Archives par étiquette : Libre accès

#DeleteAcademicSocialNetworks ? Les réseaux sociaux académiques en 2016

Affaire #DeleteAcademiaEdu, articles “Do academic social networks share academics’ interests ? (Times higher education du 07/04/2016) ou encore “The ResearchGate Score : a good example of a bad metric” (LSE blog du 09/12/2015)… Un peu perdus parmi tous ces articles, billets de blog et prises de positions dont les réseaux sociaux académiques ont fait l’objet ces derniers mois ? Petite synthèse 2016, après les billets « Pour une utilisation critique des réseaux sociaux académiques » (2014) et « Où en est-on des réseaux sociaux académiques ? » (2015), pour comprendre les débats qui ont fait la une récemment et s’interroger sur la place actuelle des réseaux sociaux au sein d’un écosystème scientifique en mouvement.

Continuer la lecture

Où en est-on des réseaux sociaux académiques ?

Alors que l’utilisation des réseaux sociaux de chercheurs est toujours croissante, que les éditeurs s’y intéressent de plus en plus près et que les formations se développent, il nous semblait intéressant de refaire un point sur la question, un peu plus d’un an après un premier article « Pour une utilisation critique des réseaux sociaux académiques ». Où l’on parlera de réseaux sociaux académiques bien sûr, mais aussi de pratiques d’information des chercheurs, de publication scientifique et de repositionnement des éditeurs, d’archives ouvertes ou encore des professionnels de l’information…

Continuer la lecture

Pour une utilisation critique des réseaux sociaux académiques

L’information n’a pas encore reçu beaucoup d’échos en France : et pourtant cela fait plusieurs mois maintenant qu’Elsevier demande régulièrement le retrait d’articles déposés par leurs auteurs sur le réseau social Academia. Si on le regarde sous l’angle de l’open access, cet exemple souligne incontestablement l’« injustice fondamentale de l’actuel écosystème de la communication académique » (John Dupuis). Mais il met également en lumière l’arrivée à maturité des réseaux sociaux académiques : à l’heure où Elsevier peine à se créer une place sur les outils 2.0 (échec de 2collab en 2011, rachat de Mendeley en 2013), il n’est pas étonnant que celui-ci attaque les nouveaux challengers qui se développent auprès des communautés académiques, après avoir laissé faire. Et ce n’est pas un hasard si Olivier Dumon, managing director chez Elsevier, vient de publier sur le Huffington Post un article intitulé « The Business of Science: Social Networking of Science » : ces challengers ne sont pas sans soulever, eux aussi, un certain nombre de questions.

Continuer la lecture

Rebellions contre les grands éditeurs et libre accès

Un point très intéressant (fait par « Arrêt sur images », site de télévison en ligne animé par Daniel Schneidermann et son équipe) sur les révoltes et les actions de ces derniers mois entreprises par les chercheurs et des universités contre les prix trop élévés des revues des éditeurs scientifiques dominants (Elsevier, Springer, etc) .

Un portail gratuit d’accès aux articles de la recherche financée sur fonds publics est en projet (Gateway to research project), il sera crée sur le modèle Wikipedia.

L ‘engagement en faveur du libre accès à la connaissance  progresse.

MFA

PKP- Scholarly Publishing Conference à Berlin, sur Twitter now !

La 3e conférence du Public Knowledge Project (PKP) se tient actuellement à Berlin jusqu’à mercredi prochain. Les deux premières conférences s’étaient déroulées en 2007 puis en 2009 à la Simon Fraser University à Vancouver, Canada.

Le PKP a été initié en 1998 par John Willinsky, actuellement professeur à la Stanford University School of Education, ainsi qu’à l’University of British Columbia. Ce projet a pour objectif général d’explorer les moyens d’utiliser les nouvelles technologies pour améliorer la valeur professionnelle et publique de la recherche : « son programme de recherche étudie les problématiques sociales, économiques et techniques impliquées dans l’utilisation des infrastructures en ligne et des stratégies de gestion de la connaissance afin d’améliorer à la fois la qualité scientifique, l’accessibilité publique et la cohérence de ce corpus de connaissance dans une forme viable et accessible au monde entier ». D’où son intérêt particulier pour les questions liées au libre accès. Parmi ses réalisations, on compte l’Open Journal Systems (OJS- qui compte une liste impressionnante de revues; la plateforme Manuscrits du Cléo utilise ce logiciel pour la gestion électronique des soumissions d’articles), l’Open Conference Systems (avec une liste non exhaustive de conférences) et l’Open Harvester Systems (permettant de créer des index de métadonnées OAI). Et en cours de développement, l’Open Monograph Press.

Parmi les multiples interventions de la conférence, on notera celle de Pierre Mounier, directeur adjoint du Cléo, qui présentera (demain) le nouveau modèle économique Freemium développé pour la plateforme OpenEdition (qui regroupe Revues.org, Hypothèses et Calenda).

Et pour ceux qui n’ont pas eu la chance d’aller faire un tour à Berlin cette semaine, la conférence peut être suivie sur Twitter (#pkp2011). Merci à Pierre, entre autres, de nous en faire profiter !

 

Dernier jour : consultation publique sur l’information scientifique à l’ère numérique

Le 9 septembre est la date limite pour répondre à la consultation publique mise en place par la Commission européenne sur l’information scientifique à l’ère numérique.

Il est possible d’y répondre au nom d’une organisation, d’une autorité publique ou en tant qu’individu citoyen et/ou chercheur.

Le questionnaire est en anglais et peut être consulté en ligne (pdf) dans son intégralité avant de répondre aux questions qui portent sur l’accès à et la conservation de l’information scientifique, les barrières actuelles, la place du libre accès aux publications et aux données de la recherche, le rôle que l’Europe et les institutions publiques peuvent jouer dans ce contexte.

Les données de recherche en libre accès

Le mouvement pour l’Accès Libre (Open Access) à l’information scientifique s’est surtout focalisé sur les résultats de la recherche par :

– la voie verte ou Green OA : dépôt des pré ou post-publications dans des sites institutionnels.

– la voie dorée ou Gold OA : les auteurs publient leurs articles dans les revues en libre accès qui rendent leurs articles accessibles gratuitement en ligne dès leur publication.

Cependant un autre aspect se développe : le dépôt des données de recherche de toute nature. Ce problème a été mentionné dès 2003 à la Déclaration de Berlin.

Les 13 et 14 décembre 2010 à Cologne a lieu une conférence qui fera le point sur ces différents aspects du Mouvement Open Access.

http://www.oaod2010.de

JPL

Une bibliothèque open access en SHS

La bibliothèque de l’OAPEN (Open Access Publishing in European Networks) est désormais ouverte, elle a été présentée à l’occasion de la Foire du livre de Francfort. On se souvient des débuts du projet, développé dans le cadre du programme eContent Plus de la Commission européenne (jusqu’à 2011), et de cette perspective d’un modèle d’édition numérique en accès ouvert, visant la publication de livres en Sciences humaines et sociales, pour une plus grande visibilité de la recherche européenne et un accès facilité aux publications scientifiques de haut niveau. Le consortium réunit aujourd’hui neuf partenaires, Presses universitaires et universités européennes (Pays-Bas, Allemagne, Danemark, France, Grande-Bretagne, Italie).

La bibliothèque est lancée avec 694 titres. On y remarque une nette prédominance des éditeurs néerlandais. Les domaines les plus représentés sont respectivement les Sciences sociales (289 titres) et les Sciences Humaines (217 titres); viennent ensuite : Arts (79 titres), Mathematics and science (61 titres), Economics, finance, business and management (50 titres), Law (46 titres), Literature and literary studies (41 titres), Reference, information and interdisciplinary subjects (29 titres), Language (23 titres), les thématiques restantes passant au dessous du seuil de la vingtaine de livres.

L’accès aux documents peut se faire via des filtres par catégories : éditeurs, sujets, années, avec possibilité de combiner ces filtres. L’interface propose aussi de naviguer dans la liste des titres ou des auteurs et présente par ailleurs un moteur de recherche qui permet d’exécuter soit une requête sur le texte intégral avec opérateurs booléens et de proximité, soit une requête sur le titre, l’auteur , le sujet et l’année. On peut accéder à la notice en cliquant sur le titre et rebondir sur les liens (auteur, sujet). Les livres sont consultables au format PDF. L’interface permet en outre de créer sa propre sélection de titres pendant la session de recherche et de l’envoyer par e-mail.

On suivra avec grand intérêt le développement de cette nouvelle bibliothèque numérique pendant les mois qui viennent.