Les ressources documentaires électroniques – Enquêtes auprès de doctorants

Enquête réalisée le 13/03/2007 auprès de 45 doctorants Lyon
1/INSA en sciences exactes et bio-médicales (40% en chimie, 40% en
bio-médical).

Enquete1

On remarque une utilisation généralisée de ScienceDirect, une ressource
généraliste pas forcément adaptée à des interrogations fortement disciplinaires.
Les 2 bases disciplinaires arrivent ensuite mais en bio-médical, seul Pubmed
est utilisée et connue alors que Lyon 1 est abonnée à embase.com. Il y a un
manque évident de communication. GoogleScholar est devenu incontournable par le bouche à
oreille malgré ses insuffisances bien connues. Scirus plus convaincant n’est
pas connu. Viennent ensuite 2 collections de journaux. Les autres bases
bibliographiques disponibles sont délaissées : SUDOC, Pascal, Georef, IPA,
Inspec …L’archive ouverte HAL n’est pas connue. Ce qui veut dire que les équipes de recherche concernées n’ont pas de politique par rapport aux archives ouvertes !!!

Du travail en perspective !

Enquete2

Si on regroupe les collections de journaux électroniques (
Elsevier, Springer, Wiley), on se rend compte qu’elles sont la 1ère
source consultée avant les bases de données disciplinaires. Ici c’est l’accès
direct au texte intégral qui est l’argument décisif.

On constate que le Web of Science est quasiment ignoré alors
que Google Scholar est utilisé par près de la moitié des doctorants.

L’enquête ne portait pas sur la méthodologie d’interrogation
mais des entretiens réguliers avec les doctorants montrent un faible niveau de
connaissance en la matière et c’est la méthode Google qui triomphe.

Conclusion

  • L’accès direct au texte intégral est privilégié
  • Il y a une méconnaissance assez générale des ressources
    disponibles
  • Il y a une nécessité de formation au niveau Master et
    doctorant

JPL



Citer ce billet
urfistinfo (2007, 26 mars). Les ressources documentaires électroniques – Enquêtes auprès de doctorants. UrfistInfo. Consulté le 30 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v3p4

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.