Archives par étiquette : BNF

data.bnf.fr

La Bibliothèque nationale de France vient d’ouvrir son site http://data.bnf.fr/ qui applique aux données bibliographiques les principes du web sémantique et du web de données (linked data).

Le but est de proposer des « fiches de référence sur les auteurs et les œuvres » en « regroupant sur une même page toutes les informations issues de ses différents catalogues ainsi que de sa bibliothèque numérique Gallica ».

Le web de données à la BnF

Inscrit dans un contexte d’évolution des catalogues de bibliothèques, basé sur des évolutions des modèles bibliographiques comme le modèle international FRBR, et appuyé sur un travail de modélisation des données en RDF, le projet de web de données de la BnF doit garantir l’interopérabilité des différentes bases de la BnF (BnF catalogue général, BnF archives et manuscrits, Gallica) entre elles et avec l’extérieur, mais aussi favoriser l’exposition et l’intégration de ces données structurées dans le web sémantique. De fait, le projet s’insère dans un mouvement plus large d’ouverture des données publiques, institutionnelles ou administratives, comme on le voit également avec le projet Linked Open Data de la bibliothèque numérique européenne Europeana.

Initié en 2008, le projet se fixe quatre objectifs principaux :

  • créer des unités documentaires « pivots » de synthèse sur des auteurs et des œuvres favorisant les rebonds vers les ressources de la BnF ;
  • s’adapter aux évolutions du web tant pour la structure que pour l’accès aux données ;
  • s’associer au web sémantique, en favorisant les relations avec d’autres bases et en permettant un meilleur accès des internautes aux ressources de la BnF ;
  • mesurer les usages des internautes.

Plus d’informations sur la page consacrée au projet.

Le projet data.bnf.fr

Le projet est en cours et ne fournit donc à son ouverture qu’un nombre restreint de fiches auteurs et d’œuvres « les plus connus ». Par ailleurs, il se veut avant tout un outil de référence facile à utiliser, mais qui ne dispense nullement du recours aux inventaires plus détaillés, comme l’indique la page Avertissements.

Si les fiches doivent permettre d’accéder aux différentes éditions d’une œuvre ou de retrouver les différentes activités d’un auteur, il n’en reste pas moins qu’il s’agit de données bibliographiques, ce qui est particulièrement visible pour les fiches auteurs. On notera aussi que Wikipédia fait partie des ressources extérieures à la BnF signalées, et cela même si aucun article Wikipédia ne correspond.

L’usage montrera s’il y a lieu de voir dans data.bnf.fr une innovation dans le domaine des pratiques informationnelles.

Accord BNF-Microsoft

La BNF et Microsoft ont annoncé jeudi 7 octobre un accord concernant le référencement des textes de Gallica dans Bing, pour une durée reconductible d’un an. Microsoft ne participe pas à la numérisation, projet que la société a d’ailleurs abandonné il y a plus d’un an.

A priori Gallica a intérêt à être référencé par le maximum de moteurs et donc rendre son site visitable et indexable par tous les robots.
Alors quel est l’intérêt d’un tel accord (sans contrepartie financière) spécifique avec un moteur de recherche ?

Contrairement à ce qu’avance certain : « Les ouvrages proposés par Gallica sont en effet mal référencés et donc quasi-introuvables depuis les moteurs. » (JDN du 8 octobre 2010), Gallica est déjà bien visible comme le montrent les requêtes suivantes :
sahara site:gallica.bnf.fr
Google : 2 700 docs
Exalead : 405 docs
Bing : 277 docs

proust site:gallica.bnf.fr
Google : 2 200 docs
Exalead : 1 380 docs
Bing : 84 docs

magnétisme site:gallica.bnf.fr
Google : 688 docs
Exalead : 2 355 docs
Bing : 1 130 docs

On note une bonne tenue d’Exalead.
La BNF devrait donc travailler à un meilleur suivi des règles d’indexation des moteurs avec la fourniture de méta-données adéquates, en pensant aussi à des outils comme Zotero.

JPL