Archives par étiquette : Bibliométrie

Bibliométrie : l’Atelier (9ème) et le Stage à Paris

La neuvième réunion du Groupe de réflexion de l’URFIST sur l’analyse et la caractérisation de la production scientifique aura lieu à l’Université de Paris-Ouest-Nanterre-La Défense le mardi 8 novembre 2011 de 14 à 16 heures en Salle de conférence (4e étage) à la Maison de l’archéologie et de l’ethnologie René Ginouvès
21, allée de l’Université, Paris 10-Nanterre

Coordonnées complètes et accès : http://www.mae.u-paris10.fr/usr3225/Adresse-et-acces,17.html

Au programme :

  • 1 conférence sur RIBAC : caractérisation des activités de recherche en SHS : objectifs et contenu, ajustement objectif/contenu. Par Isabelle Sidéra (CNRS) UMR 7055 Préhistoire et technologie, conceptrice de l’outil RIBAC (Recueil d’Informations pour un oBservatoire des Activités des Chercheurs en SHS), que le CNRS a mis en œuvre en 2009 pour les chercheurs SHS.
  • 1 conférence sur le rapport de l’AERES : objectifs et contenus, ajustement objectif/contenu. Par Gilles Tarabout (CNRS) UMR 7186 Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative.

Vous voudrez bien, le cas échéant, vous inscrire sur le site de l’URFIST, formalité gratuite mais indispensable, sous l’URL :
http://urfist.enc.sorbonne.fr/sygefor/journee/38

Par ailleurs, le prochain stage « Modèles, outils et méthodes de la Bibliométrie » de l’URFIST de Paris aura lieu les 24 et 25 octobre 2011 (journée du 24 + matinée du 25)
Inscription sous : http://urfist.enc.sorbonne.fr/sygefor/stage/196

Manuel Durand-Barthez

Membre de l'URFIST de Paris. Formation SHS, professionnellement plutôt tourné vers les STM.

More Posts - Website

Identification codifiée des chercheurs : l’évolution du projet ORCID

Parmi les problèmes rencontrés lors des opérations visant à caractériser et évaluer les unités de recherche, celui de l’identification des chercheurs est, on le sait, de première importance.
Thomson-Reuters avait déjà pris l’initiative de créer le Researcher-ID. Depuis peu, un consortium étendu, dénommé ORCID (Open Researchers and Contributor ID), prend le relais. ORCID réunit des partenaires publics et privés. Son « Board of Directors » est composé des entités suivantes : Wellcome Trust, Wiley-Blackwell, OCLC, le CERN, Nature Pub. Grp, Elsevier, Nat. Inst. Informatics (Japon), Harvard, Fac. Méd. Hanovre, Thomson, CrossRef, ACM, MIT et Cornell.
Amanda Regolini, responsable des indicateurs bibliométriques au Cemagref, nous a fait part des avancées du projet ORCID, présentées au CERN à Genève le 16 septembre. Chercheurs et publishers ont coopéré ce jour-là de manière particulièrement efficace afin d’élargir et d’ouvrir au mieux la démarche initiée par un prestataire privé dans le cadre d’une base de données propriétaire (le WoS).
Les présentations correspondantes sont visibles sur le site ORCID.
Cette expérience, qui en est encore au stade prototypique,  récupère les profils d’auteurs  de Thomson Reuters, REPEC, Scopus, Scholar Universe et CrossRef.
D’après Thomson, plus de 3400 chercheurs français ont maintenant un ID. La France serait, au niveau de ces immatriculations Researcher-ID, le 2ème pays européen le mieux renseigné après l’UK.
Qui va payer ? D’abord la technologie est concédée (provided) par Thomson. Le processus s’exécutera en différentes étapes. En premier lieu, ce sont les éditeurs qui financeront, car ils sont les premiers intéressés. En effet, ce processus d’identification facilite leur tâche dans le cadre de la soumission d’articles. Et normalement, dans deux ans, ce seront les Universités et les Organismes de recherche dans leur ensemble qui devront « contribuer ».
Voir en complément le billet de Pascal Aventurier, daté du 19 septembre 2011.

Manuel Durand-Barthez

Membre de l'URFIST de Paris. Formation SHS, professionnellement plutôt tourné vers les STM.

More Posts - Website

ESSS 2011 : présentations disponibles

Les présentations très denses et riches des communicants de l’École d’été européenne de Scientométrie qui s’est tenue à Vienne du 11 au 13 septembre, sont enfin disponibles. Elles sont à la fois le reflet d’une actualité très évolutive dans le domaine de la bibliométrie et une évocation raisonnée des fondements de cette discipline. Elles proposent notamment de multiples liens, tant vers des documents théoriques contemporains que vers les sources « historiques » dont le rappel est loin d’être inutile.

Manuel Durand-Barthez

Membre de l'URFIST de Paris. Formation SHS, professionnellement plutôt tourné vers les STM.

More Posts - Website

École d’été européenne de Scientométrie – Vienne (Autriche) Septembre 2011

L’École d’été européenne de Scientométrie (ESSS 2011) a tenu une série de communications du 11 au 13 septembre 2011 à l’université de Vienne (Autriche).

Ce colloque est le fruit d’une coopération entre l’Université de Vienne, la Humboldt de Berlin, l’IFQ (Institut für Forschungsinformation und Qualitätssicherung, doté de compétences alliant celles de l’INIST et de l’OST en équivalence française) de Berlin et l’Université catholique de Louvain. On y a entendu essentiellement les ténors de ce que l’on pourrait dénommer « l’École flamande » en bibliométrie, très avancée non seulement au niveau européen, mais également international. Les solutions alternatives visant un usage plus conforme à la déontologie de la Recherche émanent en effet notamment de quelques pôles situés à Louvain, Leyde et Anvers.

Outre les principaux points synthétisés récemment par le Rapport de l’Académie des Sciences du 17 janvier, qui paraissent devenus « classiques », les communicants ont abondamment développé quelques thèmes clés dans la réflexion contemporaine sur la caractérisation, l’évaluation et la bibliométrie. On note en particulier : la cartographie des références partagées et des co-citants, les méthodes stochastiques (marche aléatoire, random walk), les clusters disciplinaires en évolution etc.

Un compte-rendu de ces communications et des liens vers les sources de référence est consultable sur le site de l’URFIST de Paris.

Manuel Durand-Barthez

Membre de l'URFIST de Paris. Formation SHS, professionnellement plutôt tourné vers les STM.

More Posts - Website

Évaluation en SHS : mesures et usages

Le 24 juin 2011, Jaques DUBUCS, responsable du Service Stratégie de la recherche et de l’innovation, Secteur Sciences humaines et sociales (SHS) à la Direction générale pour la recherche et l’innovation (DGRI) du Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, a animé la 8ème séance du Groupe de réflexion sur l’analyse et la caractérisation de la production scientifique de l’URFIST de Paris.

Cette session de notre Atelier lui a donné l’occasion de développer amplement et de débattre de façon approfondie un précédent propos synthétiquement exposé lors du colloque que l’IN-SHS du CNRS avait consacré à ce thème les 9 et 10 juin 2011, sous le titre « Évaluation des productions scientifiques : des innovations en SHS ? ».

Le compte-rendu de cette séance est visible sur le site de l’URFIST de Paris.

Un axe de travail assez vaste se profile face à la communauté SHS pour favoriser son ouverture, en concevant notamment des indicateurs qui la valorisent.

« L’anthropisation des sciences de la nature » et la volonté « d’abaisser l’indice de viscosité du flux SHS en France », constituent, à côté d’indicateurs adaptés, des facteurs de valorisation de ce grand domaine de la connaissance, souvent opposé de manière indue aux sciences expérimentales. La tâche est immense et d’une brûlante actualité…

 

Manuel Durand-Barthez

Membre de l'URFIST de Paris. Formation SHS, professionnellement plutôt tourné vers les STM.

More Posts - Website

L’Evaluation en SHS : innovation et perspectives

Au programme de la prochaine session de l’Atelier « Bibliométrie, évaluation et caractérisation des unités de recherche » de l’URFIST de Paris, la délicate et très actuelle question de l’Evaluation en SHS sera évoquée par Jacques DUBUCS.

Directeur de Recherches au CNRS, Directeur de l’Institut d’Histoire et de philosophie des sciences et des techniques (IHPST/CNRS – ENS- Paris I ), M. Jacques DUBUCS est également responsable du Service Stratégie de la recherche et de l’innovation SSRI – A6 Secteur Sciences humaines et sociales (SHS) à la Direction générale pour la recherche et l’innovation (DGRI) du Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. Il nous fera part de ses récents travaux sur l’innovation en matière d’évaluation et de caractérisation des unités de recherche SHS.

Cette conférence, suivie d’un débat, aura lieu à l’Amphithéâtre STOURDZE du Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, 25 rue de la Montagne Sainte-Geneviève, 75005 PARIS,
le Vendredi 24 juin de 9h30 à 12h30.

L’inscription, pour des raisons logistiques, est obligatoire sur le site de l’URFIST. Merci  de bien vouloir vous rendre sur la page correspondante à cet effet.

Manuel Durand-Barthez

Membre de l'URFIST de Paris. Formation SHS, professionnellement plutôt tourné vers les STM.

More Posts - Website

PNAS : un récent avis de l’Académie américaine sur la Bibliométrie

Nous avons évoqué à deux reprises dans des précédents billets la publication du Rapport de l’Académie des Sciences en date du 17 janvier 2011, critique sur la bibliométrie.

Sans doute est-ce là pure coïncidence, mais un mois auparavant, dans l’éditorial de leur numéro du 14 décembre dernier, les PNAS intitulaient « Impacting our young » un texte émettant de manière très synthétique des réserves identiques sur le sujet, touchant notamment l’effet pervers de certains biais sur la dynamique des jeunes chercheurs.

Le fait que l’attitude en la matière des deux Académies, américaine et française, soit relativement proche, tant sur le plan chronologique que conceptuel, n’est peut-être pas anodin.

Il n’est pas inutile de rappeler certains propos émis voilà presque dix ans dans Nature par d’éminents chercheurs dont la  réputation était déjà bien assise.

Peter Lawrence, du Laboratoire de Biologie moléculaire de Cambridge, avait publié dans Nature en 2003 un article fondamental pour l’analyse critique du couple SCI/JCR, intitulé « The Politics of Publication ». Il n’hésitait pas à s’exprimer sur certaines formes de népotisme qui habitent parfois les comités de lecture, allant même jusqu’à déceler des articles excessivement synthétisés, voire mis en page de façon marginale, pourvu que leurs auteurs puissent figurer dans une revue à fort Facteur d’impact. Peu après, David Colquhoun du Département de Pharmacologie de l’University College de Londres, s’est insurgé contre les incohérences du système : « Challenging the tyranny of impact factors », en réponse ou plutôt pour faire suite aux observations de Lawrence.

Le débat, on le voit (ou le revoit) n’est donc pas nouveau. C’est sans doute une lapalissade, mais il nous semble opportun d’attirer l’attention sur ces observations émergentes et convergentes en vue de contribuer à l’évolution des sensibilités sur la question.

Manuel Durand-Barthez

Membre de l'URFIST de Paris. Formation SHS, professionnellement plutôt tourné vers les STM.

More Posts - Website

Académie des Sciences et Bibliométrie : dialogue sur un rapport

La 7ème réunion de l’Atelier « Évaluation / Bibliométrie / Caractérisation des unités de Recherche » de l’URFIST de Paris aura pour thème les principes issus du Rapport de l’Académie des Sciences ( AcadémieDesSciences011711 ) du 17 janvier 2011.

Intitulé « Du bon usage de la bibliométrie pour l’évaluation individuelle des chercheurs », nous l’avions évoqué dans un précédent billet.

Nous invitons M. Denis JÉRÔME, membre de l’Académie, Directeur de Recherche émérite CNRS, du Laboratoire de Physique des solides de l’Université de Paris-Sud Orsay, co-auteur dudit rapport, à la conception duquel il contribua activement. Nous échangerons avec lui sur ce thème en vue de nourrir et faire évoluer la réflexion de l’Atelier.

Cette séance aura lieu sur le domaine CEA du Plateau de Saclay le VENDREDI 1er AVRIL de 9h30 à 12h30. Amphithéâtre Jean-Claude Bloch, Bât. 774.

L’inscription est obligatoire sur le site de l’URFIST de Paris, à la page correspondant à cet événement. Les personnes inscrites seront jointes ultérieurement par le CEA pour confirmation.

Manuel Durand-Barthez

Membre de l'URFIST de Paris. Formation SHS, professionnellement plutôt tourné vers les STM.

More Posts - Website

Bibliométrie : l’Académie des Sciences prend position

Un nombre significatif d’arguments critiques à l’égard des méthodes bibliométriques en vigueur dans l’administration de la Recherche, jusque là émis par des spécialistes soucieux de proposer des alternatives, sont relatés de façon systématique dans un récent rapport (AcadémieDesSciences012011 ) de l’Académie des Sciences, en date du 17 janvier 2011.

On y regrettera peut-être l’absence de la problématique de l’adressage des affiliations, mais dans l’ensemble il est rassurant de voir que d’éminentes personnalités scientifiques se prononcent ouvertement en faveur d’une réforme profonde du système, à l’appui de thèses exprimées depuis sept ou huit ans dans bon nombre d’articles et communications ayant pour thème la bibliométrie. Sur la sellette, bien sûr, les facteurs d’impact et h, la transversalité, le co-autorat, les spécificités disciplinaires et tant d’autre biais connus des chercheurs.

Première étape toute rhétorique vers une évolution du système, elle devra être assumée de façon concrète, au-delà de simples préconisations. Quelques efforts sont entrepris en ce sens, tant en Allemagne qu’au Royaume-Uni. Il est souhaitable que la France aille plus loin et dépasse le niveau (certes déjà très positif) des recommandations académiques.

Manuel Durand-Barthez

Membre de l'URFIST de Paris. Formation SHS, professionnellement plutôt tourné vers les STM.

More Posts - Website

98 d’index h pour le chercheur inconnu !!!

Google Scholar est un moteur de recherche qui lance ses robots sur les serveurs universitaires. Il n’y a aucun contrôle des documents indexés pourvu qu’ils aient l’apparence d’articles scientifiques.

Ceci peut conduire à des « farces » comme l’a montré l’enseignant-chercheur Cyril Labbé de l’université Joseph Fourier (Grenoble 1).

Cyril Labbé a créé de toutes pièces un chercheur et ses articles qu’il a déposés sur son site web indexé par GS.

Voir

http://www.vousnousils.fr/2010/12/24/ike-antkare%C2%A0-le-chercheur-renomme%E2%80%A6-qui-n%E2%80%99existe-pas-457616

NB : Ce problème n’existe pas dans les bases de données bibliographiques qui choisissent les journaux à signaler.