Archives par étiquette : GIS

Le Réseau des URFIST à un tournant de son histoire

Un Groupe de travail national[1], composé de 17 personnes et animé par Pierre Carbone, Inspecteur  général des Bibliothèques, a été constitué en 2014 à l’initiative du Ministère de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche[2]. Il avait pour objectif de réfléchir aux missions, aux activités et aux situations des sept URFIST et de faire des propositions d’évolution.

Un an plus tard, la mission est accomplie et les recommandations proposées par ce groupe de travail et validées par le Ministère viennent d’être mises en ligne.

Quelles en sont les idées-force ? Bien qu’il soit réducteur de résumer en quelques lignes la densité des échanges et des débats, on retiendra ici quatre points qui nous semblent particulièrement importants : le bilan et trois axes d’évolution.

Un bilan qui appelle des évolutions
Le groupe de travail a dressé un bilan largement positif de l’action des URFIST depuis leur origine. L’activité importante et les résultats très positifs ont été soulignés, ainsi que la capacité des Unités à évoluer depuis leur création, notamment grâce à leur culture mixte construite entre documentation et recherche. Mais la faiblesse des moyens humains[3] pour réaliser l’ensemble des missions, que sont la formation, la veille et la recherche, ainsi que le manque de visibilité conduisent à une certaine dispersion.

Ainsi, la formation, au coeur des missions des URFIST depuis leur création en 1982, est tiraillée entre l’importance des publics visés[4] et l’étendue des territoires desservis.[5] L’activité de recherche des URFIST, dont l’importance a été montrée par un rapport de synthèse, est trop peu connue et reste éclatée.

Cet état des lieux en demi-teinte doit être regardé à l’aune des nombreuses évolutions du contexte de l’IST : le bouleversement du champ de l’IST avec l’arrivée du numérique, le renouvellement des pratiques informationnelles des chercheurs, les transformations institutionnelles récentes… sont autant d’éléments qui encouragent les URFIST à poursuivre leur évolution. Ainsi par exemple, le paysage universitaire en pleine recomposition, marqué notamment par l’autonomie des universités et leurs regroupements[6], ne permet guère l’existence de petites structures inter-universitaires fonctionnant sous l’ancien modèle, car l’articulation entre les dimensions nationale, régionale et locale devient plus complexe à mettre en œuvre.

En dépit de ces faiblesses et de ces difficultés, les URFIST ont fait preuve de dynamisme ; elles ont maintenu et élargi leurs activités, développé leur présence numérique et inventé progressivement une amorce de fonctionnement en réseau, suscitant en retour le soutien régulier du Ministère.

Aujourd’hui, l’heure est venue d’une évolution forte pour aller vers une consolidation de ce réseau. Les recommandations, issues de la réflexion du groupe de travail, s’organisent autour de trois grands axes : le renforcement de la recherche et une meilleure articulation avec la formation, la structuration nationale du réseau en GIS et la redéfinition des modes d’implantation, de financement et de fonctionnement.

Le renforcement de la recherche et une meilleure articulation avec la formation

Sur le plan des missions et des activités, le groupe de travail préconise de renforcer les activités de recherche du Réseau des URFIST en les articulant avec la formation. Il a notamment proposé de structurer la recherche autour de deux thématiques. D’une part, la communication scientifique : les modes de production, de diffusion et l’évaluation scientifique, autrement dit le noyau dur de l’IST. D’autre part, les cultures de l’information : l’évaluation de l’information, les compétences numériques et informationnelles, la culture numérique.

Cette recherche menée par le réseau des URFIST devrait permettre de « fédérer un réseau national à travers une forme institutionnelle permettant une bonne articulation entre le local et le national garantissant à la fois l’autonomie et l’ancrage local, la souplesse du fonctionnement en réseau et une efficacité et visibilité au plan national ». Elle s’appuiera sur les travaux de recherche menés actuellement par les enseignants-chercheurs des URFIST et permettra « d’établir ou renforcer des partenariats sur ces thématiques avec les laboratoires travaillant dans le champ de l’IST ».

Cela pourrait notamment se concrétiser par la création « avec le soutien de la BSN ((Bibliothèque Scientifique Numérique)) et avec les partenaires intéressés d’un Observatoire des usages des chercheurs ».

Par ailleurs, une redéfinition des publics prioritaires devrait être menée, un renforcement des actions d’expertise sur la formation, des partenariats avec l’INIST et l’ENSSIB, notamment sur la veille, sont également proposés.

La structuration nationale du Réseau et la création d’un GIS

Afin de donner au Réseau des URFIST la structure nationale qui lui fait défaut aujourd’hui, le groupe de travail a envisagé différentes formes possibles et a finalement proposé celle d’un GIS.[7] Un nouveau chantier devrait donc s’ouvrir dès 2015 pour le Réseau des URFIST et ses partenaires. Un comité de préfiguration sera mis en place afin de déterminer les objectifs et les projets de ce GIS, pour aboutir ensuite à une phase de mise en œuvre, avec la constitution d’un « comité scientifique élargi chargé de la définition de la stratégie de recherche et préfigurant la gouvernance de ce réseau ».

Il s’agit là d’une évolution marquante pour le réseau et qui devrait signifier un tournant important dans l’histoire trentenaire des URFIST. L’Association du Réseau des URFIST, créée pour donner au Réseau une visibilité et une représentation nationales, continuera d’exister. Le GIS, quant à lui, permettra de fédérer des projets avec des partenaires et donnera au réseau des URFIST la structure lui permettant d’exister pleinement au niveau national.

La redéfinition des modalités de fonctionnement

Le groupe de travail a également recommandé de reconsidérer les ancrages locaux des sept URFIST, en lien avec le nouveau paysage universitaire et l’apparition des COMUE. Les implantations territoriales des sept URFIST pourraient donc être revues. Une phase de négociation entre le Ministère et les établissements supports devrait aboutir à l’établissement de nouvelles conventions précisant les modalités de fonctionnement de chaque unité locale.

Par ailleurs, c’est dans l’articulation entre les unités locales et le niveau national que de nouveaux moyens pourront être trouvés pour mener à bien ces nouvelles missions. Le système d’allocation des moyens sera adapté à la nouvelle situation, en cohérence avec ces changements.

En bref, le fonctionnement quotidien et la vie de chaque unité et du réseau seront à terme transformés, pour mener à bien cette évolution majeure des URFIST.

Au final, si beaucoup de questions et d’interrogations demeurent, si le processus d’évolution reste à construire, c’est incontestablement une nouvelle étape de l’histoire des URFIST et un chantier passionnant qui s’ouvrent. De nouveaux partenariats vont être construits, d’autres seront renforcés. La conclusion principale de ce Groupe de travail et de ce rapport est peut-être là, dans la réaffirmation de l’importance du travail en réseau et en partenariat.

Alexandre Serres et Claire Denecker, Président et Vice-Présidente de l’Association du Réseau des URFIST, représentants au Groupe de travail du DISTRD.

 

 

 

  1. Ce groupe de travail réunissait des représentants du MENESR (DISTRD, Département de la réglementation de la DGRI), des URFIST, de leurs partenaires au CNRS (INIST, RENATIS), des responsables universitaires (président d’université, président de section du CNU, responsable de formation continue), des représentants de l’ADBU, de l’ENSSIB, d’EPRIST, du CLEO et de l’Alliance Athena . []
  2. C’est grâce à l’initiative d’Alain Colas et d’Elisabeth Collantes, du Département de l’information scientifique et technique et réseau documentaire (DISTRD) au Ministère de l’Education Nationale, de l’Enseignement supérieur et de la recherche, que ce groupe a ete constitué et que cette réflexion a pu être menée. []
  3. Chaque unité, à part celle de Paris dont les effectifs sont doublés, est composée d’un binôme de formateurs, accompagné par un responsable administratif. Le binôme des formateurs est représenté par deux métiers forts de l’IST : un enseignant-chercheur et un conservateur des bibliothèques. []
  4. Le public cible des URFIST est large : il comprend les enseignants-chercheurs, les chercheurs, les doctorants et les professionnels de l’information de l’enseignement supérieur et de la recherche. []
  5. Les URFIST interviennent sur l’ensemble du territoire français, excepté l’Académie de Lille, desservie par une URFIST pendant quelques années mais qui a été fermée dans les années 80. []
  6. Voir les projets de fusion ou de regroupement en cours, les projets de COMUE, etc. []
  7. Groupement d’Intérêt Scientifique. Contrat de coopération scientifique,  « un GIS a pour objet de fédérer des moyens (personnels, matériels, locaux, etc.) et d’en définir les modalités d’utilisation autour d’une thématique déterminée afin de permettre la réalisation de recherches dans le cadre de ladite thématique. » (INSERM). Voir aussi la page GIS du CNRS. []

Alexandre Serres

Enseignant-chercheur, co-responsable de l'URFIST de Rennes

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter