Enquête sur les Pratiques Informationnelles des Chercheurs : Quelques Résultats

Le 6 octobre dernier nous vous sollicitions pour participer à une Enquête sur les Pratiques Informationnelles (EPI) des chercheurs lancée par l’Urfist de Nice avec la collaboration du laboratoire I3M. Le questionnaire en ligne a recueilli  681 réponses complètes et 325 incomplètes au 7 janvier 2011. Nous avions choisi d’interroger les chercheurs aussi bien sur leurs pratiques « professionnelles » que sur leurs pratiques informationnelles privées, « culturelles », ce qui rend le questionnaire relativement long (56 questions et une vingtaine de minutes pour y répondre) et dans ces conditions, le nombre de retours nous apparaît plutôt comme un succès (le questionnaire reste accessible ici). Les résultats les plus intéressants devraient apparaître après les croisements de données qui sont en cours mais d’ores et déjà les résultats bruts proposent des constatations intéressantes sur les usages:

  • Importance massive de la documentation numérique: moins de 20% des répondants consultent plus de documentation papier que de documentation numérique et près de 40% estiment à plus de 75% la proportion des documents numériques consultés. Pour près de 78% d’entre eux l’usage professionnel d’Internet dépasse les 2 heures par jour.
  • Faible utilisation des « murs » des bibliothèques : 66% des répondants ne se rendent jamais ou se rendent rarement en bibliothèque universitaire pour leurs recherches.
  • Les bibliothèques sont d’abord appréhendées plutôt selon leur fonction traditionnelle de réservoirs d’information que comme service et lieu de médiation. C’est vrai aussi des bibliothèques numériques, assez largement utilisées (49%) auxquelles on demande massivement (72%) du contenu en masse plutôt que de la sélection (23%).
  • Très faible utilisation des outils numériques spécifiques, en particulier les outils de mémorisation en ligne (moins de 5%), les fils de syndication (moins de 17%), les réseaux sociaux spécialisés…
  • Utilisation massive des outils Internet « grand public »: Google (95%), Wikipédia (70%, dont 47% dans un cadre académique) voire Facebook (34%). Une mention spéciale pour Google Scholar utilisé par 45% des répondants.

Ce qui semble apparaître ainsi c’est la coexistence entre un impact important du numérique et un certain conservatisme des pratiques et des conceptions. Les croisements avec les données d’âges (40 ans d’âge moyen) et de disciplines permettront d’affiner le paysage.

Plus de précisions après le saut…

Gabriel Gallezot & Michel Roland

Profil des répondants
La localisation des répondants est majoritairement située en Paca et dans les départements de Gironde et d’Ile-et-vilaine. La parité homme (53%) – femme (47%) est quasiment respectée, l’âge moyen est autour des 40 ans et le statut universitaire est majoritairement « enseignants-chercheurs » (59%) (EC + C). La répartition disciplinaire « SHS-STM » est respectivement d’environ 40% et 60%.

Principaux usages

  • Moins de 20% des répondants consultent plus de documentation papier que de documentation numérique et près de 40% estiment à plus de 75% la proportion des documents numériques consultés. Pour près de 78% d’entre eux l’usage professionnel d’Internet dépasse les 2 heures par jour (9% plus de 6 heures).
  • La consultation des ressources documentaires se concentre sur les sources « standards » du domaine scientifique.

  • Une grande majorité des personnes interrogées (66%) ne se déplace jamais ou rarement en BU pour ses recherches, ce pourcentage baisse un peu (58%) pour les bibliothèques de labo et augmente de manière importante pour les autres bibliothèques (86%). Les personnes qui se rendent dans les bibliothèques le font pour la richesse des fonds et l’accès à des informations spécifiques.
  • L’utilisation de bibliothèques numériques (sens large) de livres est partagée (49% de « oui » contre 51% de « non »). Il faut noter que les répondants préfèrent disposer du plus grand nombre d’ouvrages possibles (72%) que d’une sélection faite par des spécialistes (23%)
  • Le fil RSS est peu (16,6%) utilisé pour la veille sur les revues et près de 57% des répondants n’utilisent aucun service d’alerte.
  • L’accès régulier ou quotidien à internet par le mobile est naissant (13%).
  • Wikipédia est globalement utilisé aussi bien pour un usage privé (70%) que pour un usage dans un cadre académique (47%) ou dans le cadre de la spécialité des répondants (30%). 73% déclare ne pas utiliser une autre encyclopédie.
  • Les réseaux sociaux ne sont majoritairement (58%) pas utilisés, seul Facebook (34%) sort du lot (Twitter 6%, LinkedIn 8%, Viadeo 9%).
  • Google est très largement utilisé (95%) et Google Scholar emporte l’adhésion de plus de 45% des répondants (Yahoo, Bing, Exalead, Ask, Scirus, Scitopia font tous moins de 10%).
  • La multiplicité des accès aux revues est de mise :

  • Exception faite de quelques réponses, les personnes interrogées utilisent leur navigateur ou rien d’autre pour mémoriser le résultats de leur navigation. De même plus de 43% des répondants déclarent n’utiliser aucun logiciel de gestion de références bibliographiques :

  • Près de 62% des répondants ne dépose pas leur production scientifique dans une archive ouverte.
    Parmi les outils de recherche utilisés les moteurs de recherche sont plébiscités

  • Près de 54% des répondants déclarent ne jamais avoir reçu une formation à la recherche documentaire et considèrent pour 77% d’entre eux que la maîtrise de l’information doit porter sur « la recherche d’information ». Sur un choix restreint de formations les personnes interrogées se prononcent de la façon suivante.


15 réflexions au sujet de « Enquête sur les Pratiques Informationnelles des Chercheurs : Quelques Résultats »

  1. Ping : Cactus Acide » L'observatoire du neuromancien » L’observatoire du neuromancien 03/05/2011

  2. Ping : Bibliobsession » Le Bouillon des bibliobsédés Hebdo

  3. Ping : Pratiques informationnelles des chercheurs français: bibliothèque Vs Google « Intelligence scientifique & Veille

  4. dbourrion

    Eh bien… Si je résume, le chercheur a besoin de documentation électronique en vrac, et de Google + Wikipédia. A la BuA, nous répondons à cette demande à 4 personnes seulement (c’est l’effectif de la section bibnum)…
    Tout cela interroge le métier, non ? ;)

    Répondre
  5. MRG

    Oui sans doute, on a toujours raison d’interroger le métier (voir le titre de mon blogue;)), cependant les pratiques ne correspondent pas forcément aux besoins. Un échange avec les chercheurs montre vite des besoins, pas formalisés en demandes, qui ne sont pas traduits en pratiques, ni, dans la plupart des cas, (et là on retrouve ta question) en services. J’ai essayé d’articuler cette situation dans ma présentation au colloque niçois de l’an dernier (cf. diapo 13 en particulier).

    Répondre
  6. Ping : Enquête sur les pratiques informationnelles des chercheurs « La Boussole

  7. Ping : Les pratiques informationnelles des chercheurs « Veille et bloc-notes documentaires

  8. Hubert Guillaud

    La sur-représentation du numérique est certainement du à la méthode de l’enquête qui a favorisé ceux qui utilisent le numérique. Ce qui est intéressant de voir, c’est combien cette utilisation est peu professionnelle. Faut-il croire que les outils grands publics sont suffisamment bons pour répondre à tous les usages ? Ou que les usages spécifiques (pro) sont insuffisamment développés ?

    Répondre
  9. Ping : Enquête sur les Pratiques Informationnelles des Chercheurs | docnews

  10. Ping : Comment les chercheurs utilisent internet pour s’informer ? | le Cresson veille…

  11. Ping : SpotOn London 2012: A call for women to get online or lose out | SpotOn

  12. Ping : [Intelligence collective] L’open access : vers une nouvelle pratique d’intelligence collective de la communication scientifique

  13. Ping : Panorama des réseaux existants, intérêts et usages des chercheurs, risques liés | CS22-Cnam-ADBS

  14. Ping : Outils | Pearltrees

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *