Archives par étiquette : AB

« Nous n’avons pas d’autre choix » : les éditeurs, ResearchGate et les guerres du copyright

Nous avions laissé éditeurs et ResearchGate fin septembre en position d’observateurs, chaque camp campant sur ses positions. Rappelons en effet que le 15 septembre 2017, l’association d’éditeurs STM envoyait, via son cabinet d’avocats, une proposition à ResearchGate afin de rendre le réseau « plus compatible avec les droits d’usage et d’accès pour partager des articles », et lui laissait jusqu’au 22 septembre pour trouver un accord – courrier resté sans suite du côté du réseau social. Les choses se sont emballées courant octobre, et les rebondissements sont suffisamment importants pour que Nature et Science couvrent le sujet. D’offensives en contre-offensives, les lignes bougent sans pour autant clarifier les positions de toutes les parties prenantes…

Continuer la lecture

Robin des bois ou rogue open access ? Les réseaux sociaux académiques en 2017

L’offensive des éditeurs contre les réseaux sociaux académiques est lancée ! Elle aura mis du temps, mais la voilà. Alors qu’Academia et ResearchGate semblaient, faute de réaction jusque-là, en position de force, la puissante association STM, qui regroupe notamment Elsevier, Springer Nature, Taylor & Francis ou encore Wiley, vient en effet d’envoyer à ResearchGate le 15 septembre 2017 un courrier pointant directement du doigt ce qu’elle considère comme les lacunes et les abus du réseau. Mais parce qu’il n’y a pas que les éditeurs qui sont concernés, voici une synthèse 2017 pour comprendre les forces en présence d’une guerre du partage plus totalement larvée désormais.

Éditions précédentes : « Pour une utilisation critique des réseaux sociaux académiques » (2014), « Où en est-on des réseaux sociaux académiques ? » (2015) et « #DeleteAcademicSocialNetworks ? Les réseaux sociaux académiques en 2016 » (2016).

Plan
« Couteaux suisses de la communication académique » ou « clubs Diogène »
Le partage à l’aune de la « fatigue juridique » des chercheurs
« Qui ne tire pas profit sur le dos des chercheurs » ?
Quelle place pour les initiatives open access ?
Des opportunités pour la réputation et les métriques ?
Le « Be visible or vanish » des professionnels de l’IST

  Continuer la lecture

#DeleteAcademicSocialNetworks ? Les réseaux sociaux académiques en 2016

Affaire #DeleteAcademiaEdu, articles “Do academic social networks share academics’ interests ? (Times higher education du 07/04/2016) ou encore “The ResearchGate Score : a good example of a bad metric” (LSE blog du 09/12/2015)… Un peu perdus parmi tous ces articles, billets de blog et prises de positions dont les réseaux sociaux académiques ont fait l’objet ces derniers mois ? Petite synthèse 2016, après les billets « Pour une utilisation critique des réseaux sociaux académiques » (2014) et « Où en est-on des réseaux sociaux académiques ? » (2015), pour comprendre les débats qui ont fait la une récemment et s’interroger sur la place actuelle des réseaux sociaux au sein d’un écosystème scientifique en mouvement.

Continuer la lecture

Où en est-on des réseaux sociaux académiques ?

Alors que l’utilisation des réseaux sociaux de chercheurs est toujours croissante, que les éditeurs s’y intéressent de plus en plus près et que les formations se développent, il nous semblait intéressant de refaire un point sur la question, un peu plus d’un an après un premier article « Pour une utilisation critique des réseaux sociaux académiques ». Où l’on parlera de réseaux sociaux académiques bien sûr, mais aussi de pratiques d’information des chercheurs, de publication scientifique et de repositionnement des éditeurs, d’archives ouvertes ou encore des professionnels de l’information…

Continuer la lecture

Pour une utilisation critique des réseaux sociaux académiques

L’information n’a pas encore reçu beaucoup d’échos en France : et pourtant cela fait plusieurs mois maintenant qu’Elsevier demande régulièrement le retrait d’articles déposés par leurs auteurs sur le réseau social Academia. Si on le regarde sous l’angle de l’open access, cet exemple souligne incontestablement l’« injustice fondamentale de l’actuel écosystème de la communication académique » (John Dupuis). Mais il met également en lumière l’arrivée à maturité des réseaux sociaux académiques : à l’heure où Elsevier peine à se créer une place sur les outils 2.0 (échec de 2collab en 2011, rachat de Mendeley en 2013), il n’est pas étonnant que celui-ci attaque les nouveaux challengers qui se développent auprès des communautés académiques, après avoir laissé faire. Et ce n’est pas un hasard si Olivier Dumon, managing director chez Elsevier, vient de publier sur le Huffington Post un article intitulé « The Business of Science: Social Networking of Science » : ces challengers ne sont pas sans soulever, eux aussi, un certain nombre de questions.

Continuer la lecture

data.bnf.fr

La Bibliothèque nationale de France vient d’ouvrir son site http://data.bnf.fr/ qui applique aux données bibliographiques les principes du web sémantique et du web de données (linked data).

Le but est de proposer des « fiches de référence sur les auteurs et les œuvres » en « regroupant sur une même page toutes les informations issues de ses différents catalogues ainsi que de sa bibliothèque numérique Gallica ».

Le web de données à la BnF

Inscrit dans un contexte d’évolution des catalogues de bibliothèques, basé sur des évolutions des modèles bibliographiques comme le modèle international FRBR, et appuyé sur un travail de modélisation des données en RDF, le projet de web de données de la BnF doit garantir l’interopérabilité des différentes bases de la BnF (BnF catalogue général, BnF archives et manuscrits, Gallica) entre elles et avec l’extérieur, mais aussi favoriser l’exposition et l’intégration de ces données structurées dans le web sémantique. De fait, le projet s’insère dans un mouvement plus large d’ouverture des données publiques, institutionnelles ou administratives, comme on le voit également avec le projet Linked Open Data de la bibliothèque numérique européenne Europeana.

Initié en 2008, le projet se fixe quatre objectifs principaux :

  • créer des unités documentaires « pivots » de synthèse sur des auteurs et des œuvres favorisant les rebonds vers les ressources de la BnF ;
  • s’adapter aux évolutions du web tant pour la structure que pour l’accès aux données ;
  • s’associer au web sémantique, en favorisant les relations avec d’autres bases et en permettant un meilleur accès des internautes aux ressources de la BnF ;
  • mesurer les usages des internautes.

Plus d’informations sur la page consacrée au projet.

Le projet data.bnf.fr

Le projet est en cours et ne fournit donc à son ouverture qu’un nombre restreint de fiches auteurs et d’œuvres « les plus connus ». Par ailleurs, il se veut avant tout un outil de référence facile à utiliser, mais qui ne dispense nullement du recours aux inventaires plus détaillés, comme l’indique la page Avertissements.

Si les fiches doivent permettre d’accéder aux différentes éditions d’une œuvre ou de retrouver les différentes activités d’un auteur, il n’en reste pas moins qu’il s’agit de données bibliographiques, ce qui est particulièrement visible pour les fiches auteurs. On notera aussi que Wikipédia fait partie des ressources extérieures à la BnF signalées, et cela même si aucun article Wikipédia ne correspond.

L’usage montrera s’il y a lieu de voir dans data.bnf.fr une innovation dans le domaine des pratiques informationnelles.