Archives de catégorie : Non classé

Former à l’intégrité scientifique : retour d’expérience de l’Urfist de Bordeaux

Historique du projet

Dans le cadre de la mise en œuvre de l’arrêté du 25 mai 2016[1] fixant le cadre national de la formation et les modalités conduisant à la délivrance du diplôme national de doctorat, l’école doctorale Montaigne Humanités (Université Bordeaux Montaigne) a sollicité l’Urfist de Bordeaux pour concevoir une offre de formation dédiée à l’intégrité scientifique. En effet, l’article 3 de l’arrêté indique que les écoles doctorales doivent désormais veiller à ce que chaque doctorant « reçoive une formation à l’éthique et à l’intégrité de la recherche[2] ».

Si l’arrêté du 25 mai 2016 constitue le point de départ du projet, la lettre de mission émanant de Sandro Landi, directeur de l’école doctorale Montaigne Humanités, étend le public cible du dispositif aux enseignants-chercheurs, chercheurs et personnels d’appui à la recherche. Il s’agit d’appréhender l’intégrité scientifique comme un enjeu d’établissement. Michel Pernot, délégué à l’intégrité scientifique et Frédéric Boutoulle, vice-président recherche de l’Université Bordeaux Montaigne, ont également été partie prenante du projet.

Entre péchés capitaux de la recherche et petits arrangements du quotidien

Ainsi que le rappellent P. Corvol et R. Gicquel, « il faut bien distinguer l’intégrité scientifique, c’est-à-dire les règles qui gouvernent la pratique de la recherche, de l’éthique de la recherche qui aborde de façon plus large les grandes questions que posent les progrès de la science et leurs répercussions sociétales[3] ». On peut également citer la définition de la commission de réflexion sur l’éthique de la recherche en sciences et technologies du numérique de l’Alliance des sciences et technologies du numérique (Allistene) : « L’intégrité scientifique passe par les bonnes pratiques, les comportements à adopter dans la recherche et à promouvoir dans les laboratoires[4] ». En d’autres termes, l’intégrité scientifique se situe essentiellement sur le terrain de la praxis.

L’expression « intégrité scientifique » est spontanément associée à la lutte contre les péchés capitaux de la recherche que sont la fraude, la falsification et le plagiat[5]. Certes, ainsi que le soulignent M. Bergadaà[6], P. Corvol et R. Giquel, il s’avère difficile de mesurer précisément l’ampleur du phénomène et son évolution, faute d’accès à des données détaillées. R. Gicquel et P. Corvol évoquent entre autres raisons le fait qu’il existe « une régulation non explicite[7] » par la communauté scientifique. Mais lorsqu’elles deviennent publiques, les affaires de plagiat ou de conflits d’intérêt font l’objet d’une très forte médiatisation. On peut citer par exemple l’affaire des plagiats du physicien Etienne Klein relayée par de nombreux médias généralistes en avril 2017.

Les piliers de la méconduite scientifique (fraude, falsification, plagiat) focalisent l’attention, mais L. M. Bouter et ses co-auteurs alertent sur la nécessité d’élargir le périmètre de la prévention à ce qu’ils nomment les « everyday research dilemma[8] ». En effet, selon l’étude, les pratiques de recherche douteuses menacent tout autant la recherche et la confiance entre chercheurs que la tricherie caractérisée :

In short, research misconduct as well as sloppy science threaten the validity of scientific knowledge and may also inflict damage to the trust between scientists and, if revealed in the media, may also damage public confidence in science[9].

Comment définir ces pratiques douteuses à l’origine de ce que L. M. Bouter et ses co-auteurs nomment la « sloppy science [10]» ? Ces écarts peuvent être volontaires ou non. Il s’agit par exemple de se livrer à un état de l’art sélectif. On ne se situe pas au cœur de la fraude, mais dans une zone intermédiaire. Toutefois, par leur fréquence et la gravité de leurs impacts, les pratiques douteuses ne représenteraient-elles finalement pas le cœur du problème plutôt que sa périphérie, ainsi que le suggèrent L. M. Bouter et ses co-auteurs ?

Our ranking results seem to suggest that selective reporting, selective citing, and flaws in quality assurance and mentoring are the major evils of modern research[11].

Si une offre de formation à l’intégrité scientifique peut difficilement faire l’économie d’une sensibilisation à la lutte contre le plagiat, la fraude et la falsification, elle ne devrait pas s’y résumer.

Ancrer l’intégrité scientifique dans les pratiques quotidiennes

Plutôt que de faire de l’intégrité scientifique un sujet de formation en soi, le parti a été pris de décliner une série de 5 modules traitant de problématiques particulièrement sensibles dans le domaine des lettres, langues, sciences humaines et sociales :

– « Citer ses sources en lettres, langues, sciences humaines : de l’exploitation des sources à l’éthique de la citation ». Formateur : Pierre Gravier, conservateur des bibliothèques, direction de la documentation, Université de Bordeaux

– « Domestiquez vos données sources : organiser, fiabiliser et sécuriser ses données en SHS ». Formateur : Michel Jacobson, ingénieur en informatique spécialisé dans la gestion de corpus numériques et l’archivage numérique, Laboratoire ligérien de linguistiques (UMR LLL). Formation organisée en partenariat avec la délégation régionale du CNRS

– « Gérer des données sensibles et des données personnelles : enjeux juridiques pour le chercheur » Formatrice : Emilie Masson, juriste, service informatique et libertés du CNRS

– « La pratique du droit d’auteur pour le chercheur en LSH » Formatrice : Hélène Skrzypniak, enseignant-chercheur en droit de la propriété intellectuelle, Urfist de Bordeaux, Institut de recherche en droit des affaires et du patrimoine (Irdap)

 « De victime à auteur de plagiat : protéger son œuvre et ne pas franchir à son tour la ligne rouge » Formatrices : Sabrina Granger, conservateur des bibliothèques, Urfist de Bordeaux ; Hélène Skrzypniak, enseignant-chercheur en droit de la propriété intellectuelle, Urfist de Bordeaux, Irdap

Le choix des thématiques suit l’une des préconisations du rapport Corvol et Gicquel rappelant que « l’approche et la sensibilité sur les questions d’intégrité sont différentes selon les disciplines, même s’il existe une base commune d’éthique[12] ».

Le cycle s’achève sur un atelier intitulé « L’intégrité scientifique en action », animé par 3 intervenants aux profils complémentaires : Olivier Le Deuff, enseignant-chercheur en sciences de l’information et de la communication (IUT Bordeaux Montaigne ; unité de recherche « Médiations, Informations, Communication, Arts » Mica), Julien Baudry (conservateur des bibliothèques, service commun de la documentation, Bordeaux Montaigne) et Hélène Skrzypniak (enseignant-chercheur en droit de la propriété intellectuelle, Urfist de Bordeaux, Irdap). Les thèmes sont choisis par les inscrits. A la différence des formations, l’accent est essentiellement mis sur les échanges entre participants et animateurs : les participants deviennent co-responsables des contenus abordés. L’objectif est de permettre aux participants d’échanger sur leurs pratiques de manière plus informelle que dans le cadre d’une formation.

Ainsi que le souligne la présentation des formations conçues par l’Urfist pour l’école doctorale Montaigne Humanités, « l’objectif [des formations] est de mobiliser les doctorants par la pratique en leur démontrant que le respect de l’intégrité scientifique n’est pas une question exogène, mais qu’il s’inscrit dans leur quotidien et que des solutions concrètes peuvent être mises en œuvre[13] ». Tous types d’actions confondus, le cycle représente 48 heures de formation. Hormis l’atelier de clôture, chaque session dure entre 6 et 9h. Les modules sont indépendants les uns des autres afin de laisser toute latitude aux inscrits de construire leur parcours de formation personnalisé.

Adopter une approche non restrictive de l’intégrité scientifique

Le thème de l’intégrité scientifique est abordé à travers une pluralité de contextes. Il s’agit donc bel et bien de mettre l’accent sur les « everyday research dilemma » analysés par L. M. Bouter et ses co-auteurs. Les questions juridiques constituent un élément incontournable du cycle de formation. Toutefois, tout comme elle ne se réduit pas à la lutte contre le plagiat, l’intégrité scientifique excède également le seul périmètre juridique. Le souhait de l’école doctorale Montaigne Humanités était en effet d’adopter l’approche la moins restrictive possible.

C’est pourquoi une attention particulière a été portée d’une part à la traçabilité des sources et aux bonnes pratiques de citation. Il s’agit de donner aux participants des clés pour citer correctement une référence et ne pas devenir plagiaire malgré eux. Les formations traitent également des zones grises de la citation (citations de complaisance, citations de seconde main, auto-plagiat) ainsi que leurs conséquences sur la qualité des travaux scientifiques.

D’autre part, la gestion et de la fiabilisation des données sources constituent également des thèmes étroitement articulés à celui de l’intégrité scientifique : comment mettre à disposition de ses pairs des données à des fins de partage, ou de validation si ces informations ne sont ni correctement structurées, ni référencées de manière satisfaisante ? L’objectif de cette formation animée par un spécialiste de la gestion de corpus numériques est de sensibiliser des non informaticiens aux prérequis pour une science plus ouverte et plus transparente. Ainsi, les thématiques des données de la recherche et de l’open science résident au cœur de l’offre de formation à l’intégrité scientifique.

En guise de bilan d’étape

Les plus : des contenus répondant à des besoins avérés. Les questionnaires de satisfaction complétés par les participants à l’issue de chaque formation font état d’un niveau de satisfaction élevé. Le format d’une journée ou d’une journée et demie n’a pas été jugé trop long par les participants, dans la mesure où l’accent était mis sur la pratique dans les stages organisés sous forme de TD.

Si le cycle de formations a pour objet l’intégrité scientifique plus que l’éthique, les questionnaires d’évaluation ainsi que les retours directs des participants mettent en lumière le fait que les formations représentent autant d’occasion d’adopter un regard plus réflexif sur leurs pratiques et leur rapport à l’activité même de recherche. Ainsi, la consolidation ou l’acquisition de méthodes ouvre des questionnements de nature épistémologique. Dans le cadre de la formation sur le plagiat, la séquence dédiée à la paraphrase et aux pratiques douteuses de citation donne par exemple lieu à des échanges nourris entre participants, allant bien au-delà des seules questions formelles.

Les marges de progression : un hiatus entre besoins et attentes. Les questionnaires d’évaluation témoignent d’une prise de conscience de l’étendue des besoins réels à l’occasion de la formation. Le travail sur la médiatisation de ces formations à l’intégrité scientifique constitue un enjeu majeur pour la prochaine édition du cycle.

Sources

« Arrêté du 25 mai 2016 fixant le cadre national de la formation et les modalités conduisant à la délivrance du diplôme national de doctorat »

BERGADAÀ, Michelle, Le Plagiat académique : comprendre pour agir, Paris, L’Harmattan, 2015, 228 p.

BOUTER, Lex M., TIJDINK, Joeri, AXELSEN, Nils[et al.], « Ranking major and minor research misbehaviors: results from a survey among participants of four World Conferences on Research Integrity », Research Integrity and Peer Review, vol. 1, 2016, p. 17.

COMMISSION DE RÉFLEXION SUR L’ÉTHIQUE DE LA RECHERCHE EN SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU NUMÉRIQUE D’ALLISTENE, « Proposition de formation doctorale : initiation à l’éthique de la recherche scientifique », 2016.

CORVOL, Pierre et GICQUEL, Rémy, « Bilan et propositions de mise en oeuvre de la charte nationale d’intégrité scientifique », 2016.

SMALDINO, Paul E. et MCELREATH, Richard, « The Natural Selection of Bad Science », arXiv:1605.09511 [physics, stat], mai 2016, [En ligne : http://arxiv.org/abs/1605.09511].

UNIVERSITÉ BORDEAUX MONTAIGNE, « Formation à l’éthique de la recherche et à l’intégrité scientifique – Université Bordeaux Montaigne », [En ligne : http://www.u-bordeaux-montaigne.fr/fr/ecole-doctorale/diplomes-et-formations/formations-proposees-par-l-ed/integrite-scientifique.html]. Consulté le22 juin 2017.

Descriptifs détaillés des formations

Intitulé Objectifs Publics cibles
« Citer ses sources en lettres, langues, sciences humaines : de l’exploitation des sources à l’éthique de la citation » Appliquer correctement des normes de citations, connaître les usages en termes d’abréviations et de locutions latines

Identifier les pratiques de citation potentiellement problématiques pour ne pas devenir plagiaire malgré soi

 

En complément : « Publication scientifique, communication », in Pratiquer une recherche intègre et responsable. Un guide, CNRS, CPU, mars 2017

Doctorants
« De victime à auteur de plagiat : protéger son œuvre et ne pas franchir à son tour la ligne rouge » Identifier les pratiques douteuses de citation

Rappel des bonnes pratiques : citations directes, paraphraser dans le respect du droit d’auteur, définir un auteur

Caractériser le plagiat d’un point de vue juridique

Comprendre le plagiat comme système d’écriture : jeu de rôle plagiaire et détracteur de plagiat. Les participants sont répartis en 2 groupes. Ils sont amenés à tour de rôle à produire un plagiat à partir d’une sélection de sources et de consignes d’écriture. Cette fabrique du plagiat est documentée via un journal de bord du plagiaire. Puis, dans un second temps, les groupes échangent leurs productions et doivent détecter les distorsions apportées aux sources. La restitution permet de faire dialoguer détracteurs de plagiat et plagiaires sur les techniques utilisées, les éléments identifiés ou non.

Doctorants
« Domestiquez vos données sources : organiser, fiabiliser et sécuriser ses données en SHS » Mettre en œuvre une méthodologie de gestion de ses données sources

Identifier les cas critiques et sécuriser ses données

Tous publics enseignement et recherche
« La pratique du droit d’auteur pour le chercheur en lettres, langues, sciences humaines et sociales » Connaître les droits et les devoirs des chercheurs Tous publics enseignement et recherche
« Gérer des données sensibles et des données personnelles : enjeux juridiques pour le chercheur » Identifier les données appelant un traitement spécifique : qu’est-ce qu’une donnée personnelle, une donnée sensible ?

Identifier les enjeux juridiques liés à la collecte de données sensibles

Acquérir une méthode pour gérer les questions d’anonymat, de diffusion.

Tous publics enseignement et recherche
« Ateliers « L’intégrité scientifique en action » Identifier les mécanismes qui conduisent à la fraude pour s’en prémunir : ex. crise de l’édition et de ses modèles économiques ; dangers et dérives d’une évaluation centrée sur des indicateurs inadaptés, les conflits d’intérêts, etc.

Comprendre le processus de recherche et positionner sa démarche dans un environnement scientifique

Tous publics enseignement et recherche

[1] « Arrêté du 25 mai 2016 fixant le cadre national de la formation et les modalités conduisant à la délivrance du diplôme national de doctorat ».

[2] Ibidem.

[3] Pierre Corvol et Rémy Gicquel, « Bilan et propositions de mise en œuvre de la charte nationale d’intégrité scientifique », 2016, p. 24.

[4] Commission de réflexion sur l’éthique de la recherche en sciences et technologies du Numérique d’Allistene, « Proposition de formation doctorale : initiation à l’éthique de la recherche scientifique », 2016, p. 9.

[5] « Most researchers, when asked to give examples of breaches of research integrity will mention fabrication, falsification, and plagiarism, whereas only few can mention more than some [questionable research practices] items. », in Lex M. Bouter, Joeri Tijdink, Nils Axelsen[et al.], « Ranking major and minor research misbehaviors: results from a survey among participants of four World Conferences on Research Integrity », Research Integrity and Peer Review, vol. 1, 2016, p. 17, p. 2.

[6] Michelle Bergadaà, Le Plagiat académique: comprendre pour agir, Paris, L’Harmattan, 2015, 228 p.

[7] Pierre Corvol et Rémy Gicquel, op. cit., p. 35.

[8] Lex M. Bouter[et al.], op. cit., p. 7.

[9] Ibidem, p. 2.

[10] Sur le thème de la crise de la qualité de la recherche, cf. Paul E. Smaldino et Richard McElreath, « The Natural Selection of Bad Science », arXiv:1605.09511 [physics, stat], mai 2016.

[11] Lex M. Bouter[et al.], op. cit., p. 7.

[12] Pierre Corvol et Rémy Gicquel, op. cit., p. 38.

[13] Université Bordeaux Montaigne, « Formation à l’éthique de la recherche et à l’intégrité scientifique – Université Bordeaux Montaigne », [En ligne : http://www.u-bordeaux-montaigne.fr/fr/ecole-doctorale/diplomes-et-formations/formations-proposees-par-l-ed/integrite-scientifique.html]. Consulté le22 juin 2017.

H2020: mise à jours des tutoriels de l’Inist-CNRS – DoRANum

« L’Inist-CNRS met à jour ses tutoriels Le libre accès aux résultats de la recherche dans le cadre d’Horizon 2020 afin de tenir compte des modifications des recommandations de la Commission européenne énoncées dans les deux nouveaux guides H2020 … »

Source : H2020: mise à jours des tutoriels de l’Inist-CNRS – DoRANum

DataCite: une communication de L’Inist-CNRS

Membre du consortium international DataCite, l’Inist-CNRS est agence d’attribution de l’identifiant DOI en France.

Elément majeur d’une bonne pratique dans le mouvement de l’Open Science, les identifiants pérennes jouent un rôle clé en facilitant la découverte et l’accès à long terme aux objets scientifiques issus de la recherche. Ils permettent ainsi d’identifier, référencer, partager et citer les données afin d’accroître leur visibilité.

Le DOI (Digital Object Identifier) en est un exemple. Il peut être attribué aux résultats de la recherche (données, images, vidéos…).

Une équipe dédiée au sein de l’Inist-CNRS se tient à votre disposition pour vous conseiller au plus près de vos recherches dans l’attribution de DOI à vos données (fourniture des préfixes DOI, assistance à la création et la conversion de métadonnées…). Elle vous accompagne également dans l’utilisation des différents services proposés par DataCite.

Contact : datasets@inist.fr
Tel : 03 83 50 46 70

#DeleteAcademicSocialNetworks ? Les réseaux sociaux académiques en 2016

Affaire #DeleteAcademiaEdu, articles “Do academic social networks share academics’ interests ? (Times higher education du 07/04/2016) ou encore “The ResearchGate Score : a good example of a bad metric” (LSE blog du 09/12/2015)… Un peu perdus parmi tous ces articles, billets de blog et prises de positions dont les réseaux sociaux académiques ont fait l’objet ces derniers mois ? Petite synthèse 2016, après les billets « Pour une utilisation critique des réseaux sociaux académiques » (2014) et « Où en est-on des réseaux sociaux académiques ? » (2015), pour comprendre les débats qui ont fait la une récemment et s’interroger sur la place actuelle des réseaux sociaux au sein d’un écosystème scientifique en mouvement.

Continuer la lecture

Partage des données de la recherche : quels impacts ? Modèles scientifiques, évaluation, services, compétences… (JNE des URFIST, 29 septembre 2016)

Les URFIST (Unités Régionales de Formation à l’Information Scientifique et Technique) organisent régulièrement depuis 2002 une « journée nationale d’étude » (JNE). En 2014, le thème d’étude retenu concernait les différentes formes de publication de la recherche et les modes de légitimation ou d’évaluation associés.
L’objectif de l’édition 2016, qui se tiendra à Paris, s’inscrit dans la continuité de la précédente : les données de la recherche (DR) constituent en effet une modalité relativement nouvelle de la publication des travaux, mais également de publicisation des données qui en sont le fondement. Ces data sous-jacentes sont aussi concernées par le phénomène de l’Open Access dans la mesure où leurs conditions d’accessibilité et de réutilisation, permettent à la connaissance d’avancer, et à l’innovation d’émerger.
Nombreuses sont déjà les contributions qui ont souligné leur masse pléthorique, leur hétérogénéité constitutive, les méthodes d’extraction et de sélection dont elles sont l’objet, ou encore les gains de temps et de moyens que peut procurer leur réutilisation, à des fins de recherche, dans le cadre de nouveaux axes de travail ou de nouveaux projets. Il s’agira ici d’examiner plusieurs catégories de thématiques associées à cette mutation profonde des pratiques informationnelles de recherche. De fait, ce nouveau facteur de production scientifique peut exercer sur les modalités d’investigation et leur impact sociétal une influence dont la portée n’est pas anodine, à la fois en termes de déontologie, d’épistémologie et d’évaluation de la recherche.
Un premier volet de la réflexion aura pour tâche de définir, circonscrire et contextualiser le concept de Données. On examinera en introduction le paysage (inter)national actuel des DR en identifiant leurs acteurs et leur périmètre. Puis on abordera les questionnements épistémologiques soulevés par leur importance croissantes, en tant qu’éléments constitutifs, distincts et identifiés comme tels de la recherche. La dimension importante du cadre juridique de leur potentielle confidentialité et les implications éthiques de la réutilisation des DR dans certains domaines, seront explicitées.
Un second volet fera état des modalités pratiques, tant de la production que de l’exploitation des données : des réalisations européennes seront présentées (en cours notamment au Pays-Bas) suivies d’autres retours d’expérience. Certains contextes très spécifiques, comme celui des thèses, qui constituent un vivier de données trop souvent méconnu, méritent de ce fait même une attention toute particulière. Enfin, on mettra l’accent sur le dialogue entre chercheurs et professionnels de l’information. Ceux-ci sont en effet à même de proposer des services, tant au sein des organismes de recherche et des laboratoires que dans le cadre des bibliothèques ou d’institutions nationales ayant en charge l’Information Scientifique et Technique (IST). La formation dans ce domaine et les « services d’accompagnement des chercheurs » représentent un dispositif stratégique essentiel.
Nous conclurons cette journée par une approche pragmatique, en évoquant une étape désormais quasi indispensable au montage d’un projet de recherche d’envergure internationale : le Data Management Plan (DMP), ou « plan de gestion des données » (PGD), qui porte au premier plan la nécessité d’une réflexion approfondie sur les tenants et aboutissants de ce nouveau paradigme, réflexion à laquelle cette 6e Journée nationale d’étude du Réseau des URFIST voudrait contribuer utilement.

La JNE se déroulera dans l’amphi Abbé Grégoire du CNAM (Conservatoire national des arts et métiers), 292 rue Saint-Martin, 75003 PARIS, accès 10 et 16. Métro Réaumur-Sébastopol

Programme :

9h00-9h30 : Café d’accueil

9h30-10h00 : Ouverture et présentation de la journée

  • 10h00-10h40 : Francis André (DIST, CNRS) : « Le paysage des Données de Recherche. Définition, périmètre, acteurs, politique des DR en Europe et en France »
  • 10h40-11h20 : Dominique Boullier (EPFL) : « Big Data, une autre époque de quantification, un défi pour les sciences sociales »
  • 11h20-12h30 : Table ronde sur les enjeux éthiques et sociétaux liés aux données de la recherche, avec :
  • Serge Abiteboul (Collège de France)
  • Danièle Bourcier (CNRS COMETS)
  • Dominique Cardon (EHESS)
  • Christine Gaspin (MIAT, INRA)
  • Christian Hervé Directeur du Laboratoire d’Éthique Médicale et de Médecine Légale (Faculté de Médecine de Paris)

12h30-14h00 : Pause méridienne

  • 14h00-14h40 : Peter Doorn  (Directeur du DANS Data Archiving and Networked Services – La Haye)  « L’archivage et la gestion des entrepôts de Données aux Pays-Bas »
  • 14h40-15h20 : Joachim Schöpfel (Université de Lille 3 – ANRT) et Isabelle Westeel (SCD Lille 3 SHS) : « Les données de la recherche dans les thèses de doctorat »
  • 15h20-16h45 : Table ronde sur les services, les compétences et les formations, animée par Paolo Lai (INIST), avec :
  • Martina Knoop Institut national de Physique CNRS, chargée des relations avec les chercheurs pour l’IST
  • Émeline Juillard, documentaliste beQuali, Centre de Données Socio-Politiques (Sciences Po – CNRS)
  • Stéphane Pouyllau, ingénieur HumaNum
  • Aurore Cartier, Service Commun de la Documentation, Université Paris Descartes

16h45-17h00 : Clôture de la Journée d’étude

Pour plus d’informations rendez-vous sur : https://urfistjne2016.wordpress.com/

Contact : urfistjne – at – gmail.com et @Urfistjne

Inscription gratuite, mais obligatoire, sur Sygefor

« Participer à l’organisation du management des données de la recherche : gestion de contenu et documentation des données » : une Formation complète

Communiqué RENATIS en coopération avec le Réseau national des Urfist

Action Nationale de Formation

« Participer à l’organisation du management des données de la recherche : gestion de contenu et documentation des données »

Cette ANF organisée par le réseau Renatis en collaboration avec la DIST-CNRS, l’INIST-CNRS, l’URFIST, le RIATE et IRSTEA se tiendra du 6 au 8 juillet 2016 à Paris dans les locaux de l’Université Paris Diderot.
Elle s’inscrit dans la continuité des Frédocs 2013 dédiés à la « gestion et valorisation des données de la recherche » et en complément de celle proposée par le réseau RBDD en 2015 « conduire et construire un plan de gestion de donnée : de la base de donnée à la pérennisation« .

Au niveau international de plus en plus de financeurs institutionnels publics de la recherche font référence ou conditionnent leurs financements au partage des données et des résultats scientifiques dans le cadre du mouvement de l’Open Science. Dans ce contexte les chercheurs sont fortement incités à réaliser des plans de gestion de données, requis de plus en plus comme un des critères essentiels dans les réponses aux appels d’offre et et exigé comme un livrable à part entière pour les projets réalisés dans le cadre du programme européen Horizon 2020. Pour accompagner ce mouvement de fond qui se développe considérablement depuis quelques années et répondre aux besoins des chercheurs, les professionnels de l’IST doivent être en capacité de réagir.

Les professionnels de l’IST, aux côtés des chercheurs ont un rôle clé à jouer dans la réponse à des appels à projet et dans la gestion de contenu propre aux données de la recherche. La formation qui vous est proposée a pour objectif de fournir des éléments pédagogiques aux professionnels de l’IST afin de sensibiliser les chercheurs à la gestion des données et à leur cycle de vie. L’objectif principal est d’apporter les outils nécessaires à l’accompagnement du chercheur dans la construction d’un plan de gestion des données ou Data Management Plan (DMP).

Les grands axes du programme sont les suivants :
Axe 1 : Comprendre les enjeux et attendus d’un plan de gestion des données et en définir les finalités dans le cadre du contexte réglementaire H2020 et international
Axe 2 : Identifier les acteurs, les données, les moyens à court, moyen ou long terme à mettre en œuvre avec les chercheurs. Planifier la gestion des données.
Axe 3 : Mettre en œuvre le plan de gestion des données en fonction de leur cycle de vie.
Axe 4 : Création d’un plan de gestion de données – Mise en pratique à partir d’un ou plusieurs cas concrets

Le programme s’organisera en 3 grandes parties : Une première partie qui introduira la problématique et posera un socle commun de connaissances formalisé au travers de réponses à un quiz, des interventions théoriques ensuite portant plus spécifiquement sur certains sujets (aspects juridiques, standards et métadonnées, partage et archivage des données …) et pour finir des ateliers pratiques qui permettrons aux participants de s’initier à la pratique du DMP.

Pour vous inscrire, nous vous invitons à remplir et renvoyer le formulaire ci-dessous avant le 9 mai 2016.

http://www.dr4.cnrs.fr/bfp/index.htm

Les modalités d’inscription et de participation sont précisées dans le formulaire.

Manuel Durand-Barthez

Membre de l'URFIST de Paris. Formation SHS, professionnellement plutôt tourné vers les STM.

More Posts - Website

Journée d’étude « Dialoguer, collaborer, coproduire : les relations enseignants-chercheurs/professionnels de l’information aujourd’hui », Toulouse, 07/06/2016

Médiad’Oc, l’Observatoire Midi-Pyrénées et l’URFIST de Toulouse organisent le 7 juin prochain une journée d’étude consacrée aux relations enseignants-chercheurs/professionnels de l’information.

Dans un contexte de recomposition du paysage universitaire et informationnel, les pratiques d’enseignement et de recherche connaissent des mutations majeures. Cette journée vise à interroger leurs répercussions sur les relations entre chercheurs/enseignants-chercheurs et professionnels de l’information : représentations mutuelles, collaborations engagées, perspectives d’avenir. Elle sera ainsi l’occasion pour chacun des intervenants d’exposer ses perceptions et expériences à travers des interventions thématiques, qui viendront nourrir le débat ouvert par la table-ronde finale.

Cette manifestation se tiendra à la Maison de la Recherche et de la Valorisation, sur le campus de Rangueil. Le programme complet sera diffusé très prochainement.

L’inscription, gratuite mais obligatoire, s’effectue sur Sygefor (n’oubliez pas de finaliser votre inscription à la journée d’étude elle-même après la création de votre espace personnel sur Sygefor s’il s’agit de votre première inscription à une manifestation organisée par l’URFIST).

En espérant avoir l’occasion de vous rencontrer lors de cette journée, nous restons à votre disposition pour tout renseignement complémentaire à l’adresse suivante : mediadoc-contact@univ-toulouse.fr

Regard(s) sur les logiciels bibliographiques, au carrefour des usages et des innovations, journée d’études

Comment comprendre les évolutions que connaissent actuellement les logiciels de références bibliographiques et anticiper les changements ? Cette question sera au cœur des débats de la journée d’étude organisée le 17 novembre par l’Urfist de Lyon.

La famille des logiciels de gestion de références bibliographiques a connu des transformations conséquentes depuis l’arrivée des tous premiers outils dans le courant des années 80 (1).

D’une part elle s’est considérablement agrandie en intégrant de nouveaux venus, pour certains fort prometteurs (2), et ce alors même qu’elle voyait d’autres produits disparaitre (3) et notamment péricliter le plus ancien d’entre eux (4).

Remarquons d’autre part que ceux qui ont tenu jusqu’alors le leadership ont su faire évoluer leurs fonctionnalités en combinant besoins des utilisateurs et avancées technologiques. Amélioration des fonctions de gestion de la base de données, adaptation de la collecte des références aux évolutions des réservoirs bibliographiques ou encore enrichissement de l’export et de l’édition selon des standards de présentation plus en plus nombreux sont autant de progrès qui ont installé graduellement ces outils sur le bureau du chercheur. Si ils semblent approcher de la maturité, ont-ils atteint pour autant un point de stabilité ?

Il semblerait qu’une nouvelle étape ait été franchie avec le développement des fonctionnalités collaboratives (5). En effet, de nouveaux enjeux, plus sensibles, émergent maintenant en lien avec les usages sociaux et l’essor des modèles alternatifs de l’évaluation de l’activité scientifique ; et les outils bibliographiques pourraient y trouver un rôle à jouer. Ce nouvel usage place, de fait, certains logiciels de référence au sein de l’écosystème de la communication scientifique, notamment lorsqu’ils portent les mesures « altimétriques » (6). Aussi les attentes se manifestent-elles différemment et sur plusieurs plans.

Du côté des acteurs, alors que la pression monte autour de l’accès à la publication scientifique (7) et que les utilisations de la citation connaissent quelques dérives, plusieurs questions se posent ; elles concernent tout autant la communauté scientifique que les fournisseurs d’accès qui voient leurs prérogatives bousculées (8). Quels seraient les ajustements à venir de ce côté ? Le lien entre la référence et la publication est il appelé à évoluer ?

– Les aspects techniques restent importants ; on pense par exemple à la question des formats et à leur interopérabilité, qui pose toujours quelques difficultés au néophyte. Mais les besoins s’orientent désormais vers des aspects plus larges : aujourd’hui le chercheur aspire à traiter globalement les publications comme l’ensemble des éléments d’information qui constituent son matériau de travail. Ainsi, il pourrait espérer analyser son corpus et vouloir soumettre ses lots de référence aux traitements qu’il applique par ailleurs aux données, comme par exemple chercher à représenter les relations entre les références afin de visualiser des réseaux d’influences ou des réseaux de collaborations complexes (9).

Ainsi, les logiciels bibliographiques semblent attendus maintenant par les utilisateurs pour leur capacité à s’interfacer avec l’écosystème du chercheur voire plus largement avec celui des acteurs de l’IST. En élargissant ainsi les usages, certains développements ont permis aux « reference managers » de passer d’un simple statut de logiciel personnel à celui d’un outil intégré au sein d’une plateforme, comme celles des producteurs de données par exemple (10).

Ce changement de perspective change assurément la donne. La variété des pratiques qui semble se révéler à la lecture des enquêtes, montre certainement l’évolutivité de ces outils ; mais elle illustre assurément l’adaptabilité des utilisateurs et la diversité de leurs besoins ; et ce dans un environnement qui est encore en évolution.  Elle pointe au final une difficulté pour le formateur ou le prescripteur qui devra embrasser la multiplicité des usages alors même que les outils numériques mis à la disposition des chercheurs évoluent et que les besoins en formation gagnent en complexité.

Comment, dans ce cas, comprendre et anticiper les évolutions émergentes ? Choisir un  outil adapté ? Conseiller les chercheurs et les accompagner dans leur apprentissage ? Autant de questions qui devraient être au cœur des débats de la journée d’étude organisée le 17 novembre .

 

Informations pratiques

Regard(s) sur les logiciels bibliographiques, au carrefour des usages et des innovations, journée d’études organisée par l’Urfist de Lyon
Date : lundi 17 novembre 2014
Lieu : Domaine de la Doua, Université Claude Bernard, Lyon – Villeurbanne
Programme et Inscriptions : http://lgrb-urfist2014.sciencesconf.org
Contacts : claire.denecker@univ-lyon1.fr et frederique.cohen-adad@univ-lyon1.fr

 

————————————–

[1] ProCite et Sci-Mate apparus en 1983, suivis de Reference Manager en 1984 et EndNote en 1988
[2] On pense par exemple à Mendeley qui, en l’espace de quelques années, s’est imposé comme un acteur majeur
[3] 2Collab ou Connotea par exemple ont disparu … ont disparu respectivement en 2011 et 2013
[4] Reference Manager n’est plus maintenu depuis 2010
[5] Notamment avec l’arrivée des premiers logiciels offrant un espace gratuit de stockage et de partage sur serveur, Zotero étant l’un des précurseurs les plus connus
[6] Ainsi Mendeley et CiteULike occupent-ils une place importante parmi les critères retenus dans les mesures « Altmetrics »
[7] on prendra pour exemple anecdotique la récente stratégie de valorisation adoptée par l’IPAG http://www.letudiant.fr/educpros/enquetes/ipag-les-secrets-d-une-progression-fulgurante-en-recherche.html
[8] Comment, par exemple, l’intégration de Mendeley dans l’univers d’Elsevier va t-elle se réaliser ?
[9] Ce que propose par ex Qiqqa, lancé en avril 2010
[10] Là encore, on pense à Mendeley avec Scopus (Elsevier) mais également à EndNote avec le Web of Knowledge (Thomson Reuters) ou Flow (successeur de RefWorks) pour Proquest

JNE 2014 – Nouveau Programme. Nouvelles formes de communication et d’évaluation scientifiques : perspectives et légitimités

Le 4 juin dernier nous vous annoncions la journée nationale d’étude des Urfist  (JNE 2014) qui se déroulera le 25 septembre à l’Université de Nice Sophia Antipolis. Le programme a été modifié (voir ci-dessous)

Pour plus d’information vous pourrez consulter le site  http://urfistjne2014.wordpress.com/ et n’hésitez pas à vous inscrire.
L’inscription est gratuite mais obligatoire : http://urfistjne2014.wordpress.com/inscription/

Capture d’écran 2014-09-04 à 16.55.36

 —— Programme —–
Ouverture – 9h
Sylvie Mellet, Vice-présidente de la Commission Recherche de l’Université de Nice Sophia Antipolis

Matin : Moyens de publication académiques et nouveaux moyens d’expression – 9h30-12H30

  •  Perspectives de l’évaluation ouverte dessinée par la voie verte de l’Open Access, quelle réflexion portée par OpenEdition@Inria ? : Alain Monteil, Responsable documentation INRIA, Sophia Antipolis
  •  Carnets et blogs de recherche en SHS : Pierre Mounier, directeur adjoint du Centre pour l’édition électronique ouverte (Cléo)
  •   Regard d’un bloggeur en STM : David Monniaux, DR CNRS et bloggeur
  •   Les communs : Philippe Aigrain, directeur, Sopinspace, Société pour les espaces publics d’information et co-fondateur, La Quadrature du Net

Pause Déjeuner – Buffet

Après-midi : Légitimité, réputation, évaluation – 14h-17h

  •  Publish AND perish en 2014 : Yves Gingras, Pr d’histoire et de sociologie à l’Université du Québec
  • Committee on Data for Science and Technology : Simon Hodson, Executive Director, CODATA.
  • Altmetrics : Rodrigo Costas Comesaña, chercheur , CWTS,  Université de Leiden
  •  Faculty of 1000 : Eva Amsen, OutreachDirector, F1000Research

Bilan: 17-17h15

Nouvelles formes de communication et d’évaluation scientifiques : perspectives et légitimités

Les Urfist organisent régulièrement depuis 2002 une « journée nationale d’étude » (JNE). Pour cette 5ieme édition le thème d’étude retenu focalise sur les différentes formes de publication de la recherche et les modes de légitimation ou d’évaluation associés.

L’objectif de cette journée, qui se déroulera le 25 septembre 2014 à Nice, est de revenir sur les frontières entre publications dites légitimes ou non-légitimes, les nouveaux moyens d’expression et d’engagement des chercheurs et la prise en compte de ces modes de publications dans l’évaluation de la recherche. Pour ce faire, nous revisiterons des réalisations, des expérimentations ou des analyses de terrains sur les épi-revues, l’open peer review commentary, les carnets de recherche en SHS ou STM, la médiation scientifique via des blogs ou des réseaux sociaux, les évaluations institutionnalisées ou communautaires, les nouvelles métriques, l’identifiant unique des chercheurs…   .

Exprimé autrement, il s’agira d’observer les changements actuellement à l’oeuvre dans les activités des chercheurs , changements notamment motivés par l’introduction du « numérique » , par de nouvelles modalités de management de la recherche et par une politique « d’ouverture » des données. Cette journée permettra de comprendre l’évolution du métier de chercheur, depuis l’échange épistolaire jusqu’à l’eScience.

Au programme :

Ouverture – 8h45

Sylvie Mellet, Vice-présidente de la Commission Recherche de l’Université de Nice Sophia Antipolis

Matin : expressions et communications académiques – 9h

Session 1 : Moyens de publication académiques – 9h-10h30.

  • épi-revues : Ariane Rolland, responsable du service IST, Institut Fourier, Grenoble
  • open-peercommentary journals : Alain Monteil, Responsable documentation INRIA, Sophia Antipolis

Session 2 : Nouveaux moyens d’expression, d’engagement et impact social – 11h-13h

  • Carnets et blogs de recherche en SHS : Pierre Mounier, directeur adjoint du Centre pour l’édition électronique ouverte (Cléo)
  • Regard d’un bloggeur en STM : David Monniaux, DR CNRS et bloggeur
  • Les communs : Philippe Aigrain, directeur, Sopinspace, Société pour les espaces publics d’information et co-fondateur, La Quadrature du Net

Après-midi : Légitimité, réputation, évaluation – 14h-17h

  • Publish AND perish en 2014 : Yves Gingras, Pr d’histoire et de sociologie à l’Université du Québec
  • Altmetrics : Rodrigo Costas Comesaña, chercheur , CWTS,  Université de Leiden
  • Faculty of 1000 : Eva Amsen, OutreachDirector, F1000Research
  • Les nouvelles dynamiques de la publication scientifique : Gloria Origgi, CNRS – Institut Nicod, Ecole Normale Supérieure, EHESS

Bilan: 17-17h15

 

Pour plus d’informations rendez-vous sur : http://urfistjne2014.wordpress.com/programme/

Contact : urfistjne2014 – at – gmail.com et @Urfistjne

Inscription gratuite mais obligatoire sur Sygefor

 

cropped-cropped-propaljne2014bis