Archives de catégorie : Culture informationnelle

Parution de “L’Education à la culture informationnelle”

Il est enfin paru !
Avec quelques mois de retard sur le calendrier initial, l’ouvrage collectif de l’ERTé, “L’éducation à la culture informationnelle”,  vient donc de sortir aux  Presses de l’enssib et nous sommes particulièrement heureux d’annoncer ici cette parution.
L’ouvrage, dirigé par Françoise Chapron et Eric Delamotte, est l’édition des actes du Colloque international de Lille, d’octobre 2008, édition doublement enrichie : d’une part, les textes du colloque, qui ont été sélectionnés, ont été repris et améliorés par rapport à leur version d’origine (rappelons que toutes les communications du colloque sont accessibles, depuis janvier 2009, sur ArchiveSic dans la collection ERTé), d’autre part plusieurs nouveaux textes, rédigés par les membres de l’ERTé, viennent structurer et introduire les différentes parties de l’ouvrage.

Signalons enfin que cet ouvrage inaugure la nouvelle série, lancée par les Presses de l’enssib dans la collection “Papiers“, la série “Culture(s) de l’information“, co-animée par Claire Denecker et moi-même.

Voici la présentation et le sommaire :

Continuer la lecture

Alexandre Serres

Enseignant-chercheur, co-responsable de l'URFIST de Rennes

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Réunion satellite du Congrès IFLA 2010 à Göteborg : appel à communication

Texte français de l’appel à communication, annonce transmise par notre collègue Agnès Colnot (SCD de l’Université Rennes 1, section Maîtrise de l’information de l’IFLA) :

Congrès annuel de l’IFLA 2010 : Réunion satellite
Appel à communication
Maîtrise de l’information : contexte, communauté, culture
http://www.ifla.org/en/calls-for-papers/2416

“La Section Maîtrise de l’information de l’IFLA organise une réunion satellite à l’Université de Göthenburg (Suède) les 8 et 9 août, en collaboration avec l’Université de Göthenburg. Cet événement se déroulera le dimanche 8 août au soir et le 9 août toute la journée.

Les objectifs principaux de l’événement sont :

  • Comprendre les différentes significations de la notion de maîtrise de l’information dans des contextes, des cultures et des communautés spécifiques
  • Apprendre à connaître leurs différents besoins informationnels
  • Offrir aux participants l’occasion de réfléchir sur ce qu’ils peuvent en retirer dans leur pratique personnelle

Nous recherchons des communications pour le programme de la matinée. L’après-midi consistera en une “non-conférence” pendant laquelle les personnes présentes seront en mesure de proposer et d’approfondir des thèmes qui les intéressent plus particulièrement. Des informations complémentaires sur cette partie seront diffusées prochainement.

Les communications retenues viendront de professionnels qui

  • ont pratiqué les formations à la maîtrise de l’information dans des contextes, des communautés et des cultures spécifiques.
  • ont exploré les différentes facettes de la maîtrise de l’information en fonction de la culture et de la communauté, et des besoins spécifiques qui en découlent. Les auteurs devront décrire clairement le contexte et les objectifs ainsi que leur démarche de recherche.
    Par exemple, le cas d’une bibliothèque publique et d’une communauté professionnelle locale, ou celui de professeurs de collège et d’élèves, ou encore celui d’enseignants à l’université et de groupes d’étudiants.
  • ont développé leurs interventions (activités, pédagogie, programmes) en se basant sur la connaissance de ce contexte. Il devra être clairement présenté comment les formations sont adaptées au groupe ou à la communauté spécifique.

Nous sommes particulièrement intéressés par des pratiques participatives ou collaboratives avec les groupes ou communautés en question, illustrées par des citations ou des vidéos.

Les communications seront en anglais, d’une durée de 30 minutes maximum.

Calendrier :
1. Les propositions doivent être envoyées pour le 21 avril 2010, par mail à il.satellite2010@googlemail.com
Les propositions doivent inclure : titre, résumé de 250 mots, coordonnées de l’auteur (nom, adresse complète, téléphone, fax, mail), et son affiliation
2. Les résultats de la sélection seront connus autour du 10 mai
3. Les auteurs devront fournir un résumé plus important de 800 mots en anglais, et une courte biographie pour le 6 juin pour diffusion sur le site web
4. Les présentations complètes devront être envoyées pour le 31 juillet

Merci de bien noter que les orateurs choisis sont attendus en personne et qu’ils sont responsables des frais liés à leur participation au congrès.”

Séminaire Folksonomies et tagging organisé par Alexandre Monnin et Evelyne Broudoux (DICEN) au CNAM le 26 mars 2010

Notre ancien collègue, Alexandre MONNIN, nous fait part de son invitation à assister au séminaire Folksonomies et tagging qu’il co-organise le 26 mars prochain au CNAM dans le cadre de ses activités de chercheur au DICEN (Dispositifs d’Information et de Communication à l’Ère Numérique).

Ce thème a souvent joué un rôle phare dans l’activité du réseau des Urfist. Il a notamment été abordé lors des Journées nationales Urfist de janvier 2007 et reste au cœur de nombreux stages dans plusieurs Unités du réseau. De portée internationale, ce phénomène s’amplifie. Au cœur de la problématique de l’indexation, il suscite un intérêt grandissant de la part de la communauté scientifique et du monde internautique en général.

Programme du séminaire

Le livre et le document à l’ère du numérique

La FADBEN (Fédération des enseignants-documentalistes de l’Education Nationale) lance un appel à contributions pour le prochain numéro de sa revue, Médiadoc, sur un thème, aussi classique qu’essentiel : “Le livre et le document à l’ère du numérique”.

Réflexions théoriques, mais aussi didactiques  sont attendues :

Ces thématiques pouvant être abordées selon deux angles d’approche :

‣ l’une plus théorique visant à approfondir les connaissances professionnelles des professeurs documentalistes sur ces objets d’enseignement : quelle approche conceptuelle, quelle histoire, quelles évolutions, quels enjeux ?

‣ l’autre plus didactique visant une appropriation et une mise en œuvre pédagogique de ces objets d’enseignement : quels sont les savoirs scolaires et quelles problématiques informationnelles développer avec les élèves ? Quels enseignements mettre en place pour appréhender ces notions dans une perspective d’ouverture des élèves à la culture de l’information ?”

Le texte complet de l’appel à contributions est disponible sur le site de la Fadben.

Attention aux délais : ils sont courts !

Alexandre Serres

Enseignant-chercheur, co-responsable de l'URFIST de Rennes

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Rapport Perrin: quel avenir pour les Urfist?

Le 18 janvier, a été rendu public le rapport de l’inspecteur général Georges Perrin sur “La formation continue des personnels de la filière bibliothèque de l’Etat” [pdf].

Ses conclusions et recommandations concernant les Urfist sont nettes:

p. 37: “On peut donc légitimement se poser la question de l’actualité du rôle des URFIST et de leur positionnement spécifique dans les établissements d’enseignement supérieur. Aujourd’hui, et après plus de deux décennies d’évolution des technologies de l’information, une génération de professionnels s’est formée aux approches contemporaines et sans cesse réactualisées de l’information scientifique et technique. De ce fait, et mise à part des secteurs où une veille « pointue » peut se justifier, force est de constater que la plupart des services de documentation des universités peuvent se suffire à eux-mêmes, et sont en mesure de jouer pleinement le rôle dévolu aux URFIST, et ce, avec une efficacité et une réactivité accrue, compte tenu de leur plus grande proximité avec les usagers.”

p. 38: “il semble que les missions actuellement remplies par les URFIST, pourraient être désormais confiées aux SCD ou aux SICD des universités.”

p. 38: “De notre point de vue, la mission de défrichage et de sensibilisation à l’évolution des techniques documentaires, qui était originellement dévolue aux URFIST, est désormais pleinement accomplie. Le relais peut être pris partout où les professionnels qu’ils ont su former sont en relation directe avec les usagers.”

Recommandation (p. 52): “Intégrer les URFIST dans les SCD de leur université de rattachement.”

La mise en oeuvre de ces recommandations signifierait la disparition du réseau des Urfist tel qu’il existe, réseau d’unités légères associant un conservateur de bibliothèque et un enseignant-chercheur, où la formation à l’IST est adossée à une activité de recherche sur les nouvelles pratiques informationnelles.

Le rapport[1] nous apparaît entaché d’erreurs factuelles[2] et d’une vision tronquée de la pratique des Urfist et des enjeux de la formation continue. La problématique de la culture et des compétences informationnelles, en particulier, en est pratiquement absente.

Nous reviendrons dans un prochain billet plus en détail là-dessus.

Le rapport Perrin devrait cependant être l’occasion, au-delà de la question de l’inscription institutionnelle dans le nouveau contexte de la LRU (selon une interprétation que l’on souhaiterait moins fondamentaliste), de refaire le point sur les missions des Urfist qui ont bien évolué (comme le contexte de l’IST) depuis leur création en octobre 1982.

Aussi, anciens et nouveaux lecteurs d’Urfist-Info, nous serions très intéressés de recueillir votre point de vue quant à l’utilité (ou pas) des Urfist et quant à leurs missions.


  1. outre le fait qu’il inscrit la problématique du devenir des Urfist dans le cadre exclusif de la formation continue des bibliothécaires, lesquels ne représentent qu’un petit tiers de nos publics…
  2. En particulier le constat d’un “certain déclin” de nos activités s’appuie sur la prise en compte exclusive de 2 années successives, 2006 et 2007, sans doute pour des raisons de disponibilité immédiate. La prise en compte des chiffres des 5 dernières années fait apparaître la réalité inverse d’une irrégulière mais nette progression.

“Les doctorants et l’information scientifique”

L’enssib et le réseau des URFIST proposent deux journées d’étude.
A vos agendas !

A l’occasion des 10 èmes rencontres FORMIST et de la 3ème journée nationale d’étude des URFIST, l’enssib et le réseau des URFIST proposeront, les 3 et 4 juin 2010, à Villeurbanne, deux journées autour de la thématique “Les doctorants et l’information scientifique”.

Conférences et ateliers permettront de croiser les regards et d’apporter des comptes-rendus d’expérience sur la formation à l’information scientifique.

Dès janvier, l’enssib et le réseau des URFIST diffuseront un appel à contributions, pour susciter communications, témoignages et comptes rendus d’expérience pour les ateliers.

Réservez dès maintenant vos journées du 3 et 4 juin 2010 !

Le comité d’organisation enssib-réseau des URFIST –

Le mois de l’information literacy

Qui a dit : 

"Rather  than merely  possessing  data, we must  also  learn  the  skills  necessary  to acquire, collate, and evaluate information for any situation. This new type of literacy also requires competency with communication technologies, including computers and mobile devices  that  can help  in our day-to-day decisionmaking." ?

L'IFLA ou une autre association de bibliothécaires ? L'UNESCO, la Commission Européenne ?

Et bien non : c'est Barack Obama himself, qui a déclaré le mois d'octobre  "National  Information  Literacy Awareness Month".

En France, on a la Semaine de la presse et des médias, mais on n'a pas encore un "Mois de la maîtrise de l'information", soutenu à un tel niveau…

C'est un appui politique de taille que vient de recevoir le mouvement pour "l'information literacy", dont il faut aussi souligner le caractère inédit (je n'ai pas le souvenir d'un précédent président américain qui se serait engagé ainsi dans ce domaine).  On savait que Barack Obama avait parfaitement compris et intégré Internet dans ses campagnes et ses pratiques politiques (cf ses comptes Twitter, Facebook, etc.), qu'il avait incité les jeunes Américains à se méfier de Facebook ; c'est une bonne nouvelle de voir qu'il a également bien mesuré les enjeux éducatifs de la formation à l'information (notamment à l'évaluation de l'information).

Ne résistons pas au plaisir d' une dernière citation : "I  encourage  educational  and community institutions across the country to help Americans fnd and evaluate the information they seek, in all its forms."

A quand un encouragement politique équivalent, européen et français ? 

AS

Information-documentation et culture de l’information : un domaine émergent

Posted from Diigo. The rest of my favorite links are here.