Archives de catégorie : Bibliothèques numériques

Gilles Deleuze et Michel Foucault: le réseau, l’archive et le livre

La nouvelle donne documentaire amène à relire les "grands ancêtres" des années 60 et 70. Quelques citations rencontrées la semaine dernière, qui font réseau:

1. Gilles Deleuze et Felix Guattari sur le livre et le réseau dans Rhizome (1976):

Il n’y a pas de différence entre ce dont un livre parle et la manière dont il est fait. Un livre n’a donc pas davantage d’objet. En tant qu’agencement, il est seulement lui-même en connexion avec d’autres agencements, par rapport à d’autres corps sans organes. On ne demandera jamais ce que veut dire un livre, signifié ou signifiant, on ne cherchera rien à comprendre dans un livre, on se demandera avec quoi il fonctionne, en connexion de quoi il fait ou non passer des intensités, dans quelles multiplicités il introduit et métamorphose la sienne, avec quels corps sans organes il fait lui-même converger le sien. Un livre n’existe que par le dehors et au-dehors. Ainsi, un livre étant lui-même une petite machine, dans quel rapport à son tour mesurable cette machine littéraire est-elle avec une machine de guerre, une machine d’amour, une machine révolutionnaire, etc… (p. 10-11).

(via Reprises)

2. Michel Foucault sur l’archive, dans Sur l’archéologie des sciences (1968):

Par archive, j’entends d’abord la masse des choses dites dans une culture, conservées, valorisées, réutilisées, répétées et transformées. Bref toute cette masse verbale qui a été fabriquée par les hommes, investie dans leurs techniques et leurs institutions, et qui est tissée avec leur existence et leur histoire. Cette masse de choses dites, je l’envisage non pas du côté de la langue, du système linguistique qu’elles mettent en œuvre, mais du côté des opérations qui lui donnent naissance. (…) C’est, en un mot, (…) l’analyse des conditions historiques qui rendent compte de ce qu’on dit ou de ce qu’on rejette, ou de ce qu’on transforme dans la masse des choses dites.

(via article de Gabriel Gallezot et Olivier Ertzscheid sur ArchivesSIC)

3. Michel Foucault sur le livre et le réseau, ibidem:

aucun livre ne peut exister par lui-même; il est toujours dans un rapport d’appui et de dépendance à l’égard des autres; il est un point dans un réseau; il comporte un système d’indications qui renvoient – explicitement ou non – à d’autres livres, ou à d’autres textes, ou à d’autres phrases.

Quelques commentaires personnels dans le billet de bibliothécaire, que GG m’a persuadé de transposer ici.

MR

La Bibliothèque Numérique Universelle selon Kevin Kelly

Scan This Book! – New York Times

Le long article de Kevin Kelly, entre autres "senior maverick" de Wired, est à lire absolument (inscription nécessaire – et gratuite – sur le site du NYT). C’est, dans un long article, une synthèse très complète sur les bibliothèques numériques, bourrée de faits et de chiffres, bourrée aussi d’idées – certaines d’entre elles discutables. Il a (donc) suscité de nombreuses réactions (289 liens selon Google Blog Search à date). La plus notable est sans doute celle de John Updike dans le même New York Times. Lequel a reçu sa part de réactions, plutôt défavorables voire apitoyées. Il est vrai que le papier du grand romancier est plutôt mal ficelé et ne tient pas les promesses de son titre. Prononcé à l’occasion d’un congrès de libraires, il fait de ces derniers le front de la résistance à la numérisation universelle – "Booksellers, defend your lonely forts!". Cependant la citation qu’il fait vers la fin de son article de celui de Kelly:
"When books are digitized, reading becomes a community activity.
. . . The universal library becomes one very, very, very large single
text: the world’s only book."

met bien le doigt, imho, sur le point problématique de celui-ci, à savoir l’impasse faite sur la lecture suivie et linéaire.
Le point n’est pas central dans l’article d’Updike mais un lecteur au moins l’y a bien lu:
"linear, structured thought is still a more powerful tool for accomplishing feats of reason and creativity than any mishmash diverse details will ever be. Even a unique and freely chosen trail through a web of decontextualized hypertext is ultimately constituted as a linear experience in the mind of the reader."

(via La République des Livres)

MR

Les bibliothèques numériques

La France connait un retard important dans le développement
des bibliothèques numériques au sein des universitès par
rapport à  ses semblables en Europe.
On peut tirer profit de ce retard en étudiant les expériences
des autres.
Il serait dommage de recommencer à  zéro, en dispersant les efforts.

Dans ce cadre l’URFIST de LYON a organisé deux stages pour
présenter deux solutions logiciels développées en France :
HAL
(http://hal.ccsd.cnrs.fr) : le CCSD a développé cette solution après une première expérience avec eprint. HAL est une archive essentiellement destinée à la production scientifique (articles, communications, thèses), documents validés, pour une valorisation internationale de la recherche.

CASTORE

(http://www.emn.fr/x-info/bn/) : développée à l’Ecole des mines de Nantes, CASTORE vise tous les types de documents produits par une institution (doc scientifiques, cours, travaux d’étudiants, doc administratifs …) pour une valorisation interne. Les documents peuvent être déclarés publics ou privés avec un circuit de validation plus ou moins complexe.

Ces deux solutions, loin de se concurrencer, se complètent.
Elles respectent les standards OAI-PMH et peuvent donc être moissonées par un moteur.

JPL

Continuer la lecture