Archives par étiquette : enquêtes

Les chercheurs de demain: une étude du JISC sur les pratiques informationnelles des doctorants

Le JISC (Joint Information Systems Committee) en partenariat avec la British Library vient de publier une étude incontournable pour ceux qui s’occupent des formations doctorales et/ou qui s’intéressent à l’évolution des pratiques informationnelles et numériques dans le milieu de la recherche et de l’enseignement supérieur.

« Researchers of Tomorrow » étudie par le biais d’une enquête les comportements des doctorants de la « génération Y » (nés entre 1982 et 1994). Débutée en 2009, l’étude a concerné 17000 doctorants de 70 universités du Royaume-Uni.

La présentation met en valeur les résultats suivants:

  • Les doctorants sont de plus en plus dépendants des sources secondaires (articles de revues, livres…) et se détournent des sources primaires (sources primaires archivistiques ou grands ensembles de données).
  • L’accès aux sources pertinentes est une contrainte majeure pour les doctorants / pour le progrès de la démarche doctorale. L’accès par authentification et les limitations imposées par les licences des ressources sous abonnements, comme les revues numériques, sont particulièrement problématiques.
  • L’Open Access et le copyright se révèlent une source de confusion pour les doctorants plutôt qu’un encouragement à l’innovation et à la recherche collaborative.
  • Cette génération de doctorants œuvre dans un environnement où leur pratique de recherche n’utilise pas le plein potentiel des technologies innovantes.[1]
  • Les doctorants sont insuffisamment formés ou informés pour être en mesure de saisir pleinement les dernières opportunités offertes dans l’environnement de l’information numérique.

L’étude s’adresse, selon son introduction, particulièrement:

  • aux décideurs des institutions d’enseignement supérieur, notamment en insistant sur le rôle décisif des directeurs de thèse;
  • aux bibliothécaires, notamment en soulignant les enjeux liés aux abonnements aux revues électroniques et leur rôle potentiel de médiateurs et de soutien;
  • aux financeurs, notamment pour les questions liées au libre accès et à l’importance du partage;
  • aux éditeurs et autres services de fourniture d’information scientifique en soulignant l’importance des outils liés aux produits et services.

Liens utiles:

___

[1] Dans l’introduction le rapport insiste sur le fait que ce décalage n’est pas à mettre au débit des doctorants eux-mêmes: « Les doctorants de la génération Y sont des chercheurs d’information sophistiqués et des utilisateurs de sources d’information complexes. Ils ne sont pas déroutés par la technologie et sont précisément au fait de questions critiques comme l’autorité et l’authenticité dans la recherche et la collecte des preuves. »

Trois « méta-études » sur les comportements informationnels des usagers

Les enquêtes et études sur les comportements informationnels des usagers, notamment universitaires, n’ont jamais été si nombreuses et si riches. Et il devient très difficile, sinon impossible, d’en faire un suivi exhaustif. Aussi faut-il saluer particulièrement les « méta-études », fondées sur des états de l’art de la littérature et des synthèses de travaux.

En voici trois, découvertes ces dernières semaines, toutes trois évidemment anglo-saxonnes (l’analyse d’un grand nombre de travaux de recherche sur les usagers et les pratiques informationnelles confirme l’écrasante supériorité des Anglais et des Américains dans ce domaine ; mais ceci est un autre sujet !), de grande ampleur et produites par l’incontournable JISC.

La première est déjà vieille de deux ans et avait été commentée lors de sa sortie, en 2008 : il s’agit de l’étude des chercheurs de l’UCL (University College London) et du JISC (Joint Information Systems Committee), « Information behaviour of the researcher of the future ». La nouveauté à saluer aujourd’hui est l’heureuse initiative d’Isabelle Estève-Bouvet, qui a traduit le document de synthèse, et de SavoirsCDI qui l’a mis en ligne :  « Comportement informationnel du chercheur du futur« .

Continuer la lecture

Alexandre Serres

Enseignant-chercheur, co-responsable de l'URFIST de Rennes

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter