Rapport Perrin: quel avenir pour les Urfist?

Le 18 janvier, a été rendu public le rapport de l’inspecteur général Georges Perrin sur “La formation continue des personnels de la filière bibliothèque de l’Etat” [pdf].

Ses conclusions et recommandations concernant les Urfist sont nettes:

p. 37: “On peut donc légitimement se poser la question de l’actualité du rôle des URFIST et de leur positionnement spécifique dans les établissements d’enseignement supérieur. Aujourd’hui, et après plus de deux décennies d’évolution des technologies de l’information, une génération de professionnels s’est formée aux approches contemporaines et sans cesse réactualisées de l’information scientifique et technique. De ce fait, et mise à part des secteurs où une veille « pointue » peut se justifier, force est de constater que la plupart des services de documentation des universités peuvent se suffire à eux-mêmes, et sont en mesure de jouer pleinement le rôle dévolu aux URFIST, et ce, avec une efficacité et une réactivité accrue, compte tenu de leur plus grande proximité avec les usagers.”

p. 38: “il semble que les missions actuellement remplies par les URFIST, pourraient être désormais confiées aux SCD ou aux SICD des universités.”

p. 38: “De notre point de vue, la mission de défrichage et de sensibilisation à l’évolution des techniques documentaires, qui était originellement dévolue aux URFIST, est désormais pleinement accomplie. Le relais peut être pris partout où les professionnels qu’ils ont su former sont en relation directe avec les usagers.”

Recommandation (p. 52): “Intégrer les URFIST dans les SCD de leur université de rattachement.”

La mise en oeuvre de ces recommandations signifierait la disparition du réseau des Urfist tel qu’il existe, réseau d’unités légères associant un conservateur de bibliothèque et un enseignant-chercheur, où la formation à l’IST est adossée à une activité de recherche sur les nouvelles pratiques informationnelles.

Le rapport[1] nous apparaît entaché d’erreurs factuelles[2] et d’une vision tronquée de la pratique des Urfist et des enjeux de la formation continue. La problématique de la culture et des compétences informationnelles, en particulier, en est pratiquement absente.

Nous reviendrons dans un prochain billet plus en détail là-dessus.

Le rapport Perrin devrait cependant être l’occasion, au-delà de la question de l’inscription institutionnelle dans le nouveau contexte de la LRU (selon une interprétation que l’on souhaiterait moins fondamentaliste), de refaire le point sur les missions des Urfist qui ont bien évolué (comme le contexte de l’IST) depuis leur création en octobre 1982.

Aussi, anciens et nouveaux lecteurs d’Urfist-Info, nous serions très intéressés de recueillir votre point de vue quant à l’utilité (ou pas) des Urfist et quant à leurs missions.


  1. outre le fait qu’il inscrit la problématique du devenir des Urfist dans le cadre exclusif de la formation continue des bibliothécaires, lesquels ne représentent qu’un petit tiers de nos publics…
  2. En particulier le constat d’un “certain déclin” de nos activités s’appuie sur la prise en compte exclusive de 2 années successives, 2006 et 2007, sans doute pour des raisons de disponibilité immédiate. La prise en compte des chiffres des 5 dernières années fait apparaître la réalité inverse d’une irrégulière mais nette progression.

11 réflexions sur « Rapport Perrin: quel avenir pour les Urfist? »

  1. ertzscheid olivier

    Bon,
    Première remarque “légère”, c’est pas la première fois qu’un rapport préconise exactement l’inverse de ce qu’il faudrait faire. Je n’ai pas (encore) lu le rapport et ignore tout de ce Mr Perrin mais en la matière (contre-vérités et fausses bonnes idées) il m’a tout l’air d’être le rapporteur parfait ;-)
    Plus sérieusement, il faut, comme tu le soulignes, se battre pour lumtiplier les structures légères de formation-recherche (de type Urfist). L’articulation entre les 2 (formation et recherche) me semble absolument décisive (et efficiente pour reprendre un mot de novlangue très à la mode ces temps-ci), tout particulièrement dans le domaine des SIC. Couper la formation à l’IST d’une composante et d’un apport recherche pour la mettre entre les seules mains des SCD ou SICD c’est, en terme de culture informationnelle et d’éducation aux médias, est aussi efficace que de se tirer une balle dans le pied en se visant la tête.
    Plus généralement il est manifeste que le ministère et la LRU abhorrent les petites structures autonomes et légères. L’heure est à la mastodontisation : ce qui se passe actuellement avec les regroupement en PRES et autour des différents labos de recherche est absolument édifiant ; on crée d’énormes structures avec leurs cortège d’EC et de doctorants, des machines à répondre à des appels d’offre et on conforte tous les mandarinats. Mais c’est un autre débat.
    Va falloir se bagarrer … je serai en tout cas à vos côtés.

    Répondre
  2. piotrr

    Zut,

    Olivier vient de dire exactement le commentaire que je voulais faire :

    – rapports qui préconisent l’inverse de ce qu’il faut faire
    – originalité du binôme EC/conservateur
    – nécessité de renforcer au contraire les URFIST
    – besoin criant de formation à l’IST
    – rejet des “petites structures autonomes et légères”

    Encore une fois, ce n’est qu’un rapport. Il faut convaincre les “décideurs” qu’il serait plus utile à caller une armoire normande.

    Répondre
  3. MRG Auteur de l’article

    @olivier, @piotrr: merci de vos réactions articulées.

    @olivier: le rapport Perrin ne représente pas la position du ministère. En particulier Patrick Hetzel avait manifesté, lors de la dernière journée des directeurs de BU, un souci de préservation des structures interuniversitaires “efficientes” mises en danger par la LRU, les Urfist avaient été nommément citées à cette occasion. Le pire n’est jamais sûr ;-)

    Quant à Georges Perrin, j’ai eu l’occasion de travailler avec lui à l’occasion de la mise en place d’une salle Urfist à Marseille (il était alors directeur du SCD d’AM1) et la collaboration avait été excellente. Son rapport en est d’autant plus étonnant. J’ai l’impression que les Urfist ont été mis dans le champ du rapport que dans un 2e temps et que du coup leur traitement a été un peu rapide.

    @piotrr: tu veux dire “besoin de petites structures…” ?

    Répondre
  4. old

    On peut toujours prétendre qu’un rapport est l’expression de la vision d’une personne mais je suis bien obligé de penser qu’elle n’a pas jailli toute seule dans sa tête cette idée. Il est évident que d’autres la partagent pour des raisons plus stratégiques que scientifiques.
    Pourtant l’idéal est au développement de ce type d’unité et à l’accroissement de sa force de sa formation et que les seuls SCD ne peuvent assumer toute l’étendue de la formation.

    Répondre
  5. Ping : uberVU - social comments

  6. Ping : Tweets that mention Rapport Perrin: la fin des Urfist ? | URFIST Info -- Topsy.com

  7. marlened

    Je trouve ces conclusions assez surprenantes, pour la simple raison que non, les SCD n’ont souvent pas les compétences, ni les budgets, ni surtout les ressources humaines suffisantes pour absorber l’activité des URFIST – les personnels sont plutôt demandeurs de formations que le contraire… Je trouve l’idée de les inclure dans leurs SCD de rattachement particulièrement mal venue, du moins dans ma région : ainsi, il n’y aura plus aucune structure de formation continue digne de ce nom sur Aix-Marseille, 70 000 étudiants, 4 ou 5000 personnels (enseignants et non-enseignants). Comme on dit sur twitter : #loose #FAIL

    Répondre
  8. Ping : Infolit (06/02/10) « pintiniblog

  9. Catherine (Paris)

    Je viens de lire le rapport de M. Perrin et je partage votre surprise.
    Sur le terrain (je travaille en BU) il est clair que la formation à l’IST reste nécessaire. Le public, même digital native, n’a pas du tout les bons réflexes en matière de recherche d’information, contrairement à ce qu’il semble croire ! Certes, les bibliothécaires font beaucoup de formation dans ce domaine et sont peut-être en concurrence avec les URFIST sur ce point. Mais les URFIST n’ont pas que le public des étudiants, ils ont aussi les professionnels (enseignants et bibliothécaires) et là ils sont à mon avis irremplaçables. Où trouver ailleurs les formations aux nouvelles technologies et à l’évolution du métier ? Le rapport Perrin souligne fort justement que la formation continue n’est pas assez mise en valeur. Eh bien justement, je trouve l’offre de formation de l’ENSSIB et des centres de formations régionaux bien traditionnelle et fort peu adaptée à une dynamique d’évolution de nos métiers. C’est à l’URFIST que j’ai assisté à des stages éclairants dans ce domaine (enjeux des métadonnées, TAL, etc), et nulle part ailleurs. Ce genre de formation ne peut pas être pris en charge par les SCD eux-mêmes ; reste l’ENSSIB (qui encore une fois ne répond pas à tout) … qui est à Lyon. On en revient alors à la question sensible (du point de vue de la direction des SCD ; G. Perrin le souligne d’ailleurs) du temps passé et des frais de mission : assister à une journée d’études à Paris est moins coûteux pour tout le nord de la France que d’aller à Lyon.
    J’ajoute, pour assurer beaucoup de formations auprès des usagers et avoir été correspondant formation pendant des années et enseignante dans le cadre des préparations aux concours des bibliothèques, que donner des cours ne s’improvise pas. Déléguer aux personnels de bibliothèques, dont ce n’est pas le métier premier, la totalité des formations, n’est pas forcément une économie d’échelle. Chacun dans son coin doit s’approprier les techniques d’enseignement, créer ses supports, etc. C’est très consommateur de temps. J’ai beaucoup utilisé les outils mis à la disposition de tous par les URFIST et je les remercie à chaque fois d’avoir fait ce travail si utile (pourquoi refaire un mode d’emploi à une base de données s’il a déjà été fait, et bien fait ?).
    Bref, il faut sans doute repenser les missions des URFIST mais sûrement pas les supprimer !

    Répondre
  10. Ping : Les stages URFIST | franziska.fr

  11. Ping : Les stages URFIST | La boîte à outils des historiens

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.