Journée d’étude “Données en partage : enjeux et acteurs des données de la recherche aujourd’hui”, Toulouse, 15 juin 2015

L’URFIST de Toulouse, le Centre de Documentation de l’Observatoire Midi-Pyrénées et Médiad’Oc organisent le 15 juin prochain une journée d’étude sur les données de la recherche intitulée “Données en partage : enjeux et acteurs des données de la recherche aujourd’hui“.

Cette journée se tiendra à Toulouse, dans les locaux de la Maison de la Recherche et de la Valorisation, sur le campus de Rangueil.

L’inscription, gratuite mais obligatoire, s’effectue sur Sygefor.

Pour tout renseignement complémentaire, vous pouvez nous contacter à l’adresse suivante : mediadoc-contact@univ-toulouse.fr

Affiche_JE_DR

Télécharger le programme au format pdf

 

Où en est-on des réseaux sociaux académiques ?

Alors que l’utilisation des réseaux sociaux de chercheurs est toujours croissante, que les éditeurs s’y intéressent de plus en plus près et que les formations se développent, il nous semblait intéressant de refaire un point sur la question, un peu plus d’un an après un premier article « Pour une utilisation critique des réseaux sociaux académiques ». Où l’on parlera de réseaux sociaux académiques bien sûr, mais aussi de pratiques d’information des chercheurs, de publication scientifique et de repositionnement des éditeurs, d’archives ouvertes ou encore des professionnels de l’information…

Lire la suite

La JNE 2014 “Nouvelles formes de communication et d’évaluation scientifiques” en distanciel sur Jalon

L’Urfist de Nice met en ligne en version bêta un distanciel interactif (un “sooc”[1]) basé sur les interventions de la Journée Nationale d’Étude Urfist 2014: “Nouvelles formes de communication et d’évaluation scientifiques : perspectives et légitimités”. Sous la supervision de Gabriel Gallezot et de Michel Roland, il a été réalisé par Florence Garelli[2] via Jalon, la plateforme pédagogique de l’UNS, et Zaption. Les clips ont été équipés de questions, et de sous-titres en français lorsque l’intervention était en anglais. Concrètement, le visionnage des clips vidéo est interrompu par des questions (vrai/faux, choix multiple ou question ouverte) portant sur l’intervention ou sur le support fourni par l’intervenant, et le “stagiaire” doit répondre à la question pour continuer son visionnage. La formation est accessible sur téléphone mobile via un navigateur ou l’application Zaption.

> Lien vers la formation ouverte

Il s’agit pour nous d’expérimenter la réalisation d’un outil d’auto-apprentissage actif à partir de communications comme celles de la journée d’étude. La formation est en version bêta, c’est-à-dire que toutes les fonctionnalités ne sont pas implantées. Pour l’instant l’accès aux exercices est libre et non évalué. Il est possible cependant d’obtenir une attestation de suivi de stage qui sera délivrée après vérification que l’ensemble du parcours avec ses douze activités a été réellement réalisé. Il y a sans doute des erreurs et des approximations dans les sous-titres ou dans la formulation des exercices, voir des bugs. C’est pourquoi nous sommes très demandeurs de remarques critiques et d’appréciations, de détail aussi bien que sur l’ensemble du projet[3] .

FG 150331

  1. small online open course
  2. Urfist de Nice et Service des Pédagogies Innovantes de l’Université de Nice Sophia-Antipolis
  3. en commentaire ici, par courriel à urfist@unice.fr ou via le questionnaire en fin de formation.

SYGEFOR 3 est ouvert !

SYGEFOR 3, la plateforme nationale des formations du Réseau des URFIST (décrite dans ce précédent billet), est désormais visible à l’adresse : https://sygefor.reseau-urfist.fr/. Elle est accessible à partir de tout navigateur récent et sur les smartphones.

Nous tenons d’abord à remercier la société Conjecto pour la délicate opération d’importation de toutes les données des sept anciennes plateformes de SYGEFOR et pour avoir mené à bien ce projet complexe.
Désormais, tous les “événements” (i.e. les stages, les rencontres scientifiques, les formations doctorales, etc.) du Réseau, à venir et archivés, sont visibles (sous l’onglet “Formations du réseau”) et l’on peut y faire toutes sortes de recherches et de filtrages.

Comment s’authentifier sur la plateforme ?

Pour les personnes qui avaient déjà un compte SYGEFOR, sur l’une des sept plateformes locales, il y a deux cas de figures, selon la possession ou non d’un compte universitaire (de type ENT, SESAME…).

1/ Si vous avez un compte universitaire :
Vous cliquerez sur “Se connecter avec son compte universitaire“. Pour votre première connexion, l’une ou l’autre des deux situations suivantes peut se présenter :
si l’adresse électronique de votre compte universitaire est la même que celle de votre ancien compte SYGEFOR, vous retrouverez immédiatement toutes vos données personnelles (profil, formations suivies, en cours…) ;
en cas d’adresses électroniques différentes, la connexion avec votre identifiant universitaire va vous créer un nouveau compte. Dans ce cas, il faudra contacter rapidement votre URFIST pour qu’elle fusionne vos anciennes données sur votre nouveau compte.

Par la suite, vous n’utiliserez plus que vos identifiants universitaires.
Si jamais l’authentification avec votre compte universitaire ne fonctionnait pas (pour une raison ou pour une autre), utilisez la procédure décrite au point 2.

2/ Si vous n’avez pas de compte universitaire :
Vous cliquerez sur “J’ai un compte SYGEFOR” :
– comme identifiant, vous indiquerez l’adresse électronique que vous aviez utilisée sur votre ancien compte SYGEFOR ;
– vous serez obligé(e) de demander un nouveau mot de passe, en cliquant sur “J’ai oublié mon mot de passe !”. Vous recevrez un mel vous permettant de finaliser la réinitialisation. Ensuite, vous retrouverez votre profil, vos formations en cours et archivées…

Pour toutes celles et ceux qui avaient déjà un compte Sygefor, nous vous demandons, à l’occasion de cette nouvelle connexion sur la plateforme, de bien vouloir vérifier, compléter ou mettre à jour vos données personnelles et professionnelles.

3/ Si vous n’avez pas de compte SYGEFOR et si vous voulez en créer un pour pouvoir s’inscrire à nos formations :

si vous avez un compte universitaire, cliquez sur “Se connecter avec son compte universitaire” : vous devez récupérer automatiquement quelques informations personnelles issues de votre établissement, qu’il vous faudra vérifier et compléter ;

si vous n’avez pas de compte universitaire, cliquez sur “Je n’ai pas encore de compte”.

Enfin, à l’attention de tous (ayant ou non un compte SYGEFOR), n’hésitez pas à consulter la FAQ, qui répondra à la plupart de vos questions sur nos formations et les procédures d’inscription.

Qui contacter en cas de problème ?

– pour toute question d’ordre personnel (problème pour l’authentification, l’inscription, problème d’oubli des codes d’accès, etc.,), il faut contacter votre URFIST dite “de rattachement”, c.a.d. l’URFIST dont vous dépendez.

– si vous repérez un bug, ou pour toute question technique, contactez le support technique en envoyant un courriel à support@reseau-urfist.fr ;

– pour poser une question d’ordre général, faire une suggestion ou une remarque critique sur l’ensemble de la plateforme, vous pouvez écrire à l’Association du Réseau des URFIST : aru@reseau-urfist.fr.

L’ouverture d’un nouveau logiciel comporte toujours quelques risques : malgré notre vigilance et tous nos efforts, il peut rester de petits problèmes, des bugs résiduels, des procédures peu explicites… Nous demandons donc par avance votre indulgence et nous comptons sur vous pour nous signaler tout problème rencontré.
Et dans tous les cas, vos impressions et vos remarques, positives comme négatives, sont les bienvenues. Votre point de vue d’utilisateur de cette plateforme, conçue pour vos besoins, sera précieux pour tous les acteurs du projet !

SYGEFOR 3, la nouvelle plateforme nationale du Réseau des URFIST

Un important projet collectif du Réseau des URFIST va voir le jour début mars  : SYGEFOR 3, la plateforme nationale des formations. SYGEFOR, acronyme signifiant SYstème de GEstion des FORmations, est un outil de gestion qui équipe les sept URFIST depuis  2005. La nouvelle plateforme s’inscrit dans la continuité de cet outil, bien connu de tous les stagiaires des URFIST, mais elle représentera un saut qualitatif important, que nous détaillons ici en répondant à six questions.

1/ Qu’est-ce qui va changer ?

Plus de visibilité sur nos formations :

Jusqu’à présent, pour avoir une vue d’ensemble des  formations de l’ensemble du Réseau, il fallait consulter un par un les sites web des sept URFIST.
SYGEFOR 3 permettra de consulter, en un seul coup d’œil, l’ensemble des formations et événements du Réseau. La plateforme, en libre accès sur le web, donnera une visibilité complète sur :
– toutes les activités de formation et tous les événements organisés par les sept URFIST : stages, formations doctorales, formations diverses, journées d’étude, rencontres scientifiques… ; les professionnels de l’information pourront également repérer nos formations sur le portail BibDoc, animé par l’enssib, avec lequel SYGEFOR 3 sera interopérable ;
– les formateurs membres des URFIST et de nombreux intervenants extérieurs, animant des stages dans le Réseau ;
– les informations pratiques sur chaque URFIST.

Plus de souplesse :

Toute personne, appartenant aux publics visés par les URFIST (enseignants-chercheurs et chercheurs, doctorants, professionnels de l’information de l’enseignement supérieur), pourra ouvrir facilement un compte personnel sur la plateforme à partir de son compte universitaire, choisir son URFIST « de rattachement » et s’inscrire aux formations de celle-ci ou de n’importe quelle autre URFIST. Rappelons que tous nos stages sont gratuits pour les personnels et étudiants de l’enseignement supérieur et de la recherche.

Plus de services :

Les stagiaires des URFIST, déjà inscrits sur SYGEFOR, récupéreront leurs identifiants et  toutes leurs données (profil, liste des inscriptions, etc.). Toutes les personnes ayant un compte universitaire (compte Sesame…) pourront l’utiliser pour s’authentifier. Une fois inscrit, chaque stagiaire aura accès à différents services sur son Espace personnel.

2/ Quelles nouvelles fonctionnalités ?

L’interface publique de SYGEFOR 3, sobre et ergonomique, présentera de nombreuses et nouvelles fonctionnalités :

– la vue d’ensemble de toutes les formations et des prochains événements du Réseau ;
– un focus sur des événements choisis par les URFIST ;
– de nombreuses possibilités de recherche et de filtrage sur tous les événements (archivés et à venir) ;
– la liste de tous les formateurs, membres des URFIST et de plusieurs intervenants extérieurs ;
– une procédure d’ouverture de compte simplifiée et guidée, avec l’utilisation possible du compte universitaire, via la technologie Shibboleth ;
– un processus d’inscription aux formations très simple, sur le mode « Panier » ;
– un Espace Stagiaire personnel, avec plusieurs services : liste des inscriptions en cours, archives de toutes les demandes d’inscription passées et des formations suivies, possibilité de télécharger les attestations de présence pour les stages suivis, demande d’imprimé d’autorisation hiérarchique, grilles d’évaluation des stages, accès aux supports (pour les stages suivis)…

3/ Un outil open source 

Une information importante, qui intéressera de nombreux partenaires et organismes de formation continue : SYGEFOR 3 est un logiciel en open source, entièrement gratuit et qui sera téléchargeable sur les plateformes de logiciels libres, selon les conditions habituelles de l’open source (sous licence CeCILL-C). L’Association du Réseau des URFIST a choisi cette option de l’open source tout d’abord par conviction, car les URFIST ont toujours été d’ardents défenseurs du logiciel libre et de l’open access. Par ailleurs, SYGEFOR 3, financé par le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, pourra équiper d’autres services de l’enseignement supérieur, permettant ainsi d’importantes économies d’échelle. Le réseau des CRFCB (Centre Régionaux de Formation aux Carrières des Bibliothèques) est d’ores et déjà intéressé, ainsi que quelques SFC (Services de Formation Continue). Enfin, conformément au cercle vertueux de l’open source, tout nouveau développement, réalisé par un autre organisme pour ses besoins propres, sera reversé dans le « pot commun » et accessible à tous. SYGEFOR 3 devrait donc s’améliorer et s’enrichir de nouvelles fonctionnalités, dont le Réseau des URFIST pourra bénéficier en retour.

SYGEFOR 3 pourra être téléchargé gratuitement et modifié, sous les conditions de la licence CeCILL-C, mais les organismes intéressés devront, bien entendu, prendre en charge les adaptations à leurs besoins et à leur environnement.

4/ Pour quand ?

Le basculement des données des sept SYGEFOR vers la plateforme SYGEFOR 3 est prévu fin février, et l’ouverture publique de la nouvelle plateforme sera effective début mars.  Toutes les informations pratiques seront fournies à ce moment-là.

5/ Qui est derrière ce projet ? Quels acteurs ?

SYGEFOR 3 est une application développée pour l’Association du Réseau des URFIST (ARU). Notre association a été fondée en 2010, afin de pouvoir faciliter les projets nationaux du Réseau des URFIST, représenter celui-ci auprès des instances de tutelle et des partenaires et favoriser la formation et la recherche sur l’information scientifique. SYGEFOR 3 est le premier projet d’envergure, porté entièrement par l’Association du Réseau des URFIST. Au sein du Réseau des URFIST s’est constitué un groupe de travail chargé de conduire et suivre ce projet technique complexe[1]

Qui a financé ce projet ?

Le DISTRD (Département de l’Information Scientifique et Technique et Réseau Documentaire) a versé à plusieurs reprises des subventions exceptionnelles pour le projet SYGEFOR, manifestant ainsi son soutien au Réseau des URFIST, y compris lors de moments difficiles. Ces subventions directes ont été complétées par d’importantes contributions des différentes URFIST.

Qui a réalisé SYGEFOR 3 ?

Une start-up informatique de Rennes, la société Conjecto, qui a trouvé des solutions innovantes pour répondre à la complexité de nos besoins. Les responsables de Conjecto[2] ont développé une application faisant appel aux technologies les plus récentes (notamment le moteur de recherche à facettes ElasticSearch) et ils ont créé un outil de gestion puissant, dont l’originalité réside sans aucun doute dans le caractère modulaire. Conjecto, développeur de SYGEFOR 3 , est à ce titre titulaire des droits moraux d’auteur.

6/ Pourquoi 3 ?

Au fait, d’où vient SYGEFOR, et pourquoi le troisième du nom ?  Un bref rappel historique permettra aux esprits curieux de mieux comprendre ce projet.

En 2004, l’URFIST de Rennes a fait développer par une SSII, la société Acréat, une application informatique pour pouvoir gérer ses formations, les inscriptions à celles-ci, éditer des bilans automatisés, etc. Cette application fut baptisée SYGEFOR et, dès 2005, compte tenu de son intérêt et des services rendus, elle fut distribuée gratuitement aux autres URFIST. Chaque unité gère, depuis, ses propres stages et formations, sur les serveurs de son établissement. Un seul SYGEFOR mais sept exemplaires de l’application, implantés sur sept serveurs.

Si l’outil a plusieurs fois évolué, le constat a été fait qu’il était temps de passer à une autre version et surtout d’aller vers une seule plateforme, implantée sur un seul serveur, permettant de gérer l’ensemble des formations du Réseau. En 2012, le Groupe de travail se mit donc en place, un cahier des charges fut élaboré, un appel d’offres organisé et une SSII choisie en septembre 2012. Le projet s’appelait alors SYGEFOR 2, pour marquer la différence avec la première version. Mais des dysfonctionnements d’ordre technique et commercial  neutralisèrent cette deuxième version et conduisirent l’Association du Réseau des URFIST à élaborer un nouveau projet, baptisé SYGEFOR 3, et à le confier, début 2014, à la société Conjecto. Au total, le projet aura pris un an de retard.

En conclusion, un enjeu fort pour le Réseau des URFIST

En raison de l’énorme quantité de travail collectif demandée par le projet depuis trois ans et des vicissitudes de son histoire, l’arrivée à bon port de SYGEFOR 3 représente déjà un événement important pour nous. Mais elle constitue également un enjeu très important pour le Réseau des URFIST, pour deux raisons :

– d’une part, la plateforme va donner une meilleure visibilité nationale au Réseau et à ses formations. Grâce à SYGEFOR 3, chacun pourra prendre la mesure de l’étendue de l’offre de formation, de la diversité des thématiques et des intervenants extérieurs ;

– d’autre part, l’ouverture de SYGEFOR 3 coïncide avec les nouvelles évolutions du Réseau des URFIST, préconisées par le Rapport de recommandations sur l’évolution du Réseau des URFIST : renforcement de la dimension nationale des URFIST, nouvelle articulation entre les missions de formation et de recherche… (voir le billet “Le Réseau des URFIST à un tournant de son histoire“).

La plateforme SYGEFOR 3 inaugure ainsi une nouvelle période de l’histoire trentenaire des URFIST, celle de la structuration d’un réseau national au service de l’information scientifique.

 

 

 

  1. Le groupe est piloté par Alexandre Serres (URFIST de Rennes) et composé de Corinne Habarou (URFIST de Paris), Manuel Durand-Barthez (URFIST de Paris), Michel Roland (URFIST de Nice), Sylvie Fayet (URFIST de Toulouse, jusqu’en décembre 2013), et Sabrina Granger (URFIST de Bordeaux, depuis janvier 2014). []
  2. Blaise de Carné, chef de projet sur SYGEFOR, Romain Bovyn et Serwan Cravic. []

Le Réseau des URFIST à un tournant de son histoire

Un Groupe de travail national[1], composé de 17 personnes et animé par Pierre Carbone, Inspecteur  général des Bibliothèques, a été constitué en 2014 à l’initiative du Ministère de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche[2]. Il avait pour objectif de réfléchir aux missions, aux activités et aux situations des sept URFIST et de faire des propositions d’évolution.

Un an plus tard, la mission est accomplie et les recommandations proposées par ce groupe de travail et validées par le Ministère viennent d’être mises en ligne.

Quelles en sont les idées-force ? Bien qu’il soit réducteur de résumer en quelques lignes la densité des échanges et des débats, on retiendra ici quatre points qui nous semblent particulièrement importants : le bilan et trois axes d’évolution.

Un bilan qui appelle des évolutions
Le groupe de travail a dressé un bilan largement positif de l’action des URFIST depuis leur origine. L’activité importante et les résultats très positifs ont été soulignés, ainsi que la capacité des Unités à évoluer depuis leur création, notamment grâce à leur culture mixte construite entre documentation et recherche. Mais la faiblesse des moyens humains[3] pour réaliser l’ensemble des missions, que sont la formation, la veille et la recherche, ainsi que le manque de visibilité conduisent à une certaine dispersion.

Ainsi, la formation, au coeur des missions des URFIST depuis leur création en 1982, est tiraillée entre l’importance des publics visés[4] et l’étendue des territoires desservis.[5] L’activité de recherche des URFIST, dont l’importance a été montrée par un rapport de synthèse, est trop peu connue et reste éclatée.

Cet état des lieux en demi-teinte doit être regardé à l’aune des nombreuses évolutions du contexte de l’IST : le bouleversement du champ de l’IST avec l’arrivée du numérique, le renouvellement des pratiques informationnelles des chercheurs, les transformations institutionnelles récentes… sont autant d’éléments qui encouragent les URFIST à poursuivre leur évolution. Ainsi par exemple, le paysage universitaire en pleine recomposition, marqué notamment par l’autonomie des universités et leurs regroupements[6], ne permet guère l’existence de petites structures inter-universitaires fonctionnant sous l’ancien modèle, car l’articulation entre les dimensions nationale, régionale et locale devient plus complexe à mettre en œuvre.

En dépit de ces faiblesses et de ces difficultés, les URFIST ont fait preuve de dynamisme ; elles ont maintenu et élargi leurs activités, développé leur présence numérique et inventé progressivement une amorce de fonctionnement en réseau, suscitant en retour le soutien régulier du Ministère.

Aujourd’hui, l’heure est venue d’une évolution forte pour aller vers une consolidation de ce réseau. Les recommandations, issues de la réflexion du groupe de travail, s’organisent autour de trois grands axes : le renforcement de la recherche et une meilleure articulation avec la formation, la structuration nationale du réseau en GIS et la redéfinition des modes d’implantation, de financement et de fonctionnement.

Le renforcement de la recherche et une meilleure articulation avec la formation

Sur le plan des missions et des activités, le groupe de travail préconise de renforcer les activités de recherche du Réseau des URFIST en les articulant avec la formation. Il a notamment proposé de structurer la recherche autour de deux thématiques. D’une part, la communication scientifique : les modes de production, de diffusion et l’évaluation scientifique, autrement dit le noyau dur de l’IST. D’autre part, les cultures de l’information : l’évaluation de l’information, les compétences numériques et informationnelles, la culture numérique.

Cette recherche menée par le réseau des URFIST devrait permettre de « fédérer un réseau national à travers une forme institutionnelle permettant une bonne articulation entre le local et le national garantissant à la fois l’autonomie et l’ancrage local, la souplesse du fonctionnement en réseau et une efficacité et visibilité au plan national ». Elle s’appuiera sur les travaux de recherche menés actuellement par les enseignants-chercheurs des URFIST et permettra « d’établir ou renforcer des partenariats sur ces thématiques avec les laboratoires travaillant dans le champ de l’IST ».

Cela pourrait notamment se concrétiser par la création « avec le soutien de la BSN ((Bibliothèque Scientifique Numérique)) et avec les partenaires intéressés d’un Observatoire des usages des chercheurs ».

Par ailleurs, une redéfinition des publics prioritaires devrait être menée, un renforcement des actions d’expertise sur la formation, des partenariats avec l’INIST et l’ENSSIB, notamment sur la veille, sont également proposés.

La structuration nationale du Réseau et la création d’un GIS

Afin de donner au Réseau des URFIST la structure nationale qui lui fait défaut aujourd’hui, le groupe de travail a envisagé différentes formes possibles et a finalement proposé celle d’un GIS.[7] Un nouveau chantier devrait donc s’ouvrir dès 2015 pour le Réseau des URFIST et ses partenaires. Un comité de préfiguration sera mis en place afin de déterminer les objectifs et les projets de ce GIS, pour aboutir ensuite à une phase de mise en œuvre, avec la constitution d’un “comité scientifique élargi chargé de la définition de la stratégie de recherche et préfigurant la gouvernance de ce réseau”.

Il s’agit là d’une évolution marquante pour le réseau et qui devrait signifier un tournant important dans l’histoire trentenaire des URFIST. L’Association du Réseau des URFIST, créée pour donner au Réseau une visibilité et une représentation nationales, continuera d’exister. Le GIS, quant à lui, permettra de fédérer des projets avec des partenaires et donnera au réseau des URFIST la structure lui permettant d’exister pleinement au niveau national.

La redéfinition des modalités de fonctionnement

Le groupe de travail a également recommandé de reconsidérer les ancrages locaux des sept URFIST, en lien avec le nouveau paysage universitaire et l’apparition des COMUE. Les implantations territoriales des sept URFIST pourraient donc être revues. Une phase de négociation entre le Ministère et les établissements supports devrait aboutir à l’établissement de nouvelles conventions précisant les modalités de fonctionnement de chaque unité locale.

Par ailleurs, c’est dans l’articulation entre les unités locales et le niveau national que de nouveaux moyens pourront être trouvés pour mener à bien ces nouvelles missions. Le système d’allocation des moyens sera adapté à la nouvelle situation, en cohérence avec ces changements.

En bref, le fonctionnement quotidien et la vie de chaque unité et du réseau seront à terme transformés, pour mener à bien cette évolution majeure des URFIST.

Au final, si beaucoup de questions et d’interrogations demeurent, si le processus d’évolution reste à construire, c’est incontestablement une nouvelle étape de l’histoire des URFIST et un chantier passionnant qui s’ouvrent. De nouveaux partenariats vont être construits, d’autres seront renforcés. La conclusion principale de ce Groupe de travail et de ce rapport est peut-être là, dans la réaffirmation de l’importance du travail en réseau et en partenariat.

Alexandre Serres et Claire Denecker, Président et Vice-Présidente de l’Association du Réseau des URFIST, représentants au Groupe de travail du DISTRD.

 

 

 

  1. Ce groupe de travail réunissait des représentants du MENESR (DISTRD, Département de la réglementation de la DGRI), des URFIST, de leurs partenaires au CNRS (INIST, RENATIS), des responsables universitaires (président d’université, président de section du CNU, responsable de formation continue), des représentants de l’ADBU, de l’ENSSIB, d’EPRIST, du CLEO et de l’Alliance Athena . []
  2. C’est grâce à l’initiative d’Alain Colas et d’Elisabeth Collantes, du Département de l’information scientifique et technique et réseau documentaire (DISTRD) au Ministère de l’Education Nationale, de l’Enseignement supérieur et de la recherche, que ce groupe a ete constitué et que cette réflexion a pu être menée. []
  3. Chaque unité, à part celle de Paris dont les effectifs sont doublés, est composée d’un binôme de formateurs, accompagné par un responsable administratif. Le binôme des formateurs est représenté par deux métiers forts de l’IST : un enseignant-chercheur et un conservateur des bibliothèques. []
  4. Le public cible des URFIST est large : il comprend les enseignants-chercheurs, les chercheurs, les doctorants et les professionnels de l’information de l’enseignement supérieur et de la recherche. []
  5. Les URFIST interviennent sur l’ensemble du territoire français, excepté l’Académie de Lille, desservie par une URFIST pendant quelques années mais qui a été fermée dans les années 80. []
  6. Voir les projets de fusion ou de regroupement en cours, les projets de COMUE, etc. []
  7. Groupement d’Intérêt Scientifique. Contrat de coopération scientifique,  “un GIS a pour objet de fédérer des moyens (personnels, matériels, locaux, etc.) et d’en définir les modalités d’utilisation autour d’une thématique déterminée afin de permettre la réalisation de recherches dans le cadre de ladite thématique.” (INSERM). Voir aussi la page GIS du CNRS. []

Inoreader, enfin le digne successeur de Google Reader ?

Le 1er juillet 2013 fermait « Google Reader », l’agrégateur en ligne de flux de syndication le plus populaire et l’un des plus utilisés. La nouvelle avait quelque peu bouleversé la communauté spécifique des « suiveurs de flux RSS » car elle semblait donner raison à ceux qui annonçaient « la mort des flux RSS », aux prises avec les usages du réseautage social, lesquels permettent de confier la curation à des comptes que l’on suit, sans passer, en quelque sorte par la case « collecte » de l’information.

Néanmoins les réactions (notamment une pétition contre l’arrêt de son service adressée à Google) ont été suffisamment fortes pour voir de nouveaux outils apparaître (ou renaître), essentiellement des services en ligne, qui se proposaient de prendre la place laissée vacante par Google Reader. D’où un frémissement « buzzique » sur  « Digg Reader », « AOL Reader », « GReader »,  … et bien d’autres encore. Certains ont dû évoluer pour ne plus dépendre de « Google Reader » en tant que simple surcouche graphique, comme « Feedly » par exemple.

Toutefois aucun ne semblait se détacher de ses concurrents et représenter une alternative sérieuse à Google Reader, du moins en mode gratuit, ainsi que le démontrait l’excellente étude de Serge Courrier, véritable état des lieux de plus de 230 pages au format PDF du paysage des lecteurs de flux RSS, arrêté à octobre 2013.

De plus, cette effervescence agit comme un rideau de fumée derrière lequel la pérennité des services est souvent difficile à deviner, celle-ci dépendant en partie du nombre de développeurs investis et de la structure dans laquelle ils évoluent.

Or, heureux événement depuis cette période (enfin pour moi en tous les cas), après un bref passage par Feedspot, (dont je trouvais les fonctionnalités de rediffusion par flux personnalisé d’articles taggués avec le même mot-clé très intéressantes mais malheureusement limitées en nombre dans sa formule freemium), j’ai découvert Inoreader, agrégateur de flux RSS et Atom, basé en Bulgarie, issu du projet individuel d’un développeur rejoint aujourd’hui par une équipe de neuf autres personnes, regroupée dans une société du nom d’Innologica Ltd.

Au départ entièrement gratuit et donc sans modèle économique, Inoreader propose désormais trois formules dont deux payantes (la « Plus » à 2,99 $/mois et la « Professionnel » à 4,99 $/mois). Outre la modicité des sommes, la différence entre les différents plans s’articule autour de fonctionnalités qui ne sont pas essentielles comme l’intégration avec OneNote, la possibilité d’envoyer des articles en pièces jointes au format PDF d’emails ou encore d’effectuer des recherches dans les articles publics partagés par la communauté des utilisateurs « Inoreader », car bien sûr, « Inoreader » propose des fonctionnalités sociales, lesquelles sont :

  • Limitées en mode freemium :
    • Reprise de dix contacts maximum par le carnet intégré Gmail,
    • Suivi par flux RSS d’un seul compte Twitter ou VKontakte (site Web de réseautage social russe similaire à Facebook),
  • Voire indisponibles (suivi de profils « Google + » réservé aux utilisateurs payants).

Plus intéressants peut-être les concepts de règles (automatisation d’un comportement) et de recherches actives (possibilité d’enregistrer une recherche)  peuvent être utilisés dès la version gratuite même si leur nombre est limité uniquement à une règle et une recherche active.

Mais surtout ce service intègre dans sa version gratuite  de nombreuses possibilités de signalement (organisation par dossiers de vos flux et par tag de vos articles) ainsi que de valorisation de votre curation à travers la fonctionnalité d’exportation par flux RSS ou widget HTML de chacun de vos dossiers et regroupements d’articles par tags, et ce, sans limitation. Tous ceux qui utilisent Netvibes ou tout autre outil Web pour la diffusion d’une veille apprécieront …

Par ailleurs, vous pouvez également mettre en avant vos articles en les envoyant dans une liste de favoris ou rendre publique à la communauté des utilisateurs « Inoreader » votre sélection en créant votre « chaîne ».

L’intégration avec d’autres services afin de faciliter le partage est encore limitée (Google, Facebook, Twitter, VKontakte, Pocket, Instapaper, Readability, Evernote et OneNote) mais couvre les principaux à l’exception notable des services de partage de signets Diigo et Delicious.

Enfin, contrairement à l’usage déconnecté des déclinaisons mobiles pour Android et Ios qui permettent la lecture en local des flux, ceci n’est pas possible avec l’application « desktop » uniquement accessible en mode connecté à Internet et apparemment l’apparition d’un client à installer sur l’ordinateur n’est pas leur priorité … dommage mais il est difficile de tout avoir … !

En tout cas, « Inoreader » semble avoir, a priori, un bel avenir devant lui : une équipe pour assurer un développement apparemment dynamique, un modèle économique et un outil qui dépasse largement l’agrégation de flux stricto sensu, sans pour autant devoir débourser un centime … pour le moment !

Interventions et supports de la JNE 2014: “Nouvelles formes de communication et d’évaluation scientifiques”

Les vidéos et les supports de la Journée d’Étude “Nouvelles formes de communication et d’évaluation scientifiques : perspectives et légitimités” sont consultables sur le wiki de l’Urfist de Nice : LIEN.

La 5ème Journée Nationale d’Étude du réseau des URFIST s’est tenue le 25 septembre 2014 à l’Université de Nice Sophia-Antipolis. Elle s’est focalisée sur les différentes formes de publication de la recherche et sur les modes de légitimation ou d’évaluation associés.

Lire la suite

Regard(s) sur les logiciels bibliographiques, au carrefour des usages et des innovations, journée d’études

Comment comprendre les évolutions que connaissent actuellement les logiciels de références bibliographiques et anticiper les changements ? Cette question sera au cœur des débats de la journée d’étude organisée le 17 novembre par l’Urfist de Lyon.

La famille des logiciels de gestion de références bibliographiques a connu des transformations conséquentes depuis l’arrivée des tous premiers outils dans le courant des années 80 (1).

D’une part elle s’est considérablement agrandie en intégrant de nouveaux venus, pour certains fort prometteurs (2), et ce alors même qu’elle voyait d’autres produits disparaitre (3) et notamment péricliter le plus ancien d’entre eux (4).

Remarquons d’autre part que ceux qui ont tenu jusqu’alors le leadership ont su faire évoluer leurs fonctionnalités en combinant besoins des utilisateurs et avancées technologiques. Amélioration des fonctions de gestion de la base de données, adaptation de la collecte des références aux évolutions des réservoirs bibliographiques ou encore enrichissement de l’export et de l’édition selon des standards de présentation plus en plus nombreux sont autant de progrès qui ont installé graduellement ces outils sur le bureau du chercheur. Si ils semblent approcher de la maturité, ont-ils atteint pour autant un point de stabilité ?

Il semblerait qu’une nouvelle étape ait été franchie avec le développement des fonctionnalités collaboratives (5). En effet, de nouveaux enjeux, plus sensibles, émergent maintenant en lien avec les usages sociaux et l’essor des modèles alternatifs de l’évaluation de l’activité scientifique ; et les outils bibliographiques pourraient y trouver un rôle à jouer. Ce nouvel usage place, de fait, certains logiciels de référence au sein de l’écosystème de la communication scientifique, notamment lorsqu’ils portent les mesures « altimétriques » (6). Aussi les attentes se manifestent-elles différemment et sur plusieurs plans.

Du côté des acteurs, alors que la pression monte autour de l’accès à la publication scientifique (7) et que les utilisations de la citation connaissent quelques dérives, plusieurs questions se posent ; elles concernent tout autant la communauté scientifique que les fournisseurs d’accès qui voient leurs prérogatives bousculées (8). Quels seraient les ajustements à venir de ce côté ? Le lien entre la référence et la publication est il appelé à évoluer ?

– Les aspects techniques restent importants ; on pense par exemple à la question des formats et à leur interopérabilité, qui pose toujours quelques difficultés au néophyte. Mais les besoins s’orientent désormais vers des aspects plus larges : aujourd’hui le chercheur aspire à traiter globalement les publications comme l’ensemble des éléments d’information qui constituent son matériau de travail. Ainsi, il pourrait espérer analyser son corpus et vouloir soumettre ses lots de référence aux traitements qu’il applique par ailleurs aux données, comme par exemple chercher à représenter les relations entre les références afin de visualiser des réseaux d’influences ou des réseaux de collaborations complexes (9).

Ainsi, les logiciels bibliographiques semblent attendus maintenant par les utilisateurs pour leur capacité à s’interfacer avec l’écosystème du chercheur voire plus largement avec celui des acteurs de l’IST. En élargissant ainsi les usages, certains développements ont permis aux « reference managers » de passer d’un simple statut de logiciel personnel à celui d’un outil intégré au sein d’une plateforme, comme celles des producteurs de données par exemple (10).

Ce changement de perspective change assurément la donne. La variété des pratiques qui semble se révéler à la lecture des enquêtes, montre certainement l’évolutivité de ces outils ; mais elle illustre assurément l’adaptabilité des utilisateurs et la diversité de leurs besoins ; et ce dans un environnement qui est encore en évolution.  Elle pointe au final une difficulté pour le formateur ou le prescripteur qui devra embrasser la multiplicité des usages alors même que les outils numériques mis à la disposition des chercheurs évoluent et que les besoins en formation gagnent en complexité.

Comment, dans ce cas, comprendre et anticiper les évolutions émergentes ? Choisir un  outil adapté ? Conseiller les chercheurs et les accompagner dans leur apprentissage ? Autant de questions qui devraient être au cœur des débats de la journée d’étude organisée le 17 novembre .

 

Informations pratiques

Regard(s) sur les logiciels bibliographiques, au carrefour des usages et des innovations, journée d’études organisée par l’Urfist de Lyon
Date : lundi 17 novembre 2014
Lieu : Domaine de la Doua, Université Claude Bernard, Lyon – Villeurbanne
Programme et Inscriptions : http://lgrb-urfist2014.sciencesconf.org
Contacts : claire.denecker@univ-lyon1.fr et frederique.cohen-adad@univ-lyon1.fr

 

————————————–

[1] ProCite et Sci-Mate apparus en 1983, suivis de Reference Manager en 1984 et EndNote en 1988
[2] On pense par exemple à Mendeley qui, en l’espace de quelques années, s’est imposé comme un acteur majeur
[3] 2Collab ou Connotea par exemple ont disparu … ont disparu respectivement en 2011 et 2013
[4] Reference Manager n’est plus maintenu depuis 2010
[5] Notamment avec l’arrivée des premiers logiciels offrant un espace gratuit de stockage et de partage sur serveur, Zotero étant l’un des précurseurs les plus connus
[6] Ainsi Mendeley et CiteULike occupent-ils une place importante parmi les critères retenus dans les mesures « Altmetrics »
[7] on prendra pour exemple anecdotique la récente stratégie de valorisation adoptée par l’IPAG http://www.letudiant.fr/educpros/enquetes/ipag-les-secrets-d-une-progression-fulgurante-en-recherche.html
[8] Comment, par exemple, l’intégration de Mendeley dans l’univers d’Elsevier va t-elle se réaliser ?
[9] Ce que propose par ex Qiqqa, lancé en avril 2010
[10] Là encore, on pense à Mendeley avec Scopus (Elsevier) mais également à EndNote avec le Web of Knowledge (Thomson Reuters) ou Flow (successeur de RefWorks) pour Proquest

Diigo, nouveautés de rentrée

Le mois de septembre voit d’importantes évolutions de la plateforme d’annotation et de gestion de signets diigo. Une bonne nouvelle (mais attention, il y a un os): la prise en charge de l’annotation des pdf. Une moins bonne nouvelle: la refondation du modèle de prix.

À savoir:

  • disparition du plan “basic” à 20$/an,
  • apparition d’un plan dit “social” au tarif évolutif[1] et d’un plan dit “professionnel” à 59$/an,
  • reconfiguration des plans “free” et “teacher”[2]
  • et (surtout) modulation des possibilités “sociales”, c’est-à-dire essentiellement de l’ utilisation des groupes: alors que précédemment la possibilité de créer des groupes, aussi bien publics que privés, étaient ouvertes à tous, elle se trouve très sévèrement limitée à présent.

Il semble que les équipes de diigo se soient trouvées là en face d’un problème de gestion de spams qui n’avait pas été anticipé[3].

Le plan gratuit ne permet plus que la création d’un groupe privé limité à trois membres, le plan standard lui-même ne permet que la création d’un groupe public (nombre de membres illimité) et de trois groupes publics, limités à 10 membres chacun (50 membres par groupe privé pour le plan “éducateur”), seul le compte “professionnel” permet la création de groupes, publics et privés, de façon illimitée.

Il est à signaler que les groupes existants, comme les groupes de veille des Urfist restent actifs (ouf!).

À signaler également, et c’est l’os que j’évoquais en début de billet, que la nouvelle fonction d’annotation des pdfs (qui répond à un besoin rencontré dans chacune de nos formations diigo) est réservée aux plans “standard” (limitée à 100 pdfs), “professionnel” (illimitée) et “éducateur” (limitée à 50 pdf) et n’est donc pas accessible avec un plan gratuit.

Pratiquement: pour la gestion personnelle de signets, diigo reste l’outil puissant qu’il était et continue d’offrir des avantages nets par rapport à la concurrence (essentiellement s’agissant des annotations) mais les cartes sont rebattues quant au partage et à la collaboration.

S’il est possible de bricoler avec un groupe public et un nombre restreint de (petits sauf pour le plan “éducateur”) groupes privés[4], une utilisation importante des groupes implique la souscription au plan “professionnel”. À 59$/an, ce n’est pas hors de prix pour une institution, à condition de savoir gérer les contraintes des procédures comptables publiques.

(Une autre solution serait de changer d’outil mais je n’ai pas pu trouver ni pour la gestion personnelle, ni pour le partage et la collaboration un outil gratuit qui offrirait des performances analogues. Des suggestions?)

Liens:

  1. la souscription avant le 1er octobre est à 2$/an, et le tarif est reconduit pour les années suivantes, 5$ à partir du 1er octobre, mêmes conditions, augmentation par la suite avec la croissance des souscriptions
  2. essentiellement limitations du nombre d’annotations possibles, de 1000 à 500 pour le plan gratuit, d’illimité à 5000 pour le plan “éducateur”, suppression de la possibilité, initialement limitée, de mettre des pages en cache et simplification des enregistrements d’images et de copies d’écran
  3. voir les explications dans le billet du blogue diigo qui annonce les changements
  4. Pour qui n’a pas la possibilité d’accéder au plan “éducateur”, il y a un intérêt certain à souscrire rapidement au plan “social”: 2 voire 5$ ne constituent pas une dépense considérable.