pour une institution, à condition de savoir gérer les contraintes des procédures comptables publiques.

(Une autre solution serait de changer d’outil mais je n’ai pas pu trouver ni pour la gestion personnelle, ni pour le partage et la collaboration un outil gratuit qui offrirait des performances analogues. Des suggestions?)

Liens:

  1. la souscription avant le 1er octobre est à 2$/an, et le tarif est reconduit pour les années suivantes, 5$ à partir du 1er octobre, mêmes conditions, augmentation par la suite avec la croissance des souscriptions
  2. essentiellement limitations du nombre d’annotations possibles, de 1000 à 500 pour le plan gratuit, d’illimité à 5000 pour le plan « éducateur », suppression de la possibilité, initialement limitée, de mettre des pages en cache et simplification des enregistrements d’images et de copies d’écran
  3. voir les explications dans le billet du blogue diigo qui annonce les changements
  4. Pour qui n’a pas la possibilité d’accéder au plan « éducateur », il y a un intérêt certain à souscrire rapidement au plan « social »: 2 voire 5$ ne constituent pas une dépense considérable.

 

Enquête sur la formation à Information Scientifique Numérique (BSN9 & Enssib)

L’Enssib vient de mettre en ligne sur son portail des marchés publics un appel d’offres afin de:

« Fournir une vue synthétique de la formation à l’IST (Information Scientifique et Technique) en contexte numérique dans l’enseignement supérieur et la recherche publics. »

Cette enquête est lancée à l’initiative du segment 9 de la Bibliothèque Scientifique Numérique et elle est supportée par l’Enssib.

Extrait du Cahier des clauses techniques et particulières:

« La présente consultation a pour objet de fournir une vue synthétique de la formation à l’IST (Information Scientifique et Technique) dans un contexte numérique.

Trois lots sont soumis à la consultation.

Lot 1: Etat des lieux complet de la formation à l’IST (Information Scientifique et Technique) en contexte numérique dans l’enseignement supérieur et la recherche publics

Lot 2: Etude de cas de formation à l’IST en contexte numérique à l’étranger (2 ou 3 pays, vision synthétique)

Lot 3: Etat des enquêtes sur les pratiques numériques des acteurs de l’enseignement supérieur et de la recherche (en France et à l’étranger) depuis dix ans »

Toutes précisions sur le portail: http://enssib.marcoweb.fr/Portail/ (cliquer sur « Afficher toutes les consultations » puis « téléchargement » pour avoir le dossier complet).

N’hésitez pas à diffuser l’information auprès de prestataires éventuels.

Ajouter des abonnements avec Feedly

Avec la mort annoncée de Google Reader, après un moment d’incrédulité (voire de colère), les remplaçants éventuels sont activement testés. Le premier candidat (le plus populaire) est Feedly, synchronisé avec GR tant que celui-ci existe, innovant quant aux modes de présentation des flux et utilisable via des applications ad hoc sur les dispositifs mobiles. Intéressant donc.

Cependant l’intégration dans les navigateurs pour abonnement à la volée n’est pas évidente voire boguée. Deux « howto » pour se débloquer éventuellement (je suppose installées les extensions de détection de flux, « RSS in awsome bar » pour Firefox, « Extension Abonnement RSS » pour Chrome) :

Sous Firefox: lorsque l’extension « Feedly » est installée, « Feedly » apparaît parmi les outils de lecture des flux de syndication mais lorsque je clique sur le bouton d’abonnement (« Je m’abonne maintenant »), Feedly m’affiche une page: « FEED NOT FOUND ». Apparemment il y a un problème d’encodage de l’adresse du flux. Solution: recharger la page! et ça devrait marcher!

Sous Chrome: Feedly n’est pas proposé parmi les outils pré-sélectionnés (Bloglines et My Yahoo chez moi!). Méthode pour intégrer Feedly: dans le menu déroulant des outils, cliquer sur « Gérer… », s’ouvre une nouvelle page, cliquer « Ajouter » puis dans le formulaire qui apparaît « Description » = « Feedly », « URL » = « http://www.feedly.com/home#subscription/feed/%s » et ça devrait marcher!

Testé sur mes navigateurs, merci de vos feed-backs :-)

Les Urfist sont sur Bibdoc

Les formations des sept Unités sont désormais signalées (via une alimentation automatique depuis les systèmes Sygefor de gestion des formations) sur le portail Bibdoc opéré par l’Enssib.

Certains réglages de détail restent nécessaires. Ainsi le coût « restant à la charge du stagiaire » indiqué au bas des fiches de formation ne concernent que les personnes qui ne font pas partie des publics de référence des Unités (enseignants-chercheurs, personnels de la documentation relevant de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche et doctorants). Les informations concernant le lieu des formations, les prérequis ou les sessions multples sont inexactes ou imprécises. Pour ces derniers les formations sont gratuites. Dans tous les cas, il est donc requis d’aller voir le détail sur le site de l’Urfist concernée (lien au bas de la fiche de formation Bibdoc).

Programmation des formations de l’Urfist de Nice pour le semestre

L’Urfist de Nice (Paca-C) met en ligne son programme du second trimeste universitaire (février – juillet 2013). Ce programme est susceptible de modifications, notamment d’ajouts.

Formations nouvelles

Quoi qu’il en soit des critiques ou des polémiques à son sujet, Wikipedia a modifié nos pratiques institutionnelles, et celles des étudiants en particulier. Comment intégrer cette réalité dans nos pratiques pédagogiques ou de médiation documentaire? (Première programmation)
à Marseille le 8 avril et à à Nice le 2 mai
Evaluer ce que les développements récents du web sémantique impliquent pour nos pratiques numériques, comme utilisateurs et comme producteurs (nouvelle formation de 3 heures)
à Nice le 18 février et à Marseille le 10 avril
« Métaveille » et médiation, utiliser les outils de type microblogging ou réseaux sociaux pour communiquer auprès des étudiants et des lecteurs (nouvelle formation de 3 h., complète la formation « Veille numérique (RSS) »
à Nice le 26 mars et à Marseille le 30 avril
Comment animer une séance de présentation au logiciel Zotero destinée à des étudiants de Master ou doctorat ?
à Nice le 28 mai et à Marseille le 30 mai

Continuer la lecture

Les chercheurs de demain: une étude du JISC sur les pratiques informationnelles des doctorants

Le JISC (Joint Information Systems Committee) en partenariat avec la British Library vient de publier une étude incontournable pour ceux qui s’occupent des formations doctorales et/ou qui s’intéressent à l’évolution des pratiques informationnelles et numériques dans le milieu de la recherche et de l’enseignement supérieur.

« Researchers of Tomorrow » étudie par le biais d’une enquête les comportements des doctorants de la « génération Y » (nés entre 1982 et 1994). Débutée en 2009, l’étude a concerné 17000 doctorants de 70 universités du Royaume-Uni.

La présentation met en valeur les résultats suivants:

  • Les doctorants sont de plus en plus dépendants des sources secondaires (articles de revues, livres…) et se détournent des sources primaires (sources primaires archivistiques ou grands ensembles de données).
  • L’accès aux sources pertinentes est une contrainte majeure pour les doctorants / pour le progrès de la démarche doctorale. L’accès par authentification et les limitations imposées par les licences des ressources sous abonnements, comme les revues numériques, sont particulièrement problématiques.
  • L’Open Access et le copyright se révèlent une source de confusion pour les doctorants plutôt qu’un encouragement à l’innovation et à la recherche collaborative.
  • Cette génération de doctorants œuvre dans un environnement où leur pratique de recherche n’utilise pas le plein potentiel des technologies innovantes.[1]
  • Les doctorants sont insuffisamment formés ou informés pour être en mesure de saisir pleinement les dernières opportunités offertes dans l’environnement de l’information numérique.

L’étude s’adresse, selon son introduction, particulièrement:

  • aux décideurs des institutions d’enseignement supérieur, notamment en insistant sur le rôle décisif des directeurs de thèse;
  • aux bibliothécaires, notamment en soulignant les enjeux liés aux abonnements aux revues électroniques et leur rôle potentiel de médiateurs et de soutien;
  • aux financeurs, notamment pour les questions liées au libre accès et à l’importance du partage;
  • aux éditeurs et autres services de fourniture d’information scientifique en soulignant l’importance des outils liés aux produits et services.

Liens utiles:

___

[1] Dans l’introduction le rapport insiste sur le fait que ce décalage n’est pas à mettre au débit des doctorants eux-mêmes: « Les doctorants de la génération Y sont des chercheurs d’information sophistiqués et des utilisateurs de sources d’information complexes. Ils ne sont pas déroutés par la technologie et sont précisément au fait de questions critiques comme l’autorité et l’authenticité dans la recherche et la collecte des preuves. »