Archives par étiquette : évaluation des revues scientifiques

La Conférence des Publications en Psychologie de Langue française (C.P.P.L.F.)

La Conférence des publications de psychologie en langue française « a pour objectif de promouvoir des concertations, en vue de définir les meilleures conditions de garantie d’existence et de qualité scientifique des publications, dans le respect des règles déontologiques et des principes éthiques. À cette fin, elle rassemble des acteurs et instances qui concourent à la publication, à la diffusion, à la conservation et à la valorisation des travaux de psychologie, par l’édition de revues, d’ouvrages, imprimés ou numériques. » (art. 2 des statuts).

 

La C.P.P.L.F. est un exemple remarquable de réflexion et d’action collectives se donnant pour objectif d’optimiser les conditions d’évaluation et de caractérisation des disciplines SHS en général et plus spécialement de la Psychologie. Enseignants-chercheurs, praticiens, éditeurs aux sens scientifique et diffuseurs, agrégateurs, sont réunis dans cette association dédiée aux publications de psychologie, qui œuvre dans le sens d’un dialogue constructif avec les instances d’évaluation : il s’agit de modifier de manière significative un certain nombre de principes dont l’inadéquation n’est plus à démontrer dans le domaine SHS ; la Psychologie constitue à cet égard une base de travail fort intéressante. La C.P.P.L.F. a bien voulu inviter l’URFIST de Paris à participer à ses travaux.

Voir le compte-rendu de son A.G. initiale sur le site  de cette Unité.

Manuel Durand-Barthez

Membre de l'URFIST de Paris. Formation SHS, professionnellement plutôt tourné vers les STM.

More Posts - Website

Yves Langevin : réflexions sur l’Evaluation

La prochaine réunion du Groupe Évaluation-Caractérisation-Bibliométrie de l’URFIST de Paris s’inspirera des réflexions d’Yves LANGEVIN qui prendra la parole une quarantaine de minutes en début de séance, de manière à ce que nous puissions dialoguer utilement avec lui.
Yves LANGEVIN est directeur de l’IAS (Institut d’Astrophysique spatiale), UMR 8617 (Unité Mixte de recherche CNRS / Université Paris Sud 11), Observatoire des sciences de l’Univers : OSU-IAS.
Il a été président de la Conférence Permanente du Comité National de la Recherche et, de septembre 2004 à août 2008, de la section 17 du Comité national : « Système Solaire et Univers Lointain ».
Il s’est  illustré par des prises de position et des analyses à la fois critiques et constructives en matière d’évaluation.

Cette réunion se tiendra le JEUDI 30 SEPTEMBRE de 14h30 à 17h au Centre Albert Châtelet / 6-8, rue Jean Calvin – 3ème étage –  salle Delisle – 75005 Paris ; Métro : Censier-Daubenton ou Place Monge ; Bus 27, 47
Inscription obligatoire sous:
http://urfist.enc.sorbonne.fr/sygefor/journee/31

Manuel Durand-Barthez

Membre de l'URFIST de Paris. Formation SHS, professionnellement plutôt tourné vers les STM.

More Posts - Website

AERES et ERIH (ERA, IRRA…)

Dans le dernier numéro du Chronicle of Higher Education, un regard américain sur les classements européens des revues SHS (New Ratings of Humanities Journals Do More Than Rank — They Rankle / Jennifer Howard), pas tant la liste de l’AERES (dont il est parlé ici-même ou ) que celle établie par l’European Science Foundation: l’European Index for the Humanities (ERIH)[1], également une entreprise analogue en provenance d’Australie (ERA = Excellence Research for Australia).

L’article discute le principe du classement des revues:

[Simon Schaeffer] qualifie les listes de revues « d’assaut contre l’évaluation par les pairs (peer review) ».
Les comités de titularisation et de promotion ou les administrateurs
des universités peuvent supposer que si un article apparaît dans une
revue de catégorie A, ce doit être un travail de niveau A. Comme il
l’exprime, dans un tel système, « vous n’avez pas besoin de connaître
la qualité d’un essai particulier dans une revue particulière. Vous
pouvez le remplacer par la note de la revue dans laquelle il paraît. Et
cela me semble absurde. »

Ce à quoi on pourrait ajouter qu’il y aurait quelque chose de
paradoxal à faire reposer l’évaluation sur le niveau
« revue/titre » alors que le développement du mode électronique de
diffusion de la littérature scientifique tend à renforcer le niveau « article » aux dépends du niveau « titre », à
permettre une mise en réseau directe des articles entre eux (cited by / citations)[2] et à faire apparaître des modes d’évaluation et des métriques articulés au niveau de l’article (voir par exemple le projet IRRA fondé sur les archives ouvertes en Grande-Bretagne).

L’article du Chronicle finit en remarquant que si les
Etats-Unis sont pour l’instant épargnés par les listes de classement
des revues, la multiplication de ces listes ailleurs risque de changer
ça:

Le sentiment général (…), dit Bonnie Wheeler, est
que le classement des revues de sciences humaines selon des critères
externes est « intellectuellement irresponsable » mais « dans la mesure où
les agences d’accréditation aiment avoir la possibilité de compter les
choses et de les noter, je m’attends à ce que nous voyions le phénomène
ici bientôt. »

MR

____
  1. Plus de 60 éditeurs de revues ont fait circuler en juillet dernier une lettre ouverte dénonçant ce classement et demandant que leur revue soit retirée de la liste.
  2. Evaluation attestée par une récente enquête sur les modes d’accès des chercheurs à la documentation: How Readers Navigate to Scholarly Content [pdf], 2008.