Archives de catégorie : Edition scientifique

STM report : an overview of scientific and scholarly journal publishing

L’International Association of Scientific, Technical, and Medical Publishers (STM) vient de publier un nouveau rapport : “The STM report : an overview of scientific and scholarly journal publishing” (pdf), suite du rapport de 2006, “Scientific publishing in transition : an overview of current developments” (pdf).

Le rapport indique notamment que les communications scientifiques subissent de profonds changements liés à des facteurs technologiques et économiques alors que les motivations majeures des auteurs à publier restent stables.
Les revenus annuels générés par la publication de revues STM anglophones sont estimés à $8 milliards en 2008, en croissance de 6 à 7% par rapport à 2007, au sein d’un marché de l’édition STM plus large d’une valeur de $16 milliards. Environ 55% des revenus STM mondiaux (y compris les produits STM autres que les revues) proviennent des Etats-Unis, 30% d’Europe, 10% d’Asie/Pacifique et 5% du reste du monde.
La croissance continue de la production, en particulier de la Chine et de l’Asie de l’Est vont continuer à mettre de la pression sur le système, notamment lorsque cela se combine avec la volonté des financeurs d’un plus grand retour sur leurs investissements dans la recherche et les pressions sur les chercheurs pour accélérer le cycle de la recherche.

Il existe environ 2000 éditeurs de revues dans le monde, et les principales entreprises et associations professionnelles anglophones comprennent 657 éditeurs produisant environ 11 500 revues – environ 50% de la production totale des revues par titre. Parmi ceux-ci, 477 éditeurs (73%) et 2334 revues (20%) sont à but non lucratif.
Début 2009, on recense environ 25 400 revues savantes à comité de lecture actives, publiant collectivement environ 1,5 million d’articles par an. Le nombre d’articles publiés chaque année et le nombre de revues ont tous les deux augmenté régulièrement depuis plus de deux siècles, de 3% et 3,5% par an respectivement. Cela s’explique par la croissance tout aussi durable du nombre de chercheurs, qui a aussi augmenté d’environ 3% chaque année et se situe maintenant entre 5,5 et 10 millions, selon la définition, quoique environ seulement 20% représentent des auteurs réguliers.

Le rapport montre aussi que le débat concernant les modèles économiques et d’accès à l’information à lieu, de manière paradoxale, à un moment où l’accès à la littérature n’a jamais été aussi large ni les coûts par téléchargement aussi bas. Dans ce débat en plein développement, l’intérêt reste croissant pour une approche basée sur les preuves de ces différents modèles économiques.

Ce rapport sera mis à jour et diffusé tous les 3 ans.

AM
[traduction d'extraits du communiqué de presse du 13 octobre 2009]

Des livres sur Revues.org

Revues.org vient d’annoncer l’ouverture d’une plateforme dédiée cette fois aux monographies électroniques, Les Livres de Revues.org.
Seront ainsi accessibles en ligne “des livres de sciences humaines et sociales publiés par des éditeurs, des sociétés savantes, ou institutions de recherche”.
L’initiative est lancée avec les collections électroniques de l’IFPO (Institut Français du Proche-Orient) et avec les éditions Agone, qui proposent dans leur collection “Banc d’essais” une sélection d’ouvrages de philosophie. Mais d’autres partenaires devraient  bientôt rejoindre la plateforme, dont la librairie Droz.
D’ores et déjà, une dizaine d’ouvrages peuvent être consultés, soit directement en ligne, soit en format PDF.

MLM

Débat au CNAM sur les enjeux de l’organisation de l’IST en France

La Chaire d’Ingénierie documentaire du CNAM, avec l’appui d’acteurs français de l’IST, propose un débat public sur les enjeux de l’organisation de l’Information scientifique et technique aujourd’hui et de sa politique publique nationale d’encadrement.

A l’heure de la e-science, de l’internationalisation de la recherche et de l’enseignement, du déploiement des politiques de l’open access, cet échange vise à débattre avec les acteurs nationaux des enjeux majeurs , des difficultés rencontrées, des projets qu’il conviendrait de mener ensemble.
Le débat s’articulera autour des thématiques suivantes, sans pour autant le limiter :

  • Coordination des acteurs nationaux et impulsion des projets : faut-il un JISC français ?
  • Architecture distribuée ou centralisée de l’IST aujourd’hui ? conditions ?
  • Qualité des services : coordination, non-redondance, complémentarités ?
  • Public/privé : partage des rôles et équilibre à trouver

Organismes de recherche et d’enseignement supérieur, professionnels de
l’information et de l’édition, responsables de services d’IST, de
plateformes sont attendus (seront présents des représentants du CCSD, du Cléo/revues.org, de Persée, de Cairn, des Urfists, des universitaires, etc.)

Les personnes intéressées par ce débat sont invitées à se rendre le 2 juin de 14h à 17h au CNAM-Paris. Lieu : Amphi 1 (G. Planté) , 2 rue Conté, 75003 Paris (plan)
Merci d’envoyer un message pour signaler votre présence à elodie.ozanne@cnam.fr

AM

“Mutualisation des collections de Persée et de Revues.org”

Les portails Revues.org et Persée annoncent la mise en place d'une continuité de consultation pour leurs revues communes (une vingtaine de revues dont Persée a numérisé la partie patrimoniale et Revues.org les numéros récents). Actuellement, dix revues déjà proposent un accès transparent à la totalité de leurs numéros : consultation des sommaires quel que soit le portail et sans changer d'interface ; accès au texte intégral sur chacun des portails à partir du titre de l'article. Il est prévu pour 2009 que les moteurs de recherche respectifs des deux sites intègrent la recherche sur le texte intégral  des articles du site partenaire.
Voir : l'édito de Revues.org / le blog LEO et la rubrique Mutualisation de Persée.

MLM

Edition scientifique

D'après l'Association of Learned&Professional Societies PublishersALPSP, plus de 1 400 nouveaux journaux scientifiques ont été créés en un an.

Plus de 96 % des titres publiés en STM ont une version électronique en ligne.

Le modèle hybride augmente lui aussi régulièrement. Les frais demandés dans le cas de l'"auteur payeur" vont de 500 à 3 000 €. Ce modèle assure une mise en ligne immédiate en Libre Accès une fois l'article accepté. Cependant il est loin d'être encore largement adopté par les chercheurs. En France, si les EPST ont défini des politiques en la matière, ce n'est pas le cas des universités.

On note aussi une évolution par rapport au droit d'auteur qui n'est plus systématiquement abandonné à l'éditeur.

JPL
 

Communication scientifique : un appel à contributions

Les appels à contributions se suivent et s’accumulent, ce qui témoigne d’une activité scientifique débordante dans le champ des Sciences de l’information et de la communication.
Voici donc un nouvel appel à articles,  diffusé sur ce blog avec un peu de retard (mais les semaines de cette rentrée passent très vite !).  Il s’agit du nouveau numéro des Cahiers du Numérique

Attention : le délai de remise des propositions est le 26 octobre (cf les modalités pratiques)

Enjeux actuels de la communication scientifique

Numéro thématique
coordonné par Joachim Schöpfel 

La communication scientifique
évolue au rythme des nouvelles technologies de l’information et de la communication, du marché de
l’information scientifique et des politiques de recherche nationales et
internationales. Son développement reflète les besoins des différentes
communautés scientifiques, notamment dans les domaines émergents ; en même
temps, elle façonne à sa manière le fonctionnement et la cohésion de ces
communautés. 

Depuis l’invention de la revue
scientifique par Henry Oldenburg et Marin Mersenne au 17e siècle, la
principale fonction de la communication scientifique a été l’enregistrement
d’une découverte ou idée pour protéger la propriété intellectuelle de son
auteur, puis la diffusion, l’évaluation par les pairs et l’archivage des
résultats de la recherche. Pendant trois siècles, la revue est restée le
vecteur central de la communication scientifique, avec une évolution formidable
à l’image de l’accélération de la recherche fondamentale et appliquée.

En parallèle et plus en marge, le
développement d’autres formes de l’information scientifique : livres,
bases de données, rapports, actes de colloques, thèses et mémoires etc. 

Depuis plus de dix ans,
technologies, marché et politiques bouleversent l’évolution de la communication
scientifique. Revues électroniques et e-books font partie du quotidien des
chercheurs, l’accès aux ressources numériques s’organise à travers les portails
des différents organismes et établissements, et Internet impacte d’une manière
significative les circuits de dissémination et circulation de la littérature
grise. 

Favorisés par la technologie,
poussés par les besoins d’investissement lourd, attirés par un marché en forte
expansion avec des gains considérables, des véritables empires de l’édition
scientifique se sont formés par le jeu des fusions et rachats avec le risque de
freiner l’innovation et la diffusion des savoirs et de maintenir des prix
(trop) élevés. 

Mais la communication
scientifique est également tributaire des politiques : modes de pilotage,
de financement et d’évaluation, choix des domaines prioritaires, modification
des structures et fonctionnement des organismes, investissement dans la
production, l’acquisition et diffusion de l’information et des résultats de la
recherche, tout cela a un impact direct et immédiat sur les modes de
communication scientifique. 

L’objectif de ce numéro est de
faire le point sur quelques enjeux majeurs de la communication scientifique
dans l’environnement numérique. Dégager les questions centrales dans le
contexte esquissé, rendre intelligibles les enjeux sans réduire leur
complexité, présenter les forces sous-jacentes, ouvrir des espaces
d’action : voilà le programme. Quelques suggestions :

  • Communication scientifique et évaluation des chercheurs, laboratoires, revues.
  • Les nouveaux modèles économiques de l’édition scientifique.
  • Le bouleversement des bibliothèques et métiers de l’information.
  • L’impact des archives ouvertes sur la diffusion et la valorisation de la production scientifique.
  • Liens entre communauté et communication scientifique
         (besoins, outils, usages).
  • L’évolution des contenus et services dans les revues scientifiques.
  • Comparaison entre outils collaboratifs du Web2.0 et moteurs de recherche algorithmiques par rapport à la découverte de l’information scientifique.
  • Nouvelles formes de communication scientifique et propriété intellectuelle.
  • L’analyse empirique de l’usage des ressources en ligne par les chercheurs.
  • Culture d’information et communication scientifique.
  • La place de la communication scientifique dans les nouveaux systèmes d’information de recherche (CRIS).
  • Communication scientifique, EScience, cyberinfrastructure.

Continuer la lecture

AERES et ERIH (ERA, IRRA…)

Dans le dernier numéro du Chronicle of Higher Education, un regard américain sur les classements européens des revues SHS (New Ratings of Humanities Journals Do More Than Rank — They Rankle / Jennifer Howard), pas tant la liste de l’AERES (dont il est parlé ici-même ou ) que celle établie par l’European Science Foundation: l’European Index for the Humanities (ERIH)[1], également une entreprise analogue en provenance d’Australie (ERA = Excellence Research for Australia).

L’article discute le principe du classement des revues:

[Simon Schaeffer] qualifie les listes de revues “d’assaut contre l’évaluation par les pairs (peer review)”.
Les comités de titularisation et de promotion ou les administrateurs
des universités peuvent supposer que si un article apparaît dans une
revue de catégorie A, ce doit être un travail de niveau A. Comme il
l’exprime, dans un tel système, “vous n’avez pas besoin de connaître
la qualité d’un essai particulier dans une revue particulière. Vous
pouvez le remplacer par la note de la revue dans laquelle il paraît. Et
cela me semble absurde.”

Ce à quoi on pourrait ajouter qu’il y aurait quelque chose de
paradoxal à faire reposer l’évaluation sur le niveau
“revue/titre” alors que le développement du mode électronique de
diffusion de la littérature scientifique tend à renforcer le niveau “article” aux dépends du niveau “titre”, à
permettre une mise en réseau directe des articles entre eux (cited by / citations)[2] et à faire apparaître des modes d’évaluation et des métriques articulés au niveau de l’article (voir par exemple le projet IRRA fondé sur les archives ouvertes en Grande-Bretagne).

L’article du Chronicle finit en remarquant que si les
Etats-Unis sont pour l’instant épargnés par les listes de classement
des revues, la multiplication de ces listes ailleurs risque de changer
ça:

Le sentiment général (…), dit Bonnie Wheeler, est
que le classement des revues de sciences humaines selon des critères
externes est “intellectuellement irresponsable” mais “dans la mesure où
les agences d’accréditation aiment avoir la possibilité de compter les
choses et de les noter, je m’attends à ce que nous voyions le phénomène
ici bientôt.”

MR

____
  1. Plus de 60 éditeurs de revues ont fait circuler en juillet dernier une lettre ouverte dénonçant ce classement et demandant que leur revue soit retirée de la liste.
  2. Evaluation attestée par une récente enquête sur les modes d’accès des chercheurs à la documentation: How Readers Navigate to Scholarly Content [pdf], 2008.

Liste des revues scientifiques de l’AERES

Une pétition "Pour le retrait complet et définitif de la « liste des revues » de l’AERES" est en cours depuis quelques jours, à l’initiative d’un collectif de chercheurs de toutes disciplines.
Les enjeux sont essentiels et bien expliqués dans le texte de la pétition, et commentés avec talent par Olivier Ertzscheid sur Affordance.

AS