Archives de l’auteur : MRG

Présentation de la Bibliothèque Scientifique Numérique (BSN) à l’ENS Cachan le 4 juillet

Un communiqué du Comité de Pilotage Renatis:

Le réseau national des professionnels de l’Information scientifique et technique (IST) RENATIS du CNRS, soutenu par la MRCT avec le soutien du département de la coordination et des politiques transversales du MESR, organise une journée de communication sur le projet français de la Bibliothèque Scientifique Numérique (BSN) après trois ans de travaux des différents acteurs impliqués.

La manifestation se déroulera le mercredi 4 juillet 2012 de 9h30 à 17h à l’Amphithéâtre Marie Curie de l’Ecole Normale Supérieure de Cachan.

L’inscription est gratuite et obligatoire , dans la limite des places disponibles. Toutes les informations sont en ligne.

Inscription en ligne : http://tinyurl.com/Renatis-BSN

Programme à près le saut…

Continuer la lecture

Evaluation post-publication et Twitter: l’affaire #arseniclife

A lire sur Slate aujourd’hui: « Comment Twitter a changé la science: L’annonce en novembre dernier par la Nasa d’une découverte qui allait changer la recherche de vie extraterrestre et les débats en ligne entre scientifiques qui ont suivi marquent une révolution dans l’évaluation des études scientifiques. »

Extrait:

L’évaluation par les pairs post-publication —et la science «ouverte» en général— fait de plus en plus d’adeptes dans la communauté scientifique. Toutefois, certains affirment qu’elle est plus efficace en théorie qu’en pratique. L’affaire #arseniclife constitue le premier cas d’article prestigieux à avoir été ouvertement rejeté par la communauté scientifique, influençant la manière dont le grand public l’avait perçu.

C’est l’occasion de jeter un coup d’oeil sur la rubrique « Science Express » du site de Science. Elle y est définie ainsi: « Science Express provides electronic publication of selected Science papers in advance of print. Some editorial changes may occur between the online version and the final printed version. ». La différence avec un site de preprints / pré-publication serait que les articles mis en ligne ici sont déjà validés (et l’article dont il est question ici a son DOI et toutes les caractéristiques d’un article publié). L’affaire #arseniclife montre une inflexion du côté des preprints puisqu’il semble que l’article ne sera finalement publié dans la version papier de Science (ou plus exactement dans sa version « périodique »). Cela fait de « Science Express » un espace intermédiaire entre la prépublication et la publication, qui du coup présente deux degrés de validation: la validation classique, par les pairs sollicités, et la validation post-publication par les pairs volontaires, en quelque sorte.

Places disponibles pour les stages de formation continue de l’enssib

Message de l’Enssib:

Des places sont disponibles pour ces stages ayant une clôture imminente :

Programmation du 2ème semestre 2010-2011: le catalogue de l’Urfist de Nice se renouvelle

De nouveaux stages ont été ajoutés au catalogue de l’Urfist PacaC en cette année universitaire:

Ces formations veulent prendre en compte à la fois des outils plus spécifiques du travail universitaire et l’évolution des pratiques de l’information numérique avec ses nouvelles problématiques.

Toutes les programmations ici: liste des sessions programmées.

Si les stages les plus demandés du catalogue « classique » (Zotero, EndNote, la veille avec RSS…), restent programmés, certains ont été laissés « en cours de programmation » (voir au bas du tableau). Des formations plus « pointues » ont également été mises « en cours de programmation » (Confluence, Mediawiki…).

L’Urfist PacaC réalise également des formations « à la demande » sur mesure dans les labos, centres de documentation, etc.. (Pour contacter l’Urfist de Nice: urfist@unice.fr.)

Les Urfist sont dans l’ARU

Faire-part de naissance : les statuts de l’Association du Réseau des Urfist ont été déposés à la préfecture de Bordeaux.

Extrait des statuts:

L’Association a pour objectif de promouvoir la formation à l’information scientifique et technique et la culture informationnelle et de représenter les Urfist (Unités Régionales de Formation à l’Information Scientifique et Technique) auprès des instances scientifiques, politiques et associatives.

Bureau de l’ARU:

  • Président: Michel Roland (Urfist de Nice)
  • Secrétaire: Marie-France Andral (Urfist de Bordeaux)
  • Trésorier: Jean-Pierre Lardy (Urfist de Lyon)

Portail des thèses: l’ABES lance une enquête auprès des doctorants et des médiateurs

En amont du projet « portail des thèses » et pour l’ajuster aux besoins et attentes de ses futurs utilisateurs, l’Abes a lancé hier un questionnaire en ligne visant les doctorants, jeunes chercheurs, médiateurs et autres utilisateurs potentiels du futur portail. L’enquête sera close le 31 mai prochain.

Extrait du communiqué de l’ABES:

Pour accroitre la visibilité nationale et internationale des thèses françaises, le Ministère de l’enseignement supérieur a confié à l’Agence bibliographique de l’enseignement supérieur (ABES – www.abes.fr) la réalisation d’un « portail des thèses ». Point d’entrée fédérant l’accès aux thèses validées, le « portail des thèses » proposera un bouquet d’informations depuis le choix du sujet de thèse jusqu’à la valorisation des travaux. Il renverra vers des services proposés par des acteurs des thèses en France, notamment les acteurs associatifs.

Parce que vous êtes des utilisateurs potentiels du « portail des thèses », l’équipe projet de l’ABES souhaite mieux connaitre vos pratiques et besoins par le biais d’un questionnaire en ligne.
Celui-ci comprend une trentaine de questions mais seules une dizaine, précédées d’une astérisque, sont obligatoires. Toutes les réponses resteront confidentielles. Pour répondre à l’enquête (jusqu’au 31 mai 2010), suivez le lien : http://www.surveymonkey.com/s/theses

Colloque « Penser global, agir local, politiques de mise en ligne de la production académique » (Nice, les 29 et 30 mars 2010)

Le Service Commun de la Documentation de l’Université de Nice Sophia-Antipolis organise sous le patronage du Conseil Scientifique de l’UNS et de la CPU un colloque sur les politiques de mise en ligne de la production académique. Il aura lieu à Nice (Campus Valrose) les 29 et 30 mars prochain.

Extrait de la présentation (de Louis Klée, directeur du SCD et organisateur du colloque):

Les Archives Ouvertes, le libre-accès et la réflexion autour de la mise en ligne des résultats de la production académique restent en France en-deçà des standards anglo-saxons. La tenue de Berlin 7 à Paris du 2 au 4/12/2009 représente une sérieuse avancée. L’Université de Nice Sophia Antipolis (UNS) et son SCD organisent ce colloque avec l’objectif de poursuivre sur cette lancée au niveau très pragmatique et factuel des établissements et de la communauté académique de « base » pour contribuer ainsi à l’acculturation des pratiques de libre-accès. Ce n’est donc pas un colloque de spécialistes mais une rencontre entre intervenants compétents, présentant leurs démarches, leurs expériences et leurs difficultés dans les processus de mise en ligne de la production académique. Il permettra de confronter les pratiques et les expériences en cours dans la communauté académique, de dégager les enjeux, la prospective et des pistes d’action.

Thématiques:

– Enjeux et modèles économiques et scientifiques, payants et en libre-accès, de la mise en ligne de la production académique.
– Pratiques et expériences en cours dans la communauté académique.
– Acculturation des pratiques du libre-accès à l’IST.

Organisation et contact : voir site SCD UNS, Louis.Klee@unice.fr et Catherine.Jomotte@unice.fr


Rapport Perrin: quel avenir pour les Urfist?

Le 18 janvier, a été rendu public le rapport de l’inspecteur général Georges Perrin sur « La formation continue des personnels de la filière bibliothèque de l’Etat » [pdf].

Ses conclusions et recommandations concernant les Urfist sont nettes:

p. 37: « On peut donc légitimement se poser la question de l’actualité du rôle des URFIST et de leur positionnement spécifique dans les établissements d’enseignement supérieur. Aujourd’hui, et après plus de deux décennies d’évolution des technologies de l’information, une génération de professionnels s’est formée aux approches contemporaines et sans cesse réactualisées de l’information scientifique et technique. De ce fait, et mise à part des secteurs où une veille « pointue » peut se justifier, force est de constater que la plupart des services de documentation des universités peuvent se suffire à eux-mêmes, et sont en mesure de jouer pleinement le rôle dévolu aux URFIST, et ce, avec une efficacité et une réactivité accrue, compte tenu de leur plus grande proximité avec les usagers. »

p. 38: « il semble que les missions actuellement remplies par les URFIST, pourraient être désormais confiées aux SCD ou aux SICD des universités. »

p. 38: « De notre point de vue, la mission de défrichage et de sensibilisation à l’évolution des techniques documentaires, qui était originellement dévolue aux URFIST, est désormais pleinement accomplie. Le relais peut être pris partout où les professionnels qu’ils ont su former sont en relation directe avec les usagers. »

Recommandation (p. 52): « Intégrer les URFIST dans les SCD de leur université de rattachement. »

La mise en oeuvre de ces recommandations signifierait la disparition du réseau des Urfist tel qu’il existe, réseau d’unités légères associant un conservateur de bibliothèque et un enseignant-chercheur, où la formation à l’IST est adossée à une activité de recherche sur les nouvelles pratiques informationnelles.

Le rapport[1] nous apparaît entaché d’erreurs factuelles[2] et d’une vision tronquée de la pratique des Urfist et des enjeux de la formation continue. La problématique de la culture et des compétences informationnelles, en particulier, en est pratiquement absente.

Nous reviendrons dans un prochain billet plus en détail là-dessus.

Le rapport Perrin devrait cependant être l’occasion, au-delà de la question de l’inscription institutionnelle dans le nouveau contexte de la LRU (selon une interprétation que l’on souhaiterait moins fondamentaliste), de refaire le point sur les missions des Urfist qui ont bien évolué (comme le contexte de l’IST) depuis leur création en octobre 1982.

Aussi, anciens et nouveaux lecteurs d’Urfist-Info, nous serions très intéressés de recueillir votre point de vue quant à l’utilité (ou pas) des Urfist et quant à leurs missions.


  1. outre le fait qu’il inscrit la problématique du devenir des Urfist dans le cadre exclusif de la formation continue des bibliothécaires, lesquels ne représentent qu’un petit tiers de nos publics…
  2. En particulier le constat d’un « certain déclin » de nos activités s’appuie sur la prise en compte exclusive de 2 années successives, 2006 et 2007, sans doute pour des raisons de disponibilité immédiate. La prise en compte des chiffres des 5 dernières années fait apparaître la réalité inverse d’une irrégulière mais nette progression.