Archives de catégorie : Gestion des signets et des références bibliographiques

Regard(s) sur les logiciels bibliographiques, au carrefour des usages et des innovations, journée d’études

Comment comprendre les évolutions que connaissent actuellement les logiciels de références bibliographiques et anticiper les changements ? Cette question sera au cœur des débats de la journée d’étude organisée le 17 novembre par l’Urfist de Lyon.

La famille des logiciels de gestion de références bibliographiques a connu des transformations conséquentes depuis l’arrivée des tous premiers outils dans le courant des années 80 (1).

D’une part elle s’est considérablement agrandie en intégrant de nouveaux venus, pour certains fort prometteurs (2), et ce alors même qu’elle voyait d’autres produits disparaitre (3) et notamment péricliter le plus ancien d’entre eux (4).

Remarquons d’autre part que ceux qui ont tenu jusqu’alors le leadership ont su faire évoluer leurs fonctionnalités en combinant besoins des utilisateurs et avancées technologiques. Amélioration des fonctions de gestion de la base de données, adaptation de la collecte des références aux évolutions des réservoirs bibliographiques ou encore enrichissement de l’export et de l’édition selon des standards de présentation plus en plus nombreux sont autant de progrès qui ont installé graduellement ces outils sur le bureau du chercheur. Si ils semblent approcher de la maturité, ont-ils atteint pour autant un point de stabilité ?

Il semblerait qu’une nouvelle étape ait été franchie avec le développement des fonctionnalités collaboratives (5). En effet, de nouveaux enjeux, plus sensibles, émergent maintenant en lien avec les usages sociaux et l’essor des modèles alternatifs de l’évaluation de l’activité scientifique ; et les outils bibliographiques pourraient y trouver un rôle à jouer. Ce nouvel usage place, de fait, certains logiciels de référence au sein de l’écosystème de la communication scientifique, notamment lorsqu’ils portent les mesures « altimétriques » (6). Aussi les attentes se manifestent-elles différemment et sur plusieurs plans.

Du côté des acteurs, alors que la pression monte autour de l’accès à la publication scientifique (7) et que les utilisations de la citation connaissent quelques dérives, plusieurs questions se posent ; elles concernent tout autant la communauté scientifique que les fournisseurs d’accès qui voient leurs prérogatives bousculées (8). Quels seraient les ajustements à venir de ce côté ? Le lien entre la référence et la publication est il appelé à évoluer ?

– Les aspects techniques restent importants ; on pense par exemple à la question des formats et à leur interopérabilité, qui pose toujours quelques difficultés au néophyte. Mais les besoins s’orientent désormais vers des aspects plus larges : aujourd’hui le chercheur aspire à traiter globalement les publications comme l’ensemble des éléments d’information qui constituent son matériau de travail. Ainsi, il pourrait espérer analyser son corpus et vouloir soumettre ses lots de référence aux traitements qu’il applique par ailleurs aux données, comme par exemple chercher à représenter les relations entre les références afin de visualiser des réseaux d’influences ou des réseaux de collaborations complexes (9).

Ainsi, les logiciels bibliographiques semblent attendus maintenant par les utilisateurs pour leur capacité à s’interfacer avec l’écosystème du chercheur voire plus largement avec celui des acteurs de l’IST. En élargissant ainsi les usages, certains développements ont permis aux « reference managers » de passer d’un simple statut de logiciel personnel à celui d’un outil intégré au sein d’une plateforme, comme celles des producteurs de données par exemple (10).

Ce changement de perspective change assurément la donne. La variété des pratiques qui semble se révéler à la lecture des enquêtes, montre certainement l’évolutivité de ces outils ; mais elle illustre assurément l’adaptabilité des utilisateurs et la diversité de leurs besoins ; et ce dans un environnement qui est encore en évolution.  Elle pointe au final une difficulté pour le formateur ou le prescripteur qui devra embrasser la multiplicité des usages alors même que les outils numériques mis à la disposition des chercheurs évoluent et que les besoins en formation gagnent en complexité.

Comment, dans ce cas, comprendre et anticiper les évolutions émergentes ? Choisir un  outil adapté ? Conseiller les chercheurs et les accompagner dans leur apprentissage ? Autant de questions qui devraient être au cœur des débats de la journée d’étude organisée le 17 novembre .

 

Informations pratiques

Regard(s) sur les logiciels bibliographiques, au carrefour des usages et des innovations, journée d’études organisée par l’Urfist de Lyon
Date : lundi 17 novembre 2014
Lieu : Domaine de la Doua, Université Claude Bernard, Lyon – Villeurbanne
Programme et Inscriptions : http://lgrb-urfist2014.sciencesconf.org
Contacts : claire.denecker@univ-lyon1.fr et frederique.cohen-adad@univ-lyon1.fr

 

————————————–

[1] ProCite et Sci-Mate apparus en 1983, suivis de Reference Manager en 1984 et EndNote en 1988
[2] On pense par exemple à Mendeley qui, en l’espace de quelques années, s’est imposé comme un acteur majeur
[3] 2Collab ou Connotea par exemple ont disparu … ont disparu respectivement en 2011 et 2013
[4] Reference Manager n’est plus maintenu depuis 2010
[5] Notamment avec l’arrivée des premiers logiciels offrant un espace gratuit de stockage et de partage sur serveur, Zotero étant l’un des précurseurs les plus connus
[6] Ainsi Mendeley et CiteULike occupent-ils une place importante parmi les critères retenus dans les mesures « Altmetrics »
[7] on prendra pour exemple anecdotique la récente stratégie de valorisation adoptée par l’IPAG http://www.letudiant.fr/educpros/enquetes/ipag-les-secrets-d-une-progression-fulgurante-en-recherche.html
[8] Comment, par exemple, l’intégration de Mendeley dans l’univers d’Elsevier va t-elle se réaliser ?
[9] Ce que propose par ex Qiqqa, lancé en avril 2010
[10] Là encore, on pense à Mendeley avec Scopus (Elsevier) mais également à EndNote avec le Web of Knowledge (Thomson Reuters) ou Flow (successeur de RefWorks) pour Proquest

Diigo, nouveautés de rentrée

Le mois de septembre voit d’importantes évolutions de la plateforme d’annotation et de gestion de signets diigo. Une bonne nouvelle (mais attention, il y a un os): la prise en charge de l’annotation des pdf. Une moins bonne nouvelle: la refondation du modèle de prix.

À savoir:

  • disparition du plan « basic » à 20$/an,
  • apparition d’un plan dit « social » au tarif évolutif[1] et d’un plan dit « professionnel » à 59$/an,
  • reconfiguration des plans « free » et « teacher »[2]
  • et (surtout) modulation des possibilités « sociales », c’est-à-dire essentiellement de l’ utilisation des groupes: alors que précédemment la possibilité de créer des groupes, aussi bien publics que privés, étaient ouvertes à tous, elle se trouve très sévèrement limitée à présent.

Il semble que les équipes de diigo se soient trouvées là en face d’un problème de gestion de spams qui n’avait pas été anticipé[3].

Le plan gratuit ne permet plus que la création d’un groupe privé limité à trois membres, le plan standard lui-même ne permet que la création d’un groupe public (nombre de membres illimité) et de trois groupes publics, limités à 10 membres chacun (50 membres par groupe privé pour le plan « éducateur »), seul le compte « professionnel » permet la création de groupes, publics et privés, de façon illimitée.

Il est à signaler que les groupes existants, comme les groupes de veille des Urfist restent actifs (ouf!).

À signaler également, et c’est l’os que j’évoquais en début de billet, que la nouvelle fonction d’annotation des pdfs (qui répond à un besoin rencontré dans chacune de nos formations diigo) est réservée aux plans « standard » (limitée à 100 pdfs), « professionnel » (illimitée) et « éducateur » (limitée à 50 pdf) et n’est donc pas accessible avec un plan gratuit.

Pratiquement: pour la gestion personnelle de signets, diigo reste l’outil puissant qu’il était et continue d’offrir des avantages nets par rapport à la concurrence (essentiellement s’agissant des annotations) mais les cartes sont rebattues quant au partage et à la collaboration.

S’il est possible de bricoler avec un groupe public et un nombre restreint de (petits sauf pour le plan « éducateur ») groupes privés[4], une utilisation importante des groupes implique la souscription au plan « professionnel ». À 59$/an, ce n’est pas hors de prix pour une institution, à condition de savoir gérer les contraintes des procédures comptables publiques.

(Une autre solution serait de changer d’outil mais je n’ai pas pu trouver ni pour la gestion personnelle, ni pour le partage et la collaboration un outil gratuit qui offrirait des performances analogues. Des suggestions?)

Liens:

  1. la souscription avant le 1er octobre est à 2$/an, et le tarif est reconduit pour les années suivantes, 5$ à partir du 1er octobre, mêmes conditions, augmentation par la suite avec la croissance des souscriptions
  2. essentiellement limitations du nombre d’annotations possibles, de 1000 à 500 pour le plan gratuit, d’illimité à 5000 pour le plan « éducateur », suppression de la possibilité, initialement limitée, de mettre des pages en cache et simplification des enregistrements d’images et de copies d’écran
  3. voir les explications dans le billet du blogue diigo qui annonce les changements
  4. Pour qui n’a pas la possibilité d’accéder au plan « éducateur », il y a un intérêt certain à souscrire rapidement au plan « social »: 2 voire 5$ ne constituent pas une dépense considérable.

 

Zotero bookmarklet

[re- blogué depuis urfist.unice.fr ]

J’avais loupé cette info… Zotero peut fonctionner avec une bookmarklet.

Ce qui rend a priori Zotero disponible sur tous les navigateurs. Je viens de réaliser des essais sur Safari, Chrome sur Android et Firefox sur Android (version 4.0.3 sur Smartphone, j’imagine que cela fonctionne aussi sur les tablettes).

Sur les navigateurs version « desktop » aucune difficulté, il suffit de glisser-déposer le bouton « save to zotero » en rouge (à partir de http://www.zotero.org/downloadbookmarklet) sur la barre personnelle de vos marque-pages (signets, favoris) pour installer la « bookmarklet ».  Identifiez-vous sur le site de Zotero (« LogIn » en haut à droite, j’imagine que vous avez déjà ouvert un compte). Ensuite lors de la consultation d’une de vos ressources habituelles, il conviendra de cliquer sur la « bookmarklet », puis sélectionnez les documents à intégrer dans Zotero. Après quelques instants, vos références seront sur votre bibliothéque en ligne, il faudra alors « synchroniser » avec le serveur Zotero pour disposer de vos références dans votre bibliothèque « local ».

Pour les navigateurs version « mobile » (du moins ceux testés), la difficulté réside dans « l’installation » (le glisser-déposer) de la bookmarklet : il n’y a pas de barre personnelle. J’ai donc suivi les étapes suivantes :

  • Aller sur le site de Zotero en choisissant l’affichage « standard » (pas pour mobile)
  • S’identifier (« LogIn » en haut à droite)
  • Se rendre sur la page où la bookmarklet est disponible
  • Maintenir la pression sur le bouton rouge « save to zotero », un menu s’affiche, sur Chrome vous copiez le lien, sur Firefox vous « marquez » le lien.
  • Sur Chrome : enregistrez la page sur laquelle vous êtes dans vos favoris, et changer l’adresse du lien en collant ce que vous avec copier à l’étape précédente.
  • En version « mobile » Chrome gère moins bien les bookmarklets que Firefox. Ainsi, sur Firefox, consultez une de vos ressources habituelles, tapez dans la barre d’url, cliquez sur l’onglet  « marque-pages », cliquez sur « save to zotero »… vous connaissez la suite (cf. idem que pour la version « desktop »). Sur Chrome, il vous faut préalablement copier le code de la « bookmarklet » que vous avez sauvegardé dans vos favoris, consultez une de vos ressources habituelles, tapez dans la barre d’url… et remplacez l’url existante par le code de la bookmarklet… ensuite vous connaissez la procédure (cf. idem que pour la version « desktop »).

Voilà n’hésitez pas à faire part de vos remarques, car les indications valent pour ma « config », et puis vous avez certainement d’autres astuces pour les navigateurs « mobiles ».

 

Delicious : derniers jours pour transférer ses signets !

Le rachat de Delicious par Avos avait déjà été signalé en avril dernier et la migration des données sur le nouveau site est prévue pour samedi 24 septembre. Il reste donc jusqu’à vendredi 23 pour ceux qui souhaitent transférer leurs signets. Pour cela, il suffit de cliquer sur le bouton « I agree » sur la page de transfert (settings/account/opt in ou suivre simplement les instructions sur le bandeau d’information en haut de la page lorsqu’on se connecte à son compte). Après le 23, vous n’aurez plus accès à votre compte et à vos signets…

Pour l’instant, pas de changement majeur à signaler, mais Avos indique bien que des services premium pourront être disponibles par la suite. Les utilisateurs en seront informés et Avos proposera, dans la mesure du possible, un moyen de récupérer les signets pour ceux qui décideraient de ne plus utiliser leurs services.

Il est aussi toujours possible de sauvegarder ses signets et/ou de les importer vers Diigo (qui a vu ses demandes d’import augmenter très considérablement ces derniers temps ! Se connecter et voir les explications très simples sur la page « Tools » de Diigo) et la fonctionnalité de sauvegarde simultanée des signets de Diigo vers Delicious semble rester opérationnelle.

A vos signets !

Delicious racheté par Avos

Encore un rebondissement dans le monde des gestionnaires de signets: Yahoo vient d’annoncer (27 avril) que Delicious a été acheté par les fondateurs de You Tube, Chad Hurley and Steve Chen.  Delicious deviendra un nouvel élément de leur nouvelle  compagnie, AVOS.  Sur le marché mouvant des plate-formes de gestion bibliographique et d’outils de gestion de signets sociaux, c’est donc une nouvelle de taille, après l’arrêt le 15 avril dernier de la plateforme 2collab d’Elsevier. Il faudra donc suivre de près le développement de ce nouvel outil.

http://www.avos.com/

Edition et modification des styles Zotero

Un des principal reproche que l’on peut faire à Zotero, contrairement à un logiciel comme Bibus,  concerne l’édition et la modification des styles de publication existants afin de réaliser son « propre » style.  Une information à ce sujet, qui a mon goût, est peu relayée, et que l’on ne trouve pas si facilement que cela: il existe un utilitaire qui permet de personnaliser une feuille de style déjà existante (à condition toutefois de ne pas avoir peur de se mettre les mains dans le code…). Il faut pour cela utiliser un outil local dans Firefox en tapant « chrome://zotero/content/tools/csledit.xul » dans la barre d’adresse pour permettre l’édition et la modification d’un style pré-existant… Vous trouverez plus de détails  dans un tutoriel à l’adresse suivante

http://www.thomaslienhard.fr/TutorielZotero.html

J’en profite pour signaler également un autre outil très utile: « chrome://zotero/content/tools/cslpreview.xul », toujours à taper dans la barre d’adresse de Zotero, qui permet de visualiser dans une même fenêtre une ou plusieurs références bibliographiques dans tous les styles disponibles dans son propre Zotero.

Sauvegarde des bases de données Zotero…

Certaines personnes rencontrent des difficultés à sauvegarder l’intégralité de leurs bases de données Zotero (références, notes, fichiers joints), notamment lorsque celles-ci s’avèrent être d’une taille conséquente (plusieurs centaines de références stockées). La sauvegarde des fichiers et des références sur les serveurs de Zotero.org en utilisant la synchronisation ne permet en effet pas de stocker un nombre de fichiers très importants (quelques dizaines de pdf tout au plus pour la solution de stockage gratuite). Par conséquent, la sauvegarde des fichiers joints d’une base de données Zotero importante ne peut être assurée en utilisant cette voie. Une solution alternative en utilisant la synchronisation peut être d’utiliser son propre serveur Webdav pour sauvegarder ses fichiers joints, pour ceux qui ont la chance de pouvoir mettre en place et/ou accéder à un serveur de ce type (ce qui n’est  bien entendu pas les cas de tout le monde…).

Une autre possibilité de sauvegarde passe par la procédure « Exporter la bibliothèque » (menu « Préférences ») en choisissant le format « Zotero RDF » et en y incluant les notes et les fichiers. Hélas, dans le cas de « grosses » bases de données, cette procédure est extrêmement longue (plusieurs heures…) et plante bien souvent avant la fin… L’export collection par collection de la totalité de ses données permet parfois d’aller au bout de la sauvegarde, mais s’avère particulièrement fastidieux…

Il existe une méthode alternative moins connue et cependant très efficace et simple à mettre en oeuvre pour sauvegarder l’intégralité d’une base Zotero (références, notes, fichiers joints), méthode que vous trouverez décrite à suivre à l’adresse suivante : [http://www.zotero.org/support/fr/zotero_data]. En quelques mots, (voir la procédure complète à l’adresse ci-dessus) Il s’agit simplement de copier en une seule fois, la totalité des données de sa base de données Zotero (références, notes, fichiers joints) présentes sur son disque dur, sur un support amovible (clé USB, DD amovible) et le tour est joué. Cette méthode, ne prend que quelques minutes et s’avère particulièrement robuste pour sauvegarder des bases de données d’une taille conséquente… Elle est tout aussi efficace pour transférer une base de données Zotero d’un ordinateur à un l’autre.

CB

Zotero Commons

Avec la version 2.1 (béta) de Zotero… vous pouvez désormais uploader vos documents sur Internet Archive , la roadmap de Zotero le prévoyait c’est fait !

Cela permet d’abonder Internet Archive de documents du « public domain » (à ne pas confondre avec « domaine public » qui a une autre signification en France), c’est à dire libres de diffusion au sens de l’Open Access. Internet Archive n’est pas (à ma connaissance) « OAI compliant » [<mise à jours> cf. le commentaire de J-C Peyssard : https://www.archive.org/services/oai2.php?verb=ListSets <mise à jours>] et est, comme les Archive Ouvertes,  bien indexée par les moteurs de recherche. Bref voilà un espace de stockage et un moyen de diffusion supplémentaires de vos documents qui ont le mérite d’être en relation directe avec « votre » logiciel de gestion de référence bibliographique (Zotero). Quelques remarques rapides qui peuvent ouvrir le débat :

  • Avant aussi j’avais un espace de stockage (plateforme Zotero ) que devient-il ? quel est la différence ? A priori l’un n’empêche pas l’autre, du coup ça augmente l’espace de stockage gratuit. (bon j’attends la fin de la synchronisation pour vérifier mon propos …mais c’est long ;-)) à suivre donc )
  • Il faudra bien distinguer  ce qui relève de documents que JE peux diffuser et ceux qui concernent ma bibliographie (message d’alerte au moment de l’upload, mais est-ce suffisant ?).
  • Les documents que je stocke et diffuse sur une Archive Ouverte seront des doublons si je stocke et diffuse sur Internet Archive via Zotero… l’idéal serait de pouvoir choisir son archive ou d’imaginer un cross-posting piloté par Zotero (on en demande toujours plus ;-)) …
  • Il semble qu’Internet Archive propose en plus « l’OCRisation » des documents (PDF), sympa… mais, là aussi j’attends le résultat (de 10 min à quelques heures selon zotero)… à suivre donc.
  • On peut uploader n’importe quel format (j’ai fait un test avec un « epub »), mais l’avantage du Pdf c’est l’interface de lecture proposée sur Internet Archive (viewer pdf)… j’ai pas pu tester si c’était correctement lisible sur un smarphone , liseuse ou tablette (j’en ai pas ! ;-(

A vos remarques !

Zotero commons sur Internet Archive

[ billets dupliqué de http://urfist.unice.fr/2010/09/29/zotero-commons/ ]

<mise à jour>

Zotero Commons et Group Librairies peuvent fonctionner ensemble

et après quelques temps de synchronisation le texte déposé en PDF est disponible en Gif, Epub, Kindle, Full text, Djvu.

</mise à jour>

Que penser de 2Collab, Bibsonomy, CiteULike et Connotea par rapport à Zotero ?

Que penser de 2Collab, Bibsonomy, CiteULike et Connotea par rapport à Zotero ?

2Collab, Bibsonomy, CiteULike et Connotea sont des services du web 2.0 d’aide à la gestion de collections de références bibliographiques. Gratuits, ils s’adressent à la  communauté de la recherche et des universités. Basés sur le principe du « social bookmarking » dont le modèle le plus connu est Delicious, ils aident les chercheurs à conserver et partager leurs références bibliographiques et pour certains leurs signets de ressources du web.

Ces services ne gèrent pas le texte intégral des articles et ne sont pas interfacés avec les logiciels de traitement de texte.

D’autre part, contrairement aux nombreux services qui ne vivent que de la publicité, ceux-ci sont proposés par des éditeurs scientifiques et une université :

Nom Origine Lancement URL
2collab Elsevier Nov 2007 http://www.2collab.com
BibSonomy Université de Kassel Jan 2006 http://www.bibsonomy.org
CiteULike Oversity Ltd Springer Nov 2004 http://www.citeulike.org
Connotea Nature Publishing Déc 2004 http://www.connotea.org

Le principal intérêt de ces logiciels est de permettre l’importation directe depuis les ressources documentaires électroniques  (catalogues, bases de données bibliographiques, plateformes de périodiques). Il n’existe aucune norme en la matière mais 2 standards de formats de fichier se sont imposés :

  • bibTeX (origine LateX)
  • RIS (origine endnote propriétaire)

De plus en plus de plateformes de journaux électroniques proposent des boutons pour récupérer les références d’articles. Les formats issus des bibliothèques sont ignorés.

Cependant les méta-données récupérées sont souvent peu nombreuses et il faut compléter les références.

fonctionnalités 2Collab, Bibsonomy, CiteULike et Connotea Zotero
Importation RIS, BibTeX Parsing des pages de résultats
Exportation
Liaison avec Traitement de texte Non Oui
Génération de bibliographie Oui pour 2 Oui
Financement Editeurs scientifiques + Université Université
Partage au sein d’un groupe Oui Oui
Gestion privée des références Oui Oui
Mise en ligne publique Oui Oui
Fils RSS Oui Oui

Ces services sont loin d’offrir les performances de Zotero en matière d’importation.

Si les ressources de journaux électroniques sont bien pris en compte et même font l’effort de proposer des boutons (voir edpSciences), il n’en est pas de même pour les catalogues de bibliothèques. Seuls ceux qui permettent d’exporter un fichier de notices au format RIS comme WorldCat pourront être utilisés. Par contre, depuis Amazon.con ou .fr, la description est automatiquement importée.

Tout ne peut pas venir de ces services et logiciels. Les producteurs de données doivent s’adapter et incorporer les méta-données adéquates pour être reconnus.

En conclusion

Je recommanderai l’utilisation de ces services pour :

  • augmenter son audience et en retour son indice de citation. Utilisez ces 4 services indexés par les moteurs de recherche et vous augmentez la visibilité de votre travail.
  • un projet de groupe et ainsi suivre ce que les collègues lisent, coopérer, créer des collections de références communes.

Mais ils présentent un intérêt réduit pour faire de la veille ou pour une utilisation personnelle.

Zotero 2 en la matière est plus complet.

Zotero standalone – was ist das ?

Les développeurs de Zotero annoncent sur leur blog la mis en chantier d’une version « standalone » de leur logiciel.
Il s’agira donc d’un logiciel à part entière indépendant du navigateur mais capable d’interagir avec des navigateurs autres que Firefox.
L’idée est de ne pas réserver Zotero au seul navigateur Firefox. Il s’agit aussi de s’adapter aux marchés des navigateurs qui évolue rapidement grâce à la concurrence et aux derniers développements de HTML.
Si Internet Explorer fléchit, Firefox continue à progresser et Chrome a réussi en une année à occuper une place importante. Seul Opera ne décolle pas.

On peut penser aussi que de nouvelles fonctionnalités viendront l’enrichir.

JPL