Zemblanité vs serendipité

On connaissait la serendipité (voir notamment cet ancien  billet), terme littéraire forgé par l’écrivain anglais du 18ème siècle Walpole, à partir de l’île imaginaire de Serendip : on connait moins la zemblanité, terme également d’origine littéraire, forgé par un autre écrivain anglais, mais contemporain, William Boyd, dans son roman Armadillo, paru en 1999.

Il faut saluer (même à retardement !) le talent littéraire et conceptuel de Boyd, qui a réussi à forger un nouveau terme et un nouveau concept, doublement symétrique par rapport à la serendipité : si celle-ci est, selon les définitions courantes (listées ici), « l’art de faire des trouvailles » (Pek Van Andel), « l’art de faire des découvertes heureuses, inattendues et utiles par hasard » (Mark Raison), etc.,  la zemblanité est son exact contraire, puisqu’elle désigne  « la faculté de faire de façon systématique des découvertes malheureuses, malchanceuses, attendues et n’apportant rien de nouveau » (« the faculty of making unhappy,
unlucky and expected discoveries by design
« ) (voir le blog d’Automates Intelligents).

Cette opposition de sens s’incarne dans une symétrie géographique parfaite, puisque William Boyd est allé aux antipodes de Ceylan (considérée comme l’île du roi de
Serendip) trouver la Nouvelle Zemble, grande île quasi-désertique au nord de la Sibérie, pour en faire la racine de son néologisme. Serions-nous là face à une nouvelle fracture Nord-Sud, assez inattendue ?   ;)

En tout cas, les ressources de la géographie sont inépuisables pour forger de nouveaux concepts et il faudrait continuer sur cette voie : pourquoi pas, par exemple, créer la « micronésité » (de l’archipel de Micronésie), pour désigner l’éparpillement et la dispersion des parcours sur le web ?

Si le concept de zemblanité est intéressant à étudier du point de vue de la recherche d’information, il décrit une réalité assez quotidienne et nous avons tous, à un moment ou un autre, fait de la zemblanité sans le savoir.
Le nouveau défi posé aux formateurs de la culture informationnelle sera donc celui-ci : comment aider les élèves et étudiants, dans leurs parcours de recherche, à éviter les terres arides et glacées de la zemblanité pour s’épanouir et s’ébattre dans les vertes prairies
de la serendipité ?

AS

PS : merci à cette étudiante en Documentation de l’IUFM de Rennes, à qui je dois cette découverte « serendipitesque » ; un rapide sondage autour de moi m’a d’ailleurs permis de voir que mon ignorance était largement partagée : l’honneur est donc sauf ! ;)


3 réflexions au sujet de « Zemblanité vs serendipité »

  1. Le Meur

    Merci également à vous : Netvibes m’a permis de découvrir d’autres concepts comme la simplexité ou la lazysphère et d’améliorer efficacement ma veille.

    Jessica Le Meur, l’étudiante en documentation de Rennes.

    ps : c’est dans le dernier rapport de jury du CAPES doc que j’ai découvert la zemblanité.

    Répondre
  2. François Malessard

    Je crois que nous sommes nombreux à l’avoir découvert dans le dit rapport de jury. Reste la question de savoir si le rôle d’un rapport est de défricher de nouveaux concepts…

    François Malessard, étudiant en documentation à Besançon.

    Répondre
  3. Pascal Frion

    Bonjour, j’ai proposé deux autres régions imaginaires, qui se situent entre la Séréndipe et la Zemblanie. Il s’agit de la Bellshapie et de la Quisasie. La Bellshapie aurait pu s’appeler la Normalie. En Bellshapie, la population mobilise des comportements « normaux », reproductibles par répétition automatique. Ce nom vient de la courbe en cloche où se réunit la majorité de la population autour de la moyenne.
    La Quisasie est une région où la population réfléchit beaucoup pour les thèmes importants, stratégiques. La Quisasie vient de l’espagnol quisas qui veut dire peut-être. Les quisasiens ne tombent pas dans le piège de l’information, ni dans l’infodictat.
    Ces deux régions ont été présentées en conférence internationale à l’association internationale pour l’éducation à l’intelligence (iafie – http://www.iafie.org) en 2017 par Pascal Frion, découvreur de ces deux régions. Elles sont aussi présentées de manière synthétique dans le livre infodictat, paru en décembre 2017. L’article est disponible (FR/GB) sur demande à pascal . frion @ acrie . fr et le livre sur http://www.infodictat.fr

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *