Archives de catégorie : Libre accès

IST, humanités, francité

L’AUF (Association des Universités Francophones), qui succède à l’AUPELF (Association des Universités Partiellement ou Entièrement de Langue Française), a tenu le 22 septembre 2011 un colloque à Montréal sur « Le français, langue de l’innovation », à l’occasion du Jubilé de l’Association.

Le lien donnant accès aux Vidéos du colloque permet de visualiser, entre autres, trois sessions intéressantes.

http://www.auf.org/communication-information/actualites/colloque-2011-6436.html

1)    Celle qui est intitulée « Desmonstrations » [sic] développe le projet IDEFICS (Indexation, Développement et Evaluation [de la recherche] Francophone pour l’Innovation et la Communication Scientifique) – rien à voir avec l’acronyme homonyme Identification and prevention of Dietary- and lifestyle-induced health EFfects In Children and infantS communément trouvé sur Google… – projet associé à Erudit mais aussi à d’autres répertoires comme Persée par exemple. Il s’agit de mettre en œuvre, tout spécialement dans le domaine des SHS, un index de citations francophones.

2)    La vidéo intitulée « Axe Recherche » associe deux chercheurs SHS : Bernard SERGENT (CNRS) et Jean-Guy MEUNIER (UQAM). Ce dernier développe le thème des Digital Humanities.

3)    Une troisième vidéo, intitulée « Axe Évaluation » fait intervenir conjointement deux ténors de cette thématique en lien avec les Archives ouvertes : Yves GINGRAS (OST canadien + UQAM) et Stevan HARNAD (Univ. Southampton, U.K.) qu’on ne présente plus…

Bonne visu !

Manuel Durand-Barthez

Membre de l'URFIST de Paris. Formation SHS, professionnellement plutôt tourné vers les STM.

More Posts - Website

PKP- Scholarly Publishing Conference à Berlin, sur Twitter now !

La 3e conférence du Public Knowledge Project (PKP) se tient actuellement à Berlin jusqu’à mercredi prochain. Les deux premières conférences s’étaient déroulées en 2007 puis en 2009 à la Simon Fraser University à Vancouver, Canada.

Le PKP a été initié en 1998 par John Willinsky, actuellement professeur à la Stanford University School of Education, ainsi qu’à l’University of British Columbia. Ce projet a pour objectif général d’explorer les moyens d’utiliser les nouvelles technologies pour améliorer la valeur professionnelle et publique de la recherche : « son programme de recherche étudie les problématiques sociales, économiques et techniques impliquées dans l’utilisation des infrastructures en ligne et des stratégies de gestion de la connaissance afin d’améliorer à la fois la qualité scientifique, l’accessibilité publique et la cohérence de ce corpus de connaissance dans une forme viable et accessible au monde entier ». D’où son intérêt particulier pour les questions liées au libre accès. Parmi ses réalisations, on compte l’Open Journal Systems (OJS- qui compte une liste impressionnante de revues; la plateforme Manuscrits du Cléo utilise ce logiciel pour la gestion électronique des soumissions d’articles), l’Open Conference Systems (avec une liste non exhaustive de conférences) et l’Open Harvester Systems (permettant de créer des index de métadonnées OAI). Et en cours de développement, l’Open Monograph Press.

Parmi les multiples interventions de la conférence, on notera celle de Pierre Mounier, directeur adjoint du Cléo, qui présentera (demain) le nouveau modèle économique Freemium développé pour la plateforme OpenEdition (qui regroupe Revues.org, Hypothèses et Calenda).

Et pour ceux qui n’ont pas eu la chance d’aller faire un tour à Berlin cette semaine, la conférence peut être suivie sur Twitter (#pkp2011). Merci à Pierre, entre autres, de nous en faire profiter !

 

Dernier jour : consultation publique sur l’information scientifique à l’ère numérique

Le 9 septembre est la date limite pour répondre à la consultation publique mise en place par la Commission européenne sur l’information scientifique à l’ère numérique.

Il est possible d’y répondre au nom d’une organisation, d’une autorité publique ou en tant qu’individu citoyen et/ou chercheur.

Le questionnaire est en anglais et peut être consulté en ligne (pdf) dans son intégralité avant de répondre aux questions qui portent sur l’accès à et la conservation de l’information scientifique, les barrières actuelles, la place du libre accès aux publications et aux données de la recherche, le rôle que l’Europe et les institutions publiques peuvent jouer dans ce contexte.

Plateforme spécifique pour tester HAL

Une information qui peut être utile aux nouveaux utilisateurs de HAL [http://hal.ccsd.cnrs.fr/] ainsi qu’aux formateurs qui initient à l’utilisation de ce site. Il existe une version de test disponible à l’adresse [http://jetestehal.ccsd.cnrs.fr/]. Cette plateforme de test est totalement indépendante de HAL (ce qui permet de ne pas craindre de faire des « bêtises » sur cette dernière) et possède les mêmes fonctionnalités. Ûn site bien utile pour se former ou former au dépôts de documents sur HAL…

UPMC / ScienceDirect : une mise à jour

Un premier billet avait relayé l’information : en octobre 2010, l’Université Pierre et Marie Curie (UPMC) publiait sur son site une dépêche AEF indiquant que, suite au constat d’une politique tarifaire trop contraignante et défavorable, le conseil scientifique de l’université s’était prononcé en faveur de la résiliation de son abonnement aux revues en ligne d’Elsevier via la plateforme ScienceDirect. La dépêche précisait que les 20 revues les plus consultées représentaient 15,4% des consultations, la moitié des consultations étant assurée par 152 revues, sur les 2383 titres disponibles dans la « Freedom collection ».

En janvier, une deuxième dépêche annonce que  « au terme d’une négociation difficile avec l’éditeur Elsevier, et grâce à l’entremise de Couperin, consortium universitaire de publications numériques, l’UPMC rejoint le groupement de commande national ‘Freedom collection’, pour la période 2011-2013 », la négociation ayant permis notamment « une réduction significative du périmètre du portefeuille de titres » ainsi que l’engagement de l’éditeur à « tester, dès 2011, un nouveau modèle de tarification qui devra être étendu à l’ensemble du groupement de commande national en 2013« .

Outre l’augmentation annuelle de 5 à 10% imposée par l’éditeur, un des problèmes majeurs est la quasi-obligation pour les bibliothèques de privilégier l’abonnement à la collection complète (du fait de tarifs dissuasifs appliqués aux sélections de titres souhaités par les bibliothèques).

En parallèle, l’UPMC s’engage dans le développement du libre accès grâce à la mise en place d’un portail Hal-UPMC qui permet, depuis janvier, de donner accès à la production scientifique de l’université. Ce portail recense déjà plus de 6000 documents, dont près de la moitié sont des articles publiés dans des revues à comité de lecture.

Recrutement Couperin pour OpenAIRE

Dans le cadre du projet OpenAIRE, Couperin recrute un gestionnaire de projet Open Access. Le poste est à pourvoir à partir du 1er avril 2011 pour une durée de 16 mois et est basé à Nancy. Il comprend un travail sur le projet OpenAIRE (75% du temps de travail) et une activité de webmestre pour le SCD de l’Université Henri Poincaré (25% du temps de travail).

OpenAIRE (Open Access Infrastructure for Research in Europe) est un projet européen dont le but est d’accompagner l’obligation de dépôt en accès libre des publications scientifiques (deposit mandates) décidée par la Commission Européenne et le Conseil Européen de la Recherche (ERC). Couperin en assure le relais pour la France.

Pour en savoir plus sur le recrutement, consulter la fiche de poste (pdf).

Les données de recherche en libre accès

Le mouvement pour l’Accès Libre (Open Access) à l’information scientifique s’est surtout focalisé sur les résultats de la recherche par :

– la voie verte ou Green OA : dépôt des pré ou post-publications dans des sites institutionnels.

– la voie dorée ou Gold OA : les auteurs publient leurs articles dans les revues en libre accès qui rendent leurs articles accessibles gratuitement en ligne dès leur publication.

Cependant un autre aspect se développe : le dépôt des données de recherche de toute nature. Ce problème a été mentionné dès 2003 à la Déclaration de Berlin.

Les 13 et 14 décembre 2010 à Cologne a lieu une conférence qui fera le point sur ces différents aspects du Mouvement Open Access.

http://www.oaod2010.de

JPL

3ème Conférence « Document numérique et Société » , 15-16 novembre, Aix-en-Provence – Rappel

Si ce n’est pas déjà fait, il est encore possible de s’inscrire à la  3ème Conférence  « Document numérique et Société » qui se déroulera les 15 et 16 Novembre 2010 à l’IEP d’Aix en Provence.
A la suite de Fribourg (2006) et de Paris (2008), la troisième conférence « Document numérique et société » se donne pour objectif d’approfondir les transformations de la dimension politique du document et plus largement des contenus dans le contexte numérique.

Le programme complet est en ligne et vous pouvez vous inscrire ici.
Les actes sont publiés par l’ADBS et inclus dans votre inscription.

Une bibliothèque open access en SHS

La bibliothèque de l’OAPEN (Open Access Publishing in European Networks) est désormais ouverte, elle a été présentée à l’occasion de la Foire du livre de Francfort. On se souvient des débuts du projet, développé dans le cadre du programme eContent Plus de la Commission européenne (jusqu’à 2011), et de cette perspective d’un modèle d’édition numérique en accès ouvert, visant la publication de livres en Sciences humaines et sociales, pour une plus grande visibilité de la recherche européenne et un accès facilité aux publications scientifiques de haut niveau. Le consortium réunit aujourd’hui neuf partenaires, Presses universitaires et universités européennes (Pays-Bas, Allemagne, Danemark, France, Grande-Bretagne, Italie).

La bibliothèque est lancée avec 694 titres. On y remarque une nette prédominance des éditeurs néerlandais. Les domaines les plus représentés sont respectivement les Sciences sociales (289 titres) et les Sciences Humaines (217 titres); viennent ensuite : Arts (79 titres), Mathematics and science (61 titres), Economics, finance, business and management (50 titres), Law (46 titres), Literature and literary studies (41 titres), Reference, information and interdisciplinary subjects (29 titres), Language (23 titres), les thématiques restantes passant au dessous du seuil de la vingtaine de livres.

L’accès aux documents peut se faire via des filtres par catégories : éditeurs, sujets, années, avec possibilité de combiner ces filtres. L’interface propose aussi de naviguer dans la liste des titres ou des auteurs et présente par ailleurs un moteur de recherche qui permet d’exécuter soit une requête sur le texte intégral avec opérateurs booléens et de proximité, soit une requête sur le titre, l’auteur , le sujet et l’année. On peut accéder à la notice en cliquant sur le titre et rebondir sur les liens (auteur, sujet). Les livres sont consultables au format PDF. L’interface permet en outre de créer sa propre sélection de titres pendant la session de recherche et de l’envoyer par e-mail.

On suivra avec grand intérêt le développement de cette nouvelle bibliothèque numérique pendant les mois qui viennent.