Archives de catégorie : Histoire d’Internet et des outils d’information

Synthèse de la 4ème Journée nationale d’étude du Réseau des URFIST

La Quatrième journée nationale du Réseau des URFIST : Trente ans de politiques scientifiques 1982-2012 (26 novembre 2012) a célébré le trentième anniversaire de cette structure, en analysant la politique de l’IST en vigueur durant les trois dernières décennies, tant en France que chez nos voisins britanniques et néerlandais.

Cette manifestation a connu un franc succès, contraignant les organisateurs à restreindre l’accès des nombreux inscrits (253) aux 180 places mises à disposition.

 

Trois volets ont balisé ce séminaire :

–      la genèse du réseau URFIST et, plus largement celle d’une politique française de l’IST

–      un regard extérieur sur les politiques à l’étranger avec l’exemple du Royaume-Uni et des Pays-Bas

–      la problématique de l’IST dans les institutions françaises aujourd’hui ainsi que ses perspectives d’avenir

 

Le public était majoritairement constitué de bibliothécaires sans que cette proportion (57 %) soit exceptionnellement élevée. Nombreux sont les personnels affectés à la gestion documentaire des laboratoires ou d’autres personnels ayant des qualifications de veille dans le milieu de la recherche, qui se sont rangés dans la catégorie alternative « autre » (35 %). Enfin, les enseignants-chercheurs représentent 8 % du panel, minorité tout à fait appréciable dans ce contexte, même si l’accroissement de ce public dans de telles manifestations est toujours vivement souhaité.

 

Le détail des présentations et leur captation vidéo ont été mis en ligne sur le Blog Urfistinfo.

 

Les trois conférences inaugurales ont permis de restituer le contexte des mutations technologiques profondes qui affectèrent voilà trente ans la recherche et l’innovation. Dans cet environnement naquit en 1982 le Réseau national URFIST, projet original associant des enseignants-chercheurs spécialisés en Sciences de l’information à des professionnels de la documentation issus du corps des Bibliothèques.

 

Pérennisé, ce projet alors initié par la Direction des Bibliothèques, des Musées et de l’Information scientifique et technique (DBMIST) continue de faire ses preuves en traversant diverses phases qui remettent positivement en question les contours du métier et la définition des profils de postes, en matière de formation, de veille, de recherche et d’expertise liées à l’information scientifique numérique.

De même, au niveau des pratiques informationnelles, les changements très significatifs et réitérés constatés ces dernières années, modifient les modalités d’usage des équipements documentaires. Les bibliothèques constituent en quelque sorte à cet égard des laboratoires où s’analysent au quotidien ces variations comportementales dans l’acquisition des connaissances. C’est le motif pour lequel le Réseau des URFIST coopère avec l’ADBU (Association des Directeurs de bibliothèques universitaires) représentée notamment lors d’une table ronde.

 

Ce panorama se devait d’être complété par un regard comparatif sur des expériences étrangères. Les expériences britannique (JISC) et néerlandaise (SURF) reposent sur des organismes transversaux qui pénètrent toutes les structures universitaires et de recherche et bénéficient de stratégies nationales de soutien à l’IST. En France, la jeune Bibliothèque Scientifique Numérique (BSN) affiche résolument des objectifs similaires qui engagent favorablement l’avenir en ce sens, comme l’a rappelé Michel Marian dans sa conclusion.

La cohérence de l’action conjuguée du JISC et du SURF en fait des acteurs efficaces de structures européennes, telle le Knowledge Exchange Group aux côtés de l’Allemagne, du Danemark et de la Finlande. Le caractère brillant et convaincant de ces deux présentations suscite à juste titre l’espoir d’une coopération française.

 

Cette Journée a permis de valoriser la jeune Association du réseau des URFIST (ARU), fondée en janvier 2010, dont l’objectif consiste à « promouvoir la formation à l’information scientifique et technique et la culture informationnelle et de représenter les URFIST auprès des instances scientifiques, politiques et associatives. » (article 2 des statuts). Le succès de cette rencontre, confirmé par des évaluations très positives, augure favorablement de l’avenir de cette association, au dynamisme de laquelle tous les acteurs de l’IST sont invités à prendre part.

Manuel Durand-Barthez

Membre de l’URFIST de Paris. Formation SHS, professionnellement plutôt tourné vers les STM.

More Posts - Website

Ouverture du blog dédié à la journée d’étude nationale des Urfist le 26 novembre 2012

Le blog dédié à cette manifestation est désormais public et vous pouvez le consulter à l’adresse suivante :
http://urfistreseau2012.wordpress.com/

Vous y trouverez

  • le programme (problématique et descriptif de la journée)
  • la présentation des intervenants
  • le résumé des interventions
  • les informations pratiques pour vous rendre à la journée
  • et enfin les différents supports de communications au format PDF vous permettant de faire la diffusion de l’organisation de cette journée auprès des publics de vos institutions.

Pour ceux qui souhaiteraient participer au débat en amont, n’hésitez pas à nous le faire savoir en remplissant le formulaire de contact (sou-menu de la rubrique « crédits photos »). Nous vous enverrons des identifiants vous permettant de vous connecter à notre blog !

30 ans de politiques d’Information scientifique 1982-2012 : 4ème Journée nationale du Réseau des URFIST

L’Association du Réseau des URFIST (Unités régionales de Formation à l’Information scientifique et technique) vous convie à la 4ème Journée nationale du Réseau des URFIST sur le thème « 30 ans de politiques d’Information scientifique 1982-2012 » le 26 novembre 2012.

 

Où en sommes-nous aujourd’hui de la politique nationale de l’IST ?

Sous le vocable d’Information Scientifique et Technique, on entend aussi bien les données de la recherche que l’infrastructure qui les supporte. Un regard rétrospectif sur l’histoire de l’information scientifique et technique depuis une cinquantaine d’années montre que celle-ci a toujours été au triple croisement de la science, de la technologie et du politique.

Introduction par Michel Roland, Président de l’Association du Réseau des URFIST, responsable de l’Urfist de Nice-PACA-Corse

Avec les interventions de :

Denis Varloot, ancien Directeur de la DBMIST au Ministère de l’Education nationale, fondateur des URFIST en 1982

Lydia Mérigot, anciennement responsable de la Formation à la DIST puis à la DBMIST

Rémi Barré, Professeur de Politique scientifique au CNAM, ancien directeur de l’OST

Ghislaine Chartron, Professeur titulaire de la chaire d’Ingénierie documentaire du CNAM, Directrice de l’INTD

Jean-Max Noyer, Enseignant-chercheur à l’Université de Nice Sophia Antipolis

Simon Hodson, Programme Manager au JISC (Royaume-Uni)

Marc Dupuis, e-Research programme manager, SURF Foundation (Pays-Bas)

 

Table ronde « Mutations de l’IST et conséquences sur la formation à l’information » avec :

Christine Berthaud, Directrice du CCSD-CNRS

Olivier Ertzscheid, Enseignant-chercheur à l’Université de Nantes

Odile Hologne, Directrice de l’unité Valorisation / Information Scientifique et Technique à l’INRA

Marie-Joëlle Ramage, Enseignant-chercheur, Chargée de mission TICE à l’Université Paris-Sud

Jean-Emile Tosello-Bancal, Directeur de la BIU Cujas, ancien Chef de Bureau à la SDBIS

 

Intervention conclusive de Michel Marian, Chef de la Mission de l’information scientifique et technique et du réseau documentaire (MISTRD) au Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche

 

Lundi 26 novembre 2012

 

UNIVERSITÉ DE PARIS-DIDEROT / Paris 7
Amphithéâtre BUFFON
15 rue Hélène Brion
75013 PARIS
Métro (ligne 14) ou RER C : station Bibliothèque François Mitterrand (sortie Avenue de France)
Bus 62, 64, 89, 325

 

Inscription gratuite mais obligatoire sous :

http://urfist.enc.sorbonne.fr/sygefor/journee/41

Manuel Durand-Barthez

Membre de l’URFIST de Paris. Formation SHS, professionnellement plutôt tourné vers les STM.

More Posts - Website

Paul Baran, inspirateur (et non fondateur) d’ARPANET

Paul Baran est mort samedi dernier, à Palo Alto en Californie, à l’âge de 84 ans. Cet ancien ingénieur de la RAND Corporation, méconnu du grand public et des internautes, est pourtant l’un des pionniers d’Internet, et il restera comme l’un des inventeurs (avec Kleinrock et les Anglais Davies et Scantelbury) d’une innovation majeure, qui aura révolutionné le monde des télécommunications puis plus tard bouleversé le monde entier : la transmission par paquets, à la base du fonctionnement d’Internet. C’est également lui qui a conçu le premier (il a commencé ses travaux en mai 1960 !) l’idée, totalement révolutionnaire à l’époque, d’un réseau distribué, théoriquement « indestructible », dont on connaît bien le célèbre schéma :

Distributed network

Continuer la lecture

Alexandre Serres

Enseignant-chercheur, co-responsable de l’URFIST de Rennes

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

L.O. sur Arpanet

L'histoire de la première (tentative de) connexion sur Arpanet est connue depuis longtemps et circule sur de nombreux sites. Le 29 octobre 1969, Charles Kline, étudiant à UCLA, cherche à se connecter à l'ordinateur du SRI, à Stanford, via les IMP, ces premiers "noeuds" du réseau. Il double la connexion informatique d'une communication téléphonique avec son collègue du SRI et commence à lancer la célèbre procédure de connexion : LOGIN. Tout en expliquant au téléphone ce qu'il fait : "Avez-vous le L ? J'ai eu un 1-4, répond le chercheur du SRI. Il lisait l'information codée en octal, avec des nombres exprimés en base 8". " Avez-vous le O…? J'ai eu un 1-7" Avez-vous le G ? "L'ordinateur vient de s'arrêter !" dit la voix au bout du fil" (d'après "Les sorciers du net").

La toute première connexion sur Arpanet n'est pas allée très loin ! Mais ça s'est rapidement arrangé par la suite…

Pour comprendre cette savoureuse histoire et replonger dans ces "temps héroïques" de l'interconnexion, rien ne vaut la vidéo de Leonard Kleinrock, pionnier de la théorie de la transmission par paquets, et responsable à UCLA de la première connexion Arpanet. Avec un schéma très simple, il explique les quatre premières connexions de l'automne 69, il y a juste 40 ans, qui virent la naissance de l'ancêtre d'Internet. La vidéo est sur YouTube .

Profitons de cet anniversaire pour tordre le coup à la légende militaire des origines d'Arpanet, qui n'en finit pas de circuler sur le web (voir par exemple cette autre vidéo de EasyNet Connect sur l'histoire d'Internet, particulièrement "linéaire" et sans beaucoup d'intérêt) : non, Arpanet n'est pas "né de la guerre froide" pour équiper les  USA d'un réseau indestructible… 

Il faut lire ou relire "Les sorciers du net", de Katie Hafner et Matthew Lyon, chez Calmann-Lévy. On peut aussi suivre la "chronologie hétérogène" des événements sur le site de l'Urfist de Rennes :  Histoire d'Internet.

AS

Louis Pouzin, Cyclades et la « bande à Giscard »

Si vous vous intéressez à l’histoire des réseaux, à la
naissance d’Internet, et notamment au projet Cyclades (le réseau qui aurait pu
être l’embryon d’Internet en France dans les années 70), il faut absolument
écouter l’interview de Louis
Pouzin
, fondateur de Cyclades et considéré comme le « père de
l’Internet français ». Il était interviewé sur France-Inter la semaine
dernière et l’émission (« La tête au
carré
 » de Mathieu Vidard) est encore accessible pendant quelques
semaines sur le site de France-Inter :
cliquer sur les émissions du 1er, 2, 3, 4 et 5 décembre. L’interview
de Pouzin est en fin d’émission et dure chaque fois quelques minutes.

C’est un témoignage exceptionnel, de la part d’un pionnier
de l’informatique et des réseaux, et un éclairage de première main sur
l’enterrement du projet Cyclades par la « bande à Giscard »
(sic !), pour des raisons bassement politiciennes et concurrentielles (voir
l’interview du 3 décembre sur France-Inter et une interview en ligne sur Interstices).

Rappelons que le projet Cyclades était l’équivalent français
d’Arpanet, et était même
en avance sur le réseau américain.
Sans amertume, mais avec lucidité et vivacité,
Louis Pouzin explique ainsi en détail comment la France a raté Internet et pris
un retard historique sur les américains. Et comment aussi la France a sacrifié
son industrie informatique, aujourd’hui disparue…

Avec le recul, on peut s’interroger pour savoir si on ne
finit pas de payer encore cette casse délibérée de Cyclades, il y a une
trentaine d’années…

 

AS

Qui tient les manettes d’internet ?

Si vous voulez avoir une vue d’ensemble,
explicative et pertinente, des innombrables acteurs qui tissent et qui régulent la toile de l’internet,
depuis l’Icann jusqu’au W3C en passant par l’Isoc, etc.,  savoir quelles sont les
influences « déterminantes » (américaines bien sûr !) et « officieuses »
(européennes notamment) sur la gestion des noms de domaines…, allez
consulter le document d’Eric Brousseau, Professeur d’Economie à Paris X, sur
son site (par ailleurs très riche). 
Le document s’appelle : « La régulation d’Internet : une nébuleuse d’acteurs » : http://www.brousseau.info/pdf/2004_EBSHSchemaInternet.pdf

 

Remarquable, même si un peu difficile à lire en version imprimée. 

Pour en savoir plus sur les adresses Internet (et aussi les bases techniques), je me permets de signaler un support de formation de l’Urfist (Rennes), certes un peu ancien (2004, mais les bases techniques ne changent pas tous les six mois !).  Horreur : c’est un support resté dans la forme désuète des cadres.  Mais ça peut encore servir…   

AS

Citation de la semaine (dernière): flexibibliothécarité

volée sur Marlene’s Corner qui l’a prise (et traduite) sur le blogue de Joyce Valenza.

Il me semble urgent que les bibliothécaires se re-forment. Nous ne pouvons pas espérer pouvoir assumer un rôle d’autorité dans les technologies de l’information et dans leur apprentissage, nous ne pouvons pas prétendre à une quelconque crédibilité auprès des étudiants, des enseignants ou des administratifs si nous ne reconnaissons pas et n’exploitons pas intelligemment le changement de paradigme des 2 dernières années.

J’aime bien le tableau qui compare la situation contemporaine à celle de 1976, lorsque son auteure est sortie de sa Library School (ça tombe bien, 1976, c’est mon année de sortie de l’Enssib Ensb).

MR

Il y a soixante ans : le Memex de Bush

La pause estivale est souvent propice à la curiosité pour l’histoire et on en profitera pour rappeler un anniversaire important dans l’histoire des technologies et outils de l’information : il y a exactement soixante ans, en juillet 1945, paraissait le célèbre texte de Vannevar Bush (rien à voir avec W. !), « As We May Think », dans la revue Atlantic Monthly. V. Bush était alors conseiller scientifique de Roosevelt et l’un des principaux responsables du Manhattan Project, à l’origine de la bombe atomique, dont on va « fêter » également bientôt le soixantième anniversaire… 

Ce texte fondateur, désormais classique dans l’histoire des sciences de l’information, décrivait un curieux appareil de traitement de l’information, basé sur la technologie du microfilm: le MEMEX (pour MEMory EXtender). Mais ce n’est pas pour sa vision à la « Jules Verne » que le texte de Bush a acquis une telle notoriété : c’est parce que l’on y trouve tous les fondements théoriques de l’hypertexte, qui seront réalisés une vingtaine d’années plus tard, notamment par Engelbart et Ted Nelson.

Quelques sites et références à consulter :

– la référence exacte du texte :

BUSH, Vannevar. As We May Think. In The Atlantic Monthly, n° 176, 1945, p. 101-108. [en ligne]. Boston (MA) : Atlantic Online. Disponible sur : http://www.theatlantic.com/unbound/flashbks/computer/bushf.htm

Traduction française dans : CD ROM, le nouveau papyrus. William H. Gates (préf.), Marc-Alain Grumelin et Bernard Prost (trad.). Paris : Cedic-Nathan, 1987. 439 p.
Disponible également dans : NYCE, James M., KAHN, Paul (sous la dir. de). From Memex to Hypertext : Vannevar Bush and the Mind’s Machine. San Diego (CA) : Academic Press, 1992. p. 85-110.

– pour en avoir une traduction en ligne (mais partielle) en français :

http://www.archipress.org/episteme/vannevar.htm

– En 1995, pour le cinquantenaire de "As we may think", le MIT avait organisé un symposium réunissant tous les principaux acteurs de l’hypertexte, de l’informatique et des réseaux, venus rendre hommage à Vannevar Bush : Engelbart, Nelson, Berners-Lee, Andries Van Dam, Robert Kahn, Michael Lesk…. On trouve toujours sur le site du Département d’EECS les résumés des différentes interventions ainsi que les biographies des intervenants :

http://www.eecs.mit.edu/AY95-96/events/bush/

AS