Archives par étiquette : Bibliométrie

Journée d’études « Bibliométrie et indicateurs de la recherche : enjeux et perspectives »

11 juin 2013, 9h-13h
Amphi Cujas (Université Toulouse 1 Capitole – Anciennes Facultés)

Cette journée est gratuite, ouverte à tous, mais l’inscription est obligatoire pour des raisons logistiques : http://www.urfist.cict.fr/sygefor/journee

  • Présentation

L’objectif de cette journée est d’impulser une réflexion pluridisciplinaire sur les mesures de la science au niveau du site toulousain de la recherche et de ses acteurs. Alors qu’ils n’y étaient pas initialement destinés, les travaux de bibliométrie ont parfois dévié vers l’évaluation quantitative des chercheurs et des institutions. Les décideurs et les chercheurs eux-mêmes se sont progressivement emparés des différents indicateurs. Au gré des exigences institutionnelles ou de divers impératifs professionnels, ils en sont venus à réaliser leurs propres mesures, avec des dérives qui ont maintes fois été dénoncées.

Dans l’objectif de mieux comprendre le fonctionnement de l’activité de recherche, plusieurs questions se posent alors. Est-il quand même possible et souhaitable de mobiliser ici les outils bibliométriques ? À quelles conditions et quelles sont les précautions prendre ? C’est à ces questions que cette journée, qui devrait être suivie par d’autres, tentera d’apporter des éléments de réponse en s’appuyant sur des travaux en sociologie, en sciences de l’information et de la communication et en informatique.

  • Programme

9h-9h30. Introduction
Pierre Aimar (PRES Université de Toulouse)

9h30-10h15.   La science et ses miroirs : la bibliométrie en perspective
Michel Zitt (INRA)

10h15-10h45.   Bibliométrie et production des connaissances : quelle évaluation de la recherche ?
Muriel Lefebvre (URFIST/LERASS)

10h45-11h. Pause

11h-11h30.  Évaluation de la recherche en Italie : (més)usages de la bibliométrie et l’initiative ROARS
Alberto Baccini (Université de Sienne, Italie)

11h30-12h.  Perception de la recherche via les médias sociaux : le prisme des Altmetrics
Guillaume Cabanac et Gilles Hubert (IRIT)

12h12h30.  Pour une démesure de la science : faire de la bibliométrie sans compter
Béatrice Milard (LISST)

12h30-12h45.  Conclusion et perspectives à venir
Michel Grossetti (LISST/LabEx SMS)

  • Organisation

Cette journée est organisée par Béatrice Milard (LISST), Guillaume Cabanac et Gilles Hubert (IRIT) et Muriel Lefebvre (LERASS/URFIST), avec le soutien de l’IRIT, de l’URFIST, du LabEx SMS, du LISST, du programme ANR Résocit, du LERASS et de l’UT1.

  • Contact

muriel.lefebvre@ut-capitole.fr

 

Informatique et scientométrie

La spécificité de la littérature scientifique dans le domaine de l’Informatique réside dans le type de support qui la sous-tend, c’est-à-dire principalement les proceedings. Les particularités propres aux communications touchent aussi bien le champ des pratiques ou de la culture informationnelles que celui de la cartographie scientométrique.

Le premier de ces deux domaines a été décrit de façon détaillée dans un article d’Andrea Kienle et Martin Wessner (université de Dortmund et fondation Fraunhofer à Darmstadt) intitulé Principles for Cultivating Scientific Communities of Practice. Ils analysent une communauté en particulier, la CSCL (Computer-Supported Collaborative Learning) sur la décennie 1995-2005. Ils passent au crible les listes de participants et d’intervenants aux colloques de la discipline. Ils modélisent la structure réticulaire de cette communauté en observant les associations de personnes, mouvantes au fil du temps, à travers le co-autorat, la co-citation, le partage des sources. Le workshop est un hub idéal, qui permet au réseau social de se cultiver tout en commettant des « items de travail » matérialisés par des documents publiés et susceptibles d’évaluation au sens académique du terme

La rotation géographique des conferences est observée, au même titre que leur périodicité. Les noms des organisateurs, le caractère composite de leur origine géographique, l’influence d’un noyau de personnalités marquantes susceptibles de mobiliser la communauté autour d’une thématique, font également partie des paramètres de cette modélisation.

Celle-ci définit enfin les caractéristiques d’un palier qui limite l’extension de la communauté et diminue son interactivité à un moment donné (suivant un phénomène d’érosion). Les signaux envoyés à cette étape limite déterminent la création ou la génération d’un nouveau réseau qui puisera dans le précédent les bases nécessaires à son épanouissement.

 

C’est à Trèves (Trier) que s’est développée la base DBLP (Digital Bibliography & Library Project) considérée par les informaticiens comme fondamentale au plan international pour la recherche documentaire dans ce champ disciplinaire. En parallèle, CiteSeerX permet d’effectuer de façon très fine des analyses bibliométriques assorties du fameux Triangle : références en fin d’article / références partagées par d’autres articles / co-citations ; et ce dans le domaine spécifiquement informatique. Le document d’analyse de la commission d’évaluation de l’INRIA de septembre 2007, souvent cité, intitulé Que mesurent les indicateurs bibliométriques ? prend appui sur ces deux outils. Ils servent aussi à étayer l’article de trois chercheurs de l’Université d’Aix-la-Chapelle (Aachen), qui a pour titre Development of Computer Science Disciplines – A Social Network Analysis Approach (Pham, Klamma, Jarke). À partir des données de colloques puisées dans les deux bases, les auteurs constituent deux réseaux : un knowledge network et un citation network. Le premier cartographie les conferences en fonction de leur thématique, en prenant les éléments précédemment décrits par Kienle et Wessner ; le second agit sur les citations, dans la perspective du triangle mentionné plus haut. Parallèlement, les venue proceedings de type ACM ou IEEE sont analysés. Ceux-ci, minoritaires, sont inclus dans des périodiques répertoriés par le JCR.

Ce qui frappe dans la visualisation des graphes afférant respectivement aux communications non répertoriées dans des publications en série (journals à proprement parler) et d’autre part à celles que recouvre ce second type de document, c’est que l’image du réseau résultant seulement des périodiques (The knowledge network using journals only) est éclaté, atomisé, peu structuré, ne permet pas la mise en valeur de thématiques clairement inscrites dans des flux relationnels intenses. L’autre graphique, en revanche (The combined knowledge network [giant component]) présente des caractéristiques inverses, illustrant bien la dynamique de ces hubs que constituent les colloques, sans que leur contenu soit fixé dans des périodiques homologués par ailleurs, notamment dans le JCR.

Le « réseau de connaissance », à travers des représentations successives, permet de voir l’émergence ou le déclin de sous-disciplines et des conglomérats de colloques typiques. Diamètre des nœuds et volume des traits de connexion (arêtes) varient au fil des années, voire des mois. Certes, ce genre d’observation s’applique à d’autres disciplines. Mais l’informatique l’illustre à un rythme très rapide avec une dynamique interrelationnelle particulièrement significative, du fait de la multiplicité, de l’hétérogénéité et de l’interopérabilité des composantes générées par les colloques. Leur structure extrêmement souple, leur organisation rapide, leur capacité d’accueil et leur ouverture, ajoutées à la brièveté des interventions, à leur relative spontanéité et aux facilités de communication entre acteurs, font des items de la « littérature informatique » un substrat très original par rapport à d’autres champs disciplinaires, qui se prêtent volontiers à des analyses de pratique informationnelle intéressantes. Activées par les réseaux sociaux scientifiques, l’interdisciplinarité ou la transversalité ne sont pas ici de vains mots.

Le « réseau de citations » est notamment mis en évidence à l’aide du PageRank permettant d’accroître la visibilité de groupes leaders qui en entraînent d’autres. On retrouve d’ailleurs cette conception à certains égards dans la mise en œuvre de l’Eigenfactor avec la traçabilité des citations.

Les paramètres de l’analyse du réseau se déclinent en quatre modalités selon Pham et al.: Density (M1), Clustering coefficient(M2), Maximum betweenness (M3), Largest connected component (M4). Autrement dit : la densité du graphe (proportionnelle au nombre d’arêtes et donc de liaisons entre les nœuds), le coefficient de regroupement (des nœuds), la centralité d’intermédiation optimale (qui, pour reprendre les termes de Sedki Allaoui, « reflète la capacité d’un chercheur à relier deux autres chercheurs provenant d’un même sous-réseau à travers le plus petit nombre d’intermédiaires »), enfin la notion de « plus grand graphe connecté » (aptitude d’un conglomérat de nœuds à inclure le plus grand nombre de connexions, et partant à s’imposer visuellement comme prépondérant).

Ces quatre modalités sont relativement classiques en matière d’analyse bibliométrique. Mais la production scientifique dans le domaine informatique offre cette caractéristique marquante de la différence entre une analyse effectuée directement à partir des items issus de ces colloques et leur fixation ou leur ancrage dans le cadre de périodiques prétendument reconnus (notamment par le JCR).

 

Sources : Andrea Kienle, Martin Wessner « Principles for Cultivating Scientific Communities of Practice » Communities and Technologies 2005  Proceedings of the Second Communities and Technologies Conference, Milano 2005. Ed. Peter Van Den Besselaar, G. De Michelis, J. Preece, C. Simone, pp 283-299. Dordrecht : Springer [e-books], 2005. Version O.A. http://www.socio-informatics.info/fileadmin/IISI/upload/C_T/2005/Paper15C_T2005.pdf

Manh Cuong Pham, Ralf Klamma, Matthias Jarke « Development of Computer Science Disciplines – A Social Network Analysis Approach » Social Network Analysis and Mining, November 2011, Volume 1, Issue 4, pp 321-340. Version O.A. http://arxiv.org/pdf/1103.1977

Sedki Allaoui Impact du financement sur la production scientifique des chercheurs à l’échelle des individus en nanotechnologie au Québec  École polytechnique de Montréal, 2011. http://publications.polymtl.ca/746/1/2011_SedkiAllaoui.pdf  Extrait cité p. 29 ; commenté dans: Catherine Beaudry, Sedki Allaoui « Impact of public and private research funding on scientific production: The case of nanotechnology » Research Policy, Volume 41, Issue 9, November 2012, pp 1589-1606

 

Manuel Durand-Barthez

Membre de l'URFIST de Paris. Formation SHS, professionnellement plutôt tourné vers les STM.

More Posts - Website

Éthique, évaluation, publication

La publication de l’article relatif au Boson de Higgs dans Physics Letters B suscite une nouvelle fois l’occasion de poser des questions cruciales sur l’éthique en matière de publication scientifique.

Le journal en question est publié par Elsevier dans un contexte de Golden O.A., dans le cadre des initiatives de SCOAP3, consortium monté par la communauté des chercheurs en Physique des Hautes énergies, pionnière en matière de libre accès. Agissant pour le compte de SCOAP3, le CERN a sélectionné 12 périodiques publiés par 7 éditeurs en vue de financer la publication d’articles. En 2011, étaient concernés 6600 articles. Sachant que le coût moyen nécessaire à la communauté pour payer le droit de publier dans ces revues se chiffre dans une fourchette allant de 1000 à 2000 $ par article, et que l’on souhaite épargner, autant que faire se peut, la contribution des laboratoires « auteurs », c’est au consortium qu’il appartient de régler la note, pour l’instant à hauteur d’environ 90 %. Idéalement, il faudrait financer le coût des 10 000 articles que cette communauté publie annuellement, chiffre à multiplier par le coût moyen que réclament les éditeurs à fort facteur d’impact pour chaque texte accepté.

On en revient toujours à l’implacabilité du système des facteurs d’Impact notamment dénoncé dès 2003 par Peter A.Lawrence et David Colquhoun dans Nature. Nul n’est d’ailleurs surpris outre mesure par le fait que ces critiques acerbes soient publiées dans un périodique qui, précisément, se distingue par son excellent I.F. Là comme ailleurs, la culture du paradoxe n’étonne plus.

Le groupe Nature  est représentatif du secteur biomédical dont on s’accorde à dire aujourd’hui qu’il est, sinon le seul, du moins le plus adapté à la structure du système d’évaluation fondé sur l’I.F. Les dérives dont pâtit la publication scientifique dans ce secteur sont connues depuis longtemps mais semblent s’accroître de façon significative ces dernières années. La compromission avec l’industrie pharmaceutique peut paraître anecdotique, mais elle est bien réelle et ses effets délétères ont déjà fait l’objet d’articles plus ou moins retentissants.

Ceux-ci relatent entre autres deux types de censure ; d’une part, celle que peut exercer la rédaction d’une revue sur les critiques émises par tel ou tel spécialiste à l’encontre d’articles susceptibles de vanter les mérites d’une molécule ou d’une méthode de thérapie chimique. D’autre part la censure exercée par défaut ou par omission lorsque les rapports émis négativement par la Food & Drug Administration à propos de telle molécule, sont passés sous silence ; non pas sur son éventuelle toxicité ou dangerosité aux doses prescrites, mais sur son inefficacité dans les essais cliniques par rapport à des placebos, par exemple. De même sur les effets secondaires, les rapports de la FDA peuvent être biaisés lors de la publication. Cet état de fait est assez grave, compte tenu de l’importance que l’on accorde aux Clinical Trials dans la recherche d’information médicale aujourd’hui.

Par ailleurs (mais certes, le secteur biomédical n’est pas le seul concerné), l’introduction grandissante de reviews dans les sommaires permet une augmentation « sournoise » des I.F. C’est le cas de la politique amorcée en la matière depuis quelque temps par The Lancet. On connaît bien cet épiphénomène de la course à l’I.F. que représente la diffusion et la très abondante citation des reviews. Il a néanmoins l’avantage de ne pas nuire à l’honnêteté intellectuelle et à la qualité de la recherche dans la mesure où ce type d’article ne sous-tend aucune réelle investigation élaborée en laboratoire.

Plus problématique est le phénomène de la vitesse contre lequel s’insurge le mouvement de la Slow Science. Car la nécessité de proposer rapidement de nouveaux résultats se traduit par des textes nombreux et parfois « risqués » dans leur contenus car n’ayant pas fait l’objet d’une contre-expertise suffisamment étoffée ou démultipliée, qui précisément implique du temps. Les études sur l’accroissement du phénomène de rétractation, i.e. de retrait d’articles (retraction  en anglais) sont nombreuses et s’accompagnent de constitution de bases de données ainsi que de blogs spécifiques.

« Depuis 2001, tandis que le nombre d’articles publiés dans les périodiques de recherche a cru de 44 %, le nombre de papiers ayant fait l’objet de rétractation s’est multiplié par 15, selon une enquête diligentée par Thomson Reuters pour le compte du Wall Street Journal. On ne relevait que 22 retraits en 2001, mais 139 en 2006 et 339 en 2010. De janvier à juillet 2011, le Web of Science en a compté 210. », rapporte Gautam Naik dans le WSJ (10 août 2011). Nature, Science et Cell sont des vedettes du genre.

 

Les Sciences humaines semblent être plus raisonnablement à l’abri de ces phénomènes de vitesse.  L’évaluation dans le domaine SHS représente à elle seule un vaste chantier, un sujet d’une importance capitale qui doit sortir de la gangue du silence ou de l’ombre portée par les méthodes appliquées dans le domaine STM. Les initiatives inspirées par l’IN-SHS du CNRS, comme JournalBase ou RIBAC, ou bien celles que suscite la Conférence des Publications en Psychologie de Langue Française (CPPLF) vis-à-vis de l’AERES et des éditeurs, constituent des avancées considérables que doit encourager la communauté. Les préconisations souvent timides du rapport du CDHSS d’octobre 2010 (pages 77 à 94) ont en effet pour caractéristique d’être perfectibles.

 

Manuel Durand-Barthez

Membre de l'URFIST de Paris. Formation SHS, professionnellement plutôt tourné vers les STM.

More Posts - Website

Frascati, Oslo et la bibliométrie

L’Observatoire des Sciences et des Techniques (OST) ainsi que la LOLF mettent en avant trois critères conjointement favorables à la mise en valeur d’une institution : l’impact de ses publications, sa capacité à innover à travers les brevets et sa participation aux Programmes Cadres de Recherche et Développement de l’Union européenne (PCRD).

La bibliométrie se rapporte au premier critère. Son étude a souvent tendance à réduire sa pratique au champ étroit d’une organisation, d’une unité de recherche, voire d’une personnalité auteur de publications. Le professionnel de l’information se focalise sur un objectif chiffré dont la valeur reste trop souvent « locale ». Sa hiérarchie le contraint à fournir des résultats significatifs dans un temps généralement (trop) court sans que le recul nécessaire puisse s’exercer.

C’est faire peu cas d’un schéma beaucoup plus vaste dans lequel la bibliométrie n’est finalement qu’un maillon d’un processus de mesure globale, un des trois éléments cités plus haut, destinés à envisager la prospective au niveau national, et donc à l’évaluation d’un pays ou d’une union de pays au plan international.

Il n’est pas inutile de rappeler que les Manuels de Frascati (1ère éd. 1963) et d’Oslo (conçu en 1992 et mis à jour) sont à la base des opérations de prospective en matière d’innovation. Leur pilotage par l’OCDE consolide l’étroite association des trois critères précités.

L’innovation se définit elle-même à travers des nomenclatures sans cesse révisées des catégories de sujets. Celles du Web of Science, assez détaillées, en constituent un exemple assez souvent utilisé. Les Manuels de Frascati et d’Oslo en proposent d’autres, bien plus compactes.

Au-delà des poncifs fréquemment réducteurs du facteur d’impact et des indices d’appréciation individuels, la bibliométrie s’attache aujourd’hui à développer des modèles statistiques permettant de mesurer l’évolution de la science et de la technologie. L’introduction de l’analyse sémantique des textes intégraux, superposée à la cartographie des co-citations, permet de mettre au point des core documents, notamment au sens où l’entendent Wolfgang Glänzel et Bart Thijs (ECOOM / MSI – Louvain)[1]. Il s’agit d’ensemble d’articles « noyaux » ou « cœurs » représentatifs de concepts associant les travaux d’équipes dont la communauté de thématique est parfois inexistante en apparence. Les avantages et les inconvénients inhérents au calcul des citations d’une part et au data mining d’autre part, sont associés et pondérés par un modèle mathématique aboutissant à une représentation graphique cohérente. Citations d’articles et mots clés issus des textes intégraux sont reliés au sein des catégories de sujets du WoS pour générer une cartographie révélatrice des tendances mondiales de l’évolution scientifique à un moment donné.

De semblables méthodes mettent en lien les brevets. L’inscription des organismes européens auteurs de publications et déposants de brevets dans les activités liées aux PCRD complète le schéma.

La bibliométrie s’oriente avantageusement vers la définition de clusters thématiques qui font de la transversalité une réalité sous-jacente  à l’avancement des sciences. Synergie entre des domaines apparemment éloignés, révélation de collèges invisibles : autant de nouvelles perspectives réellement intéressantes dans le champ bibliométrique, au-delà de calculs d’apothicaires confinant parfois à la compétitivité scolaire.


[1] Using ‘core documents’ for the representation of clusters

and topics, Scientometrics (2011) 88:297–309

Manuel Durand-Barthez

Membre de l'URFIST de Paris. Formation SHS, professionnellement plutôt tourné vers les STM.

More Posts - Website

Classement de Leiden : nouveaux indicateurs 2011/2012

Le site du Classement international de Leiden, concernant les établissements d’enseignement supérieur, a mis en valeur une quantité d’indicateurs alternatifs nouveaux : outre le fameux CPP/FCSm (Citations per Publication / Field Citation Score multiple), les statisticiens de Leiden ont conçu deux variantes d’un MNCS (Mean normalized Citation score) associé à un indicateur de stabilité d’intervalle. Ce procédé permet d’isoler, voire d’exclure, des articles ayant généré un nombre atypiquement élevé de citations au lendemain de leur publication et susceptibles de faire varier de manière significative le positionnement d’une institution, voire même le facteur d’impact du journal qui l’a publié. L’indicateur Top-10% ajoute opportunément un facteur de pondération.

Ensuite, des classements intégrant ou non les publications en langue française ou allemande permettent de visualiser des nuances qualitatives dans un univers quasi exclusivement anglophone.

Troisième innovation : la mise en valeur cartographique et schématique des publications générées dans des journaux dont le champ disciplinaire est étranger à celui que fréquentent habituellement les équipes publiantes ; cette manifestation de la transversalité met aussi en garde sur la notion d’appartenance systématique d’un laboratoire ou d’une institution à un champ prédéterminé par son appellation ou par la formation initiale de ses membres.

La cartographie utilise la technologie VOSviewer, application Java libre.

Le Classement de Leiden a fait l’objet d’une conférence de son concepteur, le Prof. AFJ Van Raan, de l’université de cette ville des Pays-Bas, le 23 mars 2012 au CNAM (Paris), dans le cadre de la Onzième réunion de l’Atelier Évaluation, Caractérisation, Bibliométrie de l’URFIST de Paris. La présentation est visible sur Slideshare et le commentaire français sur le site de l’URFIST de Paris.

Manuel Durand-Barthez

Membre de l'URFIST de Paris. Formation SHS, professionnellement plutôt tourné vers les STM.

More Posts - Website

La Conférence des Publications en Psychologie de Langue française (C.P.P.L.F.)

La Conférence des publications de psychologie en langue française « a pour objectif de promouvoir des concertations, en vue de définir les meilleures conditions de garantie d’existence et de qualité scientifique des publications, dans le respect des règles déontologiques et des principes éthiques. À cette fin, elle rassemble des acteurs et instances qui concourent à la publication, à la diffusion, à la conservation et à la valorisation des travaux de psychologie, par l’édition de revues, d’ouvrages, imprimés ou numériques. » (art. 2 des statuts).

 

La C.P.P.L.F. est un exemple remarquable de réflexion et d’action collectives se donnant pour objectif d’optimiser les conditions d’évaluation et de caractérisation des disciplines SHS en général et plus spécialement de la Psychologie. Enseignants-chercheurs, praticiens, éditeurs aux sens scientifique et diffuseurs, agrégateurs, sont réunis dans cette association dédiée aux publications de psychologie, qui œuvre dans le sens d’un dialogue constructif avec les instances d’évaluation : il s’agit de modifier de manière significative un certain nombre de principes dont l’inadéquation n’est plus à démontrer dans le domaine SHS ; la Psychologie constitue à cet égard une base de travail fort intéressante. La C.P.P.L.F. a bien voulu inviter l’URFIST de Paris à participer à ses travaux.

Voir le compte-rendu de son A.G. initiale sur le site  de cette Unité.

Manuel Durand-Barthez

Membre de l'URFIST de Paris. Formation SHS, professionnellement plutôt tourné vers les STM.

More Posts - Website

Leiden Ranking vs. Shanghai

La onzième session de l’Atelier Bibliométrie, évaluation et caractérisation des publications scientifiques de l’URFIST de Paris accueillera Ton F.J. van Raan, Professor of Quantitative Studies of Science, Centre for Science and Technology Studies (CWTS), Leiden University (Leyde, Pays-Bas)

Concepteur du classement de Leiden (http://www.leidenranking.com/ ), il exposera les principes de ce nouveau cadre alternatif vis-à-vis des systèmes en vigueur, de Shanghai notamment.

Révolutionnaire par le biais de son FCS (Field Citation Score), il prend en compte les spécificités de chaque discipline et utilise les algorithmes de distribution qui font défaut dans des systèmes classiques fondés sur un usage brut et peu réfléchi des principes de Garfield. Très convaincant dans sa présentation à l’ESSS de Vienne en septembre 2011 (European Summer School of Scientometrics), il exposera ses arguments dans cette prochaine séance de notre Atelier au CNAM à Paris, le vendredi 23 mars de 9h30 à 12h, 292 rue Saint Martin, accès 17, salle 17.2.15.

Inscription sous :

http://urfist.enc.sorbonne.fr/sygefor/journee/40

Manuel Durand-Barthez

Membre de l'URFIST de Paris. Formation SHS, professionnellement plutôt tourné vers les STM.

More Posts - Website

Le Data Usage Index (DUI): méthodologie bibliométrique et données factuelles

Deux chercheurs travaillant en Scandinavie, Peter INGWERSEN et Vishwas CHAVAN, ont commis le 15 décembre 2011 un article dans BMC Bioinformatics, intitulé « Indicators for the Data Usage Index (DUI): an incentive for publishing primary biodiversity data through global information infrastructure ». Il s’agit d’appliquer des principes de calcul bibliométrique à des données factuelles issues de réservoirs spécialisés.

Les logs d’un serveur de données taxonomiques servent de banc de mesure. Il s’agit du Global Biodiversity Information Facility, projet scientifique international associant des taxons à des zones géographiques.

Le périmètre d’analyse (> 300 millions de données issues de 344 sources institutionnelles spécialisées sur la Biodiversité) ordonne les indicateurs en 5 dimensions : géographique, taxonomique, chronologique, volumétrique et pratique. La géographie recouvre les régions ou pays de localisation des fournisseurs de données (sources institutionnelles) ; la chronologie concerne la fenêtre temporelle de l’analyse (d’une semaine à six mois…) ; la volumétrie désigne le nombre de données prises en compte et la pratique (ou usage) est subdivisée en deux actions : la recherche (interrogation ou requête) et le téléchargement.

Ces 5 dimensions sont quadrillées à travers un tamis de 14 indicateurs définis clairement dans un tableau synthétique.

Les calculs sont pondérés par trois types de variables : la dimension chronologique des fenêtres (durée sur laquelle porte l’échantillonnage) ; les différences propres aux profils ou aux caractéristiques des sources de données interrogées (ce qui peut correspondre à certains égards aux spécificités disciplinaires en bibliométrie classique) et enfin le volume des corpus ou échantillons d’analyse.

Il est difficile voire impossible de se fonder sur les très rares références aux banques de données factuelles citées dans les bibliographies terminales d’articles, pour se faire une idée de l’usage et de la pratique informationnelle des chercheurs vis-à-vis de ce type de Data. Le cadre du DUI proposé par Ingwersen et Chavan contribuera efficacement à mieux connaître à la fois les sites fournisseurs de données et l’utilité ainsi que l’usage de celles-ci dans tel ou tel domaine de la Recherche.

Manuel Durand-Barthez

Membre de l'URFIST de Paris. Formation SHS, professionnellement plutôt tourné vers les STM.

More Posts - Website

Caractérisation de la Recherche SHS ; évolution de la méthodologie AERES

Le 8 novembre 2011 furent animées deux conférences dans le cadre du neuvième Atelier Évaluation, Caractérisation, Bibliométrie de l’URFIST de Paris.

  1. L’une concernait le modèle RIBAC du CNRS (Recueil d’Informations pour un oBservatoire des Activités des Chercheurs en SHS) ; caractérisation des activités de recherche en SHS : objectifs et contenu, ajustement objectif/contenu, par Isabelle SIDÉRA (ancienne membre du CSI SHS et chargée de mission de l’INSHS du CNRS, UMR 7055, Archéologie)
  2. L’autre Le rapport de l’AERES : l’application progressivement renforcée d’une logique de projets, par Gilles Tarabout (CNRS) UMR 7186 Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative.

Le compte-rendu de cet Atelier est visible sur le site de l’URFIST de Paris.

La prochaine session de l’Atelier aura lieu le jeudi 16 février 2012 à l’INSERM. Il y sera question des méthodes bibliométriques en usage dans cet Institut. Inscription d »ores et déjà possible sous :

http://urfist.enc.sorbonne.fr/sygefor/journee/39

Le suivant accueillera le 23 mars 2012 Ton VAN RAAN, concepteur du Classement de Leiden. Considéré aujourd’hui déontologiquement comme l’un des plus  acceptables, ses calculs traduisent des nuances multiples, respectueuses des différents aspects disciplinaires et volumétriques des entités analysées. Teo VAN RAAN est une personnalité marquante du Center for Science and Technology Studies (CWTS) de l’université néerlandaise de Leiden, à l’initiative du Crown Indicator. Ce facteur innovant établit un rapport entre l’indicateur CPP (Citations-per-Publication) et l’indicateur FCS (Field Citation Score) qui nuance précisément le « score » des citations en fonction des pratiques propres à chaque discipline. De même, des entités de recherche de taille modeste, trouvent la juste proportion de leur position dans un ensemble où seule devrait compter la qualité des items analysés. T. VAN RAAN nous expliquera en détail les modalités de ce classement.


Manuel Durand-Barthez

Membre de l'URFIST de Paris. Formation SHS, professionnellement plutôt tourné vers les STM.

More Posts - Website

IST, humanités, francité

L’AUF (Association des Universités Francophones), qui succède à l’AUPELF (Association des Universités Partiellement ou Entièrement de Langue Française), a tenu le 22 septembre 2011 un colloque à Montréal sur « Le français, langue de l’innovation », à l’occasion du Jubilé de l’Association.

Le lien donnant accès aux Vidéos du colloque permet de visualiser, entre autres, trois sessions intéressantes.

http://www.auf.org/communication-information/actualites/colloque-2011-6436.html

1)    Celle qui est intitulée « Desmonstrations » [sic] développe le projet IDEFICS (Indexation, Développement et Evaluation [de la recherche] Francophone pour l’Innovation et la Communication Scientifique) – rien à voir avec l’acronyme homonyme Identification and prevention of Dietary- and lifestyle-induced health EFfects In Children and infantS communément trouvé sur Google… – projet associé à Erudit mais aussi à d’autres répertoires comme Persée par exemple. Il s’agit de mettre en œuvre, tout spécialement dans le domaine des SHS, un index de citations francophones.

2)    La vidéo intitulée « Axe Recherche » associe deux chercheurs SHS : Bernard SERGENT (CNRS) et Jean-Guy MEUNIER (UQAM). Ce dernier développe le thème des Digital Humanities.

3)    Une troisième vidéo, intitulée « Axe Évaluation » fait intervenir conjointement deux ténors de cette thématique en lien avec les Archives ouvertes : Yves GINGRAS (OST canadien + UQAM) et Stevan HARNAD (Univ. Southampton, U.K.) qu’on ne présente plus…

Bonne visu !

Manuel Durand-Barthez

Membre de l'URFIST de Paris. Formation SHS, professionnellement plutôt tourné vers les STM.

More Posts - Website