Le carnet du Réseau des Urfist

URFIST : Unité Régionale de Formation à l'Information Scientifique et Technique. Les 7 Urfist ont pour mission la formation des usagers aux nouvelles technologies de l'information et de la communication. Ils déploient également une activité de veille et de recherche sur les thématiques présentes sur ce site.

 

Pour une utilisation critique des réseaux sociaux académiques

Date 14 février 2014 |

L’information n’a pas encore reçu beaucoup d’échos en France : et pourtant cela fait plusieurs mois maintenant qu’Elsevier demande régulièrement le retrait d’articles déposés par leurs auteurs sur le réseau social Academia. Si on le regarde sous l’angle de l’open access, cet exemple souligne incontestablement l’« injustice fondamentale de l’actuel écosystème de la communication académique » (John Dupuis). Mais il met également en lumière l’arrivée à maturité des réseaux sociaux académiques : à l’heure où Elsevier peine à se créer une place sur les outils 2.0 (échec de 2collab en 2011, rachat de Mendeley en 2013), il n’est pas étonnant que celui-ci attaque les nouveaux challengers qui se développent auprès des communautés académiques, après avoir laissé faire. Et ce n’est pas un hasard si Olivier Dumon, managing director chez Elsevier, vient de publier sur le Huffington Post un article intitulé « The Business of Science: Social Networking of Science » : ces challengers ne sont pas sans soulever, eux aussi, un certain nombre de questions.

Lire la suite de ce billet »

Ressources documentaires électroniques en milieu universitaire : Retours sur Investissements

Date 23 janvier 2014 |

Le laboratoire ELICO et le consortium national Couperin organisent une journée d’étude le vendredi 21 février 2014 à Lyon (Université Lyon 1, Campus de la Doua, Bâtiment Astrée) intitulée :

“Ressources documentaires électroniques en milieu universitaire : Retours sur Investissements”

Cette journée sera l’occasion de :

-              Présenter les résultats de trois études de Retour sur Investissements pour les bibliothèques académiques basées sur l’usage de bouquets de revues électroniques. La première étude a été menée au Royaume Uni par les chercheurs de l’équipe CIBER et le RIN ; la seconde  étude est américaine, menée par des chercheurs de l’Université du Tennessee ; la troisième est française, menée par des chercheurs du laboratoire Elico.

Mais aussi :

-              Aborder les questions de méthodes d’élaboration d‘indicateurs basés sur les statistiques d’usages des ressources électroniques.

-              Interroger sur la pertinence de la mesure des usages en regard des enjeux financiers afin d’évaluer la valeur des bibliothèques et de leurs activités.

-              Dégager, à partir des résultats présentés, des pistes méthodologiques complémentaires à explorer.

En outre,  Couperin présentera les projets MESURE et analogIST qui met en place le recueil systématique des statistiques d’usage.

Vous pouvez prendre connaissance du pré-programme et vous inscrire en suivant ce lien : http://roi-couperin.sciencesconf.org/

 

“Données” de la recherche, les mal-nommées

Date 15 novembre 2013 |

D’où tu parles ?

L’accès aux données de la recherche fait partie des dossiers d’actualité des bibliothèques universitaires françaises. A ce stade, la question est posée de manière générale ; et avec un effet positif : rappeler que globalement, la collectivité doit se soucier de garantir l’accessibilité aux productions intellectuelles de l’activité publique, et notamment de la recherche publique. Pour les publications, la question de l’accès n’a pas été posée d’emblée, et la communauté scientifique se trouve aujourd’hui dans l’impasse où l’a conduite l’emballement d’une machine commerciale folle : une partie des établissements dans lesquels travaillent les chercheurs n’a pas ou plus les moyens de se payer certaines revues, et l’autre partie se les paye en renonçant à d’autres achats qui contribuaient pourtant à maintenir une diversité éditoriale. Tous les maillons de la chaîne de diffusion des savoirs  y ont pris, souvent inconsciemment, une petite (ou grande) part : les auteurs, les éditeurs, les lecteurs, les relecteurs, les acheteurs, les vendeurs, les médiateurs, les financeurs… Et c’est bien parce que cette faillite est celle d’un système et non d’individus que l’open access peine à renverser la vapeur. Pour cette raison, même si les données de la recherche font figure de cerise sur le gâteau quand on a déjà du mal à généraliser le dépôt dans les archives ouvertes, il est quand même réjouissant d’entendre énoncé l’impératif d’accès aux données, et on peut espérer (suis-je naïve ?) que le mécanisme de publication dont nous subissons les effets pervers ne se réenclenche pas pour d’autres objets. Tout l’enjeu est de préserver le caractère public des données de la recherche publique, et d’éviter la privatisation de leur diffusion (à propos du positionnement des éditeurs scientifiques sur la question des données, voir entre autres l’aperçu synthétique que donne Odile Hologne, « Professionnels de l’IST et données de la recherche : des discours incantatoires aux actions concrètes », Documentaliste, 2013, 3, p.30-31).

Mais une fois passé le positionnement d’ensemble de la problématique, si on veut essayer d’agir très concrètement, et à notre modeste échelle, dans l’intérêt collectif, comment procéder ? Car jusqu’à présent, « données de la recherche » me semble être cette grande valise que me confie un voyageur bien sous tous rapports mais dont je n’ai pas vérifié le contenu. Bon sang mais qu’est ce qu’il y a dedans ? En l’entrebaillant je suis assaillie de questions, et je profite du carnet des Urfist pour les partager, en espérant en réponse vos avis, expériences et autres réflexions, de contrebande ou pas.

 

 Données de la recherche qui es-tu ?

A minima, on s’accorde implicitement sur l’idée suivante : quand on évoque « les données de la recherche », on désigne des chiffres, relevés, mesures, résultats d’expérience, réponses à des enquêtes, statistiques, comptages, et autres donnés quantitatives sur la base desquels va s’élaborer une hypothèse, et/ou qui serviront à infirmer ou valider cette hypothèse… bref essentiellement du quantitatif, que l’on pourra traiter, trier, exploiter, visualiser de manière homogène. La publication de telles données fait déjà partie, dans certaines disciplines du moins, des canons de la rédaction d’un article scientifique (par exemple, la partie « Materials and methods » dans les recommandations pour la rédaction d’articles dans des revues médicales).

Mais suivant les disciplines et les thèmes de recherche, les matériaux qui nourrissent une proposition scientifique varient considérablement : les « données » d’un linguiste peuvent des écrits ou des discours, des enregistrements de locuteurs ; les « données » d’un médiéviste sont des sources archivistiques, archéologiques, épigraphiques, iconographiques, littéraires ; les « données » d’un géologue rassemblent des coupes et observations de terrain consignées sur un carnet, des résultats de carottage, des analyses d’échantillons, des données sismographiques… Bref il n’y a pas, et loin de là, que des données quantitatives de même nature qui constitueraient des séries homogènes relativement faciles à manipuler, échanger et compiler.

La notion de données elle-même est à géométrie variable. Pour ce point je m’appuie sur le projet Ecrito, projet de recherche porté par Muriel Lefebvre avec l’Urfist de Toulouse sur la question des archives de chercheurs (http://ecrito.hypotheses.org/). L’enquête auprès d’un laboratoire de mécanique des fluides a montré que les données brutes issues des expériences étaient soumises à des modèles de validation, qui permettaient d’éliminer certains résultats non probants, les « fausses données » (sic) pour ne conserver que les « vraies données » (re-sic) : les données ici ne sont pas un matériau brut, mais le résultat d’une première opération scientifique, fruit d’une méthodologie propre à la discipline ; dans ce cas, le profane est incapable de définir les contours de la masse de données.

Parallèlement, l’absence de définition restrictive du terme « données » rend poreuse la frontière entre données et publications. Certains chercheurs par exemple revendiquent d’utiliser blogs et réseaux sociaux comme canal de publication, et de ne rédiger qu’ensuite, et pas systématiquement, un article soumis à des revues, article qui compte tenu des délais de publication paraîtra in fine entre 6 et 12 mois plus tard. Est-ce que les éléments originaux d’une proposition scientifique, diffusés et discutés par exemple sous forme lapidaire sur un réseau social, se rangent sous l’étiquette « données de la recherche » ? Ils ne sont pas un matériau brut, mais ils sont dépouillés de l’apparat conventionnel des formes éditoriales, sans autre validation que celle de l’auteur, et diffusés via des canaux que les institutions ne savent pas (encore) exploiter totalement. Comment faire en sorte de les prendre néanmoins en compte en tant que forme la plus rapide de divulgation d’un résultat, voire en tant que support d’une co-construction de savoir ?

 

Pour quoi faire ?

Il me semble qu’il n’y a que trois raisons qui justifient le souci de conserver et transmettre cette masse protéiforme de données :

  1. Une raison d’ordre socio-économique : la mise en place de certaines expériences ou enquêtes coûte cher ; communiquer leurs résultats pour les rendre exploitables par d’autres chercheurs est un moyen de les rentabiliser. Et plus largement, dans une optique citoyenne, on peut considérer que les données produites par une recherche financée par des fonds publics doivent rester à la disposition de la communauté scientifique pour être exploités au mieux.
  2. Une raison plus épistémologique : la diffusion des données sur lesquelles s’appuie la formulation d’une hypothèse est un gage de scientificité ; publier ses données, c’est aussi soumettre son interprétation et ses conclusions à la communauté, ce qui vaut implicitement validation par les pairs (ou mise au pilori). Il est à noter que l’unanimité n’est pas acquise sur ce point. D’abord parce que cette forme d’exposition peut être parfois ressentie comme une mise en danger, porteuse de polémiques potentielles sur des choix de traitement et d’interprétation. Ensuite parce qu’elle se heurte à des objections d’ordre méthodologique ; en sociologie ou en anthropologie par exemple, qui s’appuient beaucoup sur des enquêtes de terrain, certains chercheurs expriment de fortes réserves quant aux réelles possibilités de réexploitation d’enquêtes qualitatives ; selon eux, l’interaction entre enquêteur et enquêtés est telle dans ce type d’études que les résultats n’en sont pas réutilisables hors contexte. Ces freins renvoient au fond aux mécanismes à l’œuvre dans la controverse scientifique, puisque les données font partie des clés qui ouvrent la « boîte noire » de la recherche.
  3. Une raison patrimoniale : conserver la trace de la totalité d’un processus de recherche, de la collecte des données à la publication du résultat, est un moyen de transmettre à terme la culture scientifique et de contribuer à une forme d’histoire de la recherche.

 

Pour quel public ?

Si l’on part des objectifs définis ci-dessus, on peut en déduire deux grandes catégories :

  1. Des données qui doivent être réexploitables par de nouveaux programmes de recherche : cela implique de les restituer prioritairement sous des formes et formats conformes aux méthodes et outils dont les chercheurs se servent ; cela peut parfois différer des standards canoniques de conservation ; et cela suppose une activité proche de la curation de données, qui se pratique déjà au sein de nombre de laboratoires. Mais se placer dans la perspective d’une réutilisation ultérieure des données, cela implique aussi de documenter de manière très précise la manière dont ces données ont été constituées, les conditions de l’expérience ou de l’enquête… bref toute information scientifique qui permet, sur le plan épistémologique, de les réutiliser ; et d’indiquer aussi toutes les spécifications techniques ou juridiques qui conditionnent leur exploitation ; c’est-à-dire de créer des métadonnées qui fournissent toutes les informations nécessaires. De plus, pour que des données soient scientifiquement réutilisables à long terme de manière fiable, il faut pouvoir garantir leur intégrité, donc recourir à des infrastructures de type « coffre-fort » électronique qui permettent d’authentifier et de sécuriser les données, sans risque d’altération. On se rapproche de démarches de type archivistique :  travailler avec un producteur d’information pour analyser et consigner son organisation et ses procédures, contextualiser les documents recueillis dans ce cadre, organiser la conservation et l’accessibilité de corpus de données…
  2.  Des données qui s’insèrent dans un ensemble documentaire (archives, publications) pour témoigner de la manière dont s’est opéré le travail scientifique, et pour en témoigner à l’ensemble de la société et non uniquement à la communauté scientifique : ici la notion de médiation est essentielle, car ce sont moins les données elles-mêmes qui comptent que la manière dont elles ont été produites et exploitées dans un processus de recherche, les publications auxquelles elles ont donné lieu, etc. On se situe davantage dans une approche de vulgarisation, avec une forme d’éditorialisation des informations que l’on veut transmettre. Ici, ce qui importe, c’est aussi de maintenir un lien entre des objets que les cloisonnements institutionnels séparent souvent : des archives (dossiers techniques, documents « administratifs », notes, carnets, projets, papiers de recherche, fichiers divers…), des données sous diverses formes (bases, corpus d’images, tables…), des articles et autres publications, des objets (instruments, prototypes, maquettes…), bref tout autant de jalons d’une même chaîne de recherche.

 

Mettre à disposition sous quelle forme ?

Il existe déjà des exemples de mise à disposition organisée des données. Les chercheurs en ont bien sûr été les premiers promoteurs ; les banques de données en génétique et bio-informatique en sont les exemples les plus connus. A côté de ces communautés d’utilisateurs très structurées, il y a aussi place pour des initiatives de mutualisation très diverses : partage de workflows et d’expériences (par exemple MyExperiment, la plateforme portée par les universités de Manchester et Southampton : http://www.myexperiment.org), partage de toutes formes de graphes, schémas, figures, images (y compris ceux d’expériences négatives sur un site comme figshare : http://figshare.com)

Une constante pour ces diverses initiatives : elles fonctionnent par et pour un réseau disciplinaire qui ne se limite pas aux frontières d’un inter-établissement ; il y a un caractère inter-académique inhérent au travail de recherche. A propos des archives ouverte, on a observé aussi un ancrage de départ fortement disciplinaire, lié à la dimension personnelle et militante du choix de cette forme de dépôt ; le développement de l’open access étant passé par une institutionnalisation, on a assisté au développement d’archives ouvertes propres à un établissement, qui répondent à une préoccupation nouvelle : faire connaître la production scientifique de l’établissement ; l’interopérabilité permet d’éviter l’écueil de la dispersion et garantit une accessibilité globale, quels que soient les serveurs sur lesquels on dépose ses publication. Il est néanmoins intéressant de constater que les grands réservoirs disciplinaires comme Arxiv ne disparaissent pas pour autant et continuent d’apparaître comme un lieu « naturel » de dépôt. Cette dimension trans-institutionnelle est tout aussi forte pour les données de la recherche : si l’établissement est le premier lieu de sensibilisation et de formation, l’intérêt de diffuser des données de recherche est bien de toucher une communauté internationale regroupée autour d’un domaine de recherche. Pour cette raison, il me semble qu’un dispositif de collecte et d’accès à des données de recherche ne peut se mettre efficacement en place que sous une forme mutualisée, adossée à un réseau de chercheurs. Car il ne s’agit pas simplement de rendre accessibles les données existantes à l’instant T, mais d’envisager aussi l’alimentation du système au fur et à mesure de la production de nouvelles données, et son évolution par l’intégration de précisons, corrections, annotations partagées…

La question de la forme sous laquelle on rend les données accessibles convoque aussi la figure tutélaire (ces temps-ci du moins) du web sémantique : web of data, linked data, open data, big data, patata. Sur une toile idéale, je n’aurais qu’à tirer le fil d’Ariane. Mais il y a la réalité aussi, qui nous dit que fabriquer du vrai web sémantique, c’est lourd parce que ça signifie tout « traduire » en rdf. Pas folles les nombreuses institutions qui mettent en ligne des fichiers excel ou autre format avec l’étiquette « ouverture des données ». C’est un bon moyen de publier rapidement. En revanche, cela ne permettra pas l’agrégation automatique ni le lien vers d’autres données ; et cela rendra très difficile l’exploitation des métadonnées (quand elles existent…) spécifiant les conditions de constitution du corpus de données. Je ne sais pas trop vers quoi nous devons essayer de porter notre effort : vers un vrai passage des données aux formats du web sémantique, qui ouvre des possibilités d’échange et de traitement fantastiques ; ou vers une mise en ligne beaucoup plus rustique, qui peut s’opérer à moindre frais et plus rapidement ? Il me semble que seule la première branche de l’alternative rendrait à terme de vrais services à la communauté et autoriserait une réexploitation complète des données ; mais est-ce que le mieux risque en l’occurrence d’être l’ennemi du bien ?

 

Libres de droits ?

On entend souvent dire que « les données de la recherche sont libres de droit ». C’est pratique mais je ne suis pas sûre hélas que ça tienne la route sur toute la distance. Il y a un cadre juridique pour les « données du secteur public », cadre juridique qui évolue d’ailleurs au fur et à mesure des directives européennes (voir http://www.etalab.gouv.fr pour l’avancée de l’idée de « gouvernement ouvert »). Mais si l’on s’intéresse à tout le spectre des « données de la recherche », il est difficile de postuler une liberté de droits complète. Dans le matériau que brassent la recherche, il y a certes des mesures, relevés, observations etc. qui sont bien des « données du secteur public » ; mais pas que… Quelques exemples :

  • En philologie, pour l’établissement d’un texte ancien, les « données de la recherche » sont les enseignements fournis par les divers manuscrits ou éditions : variantes textuelles et codicologiques, dont l’établissement est en soi un travail de recherche. Or dans un tel processus, on peut à plusieurs étapes se retrouver confronté à des questions de droit : les manuscrits étudiés peuvent être détenus par un organisme qui n’autorise pas, ou qui commercialise, leur reproduction ; le travail intermédiaire de lecture, de relevé des variantes et d’analyse est un travail auquel s’applique le droit d’auteur ; et l’édition finale, établie à partir d’une comparaison de diverses versions et d’hypothèses génétiques, est souvent publiée sous le régime privé des contrats d’édition.
  • En sociologie, anthropologie ou histoire contemporaine, le matériau de base de certaines recherches est une campagne d’entretiens et d’observations enregistrés ou filmés. La trame de l’entretien est un travail du chercheur ou de l’équipe de recherche. Le contenu recueilli est en revanche l’oeuvre des interviewés, soumis à leur autorisation pour toute diffusion.
  • En histoire de l’art ou histoire culturelle, certains travaux se fondent sur le repérage et la constitution d’un corpus de sources iconographiques, sur lesquelles peuvent coexister plusieurs droits (celui de l’auteur de l’œuvre originale si elle n’est pas dans le domaine public, celui de l’auteur de la prise de vue ou de la reproduction, celui de l’agence ou de l’institution gestionnaire des droits photo, etc)

On est loin d’épuiser la totalité des cas de figure. Ces exemples ont pour but de montrer que, suivant ce qu’on qualifie de données de la recherche, on peut avoir à appliquer diverses strates juridiques. C’est pourquoi il serait peut-être plus simple de dissocier quand c’est possible la question du droit d’auteur de celle de l’open access : en effet, mettre en libre accès des documents ou des données, ce n’est pas supprimer le droit d’auteur qui les protège ; c’est simplement empêcher qu’il y ait une exclusivité de leur exploitation. Ainsi un auteur qui publie son travail sur une plateforme open access conserve bien sûr sa qualité d’auteur et les droits moraux qui y sont attachés ; il conserve aussi le droit, s’il le souhaite, de gérer lui-même toute forme de reproduction ou de représentation ultérieure de son article (exploitation publique, adaptation, traduction…) ; il peut aussi publier son article dans une revue et céder à l’éditeur les droits d’exploitation sur la forme publiée par la revue ; en revanche il ne peut vis-à-vis de cet éditeur s’engager sur le caractère inédit de son article, pas plus que céder tous les droits patrimoniaux de manière exclusive. C’est dans cet ordre d’idées que certains bailleurs de fonds ou institutions exigent la publication en open access des productions issues de programmes de recherche qu’ils ont portés ou financés.

 

Peut-on conclure ?

A supposer que vous ayez lu jusque là, oui, je me dépêche.

La transmission de ces données est indissociable des usages et des besoins des chercheurs, et ne peut être assurée qu’avec eux. Mais justement pour cette raison, de vraies questions à travers ce sujet sont posées aux bibliothèques et plus largement aux professionnels de l’information :

  1. Quelle place désormais pour l’article ? La forme réputée reine de la publication est un peu bousculée, à la fois par la diminution de la part de contenu original (beaucoup d’articles de type « état de l’art » ou de reprises de publications antérieures), par l’émergence de nouveaux canaux de diffusion (réseaux sociaux scientifiques, blogs…), et par la prise en compte croissante d’autres productions (rapports, documents techniques…). Or beaucoup de modèles reposent sur une distinction nette entre publication et reste de l’activité scientifique, la répartition entre bibliothèques et archives ou les modalités d’évaluation, pour ne citer que quelques broutilles. L’évolution des contours de la publication remet ces modèles en question, même si c’est à la marge (il faut bien commencer).
  2. Mieux prendre en compte l’ensemble des productions de la recherche : limitée à une partie seulement des publications, et qui plus est une partie qui ne constitue plus à coup sûr le premier lieu de diffusion de la recherche comme on vient de le dire, l’actuelle bibliométrie perd de sa légitimité. Notre rôle pourrait être aussi de faire valoir l’argument suivant : les articles ne présentent qu’une part limitative, à la fois « lissée » et peu réexploitable, de l’activité de recherche ; prendre en compte la totalité de l’activité scientifique suppose de s’intéresser à la totalité des productions (rapports, cours, papiers de recherche, mémoires…).
  3. Penser l’ensemble des productions documentaires de la recherche : données, notes, carnets, échanges, brouillons, articles. La totalité de ces formes est englobée sous l’appellation « archives » (= tous les documents produits ou reçus dans l’exercice d’une activité). Archivistes et bibliothécaires ont beaucoup à apprendre les uns des autres, pour assurer la cohésion de cette chaîne de production. Et idéalement, leur travail devrait aussi s’articuler avec celui des services chargés de la conservation du patrimoine scientifique matériel ou immatériel (objets et instruments, histoire et anthropologie des sciences).
  4. Comprendre les méthodes et les besoins des chercheurs : avec la question de la documentation électronique, les bibliothèques se sont positionnées sur des questions techniques, administratives et juridiques liées à l’acquisition et à la mise en œuvre des accès ; elles ne sont pas rentrées dans les contenus. Concernant les données de la recherche en revanche, les questions d’acquisition, d’accès et d’exploitation sont indissociables des impératifs scientifiques et ne peuvent être envisagés qu’avec la communauté des chercheurs. Le cadre de l’établissement n’est pas forcément pertinent, pas plus que les standards documentaires traditionnels. Entre recherche et documentation, il y a un espace à investir pour les bibliothécaires et les chercheurs qui ont envie de travailler ensemble à la diffusion des données.
  5. Et last but not least, à travers nos actions de formation ou d’autres initiatives, faire prendre conscience à la communauté scientifique que ce qu’elle produit est un bien collectif, qu’il faut conserver et diffuser dans un cadre public, et que les données de la recherche en font partie.

 

Former à l’information Brevets dans l’enseignement supérieur

Date 30 octobre 2013 |

La culture académique française fut longtemps peu encline à dispenser l’enseignement des principes de la propriété industrielle (P.I.). Dans les cursus S.T.M. (Science, Technologie, Médecine), elle a principalement favorisé la publication scientifique classique valorisée par la bibliométrie.
Par-delà les bases de données chimiques mettant l’accent sur les brevets et les données spécialisées issues notamment de l’agence britannique Derwent, l’Internet permet à un public large, étudiant en particulier, d’appréhender aisément l’information Brevets, à travers la base Espacenet produite par l’Office européen des brevets. Les biais induits par cette facilité impliquent un enseignement méthodologique rigoureux propre à renforcer la représentativité de la P.I. dans les cursus S.T.M. Est ici présentée la relation d’une expérience de formation à l’innovation en milieu universitaire.

Manuel Durand-Barthez « Former à l’information Brevets dans l’enseignement supérieur », Revue internationale d’intelligence économique 1/2013 (Vol. 5), p. 25-38.
URL : www.cairn.info/revue-internationale-d-intelligence-economique-2013-1-page-25.htm.
DOI : 10.3166/R2IE.5.25-38.

Manuel Durand-Barthez

Membre de l'URFIST de Paris. Formation SHS, professionnellement plutôt tourné vers les STM.

More Posts - Website

L’information scientifique et technique bio-médicale impactée par le blocage budgetaire aux Etats-Unis

Date 14 octobre 2013 |

Le blocage budgétaire aux USA a des repercussions sur l’IST et plus particulièrement sur la base de données bibliographique Medline Pubmed si l’on en croit les messages présents sur pubmed.gov:
“PubMed is open, however it is being maintained with minimal staffing due to the lapse in government funding. Information will be updated to the extent possible, and the agency will attempt to respond to urgent operational inquiries. For updates regarding government operating status see USA.gov.”
“The information on this web site remains accessible; but, due to the lapse in government funding, the information may not be up to date, and the agency may not be able to respond to inquiries until appropriations are enacted. For updates regarding government operating status see USA.gov.”
Jusqu’a nouvel ordre, les mises ajour de Pubmed vont donc être moins fréquentes, et les sollicitations auprès de la National Library of Medicine resterons a priori sans réponse…

Scientometrics : école d’été européenne, Berlin, septembre 2013

Date 18 septembre 2013 |

ESSS-13, European Summer School for Scientometrics, Humboldt Universität, Berlin, 8-13 septembre 2013

La densité des informations accumulées sur cinq jours et demi oblige le participant à prendre un sérieux recul pour dégager un noyau dur autour duquel gravitent les contenus des conférences et des ateliers.

 

Les « satellites » sont nombreux : un grand nombre de détails techniques, classiques certes mais amplement développés, sur – par exemple – les méthodes de nettoyage des données et la mise au jour de réseaux issus du co-autorat et des co-citations. Autrement dit, sur la bibliométrie traitée en tant que domaine technique, tel que nous le connaissons.

 

Ce sont toujours les membres de ce que nous appelions, après l’édition ESSS 2011 à Vienne : l’école flamande – qui interviennent, sans grande surprise, malgré un degré d’expertise qui ne laisse pas de surprendre. Leyde et Louvain (Leiden et Leuven) sont les foyers incontestés de la recherche dans le domaine, avec l’incontournable Wolfgang Glänzel, entouré de Ton Van Raan, Bart Thijs, Koenraad Debackere et Henk Moed.

 

De même, c’est toujours, immanquablement, le Web of Science qui sert d’ « étalon » dans la conception des modèles alternatifs. Son analyse critique permet de naviguer dans les systèmes novateurs fondés sur des principes déjà bien rodés comme l’Eigenfactor et l’heuristique de la diversité. Scopus est évoqué à propos du SJR (SCImago Journal Rank, clone de l’Eigenfactor) et surtout du SNIP (Source Normalized Impact per Paper : une façon comme une autre de rappeler que les chercheurs de Leiden travaillent aussi bien pour le compte de Thomson que pour celui d’Elsevier) mais Scopus est resté ces jours-là relativement marginalisé dans les exposés et les échanges, même si nul n’en conteste les points positifs.

 

Les travaux pratiques (statistiques, conception d’ensembles et cartographie) effectués lors des ateliers, se sont focalisés sur les données du Web of Science et non sur celles de Scopus, moins encore de Scholar Google. Le manque de temps (les T.P. étaient menés sur une journée et demi à une cadence passablement effrénée) n’était peut-être pas le seul motif de cette concentration, même si le SNIP, le SJR et l’OA constituent des facteurs non négligeables « hors Thomson ».

 

 

Néanmoins, la présentation qui a permis de nuancer le débat reste (de notre point de vue) celle d’Erik Arnold, du groupe Technopolis. L’activité de cette société consiste à faire du benchmarking en matière de gouvernance, orienté vers la recherche et l’innovation, à la demande des États, européens en particulier. Exposée en milieu de colloque, cette présentation fait un peu figure de centre de gravité dans l’ensemble des communications. Arnold rappelle que la bibliométrie est trop souvent perçue par les institutions comme un outil destiné à mesurer et à « modéliser » l’excellence d’un organisme ou d’une équipe à courte échelle. Autrement dit, il met en garde contre le repli sur soi d’un groupe à granularité petite ou moyenne, sans que la plus vaste échelle, aux niveaux national et surtout international, soient envisagée prioritairement. Au-delà des performances d’un laboratoire ou d’une institution, l’internationalisation des travaux de recherche s’impose, de même que le lien avec avec l’industrie (R&D, notamment des start-up innovantes).

 

Dans cette perspective (celle de l’ « impact sociétal » qui permet d’inclure les SHS pour une bonne part) la bibliométrie devrait être plus ouverte sur l’interdisciplinarité et faire abstraction de facteurs anciens et réducteurs. Elle apparaît sous cet angle comme une composante, utile certes mais dont l’importance est certainement relativisée, de stratégies de recherche et d’innovation intelligentes, adaptées à la mondialisation. Arnold reproche entre autres à certaines administrations chargées de l’ESR, de négliger cette ouverture pragmatique en direction d’infrastructures étrangères à la sphère « proprement » académique et de limiter leurs mesures à une excellence en quelque sorte introvertie.

 

 

Ce colloque, (dont les abstracts et les présentations sont d’ores et déjà pour la plupart disponibles), faisait immédiatement suite à une autre manifestation, également tenue à Berlin : la 18ème Conférence internationale sur les Indicateurs en Science et Technologie. Son titre rappelle d’ailleurs les propos d’Arnold : Translational twists and turns : science as a socio-economic endeavor. Elle associait l’IFQ (Institute for Research Information and Quality Assurance) à l’ENID (European Network of Indicators Designers).

 

 

N.B.: La présentation d’Erik Arnold est improprement datée du 10 septembre 2012 au lieu de 2013.

 

Manuel Durand-Barthez

Membre de l'URFIST de Paris. Formation SHS, professionnellement plutôt tourné vers les STM.

More Posts - Website

Journée d’études “Bibliométrie et indicateurs de la recherche : enjeux et perspectives”

Date 3 juin 2013 |

11 juin 2013, 9h-13h
Amphi Cujas (Université Toulouse 1 Capitole – Anciennes Facultés)

Cette journée est gratuite, ouverte à tous, mais l’inscription est obligatoire pour des raisons logistiques : http://www.urfist.cict.fr/sygefor/journee

  • Présentation

L’objectif de cette journée est d’impulser une réflexion pluridisciplinaire sur les mesures de la science au niveau du site toulousain de la recherche et de ses acteurs. Alors qu’ils n’y étaient pas initialement destinés, les travaux de bibliométrie ont parfois dévié vers l’évaluation quantitative des chercheurs et des institutions. Les décideurs et les chercheurs eux-mêmes se sont progressivement emparés des différents indicateurs. Au gré des exigences institutionnelles ou de divers impératifs professionnels, ils en sont venus à réaliser leurs propres mesures, avec des dérives qui ont maintes fois été dénoncées.

Dans l’objectif de mieux comprendre le fonctionnement de l’activité de recherche, plusieurs questions se posent alors. Est-il quand même possible et souhaitable de mobiliser ici les outils bibliométriques ? À quelles conditions et quelles sont les précautions prendre ? C’est à ces questions que cette journée, qui devrait être suivie par d’autres, tentera d’apporter des éléments de réponse en s’appuyant sur des travaux en sociologie, en sciences de l’information et de la communication et en informatique.

  • Programme

9h-9h30. Introduction
Pierre Aimar (PRES Université de Toulouse)

9h30-10h15.   La science et ses miroirs : la bibliométrie en perspective
Michel Zitt (INRA)

10h15-10h45.   Bibliométrie et production des connaissances : quelle évaluation de la recherche ?
Muriel Lefebvre (URFIST/LERASS)

10h45-11h. Pause

11h-11h30.  Évaluation de la recherche en Italie : (més)usages de la bibliométrie et l’initiative ROARS
Alberto Baccini (Université de Sienne, Italie)

11h30-12h.  Perception de la recherche via les médias sociaux : le prisme des Altmetrics
Guillaume Cabanac et Gilles Hubert (IRIT)

12h12h30.  Pour une démesure de la science : faire de la bibliométrie sans compter
Béatrice Milard (LISST)

12h30-12h45.  Conclusion et perspectives à venir
Michel Grossetti (LISST/LabEx SMS)

  • Organisation

Cette journée est organisée par Béatrice Milard (LISST), Guillaume Cabanac et Gilles Hubert (IRIT) et Muriel Lefebvre (LERASS/URFIST), avec le soutien de l’IRIT, de l’URFIST, du LabEx SMS, du LISST, du programme ANR Résocit, du LERASS et de l’UT1.

  • Contact

muriel.lefebvre@ut-capitole.fr

 

Informatique et scientométrie

Date 8 avril 2013 |

La spécificité de la littérature scientifique dans le domaine de l’Informatique réside dans le type de support qui la sous-tend, c’est-à-dire principalement les proceedings. Les particularités propres aux communications touchent aussi bien le champ des pratiques ou de la culture informationnelles que celui de la cartographie scientométrique.

Le premier de ces deux domaines a été décrit de façon détaillée dans un article d’Andrea Kienle et Martin Wessner (université de Dortmund et fondation Fraunhofer à Darmstadt) intitulé Principles for Cultivating Scientific Communities of Practice. Ils analysent une communauté en particulier, la CSCL (Computer-Supported Collaborative Learning) sur la décennie 1995-2005. Ils passent au crible les listes de participants et d’intervenants aux colloques de la discipline. Ils modélisent la structure réticulaire de cette communauté en observant les associations de personnes, mouvantes au fil du temps, à travers le co-autorat, la co-citation, le partage des sources. Le workshop est un hub idéal, qui permet au réseau social de se cultiver tout en commettant des « items de travail » matérialisés par des documents publiés et susceptibles d’évaluation au sens académique du terme

La rotation géographique des conferences est observée, au même titre que leur périodicité. Les noms des organisateurs, le caractère composite de leur origine géographique, l’influence d’un noyau de personnalités marquantes susceptibles de mobiliser la communauté autour d’une thématique, font également partie des paramètres de cette modélisation.

Celle-ci définit enfin les caractéristiques d’un palier qui limite l’extension de la communauté et diminue son interactivité à un moment donné (suivant un phénomène d’érosion). Les signaux envoyés à cette étape limite déterminent la création ou la génération d’un nouveau réseau qui puisera dans le précédent les bases nécessaires à son épanouissement.

 

C’est à Trèves (Trier) que s’est développée la base DBLP (Digital Bibliography & Library Project) considérée par les informaticiens comme fondamentale au plan international pour la recherche documentaire dans ce champ disciplinaire. En parallèle, CiteSeerX permet d’effectuer de façon très fine des analyses bibliométriques assorties du fameux Triangle : références en fin d’article / références partagées par d’autres articles / co-citations ; et ce dans le domaine spécifiquement informatique. Le document d’analyse de la commission d’évaluation de l’INRIA de septembre 2007, souvent cité, intitulé Que mesurent les indicateurs bibliométriques ? prend appui sur ces deux outils. Ils servent aussi à étayer l’article de trois chercheurs de l’Université d’Aix-la-Chapelle (Aachen), qui a pour titre Development of Computer Science Disciplines – A Social Network Analysis Approach (Pham, Klamma, Jarke). À partir des données de colloques puisées dans les deux bases, les auteurs constituent deux réseaux : un knowledge network et un citation network. Le premier cartographie les conferences en fonction de leur thématique, en prenant les éléments précédemment décrits par Kienle et Wessner ; le second agit sur les citations, dans la perspective du triangle mentionné plus haut. Parallèlement, les venue proceedings de type ACM ou IEEE sont analysés. Ceux-ci, minoritaires, sont inclus dans des périodiques répertoriés par le JCR.

Ce qui frappe dans la visualisation des graphes afférant respectivement aux communications non répertoriées dans des publications en série (journals à proprement parler) et d’autre part à celles que recouvre ce second type de document, c’est que l’image du réseau résultant seulement des périodiques (The knowledge network using journals only) est éclaté, atomisé, peu structuré, ne permet pas la mise en valeur de thématiques clairement inscrites dans des flux relationnels intenses. L’autre graphique, en revanche (The combined knowledge network [giant component]) présente des caractéristiques inverses, illustrant bien la dynamique de ces hubs que constituent les colloques, sans que leur contenu soit fixé dans des périodiques homologués par ailleurs, notamment dans le JCR.

Le « réseau de connaissance », à travers des représentations successives, permet de voir l’émergence ou le déclin de sous-disciplines et des conglomérats de colloques typiques. Diamètre des nœuds et volume des traits de connexion (arêtes) varient au fil des années, voire des mois. Certes, ce genre d’observation s’applique à d’autres disciplines. Mais l’informatique l’illustre à un rythme très rapide avec une dynamique interrelationnelle particulièrement significative, du fait de la multiplicité, de l’hétérogénéité et de l’interopérabilité des composantes générées par les colloques. Leur structure extrêmement souple, leur organisation rapide, leur capacité d’accueil et leur ouverture, ajoutées à la brièveté des interventions, à leur relative spontanéité et aux facilités de communication entre acteurs, font des items de la « littérature informatique » un substrat très original par rapport à d’autres champs disciplinaires, qui se prêtent volontiers à des analyses de pratique informationnelle intéressantes. Activées par les réseaux sociaux scientifiques, l’interdisciplinarité ou la transversalité ne sont pas ici de vains mots.

Le « réseau de citations » est notamment mis en évidence à l’aide du PageRank permettant d’accroître la visibilité de groupes leaders qui en entraînent d’autres. On retrouve d’ailleurs cette conception à certains égards dans la mise en œuvre de l’Eigenfactor avec la traçabilité des citations.

Les paramètres de l’analyse du réseau se déclinent en quatre modalités selon Pham et al.: Density (M1), Clustering coefficient(M2), Maximum betweenness (M3), Largest connected component (M4). Autrement dit : la densité du graphe (proportionnelle au nombre d’arêtes et donc de liaisons entre les nœuds), le coefficient de regroupement (des nœuds), la centralité d’intermédiation optimale (qui, pour reprendre les termes de Sedki Allaoui, « reflète la capacité d’un chercheur à relier deux autres chercheurs provenant d’un même sous-réseau à travers le plus petit nombre d’intermédiaires »), enfin la notion de « plus grand graphe connecté » (aptitude d’un conglomérat de nœuds à inclure le plus grand nombre de connexions, et partant à s’imposer visuellement comme prépondérant).

Ces quatre modalités sont relativement classiques en matière d’analyse bibliométrique. Mais la production scientifique dans le domaine informatique offre cette caractéristique marquante de la différence entre une analyse effectuée directement à partir des items issus de ces colloques et leur fixation ou leur ancrage dans le cadre de périodiques prétendument reconnus (notamment par le JCR).

 

Sources : Andrea Kienle, Martin Wessner « Principles for Cultivating Scientific Communities of Practice » Communities and Technologies 2005  Proceedings of the Second Communities and Technologies Conference, Milano 2005. Ed. Peter Van Den Besselaar, G. De Michelis, J. Preece, C. Simone, pp 283-299. Dordrecht : Springer [e-books], 2005. Version O.A. http://www.socio-informatics.info/fileadmin/IISI/upload/C_T/2005/Paper15C_T2005.pdf

Manh Cuong Pham, Ralf Klamma, Matthias Jarke « Development of Computer Science Disciplines – A Social Network Analysis Approach » Social Network Analysis and Mining, November 2011, Volume 1, Issue 4, pp 321-340. Version O.A. http://arxiv.org/pdf/1103.1977

Sedki Allaoui Impact du financement sur la production scientifique des chercheurs à l’échelle des individus en nanotechnologie au Québec  École polytechnique de Montréal, 2011. http://publications.polymtl.ca/746/1/2011_SedkiAllaoui.pdf  Extrait cité p. 29 ; commenté dans: Catherine Beaudry, Sedki Allaoui « Impact of public and private research funding on scientific production: The case of nanotechnology » Research Policy, Volume 41, Issue 9, November 2012, pp 1589-1606

 

Manuel Durand-Barthez

Membre de l'URFIST de Paris. Formation SHS, professionnellement plutôt tourné vers les STM.

More Posts - Website

Zotero bookmarklet

Date 4 avril 2013 |

[re- blogué depuis urfist.unice.fr ]

J’avais loupé cette info… Zotero peut fonctionner avec une bookmarklet.

Ce qui rend a priori Zotero disponible sur tous les navigateurs. Je viens de réaliser des essais sur Safari, Chrome sur Android et Firefox sur Android (version 4.0.3 sur Smartphone, j’imagine que cela fonctionne aussi sur les tablettes).

Sur les navigateurs version “desktop” aucune difficulté, il suffit de glisser-déposer le bouton “save to zotero” en rouge (à partir de http://www.zotero.org/downloadbookmarklet) sur la barre personnelle de vos marque-pages (signets, favoris) pour installer la “bookmarklet”.  Identifiez-vous sur le site de Zotero (“LogIn” en haut à droite, j’imagine que vous avez déjà ouvert un compte). Ensuite lors de la consultation d’une de vos ressources habituelles, il conviendra de cliquer sur la “bookmarklet”, puis sélectionnez les documents à intégrer dans Zotero. Après quelques instants, vos références seront sur votre bibliothéque en ligne, il faudra alors “synchroniser” avec le serveur Zotero pour disposer de vos références dans votre bibliothèque “local”.

Pour les navigateurs version “mobile” (du moins ceux testés), la difficulté réside dans “l’installation” (le glisser-déposer) de la bookmarklet : il n’y a pas de barre personnelle. J’ai donc suivi les étapes suivantes :

  • Aller sur le site de Zotero en choisissant l’affichage “standard” (pas pour mobile)
  • S’identifier (“LogIn” en haut à droite)
  • Se rendre sur la page où la bookmarklet est disponible
  • Maintenir la pression sur le bouton rouge “save to zotero”, un menu s’affiche, sur Chrome vous copiez le lien, sur Firefox vous “marquez” le lien.
  • Sur Chrome : enregistrez la page sur laquelle vous êtes dans vos favoris, et changer l’adresse du lien en collant ce que vous avec copier à l’étape précédente.
  • En version “mobile” Chrome gère moins bien les bookmarklets que Firefox. Ainsi, sur Firefox, consultez une de vos ressources habituelles, tapez dans la barre d’url, cliquez sur l’onglet  “marque-pages”, cliquez sur “save to zotero”… vous connaissez la suite (cf. idem que pour la version “desktop”). Sur Chrome, il vous faut préalablement copier le code de la “bookmarklet” que vous avez sauvegardé dans vos favoris, consultez une de vos ressources habituelles, tapez dans la barre d’url… et remplacez l’url existante par le code de la bookmarklet… ensuite vous connaissez la procédure (cf. idem que pour la version “desktop”).

Voilà n’hésitez pas à faire part de vos remarques, car les indications valent pour ma “config”, et puis vous avez certainement d’autres astuces pour les navigateurs “mobiles”.

 

Ajouter des abonnements avec Feedly

Date 26 mars 2013 |

Avec la mort annoncée de Google Reader, après un moment d’incrédulité (voire de colère), les remplaçants éventuels sont activement testés. Le premier candidat (le plus populaire) est Feedly, synchronisé avec GR tant que celui-ci existe, innovant quant aux modes de présentation des flux et utilisable via des applications ad hoc sur les dispositifs mobiles. Intéressant donc.

Cependant l’intégration dans les navigateurs pour abonnement à la volée n’est pas évidente voire boguée. Deux “howto” pour se débloquer éventuellement (je suppose installées les extensions de détection de flux, “RSS in awsome bar” pour Firefox, “Extension Abonnement RSS” pour Chrome) :

Sous Firefox: lorsque l’extension “Feedly” est installée, “Feedly” apparaît parmi les outils de lecture des flux de syndication mais lorsque je clique sur le bouton d’abonnement (“Je m’abonne maintenant”), Feedly m’affiche une page: “FEED NOT FOUND”. Apparemment il y a un problème d’encodage de l’adresse du flux. Solution: recharger la page! et ça devrait marcher!

Sous Chrome: Feedly n’est pas proposé parmi les outils pré-sélectionnés (Bloglines et My Yahoo chez moi!). Méthode pour intégrer Feedly: dans le menu déroulant des outils, cliquer sur “Gérer…”, s’ouvre une nouvelle page, cliquer “Ajouter” puis dans le formulaire qui apparaît “Description” = “Feedly”, “URL” = “http://www.feedly.com/home#subscription/feed/%s” et ça devrait marcher!

Testé sur mes navigateurs, merci de vos feed-backs :-)


Carnets de recherche