Archives de catégorie : Colloques, manifestations scientifiques

Partage des données de la recherche : quels impacts ? Modèles scientifiques, évaluation, services, compétences… (JNE des URFIST, 29 septembre 2016)

Les URFIST (Unités Régionales de Formation à l’Information Scientifique et Technique) organisent régulièrement depuis 2002 une « journée nationale d’étude » (JNE). En 2014, le thème d’étude retenu concernait les différentes formes de publication de la recherche et les modes de légitimation ou d’évaluation associés.
L’objectif de l’édition 2016, qui se tiendra à Paris, s’inscrit dans la continuité de la précédente : les données de la recherche (DR) constituent en effet une modalité relativement nouvelle de la publication des travaux, mais également de publicisation des données qui en sont le fondement. Ces data sous-jacentes sont aussi concernées par le phénomène de l’Open Access dans la mesure où leurs conditions d’accessibilité et de réutilisation, permettent à la connaissance d’avancer, et à l’innovation d’émerger.
Nombreuses sont déjà les contributions qui ont souligné leur masse pléthorique, leur hétérogénéité constitutive, les méthodes d’extraction et de sélection dont elles sont l’objet, ou encore les gains de temps et de moyens que peut procurer leur réutilisation, à des fins de recherche, dans le cadre de nouveaux axes de travail ou de nouveaux projets. Il s’agira ici d’examiner plusieurs catégories de thématiques associées à cette mutation profonde des pratiques informationnelles de recherche. De fait, ce nouveau facteur de production scientifique peut exercer sur les modalités d’investigation et leur impact sociétal une influence dont la portée n’est pas anodine, à la fois en termes de déontologie, d’épistémologie et d’évaluation de la recherche.
Un premier volet de la réflexion aura pour tâche de définir, circonscrire et contextualiser le concept de Données. On examinera en introduction le paysage (inter)national actuel des DR en identifiant leurs acteurs et leur périmètre. Puis on abordera les questionnements épistémologiques soulevés par leur importance croissantes, en tant qu’éléments constitutifs, distincts et identifiés comme tels de la recherche. La dimension importante du cadre juridique de leur potentielle confidentialité et les implications éthiques de la réutilisation des DR dans certains domaines, seront explicitées.
Un second volet fera état des modalités pratiques, tant de la production que de l’exploitation des données : des réalisations européennes seront présentées (en cours notamment au Pays-Bas) suivies d’autres retours d’expérience. Certains contextes très spécifiques, comme celui des thèses, qui constituent un vivier de données trop souvent méconnu, méritent de ce fait même une attention toute particulière. Enfin, on mettra l’accent sur le dialogue entre chercheurs et professionnels de l’information. Ceux-ci sont en effet à même de proposer des services, tant au sein des organismes de recherche et des laboratoires que dans le cadre des bibliothèques ou d’institutions nationales ayant en charge l’Information Scientifique et Technique (IST). La formation dans ce domaine et les « services d’accompagnement des chercheurs » représentent un dispositif stratégique essentiel.
Nous conclurons cette journée par une approche pragmatique, en évoquant une étape désormais quasi indispensable au montage d’un projet de recherche d’envergure internationale : le Data Management Plan (DMP), ou « plan de gestion des données » (PGD), qui porte au premier plan la nécessité d’une réflexion approfondie sur les tenants et aboutissants de ce nouveau paradigme, réflexion à laquelle cette 6e Journée nationale d’étude du Réseau des URFIST voudrait contribuer utilement.

La JNE se déroulera dans l’amphi Abbé Grégoire du CNAM (Conservatoire national des arts et métiers), 292 rue Saint-Martin, 75003 PARIS, accès 10 et 16. Métro Réaumur-Sébastopol

Programme :

9h00-9h30 : Café d’accueil

9h30-10h00 : Ouverture et présentation de la journée

  • 10h00-10h40 : Francis André (DIST, CNRS) : « Le paysage des Données de Recherche. Définition, périmètre, acteurs, politique des DR en Europe et en France »
  • 10h40-11h20 : Dominique Boullier (EPFL) : « Big Data, une autre époque de quantification, un défi pour les sciences sociales »
  • 11h20-12h30 : Table ronde sur les enjeux éthiques et sociétaux liés aux données de la recherche, avec :
  • Serge Abiteboul (Collège de France)
  • Danièle Bourcier (CNRS COMETS)
  • Dominique Cardon (EHESS)
  • Christine Gaspin (MIAT, INRA)
  • Christian Hervé Directeur du Laboratoire d’Éthique Médicale et de Médecine Légale (Faculté de Médecine de Paris)

12h30-14h00 : Pause méridienne

  • 14h00-14h40 : Peter Doorn  (Directeur du DANS Data Archiving and Networked Services – La Haye)  « L’archivage et la gestion des entrepôts de Données aux Pays-Bas »
  • 14h40-15h20 : Joachim Schöpfel (Université de Lille 3 – ANRT) et Isabelle Westeel (SCD Lille 3 SHS) : « Les données de la recherche dans les thèses de doctorat »
  • 15h20-16h45 : Table ronde sur les services, les compétences et les formations, animée par Paolo Lai (INIST), avec :
  • Martina Knoop Institut national de Physique CNRS, chargée des relations avec les chercheurs pour l’IST
  • Émeline Juillard, documentaliste beQuali, Centre de Données Socio-Politiques (Sciences Po – CNRS)
  • Stéphane Pouyllau, ingénieur HumaNum
  • Aurore Cartier, Service Commun de la Documentation, Université Paris Descartes

16h45-17h00 : Clôture de la Journée d’étude

Pour plus d’informations rendez-vous sur : https://urfistjne2016.wordpress.com/

Contact : urfistjne – at – gmail.com et @Urfistjne

Inscription gratuite, mais obligatoire, sur Sygefor

Journée d’études : Questionner l’analyse et la visualisation de données (AVD), le 6 Nov 2015 à Sophia Antipolis

wordleAVD

Depuis une vingtaine d’années, la production nativement numérique et la numérisation croissante de données de tous ordres (textuelles, chiffrées, relationnelles, etc.) a considérablement facilité leur archivage, leur circulation, leur consultation et leur manipulation, dans des agencements dont la diversité n’a d’égale que celle des fins auxquelles ces données sont convoquées. Aujourd’hui, qu’il s’agisse de journalisme, de gestion de l’information, de communication, de culture, de littérature, des politiques publiques, du droit ou encore du marketing, les champs de pratiques socio-professionnelles sont confrontés à une masse considérable de données.

Dans le domaine de la recherche en sciences humaines et sociales relative à ces champs, ces données sont porteuses de riches potentialités, mais leur ampleur et leur caractère parfois chaotique peuvent décourager le chercheur. Pourtant, des méthodes et outils spécifiques, parfois désignés sous le vocable « digital methods », ont été progressivement pensés et développés pour faciliter la (re)construction de sens à partir de volumes plus ou moins importants de données. Indexation, crawling ou web scraping, archivage et gestion de bases de données, statistique classique et analyse de données textuelles, analyse de contenu et traitement automatique des langues, graphes de réseaux et cartographies du web, ou encore infographie et modes de visualisation : ces « techniques intellectuelles », distinctes et assemblées, se trouvent à la croisée de divers champs de recherche et concernent très directement les sciences de l’information et de la communication pour explorer, expliquer, synthétiser ou simplement présenter des faits.

Ces méthodes et outils d’agencement informationnel ou de redocumentarisation permettent une herméneutique des corpus et ont une réelle portée heuristique, que cette journée d’études ambitionne de présenter, détailler, croiser et interroger.

En même temps, force est de constater que cette immixtion du numérique dans nos activités quotidiennes s’est produite subrepticement, sans débat ni discussion, dans une forme d’imposition par l’adhésion immédiate (et donc irréfléchie) d’usagers divers dont l’enthousiasme était motivé par nombre de promesses d’ordre sémiotique (l’intelligibilité du monde à moindre coût cognitif), socio-politique (l’émancipation des individus par la démocratie digitale), économique (dans un marché libertaire débarrassé des lourdeurs bureaucratiques).

Portées par des idéologies et des mythologies ambivalentes (et souvent contradictoires), les potentialités socio-techniques du numérique se sont actualisées dans des sociétés hétérogènes, et sont elles-mêmes porteuses d’enjeux et de mécanismes parfois flous ou obscurs qu’il s’agira ici de mieux cerner:

Dans le cadre de cette journée d’études centrée sur l’Analyse et la Visualisation de Données (AVD), les réflexions interrogeront essentiellement deux aspects : les outils, techniques, formats et processus de l’AVD d’une part, les enjeux économiques, socio-politiques et socio-sémiotiques de la mobilisation de ces techniques intellectuelles d’autre part.

Inscription gratuite mais obligatoire : https://sygefor.reseau-urfist.fr/#!/training/5575/6042

___ Programme ____

08:30 : Accueil

09:00 : Ouverture
Denis Pascal, Directeur de l’IUT Nice-Côte d’Azur
Sylvie Mellet, Vice-présidente de la Commission Recherche de l’Université de Nice Sophia Antipolis
– Gabriel Gallezot / Emmanuel Marty

09:30 – Au coeur de l’AVD
A travers la présentation de résultats d’analyse et de visualisation de données, il s’agit de montrer l’intérêt de cette activité, l’attractivité des résultats mais également de décortiquer des processus complexes et l’appréhension des représentations proposées.

* Analyse, modes de visualisation, représentation et interprétation des données

09:30 ——- l’histoire de l’art de raconter une histoire avec les données
Samy Ben Amor , Institut Ingémédia, UFR en sciences de l’information et de la communication, université de Toulon, laboratoire i3M

09:50 ——- Ryoji Ikeda : une réponse esthétique à la question technique
Hervé Zénouda, Maitre de conférences en sciences de l’information et de la communication, Université de Toulon, laboratoire I3M

10:10 ——- Logométrie et discours politique
Damon Mayaffre , Chargé de recherches au CNRS, Directeur de l’UMR 7320, Bases, Corpus, Langage

10:30 ——- « Cyber-guerre » et réseaux sociaux numériques: vers une nouvelle forme d’asymétrie informationnelle?
Cyril Papon, IRENav (Naval Academy Research Institute), Lanvéoc-Poulmic

10:50 ——- “Visualisation interactive de connaissances géographiques incertaines : Le cas de la spécialisation sociale dans l’aire métropolitaine azuréenne »
Giovanni Fusco, Chargé de Recherche CNRS, UMR ESPACE, Université Nice Sophia Antipolis

11:10 – Pause 20 min

* Exploration, extraction, codage et catégorisation des données

11:30 ——- Visualisations pour l’analyse technométrique
David Reymond, Maître de conférences en sciences de l’information et de la communication, Université de Toulon, laboratoire I3M

12:00 ——- AVD : un nouveau rapport du sujet à l’information ?
Jacques Araszkiewiez, Maître de conférences en sciences de l’information et de la communication, Université de Nice Sophia Antipolis, laboratoire I3M

Pause déjeuner … buffet

* Enjeux et effets de l’analyse et la visualisation des données selon 3 terrains d’application

14:00 – Journalisme de données : nouveau récit journalistique ?
Le datajournalisme, c’est exploiter des bases de données volumineuses pour en tirer de l’information et la présenter de façon compréhensible au public. Cet aspect didactique est central. Certains voient dans le datajournalisme un rôle de médiateur à reconquérir pour le journaliste et une sorte de nouvel idéal de la profession. La pratique du datajournalisme n’est pourtant pas un gage de qualité et de fiabilité. Car paradoxalement, le fait brut, la donnée pure peut aussi être l’ennemie du journalisme. En effet, par son apparente objectivation d’une réalité saisie de manière technique ou statistique, le datajournalisme peut occulter les enjeux inhérents au récit journalistique traditionnel (mettre en récit l’actualité en répondant aux 5 W, en se fiant à des sources et par des techniques de recueil identifiées). Ne peut-il pas alors ouvrir la voie à une nouvelle forme de “storytelling technocentré”, potentiellement manipulatoire?

Sana Sbouai, journaliste, co-fondatrice du Pure player inkyfada.
Nikos Smyrnaios, Maitre de conférences en sciences de l’information et de la communication, à l’IUT A de l’Université Toulouse 3, laboratoire LERASS.
– Discutante: Valerie Croissant, Maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’Institut de la communication, Université Lyon 2, Laboratoire ELICO.

15:15 – SIG et outils cartographiques au service d’une meilleure appréhension du territoire?
Le territoire source d’information inépuisable et continuellement renouvelée n’a cessé d’être interprété. De la « carta » à la « mapa » se jouent des traductions, des lectures spécifiques d’éléments factuels issus du terrain. On pensera bien entendu aux relevés topographiques, mais également à la somme considérable d’information produite par et pour un territoire : des données socio-économiques aux capteurs sonores, en passant par les sites web des organisations. Ce sont des variables d’interprétation qui engendrent de multiples vues qui seront également lues selon différents prismes.
Cette représentation par « compilation, traitement, projection », cette énonciation territoriale questionne le rôle des « faiseurs de mapa », les curseurs qu’ils actionnent et l’inférence sur une projection devant objectiver le réel.

Mariannig Le Béchec, Maître de Conférences en sciences de l’information et de la communication, Université de Poitiers, laboratoire CEREGE
Giovianni Fusco, Chargé de Recherche CNRS, UMR ESPACE, Université Nice Sophia Antipolis
– Discutante : Céline Masoni-Lacroix, Maître de Conférences en Sciences de l’Information et de la Communication, Université Nice Sophia Antipolis, laboratoire I3M

16:30 – Digital humanities, traces sociales et représentations: un champ d’étude privilégié pour les SIC?
L’humanisme, “l’humain est la mesure de toute chose” est consubstantiel de la notion de dispositif. Dans une dialectique complexe d’asservissement et de libération, les dispositifs ont produit ce Sujet qui permet à Peter Sloterdijk de définir l’humanisme à partir de “Grosses lettres envoyées à des amis inconnus”. Au regard de cette manière de concevoir l’humanisme, les humanités numériques portent peut-être mal leur nom. En un sorte de renversement copernicien, elles délogeraient en effet le Sujet de la position centrale qu’il avait au moins théoriquement acquise au sein des dispositifs. Le Sujet, alors même qu’il s’auto-célèbre comme “ego” et s’incarne réellement via l’interactivité, se trouve simultanément dilué sous forme de traces numériques qu’il s’agit de compiler, d’analyser, de traiter en une sorte d’arrangement collectif d’énonciation de désirs immédiats ou si l’on préfère de flux d’informations. Le rapport des humanités aux nouvelles humanités numériques ne peut cependant se réduire à cette opposition radicale entre Sujet et Information. La spécificité des sciences de l’information et de la communication s’enracine au contraire dans une tentative de mesurer concrètement comment ce rapport sujet/information construit une réalité qui ne peut se réduire à l’humanisme ni aux humanités numériques.
Quel rapport entre humanités et humanités digitales ? entre humanisme et humanisme numérique, transhumanisme ou post-humanisme ? Au-delà des divergences d’analyses de ces différentes notions, un point d’ancrage semble pouvoir faire consensus : l’Analyse et la Visualisation de Données est au cœur de ces questions : au cœur des méthodes de datamining constitutives des humanités digitales, au cœur de l’interfaçage toujours plus dense et intense entre homme et machine, au cœur des nouvelles formes de storytelling, de surveillance et de contrôle. La question qui se pose et qui sera posée lors de cette table-ronde, c’est celle de l’instrumentalisation des techniques d’AVD disponibles au nom de l’exploration rationnelle de nouvelles possibilités pour la science et le gouvernement, mais au prix d’une remise en question de l’autonomie, cognitive ou politique, cognitive et politique.

Jacques Araszkiewiez, Maître de Conférences en Sciences de l’Information et de la Communication, Université Nice Sophia Antipolis, laboratoire I3M
Damon Mayaffre, Chargé de recherches au CNRS, Directeur de l’UMR 7320, Bases, Corpus, Langage
– Discutant : Emmanuel Marty, Maître de Conférences en Sciences de l’Information et de la Communication, Université Nice Sophia Antipolis, laboratoire I3M

Journée d’étude « Données en partage : enjeux et acteurs des données de la recherche aujourd’hui », Toulouse, 15 juin 2015

L’URFIST de Toulouse, le Centre de Documentation de l’Observatoire Midi-Pyrénées et Médiad’Oc organisent le 15 juin prochain une journée d’étude sur les données de la recherche intitulée « Données en partage : enjeux et acteurs des données de la recherche aujourd’hui« .

Les vidéos issues de la journée d’étude sont accessible ici.

Cette journée se tiendra à Toulouse, dans les locaux de la Maison de la Recherche et de la Valorisation, sur le campus de Rangueil.

L’inscription, gratuite mais obligatoire, s’effectue sur Sygefor.

Pour tout renseignement complémentaire, vous pouvez nous contacter à l’adresse suivante : mediadoc-contact@univ-toulouse.fr

Impression

Télécharger le programme au format pdf

 

La JNE 2014 « Nouvelles formes de communication et d’évaluation scientifiques » en distanciel sur Jalon

L’Urfist de Nice met en ligne en version bêta un distanciel interactif (un « sooc »[1]) basé sur les interventions de la Journée Nationale d’Étude Urfist 2014: « Nouvelles formes de communication et d’évaluation scientifiques : perspectives et légitimités ». Sous la supervision de Gabriel Gallezot et de Michel Roland, il a été réalisé par Florence Garelli[2] via Jalon, la plateforme pédagogique de l’UNS, et Zaption. Les clips ont été équipés de questions, et de sous-titres en français lorsque l’intervention était en anglais. Concrètement, le visionnage des clips vidéo est interrompu par des questions (vrai/faux, choix multiple ou question ouverte) portant sur l’intervention ou sur le support fourni par l’intervenant, et le « stagiaire » doit répondre à la question pour continuer son visionnage. La formation est accessible sur téléphone mobile via un navigateur ou l’application Zaption.

> Lien vers la formation ouverte

Il s’agit pour nous d’expérimenter la réalisation d’un outil d’auto-apprentissage actif à partir de communications comme celles de la journée d’étude. La formation est en version bêta, c’est-à-dire que toutes les fonctionnalités ne sont pas implantées. Pour l’instant l’accès aux exercices est libre et non évalué. Il est possible cependant d’obtenir une attestation de suivi de stage qui sera délivrée après vérification que l’ensemble du parcours avec ses douze activités a été réellement réalisé. Il y a sans doute des erreurs et des approximations dans les sous-titres ou dans la formulation des exercices, voir des bugs. C’est pourquoi nous sommes très demandeurs de remarques critiques et d’appréciations, de détail aussi bien que sur l’ensemble du projet[3] .

FG 150331

  1. small online open course
  2. Urfist de Nice et Service des Pédagogies Innovantes de l’Université de Nice Sophia-Antipolis
  3. en commentaire ici, par courriel à urfist@unice.fr ou via le questionnaire en fin de formation.

Interventions et supports de la JNE 2014: « Nouvelles formes de communication et d’évaluation scientifiques »

Les vidéos et les supports de la Journée d’Étude « Nouvelles formes de communication et d’évaluation scientifiques : perspectives et légitimités » sont consultables sur le wiki de l’Urfist de Nice : LIEN.

La 5ème Journée Nationale d’Étude du réseau des URFIST s’est tenue le 25 septembre 2014 à l’Université de Nice Sophia-Antipolis. Elle s’est focalisée sur les différentes formes de publication de la recherche et sur les modes de légitimation ou d’évaluation associés.

Continuer la lecture

Regard(s) sur les logiciels bibliographiques, au carrefour des usages et des innovations, journée d’études

Comment comprendre les évolutions que connaissent actuellement les logiciels de références bibliographiques et anticiper les changements ? Cette question sera au cœur des débats de la journée d’étude organisée le 17 novembre par l’Urfist de Lyon.

La famille des logiciels de gestion de références bibliographiques a connu des transformations conséquentes depuis l’arrivée des tous premiers outils dans le courant des années 80 (1).

D’une part elle s’est considérablement agrandie en intégrant de nouveaux venus, pour certains fort prometteurs (2), et ce alors même qu’elle voyait d’autres produits disparaitre (3) et notamment péricliter le plus ancien d’entre eux (4).

Remarquons d’autre part que ceux qui ont tenu jusqu’alors le leadership ont su faire évoluer leurs fonctionnalités en combinant besoins des utilisateurs et avancées technologiques. Amélioration des fonctions de gestion de la base de données, adaptation de la collecte des références aux évolutions des réservoirs bibliographiques ou encore enrichissement de l’export et de l’édition selon des standards de présentation plus en plus nombreux sont autant de progrès qui ont installé graduellement ces outils sur le bureau du chercheur. Si ils semblent approcher de la maturité, ont-ils atteint pour autant un point de stabilité ?

Il semblerait qu’une nouvelle étape ait été franchie avec le développement des fonctionnalités collaboratives (5). En effet, de nouveaux enjeux, plus sensibles, émergent maintenant en lien avec les usages sociaux et l’essor des modèles alternatifs de l’évaluation de l’activité scientifique ; et les outils bibliographiques pourraient y trouver un rôle à jouer. Ce nouvel usage place, de fait, certains logiciels de référence au sein de l’écosystème de la communication scientifique, notamment lorsqu’ils portent les mesures « altimétriques » (6). Aussi les attentes se manifestent-elles différemment et sur plusieurs plans.

Du côté des acteurs, alors que la pression monte autour de l’accès à la publication scientifique (7) et que les utilisations de la citation connaissent quelques dérives, plusieurs questions se posent ; elles concernent tout autant la communauté scientifique que les fournisseurs d’accès qui voient leurs prérogatives bousculées (8). Quels seraient les ajustements à venir de ce côté ? Le lien entre la référence et la publication est il appelé à évoluer ?

– Les aspects techniques restent importants ; on pense par exemple à la question des formats et à leur interopérabilité, qui pose toujours quelques difficultés au néophyte. Mais les besoins s’orientent désormais vers des aspects plus larges : aujourd’hui le chercheur aspire à traiter globalement les publications comme l’ensemble des éléments d’information qui constituent son matériau de travail. Ainsi, il pourrait espérer analyser son corpus et vouloir soumettre ses lots de référence aux traitements qu’il applique par ailleurs aux données, comme par exemple chercher à représenter les relations entre les références afin de visualiser des réseaux d’influences ou des réseaux de collaborations complexes (9).

Ainsi, les logiciels bibliographiques semblent attendus maintenant par les utilisateurs pour leur capacité à s’interfacer avec l’écosystème du chercheur voire plus largement avec celui des acteurs de l’IST. En élargissant ainsi les usages, certains développements ont permis aux « reference managers » de passer d’un simple statut de logiciel personnel à celui d’un outil intégré au sein d’une plateforme, comme celles des producteurs de données par exemple (10).

Ce changement de perspective change assurément la donne. La variété des pratiques qui semble se révéler à la lecture des enquêtes, montre certainement l’évolutivité de ces outils ; mais elle illustre assurément l’adaptabilité des utilisateurs et la diversité de leurs besoins ; et ce dans un environnement qui est encore en évolution.  Elle pointe au final une difficulté pour le formateur ou le prescripteur qui devra embrasser la multiplicité des usages alors même que les outils numériques mis à la disposition des chercheurs évoluent et que les besoins en formation gagnent en complexité.

Comment, dans ce cas, comprendre et anticiper les évolutions émergentes ? Choisir un  outil adapté ? Conseiller les chercheurs et les accompagner dans leur apprentissage ? Autant de questions qui devraient être au cœur des débats de la journée d’étude organisée le 17 novembre .

 

Informations pratiques

Regard(s) sur les logiciels bibliographiques, au carrefour des usages et des innovations, journée d’études organisée par l’Urfist de Lyon
Date : lundi 17 novembre 2014
Lieu : Domaine de la Doua, Université Claude Bernard, Lyon – Villeurbanne
Programme et Inscriptions : http://lgrb-urfist2014.sciencesconf.org
Contacts : claire.denecker@univ-lyon1.fr et frederique.cohen-adad@univ-lyon1.fr

 

————————————–

[1] ProCite et Sci-Mate apparus en 1983, suivis de Reference Manager en 1984 et EndNote en 1988
[2] On pense par exemple à Mendeley qui, en l’espace de quelques années, s’est imposé comme un acteur majeur
[3] 2Collab ou Connotea par exemple ont disparu … ont disparu respectivement en 2011 et 2013
[4] Reference Manager n’est plus maintenu depuis 2010
[5] Notamment avec l’arrivée des premiers logiciels offrant un espace gratuit de stockage et de partage sur serveur, Zotero étant l’un des précurseurs les plus connus
[6] Ainsi Mendeley et CiteULike occupent-ils une place importante parmi les critères retenus dans les mesures « Altmetrics »
[7] on prendra pour exemple anecdotique la récente stratégie de valorisation adoptée par l’IPAG http://www.letudiant.fr/educpros/enquetes/ipag-les-secrets-d-une-progression-fulgurante-en-recherche.html
[8] Comment, par exemple, l’intégration de Mendeley dans l’univers d’Elsevier va t-elle se réaliser ?
[9] Ce que propose par ex Qiqqa, lancé en avril 2010
[10] Là encore, on pense à Mendeley avec Scopus (Elsevier) mais également à EndNote avec le Web of Knowledge (Thomson Reuters) ou Flow (successeur de RefWorks) pour Proquest

JNE 2014 – Nouveau Programme. Nouvelles formes de communication et d’évaluation scientifiques : perspectives et légitimités

Le 4 juin dernier nous vous annoncions la journée nationale d’étude des Urfist  (JNE 2014) qui se déroulera le 25 septembre à l’Université de Nice Sophia Antipolis. Le programme a été modifié (voir ci-dessous)

Pour plus d’information vous pourrez consulter le site  http://urfistjne2014.wordpress.com/ et n’hésitez pas à vous inscrire.
L’inscription est gratuite mais obligatoire : http://urfistjne2014.wordpress.com/inscription/

Capture d’écran 2014-09-04 à 16.55.36

 —— Programme —–
Ouverture – 9h
Sylvie Mellet, Vice-présidente de la Commission Recherche de l’Université de Nice Sophia Antipolis

Matin : Moyens de publication académiques et nouveaux moyens d’expression – 9h30-12H30

  •  Perspectives de l’évaluation ouverte dessinée par la voie verte de l’Open Access, quelle réflexion portée par OpenEdition@Inria ? : Alain Monteil, Responsable documentation INRIA, Sophia Antipolis
  •  Carnets et blogs de recherche en SHS : Pierre Mounier, directeur adjoint du Centre pour l’édition électronique ouverte (Cléo)
  •   Regard d’un bloggeur en STM : David Monniaux, DR CNRS et bloggeur
  •   Les communs : Philippe Aigrain, directeur, Sopinspace, Société pour les espaces publics d’information et co-fondateur, La Quadrature du Net

Pause Déjeuner – Buffet

Après-midi : Légitimité, réputation, évaluation – 14h-17h

  •  Publish AND perish en 2014 : Yves Gingras, Pr d’histoire et de sociologie à l’Université du Québec
  • Committee on Data for Science and Technology : Simon Hodson, Executive Director, CODATA.
  • Altmetrics : Rodrigo Costas Comesaña, chercheur , CWTS,  Université de Leiden
  •  Faculty of 1000 : Eva Amsen, OutreachDirector, F1000Research

Bilan: 17-17h15

Nouvelles formes de communication et d’évaluation scientifiques : perspectives et légitimités

Les Urfist organisent régulièrement depuis 2002 une « journée nationale d’étude » (JNE). Pour cette 5ieme édition le thème d’étude retenu focalise sur les différentes formes de publication de la recherche et les modes de légitimation ou d’évaluation associés.

L’objectif de cette journée, qui se déroulera le 25 septembre 2014 à Nice, est de revenir sur les frontières entre publications dites légitimes ou non-légitimes, les nouveaux moyens d’expression et d’engagement des chercheurs et la prise en compte de ces modes de publications dans l’évaluation de la recherche. Pour ce faire, nous revisiterons des réalisations, des expérimentations ou des analyses de terrains sur les épi-revues, l’open peer review commentary, les carnets de recherche en SHS ou STM, la médiation scientifique via des blogs ou des réseaux sociaux, les évaluations institutionnalisées ou communautaires, les nouvelles métriques, l’identifiant unique des chercheurs…   .

Exprimé autrement, il s’agira d’observer les changements actuellement à l’oeuvre dans les activités des chercheurs , changements notamment motivés par l’introduction du « numérique » , par de nouvelles modalités de management de la recherche et par une politique « d’ouverture » des données. Cette journée permettra de comprendre l’évolution du métier de chercheur, depuis l’échange épistolaire jusqu’à l’eScience.

Au programme :

Ouverture – 8h45

Sylvie Mellet, Vice-présidente de la Commission Recherche de l’Université de Nice Sophia Antipolis

Matin : expressions et communications académiques – 9h

Session 1 : Moyens de publication académiques – 9h-10h30.

  • épi-revues : Ariane Rolland, responsable du service IST, Institut Fourier, Grenoble
  • open-peercommentary journals : Alain Monteil, Responsable documentation INRIA, Sophia Antipolis

Session 2 : Nouveaux moyens d’expression, d’engagement et impact social – 11h-13h

  • Carnets et blogs de recherche en SHS : Pierre Mounier, directeur adjoint du Centre pour l’édition électronique ouverte (Cléo)
  • Regard d’un bloggeur en STM : David Monniaux, DR CNRS et bloggeur
  • Les communs : Philippe Aigrain, directeur, Sopinspace, Société pour les espaces publics d’information et co-fondateur, La Quadrature du Net

Après-midi : Légitimité, réputation, évaluation – 14h-17h

  • Publish AND perish en 2014 : Yves Gingras, Pr d’histoire et de sociologie à l’Université du Québec
  • Altmetrics : Rodrigo Costas Comesaña, chercheur , CWTS,  Université de Leiden
  • Faculty of 1000 : Eva Amsen, OutreachDirector, F1000Research
  • Les nouvelles dynamiques de la publication scientifique : Gloria Origgi, CNRS – Institut Nicod, Ecole Normale Supérieure, EHESS

Bilan: 17-17h15

 

Pour plus d’informations rendez-vous sur : http://urfistjne2014.wordpress.com/programme/

Contact : urfistjne2014 – at – gmail.com et @Urfistjne

Inscription gratuite mais obligatoire sur Sygefor

 

cropped-cropped-propaljne2014bis

 

Journée d’études « Bibliométrie et indicateurs de la recherche : enjeux et perspectives »

11 juin 2013, 9h-13h
Amphi Cujas (Université Toulouse 1 Capitole – Anciennes Facultés)

Cette journée est gratuite, ouverte à tous, mais l’inscription est obligatoire pour des raisons logistiques : http://www.urfist.cict.fr/sygefor/journee

  • Présentation

L’objectif de cette journée est d’impulser une réflexion pluridisciplinaire sur les mesures de la science au niveau du site toulousain de la recherche et de ses acteurs. Alors qu’ils n’y étaient pas initialement destinés, les travaux de bibliométrie ont parfois dévié vers l’évaluation quantitative des chercheurs et des institutions. Les décideurs et les chercheurs eux-mêmes se sont progressivement emparés des différents indicateurs. Au gré des exigences institutionnelles ou de divers impératifs professionnels, ils en sont venus à réaliser leurs propres mesures, avec des dérives qui ont maintes fois été dénoncées.

Dans l’objectif de mieux comprendre le fonctionnement de l’activité de recherche, plusieurs questions se posent alors. Est-il quand même possible et souhaitable de mobiliser ici les outils bibliométriques ? À quelles conditions et quelles sont les précautions prendre ? C’est à ces questions que cette journée, qui devrait être suivie par d’autres, tentera d’apporter des éléments de réponse en s’appuyant sur des travaux en sociologie, en sciences de l’information et de la communication et en informatique.

  • Programme

9h-9h30. Introduction
Pierre Aimar (PRES Université de Toulouse)

9h30-10h15.   La science et ses miroirs : la bibliométrie en perspective
Michel Zitt (INRA)

10h15-10h45.   Bibliométrie et production des connaissances : quelle évaluation de la recherche ?
Muriel Lefebvre (URFIST/LERASS)

10h45-11h. Pause

11h-11h30.  Évaluation de la recherche en Italie : (més)usages de la bibliométrie et l’initiative ROARS
Alberto Baccini (Université de Sienne, Italie)

11h30-12h.  Perception de la recherche via les médias sociaux : le prisme des Altmetrics
Guillaume Cabanac et Gilles Hubert (IRIT)

12h12h30.  Pour une démesure de la science : faire de la bibliométrie sans compter
Béatrice Milard (LISST)

12h30-12h45.  Conclusion et perspectives à venir
Michel Grossetti (LISST/LabEx SMS)

  • Organisation

Cette journée est organisée par Béatrice Milard (LISST), Guillaume Cabanac et Gilles Hubert (IRIT) et Muriel Lefebvre (LERASS/URFIST), avec le soutien de l’IRIT, de l’URFIST, du LabEx SMS, du LISST, du programme ANR Résocit, du LERASS et de l’UT1.

  • Contact

muriel.lefebvre@ut-capitole.fr

 

Synthèse de la 4ème Journée nationale d’étude du Réseau des URFIST

La Quatrième journée nationale du Réseau des URFIST : Trente ans de politiques scientifiques 1982-2012 (26 novembre 2012) a célébré le trentième anniversaire de cette structure, en analysant la politique de l’IST en vigueur durant les trois dernières décennies, tant en France que chez nos voisins britanniques et néerlandais.

Cette manifestation a connu un franc succès, contraignant les organisateurs à restreindre l’accès des nombreux inscrits (253) aux 180 places mises à disposition.

 

Trois volets ont balisé ce séminaire :

–      la genèse du réseau URFIST et, plus largement celle d’une politique française de l’IST

–      un regard extérieur sur les politiques à l’étranger avec l’exemple du Royaume-Uni et des Pays-Bas

–      la problématique de l’IST dans les institutions françaises aujourd’hui ainsi que ses perspectives d’avenir

 

Le public était majoritairement constitué de bibliothécaires sans que cette proportion (57 %) soit exceptionnellement élevée. Nombreux sont les personnels affectés à la gestion documentaire des laboratoires ou d’autres personnels ayant des qualifications de veille dans le milieu de la recherche, qui se sont rangés dans la catégorie alternative « autre » (35 %). Enfin, les enseignants-chercheurs représentent 8 % du panel, minorité tout à fait appréciable dans ce contexte, même si l’accroissement de ce public dans de telles manifestations est toujours vivement souhaité.

 

Le détail des présentations et leur captation vidéo ont été mis en ligne sur le Blog Urfistinfo.

 

Les trois conférences inaugurales ont permis de restituer le contexte des mutations technologiques profondes qui affectèrent voilà trente ans la recherche et l’innovation. Dans cet environnement naquit en 1982 le Réseau national URFIST, projet original associant des enseignants-chercheurs spécialisés en Sciences de l’information à des professionnels de la documentation issus du corps des Bibliothèques.

 

Pérennisé, ce projet alors initié par la Direction des Bibliothèques, des Musées et de l’Information scientifique et technique (DBMIST) continue de faire ses preuves en traversant diverses phases qui remettent positivement en question les contours du métier et la définition des profils de postes, en matière de formation, de veille, de recherche et d’expertise liées à l’information scientifique numérique.

De même, au niveau des pratiques informationnelles, les changements très significatifs et réitérés constatés ces dernières années, modifient les modalités d’usage des équipements documentaires. Les bibliothèques constituent en quelque sorte à cet égard des laboratoires où s’analysent au quotidien ces variations comportementales dans l’acquisition des connaissances. C’est le motif pour lequel le Réseau des URFIST coopère avec l’ADBU (Association des Directeurs de bibliothèques universitaires) représentée notamment lors d’une table ronde.

 

Ce panorama se devait d’être complété par un regard comparatif sur des expériences étrangères. Les expériences britannique (JISC) et néerlandaise (SURF) reposent sur des organismes transversaux qui pénètrent toutes les structures universitaires et de recherche et bénéficient de stratégies nationales de soutien à l’IST. En France, la jeune Bibliothèque Scientifique Numérique (BSN) affiche résolument des objectifs similaires qui engagent favorablement l’avenir en ce sens, comme l’a rappelé Michel Marian dans sa conclusion.

La cohérence de l’action conjuguée du JISC et du SURF en fait des acteurs efficaces de structures européennes, telle le Knowledge Exchange Group aux côtés de l’Allemagne, du Danemark et de la Finlande. Le caractère brillant et convaincant de ces deux présentations suscite à juste titre l’espoir d’une coopération française.

 

Cette Journée a permis de valoriser la jeune Association du réseau des URFIST (ARU), fondée en janvier 2010, dont l’objectif consiste à « promouvoir la formation à l’information scientifique et technique et la culture informationnelle et de représenter les URFIST auprès des instances scientifiques, politiques et associatives. » (article 2 des statuts). Le succès de cette rencontre, confirmé par des évaluations très positives, augure favorablement de l’avenir de cette association, au dynamisme de laquelle tous les acteurs de l’IST sont invités à prendre part.

Manuel Durand-Barthez

Membre de l'URFIST de Paris. Formation SHS, professionnellement plutôt tourné vers les STM.

More Posts - Website