Les étudiants et Wikipedia (suite et fin)

Les variables d’utilisation de Wikipedia

Comment les niveaux d’étude, notamment les cursus en deux ou quatre ans, interviennent-ils dans l’utilisation de Wikipedia ? Quelles sont les disciplines les plus utilisatrices ? Et quels sont les liens avec les autres pratiques documentaires ? La troisième partie de l’enquête américaine tente de répondre à ces questions en croisant les données et en établissant des corrélations statistiques : onze variables (cf le tableau ci-dessous) ont ainsi été déterminées, dont l’objet est de mesurer la plus ou moins grande probabilité d’utilisation de Wikipedia.

De ces onze  variables ont émergé trois ensembles significatifs :
– les cursus universitaires de deux ans (essentiellement les Community Colleges[1] , qui correspondraient ici aux anciens DEUG, aux IUT, aux BTS, etc. ;
– les disciplines ;
– certains types d’usages des ressources documentaires.

Sur ces onze variables, cinq sont jugées particulièrement significatives par Head et Eisenberg, dans leur effet sur la probabilité d’utilisation de Wikipedia.

La première corrélation concerne, une fois de plus, l’usage de Google et indique que les étudiants qui utilisent couramment Google ont 90,92 % de probabilités d’utiliser Wikipedia. Ce chiffre, qui n’est pas une surprise, est une nouvelle preuve statistique du « couple Google/Wikipedia », qui peut se traduire, d’après cette enquête américaine, par l’adjonction de ces deux chiffres : 95 % des étudiants qui commencent leur recherche documentaire sur Wikipedia la poursuivent sur Google et, à l’inverse, ceux qui utilisent Google ont près de 91 % de probabilités de consulter aussi Wikipedia.

Variables d'utilisation de Wikipedia

Les deux autres variables prédictives[2] les plus fortes de l’utilisation de l’encyclopédie collaborative sont l’appartenance à ces deux disciplines :

–         l’architecture et les sciences de l’ingénieur, dont les étudiants ont plus de 73 % (73,47 % exactement) de probabilités d’utilisation ; ces deux disciplines sont trois fois plus utilisatrices de Wikipedia que les sciences humaines et sociales !

–         les sciences exactes, qui ont aussi des  probabilités d’utilisation élevées, à 65,16 %.

A l’inverse, les deux variables prédictives de la plus faible utilisation deWikipedia sont l’usage des bibliothèques et les cursus de deux ans.

Une donnée qui intéressera directement les bibliothécaires est en effet la variable « usage des bibliothécaires » (librarian usage), qui peut sans doute être étendue par métonymie à l’utilisation de la bibliothèque en général : les étudiants qui ont d’abord recours aux bibliothèques sont parmi les utilisateurs « moyens » ou faibles de Wikipedia, avec seulement un peu plus de 40 % de probabilités d’utilisation. Chiffre à rapprocher de la première variable sur Google, et qui atteste de l’écart qui semble se creuser entre les pratiques « classiques » et légitimées de la recherche d’information (la bibliothèque, mais aussi les enseignants, puisque ceux qui ont d’abord recours aux enseignants n’ont « que » 58,33 % de probabilités d’utiliser Wikipedia) et les nouvelles pratiques, largement dominantes, et concentrées sur le couple Google-Wikipedia.

Enfin, la probabilité d’utilisation la plus faible (22,48 %) concerne les étudiants inscrits dans les cursus de deux ans. L’hypothèse d’explication, donnée par les auteurs de l’étude, est ici très intéressante et illustre, sur ce point précis au moins, le caractère spécifiquement américain de l’étude, difficile à extrapoler à d’autres pays : en effet, si les étudiants des cursus courts sont les utilisateurs les plus faibles de Wikipedia, c’est parce qu’ils auraient reçu plus de formation à la recherche documentaire que ceux du 2nd cycle (du bachelor et du Master) : « This finding suggests respondents from two—year institutions may have received more hands–on training about how to conduct scholarly research than at four–year institutions, given the curriculum and accreditation requirements in community colleges. »

On pourrait se demander si une comparaison avec la France ne donnerait pas une corrélation inverse, à savoir une utilisation plus forte de Wikipedia dans les premiers cycles et plus faible dans les Master et Doctorats. C’est ce que semble indiquer une récente enquête, menée par le SCD de l’Université de Bourgogne[3] , qui montre que Wikipedia est le deuxième site consulté par les étudiants de 1ère année (de filières de Langues et Civilisation), avec 46 % de réponses, à la question sur  « Les outils disponibles sur internet utiles au travail universitaire préférés par les étudiants » (la première réponse étant « les sites préconisés par un enseignant », à 58 %).

Si ces deux chiffres sur l’utilisation (ou la probabilité d’utilisation) de Wikipedia en 1er cycle (22,48 % aux Etats-Unis, 46 % en France) ne peuvent être mis sur le même plan, stricto sensu, en raison des différences méthodologiques entre les deux enquêtes, ils indiquent néanmoins des tendances différentes dans les  pratiques informationnelles, chez les étudiants américains et français de 1er cycle.

Résumons-nous : aux Etats-Unis, la probabilité d’utilisation de Wikipedia est maximale avec l’usage régulier de Google, elle est la plus forte dans les disciplines scientifiques, techniques et en architecture, elle est plus faible chez les étudiants utilisateurs de la bibliothèque et elle est la plus basse chez les étudiants des cursus courts de deux ans.

Des opportunités pour les formateurs

La conclusion des auteurs de l’étude américaine se veut optimiste pour les enseignants, les bibliothécaires formateurs et les producteurs de ressources pédagogiques. En effet, ils insistent de nouveau sur l’importance de la phase de « pré-recherche », dans les pratiques informationnelles des étudiants, lorsque ceux-ci sont confrontés à leur sujet de recherche et doivent trouver des définitions, des mots-clés, des pistes de recherche, les premières informations, etc. Et ils soulignent par ailleurs la demande croissante des étudiants de ressources adaptées, de services et de conseils, dans cette phase préparatoire. « When students have critical questions about narrowing down topics, figuring out search terms, and obtaining background information appears to be a critical time of need. It is a period of initial curiosity, but also one rife with inevitable frustrations in search of solutions ». L’enjeu, pour les formateurs, est alors de leur fournir des réponses multiples plutôt qu’un seul outil, ou un seul service. « Our findings lead us to believe that support and solutions from multiple outlets, not just one tool, service, or individual, may work the best. »

Enfin, même si leur enquête est d’une grande richesse, Head et Eisenberg en indiquent les limites : une extension des résultats à d’autres campus serait difficile et incertaine et ils soulignent la nécessité d’autres recherches pour mieux cerner les usages de Wikipedia par les étudiants.

Réhabiliter le questionnement de la question

Au final, cette étude particulièrement fouillée donne à voir une réalité plus contrastée, plus complexe, que les seules observations directes et trop rapides et surtout que les opinions souvent tranchées, qui fleurissent, ici ou là, sur l’utilisation de Wikipedia par les étudiants. La diversité des facteurs d’utilisation, des stratégies documentaires mises en œuvre par les étudiants, ainsi que leur pragmatisme, apparaissent comme un démenti aux discours aussi bien catastrophistes qu’émerveillés, qui sont tenus sur l’encyclopédie collaborative. L’enquête, également très riche, du SCD de Bourgogne (sur laquelle nous reviendrons), montre la même complexité des nouvelles pratiques informationnelles des étudiants, qui sont loin de jeter aux orties les précautions les mieux établies de la recherche d’information.

Pour autant, nous avons vu que l’enquête américaine présente des résultats qui, sans être une nouveauté absolue, viennent confirmer un certain nombre de constats plus ou moins inquiétants, notamment sur la place des bibliothèques et le rôle des bibliothécaires dans les processus de recherche.

Mais l’un des principaux enseignements de l’enquête porte, selon nous, sur l’importance cruciale, largement soulignée par les auteurs, de la phase de pré-recherche : qu’il s’agisse de l’analyse des besoins, du questionnement d’un sujet et du défrichage d’un thème, autrement dit de ce moment réflexif indispensable sur ce qui doit être recherché lors d’un travail universitaire, l’enquête souligne, parfois en creux, les difficultés récurrentes des étudiants pour « commencer une recherche ». Difficultés auxquelles Wikipedia vient pallier, mais en partie seulement et avec de nombreux effets pervers, comme une inévitable prédétermination des recherches. Par ailleurs, l’on sait à quel point le « réflexe Google-Wikipedia », aujourd’hui dominant dans les pratiques informationnelles étudiantes, comme l’atteste cette étude, aboutit souvent à sauter, sinon à effacer, cette phase décisive de pré-recherche, d’interrogation et de travail sur le sujet, ce qui génère par la suite frustrations, désorientations et inefficacités dans les recherches.

Si, pour les enseignants et les formateurs, il ne s’agit évidemment pas de restreindre, et encore moins d’interdire, l’utilisation de Wikipedia dans le défrichage, l’exploration d’un sujet, l’un des principaux enjeux des nouvelles formes de la recherche documentaire (avec la question de l’évaluation de l’information) porte sans doute sur la réhabilitation de cette phase d’interrogation préalable, qui commence bien en amont de Google et de Wikipedia, et qui est souvent perdue de vue dans les pratiques actuelles. Apprendre à « questionner la question », savoir ce que l’on doit chercher, etc., restent les premières étapes, incontournables, de toute véritable recherche, étapes que Wikipedia ne pourra jamais remplir seule. Et aux étudiants trop séduits par l’immédiateté et la (fausse) facilité des réponses apportées par Wikipedia et Google, il faut rappeler, selon la formule énoncée par Hubert Fondin[4] , que « la recherche documentaire repose sur un paradoxe fondamental : comment peut-on rechercher quelque chose qu’on ne connait pas puisque c’est justement ce que l’on cherche. »

Références  :

Comment les étudiants utilisent-ils Wikipedia ? Le Monde.fr, 17 mars 2010. Disp. sur :  http://www.lemonde.fr/technologies/article/2010/03/17/comment-les-etudiants-utilisent-ils-wikipedia_1320623_651865.html#xtor=AL-32280258

HEAD, Alison J., EISENBERG, Michael B. « How today’s college students use Wikipedia for course–related research ». First Monday [En ligne]. 1 Mars 2010, Vol. 15, n° 3. [consulté le 23 mars 2010]. Disponible sur : < http://www.uic.edu/htbin/cgiwrap/bin/ojs/index.php/fm/article/view/2830/2476 >

MARTIN, Aurélien, PERRET, Cathy. Les méthodes de recherche documentaire  des étudiants de 1ère année de LLCE en début d’année. Université de  Bourgogne, CIPE, janvier 2009. http://www.enssib.fr/bibliotheque- numerique/document-brut-48093


  1. Voir http://www.fulbright-france.org/htm/page.php?id=151 []
  2. Voir une définition sur : http://biblioxtrn.uqar.qc.ca/stat/Fichesstat/Variable/Definitions.htm []
  3. Martin, Aurélien, Perret, Cathy. Les méthodes de recherche documentaire  des étudiants de 1ère année de LLCE en début d’année. Université de  Bourgogne, CIPE, janvier 2009. http://www.enssib.fr/bibliotheque- numerique/document-brut-48093. []
  4. FONDIN, Hubert. Rechercher et traiter l’information. Paris, Hachette, 1992, p. 142 []

5 réflexions au sujet de « Les étudiants et Wikipedia (suite et fin) »

  1. DM

    Les différences entre étudiants de sciences exactes et SHS ne sont-elles pas dues en partie aux différences de capacité des personnels de bibliothèques à guider les étudiants entre ces deux types de disciplines ? Mon expérience est qu’en BU de sciences, il est rare de tomber sur quelqu’un qui ait une idée du contenu des livres dont il a la charge… de sorte que les conseils de lecture proviennent exclusivement des professeurs, des références bibliographiques des articles et ouvrages déjà trouvés, et de Google / Wikipédia.

    Plus grave, une partie des étudiants de sciences ne semblent pas savoir qu’ils peuvent aller dans des bibliothèques spécialisées : ainsi, à Grenoble, il y a une riche bibliothèque de mathématique et informatique située à côté des locaux d’enseignements… dont l’existence semble quasi inconnue des étudiants de second cycle qui y ont accès.

    Répondre
    1. Alexandre Serres Auteur de l’article

      L’enquête ne fournit pas vraiment d’explications sur ce point. Votre explication est peut-être valable pour la France, mais l’enquête ne parle que des étudiants américains, et la place des bibliothèques n’est sans doute pas la même qu’ici. Je ne pense pas qu’on puisse vraiment extrapoler les résultats à la France, du moins sur ce point précis. Et jusqu’à quel point peut-on expliquer les différences de pratiques entre les étudiants de sciences et ceux de SHS, sous l’angle de leurs rapports à la bibliothèque, et surtout par le rôle, plus ou moins actif, des bibliothécaires ?
      Question difficile, sur laquelle il faudrait d’autres enquêtes approfondies. Il y a tellement d’autres facteurs qui jouent.

      Répondre
  2. Ping : Wikipedia, une source fiable ? « Jeunes Journalistes

  3. Ping : Wikipédia, la grenouille qui veut se faire aussi grosse que le bœuf « Monde en Question

  4. Ping : Wikipédia, une bibliographie | Monde en Question

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *