Archives de catégorie : Culture informationnelle

Regard(s) sur les logiciels bibliographiques, au carrefour des usages et des innovations, journée d’études

Comment comprendre les évolutions que connaissent actuellement les logiciels de références bibliographiques et anticiper les changements ? Cette question sera au cœur des débats de la journée d’étude organisée le 17 novembre par l’Urfist de Lyon.

La famille des logiciels de gestion de références bibliographiques a connu des transformations conséquentes depuis l’arrivée des tous premiers outils dans le courant des années 80 (1).

D’une part elle s’est considérablement agrandie en intégrant de nouveaux venus, pour certains fort prometteurs (2), et ce alors même qu’elle voyait d’autres produits disparaitre (3) et notamment péricliter le plus ancien d’entre eux (4).

Remarquons d’autre part que ceux qui ont tenu jusqu’alors le leadership ont su faire évoluer leurs fonctionnalités en combinant besoins des utilisateurs et avancées technologiques. Amélioration des fonctions de gestion de la base de données, adaptation de la collecte des références aux évolutions des réservoirs bibliographiques ou encore enrichissement de l’export et de l’édition selon des standards de présentation plus en plus nombreux sont autant de progrès qui ont installé graduellement ces outils sur le bureau du chercheur. Si ils semblent approcher de la maturité, ont-ils atteint pour autant un point de stabilité ?

Il semblerait qu’une nouvelle étape ait été franchie avec le développement des fonctionnalités collaboratives (5). En effet, de nouveaux enjeux, plus sensibles, émergent maintenant en lien avec les usages sociaux et l’essor des modèles alternatifs de l’évaluation de l’activité scientifique ; et les outils bibliographiques pourraient y trouver un rôle à jouer. Ce nouvel usage place, de fait, certains logiciels de référence au sein de l’écosystème de la communication scientifique, notamment lorsqu’ils portent les mesures « altimétriques » (6). Aussi les attentes se manifestent-elles différemment et sur plusieurs plans.

Du côté des acteurs, alors que la pression monte autour de l’accès à la publication scientifique (7) et que les utilisations de la citation connaissent quelques dérives, plusieurs questions se posent ; elles concernent tout autant la communauté scientifique que les fournisseurs d’accès qui voient leurs prérogatives bousculées (8). Quels seraient les ajustements à venir de ce côté ? Le lien entre la référence et la publication est il appelé à évoluer ?

– Les aspects techniques restent importants ; on pense par exemple à la question des formats et à leur interopérabilité, qui pose toujours quelques difficultés au néophyte. Mais les besoins s’orientent désormais vers des aspects plus larges : aujourd’hui le chercheur aspire à traiter globalement les publications comme l’ensemble des éléments d’information qui constituent son matériau de travail. Ainsi, il pourrait espérer analyser son corpus et vouloir soumettre ses lots de référence aux traitements qu’il applique par ailleurs aux données, comme par exemple chercher à représenter les relations entre les références afin de visualiser des réseaux d’influences ou des réseaux de collaborations complexes (9).

Ainsi, les logiciels bibliographiques semblent attendus maintenant par les utilisateurs pour leur capacité à s’interfacer avec l’écosystème du chercheur voire plus largement avec celui des acteurs de l’IST. En élargissant ainsi les usages, certains développements ont permis aux « reference managers » de passer d’un simple statut de logiciel personnel à celui d’un outil intégré au sein d’une plateforme, comme celles des producteurs de données par exemple (10).

Ce changement de perspective change assurément la donne. La variété des pratiques qui semble se révéler à la lecture des enquêtes, montre certainement l’évolutivité de ces outils ; mais elle illustre assurément l’adaptabilité des utilisateurs et la diversité de leurs besoins ; et ce dans un environnement qui est encore en évolution.  Elle pointe au final une difficulté pour le formateur ou le prescripteur qui devra embrasser la multiplicité des usages alors même que les outils numériques mis à la disposition des chercheurs évoluent et que les besoins en formation gagnent en complexité.

Comment, dans ce cas, comprendre et anticiper les évolutions émergentes ? Choisir un  outil adapté ? Conseiller les chercheurs et les accompagner dans leur apprentissage ? Autant de questions qui devraient être au cœur des débats de la journée d’étude organisée le 17 novembre .

 

Informations pratiques

Regard(s) sur les logiciels bibliographiques, au carrefour des usages et des innovations, journée d’études organisée par l’Urfist de Lyon
Date : lundi 17 novembre 2014
Lieu : Domaine de la Doua, Université Claude Bernard, Lyon – Villeurbanne
Programme et Inscriptions : http://lgrb-urfist2014.sciencesconf.org
Contacts : claire.denecker@univ-lyon1.fr et frederique.cohen-adad@univ-lyon1.fr

 

————————————–

[1] ProCite et Sci-Mate apparus en 1983, suivis de Reference Manager en 1984 et EndNote en 1988
[2] On pense par exemple à Mendeley qui, en l’espace de quelques années, s’est imposé comme un acteur majeur
[3] 2Collab ou Connotea par exemple ont disparu … ont disparu respectivement en 2011 et 2013
[4] Reference Manager n’est plus maintenu depuis 2010
[5] Notamment avec l’arrivée des premiers logiciels offrant un espace gratuit de stockage et de partage sur serveur, Zotero étant l’un des précurseurs les plus connus
[6] Ainsi Mendeley et CiteULike occupent-ils une place importante parmi les critères retenus dans les mesures « Altmetrics »
[7] on prendra pour exemple anecdotique la récente stratégie de valorisation adoptée par l’IPAG http://www.letudiant.fr/educpros/enquetes/ipag-les-secrets-d-une-progression-fulgurante-en-recherche.html
[8] Comment, par exemple, l’intégration de Mendeley dans l’univers d’Elsevier va t-elle se réaliser ?
[9] Ce que propose par ex Qiqqa, lancé en avril 2010
[10] Là encore, on pense à Mendeley avec Scopus (Elsevier) mais également à EndNote avec le Web of Knowledge (Thomson Reuters) ou Flow (successeur de RefWorks) pour Proquest

Former à l’information Brevets dans l’enseignement supérieur

La culture académique française fut longtemps peu encline à dispenser l’enseignement des principes de la propriété industrielle (P.I.). Dans les cursus S.T.M. (Science, Technologie, Médecine), elle a principalement favorisé la publication scientifique classique valorisée par la bibliométrie.
Par-delà les bases de données chimiques mettant l’accent sur les brevets et les données spécialisées issues notamment de l’agence britannique Derwent, l’Internet permet à un public large, étudiant en particulier, d’appréhender aisément l’information Brevets, à travers la base Espacenet produite par l’Office européen des brevets. Les biais induits par cette facilité impliquent un enseignement méthodologique rigoureux propre à renforcer la représentativité de la P.I. dans les cursus S.T.M. Est ici présentée la relation d’une expérience de formation à l’innovation en milieu universitaire.

Manuel Durand-Barthez « Former à l’information Brevets dans l’enseignement supérieur », Revue internationale d’intelligence économique 1/2013 (Vol. 5), p. 25-38.
URL : www.cairn.info/revue-internationale-d-intelligence-economique-2013-1-page-25.htm.
DOI : 10.3166/R2IE.5.25-38.

Manuel Durand-Barthez

Membre de l'URFIST de Paris. Formation SHS, professionnellement plutôt tourné vers les STM.

More Posts - Website

Informatique et scientométrie

La spécificité de la littérature scientifique dans le domaine de l’Informatique réside dans le type de support qui la sous-tend, c’est-à-dire principalement les proceedings. Les particularités propres aux communications touchent aussi bien le champ des pratiques ou de la culture informationnelles que celui de la cartographie scientométrique.

Le premier de ces deux domaines a été décrit de façon détaillée dans un article d’Andrea Kienle et Martin Wessner (université de Dortmund et fondation Fraunhofer à Darmstadt) intitulé Principles for Cultivating Scientific Communities of Practice. Ils analysent une communauté en particulier, la CSCL (Computer-Supported Collaborative Learning) sur la décennie 1995-2005. Ils passent au crible les listes de participants et d’intervenants aux colloques de la discipline. Ils modélisent la structure réticulaire de cette communauté en observant les associations de personnes, mouvantes au fil du temps, à travers le co-autorat, la co-citation, le partage des sources. Le workshop est un hub idéal, qui permet au réseau social de se cultiver tout en commettant des « items de travail » matérialisés par des documents publiés et susceptibles d’évaluation au sens académique du terme

La rotation géographique des conferences est observée, au même titre que leur périodicité. Les noms des organisateurs, le caractère composite de leur origine géographique, l’influence d’un noyau de personnalités marquantes susceptibles de mobiliser la communauté autour d’une thématique, font également partie des paramètres de cette modélisation.

Celle-ci définit enfin les caractéristiques d’un palier qui limite l’extension de la communauté et diminue son interactivité à un moment donné (suivant un phénomène d’érosion). Les signaux envoyés à cette étape limite déterminent la création ou la génération d’un nouveau réseau qui puisera dans le précédent les bases nécessaires à son épanouissement.

 

C’est à Trèves (Trier) que s’est développée la base DBLP (Digital Bibliography & Library Project) considérée par les informaticiens comme fondamentale au plan international pour la recherche documentaire dans ce champ disciplinaire. En parallèle, CiteSeerX permet d’effectuer de façon très fine des analyses bibliométriques assorties du fameux Triangle : références en fin d’article / références partagées par d’autres articles / co-citations ; et ce dans le domaine spécifiquement informatique. Le document d’analyse de la commission d’évaluation de l’INRIA de septembre 2007, souvent cité, intitulé Que mesurent les indicateurs bibliométriques ? prend appui sur ces deux outils. Ils servent aussi à étayer l’article de trois chercheurs de l’Université d’Aix-la-Chapelle (Aachen), qui a pour titre Development of Computer Science Disciplines – A Social Network Analysis Approach (Pham, Klamma, Jarke). À partir des données de colloques puisées dans les deux bases, les auteurs constituent deux réseaux : un knowledge network et un citation network. Le premier cartographie les conferences en fonction de leur thématique, en prenant les éléments précédemment décrits par Kienle et Wessner ; le second agit sur les citations, dans la perspective du triangle mentionné plus haut. Parallèlement, les venue proceedings de type ACM ou IEEE sont analysés. Ceux-ci, minoritaires, sont inclus dans des périodiques répertoriés par le JCR.

Ce qui frappe dans la visualisation des graphes afférant respectivement aux communications non répertoriées dans des publications en série (journals à proprement parler) et d’autre part à celles que recouvre ce second type de document, c’est que l’image du réseau résultant seulement des périodiques (The knowledge network using journals only) est éclaté, atomisé, peu structuré, ne permet pas la mise en valeur de thématiques clairement inscrites dans des flux relationnels intenses. L’autre graphique, en revanche (The combined knowledge network [giant component]) présente des caractéristiques inverses, illustrant bien la dynamique de ces hubs que constituent les colloques, sans que leur contenu soit fixé dans des périodiques homologués par ailleurs, notamment dans le JCR.

Le « réseau de connaissance », à travers des représentations successives, permet de voir l’émergence ou le déclin de sous-disciplines et des conglomérats de colloques typiques. Diamètre des nœuds et volume des traits de connexion (arêtes) varient au fil des années, voire des mois. Certes, ce genre d’observation s’applique à d’autres disciplines. Mais l’informatique l’illustre à un rythme très rapide avec une dynamique interrelationnelle particulièrement significative, du fait de la multiplicité, de l’hétérogénéité et de l’interopérabilité des composantes générées par les colloques. Leur structure extrêmement souple, leur organisation rapide, leur capacité d’accueil et leur ouverture, ajoutées à la brièveté des interventions, à leur relative spontanéité et aux facilités de communication entre acteurs, font des items de la « littérature informatique » un substrat très original par rapport à d’autres champs disciplinaires, qui se prêtent volontiers à des analyses de pratique informationnelle intéressantes. Activées par les réseaux sociaux scientifiques, l’interdisciplinarité ou la transversalité ne sont pas ici de vains mots.

Le « réseau de citations » est notamment mis en évidence à l’aide du PageRank permettant d’accroître la visibilité de groupes leaders qui en entraînent d’autres. On retrouve d’ailleurs cette conception à certains égards dans la mise en œuvre de l’Eigenfactor avec la traçabilité des citations.

Les paramètres de l’analyse du réseau se déclinent en quatre modalités selon Pham et al.: Density (M1), Clustering coefficient(M2), Maximum betweenness (M3), Largest connected component (M4). Autrement dit : la densité du graphe (proportionnelle au nombre d’arêtes et donc de liaisons entre les nœuds), le coefficient de regroupement (des nœuds), la centralité d’intermédiation optimale (qui, pour reprendre les termes de Sedki Allaoui, « reflète la capacité d’un chercheur à relier deux autres chercheurs provenant d’un même sous-réseau à travers le plus petit nombre d’intermédiaires »), enfin la notion de « plus grand graphe connecté » (aptitude d’un conglomérat de nœuds à inclure le plus grand nombre de connexions, et partant à s’imposer visuellement comme prépondérant).

Ces quatre modalités sont relativement classiques en matière d’analyse bibliométrique. Mais la production scientifique dans le domaine informatique offre cette caractéristique marquante de la différence entre une analyse effectuée directement à partir des items issus de ces colloques et leur fixation ou leur ancrage dans le cadre de périodiques prétendument reconnus (notamment par le JCR).

 

Sources : Andrea Kienle, Martin Wessner « Principles for Cultivating Scientific Communities of Practice » Communities and Technologies 2005  Proceedings of the Second Communities and Technologies Conference, Milano 2005. Ed. Peter Van Den Besselaar, G. De Michelis, J. Preece, C. Simone, pp 283-299. Dordrecht : Springer [e-books], 2005. Version O.A. http://www.socio-informatics.info/fileadmin/IISI/upload/C_T/2005/Paper15C_T2005.pdf

Manh Cuong Pham, Ralf Klamma, Matthias Jarke « Development of Computer Science Disciplines – A Social Network Analysis Approach » Social Network Analysis and Mining, November 2011, Volume 1, Issue 4, pp 321-340. Version O.A. http://arxiv.org/pdf/1103.1977

Sedki Allaoui Impact du financement sur la production scientifique des chercheurs à l’échelle des individus en nanotechnologie au Québec  École polytechnique de Montréal, 2011. http://publications.polymtl.ca/746/1/2011_SedkiAllaoui.pdf  Extrait cité p. 29 ; commenté dans: Catherine Beaudry, Sedki Allaoui « Impact of public and private research funding on scientific production: The case of nanotechnology » Research Policy, Volume 41, Issue 9, November 2012, pp 1589-1606

 

Manuel Durand-Barthez

Membre de l'URFIST de Paris. Formation SHS, professionnellement plutôt tourné vers les STM.

More Posts - Website

Synthèse de la 4ème Journée nationale d’étude du Réseau des URFIST

La Quatrième journée nationale du Réseau des URFIST : Trente ans de politiques scientifiques 1982-2012 (26 novembre 2012) a célébré le trentième anniversaire de cette structure, en analysant la politique de l’IST en vigueur durant les trois dernières décennies, tant en France que chez nos voisins britanniques et néerlandais.

Cette manifestation a connu un franc succès, contraignant les organisateurs à restreindre l’accès des nombreux inscrits (253) aux 180 places mises à disposition.

 

Trois volets ont balisé ce séminaire :

–      la genèse du réseau URFIST et, plus largement celle d’une politique française de l’IST

–      un regard extérieur sur les politiques à l’étranger avec l’exemple du Royaume-Uni et des Pays-Bas

–      la problématique de l’IST dans les institutions françaises aujourd’hui ainsi que ses perspectives d’avenir

 

Le public était majoritairement constitué de bibliothécaires sans que cette proportion (57 %) soit exceptionnellement élevée. Nombreux sont les personnels affectés à la gestion documentaire des laboratoires ou d’autres personnels ayant des qualifications de veille dans le milieu de la recherche, qui se sont rangés dans la catégorie alternative « autre » (35 %). Enfin, les enseignants-chercheurs représentent 8 % du panel, minorité tout à fait appréciable dans ce contexte, même si l’accroissement de ce public dans de telles manifestations est toujours vivement souhaité.

 

Le détail des présentations et leur captation vidéo ont été mis en ligne sur le Blog Urfistinfo.

 

Les trois conférences inaugurales ont permis de restituer le contexte des mutations technologiques profondes qui affectèrent voilà trente ans la recherche et l’innovation. Dans cet environnement naquit en 1982 le Réseau national URFIST, projet original associant des enseignants-chercheurs spécialisés en Sciences de l’information à des professionnels de la documentation issus du corps des Bibliothèques.

 

Pérennisé, ce projet alors initié par la Direction des Bibliothèques, des Musées et de l’Information scientifique et technique (DBMIST) continue de faire ses preuves en traversant diverses phases qui remettent positivement en question les contours du métier et la définition des profils de postes, en matière de formation, de veille, de recherche et d’expertise liées à l’information scientifique numérique.

De même, au niveau des pratiques informationnelles, les changements très significatifs et réitérés constatés ces dernières années, modifient les modalités d’usage des équipements documentaires. Les bibliothèques constituent en quelque sorte à cet égard des laboratoires où s’analysent au quotidien ces variations comportementales dans l’acquisition des connaissances. C’est le motif pour lequel le Réseau des URFIST coopère avec l’ADBU (Association des Directeurs de bibliothèques universitaires) représentée notamment lors d’une table ronde.

 

Ce panorama se devait d’être complété par un regard comparatif sur des expériences étrangères. Les expériences britannique (JISC) et néerlandaise (SURF) reposent sur des organismes transversaux qui pénètrent toutes les structures universitaires et de recherche et bénéficient de stratégies nationales de soutien à l’IST. En France, la jeune Bibliothèque Scientifique Numérique (BSN) affiche résolument des objectifs similaires qui engagent favorablement l’avenir en ce sens, comme l’a rappelé Michel Marian dans sa conclusion.

La cohérence de l’action conjuguée du JISC et du SURF en fait des acteurs efficaces de structures européennes, telle le Knowledge Exchange Group aux côtés de l’Allemagne, du Danemark et de la Finlande. Le caractère brillant et convaincant de ces deux présentations suscite à juste titre l’espoir d’une coopération française.

 

Cette Journée a permis de valoriser la jeune Association du réseau des URFIST (ARU), fondée en janvier 2010, dont l’objectif consiste à « promouvoir la formation à l’information scientifique et technique et la culture informationnelle et de représenter les URFIST auprès des instances scientifiques, politiques et associatives. » (article 2 des statuts). Le succès de cette rencontre, confirmé par des évaluations très positives, augure favorablement de l’avenir de cette association, au dynamisme de laquelle tous les acteurs de l’IST sont invités à prendre part.

Manuel Durand-Barthez

Membre de l'URFIST de Paris. Formation SHS, professionnellement plutôt tourné vers les STM.

More Posts - Website

Ouverture du blog dédié à la journée d’étude nationale des Urfist le 26 novembre 2012

Le blog dédié à cette manifestation est désormais public et vous pouvez le consulter à l’adresse suivante :
http://urfistreseau2012.wordpress.com/

Vous y trouverez

  • le programme (problématique et descriptif de la journée)
  • la présentation des intervenants
  • le résumé des interventions
  • les informations pratiques pour vous rendre à la journée
  • et enfin les différents supports de communications au format PDF vous permettant de faire la diffusion de l’organisation de cette journée auprès des publics de vos institutions.

Pour ceux qui souhaiteraient participer au débat en amont, n’hésitez pas à nous le faire savoir en remplissant le formulaire de contact (sou-menu de la rubrique « crédits photos »). Nous vous enverrons des identifiants vous permettant de vous connecter à notre blog !

Les chercheurs de demain: une étude du JISC sur les pratiques informationnelles des doctorants

Le JISC (Joint Information Systems Committee) en partenariat avec la British Library vient de publier une étude incontournable pour ceux qui s’occupent des formations doctorales et/ou qui s’intéressent à l’évolution des pratiques informationnelles et numériques dans le milieu de la recherche et de l’enseignement supérieur.

« Researchers of Tomorrow » étudie par le biais d’une enquête les comportements des doctorants de la « génération Y » (nés entre 1982 et 1994). Débutée en 2009, l’étude a concerné 17000 doctorants de 70 universités du Royaume-Uni.

La présentation met en valeur les résultats suivants:

  • Les doctorants sont de plus en plus dépendants des sources secondaires (articles de revues, livres…) et se détournent des sources primaires (sources primaires archivistiques ou grands ensembles de données).
  • L’accès aux sources pertinentes est une contrainte majeure pour les doctorants / pour le progrès de la démarche doctorale. L’accès par authentification et les limitations imposées par les licences des ressources sous abonnements, comme les revues numériques, sont particulièrement problématiques.
  • L’Open Access et le copyright se révèlent une source de confusion pour les doctorants plutôt qu’un encouragement à l’innovation et à la recherche collaborative.
  • Cette génération de doctorants œuvre dans un environnement où leur pratique de recherche n’utilise pas le plein potentiel des technologies innovantes.[1]
  • Les doctorants sont insuffisamment formés ou informés pour être en mesure de saisir pleinement les dernières opportunités offertes dans l’environnement de l’information numérique.

L’étude s’adresse, selon son introduction, particulièrement:

  • aux décideurs des institutions d’enseignement supérieur, notamment en insistant sur le rôle décisif des directeurs de thèse;
  • aux bibliothécaires, notamment en soulignant les enjeux liés aux abonnements aux revues électroniques et leur rôle potentiel de médiateurs et de soutien;
  • aux financeurs, notamment pour les questions liées au libre accès et à l’importance du partage;
  • aux éditeurs et autres services de fourniture d’information scientifique en soulignant l’importance des outils liés aux produits et services.

Liens utiles:

___

[1] Dans l’introduction le rapport insiste sur le fait que ce décalage n’est pas à mettre au débit des doctorants eux-mêmes: « Les doctorants de la génération Y sont des chercheurs d’information sophistiqués et des utilisateurs de sources d’information complexes. Ils ne sont pas déroutés par la technologie et sont précisément au fait de questions critiques comme l’autorité et l’authenticité dans la recherche et la collecte des preuves. »

30 ans de politiques d’Information scientifique 1982-2012 : 4ème Journée nationale du Réseau des URFIST

L’Association du Réseau des URFIST (Unités régionales de Formation à l’Information scientifique et technique) vous convie à la 4ème Journée nationale du Réseau des URFIST sur le thème « 30 ans de politiques d’Information scientifique 1982-2012 » le 26 novembre 2012.

 

Où en sommes-nous aujourd’hui de la politique nationale de l’IST ?

Sous le vocable d’Information Scientifique et Technique, on entend aussi bien les données de la recherche que l’infrastructure qui les supporte. Un regard rétrospectif sur l’histoire de l’information scientifique et technique depuis une cinquantaine d’années montre que celle-ci a toujours été au triple croisement de la science, de la technologie et du politique.

Introduction par Michel Roland, Président de l’Association du Réseau des URFIST, responsable de l’Urfist de Nice-PACA-Corse

Avec les interventions de :

Denis Varloot, ancien Directeur de la DBMIST au Ministère de l’Education nationale, fondateur des URFIST en 1982

Lydia Mérigot, anciennement responsable de la Formation à la DIST puis à la DBMIST

Rémi Barré, Professeur de Politique scientifique au CNAM, ancien directeur de l’OST

Ghislaine Chartron, Professeur titulaire de la chaire d’Ingénierie documentaire du CNAM, Directrice de l’INTD

Jean-Max Noyer, Enseignant-chercheur à l’Université de Nice Sophia Antipolis

Simon Hodson, Programme Manager au JISC (Royaume-Uni)

Marc Dupuis, e-Research programme manager, SURF Foundation (Pays-Bas)

 

Table ronde « Mutations de l’IST et conséquences sur la formation à l’information » avec :

Christine Berthaud, Directrice du CCSD-CNRS

Olivier Ertzscheid, Enseignant-chercheur à l’Université de Nantes

Odile Hologne, Directrice de l’unité Valorisation / Information Scientifique et Technique à l’INRA

Marie-Joëlle Ramage, Enseignant-chercheur, Chargée de mission TICE à l’Université Paris-Sud

Jean-Emile Tosello-Bancal, Directeur de la BIU Cujas, ancien Chef de Bureau à la SDBIS

 

Intervention conclusive de Michel Marian, Chef de la Mission de l’information scientifique et technique et du réseau documentaire (MISTRD) au Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche

 

Lundi 26 novembre 2012

 

UNIVERSITÉ DE PARIS-DIDEROT / Paris 7
Amphithéâtre BUFFON
15 rue Hélène Brion
75013 PARIS
Métro (ligne 14) ou RER C : station Bibliothèque François Mitterrand (sortie Avenue de France)
Bus 62, 64, 89, 325

 

Inscription gratuite mais obligatoire sous :

http://urfist.enc.sorbonne.fr/sygefor/journee/41

Manuel Durand-Barthez

Membre de l'URFIST de Paris. Formation SHS, professionnellement plutôt tourné vers les STM.

More Posts - Website

COGNITION, NUMÉRIQUE ET NOUVELLES LITTÉRATIES à lère de la mondialisation et du plurilinguisme

Colloque international, 27-28 mars 2012, Cité des Sciences et de l’Industrie, La Villette, Paris – Appel à communications

Le développement du numérique, la multiplication des échanges et la mondialisation modifient la façon de se représenter le monde, transforment l’organisation des sociétés et bouleversent la place et l’identité des individus. Les sociétés s’interrogent sur la conception de la formation qui devrait prendre en compte ces bouleversements. Dans ce contexte, l’une des exigences de base de l’école du futur est de préparer les élèves au travail en réseau et de les intégrer à la société numérique dans laquelle la connaissance constitue la ressource fondamentale pour le développement économique et social. Chacune des institutions scolaire et universitaire est contrainte d’adapter sa pédagogie et son enseignement. Les Technologies de l’Information et de la Communication et les outils numériques peuvent contribuer à transformer l’apprentissage et l’enseignement et à rendre le système capable d’évoluer et de répondre à ces défis.

Avec le développement de l’apprentissage en réseau et du co-apprentissage à distance, les caractéristiques culturelles et linguistiques des individus constituent des facteurs indispensables pour comprendre les processus mis en jeu lors des activités de (co)compréhension, de (co)écriture et de (co)construction des connaissances. Les recherches sur la construction des connaissances et la cognition de la littératie numérique doivent donc prendre en compte les contextes plurilingues et pluriculturels des apprenants, sous peine de s’enfermer dans des cadres théoriques éthnocentrés et inefficaces du point de vue de la littératie en contexte plurilingue. Enseigner aujourd’hui dans ce contexte de globalisation nécessite d’être capable de comprendre ces défis et de faire face aux bouleversements multiples qui touchent les individus et leur « identité plurielle ». Les TICE et l’apprentissage numérique en contexte plurilingue constituent un nouveau paradigme et un défi pour penser la société de demain et donc un enjeu essentiel pour la formation d’aujourd’hui.

Ce colloque a pour but de faire le point sur des recherches conduites d’une part dans le domaine de l’apprentissage des nouvelles littératies : lecture, compréhension, production d’écrits et construction des connaissances en Français Langue Maternelle (FLM), Langue Étrangère (FLE), Langue d’Enseignement (FLE) ou Seconde (FLS) et, d’autre part, sur les usages et les apports des outils numériques à l’apprentissage/enseignement. À cette fin, nous souhaitons des contributions qui permettent de mettre en synergie les chercheurs de différentes disciplines, sciences de la cognition, sciences du langage, sciences de l’information, sciences de l’éducation, didactique, informatique. Le but est de contribuer à construire en cohérence des réseaux de recherche interdisciplinaires travaillant sur les nouveaux paradigmes en émergence imposés par les contraintes de la mondialisation de la formation.

Deux axes sont privilégiés :

1. Littératie plurilingue : Lecture, compréhension, production de texte et construction de connaissances en FLM/FLE/FLS.

  • Quels sont les effets des contextes linguistiques et culturels sur les activités de compréhension et de production de textes ?
  • Quelles aides concevoir pour favoriser la mise en place et le développement des processus mis en œuvre dans la lecture, la compréhension, la production de texte et la construction de connaissances ?
  • Peut-on (et comment) utiliser les langues maternelles pour favoriser l’activation des connaissances lors de la mise en œuvre des processus intervenant dans les différentes activités langagières : lecture, compréhension, production de texte et construction de connaissances en langues étrangères ou secondes ?

2. Littératie numérique et multimodalité : Usages et apports des outils numériques à l’apprentissage

  • Quels sont les apports des outils numériques dans les activités d’apprentissage  ?
  • Quels bénéfices peut-on tirer de ces outils pour améliorer l’efficacité de l’apprentissage et de l’enseignement ?
  • Quel est l’impact des interactions à distance (e-feedback) sur l’apprentissage ?
  • Quel est le rôle des outils numériques dans l’étude on line des processus mis en œuvre dans les activités langagières ?

Cette rencontre, ouverte aux chercheurs, enseignants-chercheurs, post-doctorants, mais aussi aux doctorants et étudiants, comme aux formateurs et aux professionnels de l’enseignement, se déroulera sous forme de conférences avec intervenants invités, de communications orales et de présentation de posters.

PROPOSITIONS DE COMMUNICATION

Renvoyer au plus tard pour le 06 janvier 2012  à maria.vilette@u-pec.fr

INFOS RECHERCHE Actualités de la recherche – EDAF – http://opus.grenet.fr/dokeos/edaf

Maîtrise de l’information et e-learning au 78e congrès IFLA (appel à communications)

La section Information Literacy de l’IFLA et le Groupe d’intérêt spécifique E-learning viennent de lancer un appel à communications pour le prochain congrès de l’IFLA à Helsinki.

78e Congrès IFLA
Congrès mondial des bibliothèques et de l’information
11- 17 Août 2012, Helsinki, Finlande

Appel à communications

Maîtrise de l’information et e-learning: que peut-on dire des usages et des résultats ?

La section Maîtrise de l’information et le Groupe d’intérêt spécifique E-learning lancent un appel à communications pour le 78e Congrès de l’IFLA qui aura lieu à Helsinki du 11 au 17 août 2012.

Le thème de cette session sera : Maîtrise de l’information et e-learning : que peut-on dire des usages et des résultats ?

Durant ces dix dernières années, le rôle potentiel de l’e-learning est reconnu dans les formations à la maîtrise de l’information, et plus largement dans l’éducation à la culture informationnelle. La formation en ligne est souvent considérée comme un moyen efficace pour étendre la présence des bibliothèques et atteindre des publics nouveaux grâce à des services innovants.

Tandis que les technologies de l’apprentissage et de la formation se développent, les bibliothécaires doivent faire évoluer leur conception des formations à l’information, particulièrement en terme de didactique et de pratique des nouveaux outils et systèmes d’information, pour aider les apprenants à acquérir des connaissances sociales en utilisant l’information de manière critique.

Le programme de cette session souhaite mettre l’accent sur des approches pratiques et théoriques, par exemple :
– L’e-learning a-t-il démontré qu’il est un moyen efficace au service d’un apprentissage individualisé et durable dans le domaine de la maîtrise de l’information ?
– Est-ce que l’e-learning permet aux bibliothèques de toucher de nouvelles populations, et de fournir à leur public des services ou des types d’apprentissage innovants ?
– Tandis que les tutoriels sont surtout utilisés dans le contexte universitaire pour faire face à des effectifs massifs d’étudiants, quelles politiques sont mises en oeuvre dans les bibliothèques publiques pour encourager l’apprentissage tout-au-long de la vie ?
– Quels sont les avantages pour les formations à la maîtrise de l’information d’utiliser les environnements numériques de travail ou les plateformes de cours en ligne comme Moodle, Blackboard, WebCT dans un contexte pédagogique mixte ? Quels sont les bénéfices de l’apprentissage collaboratif, avec des outils comme les forums, les wikis, le chat ou la classe virtuelle ?
– Quels aspects de la maîtrise de l’information (par exemple l’apprentissage des savoir-faire, la formation à l’information scientifique…) sont particulièrement adaptés à l’enseignement en ligne ? Quels éléments de l’e-learning sont les plus intéressants pour l’acquisition des compétences informationnelles ?
– De nombreux tutoriels sont spécialisés dans la recherche d’information ou la citation des sources ; la formation en ligne peut-elle dépasser ces objectifs et élargir son champ d’application ?

Les propositions, rédigées en anglais, comprendront les indications suivantes :
– Titre et résumé de la communication en 500 mots environ
– Renseignements sur le ou les auteurs (nom, institution et fonction)
– Brève information biographique de 50 mots maximum

La date limite pour la soumission des propositions est le 5 févier 2012. Les envois postérieurs ne seront pas pris en compte.
Les propositions sont à envoyer par mail à infolitelearning@gmail.com en mentionnant comme objet « IFLA proposal ».
Les propositions retenues seront notifiées pour le 14 mars 2012.

Communications
Les auteurs sélectionnés devront présenter la version définitive de leur communication pour le 14 mai 2012. Le texte devra être en anglais, ou dans l’une des langues officielles de l’IFLA (allemand, anglais, arabe, chinois, espagnol, français, russe), accompagné d’une traduction en anglais. La langue utilisée pour la session sera l’anglais. Les orateurs disposeront de 15 minutes de présentation suivies d’un temps de débat modéré avec les participants.
Merci de bien noter que les orateurs sont responsables des frais liés à leur participation au congrès (frais de transport, de mission, inscription au congrès). Au moins un des auteurs ou un représentant devra être présent. Quelques associations nationales peuvent aider à la prise en charge de certaines dépenses, et un petit nombre de bourses sont proposées (www.ifla.org/III/members/grants.htm )

Pour tous renseignements complémentaires, merci de contacter agnes.colnot@univ-rennes1.fr ou g.hallam@qut.edu.au
Pour consulter le texte de l’appel en anglais, voir : http://conference.ifla.org/ifla78/calls-for-papers/information-literacy-meets-e-learning-lets-talk-aboutinterconnections-and-o
Les informations en français sur le congrès d’Helsinki (appels à communications, réunions satellites, etc) se trouvent sur le site : http://cfi.ifla.free.fr

Appel à contributions pour le 9ème Congrès de la FADBEN

La FADBEN (Fédération des Enseignants-Documentalistes de l’Education Nationale) organisera son 9ème congrès l’an prochain à Paris, les 22, 23 et 24 mars 2012, sur le thème « Objets documentaires numériques : nouvel enseignement ?« .

On sait l’importance de ce rendez-vous majeur pour les enseignants-documentalistes et, au-delà, pour tous les formateurs, chercheurs et enseignants-chercheurs, impliqués dans la formation à la culture de l’information. Pour la 9ème édition de son congrès, qui a lieu tous les trois ans, la FADBEN lance un appel à contributions, dont on trouvera le détail sur le site du congrès, organisé selon les règles en vigueur dans les colloques, avec  évaluation par un Comité scientifique.

Les propositions de communications devront se situer dans  l’un ou l’autre des trois axes de la thématique :

1- Nouveaux objets documentaires, nouveaux objets informationnels : comment la question technique permet-elle de penser la culture de l’information ?

2- Les nouveaux objets documentaires transforment-ils le rapport au savoir dans et hors l’école ?

3- La posture pédagogique du professeur documentaliste : permanence ou changement dans le contexte du numérique ?

Les propositions sont à envoyer pour le  18 septembre prochain.

Continuer la lecture

Alexandre Serres

Enseignant-chercheur, co-responsable de l'URFIST de Rennes

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter