Paul Baran, inspirateur (et non fondateur) d’ARPANET

Paul Baran est mort samedi dernier, à Palo Alto en Californie, à l’âge de 84 ans. Cet ancien ingénieur de la RAND Corporation, méconnu du grand public et des internautes, est pourtant l’un des pionniers d’Internet, et il restera comme l’un des inventeurs (avec Kleinrock et les Anglais Davies et Scantelbury) d’une innovation majeure, qui aura révolutionné le monde des télécommunications puis plus tard bouleversé le monde entier : la transmission par paquets, à la base du fonctionnement d’Internet. C’est également lui qui a conçu le premier (il a commencé ses travaux en mai 1960 !) l’idée, totalement révolutionnaire à l’époque, d’un réseau distribué, théoriquement « indestructible », dont on connaît bien le célèbre schéma :

Distributed network

Ce qui est moins connu, ce sont les innombrables difficultés que rencontra Baran pour convaincre de l’intérêt de son projet. Les « reconstructions rétrospectives » présentent souvent les innovations techniques comme des phénomènes qui s’imposent avec la force de l’évidence. Une exploration plus approfondie du projet de Paul Baran montre qu’il n’en fut rien.

On pardonnera cette longue auto-citation, d’un article publié dans la revue Terminal[1] : « Dans un premier rapport en 1962, cet informaticien développe l’idée, alors très novatrice, d’un réseau de communication distribué, sans centre vital et assurant la redondance des communications et fondé sur un nouveau mode de transmission de données, la transmission par paquets. Paul Baran mènera un long combat solitaire, au cours duquel il publiera pas moins de onze rapports successifs entre 1962 et 1964 pour défendre son projet, d’abord contre le scepticisme de la RAND Corporation et du Pentagone et surtout contre l’hostilité de la firme AT&T. Mais au moment où il semble avoir gagné, lorsque le projet est confié en 1965 par le Pentagone à une nouvelle agence militaire, la DCA (Defense Communications Agency), Paul Baran décide d’abandonner en demandant lui-même l’arrêt du programme, en raison de sa méfiance pour cette agence. La brève histoire de ce projet avorté de réseau distribué témoigne ainsi des fortes réticences, rencontrées au début des années 60 chez les principaux acteurs des télécommunications (notamment AT&T), devant ce nouveau mode de transmission, la transmission par paquets, et cette nouvelle architecture de réseau. ».

Sur l’histoire du projet Baran, il faut lire le livre de Katie Hafner et Matthew Lyon, Les Sorciers du Net. Les origines de l’internet, Calmann-Lévy, 1999. On peut suivre aussi les méandres de cette histoire compliquée sur ma « Chronologie des outils et réseaux d’information », en suivant les liens sur Baran.

Si Paul Baran a été incontestablement à l’origine de deux des idées les plus novatrices du XXème siècle en matière de communications à distance, la transmission par paquets et les réseaux informatiques distribués, on a souvent confondu ARPANET, ancêtre d’Internet, avec son propre projet : or celui-ci, « antérieur à ARPANET (de 1961à 1965) et sans lien direct avec celui-ci, ne verra jamais le jour. Et l’histoire “ médiatique ” d’Internet est donc fondée sur une confusion historique entre deux projets, similaires au plan technique mais très différents dans les objectifs et les acteurs concernés ».

Ce qui frappe aujourd’hui, au moment de la mort de cette très grande figure des réseaux informatiques et de l’histoire d’Internet, c’est la persistance, notamment en France et particulièrement dans les médias, de la « légende militaire » des origines d’Arpanet et des diverses approximations qui entourent les origines de ce réseau. Il suffit de taper sur Google ou Wikio « Paul Baran » et de parcourir rapidement les sites qui parlent de sa mort, et qui le présentent soit comme le « fondateur d’Arpanet » (ce qui est excessif, voire inexact), soit comme « un pionnier d’Internet » (ce qu’il fut certainement), voire comme un « pionnier du web » (ce qui témoigne d’une certaine confusion entre les différentes « couches » d’internet). Sans compter les inévitables commentaires, répétés à l’infini, sur Arpanet comme « réseau militaire indestructible », la guerre froide, etc.  Bref, le fatras habituel des nombreuses confusions et des erreurs de dates ; on trouve toujours des sites situant les débuts d’Arpanet en 1962 (début du projet de Baran), voire en 1957 ! (lancement de Spoutnik), alors que le projet de connecter les centres de calcul des universités en contrat avec l’ARPA a été échafaudé par Robert Taylor en février 1966.

Pourtant, les véritables acteurs d’Arpanet (Taylor, Roberts, Cerf, Kahn, Postel, etc.), Paul Baran lui-même, les journalistes Katie Hafner et Matthew Lyon dans leur ouvrage très documenté, et les historiens d’Internet[2] ont établi depuis longtemps les principaux fragments d’une vérité historique, qui reste encore à affiner, sur les origines d’internet. Rappelons ici trois de ces éléments, désormais bien attestés :
–         non, le projet ARPANET n’a pas été lancé pour résister à une attaque nucléaire, comme l’était le projet de réseau de Paul Baran ; l’objectif était à la fois économique (rationaliser les dépenses informatiques des universités), fonctionnel (assurer le partage des ressources informatiques) et « idéologique » (développer les communautés en ligne, etc. ; mais l’objectif de Taylor, Directeur de l’ARPA-IPTO et responsable du projet, n’était pas militaire… ;

–         oui, ARPANET a bien reposé sur la transmission par paquets ; mais Larry Roberts, principal concepteur du projet d’ARPA Network à l’ARPA-IPTO n’aura connu les travaux de Baran qu’en octobre 1967, lors du Symposium international de l’ACM (Association for Computing Machinery), qui verra par ailleurs la convergence historique des trois inventeurs de la transmission par paquets ; aux débuts du projet, en 66-67, ARPANET n’était pas clairement fondé sur la transmission par paquets ;

–         oui, ARPANET était bien financé par le Pentagone mais il a d’abord été utilisé par les universités et ensuite par les centres militaires (et non l’inverse, comme on le lit trop souvent).

Il ne s’agit évidemment pas de nier le rôle majeur, tout à fait décisif de Paul Baran, dans l’émergence des principes techniques qui ont rendu possible ARPANET, et plus tard Internet, ni son influence, également décisive, notamment auprès de Larry Roberts, dans le processus du projet. Car Baran a bien participé au projet ARPANET, à partir de 1968, comme conseiller informel.

Paul Baran représentait cette génération historique d’ingénieurs et d’inventeurs de haute volée, caractérisée entre autres par un très grand dévouement à l’intérêt général ou public (et non à la recherche exclusive du profit, comme trop souvent aujourd’hui), et dont la modestie le disputait à l’inventivité et au talent. L’un des inventeurs de la transmission par paquets (invention qui sera peut-être considérée plus tard d’une importance historique, équivalente à celle de  l’imprimerie ?) concevait son rôle comme celui des compagnons des cathédrales, comme dans cette interview en 1990 : « le processus d’évolution technologique, c’est comme construire une cathédrale. Pendant des centaines d’années, de nouvelles personnes posent des blocs sur d’anciennes fondations et disent « j’ai construit une cathédrale ». Mais un nouveau bloc apparaît au sommet du précédent un mois plus tard. Puis un historien arrive et demande « qui a construit la cathédrale ? » Peter ajoute une pierre par-ci, Paul une pierre par là. Si vous n’êtes pas prudent, vous pouvez lui faire croire que vous avez bâti le plus important. Mais la vérité, c’est que chaque contribution complète les travaux antérieurs. Tout est lié. »

Belle leçon d’humilité d’un très grand monsieur…


[1] Serres, Alexandre. Quelques repères sur l’émergence d’ARPANET. Terminal, n° 86, hiver 2001-2002, p. 23-37. Disp. sur : http://www.terminal.sgdg.org/articles/86/Serres.html ; on peut aussi consulter ma thèse : Serres, Alexandre. Aux sources d’Internet : l’émergence d’ARPANET. Thèse de Doctorat Sciences de l’Information et de la Communication : Université Rennes 2, 2000. 2 vol., 676 p. Disponible sur TEL : http://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00312005/fr/

[2] Par exemple Janet ABBATE, Inventing the Internet. Cambridge, MIT Press, 2000, ou Patrice FLICHY, L’imaginaire d’Internet,Paris, La Découverte, 2001


4 réflexions au sujet de « Paul Baran, inspirateur (et non fondateur) d’ARPANET »

  1. Waglioni

    La question du cadre militaire ou non du projet ARPANET, et de sa réalisation, doit être relativisée par le fait que les labos universitaires de recherche dans ce domaine, étaient à l’époque complètement financés par des fonds venus du Complexe militaire, guerre au Vietnam oblige. Ce n’est qu’au début de l’année 67 que des mouvements antiguerre dans les campus californiens obligèrent les patrons à repenser leur financement, et à les trouver auprès du privé
    on-militaire (en principe). Ce fut un grand moment de contestation, la face politique du flower power en quelque sorte.

    Alors en conclusion, le projet était militaire car même s’il trouva à s’employer d’abord en milieu universitaire, c’était dans un cadre de financement venu des militaires ou des compagnies qui en escomptaient une application militaire.

    Répondre
  2. Ping : - Veille EducationVeille Education

  3. Alexandre Serres

    La question du financement militaire des labos d’informatique n’était pas directement liée à la guerre du Vietnam ; en réalité, les labos d’informatique participant au projet Arpanet étaient déjà financés par l’ARPA depuis 1962 ou 63, indépendamment de la guerre du Vietnam. Les mécanismes de financement de la recherche informatique par le Pentagone étaient plus complexes, et plus « indirects » : il s’agissait très souvent, pour l’IPTO, de financer des projets de recherche fondamentale, sans applications militaires directes mais avec des visées de long terme. Par ailleurs, l’ARPA-IPTO finançait d’abord les projets présentés par les chercheurs (Engelbart, le MIT, etc.) et validés par l’IPTO. Le projet Arpanet a été, à l’époque, le premier projet issu de l’IPTO lui-même (et au départ plus ou moins rejeté par les chercheurs).
    Et il est indéniable qu’Arpanet a été financé par l’ARPA, agence du Pentagone.

    Répondre
  4. Ping : L’Internet et le politique, en un (vieux) schéma | Techn0polis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.