Archives de catégorie : Outils d’information

Catégorie sur tous les différents types d’outils de recherche, de traitement, de cartographie, de mémorisation, de gestion… de l’information

Inoreader, enfin le digne successeur de Google Reader ?

Le 1er juillet 2013 fermait « Google Reader », l’agrégateur en ligne de flux de syndication le plus populaire et l’un des plus utilisés. La nouvelle avait quelque peu bouleversé la communauté spécifique des « suiveurs de flux RSS » car elle semblait donner raison à ceux qui annonçaient « la mort des flux RSS », aux prises avec les usages du réseautage social, lesquels permettent de confier la curation à des comptes que l’on suit, sans passer, en quelque sorte par la case « collecte » de l’information.

Néanmoins les réactions (notamment une pétition contre l’arrêt de son service adressée à Google) ont été suffisamment fortes pour voir de nouveaux outils apparaître (ou renaître), essentiellement des services en ligne, qui se proposaient de prendre la place laissée vacante par Google Reader. D’où un frémissement « buzzique » sur  « Digg Reader », « AOL Reader », « GReader »,  … et bien d’autres encore. Certains ont dû évoluer pour ne plus dépendre de « Google Reader » en tant que simple surcouche graphique, comme « Feedly » par exemple.

Toutefois aucun ne semblait se détacher de ses concurrents et représenter une alternative sérieuse à Google Reader, du moins en mode gratuit, ainsi que le démontrait l’excellente étude de Serge Courrier, véritable état des lieux de plus de 230 pages au format PDF du paysage des lecteurs de flux RSS, arrêté à octobre 2013.

De plus, cette effervescence agit comme un rideau de fumée derrière lequel la pérennité des services est souvent difficile à deviner, celle-ci dépendant en partie du nombre de développeurs investis et de la structure dans laquelle ils évoluent.

Or, heureux événement depuis cette période (enfin pour moi en tous les cas), après un bref passage par Feedspot, (dont je trouvais les fonctionnalités de rediffusion par flux personnalisé d’articles taggués avec le même mot-clé très intéressantes mais malheureusement limitées en nombre dans sa formule freemium), j’ai découvert Inoreader, agrégateur de flux RSS et Atom, basé en Bulgarie, issu du projet individuel d’un développeur rejoint aujourd’hui par une équipe de neuf autres personnes, regroupée dans une société du nom d’Innologica Ltd.

Au départ entièrement gratuit et donc sans modèle économique, Inoreader propose désormais trois formules dont deux payantes (la « Plus » à 2,99 $/mois et la « Professionnel » à 4,99 $/mois). Outre la modicité des sommes, la différence entre les différents plans s’articule autour de fonctionnalités qui ne sont pas essentielles comme l’intégration avec OneNote, la possibilité d’envoyer des articles en pièces jointes au format PDF d’emails ou encore d’effectuer des recherches dans les articles publics partagés par la communauté des utilisateurs « Inoreader », car bien sûr, « Inoreader » propose des fonctionnalités sociales, lesquelles sont :

  • Limitées en mode freemium :
    • Reprise de dix contacts maximum par le carnet intégré Gmail,
    • Suivi par flux RSS d’un seul compte Twitter ou VKontakte (site Web de réseautage social russe similaire à Facebook),
  • Voire indisponibles (suivi de profils « Google + » réservé aux utilisateurs payants).

Plus intéressants peut-être les concepts de règles (automatisation d’un comportement) et de recherches actives (possibilité d’enregistrer une recherche)  peuvent être utilisés dès la version gratuite même si leur nombre est limité uniquement à une règle et une recherche active.

Mais surtout ce service intègre dans sa version gratuite  de nombreuses possibilités de signalement (organisation par dossiers de vos flux et par tag de vos articles) ainsi que de valorisation de votre curation à travers la fonctionnalité d’exportation par flux RSS ou widget HTML de chacun de vos dossiers et regroupements d’articles par tags, et ce, sans limitation. Tous ceux qui utilisent Netvibes ou tout autre outil Web pour la diffusion d’une veille apprécieront …

Par ailleurs, vous pouvez également mettre en avant vos articles en les envoyant dans une liste de favoris ou rendre publique à la communauté des utilisateurs « Inoreader » votre sélection en créant votre « chaîne ».

L’intégration avec d’autres services afin de faciliter le partage est encore limitée (Google, Facebook, Twitter, VKontakte, Pocket, Instapaper, Readability, Evernote et OneNote) mais couvre les principaux à l’exception notable des services de partage de signets Diigo et Delicious.

Enfin, contrairement à l’usage déconnecté des déclinaisons mobiles pour Android et Ios qui permettent la lecture en local des flux, ceci n’est pas possible avec l’application « desktop » uniquement accessible en mode connecté à Internet et apparemment l’apparition d’un client à installer sur l’ordinateur n’est pas leur priorité … dommage mais il est difficile de tout avoir … !

En tout cas, « Inoreader » semble avoir, a priori, un bel avenir devant lui : une équipe pour assurer un développement apparemment dynamique, un modèle économique et un outil qui dépasse largement l’agrégation de flux stricto sensu, sans pour autant devoir débourser un centime … pour le moment !

Regard(s) sur les logiciels bibliographiques, au carrefour des usages et des innovations, journée d’études

Comment comprendre les évolutions que connaissent actuellement les logiciels de références bibliographiques et anticiper les changements ? Cette question sera au cœur des débats de la journée d’étude organisée le 17 novembre par l’Urfist de Lyon.

La famille des logiciels de gestion de références bibliographiques a connu des transformations conséquentes depuis l’arrivée des tous premiers outils dans le courant des années 80 (1).

D’une part elle s’est considérablement agrandie en intégrant de nouveaux venus, pour certains fort prometteurs (2), et ce alors même qu’elle voyait d’autres produits disparaitre (3) et notamment péricliter le plus ancien d’entre eux (4).

Remarquons d’autre part que ceux qui ont tenu jusqu’alors le leadership ont su faire évoluer leurs fonctionnalités en combinant besoins des utilisateurs et avancées technologiques. Amélioration des fonctions de gestion de la base de données, adaptation de la collecte des références aux évolutions des réservoirs bibliographiques ou encore enrichissement de l’export et de l’édition selon des standards de présentation plus en plus nombreux sont autant de progrès qui ont installé graduellement ces outils sur le bureau du chercheur. Si ils semblent approcher de la maturité, ont-ils atteint pour autant un point de stabilité ?

Il semblerait qu’une nouvelle étape ait été franchie avec le développement des fonctionnalités collaboratives (5). En effet, de nouveaux enjeux, plus sensibles, émergent maintenant en lien avec les usages sociaux et l’essor des modèles alternatifs de l’évaluation de l’activité scientifique ; et les outils bibliographiques pourraient y trouver un rôle à jouer. Ce nouvel usage place, de fait, certains logiciels de référence au sein de l’écosystème de la communication scientifique, notamment lorsqu’ils portent les mesures « altimétriques » (6). Aussi les attentes se manifestent-elles différemment et sur plusieurs plans.

Du côté des acteurs, alors que la pression monte autour de l’accès à la publication scientifique (7) et que les utilisations de la citation connaissent quelques dérives, plusieurs questions se posent ; elles concernent tout autant la communauté scientifique que les fournisseurs d’accès qui voient leurs prérogatives bousculées (8). Quels seraient les ajustements à venir de ce côté ? Le lien entre la référence et la publication est il appelé à évoluer ?

– Les aspects techniques restent importants ; on pense par exemple à la question des formats et à leur interopérabilité, qui pose toujours quelques difficultés au néophyte. Mais les besoins s’orientent désormais vers des aspects plus larges : aujourd’hui le chercheur aspire à traiter globalement les publications comme l’ensemble des éléments d’information qui constituent son matériau de travail. Ainsi, il pourrait espérer analyser son corpus et vouloir soumettre ses lots de référence aux traitements qu’il applique par ailleurs aux données, comme par exemple chercher à représenter les relations entre les références afin de visualiser des réseaux d’influences ou des réseaux de collaborations complexes (9).

Ainsi, les logiciels bibliographiques semblent attendus maintenant par les utilisateurs pour leur capacité à s’interfacer avec l’écosystème du chercheur voire plus largement avec celui des acteurs de l’IST. En élargissant ainsi les usages, certains développements ont permis aux « reference managers » de passer d’un simple statut de logiciel personnel à celui d’un outil intégré au sein d’une plateforme, comme celles des producteurs de données par exemple (10).

Ce changement de perspective change assurément la donne. La variété des pratiques qui semble se révéler à la lecture des enquêtes, montre certainement l’évolutivité de ces outils ; mais elle illustre assurément l’adaptabilité des utilisateurs et la diversité de leurs besoins ; et ce dans un environnement qui est encore en évolution.  Elle pointe au final une difficulté pour le formateur ou le prescripteur qui devra embrasser la multiplicité des usages alors même que les outils numériques mis à la disposition des chercheurs évoluent et que les besoins en formation gagnent en complexité.

Comment, dans ce cas, comprendre et anticiper les évolutions émergentes ? Choisir un  outil adapté ? Conseiller les chercheurs et les accompagner dans leur apprentissage ? Autant de questions qui devraient être au cœur des débats de la journée d’étude organisée le 17 novembre .

 

Informations pratiques

Regard(s) sur les logiciels bibliographiques, au carrefour des usages et des innovations, journée d’études organisée par l’Urfist de Lyon
Date : lundi 17 novembre 2014
Lieu : Domaine de la Doua, Université Claude Bernard, Lyon – Villeurbanne
Programme et Inscriptions : http://lgrb-urfist2014.sciencesconf.org
Contacts : claire.denecker@univ-lyon1.fr et frederique.cohen-adad@univ-lyon1.fr

 

————————————–

[1] ProCite et Sci-Mate apparus en 1983, suivis de Reference Manager en 1984 et EndNote en 1988
[2] On pense par exemple à Mendeley qui, en l’espace de quelques années, s’est imposé comme un acteur majeur
[3] 2Collab ou Connotea par exemple ont disparu … ont disparu respectivement en 2011 et 2013
[4] Reference Manager n’est plus maintenu depuis 2010
[5] Notamment avec l’arrivée des premiers logiciels offrant un espace gratuit de stockage et de partage sur serveur, Zotero étant l’un des précurseurs les plus connus
[6] Ainsi Mendeley et CiteULike occupent-ils une place importante parmi les critères retenus dans les mesures « Altmetrics »
[7] on prendra pour exemple anecdotique la récente stratégie de valorisation adoptée par l’IPAG http://www.letudiant.fr/educpros/enquetes/ipag-les-secrets-d-une-progression-fulgurante-en-recherche.html
[8] Comment, par exemple, l’intégration de Mendeley dans l’univers d’Elsevier va t-elle se réaliser ?
[9] Ce que propose par ex Qiqqa, lancé en avril 2010
[10] Là encore, on pense à Mendeley avec Scopus (Elsevier) mais également à EndNote avec le Web of Knowledge (Thomson Reuters) ou Flow (successeur de RefWorks) pour Proquest

Diigo, nouveautés de rentrée

Le mois de septembre voit d’importantes évolutions de la plateforme d’annotation et de gestion de signets diigo. Une bonne nouvelle (mais attention, il y a un os): la prise en charge de l’annotation des pdf. Une moins bonne nouvelle: la refondation du modèle de prix.

À savoir:

  • disparition du plan « basic » à 20$/an,
  • apparition d’un plan dit « social » au tarif évolutif[1] et d’un plan dit « professionnel » à 59$/an,
  • reconfiguration des plans « free » et « teacher »[2]
  • et (surtout) modulation des possibilités « sociales », c’est-à-dire essentiellement de l’ utilisation des groupes: alors que précédemment la possibilité de créer des groupes, aussi bien publics que privés, étaient ouvertes à tous, elle se trouve très sévèrement limitée à présent.

Il semble que les équipes de diigo se soient trouvées là en face d’un problème de gestion de spams qui n’avait pas été anticipé[3].

Le plan gratuit ne permet plus que la création d’un groupe privé limité à trois membres, le plan standard lui-même ne permet que la création d’un groupe public (nombre de membres illimité) et de trois groupes publics, limités à 10 membres chacun (50 membres par groupe privé pour le plan « éducateur »), seul le compte « professionnel » permet la création de groupes, publics et privés, de façon illimitée.

Il est à signaler que les groupes existants, comme les groupes de veille des Urfist restent actifs (ouf!).

À signaler également, et c’est l’os que j’évoquais en début de billet, que la nouvelle fonction d’annotation des pdfs (qui répond à un besoin rencontré dans chacune de nos formations diigo) est réservée aux plans « standard » (limitée à 100 pdfs), « professionnel » (illimitée) et « éducateur » (limitée à 50 pdf) et n’est donc pas accessible avec un plan gratuit.

Pratiquement: pour la gestion personnelle de signets, diigo reste l’outil puissant qu’il était et continue d’offrir des avantages nets par rapport à la concurrence (essentiellement s’agissant des annotations) mais les cartes sont rebattues quant au partage et à la collaboration.

S’il est possible de bricoler avec un groupe public et un nombre restreint de (petits sauf pour le plan « éducateur ») groupes privés[4], une utilisation importante des groupes implique la souscription au plan « professionnel ». À 59$/an, ce n’est pas hors de prix pour une institution, à condition de savoir gérer les contraintes des procédures comptables publiques.

(Une autre solution serait de changer d’outil mais je n’ai pas pu trouver ni pour la gestion personnelle, ni pour le partage et la collaboration un outil gratuit qui offrirait des performances analogues. Des suggestions?)

Liens:

  1. la souscription avant le 1er octobre est à 2$/an, et le tarif est reconduit pour les années suivantes, 5$ à partir du 1er octobre, mêmes conditions, augmentation par la suite avec la croissance des souscriptions
  2. essentiellement limitations du nombre d’annotations possibles, de 1000 à 500 pour le plan gratuit, d’illimité à 5000 pour le plan « éducateur », suppression de la possibilité, initialement limitée, de mettre des pages en cache et simplification des enregistrements d’images et de copies d’écran
  3. voir les explications dans le billet du blogue diigo qui annonce les changements
  4. Pour qui n’a pas la possibilité d’accéder au plan « éducateur », il y a un intérêt certain à souscrire rapidement au plan « social »: 2 voire 5$ ne constituent pas une dépense considérable.

 

Zotero bookmarklet

[re- blogué depuis urfist.unice.fr ]

J’avais loupé cette info… Zotero peut fonctionner avec une bookmarklet.

Ce qui rend a priori Zotero disponible sur tous les navigateurs. Je viens de réaliser des essais sur Safari, Chrome sur Android et Firefox sur Android (version 4.0.3 sur Smartphone, j’imagine que cela fonctionne aussi sur les tablettes).

Sur les navigateurs version « desktop » aucune difficulté, il suffit de glisser-déposer le bouton « save to zotero » en rouge (à partir de http://www.zotero.org/downloadbookmarklet) sur la barre personnelle de vos marque-pages (signets, favoris) pour installer la « bookmarklet ».  Identifiez-vous sur le site de Zotero (« LogIn » en haut à droite, j’imagine que vous avez déjà ouvert un compte). Ensuite lors de la consultation d’une de vos ressources habituelles, il conviendra de cliquer sur la « bookmarklet », puis sélectionnez les documents à intégrer dans Zotero. Après quelques instants, vos références seront sur votre bibliothéque en ligne, il faudra alors « synchroniser » avec le serveur Zotero pour disposer de vos références dans votre bibliothèque « local ».

Pour les navigateurs version « mobile » (du moins ceux testés), la difficulté réside dans « l’installation » (le glisser-déposer) de la bookmarklet : il n’y a pas de barre personnelle. J’ai donc suivi les étapes suivantes :

  • Aller sur le site de Zotero en choisissant l’affichage « standard » (pas pour mobile)
  • S’identifier (« LogIn » en haut à droite)
  • Se rendre sur la page où la bookmarklet est disponible
  • Maintenir la pression sur le bouton rouge « save to zotero », un menu s’affiche, sur Chrome vous copiez le lien, sur Firefox vous « marquez » le lien.
  • Sur Chrome : enregistrez la page sur laquelle vous êtes dans vos favoris, et changer l’adresse du lien en collant ce que vous avec copier à l’étape précédente.
  • En version « mobile » Chrome gère moins bien les bookmarklets que Firefox. Ainsi, sur Firefox, consultez une de vos ressources habituelles, tapez dans la barre d’url, cliquez sur l’onglet  « marque-pages », cliquez sur « save to zotero »… vous connaissez la suite (cf. idem que pour la version « desktop »). Sur Chrome, il vous faut préalablement copier le code de la « bookmarklet » que vous avez sauvegardé dans vos favoris, consultez une de vos ressources habituelles, tapez dans la barre d’url… et remplacez l’url existante par le code de la bookmarklet… ensuite vous connaissez la procédure (cf. idem que pour la version « desktop »).

Voilà n’hésitez pas à faire part de vos remarques, car les indications valent pour ma « config », et puis vous avez certainement d’autres astuces pour les navigateurs « mobiles ».

 

Ajouter des abonnements avec Feedly

Avec la mort annoncée de Google Reader, après un moment d’incrédulité (voire de colère), les remplaçants éventuels sont activement testés. Le premier candidat (le plus populaire) est Feedly, synchronisé avec GR tant que celui-ci existe, innovant quant aux modes de présentation des flux et utilisable via des applications ad hoc sur les dispositifs mobiles. Intéressant donc.

Cependant l’intégration dans les navigateurs pour abonnement à la volée n’est pas évidente voire boguée. Deux « howto » pour se débloquer éventuellement (je suppose installées les extensions de détection de flux, « RSS in awsome bar » pour Firefox, « Extension Abonnement RSS » pour Chrome) :

Sous Firefox: lorsque l’extension « Feedly » est installée, « Feedly » apparaît parmi les outils de lecture des flux de syndication mais lorsque je clique sur le bouton d’abonnement (« Je m’abonne maintenant »), Feedly m’affiche une page: « FEED NOT FOUND ». Apparemment il y a un problème d’encodage de l’adresse du flux. Solution: recharger la page! et ça devrait marcher!

Sous Chrome: Feedly n’est pas proposé parmi les outils pré-sélectionnés (Bloglines et My Yahoo chez moi!). Méthode pour intégrer Feedly: dans le menu déroulant des outils, cliquer sur « Gérer… », s’ouvre une nouvelle page, cliquer « Ajouter » puis dans le formulaire qui apparaît « Description » = « Feedly », « URL » = « http://www.feedly.com/home#subscription/feed/%s » et ça devrait marcher!

Testé sur mes navigateurs, merci de vos feed-backs :-)

Les Urfist sont sur Bibdoc

Les formations des sept Unités sont désormais signalées (via une alimentation automatique depuis les systèmes Sygefor de gestion des formations) sur le portail Bibdoc opéré par l’Enssib.

Certains réglages de détail restent nécessaires. Ainsi le coût « restant à la charge du stagiaire » indiqué au bas des fiches de formation ne concernent que les personnes qui ne font pas partie des publics de référence des Unités (enseignants-chercheurs, personnels de la documentation relevant de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche et doctorants). Les informations concernant le lieu des formations, les prérequis ou les sessions multples sont inexactes ou imprécises. Pour ces derniers les formations sont gratuites. Dans tous les cas, il est donc requis d’aller voir le détail sur le site de l’Urfist concernée (lien au bas de la fiche de formation Bibdoc).

Delicious : derniers jours pour transférer ses signets !

Le rachat de Delicious par Avos avait déjà été signalé en avril dernier et la migration des données sur le nouveau site est prévue pour samedi 24 septembre. Il reste donc jusqu’à vendredi 23 pour ceux qui souhaitent transférer leurs signets. Pour cela, il suffit de cliquer sur le bouton « I agree » sur la page de transfert (settings/account/opt in ou suivre simplement les instructions sur le bandeau d’information en haut de la page lorsqu’on se connecte à son compte). Après le 23, vous n’aurez plus accès à votre compte et à vos signets…

Pour l’instant, pas de changement majeur à signaler, mais Avos indique bien que des services premium pourront être disponibles par la suite. Les utilisateurs en seront informés et Avos proposera, dans la mesure du possible, un moyen de récupérer les signets pour ceux qui décideraient de ne plus utiliser leurs services.

Il est aussi toujours possible de sauvegarder ses signets et/ou de les importer vers Diigo (qui a vu ses demandes d’import augmenter très considérablement ces derniers temps ! Se connecter et voir les explications très simples sur la page « Tools » de Diigo) et la fonctionnalité de sauvegarde simultanée des signets de Diigo vers Delicious semble rester opérationnelle.

A vos signets !

data.bnf.fr

La Bibliothèque nationale de France vient d’ouvrir son site http://data.bnf.fr/ qui applique aux données bibliographiques les principes du web sémantique et du web de données (linked data).

Le but est de proposer des « fiches de référence sur les auteurs et les œuvres » en « regroupant sur une même page toutes les informations issues de ses différents catalogues ainsi que de sa bibliothèque numérique Gallica ».

Le web de données à la BnF

Inscrit dans un contexte d’évolution des catalogues de bibliothèques, basé sur des évolutions des modèles bibliographiques comme le modèle international FRBR, et appuyé sur un travail de modélisation des données en RDF, le projet de web de données de la BnF doit garantir l’interopérabilité des différentes bases de la BnF (BnF catalogue général, BnF archives et manuscrits, Gallica) entre elles et avec l’extérieur, mais aussi favoriser l’exposition et l’intégration de ces données structurées dans le web sémantique. De fait, le projet s’insère dans un mouvement plus large d’ouverture des données publiques, institutionnelles ou administratives, comme on le voit également avec le projet Linked Open Data de la bibliothèque numérique européenne Europeana.

Initié en 2008, le projet se fixe quatre objectifs principaux :

  • créer des unités documentaires « pivots » de synthèse sur des auteurs et des œuvres favorisant les rebonds vers les ressources de la BnF ;
  • s’adapter aux évolutions du web tant pour la structure que pour l’accès aux données ;
  • s’associer au web sémantique, en favorisant les relations avec d’autres bases et en permettant un meilleur accès des internautes aux ressources de la BnF ;
  • mesurer les usages des internautes.

Plus d’informations sur la page consacrée au projet.

Le projet data.bnf.fr

Le projet est en cours et ne fournit donc à son ouverture qu’un nombre restreint de fiches auteurs et d’œuvres « les plus connus ». Par ailleurs, il se veut avant tout un outil de référence facile à utiliser, mais qui ne dispense nullement du recours aux inventaires plus détaillés, comme l’indique la page Avertissements.

Si les fiches doivent permettre d’accéder aux différentes éditions d’une œuvre ou de retrouver les différentes activités d’un auteur, il n’en reste pas moins qu’il s’agit de données bibliographiques, ce qui est particulièrement visible pour les fiches auteurs. On notera aussi que Wikipédia fait partie des ressources extérieures à la BnF signalées, et cela même si aucun article Wikipédia ne correspond.

L’usage montrera s’il y a lieu de voir dans data.bnf.fr une innovation dans le domaine des pratiques informationnelles.

Connaissez-vous Index Savant, le portail des revues scientifiques de la francophonie ?

Le lancement en avril 2010 d’Index Savant, nouveau portail de revues scientifiques, a dû être noyé dans le déluge informationnel habituel et j’ai dû zappé l’information. Mais heureusement sur Internet, un bon site ne peut pas nous échapper totalement et définitivement et à l’occasion de diverses recherches, je viens de découvrir cet outil formidable, que je tiens à signaler aux lecteurs d’UrfistInfo, en priant ceux qui le connaissent déjà d’excuser cette découverte tardive.

Il s’agit donc d’une « revue-wiki », lancée l’an dernier (dans une certaine confidentialité, apparemment) par Huguette Rigot, enseignant-chercheur en sciences de l’information et de la communication à l’INALCO. Son objectif : « une revue-wiki pour identifier, décrire et mettre en relation les savoirs scientifiques, professionnels et amateurs. ». Huguette Rigot est partie des deux constats suivants : l’importance cruciale du paratexte, des métadonnées, pour valoriser les revues scientifiques, et l’invisibilité croissante, sur Internet, des revues imprimées.

Voulant « remplir cette fonction de valorisation et de mise en visibilité des revues », Index Savant vise un objectif ambitieux : le recensement et surtout la description minutieuse de  toutes les revues scientifiques francophones. Fondé sur un (petit) réseau collaboratif, implanté avec le moteur de wiki WikiMedia, le portail est déjà arrivé, au bout d’une année à peine, à des résultats impressionnants. Parmi les points forts à relever :

le nombre de  revues : déjà 1090 revues décrites, dont 313 revues imprimées, 649 revues imprimées et électroniques et 110 revues électroniques ; 156 revues en libre accès ;

–  la présentation des revues : chaque titre fait l’objet d’une fiche descriptive très complète, avec la présentation scientifique, des repères bibliométriques (pas toujours disponibles malheureusement), la présentation éditoriale, l’indication des sources, des commentaires éventuels des internautes… ; un véritable travail d’orfèvre.

–  la multi-indexation : on peut retrouver les revues par plusieurs catégories : disciplines (plus de 100), thématiques (indexation matière des revues selon 13 thématiques), aires géographiques (8), dates, langue, support, labels, périodicité…

Au total, un outil précieux, indispensable aux chercheurs, doctorants et professionnels de l’information, appelé à se développer et à s’étendre, notamment aux autres supports de la communication scientifique (les blogs), et que les formateurs en Information scientifique se doivent de faire connaître !

Alexandre Serres

Enseignant-chercheur, co-responsable de l'URFIST de Rennes

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Delicious racheté par Avos

Encore un rebondissement dans le monde des gestionnaires de signets: Yahoo vient d’annoncer (27 avril) que Delicious a été acheté par les fondateurs de You Tube, Chad Hurley and Steve Chen.  Delicious deviendra un nouvel élément de leur nouvelle  compagnie, AVOS.  Sur le marché mouvant des plate-formes de gestion bibliographique et d’outils de gestion de signets sociaux, c’est donc une nouvelle de taille, après l’arrêt le 15 avril dernier de la plateforme 2collab d’Elsevier. Il faudra donc suivre de près le développement de ce nouvel outil.

http://www.avos.com/