Archives de catégorie : Réseaux sociaux

#DeleteAcademicSocialNetworks ? Les réseaux sociaux académiques en 2016

Affaire #DeleteAcademiaEdu, articles “Do academic social networks share academics’ interests ? (Times higher education du 07/04/2016) ou encore “The ResearchGate Score : a good example of a bad metric” (LSE blog du 09/12/2015)… Un peu perdus parmi tous ces articles, billets de blog et prises de positions dont les réseaux sociaux académiques ont fait l’objet ces derniers mois ? Petite synthèse 2016, après les billets « Pour une utilisation critique des réseaux sociaux académiques » (2014) et « Où en est-on des réseaux sociaux académiques ? » (2015), pour comprendre les débats qui ont fait la une récemment et s’interroger sur la place actuelle des réseaux sociaux au sein d’un écosystème scientifique en mouvement.

Continuer la lecture

Où en est-on des réseaux sociaux académiques ?

Alors que l’utilisation des réseaux sociaux de chercheurs est toujours croissante, que les éditeurs s’y intéressent de plus en plus près et que les formations se développent, il nous semblait intéressant de refaire un point sur la question, un peu plus d’un an après un premier article « Pour une utilisation critique des réseaux sociaux académiques ». Où l’on parlera de réseaux sociaux académiques bien sûr, mais aussi de pratiques d’information des chercheurs, de publication scientifique et de repositionnement des éditeurs, d’archives ouvertes ou encore des professionnels de l’information…

Continuer la lecture

Pour une utilisation critique des réseaux sociaux académiques

L’information n’a pas encore reçu beaucoup d’échos en France : et pourtant cela fait plusieurs mois maintenant qu’Elsevier demande régulièrement le retrait d’articles déposés par leurs auteurs sur le réseau social Academia. Si on le regarde sous l’angle de l’open access, cet exemple souligne incontestablement l’« injustice fondamentale de l’actuel écosystème de la communication académique » (John Dupuis). Mais il met également en lumière l’arrivée à maturité des réseaux sociaux académiques : à l’heure où Elsevier peine à se créer une place sur les outils 2.0 (échec de 2collab en 2011, rachat de Mendeley en 2013), il n’est pas étonnant que celui-ci attaque les nouveaux challengers qui se développent auprès des communautés académiques, après avoir laissé faire. Et ce n’est pas un hasard si Olivier Dumon, managing director chez Elsevier, vient de publier sur le Huffington Post un article intitulé « The Business of Science: Social Networking of Science » : ces challengers ne sont pas sans soulever, eux aussi, un certain nombre de questions.

Continuer la lecture

Informatique et scientométrie

La spécificité de la littérature scientifique dans le domaine de l’Informatique réside dans le type de support qui la sous-tend, c’est-à-dire principalement les proceedings. Les particularités propres aux communications touchent aussi bien le champ des pratiques ou de la culture informationnelles que celui de la cartographie scientométrique.

Le premier de ces deux domaines a été décrit de façon détaillée dans un article d’Andrea Kienle et Martin Wessner (université de Dortmund et fondation Fraunhofer à Darmstadt) intitulé Principles for Cultivating Scientific Communities of Practice. Ils analysent une communauté en particulier, la CSCL (Computer-Supported Collaborative Learning) sur la décennie 1995-2005. Ils passent au crible les listes de participants et d’intervenants aux colloques de la discipline. Ils modélisent la structure réticulaire de cette communauté en observant les associations de personnes, mouvantes au fil du temps, à travers le co-autorat, la co-citation, le partage des sources. Le workshop est un hub idéal, qui permet au réseau social de se cultiver tout en commettant des « items de travail » matérialisés par des documents publiés et susceptibles d’évaluation au sens académique du terme

La rotation géographique des conferences est observée, au même titre que leur périodicité. Les noms des organisateurs, le caractère composite de leur origine géographique, l’influence d’un noyau de personnalités marquantes susceptibles de mobiliser la communauté autour d’une thématique, font également partie des paramètres de cette modélisation.

Celle-ci définit enfin les caractéristiques d’un palier qui limite l’extension de la communauté et diminue son interactivité à un moment donné (suivant un phénomène d’érosion). Les signaux envoyés à cette étape limite déterminent la création ou la génération d’un nouveau réseau qui puisera dans le précédent les bases nécessaires à son épanouissement.

 

C’est à Trèves (Trier) que s’est développée la base DBLP (Digital Bibliography & Library Project) considérée par les informaticiens comme fondamentale au plan international pour la recherche documentaire dans ce champ disciplinaire. En parallèle, CiteSeerX permet d’effectuer de façon très fine des analyses bibliométriques assorties du fameux Triangle : références en fin d’article / références partagées par d’autres articles / co-citations ; et ce dans le domaine spécifiquement informatique. Le document d’analyse de la commission d’évaluation de l’INRIA de septembre 2007, souvent cité, intitulé Que mesurent les indicateurs bibliométriques ? prend appui sur ces deux outils. Ils servent aussi à étayer l’article de trois chercheurs de l’Université d’Aix-la-Chapelle (Aachen), qui a pour titre Development of Computer Science Disciplines – A Social Network Analysis Approach (Pham, Klamma, Jarke). À partir des données de colloques puisées dans les deux bases, les auteurs constituent deux réseaux : un knowledge network et un citation network. Le premier cartographie les conferences en fonction de leur thématique, en prenant les éléments précédemment décrits par Kienle et Wessner ; le second agit sur les citations, dans la perspective du triangle mentionné plus haut. Parallèlement, les venue proceedings de type ACM ou IEEE sont analysés. Ceux-ci, minoritaires, sont inclus dans des périodiques répertoriés par le JCR.

Ce qui frappe dans la visualisation des graphes afférant respectivement aux communications non répertoriées dans des publications en série (journals à proprement parler) et d’autre part à celles que recouvre ce second type de document, c’est que l’image du réseau résultant seulement des périodiques (The knowledge network using journals only) est éclaté, atomisé, peu structuré, ne permet pas la mise en valeur de thématiques clairement inscrites dans des flux relationnels intenses. L’autre graphique, en revanche (The combined knowledge network [giant component]) présente des caractéristiques inverses, illustrant bien la dynamique de ces hubs que constituent les colloques, sans que leur contenu soit fixé dans des périodiques homologués par ailleurs, notamment dans le JCR.

Le « réseau de connaissance », à travers des représentations successives, permet de voir l’émergence ou le déclin de sous-disciplines et des conglomérats de colloques typiques. Diamètre des nœuds et volume des traits de connexion (arêtes) varient au fil des années, voire des mois. Certes, ce genre d’observation s’applique à d’autres disciplines. Mais l’informatique l’illustre à un rythme très rapide avec une dynamique interrelationnelle particulièrement significative, du fait de la multiplicité, de l’hétérogénéité et de l’interopérabilité des composantes générées par les colloques. Leur structure extrêmement souple, leur organisation rapide, leur capacité d’accueil et leur ouverture, ajoutées à la brièveté des interventions, à leur relative spontanéité et aux facilités de communication entre acteurs, font des items de la « littérature informatique » un substrat très original par rapport à d’autres champs disciplinaires, qui se prêtent volontiers à des analyses de pratique informationnelle intéressantes. Activées par les réseaux sociaux scientifiques, l’interdisciplinarité ou la transversalité ne sont pas ici de vains mots.

Le « réseau de citations » est notamment mis en évidence à l’aide du PageRank permettant d’accroître la visibilité de groupes leaders qui en entraînent d’autres. On retrouve d’ailleurs cette conception à certains égards dans la mise en œuvre de l’Eigenfactor avec la traçabilité des citations.

Les paramètres de l’analyse du réseau se déclinent en quatre modalités selon Pham et al.: Density (M1), Clustering coefficient(M2), Maximum betweenness (M3), Largest connected component (M4). Autrement dit : la densité du graphe (proportionnelle au nombre d’arêtes et donc de liaisons entre les nœuds), le coefficient de regroupement (des nœuds), la centralité d’intermédiation optimale (qui, pour reprendre les termes de Sedki Allaoui, « reflète la capacité d’un chercheur à relier deux autres chercheurs provenant d’un même sous-réseau à travers le plus petit nombre d’intermédiaires »), enfin la notion de « plus grand graphe connecté » (aptitude d’un conglomérat de nœuds à inclure le plus grand nombre de connexions, et partant à s’imposer visuellement comme prépondérant).

Ces quatre modalités sont relativement classiques en matière d’analyse bibliométrique. Mais la production scientifique dans le domaine informatique offre cette caractéristique marquante de la différence entre une analyse effectuée directement à partir des items issus de ces colloques et leur fixation ou leur ancrage dans le cadre de périodiques prétendument reconnus (notamment par le JCR).

 

Sources : Andrea Kienle, Martin Wessner « Principles for Cultivating Scientific Communities of Practice » Communities and Technologies 2005  Proceedings of the Second Communities and Technologies Conference, Milano 2005. Ed. Peter Van Den Besselaar, G. De Michelis, J. Preece, C. Simone, pp 283-299. Dordrecht : Springer [e-books], 2005. Version O.A. http://www.socio-informatics.info/fileadmin/IISI/upload/C_T/2005/Paper15C_T2005.pdf

Manh Cuong Pham, Ralf Klamma, Matthias Jarke « Development of Computer Science Disciplines – A Social Network Analysis Approach » Social Network Analysis and Mining, November 2011, Volume 1, Issue 4, pp 321-340. Version O.A. http://arxiv.org/pdf/1103.1977

Sedki Allaoui Impact du financement sur la production scientifique des chercheurs à l’échelle des individus en nanotechnologie au Québec  École polytechnique de Montréal, 2011. http://publications.polymtl.ca/746/1/2011_SedkiAllaoui.pdf  Extrait cité p. 29 ; commenté dans: Catherine Beaudry, Sedki Allaoui « Impact of public and private research funding on scientific production: The case of nanotechnology » Research Policy, Volume 41, Issue 9, November 2012, pp 1589-1606

 

Manuel Durand-Barthez

Membre de l'URFIST de Paris. Formation SHS, professionnellement plutôt tourné vers les STM.

More Posts - Website

Un physicien au pays du réseautage social

La société savante américaine de physique (AIP) a lancé il y a quelques mois un service en ligne gratuit de « social networking » à l’image de nombreux sites du web 2.0.

UniPHY permet aux physiciens, ingénieurs et autres scientifiques de se connecter directement à leurs contacts professionnels, de recenser et découvrir les chercheurs ayant l’expertise nécessaire pour de futures collaborations.

Nous avons fait un billet récemment sur 4 services de « social bookmarking » (2Collab, Bibsonomy, CiteULike et Connotea) avec une conclusion assez mitigée.

Cependant UniPHY se différencie des autres sur de nombreux points qui le rendent assez attractif :

– Le public visé est celui des chercheurs en physique, public très actif sur le web. La communauté nombreuse de par le monde est habituée a collaborer numériquement (sans jamais parler de virtuel), à monter des expériences énormes, à partager des ressources informatiques. N’oublions pas que le web a été conçu il y a 20 ans au CERN justement pour faciliter la publication et l’échange en ligne.
– UniPHY n’attend pas la bonne volonté de ses utilisateurs pour  alimenter le site : il est pré-rempli avec les profils de centaines de milliers de scientifiques de plus de 100 pays, tous reliés entre eux grâce à leurs publications.
– Uniphy s’appuie sur la  base de données de publications SPIN (Searchable Physics Information Notices) analysée par Collexis, technologie propriétaire d’exploitation sémantique acheté par Elsevier.
Pas de folksonomie (indexation des documents par les utilisateurs eux-mêmes) non plus, c’est un bon vieux thésaurus qui est utilisé : la classification hiérarchique PACS (Physics and Astronomy Classification Scheme) développée par l’AIP et mise à jour tous les 2 ans. Le thésaurus garantit une bonne interprétation du vocabulaire.
– Il faut s’inscrire pour bénéficier de UniPHY mais il n’y a pas d’obstacle particulier (genre invitation) et ce service peut donc être utile aux services de veille.
– Une fois inscrit, chacun peut compléter son profil professionnel, mettre à jour et compléter sa liste de publications.
– Il faut ensuite constituer son groupe grâce au module de recherche de chercheurs par nom, mots-clés et lieu de travail.
– UniPHY permet de dépasser les communautés établie : les chercheurs travaillant sur les mêmes thématiques se connaissent grâce aux publications mais ont tendance à rester dans leur groupe. Or la science avance plus vite dans l’interdisciplinaire dans la mise en commun d’approches différentes.

Les résultats de l’exploration de UniPHY sont données sous forme graphique :

Réseau de recherche
Un auteur et ses collaborations

Collaboration géographique
Collaboration géographique

C’est donc un mélange de techniques anciennes et solides au service des évolutions du web et des pratiques.


– Que penser de 2Collab, Bibsonomy, CiteULike et Connotea par rapport à Zotero ? http://urfistinfo.hypotheses.org/1565
– Collexis http://www.collexis.com
– PACS http://www.aip.org/pacs/

Ressource pédagogique CiteUlike, Connotea, BibSonomy et 2collab

JPL

Réseaux sociaux, amitié et Bernard Stiegler

Un événement important à signaler :

la seconde édition des Entretiens du nouveau monde industriel
, organisés par Cap Digital, l’ENSCI-Les Ateliers (Ecole nationale supérieure de
création industrielle) et l’Institut de recherche et d’innovation
(IRI)/Centre Pompidou.   Le thème de cette année :
Cultures, politiques et ingénieries des réseaux sociaux.

Parmi les intervenants, Bernard Stiegler, très présent aujourd’hui sur ces questions.
On peut d’ores et déjà suivre les vidéos en direct, et lire un très bon compte rendu de l’intervention de Stiegler sur le blog InternetActuLive.
Extraits :   "Facebook et autres, sont des réseaux non-sociaux qui viennent suppléer
le manque de relation sociale, comme les jeux viennent suppléer le
manque de relations individuelles. Mais ils portent avec eux une bonne
nouvelle. Ils montrent que la jeunesse veut s’individuer, échanger, et
pas seulement consommer, comme le montre l’essor du P2P.  (…)   Oui, les réseaux
socio-technologiques ne suffisent pas à construire les groupes sociaux
: il faut réfléchir à l’agencement des réseaux socio-technologiques
avec les groupes sociaux.
"

AS

Expression visuelle

Pour faire simple, Mutabox est un site partage et montage vidéo en ligne. Vous pouvez mixer des séquences que vous avez "uploadées", ajouter du son, des commentaires… et rendre disponible votre montage. le site MUTABOX est le fruit d’un travail débuté dans le cadre d’un projet d’étudiants du Master « Création et Edition Numériques » de l’université de Paris 8… et défini par eux ainsi "MUTABOX permet de façon extrêmement simple la réinterprétation, la critique et le recyclage continu des images en ligne, dans un constant enrichissement sémantique basé sur la rencontre des subjectivités des Internautes « spectacteurs »".
GG
(via la liste Cytexte)

Visualisation collective

Un outil très innovant et
intéressant à signaler, à la fois réseau
social, outil de text mining et de visualisation de données :
il s’agit de Many
Eyes
, développé par IBM (eh oui, il n’y a pas que
les start-up du web 2.0 capables d’innovation et Big Blue peut encore
nous étonner !).

En simple consultation (choix :
Visualizations),
il donne à voir déjà d’innombrables
représentations de toutes sortes de données, sur tous
les sujets possibles : le nombre d’élus
aux Etats-Unis
, l’utilisation des chemins
de fer en Europe
, un graphique sur le nombre d’abonnés
au téléphone mobile
en Amérique du Sud, ou
l’analyse, sous forme de nuage de tags, du numéro
50-51
de la revue Esquisse sur la maîtrise de
l’information, réalisée par votre serviteur.
Donc une source très riche
d’informations et de visualisations de données.

En mode « actif »,
le principe est assez simple et les trois
étapes
sont bien décrites par le site : chargement
des données, choix de la visualisation, paramétrage de
la visualisation.
Petit récapitulatif :

  • il faut s’enregistrer chez
    IBM
    ;

  • une fois enregistré sur la
    plate-forme, il faut charger, par simple copier-coller, n’importe
    quel type de données : chiffres, textes, cartes… Choix
    Upload
    dataset
    (on peut copier-coller un texte comme un ensemble
    d’articles, ce que j’ai fait pour la revue Esquisse) ;

  • décrire les données
    et leur source ;

  • décider d’un mode de
    visualisation : pour les textes, deux possibilités seulement
    : le nuage de tags ou l’arborescence de mots (le « word
    tree ») ; voir l’exemple sur la culture
    informationnelle

  • En revanche, pour les données
    numériques, beaucoup de modes de visualisations possibles.

  • décider ensuite si on rend
    ses données publiques ou non : bouton Publish (mais sans
    Perish ;) )

Il y a beaucoup d’autres possibilités
mais je n’ai pas tout exploré…
Un petit regret : l’impossibilité
(à moins que j’ai mal cherché) de télécharger
ses données (ou celles des autres) et leur visualisation :
Many Eyes est vraiment un outil collaboratif en ligne et on ne peut
rien garder pour soi… ;)

En bref, Many Eyes est une « mine
visuelle », qui donne à voir la multiplicité
des  regards sur le monde, et à ce titre, il serait à
l’opposé du célèbre panoptique
de Bentham
(et analysé par Foucault).
Plus concrètement, il peut être
aussi un outil de recherche intéressant, donnant à voir
des « visualisations » inattendues sur des
corpus de textes et de données.

AS

Science Connection

Avec Post-Genomics (cf. Marlène et Olivier), Open Social Scholarship (cf. Michel) , il faut aussi regarder SciLink une sorte de FaceBook pour les chercheurs.
Vous pouvez dresser votre profile, créer votre groupe, ajouter vos refs, inviter des collègues à vous rejoindre, chercher des collègues parmi les inscrits, etc… pour finalement visualiser votre "collège invisible" et partager avec lui (groupe de discussion, suggestion d’article avec suivi par fil RSS, etc).

GG