Archives de catégorie : Bibliothèques numériques

data.bnf.fr

La Bibliothèque nationale de France vient d’ouvrir son site http://data.bnf.fr/ qui applique aux données bibliographiques les principes du web sémantique et du web de données (linked data).

Le but est de proposer des « fiches de référence sur les auteurs et les œuvres » en « regroupant sur une même page toutes les informations issues de ses différents catalogues ainsi que de sa bibliothèque numérique Gallica ».

Le web de données à la BnF

Inscrit dans un contexte d’évolution des catalogues de bibliothèques, basé sur des évolutions des modèles bibliographiques comme le modèle international FRBR, et appuyé sur un travail de modélisation des données en RDF, le projet de web de données de la BnF doit garantir l’interopérabilité des différentes bases de la BnF (BnF catalogue général, BnF archives et manuscrits, Gallica) entre elles et avec l’extérieur, mais aussi favoriser l’exposition et l’intégration de ces données structurées dans le web sémantique. De fait, le projet s’insère dans un mouvement plus large d’ouverture des données publiques, institutionnelles ou administratives, comme on le voit également avec le projet Linked Open Data de la bibliothèque numérique européenne Europeana.

Initié en 2008, le projet se fixe quatre objectifs principaux :

  • créer des unités documentaires « pivots » de synthèse sur des auteurs et des œuvres favorisant les rebonds vers les ressources de la BnF ;
  • s’adapter aux évolutions du web tant pour la structure que pour l’accès aux données ;
  • s’associer au web sémantique, en favorisant les relations avec d’autres bases et en permettant un meilleur accès des internautes aux ressources de la BnF ;
  • mesurer les usages des internautes.

Plus d’informations sur la page consacrée au projet.

Le projet data.bnf.fr

Le projet est en cours et ne fournit donc à son ouverture qu’un nombre restreint de fiches auteurs et d’œuvres « les plus connus ». Par ailleurs, il se veut avant tout un outil de référence facile à utiliser, mais qui ne dispense nullement du recours aux inventaires plus détaillés, comme l’indique la page Avertissements.

Si les fiches doivent permettre d’accéder aux différentes éditions d’une œuvre ou de retrouver les différentes activités d’un auteur, il n’en reste pas moins qu’il s’agit de données bibliographiques, ce qui est particulièrement visible pour les fiches auteurs. On notera aussi que Wikipédia fait partie des ressources extérieures à la BnF signalées, et cela même si aucun article Wikipédia ne correspond.

L’usage montrera s’il y a lieu de voir dans data.bnf.fr une innovation dans le domaine des pratiques informationnelles.

Visite en ligne de 17 musées

Google a lancé mardi 1er février Art Project, débouché d’un partenariat signé avec dix-sept des plus grands musées de la planète, dont le château de Versailles, le Metropolitan Museum of Art et le MoMA, à New York, la National Gallery et la Tate Britain.

Le site s’appuie sur les technologies de Street View, le complément de Google Maps et Google Earth, qui permettent de se déplacer en 3D dans l’environnement extérieur et intérieur des musées.

1 061 tableaux ont été numérisés accompagnés de notes explicatives. Chaque musée a choisi un tableau particulier numérisé avec une résolution de plus de 14 milliards de pixels. Cette fois c’est la technologie Artwork View qui est utilisée.  Le tableau choisi par Versailles est le portrait de Marie-Antoinette avec ses enfants. Des liens vers You Tube permettent de compléter l’information.

Dans le château, on peut se déplacer d’une pièce à l’autre grâce à un plan. De même une liste des tableaux permet d’afficher directement une œuvre.

En entrant avec son compte Gmail, on peut se constituer son propre musée virtuel et le partager.

lire Google et 17 musées du monde entier vous dévoilent Art Project, mardi 1 février 2011

JPL

Le 9 novembre à Bordeaux, l’avenir des catalogues

Dans le cadre du cycle de conférences  « Actualités des Bibliothèques Numeriques », coorganisé avec le CRFCB Mediaquitaine, la prochaine journée, le mardi 9 novembre 2010,  portera sur « Les catalogues de bibliothèque : quel avenir? » avec

Emmanuelle Bermes, Chef du service Prospectives et services documentaires de la BNF, animatrice du blog Figoblo

et

Lionel Dujol, Responsable Médiation numérique des collections et service multimédia – Médiathèques Pays de Romans, animateur du blog La Bibliothèque Apprivoisée et des sites Touti Fruti et Everitouthèque

Il ya déjà du monde  mais vous pouvez venir (libre et gratuit mais inscription ici)!

MFA

Accord BNF-Microsoft

La BNF et Microsoft ont annoncé jeudi 7 octobre un accord concernant le référencement des textes de Gallica dans Bing, pour une durée reconductible d’un an. Microsoft ne participe pas à la numérisation, projet que la société a d’ailleurs abandonné il y a plus d’un an.

A priori Gallica a intérêt à être référencé par le maximum de moteurs et donc rendre son site visitable et indexable par tous les robots.
Alors quel est l’intérêt d’un tel accord (sans contrepartie financière) spécifique avec un moteur de recherche ?

Contrairement à ce qu’avance certain : « Les ouvrages proposés par Gallica sont en effet mal référencés et donc quasi-introuvables depuis les moteurs. » (JDN du 8 octobre 2010), Gallica est déjà bien visible comme le montrent les requêtes suivantes :
sahara site:gallica.bnf.fr
Google : 2 700 docs
Exalead : 405 docs
Bing : 277 docs

proust site:gallica.bnf.fr
Google : 2 200 docs
Exalead : 1 380 docs
Bing : 84 docs

magnétisme site:gallica.bnf.fr
Google : 688 docs
Exalead : 2 355 docs
Bing : 1 130 docs

On note une bonne tenue d’Exalead.
La BNF devrait donc travailler à un meilleur suivi des règles d’indexation des moteurs avec la fourniture de méta-données adéquates, en pensant aussi à des outils comme Zotero.

JPL

5e journées Couperin sur le livre électronique

La cellule e-books (la CeB) du consortium Couperin organise les 17 et 18 mai prochains à l’université Lille 2 deux journées sur le thème « Livres électroniques : quelles pratiques pour quels usages ? » (voir le programme, encore susceptible de subir quelques modifications et les informations pratiques sur le nouveau site de Couperin).

L’objectif est de définir quelles sont actuellement les pratiques autour de ces ressources relativement nouvelles, dans les établissements d’enseignement supérieur et de recherche, et quels moyens sont mis en œuvre ou pourraient être mis en place pour faciliter et améliorer ces usages.

Pour toute demande de renseignement, n’hésitez pas à contacter :

Benjamin Bober pour des informations relatives à l’inscription et l’organisation

Caroline Bruley pour des informations relatives au programme et aux différentes interventions prévues.

Gallica et wikisource

La Bibliothèque Nationale de France a signé un accord de partenariat avec la fondation Wikimédia France pour intégrer une partie des ouvrages de Gallica dans Wikisource.

Wikisource est une « bibliothèque libre ». C’est un projet frère de l’encyclopédie Wikipedia.

Wikisource comprend plus de 56 300 textes (avril 2010).

1 400 livres en français du domaine public seront ajoutés à Wikisource.

Gallica va bénéficier du savoir-faire de la communauté de Wikisource, en particulier au niveau de la relecture et de la correction des textes. En effet Gallica numérise les ouvrages et utilise ensuite la reconnaissance optique de caractères (OCR) pour obtenir un fichier texte permettant la recherche  dans le texte intégral. L’OCR est encore source d’erreurs surtout sur les documents anciens..

voir http://www.wikimedia.fr/wikim%C3%A9dia-france-signe-un-partenariat-avec-la-bnf

JPL

Le Collège de France sur Dailymotion

Le Collège de France sur Dailymotion

Dans le cadre de sa mission de promotion de la diffusion des connaissances au niveau national et international, le Collège de France est sur Dailymotion pour y diffuser des centaines d’heures de cours :
https://www.dailymotion.com/College-de-France
Ces cours sont aussi diffuser sous forme textuelle :
http://www.college-de-france.fr

On regrettera l’absence d’index pour s’orienter.

JPL

à suivre: HathiTrust

L'éléphant (dont nous célébrions la naissance ici il y a tout juste un an) a grandi: John Wilkin annonce le lancement à la mi-novembre prochain de la bibliothèque numérique full-text d'HathiTrust.

On sait que le trust s'est bâti sur le fonds des livres numérisés dans le cadre des accords de bibliothèques universitaires américaines avec Google Books, avec le souci d'assurer aux livres numérisés un traitement plus compatibles avec les standards documentaires et académiques (en termes de conservation et de description) . Ce qui n'était déjà pas mal.

Aujourd'hui HT va plus loin en proposant sa propre bibliothèque numérique. Ses sources de contenu ne devraient pas se limiter aux copies de numérisations acquises dans le cadre des accords avec Google mais inclure, en particulier des collections numériques de presses universitaires partenaires.

Selon John Wilkin, bibliothécaire à l'Université du Michigan et executive director d'HathiTrust, les développements futurs devraient inclure un service d'impression à la demande (POD) et faire ainsi de l'inteface du trust un service de librairie en ligne spécialisée.

Ce sont 1 milliard et demi de pages soit 4,3 millions de volumes qui vont pouvoir être interrogés en plein texte.

<insider tip>Pour ceux qui ne pourraient pas attendre jusqu'à l'ouverture officielle, la page expérimentale, officiellement limitée à 500 000 volumes, donne d'ores et déjà accès à toute la collections.</insider tip>

(Source: HathiTrust Launching Full-Text Library of Books / Barbara Quint, Information Today, 22 octobre 2009)

MR

Des livres sur Revues.org

Revues.org vient d’annoncer l’ouverture d’une plateforme dédiée cette fois aux monographies électroniques, Les Livres de Revues.org.
Seront ainsi accessibles en ligne « des livres de sciences humaines et sociales publiés par des éditeurs, des sociétés savantes, ou institutions de recherche ».
L’initiative est lancée avec les collections électroniques de l’IFPO (Institut Français du Proche-Orient) et avec les éditions Agone, qui proposent dans leur collection « Banc d’essais » une sélection d’ouvrages de philosophie. Mais d’autres partenaires devraient  bientôt rejoindre la plateforme, dont la librairie Droz.
D’ores et déjà, une dizaine d’ouvrages peuvent être consultés, soit directement en ligne, soit en format PDF.

MLM

Nouvelle bibliothèque numérique

La Ville et l’Université de Rouen ont mis en ligne l’ensemble du corpus des manuscrits de Madame Bovary de Gustave Flaubert.
Cela représente environ 4 500 feuillets revus et numérisés par 130 bénévoles.

http://www.univ-rouen.fr/psi/BOVARY/index.htm

Cette bibliothèque numérique a été intégrée à la liste des 82 sites signalés sur :
http://jp.lardy.free.fr/pages/bibnum.html

JPL