Archives de catégorie : Réseau des Urfist

Toutes informations concernant le réseau des URFIST : supports, stages, partenariats, personnels, publications…

#DeleteAcademicSocialNetworks ? Les réseaux sociaux académiques en 2016

Affaire #DeleteAcademiaEdu, articles “Do academic social networks share academics’ interests ? (Times higher education du 07/04/2016) ou encore “The ResearchGate Score : a good example of a bad metric” (LSE blog du 09/12/2015)… Un peu perdus parmi tous ces articles, billets de blog et prises de positions dont les réseaux sociaux académiques ont fait l’objet ces derniers mois ? Petite synthèse 2016, après les billets « Pour une utilisation critique des réseaux sociaux académiques » (2014) et « Où en est-on des réseaux sociaux académiques ? » (2015), pour comprendre les débats qui ont fait la une récemment et s’interroger sur la place actuelle des réseaux sociaux au sein d’un écosystème scientifique en mouvement.

Continuer la lecture

Partage des données de la recherche : quels impacts ? Modèles scientifiques, évaluation, services, compétences… (JNE des URFIST, 29 septembre 2016)

Les URFIST (Unités Régionales de Formation à l’Information Scientifique et Technique) organisent régulièrement depuis 2002 une « journée nationale d’étude » (JNE). En 2014, le thème d’étude retenu concernait les différentes formes de publication de la recherche et les modes de légitimation ou d’évaluation associés.
L’objectif de l’édition 2016, qui se tiendra à Paris, s’inscrit dans la continuité de la précédente : les données de la recherche (DR) constituent en effet une modalité relativement nouvelle de la publication des travaux, mais également de publicisation des données qui en sont le fondement. Ces data sous-jacentes sont aussi concernées par le phénomène de l’Open Access dans la mesure où leurs conditions d’accessibilité et de réutilisation, permettent à la connaissance d’avancer, et à l’innovation d’émerger.
Nombreuses sont déjà les contributions qui ont souligné leur masse pléthorique, leur hétérogénéité constitutive, les méthodes d’extraction et de sélection dont elles sont l’objet, ou encore les gains de temps et de moyens que peut procurer leur réutilisation, à des fins de recherche, dans le cadre de nouveaux axes de travail ou de nouveaux projets. Il s’agira ici d’examiner plusieurs catégories de thématiques associées à cette mutation profonde des pratiques informationnelles de recherche. De fait, ce nouveau facteur de production scientifique peut exercer sur les modalités d’investigation et leur impact sociétal une influence dont la portée n’est pas anodine, à la fois en termes de déontologie, d’épistémologie et d’évaluation de la recherche.
Un premier volet de la réflexion aura pour tâche de définir, circonscrire et contextualiser le concept de Données. On examinera en introduction le paysage (inter)national actuel des DR en identifiant leurs acteurs et leur périmètre. Puis on abordera les questionnements épistémologiques soulevés par leur importance croissantes, en tant qu’éléments constitutifs, distincts et identifiés comme tels de la recherche. La dimension importante du cadre juridique de leur potentielle confidentialité et les implications éthiques de la réutilisation des DR dans certains domaines, seront explicitées.
Un second volet fera état des modalités pratiques, tant de la production que de l’exploitation des données : des réalisations européennes seront présentées (en cours notamment au Pays-Bas) suivies d’autres retours d’expérience. Certains contextes très spécifiques, comme celui des thèses, qui constituent un vivier de données trop souvent méconnu, méritent de ce fait même une attention toute particulière. Enfin, on mettra l’accent sur le dialogue entre chercheurs et professionnels de l’information. Ceux-ci sont en effet à même de proposer des services, tant au sein des organismes de recherche et des laboratoires que dans le cadre des bibliothèques ou d’institutions nationales ayant en charge l’Information Scientifique et Technique (IST). La formation dans ce domaine et les « services d’accompagnement des chercheurs » représentent un dispositif stratégique essentiel.
Nous conclurons cette journée par une approche pragmatique, en évoquant une étape désormais quasi indispensable au montage d’un projet de recherche d’envergure internationale : le Data Management Plan (DMP), ou « plan de gestion des données » (PGD), qui porte au premier plan la nécessité d’une réflexion approfondie sur les tenants et aboutissants de ce nouveau paradigme, réflexion à laquelle cette 6e Journée nationale d’étude du Réseau des URFIST voudrait contribuer utilement.

La JNE se déroulera dans l’amphi Abbé Grégoire du CNAM (Conservatoire national des arts et métiers), 292 rue Saint-Martin, 75003 PARIS, accès 10 et 16. Métro Réaumur-Sébastopol

Programme :

9h00-9h30 : Café d’accueil

9h30-10h00 : Ouverture et présentation de la journée

  • 10h00-10h40 : Francis André (DIST, CNRS) : « Le paysage des Données de Recherche. Définition, périmètre, acteurs, politique des DR en Europe et en France »
  • 10h40-11h20 : Dominique Boullier (EPFL) : « Big Data, une autre époque de quantification, un défi pour les sciences sociales »
  • 11h20-12h30 : Table ronde sur les enjeux éthiques et sociétaux liés aux données de la recherche, avec :
  • Serge Abiteboul (Collège de France)
  • Danièle Bourcier (CNRS COMETS)
  • Dominique Cardon (EHESS)
  • Christine Gaspin (MIAT, INRA)
  • Christian Hervé Directeur du Laboratoire d’Éthique Médicale et de Médecine Légale (Faculté de Médecine de Paris)

12h30-14h00 : Pause méridienne

  • 14h00-14h40 : Peter Doorn  (Directeur du DANS Data Archiving and Networked Services – La Haye)  « L’archivage et la gestion des entrepôts de Données aux Pays-Bas »
  • 14h40-15h20 : Joachim Schöpfel (Université de Lille 3 – ANRT) et Isabelle Westeel (SCD Lille 3 SHS) : « Les données de la recherche dans les thèses de doctorat »
  • 15h20-16h45 : Table ronde sur les services, les compétences et les formations, animée par Paolo Lai (INIST), avec :
  • Martina Knoop Institut national de Physique CNRS, chargée des relations avec les chercheurs pour l’IST
  • Émeline Juillard, documentaliste beQuali, Centre de Données Socio-Politiques (Sciences Po – CNRS)
  • Stéphane Pouyllau, ingénieur HumaNum
  • Aurore Cartier, Service Commun de la Documentation, Université Paris Descartes

16h45-17h00 : Clôture de la Journée d’étude

Pour plus d’informations rendez-vous sur : https://urfistjne2016.wordpress.com/

Contact : urfistjne – at – gmail.com et @Urfistjne

Inscription gratuite, mais obligatoire, sur Sygefor

DoRANum BSN: des ressources de formation et d’auto-formation sur les données de la recherche

Le réseau des Urfist est engagé dans un nouveau chantier avec l’Inist-CNRS sous l’égide de la Bibliothèque Scientifique Numérique. Ci-dessous la présentation du projet qui est ouvert aux partenariats.

Le projet DoRANum (Données de la Recherche: Apprentissage NUMérique à la gestion et au partage) a pour objectif de mettre en place un dispositif de formation à distance d’accès coordonné, intégrant différentes ressources d’auto-formation sur la thématique de la gestion et du partage des données de la recherche. Existantes ou créées dans le cadre du projet, ces ressources proposeront plusieurs parcours et modes d’apprentissage. La diversité des ressources et la complémentarité des modes et parcours devraient permettre de répondre aux attentes et usages des publics visés: chercheurs, enseignants-chercheurs, doctorants et professionnels de l’information des établissements d’enseignement supérieur et de recherche.

Le projet, soutenu financièrement par le Ministère, fait partie des actions de la Bibliothèque Scientifique Numérique (BSN). Il associe principalement le réseau des Urfist (Unités Régionales de Formation à l’Information Scientifique et Technique) et l’Inist-CNRS ainsi que des membres du segment 9 (“Formation, compétences et usages”) et 10 (“Données de la recherche”) de la BSN et des représentants de la communauté de l’enseignement supérieur et de la recherche.

Le groupe projet est composé de membres des services Formations et Valorisation des données de la recherche de l’Inist-CNRS et de l’Urfist de Nice, référent pour le réseau des Urfist dans ce projet. Deux ingénieurs pédagogiques sont recrutés spécifiquement pour le projet et sont basés respectivement sur le site de l’Inist à Nancy et à l’Urfist de Nice (rattachée et soutenue par l’Université de Nice Sophia-Antipolis).

Méthode

L’objectif global du projet, à savoir l’adoption des bonnes pratiques de gestion et de partage des données de la recherche par la communauté scientifique, se déclinera selon des actions ciblées et pourvues d’un agenda de réalisations.

Les thématiques prioritaires de formation seront identifiées à partir des problématiques élaborées par BSN10. Elles seront déclinées selon les publics (métiers et appartenances disciplinaires) et les modalités seront accordées à ces différents types de publics selon une vision globale. En particulier les professionnels de l’information seront amenés à être des relais de formation et l’un des résultats du projet sera de leur offrir une boîte à outils « formateur » comprenant des scénarios de formation adaptables en fonction de leur situation locale.

Le projet inclura des distanciels de différents types: tutoriels multimédias, classes virtuelles, webinaires, etc. afin de proposer des parcours diversifiés aux apprenants. Il prendra en compte dans la définition de ses actions aussi bien les sites d’information existants ou en cours d’élaboration que des formations en présentiel, en particulier celles réalisées par des partenaires. Ainsi par exemple le réseau des Urfist ou d’autres partenaires pourront programmer des formations en liaison avec les réalisations du projet.

Actions prioritaires

Le projet se déploie sur deux ans (2016 et 2017).

Les actions prioritaires pour la 1ère phase du chantier:

    • recensement des ressources informationnelles et pédagogiques existantes
    • actions visant à enrichir l’offre de formations en terme de contenus et de thématiques ; 3 thèmes prioritaires sont retenus pour cette 1ère phase:
      • Aide au dépôt des données : choix de l’entrepôt, métadonnées, licences, identifiants…
      • Enjeux et bénéfices de la gestion et du partage des données de la recherche
      • Données de la recherche : aspects juridiques et éthiques
    • actions visant à enrichir l’offre de formation en terme de formats et de modalités:
      • dissémination des classes Webex via le réseau des Urfist
      • expérimentations de productions à la volée à l’occasion de présentiels (formations, événements scientifiques, interviews)

Gouvernance et partenariats

Le Comité de Pilotage réunit les instances directement impliqués (CNRS (Dist et Inist), réseau des Urfist, BSN9 et BSN10).

Le groupe de travail réunit, outre les ingénieurs en charge du projet, des experts et des partenaires.

En particulier, trois types de partenariats sont envisagés:

1/ Les partenaires désireux de produire des distanciels sur la gestion et le partage des données de la recherche en liaison avec notre projet. Un partenariat actif permettrait d’organiser des complémentarités, de partager les compétences et d’éviter les redondances.

2/ Les partenaires qui réalisent ou prévoient de réaliser des formations en présentiel sur la gestion et le partage des données de la recherche. Le partenariat pourrait reposer sur un échange où le partenaire apporterait son contenu et l’équipe du projet développerait des distanciels liés à la formation du partenaire, utilisables par celui-ci.

3/ Les partenaires-relais et béta-testeurs qui seraient volontaires pour tester et diffuser les distanciels produits par le projet, éventuellement en les articulant avec des actions en présentiel.

Contacts pour les partenariats: Paolo Lai (Inist-CNRS), Michel Roland (Urfist, BSN9), Joanna Janik (Dist-CNRS, BSN9)

(logo non officiel. © F. & C. Garelli)

Où en est-on des réseaux sociaux académiques ?

Alors que l’utilisation des réseaux sociaux de chercheurs est toujours croissante, que les éditeurs s’y intéressent de plus en plus près et que les formations se développent, il nous semblait intéressant de refaire un point sur la question, un peu plus d’un an après un premier article « Pour une utilisation critique des réseaux sociaux académiques ». Où l’on parlera de réseaux sociaux académiques bien sûr, mais aussi de pratiques d’information des chercheurs, de publication scientifique et de repositionnement des éditeurs, d’archives ouvertes ou encore des professionnels de l’information…

Continuer la lecture

SYGEFOR 3 est ouvert !

SYGEFOR 3, la plateforme nationale des formations du Réseau des URFIST (décrite dans ce précédent billet), est désormais visible à l’adresse : https://sygefor.reseau-urfist.fr/. Elle est accessible à partir de tout navigateur récent et sur les smartphones.

Nous tenons d’abord à remercier la société Conjecto pour la délicate opération d’importation de toutes les données des sept anciennes plateformes de SYGEFOR et pour avoir mené à bien ce projet complexe.
Désormais, tous les « événements » (i.e. les stages, les rencontres scientifiques, les formations doctorales, etc.) du Réseau, à venir et archivés, sont visibles (sous l’onglet « Formations du réseau ») et l’on peut y faire toutes sortes de recherches et de filtrages.

Comment s’authentifier sur la plateforme ?

Pour les personnes qui avaient déjà un compte SYGEFOR, sur l’une des sept plateformes locales, il y a deux cas de figures, selon la possession ou non d’un compte universitaire (de type ENT, SESAME…).

1/ Si vous avez un compte universitaire :
Vous cliquerez sur « Se connecter avec son compte universitaire« . Pour votre première connexion, l’une ou l’autre des deux situations suivantes peut se présenter :
si l’adresse électronique de votre compte universitaire est la même que celle de votre ancien compte SYGEFOR, vous retrouverez immédiatement toutes vos données personnelles (profil, formations suivies, en cours…) ;
en cas d’adresses électroniques différentes, la connexion avec votre identifiant universitaire va vous créer un nouveau compte. Dans ce cas, il faudra contacter rapidement votre URFIST pour qu’elle fusionne vos anciennes données sur votre nouveau compte.

Par la suite, vous n’utiliserez plus que vos identifiants universitaires.
Si jamais l’authentification avec votre compte universitaire ne fonctionnait pas (pour une raison ou pour une autre), utilisez la procédure décrite au point 2.

2/ Si vous n’avez pas de compte universitaire :
Vous cliquerez sur « J’ai un compte SYGEFOR » :
– comme identifiant, vous indiquerez l’adresse électronique que vous aviez utilisée sur votre ancien compte SYGEFOR ;
– vous serez obligé(e) de demander un nouveau mot de passe, en cliquant sur « J’ai oublié mon mot de passe ! ». Vous recevrez un mel vous permettant de finaliser la réinitialisation. Ensuite, vous retrouverez votre profil, vos formations en cours et archivées…

Pour toutes celles et ceux qui avaient déjà un compte Sygefor, nous vous demandons, à l’occasion de cette nouvelle connexion sur la plateforme, de bien vouloir vérifier, compléter ou mettre à jour vos données personnelles et professionnelles.

3/ Si vous n’avez pas de compte SYGEFOR et si vous voulez en créer un pour pouvoir s’inscrire à nos formations :

si vous avez un compte universitaire, cliquez sur « Se connecter avec son compte universitaire » : vous devez récupérer automatiquement quelques informations personnelles issues de votre établissement, qu’il vous faudra vérifier et compléter ;

si vous n’avez pas de compte universitaire, cliquez sur « Je n’ai pas encore de compte ».

Enfin, à l’attention de tous (ayant ou non un compte SYGEFOR), n’hésitez pas à consulter la FAQ, qui répondra à la plupart de vos questions sur nos formations et les procédures d’inscription.

Qui contacter en cas de problème ?

– pour toute question d’ordre personnel (problème pour l’authentification, l’inscription, problème d’oubli des codes d’accès, etc.,), il faut contacter votre URFIST dite « de rattachement », c.a.d. l’URFIST dont vous dépendez.

– si vous repérez un bug, ou pour toute question technique, contactez le support technique en envoyant un courriel à support@reseau-urfist.fr ;

– pour poser une question d’ordre général, faire une suggestion ou une remarque critique sur l’ensemble de la plateforme, vous pouvez écrire à l’Association du Réseau des URFIST : aru@reseau-urfist.fr.

L’ouverture d’un nouveau logiciel comporte toujours quelques risques : malgré notre vigilance et tous nos efforts, il peut rester de petits problèmes, des bugs résiduels, des procédures peu explicites… Nous demandons donc par avance votre indulgence et nous comptons sur vous pour nous signaler tout problème rencontré.
Et dans tous les cas, vos impressions et vos remarques, positives comme négatives, sont les bienvenues. Votre point de vue d’utilisateur de cette plateforme, conçue pour vos besoins, sera précieux pour tous les acteurs du projet !

Alexandre Serres

Enseignant-chercheur, co-responsable de l'URFIST de Rennes

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

SYGEFOR 3, la nouvelle plateforme nationale du Réseau des URFIST

Un important projet collectif du Réseau des URFIST va voir le jour début mars  : SYGEFOR 3, la plateforme nationale des formations. SYGEFOR, acronyme signifiant SYstème de GEstion des FORmations, est un outil de gestion qui équipe les sept URFIST depuis  2005. La nouvelle plateforme s’inscrit dans la continuité de cet outil, bien connu de tous les stagiaires des URFIST, mais elle représentera un saut qualitatif important, que nous détaillons ici en répondant à six questions.

1/ Qu’est-ce qui va changer ?

Plus de visibilité sur nos formations :

Jusqu’à présent, pour avoir une vue d’ensemble des  formations de l’ensemble du Réseau, il fallait consulter un par un les sites web des sept URFIST.
SYGEFOR 3 permettra de consulter, en un seul coup d’œil, l’ensemble des formations et événements du Réseau. La plateforme, en libre accès sur le web, donnera une visibilité complète sur :
– toutes les activités de formation et tous les événements organisés par les sept URFIST : stages, formations doctorales, formations diverses, journées d’étude, rencontres scientifiques… ; les professionnels de l’information pourront également repérer nos formations sur le portail BibDoc, animé par l’enssib, avec lequel SYGEFOR 3 sera interopérable ;
– les formateurs membres des URFIST et de nombreux intervenants extérieurs, animant des stages dans le Réseau ;
– les informations pratiques sur chaque URFIST.

Plus de souplesse :

Toute personne, appartenant aux publics visés par les URFIST (enseignants-chercheurs et chercheurs, doctorants, professionnels de l’information de l’enseignement supérieur), pourra ouvrir facilement un compte personnel sur la plateforme à partir de son compte universitaire, choisir son URFIST « de rattachement » et s’inscrire aux formations de celle-ci ou de n’importe quelle autre URFIST. Rappelons que tous nos stages sont gratuits pour les personnels et étudiants de l’enseignement supérieur et de la recherche.

Plus de services :

Les stagiaires des URFIST, déjà inscrits sur SYGEFOR, récupéreront leurs identifiants et  toutes leurs données (profil, liste des inscriptions, etc.). Toutes les personnes ayant un compte universitaire (compte Sesame…) pourront l’utiliser pour s’authentifier. Une fois inscrit, chaque stagiaire aura accès à différents services sur son Espace personnel.

2/ Quelles nouvelles fonctionnalités ?

L’interface publique de SYGEFOR 3, sobre et ergonomique, présentera de nombreuses et nouvelles fonctionnalités :

– la vue d’ensemble de toutes les formations et des prochains événements du Réseau ;
– un focus sur des événements choisis par les URFIST ;
– de nombreuses possibilités de recherche et de filtrage sur tous les événements (archivés et à venir) ;
– la liste de tous les formateurs, membres des URFIST et de plusieurs intervenants extérieurs ;
– une procédure d’ouverture de compte simplifiée et guidée, avec l’utilisation possible du compte universitaire, via la technologie Shibboleth ;
– un processus d’inscription aux formations très simple, sur le mode « Panier » ;
– un Espace Stagiaire personnel, avec plusieurs services : liste des inscriptions en cours, archives de toutes les demandes d’inscription passées et des formations suivies, possibilité de télécharger les attestations de présence pour les stages suivis, demande d’imprimé d’autorisation hiérarchique, grilles d’évaluation des stages, accès aux supports (pour les stages suivis)…

3/ Un outil open source 

Une information importante, qui intéressera de nombreux partenaires et organismes de formation continue : SYGEFOR 3 est un logiciel en open source, entièrement gratuit et qui sera téléchargeable sur les plateformes de logiciels libres, selon les conditions habituelles de l’open source (sous licence CeCILL-C). L’Association du Réseau des URFIST a choisi cette option de l’open source tout d’abord par conviction, car les URFIST ont toujours été d’ardents défenseurs du logiciel libre et de l’open access. Par ailleurs, SYGEFOR 3, financé par le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, pourra équiper d’autres services de l’enseignement supérieur, permettant ainsi d’importantes économies d’échelle. Le réseau des CRFCB (Centre Régionaux de Formation aux Carrières des Bibliothèques) est d’ores et déjà intéressé, ainsi que quelques SFC (Services de Formation Continue). Enfin, conformément au cercle vertueux de l’open source, tout nouveau développement, réalisé par un autre organisme pour ses besoins propres, sera reversé dans le « pot commun » et accessible à tous. SYGEFOR 3 devrait donc s’améliorer et s’enrichir de nouvelles fonctionnalités, dont le Réseau des URFIST pourra bénéficier en retour.

SYGEFOR 3 pourra être téléchargé gratuitement et modifié, sous les conditions de la licence CeCILL-C, mais les organismes intéressés devront, bien entendu, prendre en charge les adaptations à leurs besoins et à leur environnement.

4/ Pour quand ?

Le basculement des données des sept SYGEFOR vers la plateforme SYGEFOR 3 est prévu fin février, et l’ouverture publique de la nouvelle plateforme sera effective début mars.  Toutes les informations pratiques seront fournies à ce moment-là.

5/ Qui est derrière ce projet ? Quels acteurs ?

SYGEFOR 3 est une application développée pour l’Association du Réseau des URFIST (ARU). Notre association a été fondée en 2010, afin de pouvoir faciliter les projets nationaux du Réseau des URFIST, représenter celui-ci auprès des instances de tutelle et des partenaires et favoriser la formation et la recherche sur l’information scientifique. SYGEFOR 3 est le premier projet d’envergure, porté entièrement par l’Association du Réseau des URFIST. Au sein du Réseau des URFIST s’est constitué un groupe de travail chargé de conduire et suivre ce projet technique complexe[1]

Qui a financé ce projet ?

Le DISTRD (Département de l’Information Scientifique et Technique et Réseau Documentaire) a versé à plusieurs reprises des subventions exceptionnelles pour le projet SYGEFOR, manifestant ainsi son soutien au Réseau des URFIST, y compris lors de moments difficiles. Ces subventions directes ont été complétées par d’importantes contributions des différentes URFIST.

Qui a réalisé SYGEFOR 3 ?

Une start-up informatique de Rennes, la société Conjecto, qui a trouvé des solutions innovantes pour répondre à la complexité de nos besoins. Les responsables de Conjecto[2] ont développé une application faisant appel aux technologies les plus récentes (notamment le moteur de recherche à facettes ElasticSearch) et ils ont créé un outil de gestion puissant, dont l’originalité réside sans aucun doute dans le caractère modulaire. Conjecto, développeur de SYGEFOR 3 , est à ce titre titulaire des droits moraux d’auteur.

6/ Pourquoi 3 ?

Au fait, d’où vient SYGEFOR, et pourquoi le troisième du nom ?  Un bref rappel historique permettra aux esprits curieux de mieux comprendre ce projet.

En 2004, l’URFIST de Rennes a fait développer par une SSII, la société Acréat, une application informatique pour pouvoir gérer ses formations, les inscriptions à celles-ci, éditer des bilans automatisés, etc. Cette application fut baptisée SYGEFOR et, dès 2005, compte tenu de son intérêt et des services rendus, elle fut distribuée gratuitement aux autres URFIST. Chaque unité gère, depuis, ses propres stages et formations, sur les serveurs de son établissement. Un seul SYGEFOR mais sept exemplaires de l’application, implantés sur sept serveurs.

Si l’outil a plusieurs fois évolué, le constat a été fait qu’il était temps de passer à une autre version et surtout d’aller vers une seule plateforme, implantée sur un seul serveur, permettant de gérer l’ensemble des formations du Réseau. En 2012, le Groupe de travail se mit donc en place, un cahier des charges fut élaboré, un appel d’offres organisé et une SSII choisie en septembre 2012. Le projet s’appelait alors SYGEFOR 2, pour marquer la différence avec la première version. Mais des dysfonctionnements d’ordre technique et commercial  neutralisèrent cette deuxième version et conduisirent l’Association du Réseau des URFIST à élaborer un nouveau projet, baptisé SYGEFOR 3, et à le confier, début 2014, à la société Conjecto. Au total, le projet aura pris un an de retard.

En conclusion, un enjeu fort pour le Réseau des URFIST

En raison de l’énorme quantité de travail collectif demandée par le projet depuis trois ans et des vicissitudes de son histoire, l’arrivée à bon port de SYGEFOR 3 représente déjà un événement important pour nous. Mais elle constitue également un enjeu très important pour le Réseau des URFIST, pour deux raisons :

– d’une part, la plateforme va donner une meilleure visibilité nationale au Réseau et à ses formations. Grâce à SYGEFOR 3, chacun pourra prendre la mesure de l’étendue de l’offre de formation, de la diversité des thématiques et des intervenants extérieurs ;

– d’autre part, l’ouverture de SYGEFOR 3 coïncide avec les nouvelles évolutions du Réseau des URFIST, préconisées par le Rapport de recommandations sur l’évolution du Réseau des URFIST : renforcement de la dimension nationale des URFIST, nouvelle articulation entre les missions de formation et de recherche… (voir le billet « Le Réseau des URFIST à un tournant de son histoire« ).

La plateforme SYGEFOR 3 inaugure ainsi une nouvelle période de l’histoire trentenaire des URFIST, celle de la structuration d’un réseau national au service de l’information scientifique.

 

 

 

  1. Le groupe est piloté par Alexandre Serres (URFIST de Rennes) et composé de Corinne Habarou (URFIST de Paris), Manuel Durand-Barthez (URFIST de Paris), Michel Roland (URFIST de Nice), Sylvie Fayet (URFIST de Toulouse, jusqu’en décembre 2013), et Sabrina Granger (URFIST de Bordeaux, depuis janvier 2014). []
  2. Blaise de Carné, chef de projet sur SYGEFOR, Romain Bovyn et Serwan Cravic. []

Alexandre Serres

Enseignant-chercheur, co-responsable de l'URFIST de Rennes

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Le Réseau des URFIST à un tournant de son histoire

Un Groupe de travail national[1], composé de 17 personnes et animé par Pierre Carbone, Inspecteur  général des Bibliothèques, a été constitué en 2014 à l’initiative du Ministère de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche[2]. Il avait pour objectif de réfléchir aux missions, aux activités et aux situations des sept URFIST et de faire des propositions d’évolution.

Un an plus tard, la mission est accomplie et les recommandations proposées par ce groupe de travail et validées par le Ministère viennent d’être mises en ligne.

Quelles en sont les idées-force ? Bien qu’il soit réducteur de résumer en quelques lignes la densité des échanges et des débats, on retiendra ici quatre points qui nous semblent particulièrement importants : le bilan et trois axes d’évolution.

Un bilan qui appelle des évolutions
Le groupe de travail a dressé un bilan largement positif de l’action des URFIST depuis leur origine. L’activité importante et les résultats très positifs ont été soulignés, ainsi que la capacité des Unités à évoluer depuis leur création, notamment grâce à leur culture mixte construite entre documentation et recherche. Mais la faiblesse des moyens humains[3] pour réaliser l’ensemble des missions, que sont la formation, la veille et la recherche, ainsi que le manque de visibilité conduisent à une certaine dispersion.

Ainsi, la formation, au coeur des missions des URFIST depuis leur création en 1982, est tiraillée entre l’importance des publics visés[4] et l’étendue des territoires desservis.[5] L’activité de recherche des URFIST, dont l’importance a été montrée par un rapport de synthèse, est trop peu connue et reste éclatée.

Cet état des lieux en demi-teinte doit être regardé à l’aune des nombreuses évolutions du contexte de l’IST : le bouleversement du champ de l’IST avec l’arrivée du numérique, le renouvellement des pratiques informationnelles des chercheurs, les transformations institutionnelles récentes… sont autant d’éléments qui encouragent les URFIST à poursuivre leur évolution. Ainsi par exemple, le paysage universitaire en pleine recomposition, marqué notamment par l’autonomie des universités et leurs regroupements[6], ne permet guère l’existence de petites structures inter-universitaires fonctionnant sous l’ancien modèle, car l’articulation entre les dimensions nationale, régionale et locale devient plus complexe à mettre en œuvre.

En dépit de ces faiblesses et de ces difficultés, les URFIST ont fait preuve de dynamisme ; elles ont maintenu et élargi leurs activités, développé leur présence numérique et inventé progressivement une amorce de fonctionnement en réseau, suscitant en retour le soutien régulier du Ministère.

Aujourd’hui, l’heure est venue d’une évolution forte pour aller vers une consolidation de ce réseau. Les recommandations, issues de la réflexion du groupe de travail, s’organisent autour de trois grands axes : le renforcement de la recherche et une meilleure articulation avec la formation, la structuration nationale du réseau en GIS et la redéfinition des modes d’implantation, de financement et de fonctionnement.

Le renforcement de la recherche et une meilleure articulation avec la formation

Sur le plan des missions et des activités, le groupe de travail préconise de renforcer les activités de recherche du Réseau des URFIST en les articulant avec la formation. Il a notamment proposé de structurer la recherche autour de deux thématiques. D’une part, la communication scientifique : les modes de production, de diffusion et l’évaluation scientifique, autrement dit le noyau dur de l’IST. D’autre part, les cultures de l’information : l’évaluation de l’information, les compétences numériques et informationnelles, la culture numérique.

Cette recherche menée par le réseau des URFIST devrait permettre de « fédérer un réseau national à travers une forme institutionnelle permettant une bonne articulation entre le local et le national garantissant à la fois l’autonomie et l’ancrage local, la souplesse du fonctionnement en réseau et une efficacité et visibilité au plan national ». Elle s’appuiera sur les travaux de recherche menés actuellement par les enseignants-chercheurs des URFIST et permettra « d’établir ou renforcer des partenariats sur ces thématiques avec les laboratoires travaillant dans le champ de l’IST ».

Cela pourrait notamment se concrétiser par la création « avec le soutien de la BSN ((Bibliothèque Scientifique Numérique)) et avec les partenaires intéressés d’un Observatoire des usages des chercheurs ».

Par ailleurs, une redéfinition des publics prioritaires devrait être menée, un renforcement des actions d’expertise sur la formation, des partenariats avec l’INIST et l’ENSSIB, notamment sur la veille, sont également proposés.

La structuration nationale du Réseau et la création d’un GIS

Afin de donner au Réseau des URFIST la structure nationale qui lui fait défaut aujourd’hui, le groupe de travail a envisagé différentes formes possibles et a finalement proposé celle d’un GIS.[7] Un nouveau chantier devrait donc s’ouvrir dès 2015 pour le Réseau des URFIST et ses partenaires. Un comité de préfiguration sera mis en place afin de déterminer les objectifs et les projets de ce GIS, pour aboutir ensuite à une phase de mise en œuvre, avec la constitution d’un « comité scientifique élargi chargé de la définition de la stratégie de recherche et préfigurant la gouvernance de ce réseau ».

Il s’agit là d’une évolution marquante pour le réseau et qui devrait signifier un tournant important dans l’histoire trentenaire des URFIST. L’Association du Réseau des URFIST, créée pour donner au Réseau une visibilité et une représentation nationales, continuera d’exister. Le GIS, quant à lui, permettra de fédérer des projets avec des partenaires et donnera au réseau des URFIST la structure lui permettant d’exister pleinement au niveau national.

La redéfinition des modalités de fonctionnement

Le groupe de travail a également recommandé de reconsidérer les ancrages locaux des sept URFIST, en lien avec le nouveau paysage universitaire et l’apparition des COMUE. Les implantations territoriales des sept URFIST pourraient donc être revues. Une phase de négociation entre le Ministère et les établissements supports devrait aboutir à l’établissement de nouvelles conventions précisant les modalités de fonctionnement de chaque unité locale.

Par ailleurs, c’est dans l’articulation entre les unités locales et le niveau national que de nouveaux moyens pourront être trouvés pour mener à bien ces nouvelles missions. Le système d’allocation des moyens sera adapté à la nouvelle situation, en cohérence avec ces changements.

En bref, le fonctionnement quotidien et la vie de chaque unité et du réseau seront à terme transformés, pour mener à bien cette évolution majeure des URFIST.

Au final, si beaucoup de questions et d’interrogations demeurent, si le processus d’évolution reste à construire, c’est incontestablement une nouvelle étape de l’histoire des URFIST et un chantier passionnant qui s’ouvrent. De nouveaux partenariats vont être construits, d’autres seront renforcés. La conclusion principale de ce Groupe de travail et de ce rapport est peut-être là, dans la réaffirmation de l’importance du travail en réseau et en partenariat.

Alexandre Serres et Claire Denecker, Président et Vice-Présidente de l’Association du Réseau des URFIST, représentants au Groupe de travail du DISTRD.

 

 

 

  1. Ce groupe de travail réunissait des représentants du MENESR (DISTRD, Département de la réglementation de la DGRI), des URFIST, de leurs partenaires au CNRS (INIST, RENATIS), des responsables universitaires (président d’université, président de section du CNU, responsable de formation continue), des représentants de l’ADBU, de l’ENSSIB, d’EPRIST, du CLEO et de l’Alliance Athena . []
  2. C’est grâce à l’initiative d’Alain Colas et d’Elisabeth Collantes, du Département de l’information scientifique et technique et réseau documentaire (DISTRD) au Ministère de l’Education Nationale, de l’Enseignement supérieur et de la recherche, que ce groupe a ete constitué et que cette réflexion a pu être menée. []
  3. Chaque unité, à part celle de Paris dont les effectifs sont doublés, est composée d’un binôme de formateurs, accompagné par un responsable administratif. Le binôme des formateurs est représenté par deux métiers forts de l’IST : un enseignant-chercheur et un conservateur des bibliothèques. []
  4. Le public cible des URFIST est large : il comprend les enseignants-chercheurs, les chercheurs, les doctorants et les professionnels de l’information de l’enseignement supérieur et de la recherche. []
  5. Les URFIST interviennent sur l’ensemble du territoire français, excepté l’Académie de Lille, desservie par une URFIST pendant quelques années mais qui a été fermée dans les années 80. []
  6. Voir les projets de fusion ou de regroupement en cours, les projets de COMUE, etc. []
  7. Groupement d’Intérêt Scientifique. Contrat de coopération scientifique,  « un GIS a pour objet de fédérer des moyens (personnels, matériels, locaux, etc.) et d’en définir les modalités d’utilisation autour d’une thématique déterminée afin de permettre la réalisation de recherches dans le cadre de ladite thématique. » (INSERM). Voir aussi la page GIS du CNRS. []

Alexandre Serres

Enseignant-chercheur, co-responsable de l'URFIST de Rennes

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Interventions et supports de la JNE 2014: « Nouvelles formes de communication et d’évaluation scientifiques »

Les vidéos et les supports de la Journée d’Étude « Nouvelles formes de communication et d’évaluation scientifiques : perspectives et légitimités » sont consultables sur le wiki de l’Urfist de Nice : LIEN.

La 5ème Journée Nationale d’Étude du réseau des URFIST s’est tenue le 25 septembre 2014 à l’Université de Nice Sophia-Antipolis. Elle s’est focalisée sur les différentes formes de publication de la recherche et sur les modes de légitimation ou d’évaluation associés.

Continuer la lecture

Nouvelles formes de communication et d’évaluation scientifiques : perspectives et légitimités

Les Urfist organisent régulièrement depuis 2002 une « journée nationale d’étude » (JNE). Pour cette 5ieme édition le thème d’étude retenu focalise sur les différentes formes de publication de la recherche et les modes de légitimation ou d’évaluation associés.

L’objectif de cette journée, qui se déroulera le 25 septembre 2014 à Nice, est de revenir sur les frontières entre publications dites légitimes ou non-légitimes, les nouveaux moyens d’expression et d’engagement des chercheurs et la prise en compte de ces modes de publications dans l’évaluation de la recherche. Pour ce faire, nous revisiterons des réalisations, des expérimentations ou des analyses de terrains sur les épi-revues, l’open peer review commentary, les carnets de recherche en SHS ou STM, la médiation scientifique via des blogs ou des réseaux sociaux, les évaluations institutionnalisées ou communautaires, les nouvelles métriques, l’identifiant unique des chercheurs…   .

Exprimé autrement, il s’agira d’observer les changements actuellement à l’oeuvre dans les activités des chercheurs , changements notamment motivés par l’introduction du « numérique » , par de nouvelles modalités de management de la recherche et par une politique « d’ouverture » des données. Cette journée permettra de comprendre l’évolution du métier de chercheur, depuis l’échange épistolaire jusqu’à l’eScience.

Au programme :

Ouverture – 8h45

Sylvie Mellet, Vice-présidente de la Commission Recherche de l’Université de Nice Sophia Antipolis

Matin : expressions et communications académiques – 9h

Session 1 : Moyens de publication académiques – 9h-10h30.

  • épi-revues : Ariane Rolland, responsable du service IST, Institut Fourier, Grenoble
  • open-peercommentary journals : Alain Monteil, Responsable documentation INRIA, Sophia Antipolis

Session 2 : Nouveaux moyens d’expression, d’engagement et impact social – 11h-13h

  • Carnets et blogs de recherche en SHS : Pierre Mounier, directeur adjoint du Centre pour l’édition électronique ouverte (Cléo)
  • Regard d’un bloggeur en STM : David Monniaux, DR CNRS et bloggeur
  • Les communs : Philippe Aigrain, directeur, Sopinspace, Société pour les espaces publics d’information et co-fondateur, La Quadrature du Net

Après-midi : Légitimité, réputation, évaluation – 14h-17h

  • Publish AND perish en 2014 : Yves Gingras, Pr d’histoire et de sociologie à l’Université du Québec
  • Altmetrics : Rodrigo Costas Comesaña, chercheur , CWTS,  Université de Leiden
  • Faculty of 1000 : Eva Amsen, OutreachDirector, F1000Research
  • Les nouvelles dynamiques de la publication scientifique : Gloria Origgi, CNRS – Institut Nicod, Ecole Normale Supérieure, EHESS

Bilan: 17-17h15

 

Pour plus d’informations rendez-vous sur : http://urfistjne2014.wordpress.com/programme/

Contact : urfistjne2014 – at – gmail.com et @Urfistjne

Inscription gratuite mais obligatoire sur Sygefor

 

cropped-cropped-propaljne2014bis

 

Pour une utilisation critique des réseaux sociaux académiques

L’information n’a pas encore reçu beaucoup d’échos en France : et pourtant cela fait plusieurs mois maintenant qu’Elsevier demande régulièrement le retrait d’articles déposés par leurs auteurs sur le réseau social Academia. Si on le regarde sous l’angle de l’open access, cet exemple souligne incontestablement l’« injustice fondamentale de l’actuel écosystème de la communication académique » (John Dupuis). Mais il met également en lumière l’arrivée à maturité des réseaux sociaux académiques : à l’heure où Elsevier peine à se créer une place sur les outils 2.0 (échec de 2collab en 2011, rachat de Mendeley en 2013), il n’est pas étonnant que celui-ci attaque les nouveaux challengers qui se développent auprès des communautés académiques, après avoir laissé faire. Et ce n’est pas un hasard si Olivier Dumon, managing director chez Elsevier, vient de publier sur le Huffington Post un article intitulé « The Business of Science: Social Networking of Science » : ces challengers ne sont pas sans soulever, eux aussi, un certain nombre de questions.

Continuer la lecture