Archives de catégorie : Université

Journée d’études « Bibliométrie et indicateurs de la recherche : enjeux et perspectives »

11 juin 2013, 9h-13h
Amphi Cujas (Université Toulouse 1 Capitole – Anciennes Facultés)

Cette journée est gratuite, ouverte à tous, mais l’inscription est obligatoire pour des raisons logistiques : http://www.urfist.cict.fr/sygefor/journee

  • Présentation

L’objectif de cette journée est d’impulser une réflexion pluridisciplinaire sur les mesures de la science au niveau du site toulousain de la recherche et de ses acteurs. Alors qu’ils n’y étaient pas initialement destinés, les travaux de bibliométrie ont parfois dévié vers l’évaluation quantitative des chercheurs et des institutions. Les décideurs et les chercheurs eux-mêmes se sont progressivement emparés des différents indicateurs. Au gré des exigences institutionnelles ou de divers impératifs professionnels, ils en sont venus à réaliser leurs propres mesures, avec des dérives qui ont maintes fois été dénoncées.

Dans l’objectif de mieux comprendre le fonctionnement de l’activité de recherche, plusieurs questions se posent alors. Est-il quand même possible et souhaitable de mobiliser ici les outils bibliométriques ? À quelles conditions et quelles sont les précautions prendre ? C’est à ces questions que cette journée, qui devrait être suivie par d’autres, tentera d’apporter des éléments de réponse en s’appuyant sur des travaux en sociologie, en sciences de l’information et de la communication et en informatique.

  • Programme

9h-9h30. Introduction
Pierre Aimar (PRES Université de Toulouse)

9h30-10h15.   La science et ses miroirs : la bibliométrie en perspective
Michel Zitt (INRA)

10h15-10h45.   Bibliométrie et production des connaissances : quelle évaluation de la recherche ?
Muriel Lefebvre (URFIST/LERASS)

10h45-11h. Pause

11h-11h30.  Évaluation de la recherche en Italie : (més)usages de la bibliométrie et l’initiative ROARS
Alberto Baccini (Université de Sienne, Italie)

11h30-12h.  Perception de la recherche via les médias sociaux : le prisme des Altmetrics
Guillaume Cabanac et Gilles Hubert (IRIT)

12h12h30.  Pour une démesure de la science : faire de la bibliométrie sans compter
Béatrice Milard (LISST)

12h30-12h45.  Conclusion et perspectives à venir
Michel Grossetti (LISST/LabEx SMS)

  • Organisation

Cette journée est organisée par Béatrice Milard (LISST), Guillaume Cabanac et Gilles Hubert (IRIT) et Muriel Lefebvre (LERASS/URFIST), avec le soutien de l’IRIT, de l’URFIST, du LabEx SMS, du LISST, du programme ANR Résocit, du LERASS et de l’UT1.

  • Contact

muriel.lefebvre@ut-capitole.fr

 

Comment bloguent-ils?

Depuis quelques années, les acteurs de la recherche en sciences humaines se sont approprié les outils du Web 2.0 :  signets partagés, réseaux sociaux, plateformes de partage de contenus. Parmi eux, le blog est souvent utilisé comme un moyen simple et efficace de communication sur l’actualité de la recherche.

« Comment bloguent-ils ? » C’est la question qui sera explorée les 1er et 2 décembre 2011 au cours d’un événement organisé à Lyon par l’URFIST de Lyon, l’Institut des Sciences de l’Homme, la Maison de l’Orient et de la Méditerranée et le Centre pour l’édition électronique ouverte (Cléo).

Trois moments forts ponctueront cette manifestation autour des carnets de recherche en sciences humaines et sociales.

Continuer la lecture

UPMC / ScienceDirect : une mise à jour

Un premier billet avait relayé l’information : en octobre 2010, l’Université Pierre et Marie Curie (UPMC) publiait sur son site une dépêche AEF indiquant que, suite au constat d’une politique tarifaire trop contraignante et défavorable, le conseil scientifique de l’université s’était prononcé en faveur de la résiliation de son abonnement aux revues en ligne d’Elsevier via la plateforme ScienceDirect. La dépêche précisait que les 20 revues les plus consultées représentaient 15,4% des consultations, la moitié des consultations étant assurée par 152 revues, sur les 2383 titres disponibles dans la « Freedom collection ».

En janvier, une deuxième dépêche annonce que  « au terme d’une négociation difficile avec l’éditeur Elsevier, et grâce à l’entremise de Couperin, consortium universitaire de publications numériques, l’UPMC rejoint le groupement de commande national ‘Freedom collection’, pour la période 2011-2013 », la négociation ayant permis notamment « une réduction significative du périmètre du portefeuille de titres » ainsi que l’engagement de l’éditeur à « tester, dès 2011, un nouveau modèle de tarification qui devra être étendu à l’ensemble du groupement de commande national en 2013« .

Outre l’augmentation annuelle de 5 à 10% imposée par l’éditeur, un des problèmes majeurs est la quasi-obligation pour les bibliothèques de privilégier l’abonnement à la collection complète (du fait de tarifs dissuasifs appliqués aux sélections de titres souhaités par les bibliothèques).

En parallèle, l’UPMC s’engage dans le développement du libre accès grâce à la mise en place d’un portail Hal-UPMC qui permet, depuis janvier, de donner accès à la production scientifique de l’université. Ce portail recense déjà plus de 6000 documents, dont près de la moitié sont des articles publiés dans des revues à comité de lecture.

Enquête sur les Pratiques Informationnelles des Chercheurs : Quelques Résultats

Le 6 octobre dernier nous vous sollicitions pour participer à une Enquête sur les Pratiques Informationnelles (EPI) des chercheurs lancée par l’Urfist de Nice avec la collaboration du laboratoire I3M. Le questionnaire en ligne a recueilli  681 réponses complètes et 325 incomplètes au 7 janvier 2011. Nous avions choisi d’interroger les chercheurs aussi bien sur leurs pratiques « professionnelles » que sur leurs pratiques informationnelles privées, « culturelles », ce qui rend le questionnaire relativement long (56 questions et une vingtaine de minutes pour y répondre) et dans ces conditions, le nombre de retours nous apparaît plutôt comme un succès (le questionnaire reste accessible ici). Les résultats les plus intéressants devraient apparaître après les croisements de données qui sont en cours mais d’ores et déjà les résultats bruts proposent des constatations intéressantes sur les usages:

  • Importance massive de la documentation numérique: moins de 20% des répondants consultent plus de documentation papier que de documentation numérique et près de 40% estiment à plus de 75% la proportion des documents numériques consultés. Pour près de 78% d’entre eux l’usage professionnel d’Internet dépasse les 2 heures par jour.
  • Faible utilisation des « murs » des bibliothèques : 66% des répondants ne se rendent jamais ou se rendent rarement en bibliothèque universitaire pour leurs recherches.
  • Les bibliothèques sont d’abord appréhendées plutôt selon leur fonction traditionnelle de réservoirs d’information que comme service et lieu de médiation. C’est vrai aussi des bibliothèques numériques, assez largement utilisées (49%) auxquelles on demande massivement (72%) du contenu en masse plutôt que de la sélection (23%).
  • Très faible utilisation des outils numériques spécifiques, en particulier les outils de mémorisation en ligne (moins de 5%), les fils de syndication (moins de 17%), les réseaux sociaux spécialisés…
  • Utilisation massive des outils Internet « grand public »: Google (95%), Wikipédia (70%, dont 47% dans un cadre académique) voire Facebook (34%). Une mention spéciale pour Google Scholar utilisé par 45% des répondants.

Ce qui semble apparaître ainsi c’est la coexistence entre un impact important du numérique et un certain conservatisme des pratiques et des conceptions. Les croisements avec les données d’âges (40 ans d’âge moyen) et de disciplines permettront d’affiner le paysage.

Plus de précisions après le saut…

Gabriel Gallezot & Michel Roland

Continuer la lecture

Recrutement Couperin pour OpenAIRE

Dans le cadre du projet OpenAIRE, Couperin recrute un gestionnaire de projet Open Access. Le poste est à pourvoir à partir du 1er avril 2011 pour une durée de 16 mois et est basé à Nancy. Il comprend un travail sur le projet OpenAIRE (75% du temps de travail) et une activité de webmestre pour le SCD de l’Université Henri Poincaré (25% du temps de travail).

OpenAIRE (Open Access Infrastructure for Research in Europe) est un projet européen dont le but est d’accompagner l’obligation de dépôt en accès libre des publications scientifiques (deposit mandates) décidée par la Commission Européenne et le Conseil Européen de la Recherche (ERC). Couperin en assure le relais pour la France.

Pour en savoir plus sur le recrutement, consulter la fiche de poste (pdf).

Les Doctorants et l’Information scientifique: Journées d’étude URFIST:ENSSIB – Lyon La Doua 3/4 Juin 2010

On connaît (mais peut-être la méconnaît-on trop souvent) l’importance de l’IST dans la formation et les pratiques du Doctorant.

Le Réseau des URFIST, amplement concerné par le vivier des futurs docteurs dans ses stages, avait à cœur depuis longtemps de consacrer une Journée d’étude sur « Les doctorants et l’information scientifique ».

La problématique de l’encadrement informationnel du thésard, de la place de l’IST dans l’appropriation des connaissances, dans leur exploitation et leur diffusion, en deçà et au-delà de la Thèse, constituent un enjeu majeur des missions de nos Unités.

Réunir les acteurs du protocole qui accompagne les futurs docteurs durant leur parcours, à travers des communications, des ateliers et une table ronde, afin que chaque aspect de la question soit envisagé sous un angle différent, afin de mutualiser les expériences : tel est l’objectif de ces journées.  Un communiqué circonstancié le décrit en détail, à l’appui du programme dont les grandes lignes sont d’ores et déjà disponibles.

Il importe de souligner que c’est grâce à la synergie entre le Réseau des URFIST et l’Enssib, par le biais de sa mission FORMIST, que ces Journées sont possibles. Lyonnaises, elles se tiendront sur le Campus de la Doua les 3 et 4 juin. Elles concernent tout aussi bien les professionnels de l’IST que les Enseignants-chercheurs et bien sûr les Doctorants eux-mêmes.

L’inscription est gratuite, mais obligatoire.

Outre les liens mentionnés plus haut dans ce billet, vous trouverez toute l’information globalisée sur  un site : http://doctis.wordpress.com/ .

Alors à très bientôt !

Manuel Durand-Barthez

Membre de l'URFIST de Paris. Formation SHS, professionnellement plutôt tourné vers les STM.

More Posts - Website

Colloque « Penser global, agir local, politiques de mise en ligne de la production académique » (Nice, les 29 et 30 mars 2010)

Le Service Commun de la Documentation de l’Université de Nice Sophia-Antipolis organise sous le patronage du Conseil Scientifique de l’UNS et de la CPU un colloque sur les politiques de mise en ligne de la production académique. Il aura lieu à Nice (Campus Valrose) les 29 et 30 mars prochain.

Extrait de la présentation (de Louis Klée, directeur du SCD et organisateur du colloque):

Les Archives Ouvertes, le libre-accès et la réflexion autour de la mise en ligne des résultats de la production académique restent en France en-deçà des standards anglo-saxons. La tenue de Berlin 7 à Paris du 2 au 4/12/2009 représente une sérieuse avancée. L’Université de Nice Sophia Antipolis (UNS) et son SCD organisent ce colloque avec l’objectif de poursuivre sur cette lancée au niveau très pragmatique et factuel des établissements et de la communauté académique de « base » pour contribuer ainsi à l’acculturation des pratiques de libre-accès. Ce n’est donc pas un colloque de spécialistes mais une rencontre entre intervenants compétents, présentant leurs démarches, leurs expériences et leurs difficultés dans les processus de mise en ligne de la production académique. Il permettra de confronter les pratiques et les expériences en cours dans la communauté académique, de dégager les enjeux, la prospective et des pistes d’action.

Thématiques:

– Enjeux et modèles économiques et scientifiques, payants et en libre-accès, de la mise en ligne de la production académique.
– Pratiques et expériences en cours dans la communauté académique.
– Acculturation des pratiques du libre-accès à l’IST.

Organisation et contact : voir site SCD UNS, Louis.Klee@unice.fr et Catherine.Jomotte@unice.fr


Appel à communications pour le CIUEN 2010

A signaler : le prochain Colloque International de l'Université à l'Ere du Numérique (CIUEN 2010) aura lieu à l'Université de Strasbourg, du 14 au 16 juin 2010.    

Extraits de l'appel à communications :                                 

"L'université de Strasbourg, en partenariat avec la SDTICE du Ministère de l'Education Nationale, organise le prochain CIUEN dont les objectifs sont de faire le point sur les organisations et politiques numériques des établissements, mettre en évidence les services aux étudiants et enseignants dans le domaine du numérique, mettre l'accent sur la formation à distance à l'ère du numérique, mettre en évidence le rôle des TICE dans la valorisation des ressources pédagogiques des universités, faire le point sur les organisations et les services pour la production, la médiatisation, la diffusion de ressources numériques et l’accès aux documents numériques.

Le colloque est organisé sous la forme de : conférences plénières, débats en ateliers, communications scientifiques et exposés techniques.
Par ailleurs, des stands sont mis à disposition d’une part de la communauté universitaire (SDTICE, universités, AMUE, CERIMES, Universités Numériques en Région, Universités Numériques Thématiques) et d’autre part de partenaires et industriels « sponsors » intéressés."

 Pour avoir toutes les informations sur l'appel à communications, dont la date limite est le 10 décembre 2009, voir sur le site du CIUEN.

AS

E-learning et cours magistral

L’avenir du cours magistral est-il dans le e-learning?

A l’occasion de la présentation de la plateforme pédagogique Jalon, je découvre Med@tice,
l’expérience de réforme pédagogique de la 1ère année de Médecine à
Grenoble, mis en oeuvre en septembre 2006. En gros: les cours
magistraux sont remplacés par des cours multimédia regroupés sur des
DVD-roms, les séances en présence des enseignants sont réservées aux
questions /réponses consécutives à l’étude réalisée par les étudiants
des cours multimédia. En gros parce que la séquence d’apprentissage est
un peu plus complexe et sophistiquée, articulée en 4 semaines et 4
types d’activités pédagogiques, on en trouve la description précise
dans un tutoriel
disponible sur le site de Med@tice (voir diapo extraite du tutoriel ci-dessous) – mais c’est l’articulation
magistral / interactivité, présentiel / multimedia qui me semble particulièrement remarquable.

Image_3

On trouve sur Canal-U plusieurs exposés de Daniel Pagonis
faisant un bilan de cette restructuration pédagogique. Un des élément
les plus remarquables est l’effet "lissant" de la nouvelle stratégie
quant aux inégalités socio-culturelles des étudiants. Ainsi le ratio
CSP Parents: Cadres vs. Agriculteurs/Artisans/Ouvriers passe de 2,3
pour les années 2001-2006, à 1,1 pour l’année 2007, le ratio Bac série S Maths vs. autres Bacs passe de 6,4 à 1,9, à l’inverse le ration Bourse vs. pas de Bourse passe de 0,8 à 1,1. (Les diapositives ci-dessous proviennent de la présentation de Daniel Pagonis et Jean-Paul Romanet au CDME SIFEM 2008).

Image_1    Image_2

Si l’on tente une explication de cet effet impressionnant, on se
dit que le cours magistral classique, reposant sur un flux d’éloquence
dans un français élaboré, va particulièrement avantager les étudiants
en possession d’un fort capital culturel. La stricte linéarité de
l’exposé expose l’étudiant dont les compétences linguistiques sont
imparfaites ou lacunaires au risque de perdre le fil. De disposer de
l’exposé sous forme enregistrée permet à l’étudiant de le traiter selon
sa propre temporalité, de revenir sur les passages difficiles, en
particulier en raison du niveau de langue. De façon complémentaire, la
séance de questions / réponses en présence de l’enseignant lui permet
de vérifier sa compréhension pour éventuellement revenir sur le cours
enregistré.

En quelque sorte le contenu d’un cours magistral est
analysé, dissocié entre d’une part un contenu qui est traité de façon
documentaire, qui devient un objet manipulable par l’apprenant et
d’autre part le "présentiel" qui va être réservée à l’interaction,
interaction limitée dans le cadre du cours magistral classique au
feed-back de la "salle" vers l’orateur.

L’avenir du e-learning est-il dans le cours magistral?

Paralèlement, dans le Chronicle of Higher Education du mois dernier, le professeur Tomas H. Benton s’interroge sur les manières d’enseigner aux digital natives et en particulier sur la pertinence du cours magistral:

le tabou qui frappe les cours magistraux réduit parfois la
liberté des enseignants d’expérimenter à partir d’une méthode
traditionnelle d’une manière qui peut répondre aux compétences
particulières des “natifs du numérique” – telles que
l’interconnectivité et l’intuition – tout en les entraînant à l’usage
de la preuve et de l’argumentation rationnelle.

On croirait lire là une introduction à l’expérimentation grenobloise
(alors même que la méthode du professeur Benton est très différente – voir les quelques extraits traduits ici
– mais partage avec celle de Med@tice le souci de casser la linéarité
du cours magistral pour le rendre appréhensible par les nouvelles
économies de l’attention).

Les leçons qu’on peut tirer de l’expérience grenobloise et de
ce qui apparaît comme son succès sont multiples, en particulier elle
montre que développer une offre pédagogique numérique ne peut se
limiter à transformer les enseignements en une sorte de supermarché
numérique
où l’étudiant viendrait "librement" faire ses courses et
qu’elle n’est pas un moyen pour dispenser les enseignants d’enseigner
(ou pour les pouvoirs publics d’économiser les heures d’enseignement).

Une leçon plus paradoxale serait à tirer de cette constatation
que le cours magistral se prête mieux à l’analyse/dissociation du
dispositif Med@tice entre un contenu documentarisé et un présentiel
réservé à l’interactivité que des formes d’enseignement plus
interactives comme le travail en groupe. A se demander si l’avenir du
e-learning n’est pas dans le cours magistral ;-)

MR

Google et l’enseignement supérieur

<!–
/* Style Definitions */
p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal
{mso-style-parent:"";
margin:0cm;
margin-bottom:.0001pt;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:12.0pt;
font-family:"Times New Roman";
mso-fareast-font-family:"Times New Roman";}
a:link, span.MsoHyperlink
{color:blue;
text-decoration:underline;
text-underline:single;}
a:visited, span.MsoHyperlinkFollowed
{color:purple;
text-decoration:underline;
text-underline:single;}
@page Section1
{size:595.3pt 841.9pt;
margin:70.85pt 70.85pt 70.85pt 70.85pt;
mso-header-margin:35.4pt;
mso-footer-margin:35.4pt;
mso-paper-source:0;}
div.Section1
{page:Section1;}
–>

L’Ecole Supérieure de Commerce de Lille s’est dotée de
Google Apps Education pour son  campus
numérique ; c’est le premier établissement d’enseignement supérieur en France à le faire ; la suite bureautique collaborative de Google est lancée sur MyESC Lille, le
nouveau portail de l’Ecole. C’était dans l’air depuis
quelques mois déjà
, depuis la rentrée, c’est fait : voir ici
et , et  naturellement sur le site de l’ESC Lille, où s’affiche clairement la volonté de voir les étudiants "expérimenter de nouveaux modes de travail en utilisant davantage de services et d’outils collaboratifs". Selon EducPros.fr, des universités dans le monde (Bologne, Leeds…) utilisent aussi Google Apps : il serait intéressant d’avoir des retours de cette expérience, tant sur les aspects juridiques que sur ceux de performance et d’usages.

MLM