Former à l’intégrité scientifique en LSH : retour d’expérience de l’Urfist de Bordeaux

Historique du projet

Dans le cadre de la mise en œuvre de l’arrêté du 25 mai 2016[1] fixant le cadre national de la formation et les modalités conduisant à la délivrance du diplôme national de doctorat, l’école doctorale Montaigne Humanités (Université Bordeaux Montaigne) a sollicité l’Urfist de Bordeaux pour concevoir une offre de formation dédiée à l’intégrité scientifique. En effet, l’article 3 de l’arrêté indique que les écoles doctorales doivent désormais veiller à ce que chaque doctorant « reçoive une formation à l’éthique et à l’intégrité de la recherche[2] ».

Si l’arrêté du 25 mai 2016 constitue le point de départ du projet, la lettre de mission émanant de Sandro Landi, directeur de l’école doctorale Montaigne Humanités, étend le public cible du dispositif aux enseignants-chercheurs, chercheurs et personnels d’appui à la recherche. Il s’agit d’appréhender l’intégrité scientifique comme un enjeu d’établissement. Michel Pernot, délégué à l’intégrité scientifique et Frédéric Boutoulle, vice-président recherche de l’Université Bordeaux Montaigne, ont également été partie prenante du projet.

Entre péchés capitaux de la recherche et petits arrangements du quotidien

Ainsi que le rappellent P. Corvol et R. Gicquel, « il faut bien distinguer l’intégrité scientifique, c’est-à-dire les règles qui gouvernent la pratique de la recherche, de l’éthique de la recherche qui aborde de façon plus large les grandes questions que posent les progrès de la science et leurs répercussions sociétales[3] ». On peut également citer la définition de la commission de réflexion sur l’éthique de la recherche en sciences et technologies du numérique de l’Alliance des sciences et technologies du numérique (Allistene) : « L’intégrité scientifique passe par les bonnes pratiques, les comportements à adopter dans la recherche et à promouvoir dans les laboratoires[4] ». En d’autres termes, l’intégrité scientifique se situe essentiellement sur le terrain de la praxis.

L’expression « intégrité scientifique » est spontanément associée à la lutte contre les péchés capitaux de la recherche que sont la fraude, la falsification et le plagiat[5]. Certes, ainsi que le soulignent M. Bergadaà[6], P. Corvol et R. Giquel, il s’avère difficile de mesurer précisément l’ampleur du phénomène et son évolution, faute d’accès à des données détaillées. R. Gicquel et P. Corvol évoquent entre autres raisons le fait qu’il existe « une régulation non explicite[7] » par la communauté scientifique. Mais lorsqu’elles deviennent publiques, les affaires de plagiat ou de conflits d’intérêt font l’objet d’une très forte médiatisation. On peut citer par exemple l’affaire des plagiats du physicien Etienne Klein relayée par de nombreux médias généralistes en avril 2017.

Les piliers de la méconduite scientifique (fraude, falsification, plagiat) focalisent l’attention, mais L. M. Bouter et ses co-auteurs alertent sur la nécessité d’élargir le périmètre de la prévention à ce qu’ils nomment les « everyday research dilemma[8] ». En effet, selon l’étude, les pratiques de recherche douteuses menacent tout autant la recherche et la confiance entre chercheurs que la tricherie caractérisée :

In short, research misconduct as well as sloppy science threaten the validity of scientific knowledge and may also inflict damage to the trust between scientists and, if revealed in the media, may also damage public confidence in science[9].

Comment définir ces pratiques douteuses à l’origine de ce que L. M. Bouter et ses co-auteurs nomment la « sloppy science [10]» ? Ces écarts peuvent être volontaires ou non. Il s’agit par exemple de se livrer à un état de l’art sélectif. On ne se situe pas au cœur de la fraude, mais dans une zone intermédiaire. Toutefois, par leur fréquence et la gravité de leurs impacts, les pratiques douteuses ne représenteraient-elles finalement pas le cœur du problème plutôt que sa périphérie, ainsi que le suggèrent L. M. Bouter et ses co-auteurs ?

Our ranking results seem to suggest that selective reporting, selective citing, and flaws in quality assurance and mentoring are the major evils of modern research[11].

Si une offre de formation à l’intégrité scientifique peut difficilement faire l’économie d’une sensibilisation à la lutte contre le plagiat, la fraude et la falsification, elle ne devrait pas s’y résumer.

Ancrer l’intégrité scientifique dans les pratiques quotidiennes

Plutôt que de faire de l’intégrité scientifique un sujet de formation en soi, le parti a été pris de décliner une série de 5 modules traitant de problématiques particulièrement sensibles dans le domaine des lettres, langues, sciences humaines et sociales :

– « Citer ses sources en lettres, langues, sciences humaines : de l’exploitation des sources à l’éthique de la citation ».

Formateur : Pierre Gravier, conservateur des bibliothèques, direction de la documentation, Université de Bordeaux.

L’objectif principal de la formation est de permettre aux participants d’acquérir ou de consolider une méthodologie ad hoc en matière de traçabilité des sources. S’il existe des outils permettant d’automatiser la gestion des références bibliographiques, il n’en demeure pas moins que l’acquisition d’une méthode rigoureuse de citation demeure une étape incontournable.

– « Domestiquez vos données sources : organiser, fiabiliser et sécuriser ses données en SHS ».

Formateur : Michel Jacobson, ingénieur en informatique spécialisé dans la gestion de corpus numériques et l’archivage numérique, Laboratoire ligérien de linguistiques (UMR LLL). Formation organisée en partenariat avec la délégation régionale du CNRS.

Ce module s’adresse à des non spécialistes en informatique. Ce stage n’est pas une formation au data management plan ; il s’inscrit dans une perspective plus généraliste et traite des questions d’archivage, de normes, d’organisation des données, d’authentification, de description des données. Le formateur explique les enjeux inhérents au cycle de vie des données.

L’enjeu de la formation est double. Il s’agit d’une part de sensibiliser les participants au fait que la gestion des données sources ne relève pas d’un plan uniquement technique, mais scientifique ; et d’autre part, de démontrer qu’il est possible d’adopter  au quotidien de bonnes pratiques de gestion, sans être un spécialiste du numérique.

Programmer une formation dédiée à la gestion des données de recherche est apparu comme une priorité dans le cadre d’un cycle dédié à l’intégrité scientifique. En effet, la mise à disposition des données contribue notamment à une plus grande transparence de la recherche et constitue également un enjeu clé dans le domaine des lettres, langues, sciences humaines et sociales.

– « Gérer des données sensibles et des données personnelles : enjeux juridiques pour le chercheur »

Formatrice : Emilie Masson, juriste, service informatique et libertés du CNRS

– « La pratique du droit d’auteur pour le chercheur en LSH » Formatrice : Hélène Skrzypniak, enseignant-chercheur en droit de la propriété intellectuelle, Urfist de Bordeaux, Institut de recherche en droit des affaires et du patrimoine (Irdap)

 « De victime à auteur de plagiat : protéger son œuvre et ne pas franchir à son tour la ligne rouge » Formatrices : Sabrina Granger, conservateur des bibliothèques, Urfist de Bordeaux ; Hélène Skrzypniak, enseignant-chercheur en droit de la propriété intellectuelle, Urfist de Bordeaux, Irdap

Le choix des thématiques suit l’une des préconisations du rapport Corvol et Gicquel rappelant que « l’approche et la sensibilité sur les questions d’intégrité sont différentes selon les disciplines, même s’il existe une base commune d’éthique[12] ».

Le cycle s’achève sur un atelier intitulé « L’intégrité scientifique en action », animé par 3 intervenants aux profils complémentaires : Olivier Le Deuff, enseignant-chercheur en sciences de l’information et de la communication (IUT Bordeaux Montaigne ; unité de recherche « Médiations, Informations, Communication, Arts » Mica), Julien Baudry (conservateur des bibliothèques, service commun de la documentation, Bordeaux Montaigne) et Hélène Skrzypniak (enseignant-chercheur en droit de la propriété intellectuelle, Urfist de Bordeaux, Irdap). Les thèmes sont choisis par les inscrits. A la différence des formations, l’accent est essentiellement mis sur les échanges entre participants et animateurs : les participants deviennent co-responsables des contenus abordés. L’objectif est de permettre aux participants d’échanger sur leurs pratiques de manière plus informelle que dans le cadre d’une formation.

Ainsi que le souligne la présentation des formations conçues par l’Urfist pour l’école doctorale Montaigne Humanités, « l’objectif [des formations] est de mobiliser les doctorants par la pratique en leur démontrant que le respect de l’intégrité scientifique n’est pas une question exogène, mais qu’il s’inscrit dans leur quotidien et que des solutions concrètes peuvent être mises en œuvre[13] ». Tous types d’actions confondus, le cycle représente 48 heures de formation. Hormis l’atelier de clôture, chaque session dure entre 6 et 9h. Les modules sont indépendants les uns des autres afin de laisser toute latitude aux inscrits de construire leur parcours de formation personnalisé.

Adopter une approche non restrictive de l’intégrité scientifique

Le thème de l’intégrité scientifique est abordé à travers une pluralité de contextes. Il s’agit donc bel et bien de mettre l’accent sur les « everyday research dilemma » analysés par L. M. Bouter et ses co-auteurs. Les questions juridiques constituent un élément incontournable du cycle de formation. Toutefois, tout comme elle ne se réduit pas à la lutte contre le plagiat, l’intégrité scientifique excède également le seul périmètre juridique. Le souhait de l’école doctorale Montaigne Humanités était en effet d’adopter l’approche la moins restrictive possible.

C’est pourquoi une attention particulière a été portée d’une part à la traçabilité des sources et aux bonnes pratiques de citation. Il s’agit de donner aux participants des clés pour citer correctement une référence et ne pas devenir plagiaire malgré eux. Les formations traitent également des zones grises de la citation (citations de complaisance, citations de seconde main, auto-plagiat) ainsi que leurs conséquences sur la qualité des travaux scientifiques.

D’autre part, la gestion et de la fiabilisation des données sources constituent également des thèmes étroitement articulés à celui de l’intégrité scientifique : comment mettre à disposition de ses pairs des données à des fins de partage, ou de validation si ces informations ne sont ni correctement structurées, ni référencées de manière satisfaisante ? L’objectif de cette formation animée par un spécialiste de la gestion de corpus numériques est de sensibiliser des non informaticiens aux prérequis pour une science plus ouverte et plus transparente. Ainsi, les thématiques des données de la recherche et de l’open science résident au cœur de l’offre de formation à l’intégrité scientifique.

En guise de bilan d’étape

Les plus : une très forte adéquation entre contenus et besoins. Les questionnaires de satisfaction complétés par les participants à l’issue de chaque formation font état d’un niveau de satisfaction élevé. Le format d’une journée ou d’une journée et demie n’a pas été jugé trop long par les participants, dans la mesure où l’accent était mis sur la pratique dans les stages organisés sous forme de TD.

Si le cycle de formations a pour objet l’intégrité scientifique plus que l’éthique, les questionnaires d’évaluation ainsi que les retours directs des participants mettent en lumière le fait que les formations représentent autant d’occasion d’adopter un regard plus réflexif sur leurs pratiques et leur rapport à l’activité même de recherche. Ainsi, la consolidation ou l’acquisition de méthodes ouvre des questionnements de nature épistémologique. Dans le cadre de la formation sur le plagiat, la séquence dédiée à la paraphrase et aux pratiques douteuses de citation donne par exemple lieu à des échanges nourris entre participants, allant bien au-delà des seules questions formelles.

Les marges de progression : un hiatus entre besoins et attentes. Les questionnaires d’évaluation témoignent d’une prise de conscience de l’étendue des besoins réels à l’occasion de la formation. Le travail sur la médiatisation de ces formations à l’intégrité scientifique constitue un enjeu majeur pour la prochaine édition du cycle.

Sources

« Arrêté du 25 mai 2016 fixant le cadre national de la formation et les modalités conduisant à la délivrance du diplôme national de doctorat »

BERGADAÀ, Michelle, Le Plagiat académique : comprendre pour agir, Paris, L’Harmattan, 2015, 228 p.

BOUTER, Lex M., TIJDINK, Joeri, AXELSEN, Nils[et al.], « Ranking major and minor research misbehaviors: results from a survey among participants of four World Conferences on Research Integrity », Research Integrity and Peer Review, vol. 1, 2016, p. 17.

COMMISSION DE RÉFLEXION SUR L’ÉTHIQUE DE LA RECHERCHE EN SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU NUMÉRIQUE D’ALLISTENE, « Proposition de formation doctorale : initiation à l’éthique de la recherche scientifique », 2016.

CORVOL, Pierre et GICQUEL, Rémy, « Bilan et propositions de mise en oeuvre de la charte nationale d’intégrité scientifique », 2016.

SMALDINO, Paul E. et MCELREATH, Richard, « The Natural Selection of Bad Science », arXiv:1605.09511 [physics, stat], mai 2016, [En ligne : http://arxiv.org/abs/1605.09511].

UNIVERSITÉ BORDEAUX MONTAIGNE, « Formation à l’éthique de la recherche et à l’intégrité scientifique – Université Bordeaux Montaigne », [En ligne : http://www.u-bordeaux-montaigne.fr/fr/ecole-doctorale/diplomes-et-formations/formations-proposees-par-l-ed/integrite-scientifique.html]. Consulté le22 juin 2017.

Descriptifs détaillés des formations

Intitulé Objectifs Publics cibles
« Citer ses sources en lettres, langues, sciences humaines : de l’exploitation des sources à l’éthique de la citation » Appliquer correctement des normes de citations, connaître les usages en termes d’abréviations et de locutions latines

Identifier les pratiques de citation potentiellement problématiques pour ne pas devenir plagiaire malgré soi

 

En complément : « Publication scientifique, communication », in Pratiquer une recherche intègre et responsable. Un guide, CNRS, CPU, mars 2017

Doctorants
« De victime à auteur de plagiat : protéger son œuvre et ne pas franchir à son tour la ligne rouge » Identifier les pratiques douteuses de citation

Rappel des bonnes pratiques : citations directes, paraphraser dans le respect du droit d’auteur, définir un auteur

Caractériser le plagiat d’un point de vue juridique

Comprendre le plagiat comme système d’écriture : jeu de rôle plagiaire et détracteur de plagiat. Les participants sont répartis en 2 groupes. Ils sont amenés à tour de rôle à produire un plagiat à partir d’une sélection de sources et de consignes d’écriture. Cette fabrique du plagiat est documentée via un journal de bord du plagiaire. Puis, dans un second temps, les groupes échangent leurs productions et doivent détecter les distorsions apportées aux sources. La restitution permet de faire dialoguer détracteurs de plagiat et plagiaires sur les techniques utilisées, les éléments identifiés ou non.

Doctorants
« Domestiquez vos données sources : organiser, fiabiliser et sécuriser ses données en SHS » Mettre en œuvre une méthodologie de gestion de ses données sources

Identifier les cas critiques et sécuriser ses données

Tous publics enseignement et recherche
« La pratique du droit d’auteur pour le chercheur en lettres, langues, sciences humaines et sociales » Connaître les droits et les devoirs des chercheurs Tous publics enseignement et recherche
« Gérer des données sensibles et des données personnelles : enjeux juridiques pour le chercheur » Identifier les données appelant un traitement spécifique : qu’est-ce qu’une donnée personnelle, une donnée sensible ?

Identifier les enjeux juridiques liés à la collecte de données sensibles

Acquérir une méthode pour gérer les questions d’anonymat, de diffusion.

Tous publics enseignement et recherche
« Ateliers « L’intégrité scientifique en action » Identifier les mécanismes qui conduisent à la fraude pour s’en prémunir : ex. crise de l’édition et de ses modèles économiques ; dangers et dérives d’une évaluation centrée sur des indicateurs inadaptés, les conflits d’intérêts, etc.

Comprendre le processus de recherche et positionner sa démarche dans un environnement scientifique

Tous publics enseignement et recherche

[1] « Arrêté du 25 mai 2016 fixant le cadre national de la formation et les modalités conduisant à la délivrance du diplôme national de doctorat ».

[2] Ibidem.

[3] Pierre Corvol et Rémy Gicquel, « Bilan et propositions de mise en œuvre de la charte nationale d’intégrité scientifique », 2016, p. 24.

[4] Commission de réflexion sur l’éthique de la recherche en sciences et technologies du Numérique d’Allistene, « Proposition de formation doctorale : initiation à l’éthique de la recherche scientifique », 2016, p. 9.

[5] « Most researchers, when asked to give examples of breaches of research integrity will mention fabrication, falsification, and plagiarism, whereas only few can mention more than some [questionable research practices] items. », in Lex M. Bouter, Joeri Tijdink, Nils Axelsen[et al.], « Ranking major and minor research misbehaviors: results from a survey among participants of four World Conferences on Research Integrity », Research Integrity and Peer Review, vol. 1, 2016, p. 17, p. 2.

[6] Michelle Bergadaà, Le Plagiat académique: comprendre pour agir, Paris, L’Harmattan, 2015, 228 p.

[7] Pierre Corvol et Rémy Gicquel, op. cit., p. 35.

[8] Lex M. Bouter[et al.], op. cit., p. 7.

[9] Ibidem, p. 2.

[10] Sur le thème de la crise de la qualité de la recherche, cf. Paul E. Smaldino et Richard McElreath, « The Natural Selection of Bad Science », arXiv:1605.09511 [physics, stat], mai 2016.

[11] Lex M. Bouter[et al.], op. cit., p. 7.

[12] Pierre Corvol et Rémy Gicquel, op. cit., p. 38.

[13] Université Bordeaux Montaigne, « Formation à l’éthique de la recherche et à l’intégrité scientifique – Université Bordeaux Montaigne », [En ligne : http://www.u-bordeaux-montaigne.fr/fr/ecole-doctorale/diplomes-et-formations/formations-proposees-par-l-ed/integrite-scientifique.html]. Consulté le22 juin 2017.

H2020: mise à jours des tutoriels de l’Inist-CNRS – DoRANum

« L’Inist-CNRS met à jour ses tutoriels Le libre accès aux résultats de la recherche dans le cadre d’Horizon 2020 afin de tenir compte des modifications des recommandations de la Commission européenne énoncées dans les deux nouveaux guides H2020 … »

Source : H2020: mise à jours des tutoriels de l’Inist-CNRS – DoRANum

DataCite: une communication de L’Inist-CNRS

Membre du consortium international DataCite, l’Inist-CNRS est agence d’attribution de l’identifiant DOI en France.

Elément majeur d’une bonne pratique dans le mouvement de l’Open Science, les identifiants pérennes jouent un rôle clé en facilitant la découverte et l’accès à long terme aux objets scientifiques issus de la recherche. Ils permettent ainsi d’identifier, référencer, partager et citer les données afin d’accroître leur visibilité.

Le DOI (Digital Object Identifier) en est un exemple. Il peut être attribué aux résultats de la recherche (données, images, vidéos…).

Une équipe dédiée au sein de l’Inist-CNRS se tient à votre disposition pour vous conseiller au plus près de vos recherches dans l’attribution de DOI à vos données (fourniture des préfixes DOI, assistance à la création et la conversion de métadonnées…). Elle vous accompagne également dans l’utilisation des différents services proposés par DataCite.

Contact : datasets@inist.fr
Tel : 03 83 50 46 70

Tutoriel URFIST sur les Brevets d’invention

L’URFIST de Paris met en ligne un Tutoriel sur les Brevets d’invention, avec le soutien de la COMUE PSL (Paris Sciences & Lettres) et de l’École nationale des chartes. Vous le découvrirez sous :

http://urfist.enc-sorbonne.fr/les-brevets-d-invention/

Il est libre d’accès, d’usage et de diffusion.

Il est destiné aux étudiants avancés des filières scientifiques et techniques mais aussi aux chercheurs impliqués dans l’innovation. Les professionnels de l’information-documentation, en milieu universitaire et dans les écoles d’ingénieurs, sont également concernés pour l’accompagnement des publics visés par ce tutoriel, dans le contexte de formations spécifiques.

Ce tutoriel analyse les principes juridiques fondamentaux, explore la base de données Espacenet et se conclut par des QCM. Il est étayé par des interventions d’experts en propriété industrielle et de chercheurs sur le terrain.

Il peut se prêter à des prolongements en présentiel ou distanciel, constituer un socle préparatoire à des formations plus poussées, illustrées notamment par des études de cas.

Référence de l’opération : PSL-ENC ANR 10-IDEX-0001-02

Auteurs : Manuel Durand-Barthez (contenu) ; Corinne Habarou (webmestre) ; Marion d’Hauteville (ingénieure pédagogique)

Matériel complémentaire :

Flyer : http://www.enc-sorbonne.fr/sites/default/files/atoms/files/flyer-brevet.pdf

Teaser vidéo : https://youtu.be/RixyChGJUbM

#DeleteAcademicSocialNetworks ? Les réseaux sociaux académiques en 2016

Affaire #DeleteAcademiaEdu, articles “Do academic social networks share academics’ interests ? (Times higher education du 07/04/2016) ou encore “The ResearchGate Score : a good example of a bad metric” (LSE blog du 09/12/2015)… Un peu perdus parmi tous ces articles, billets de blog et prises de positions dont les réseaux sociaux académiques ont fait l’objet ces derniers mois ? Petite synthèse 2016, après les billets « Pour une utilisation critique des réseaux sociaux académiques » (2014) et « Où en est-on des réseaux sociaux académiques ? » (2015), pour comprendre les débats qui ont fait la une récemment et s’interroger sur la place actuelle des réseaux sociaux au sein d’un écosystème scientifique en mouvement.

Continuer la lecture

Partage des données de la recherche : quels impacts ? Modèles scientifiques, évaluation, services, compétences… (JNE des URFIST, 29 septembre 2016)

Les URFIST (Unités Régionales de Formation à l’Information Scientifique et Technique) organisent régulièrement depuis 2002 une « journée nationale d’étude » (JNE). En 2014, le thème d’étude retenu concernait les différentes formes de publication de la recherche et les modes de légitimation ou d’évaluation associés.
L’objectif de l’édition 2016, qui se tiendra à Paris, s’inscrit dans la continuité de la précédente : les données de la recherche (DR) constituent en effet une modalité relativement nouvelle de la publication des travaux, mais également de publicisation des données qui en sont le fondement. Ces data sous-jacentes sont aussi concernées par le phénomène de l’Open Access dans la mesure où leurs conditions d’accessibilité et de réutilisation, permettent à la connaissance d’avancer, et à l’innovation d’émerger.
Nombreuses sont déjà les contributions qui ont souligné leur masse pléthorique, leur hétérogénéité constitutive, les méthodes d’extraction et de sélection dont elles sont l’objet, ou encore les gains de temps et de moyens que peut procurer leur réutilisation, à des fins de recherche, dans le cadre de nouveaux axes de travail ou de nouveaux projets. Il s’agira ici d’examiner plusieurs catégories de thématiques associées à cette mutation profonde des pratiques informationnelles de recherche. De fait, ce nouveau facteur de production scientifique peut exercer sur les modalités d’investigation et leur impact sociétal une influence dont la portée n’est pas anodine, à la fois en termes de déontologie, d’épistémologie et d’évaluation de la recherche.
Un premier volet de la réflexion aura pour tâche de définir, circonscrire et contextualiser le concept de Données. On examinera en introduction le paysage (inter)national actuel des DR en identifiant leurs acteurs et leur périmètre. Puis on abordera les questionnements épistémologiques soulevés par leur importance croissantes, en tant qu’éléments constitutifs, distincts et identifiés comme tels de la recherche. La dimension importante du cadre juridique de leur potentielle confidentialité et les implications éthiques de la réutilisation des DR dans certains domaines, seront explicitées.
Un second volet fera état des modalités pratiques, tant de la production que de l’exploitation des données : des réalisations européennes seront présentées (en cours notamment au Pays-Bas) suivies d’autres retours d’expérience. Certains contextes très spécifiques, comme celui des thèses, qui constituent un vivier de données trop souvent méconnu, méritent de ce fait même une attention toute particulière. Enfin, on mettra l’accent sur le dialogue entre chercheurs et professionnels de l’information. Ceux-ci sont en effet à même de proposer des services, tant au sein des organismes de recherche et des laboratoires que dans le cadre des bibliothèques ou d’institutions nationales ayant en charge l’Information Scientifique et Technique (IST). La formation dans ce domaine et les « services d’accompagnement des chercheurs » représentent un dispositif stratégique essentiel.
Nous conclurons cette journée par une approche pragmatique, en évoquant une étape désormais quasi indispensable au montage d’un projet de recherche d’envergure internationale : le Data Management Plan (DMP), ou « plan de gestion des données » (PGD), qui porte au premier plan la nécessité d’une réflexion approfondie sur les tenants et aboutissants de ce nouveau paradigme, réflexion à laquelle cette 6e Journée nationale d’étude du Réseau des URFIST voudrait contribuer utilement.

La JNE se déroulera dans l’amphi Abbé Grégoire du CNAM (Conservatoire national des arts et métiers), 292 rue Saint-Martin, 75003 PARIS, accès 10 et 16. Métro Réaumur-Sébastopol

Programme :

9h00-9h30 : Café d’accueil

9h30-10h00 : Ouverture et présentation de la journée

  • 10h00-10h40 : Francis André (DIST, CNRS) : « Le paysage des Données de Recherche. Définition, périmètre, acteurs, politique des DR en Europe et en France »
  • 10h40-11h20 : Dominique Boullier (EPFL) : « Big Data, une autre époque de quantification, un défi pour les sciences sociales »
  • 11h20-12h30 : Table ronde sur les enjeux éthiques et sociétaux liés aux données de la recherche, avec :
  • Serge Abiteboul (Collège de France)
  • Danièle Bourcier (CNRS COMETS)
  • Dominique Cardon (EHESS)
  • Christine Gaspin (MIAT, INRA)
  • Christian Hervé Directeur du Laboratoire d’Éthique Médicale et de Médecine Légale (Faculté de Médecine de Paris)

12h30-14h00 : Pause méridienne

  • 14h00-14h40 : Peter Doorn  (Directeur du DANS Data Archiving and Networked Services – La Haye)  « L’archivage et la gestion des entrepôts de Données aux Pays-Bas »
  • 14h40-15h20 : Joachim Schöpfel (Université de Lille 3 – ANRT) et Isabelle Westeel (SCD Lille 3 SHS) : « Les données de la recherche dans les thèses de doctorat »
  • 15h20-16h45 : Table ronde sur les services, les compétences et les formations, animée par Paolo Lai (INIST), avec :
  • Martina Knoop Institut national de Physique CNRS, chargée des relations avec les chercheurs pour l’IST
  • Émeline Juillard, documentaliste beQuali, Centre de Données Socio-Politiques (Sciences Po – CNRS)
  • Stéphane Pouyllau, ingénieur HumaNum
  • Aurore Cartier, Service Commun de la Documentation, Université Paris Descartes

16h45-17h00 : Clôture de la Journée d’étude

Pour plus d’informations rendez-vous sur : https://urfistjne2016.wordpress.com/

Contact : urfistjne – at – gmail.com et @Urfistjne

Inscription gratuite, mais obligatoire, sur Sygefor

« Participer à l’organisation du management des données de la recherche : gestion de contenu et documentation des données » : une Formation complète

Communiqué RENATIS en coopération avec le Réseau national des Urfist

Action Nationale de Formation

« Participer à l’organisation du management des données de la recherche : gestion de contenu et documentation des données »

Cette ANF organisée par le réseau Renatis en collaboration avec la DIST-CNRS, l’INIST-CNRS, l’URFIST, le RIATE et IRSTEA se tiendra du 6 au 8 juillet 2016 à Paris dans les locaux de l’Université Paris Diderot.
Elle s’inscrit dans la continuité des Frédocs 2013 dédiés à la « gestion et valorisation des données de la recherche » et en complément de celle proposée par le réseau RBDD en 2015 « conduire et construire un plan de gestion de donnée : de la base de donnée à la pérennisation« .

Au niveau international de plus en plus de financeurs institutionnels publics de la recherche font référence ou conditionnent leurs financements au partage des données et des résultats scientifiques dans le cadre du mouvement de l’Open Science. Dans ce contexte les chercheurs sont fortement incités à réaliser des plans de gestion de données, requis de plus en plus comme un des critères essentiels dans les réponses aux appels d’offre et et exigé comme un livrable à part entière pour les projets réalisés dans le cadre du programme européen Horizon 2020. Pour accompagner ce mouvement de fond qui se développe considérablement depuis quelques années et répondre aux besoins des chercheurs, les professionnels de l’IST doivent être en capacité de réagir.

Les professionnels de l’IST, aux côtés des chercheurs ont un rôle clé à jouer dans la réponse à des appels à projet et dans la gestion de contenu propre aux données de la recherche. La formation qui vous est proposée a pour objectif de fournir des éléments pédagogiques aux professionnels de l’IST afin de sensibiliser les chercheurs à la gestion des données et à leur cycle de vie. L’objectif principal est d’apporter les outils nécessaires à l’accompagnement du chercheur dans la construction d’un plan de gestion des données ou Data Management Plan (DMP).

Les grands axes du programme sont les suivants :
Axe 1 : Comprendre les enjeux et attendus d’un plan de gestion des données et en définir les finalités dans le cadre du contexte réglementaire H2020 et international
Axe 2 : Identifier les acteurs, les données, les moyens à court, moyen ou long terme à mettre en œuvre avec les chercheurs. Planifier la gestion des données.
Axe 3 : Mettre en œuvre le plan de gestion des données en fonction de leur cycle de vie.
Axe 4 : Création d’un plan de gestion de données – Mise en pratique à partir d’un ou plusieurs cas concrets

Le programme s’organisera en 3 grandes parties : Une première partie qui introduira la problématique et posera un socle commun de connaissances formalisé au travers de réponses à un quiz, des interventions théoriques ensuite portant plus spécifiquement sur certains sujets (aspects juridiques, standards et métadonnées, partage et archivage des données …) et pour finir des ateliers pratiques qui permettrons aux participants de s’initier à la pratique du DMP.

Pour vous inscrire, nous vous invitons à remplir et renvoyer le formulaire ci-dessous avant le 9 mai 2016.

http://www.dr4.cnrs.fr/bfp/index.htm

Les modalités d’inscription et de participation sont précisées dans le formulaire.

Journée d’étude « Dialoguer, collaborer, coproduire : les relations enseignants-chercheurs/professionnels de l’information aujourd’hui », Toulouse, 07/06/2016

Médiad’Oc, l’Observatoire Midi-Pyrénées et l’URFIST de Toulouse organisent le 7 juin prochain une journée d’étude consacrée aux relations enseignants-chercheurs/professionnels de l’information.

Dans un contexte de recomposition du paysage universitaire et informationnel, les pratiques d’enseignement et de recherche connaissent des mutations majeures. Cette journée vise à interroger leurs répercussions sur les relations entre chercheurs/enseignants-chercheurs et professionnels de l’information : représentations mutuelles, collaborations engagées, perspectives d’avenir. Elle sera ainsi l’occasion pour chacun des intervenants d’exposer ses perceptions et expériences à travers des interventions thématiques, qui viendront nourrir le débat ouvert par la table-ronde finale.

Cette manifestation se tiendra à la Maison de la Recherche et de la Valorisation, sur le campus de Rangueil. Le programme complet sera diffusé très prochainement.

L’inscription, gratuite mais obligatoire, s’effectue sur Sygefor (n’oubliez pas de finaliser votre inscription à la journée d’étude elle-même après la création de votre espace personnel sur Sygefor s’il s’agit de votre première inscription à une manifestation organisée par l’URFIST).

En espérant avoir l’occasion de vous rencontrer lors de cette journée, nous restons à votre disposition pour tout renseignement complémentaire à l’adresse suivante : mediadoc-contact@univ-toulouse.fr

DoRANum BSN: des ressources de formation et d’auto-formation sur les données de la recherche

Le réseau des Urfist est engagé dans un nouveau chantier avec l’Inist-CNRS sous l’égide de la Bibliothèque Scientifique Numérique. Ci-dessous la présentation du projet qui est ouvert aux partenariats.

Le projet DoRANum (Données de la Recherche: Apprentissage NUMérique à la gestion et au partage) a pour objectif de mettre en place un dispositif de formation à distance d’accès coordonné, intégrant différentes ressources d’auto-formation sur la thématique de la gestion et du partage des données de la recherche. Existantes ou créées dans le cadre du projet, ces ressources proposeront plusieurs parcours et modes d’apprentissage. La diversité des ressources et la complémentarité des modes et parcours devraient permettre de répondre aux attentes et usages des publics visés: chercheurs, enseignants-chercheurs, doctorants et professionnels de l’information des établissements d’enseignement supérieur et de recherche.

Le projet, soutenu financièrement par le Ministère, fait partie des actions de la Bibliothèque Scientifique Numérique (BSN). Il associe principalement le réseau des Urfist (Unités Régionales de Formation à l’Information Scientifique et Technique) et l’Inist-CNRS ainsi que des membres du segment 9 (“Formation, compétences et usages”) et 10 (“Données de la recherche”) de la BSN et des représentants de la communauté de l’enseignement supérieur et de la recherche.

Le groupe projet est composé de membres des services Formations et Valorisation des données de la recherche de l’Inist-CNRS et de l’Urfist de Nice, référent pour le réseau des Urfist dans ce projet. Deux ingénieurs pédagogiques sont recrutés spécifiquement pour le projet et sont basés respectivement sur le site de l’Inist à Nancy et à l’Urfist de Nice (rattachée et soutenue par l’Université de Nice Sophia-Antipolis).

Méthode

L’objectif global du projet, à savoir l’adoption des bonnes pratiques de gestion et de partage des données de la recherche par la communauté scientifique, se déclinera selon des actions ciblées et pourvues d’un agenda de réalisations.

Les thématiques prioritaires de formation seront identifiées à partir des problématiques élaborées par BSN10. Elles seront déclinées selon les publics (métiers et appartenances disciplinaires) et les modalités seront accordées à ces différents types de publics selon une vision globale. En particulier les professionnels de l’information seront amenés à être des relais de formation et l’un des résultats du projet sera de leur offrir une boîte à outils « formateur » comprenant des scénarios de formation adaptables en fonction de leur situation locale.

Le projet inclura des distanciels de différents types: tutoriels multimédias, classes virtuelles, webinaires, etc. afin de proposer des parcours diversifiés aux apprenants. Il prendra en compte dans la définition de ses actions aussi bien les sites d’information existants ou en cours d’élaboration que des formations en présentiel, en particulier celles réalisées par des partenaires. Ainsi par exemple le réseau des Urfist ou d’autres partenaires pourront programmer des formations en liaison avec les réalisations du projet.

Actions prioritaires

Le projet se déploie sur deux ans (2016 et 2017).

Les actions prioritaires pour la 1ère phase du chantier:

    • recensement des ressources informationnelles et pédagogiques existantes
    • actions visant à enrichir l’offre de formations en terme de contenus et de thématiques ; 3 thèmes prioritaires sont retenus pour cette 1ère phase:
      • Aide au dépôt des données : choix de l’entrepôt, métadonnées, licences, identifiants…
      • Enjeux et bénéfices de la gestion et du partage des données de la recherche
      • Données de la recherche : aspects juridiques et éthiques
    • actions visant à enrichir l’offre de formation en terme de formats et de modalités:
      • dissémination des classes Webex via le réseau des Urfist
      • expérimentations de productions à la volée à l’occasion de présentiels (formations, événements scientifiques, interviews)

Gouvernance et partenariats

Le Comité de Pilotage réunit les instances directement impliqués (CNRS (Dist et Inist), réseau des Urfist, BSN9 et BSN10).

Le groupe de travail réunit, outre les ingénieurs en charge du projet, des experts et des partenaires.

En particulier, trois types de partenariats sont envisagés:

1/ Les partenaires désireux de produire des distanciels sur la gestion et le partage des données de la recherche en liaison avec notre projet. Un partenariat actif permettrait d’organiser des complémentarités, de partager les compétences et d’éviter les redondances.

2/ Les partenaires qui réalisent ou prévoient de réaliser des formations en présentiel sur la gestion et le partage des données de la recherche. Le partenariat pourrait reposer sur un échange où le partenaire apporterait son contenu et l’équipe du projet développerait des distanciels liés à la formation du partenaire, utilisables par celui-ci.

3/ Les partenaires-relais et béta-testeurs qui seraient volontaires pour tester et diffuser les distanciels produits par le projet, éventuellement en les articulant avec des actions en présentiel.

Contacts pour les partenariats: Paolo Lai (Inist-CNRS), Michel Roland (Urfist, BSN9), Joanna Janik (Dist-CNRS, BSN9)

(logo non officiel. © F. & C. Garelli)

Journée d’études : Questionner l’analyse et la visualisation de données (AVD), le 6 Nov 2015 à Sophia Antipolis

wordleAVD

Depuis une vingtaine d’années, la production nativement numérique et la numérisation croissante de données de tous ordres (textuelles, chiffrées, relationnelles, etc.) a considérablement facilité leur archivage, leur circulation, leur consultation et leur manipulation, dans des agencements dont la diversité n’a d’égale que celle des fins auxquelles ces données sont convoquées. Aujourd’hui, qu’il s’agisse de journalisme, de gestion de l’information, de communication, de culture, de littérature, des politiques publiques, du droit ou encore du marketing, les champs de pratiques socio-professionnelles sont confrontés à une masse considérable de données.

Dans le domaine de la recherche en sciences humaines et sociales relative à ces champs, ces données sont porteuses de riches potentialités, mais leur ampleur et leur caractère parfois chaotique peuvent décourager le chercheur. Pourtant, des méthodes et outils spécifiques, parfois désignés sous le vocable « digital methods », ont été progressivement pensés et développés pour faciliter la (re)construction de sens à partir de volumes plus ou moins importants de données. Indexation, crawling ou web scraping, archivage et gestion de bases de données, statistique classique et analyse de données textuelles, analyse de contenu et traitement automatique des langues, graphes de réseaux et cartographies du web, ou encore infographie et modes de visualisation : ces « techniques intellectuelles », distinctes et assemblées, se trouvent à la croisée de divers champs de recherche et concernent très directement les sciences de l’information et de la communication pour explorer, expliquer, synthétiser ou simplement présenter des faits.

Ces méthodes et outils d’agencement informationnel ou de redocumentarisation permettent une herméneutique des corpus et ont une réelle portée heuristique, que cette journée d’études ambitionne de présenter, détailler, croiser et interroger.

En même temps, force est de constater que cette immixtion du numérique dans nos activités quotidiennes s’est produite subrepticement, sans débat ni discussion, dans une forme d’imposition par l’adhésion immédiate (et donc irréfléchie) d’usagers divers dont l’enthousiasme était motivé par nombre de promesses d’ordre sémiotique (l’intelligibilité du monde à moindre coût cognitif), socio-politique (l’émancipation des individus par la démocratie digitale), économique (dans un marché libertaire débarrassé des lourdeurs bureaucratiques).

Portées par des idéologies et des mythologies ambivalentes (et souvent contradictoires), les potentialités socio-techniques du numérique se sont actualisées dans des sociétés hétérogènes, et sont elles-mêmes porteuses d’enjeux et de mécanismes parfois flous ou obscurs qu’il s’agira ici de mieux cerner:

Dans le cadre de cette journée d’études centrée sur l’Analyse et la Visualisation de Données (AVD), les réflexions interrogeront essentiellement deux aspects : les outils, techniques, formats et processus de l’AVD d’une part, les enjeux économiques, socio-politiques et socio-sémiotiques de la mobilisation de ces techniques intellectuelles d’autre part.

Inscription gratuite mais obligatoire : https://sygefor.reseau-urfist.fr/#!/training/5575/6042

___ Programme ____

08:30 : Accueil

09:00 : Ouverture
Denis Pascal, Directeur de l’IUT Nice-Côte d’Azur
Sylvie Mellet, Vice-présidente de la Commission Recherche de l’Université de Nice Sophia Antipolis
– Gabriel Gallezot / Emmanuel Marty

09:30 – Au coeur de l’AVD
A travers la présentation de résultats d’analyse et de visualisation de données, il s’agit de montrer l’intérêt de cette activité, l’attractivité des résultats mais également de décortiquer des processus complexes et l’appréhension des représentations proposées.

* Analyse, modes de visualisation, représentation et interprétation des données

09:30 ——- l’histoire de l’art de raconter une histoire avec les données
Samy Ben Amor , Institut Ingémédia, UFR en sciences de l’information et de la communication, université de Toulon, laboratoire i3M

09:50 ——- Ryoji Ikeda : une réponse esthétique à la question technique
Hervé Zénouda, Maitre de conférences en sciences de l’information et de la communication, Université de Toulon, laboratoire I3M

10:10 ——- Logométrie et discours politique
Damon Mayaffre , Chargé de recherches au CNRS, Directeur de l’UMR 7320, Bases, Corpus, Langage

10:30 ——- « Cyber-guerre » et réseaux sociaux numériques: vers une nouvelle forme d’asymétrie informationnelle?
Cyril Papon, IRENav (Naval Academy Research Institute), Lanvéoc-Poulmic

10:50 ——- “Visualisation interactive de connaissances géographiques incertaines : Le cas de la spécialisation sociale dans l’aire métropolitaine azuréenne »
Giovanni Fusco, Chargé de Recherche CNRS, UMR ESPACE, Université Nice Sophia Antipolis

11:10 – Pause 20 min

* Exploration, extraction, codage et catégorisation des données

11:30 ——- Visualisations pour l’analyse technométrique
David Reymond, Maître de conférences en sciences de l’information et de la communication, Université de Toulon, laboratoire I3M

12:00 ——- AVD : un nouveau rapport du sujet à l’information ?
Jacques Araszkiewiez, Maître de conférences en sciences de l’information et de la communication, Université de Nice Sophia Antipolis, laboratoire I3M

Pause déjeuner … buffet

* Enjeux et effets de l’analyse et la visualisation des données selon 3 terrains d’application

14:00 – Journalisme de données : nouveau récit journalistique ?
Le datajournalisme, c’est exploiter des bases de données volumineuses pour en tirer de l’information et la présenter de façon compréhensible au public. Cet aspect didactique est central. Certains voient dans le datajournalisme un rôle de médiateur à reconquérir pour le journaliste et une sorte de nouvel idéal de la profession. La pratique du datajournalisme n’est pourtant pas un gage de qualité et de fiabilité. Car paradoxalement, le fait brut, la donnée pure peut aussi être l’ennemie du journalisme. En effet, par son apparente objectivation d’une réalité saisie de manière technique ou statistique, le datajournalisme peut occulter les enjeux inhérents au récit journalistique traditionnel (mettre en récit l’actualité en répondant aux 5 W, en se fiant à des sources et par des techniques de recueil identifiées). Ne peut-il pas alors ouvrir la voie à une nouvelle forme de “storytelling technocentré”, potentiellement manipulatoire?

Sana Sbouai, journaliste, co-fondatrice du Pure player inkyfada.
Nikos Smyrnaios, Maitre de conférences en sciences de l’information et de la communication, à l’IUT A de l’Université Toulouse 3, laboratoire LERASS.
– Discutante: Valerie Croissant, Maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’Institut de la communication, Université Lyon 2, Laboratoire ELICO.

15:15 – SIG et outils cartographiques au service d’une meilleure appréhension du territoire?
Le territoire source d’information inépuisable et continuellement renouvelée n’a cessé d’être interprété. De la « carta » à la « mapa » se jouent des traductions, des lectures spécifiques d’éléments factuels issus du terrain. On pensera bien entendu aux relevés topographiques, mais également à la somme considérable d’information produite par et pour un territoire : des données socio-économiques aux capteurs sonores, en passant par les sites web des organisations. Ce sont des variables d’interprétation qui engendrent de multiples vues qui seront également lues selon différents prismes.
Cette représentation par « compilation, traitement, projection », cette énonciation territoriale questionne le rôle des « faiseurs de mapa », les curseurs qu’ils actionnent et l’inférence sur une projection devant objectiver le réel.

Mariannig Le Béchec, Maître de Conférences en sciences de l’information et de la communication, Université de Poitiers, laboratoire CEREGE
Giovianni Fusco, Chargé de Recherche CNRS, UMR ESPACE, Université Nice Sophia Antipolis
– Discutante : Céline Masoni-Lacroix, Maître de Conférences en Sciences de l’Information et de la Communication, Université Nice Sophia Antipolis, laboratoire I3M

16:30 – Digital humanities, traces sociales et représentations: un champ d’étude privilégié pour les SIC?
L’humanisme, “l’humain est la mesure de toute chose” est consubstantiel de la notion de dispositif. Dans une dialectique complexe d’asservissement et de libération, les dispositifs ont produit ce Sujet qui permet à Peter Sloterdijk de définir l’humanisme à partir de “Grosses lettres envoyées à des amis inconnus”. Au regard de cette manière de concevoir l’humanisme, les humanités numériques portent peut-être mal leur nom. En un sorte de renversement copernicien, elles délogeraient en effet le Sujet de la position centrale qu’il avait au moins théoriquement acquise au sein des dispositifs. Le Sujet, alors même qu’il s’auto-célèbre comme “ego” et s’incarne réellement via l’interactivité, se trouve simultanément dilué sous forme de traces numériques qu’il s’agit de compiler, d’analyser, de traiter en une sorte d’arrangement collectif d’énonciation de désirs immédiats ou si l’on préfère de flux d’informations. Le rapport des humanités aux nouvelles humanités numériques ne peut cependant se réduire à cette opposition radicale entre Sujet et Information. La spécificité des sciences de l’information et de la communication s’enracine au contraire dans une tentative de mesurer concrètement comment ce rapport sujet/information construit une réalité qui ne peut se réduire à l’humanisme ni aux humanités numériques.
Quel rapport entre humanités et humanités digitales ? entre humanisme et humanisme numérique, transhumanisme ou post-humanisme ? Au-delà des divergences d’analyses de ces différentes notions, un point d’ancrage semble pouvoir faire consensus : l’Analyse et la Visualisation de Données est au cœur de ces questions : au cœur des méthodes de datamining constitutives des humanités digitales, au cœur de l’interfaçage toujours plus dense et intense entre homme et machine, au cœur des nouvelles formes de storytelling, de surveillance et de contrôle. La question qui se pose et qui sera posée lors de cette table-ronde, c’est celle de l’instrumentalisation des techniques d’AVD disponibles au nom de l’exploration rationnelle de nouvelles possibilités pour la science et le gouvernement, mais au prix d’une remise en question de l’autonomie, cognitive ou politique, cognitive et politique.

Jacques Araszkiewiez, Maître de Conférences en Sciences de l’Information et de la Communication, Université Nice Sophia Antipolis, laboratoire I3M
Damon Mayaffre, Chargé de recherches au CNRS, Directeur de l’UMR 7320, Bases, Corpus, Langage
– Discutant : Emmanuel Marty, Maître de Conférences en Sciences de l’Information et de la Communication, Université Nice Sophia Antipolis, laboratoire I3M