Archives de l’auteur : Manuel Durand-Barthez

À propos Manuel Durand-Barthez

Membre de l'URFIST de Paris. Formation SHS, professionnellement plutôt tourné vers les STM.

La Conférence des Publications en Psychologie de Langue française (C.P.P.L.F.)

La Conférence des publications de psychologie en langue française « a pour objectif de promouvoir des concertations, en vue de définir les meilleures conditions de garantie d’existence et de qualité scientifique des publications, dans le respect des règles déontologiques et des principes éthiques. À cette fin, elle rassemble des acteurs et instances qui concourent à la publication, à la diffusion, à la conservation et à la valorisation des travaux de psychologie, par l’édition de revues, d’ouvrages, imprimés ou numériques. » (art. 2 des statuts).

 

La C.P.P.L.F. est un exemple remarquable de réflexion et d’action collectives se donnant pour objectif d’optimiser les conditions d’évaluation et de caractérisation des disciplines SHS en général et plus spécialement de la Psychologie. Enseignants-chercheurs, praticiens, éditeurs aux sens scientifique et diffuseurs, agrégateurs, sont réunis dans cette association dédiée aux publications de psychologie, qui œuvre dans le sens d’un dialogue constructif avec les instances d’évaluation : il s’agit de modifier de manière significative un certain nombre de principes dont l’inadéquation n’est plus à démontrer dans le domaine SHS ; la Psychologie constitue à cet égard une base de travail fort intéressante. La C.P.P.L.F. a bien voulu inviter l’URFIST de Paris à participer à ses travaux.

Voir le compte-rendu de son A.G. initiale sur le site  de cette Unité.

Manuel Durand-Barthez

Membre de l'URFIST de Paris. Formation SHS, professionnellement plutôt tourné vers les STM.

More Posts - Website

Leiden Ranking vs. Shanghai

La onzième session de l’Atelier Bibliométrie, évaluation et caractérisation des publications scientifiques de l’URFIST de Paris accueillera Ton F.J. van Raan, Professor of Quantitative Studies of Science, Centre for Science and Technology Studies (CWTS), Leiden University (Leyde, Pays-Bas)

Concepteur du classement de Leiden (http://www.leidenranking.com/ ), il exposera les principes de ce nouveau cadre alternatif vis-à-vis des systèmes en vigueur, de Shanghai notamment.

Révolutionnaire par le biais de son FCS (Field Citation Score), il prend en compte les spécificités de chaque discipline et utilise les algorithmes de distribution qui font défaut dans des systèmes classiques fondés sur un usage brut et peu réfléchi des principes de Garfield. Très convaincant dans sa présentation à l’ESSS de Vienne en septembre 2011 (European Summer School of Scientometrics), il exposera ses arguments dans cette prochaine séance de notre Atelier au CNAM à Paris, le vendredi 23 mars de 9h30 à 12h, 292 rue Saint Martin, accès 17, salle 17.2.15.

Inscription sous :

http://urfist.enc.sorbonne.fr/sygefor/journee/40

Manuel Durand-Barthez

Membre de l'URFIST de Paris. Formation SHS, professionnellement plutôt tourné vers les STM.

More Posts - Website

Le Data Usage Index (DUI): méthodologie bibliométrique et données factuelles

Deux chercheurs travaillant en Scandinavie, Peter INGWERSEN et Vishwas CHAVAN, ont commis le 15 décembre 2011 un article dans BMC Bioinformatics, intitulé « Indicators for the Data Usage Index (DUI): an incentive for publishing primary biodiversity data through global information infrastructure ». Il s’agit d’appliquer des principes de calcul bibliométrique à des données factuelles issues de réservoirs spécialisés.

Les logs d’un serveur de données taxonomiques servent de banc de mesure. Il s’agit du Global Biodiversity Information Facility, projet scientifique international associant des taxons à des zones géographiques.

Le périmètre d’analyse (> 300 millions de données issues de 344 sources institutionnelles spécialisées sur la Biodiversité) ordonne les indicateurs en 5 dimensions : géographique, taxonomique, chronologique, volumétrique et pratique. La géographie recouvre les régions ou pays de localisation des fournisseurs de données (sources institutionnelles) ; la chronologie concerne la fenêtre temporelle de l’analyse (d’une semaine à six mois…) ; la volumétrie désigne le nombre de données prises en compte et la pratique (ou usage) est subdivisée en deux actions : la recherche (interrogation ou requête) et le téléchargement.

Ces 5 dimensions sont quadrillées à travers un tamis de 14 indicateurs définis clairement dans un tableau synthétique.

Les calculs sont pondérés par trois types de variables : la dimension chronologique des fenêtres (durée sur laquelle porte l’échantillonnage) ; les différences propres aux profils ou aux caractéristiques des sources de données interrogées (ce qui peut correspondre à certains égards aux spécificités disciplinaires en bibliométrie classique) et enfin le volume des corpus ou échantillons d’analyse.

Il est difficile voire impossible de se fonder sur les très rares références aux banques de données factuelles citées dans les bibliographies terminales d’articles, pour se faire une idée de l’usage et de la pratique informationnelle des chercheurs vis-à-vis de ce type de Data. Le cadre du DUI proposé par Ingwersen et Chavan contribuera efficacement à mieux connaître à la fois les sites fournisseurs de données et l’utilité ainsi que l’usage de celles-ci dans tel ou tel domaine de la Recherche.

Manuel Durand-Barthez

Membre de l'URFIST de Paris. Formation SHS, professionnellement plutôt tourné vers les STM.

More Posts - Website

Caractérisation de la Recherche SHS ; évolution de la méthodologie AERES

Le 8 novembre 2011 furent animées deux conférences dans le cadre du neuvième Atelier Évaluation, Caractérisation, Bibliométrie de l’URFIST de Paris.

  1. L’une concernait le modèle RIBAC du CNRS (Recueil d’Informations pour un oBservatoire des Activités des Chercheurs en SHS) ; caractérisation des activités de recherche en SHS : objectifs et contenu, ajustement objectif/contenu, par Isabelle SIDÉRA (ancienne membre du CSI SHS et chargée de mission de l’INSHS du CNRS, UMR 7055, Archéologie)
  2. L’autre Le rapport de l’AERES : l’application progressivement renforcée d’une logique de projets, par Gilles Tarabout (CNRS) UMR 7186 Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative.

Le compte-rendu de cet Atelier est visible sur le site de l’URFIST de Paris.

La prochaine session de l’Atelier aura lieu le jeudi 16 février 2012 à l’INSERM. Il y sera question des méthodes bibliométriques en usage dans cet Institut. Inscription d »ores et déjà possible sous :

http://urfist.enc.sorbonne.fr/sygefor/journee/39

Le suivant accueillera le 23 mars 2012 Ton VAN RAAN, concepteur du Classement de Leiden. Considéré aujourd’hui déontologiquement comme l’un des plus  acceptables, ses calculs traduisent des nuances multiples, respectueuses des différents aspects disciplinaires et volumétriques des entités analysées. Teo VAN RAAN est une personnalité marquante du Center for Science and Technology Studies (CWTS) de l’université néerlandaise de Leiden, à l’initiative du Crown Indicator. Ce facteur innovant établit un rapport entre l’indicateur CPP (Citations-per-Publication) et l’indicateur FCS (Field Citation Score) qui nuance précisément le « score » des citations en fonction des pratiques propres à chaque discipline. De même, des entités de recherche de taille modeste, trouvent la juste proportion de leur position dans un ensemble où seule devrait compter la qualité des items analysés. T. VAN RAAN nous expliquera en détail les modalités de ce classement.


Manuel Durand-Barthez

Membre de l'URFIST de Paris. Formation SHS, professionnellement plutôt tourné vers les STM.

More Posts - Website

IST, humanités, francité

L’AUF (Association des Universités Francophones), qui succède à l’AUPELF (Association des Universités Partiellement ou Entièrement de Langue Française), a tenu le 22 septembre 2011 un colloque à Montréal sur « Le français, langue de l’innovation », à l’occasion du Jubilé de l’Association.

Le lien donnant accès aux Vidéos du colloque permet de visualiser, entre autres, trois sessions intéressantes.

http://www.auf.org/communication-information/actualites/colloque-2011-6436.html

1)    Celle qui est intitulée « Desmonstrations » [sic] développe le projet IDEFICS (Indexation, Développement et Evaluation [de la recherche] Francophone pour l’Innovation et la Communication Scientifique) – rien à voir avec l’acronyme homonyme Identification and prevention of Dietary- and lifestyle-induced health EFfects In Children and infantS communément trouvé sur Google… – projet associé à Erudit mais aussi à d’autres répertoires comme Persée par exemple. Il s’agit de mettre en œuvre, tout spécialement dans le domaine des SHS, un index de citations francophones.

2)    La vidéo intitulée « Axe Recherche » associe deux chercheurs SHS : Bernard SERGENT (CNRS) et Jean-Guy MEUNIER (UQAM). Ce dernier développe le thème des Digital Humanities.

3)    Une troisième vidéo, intitulée « Axe Évaluation » fait intervenir conjointement deux ténors de cette thématique en lien avec les Archives ouvertes : Yves GINGRAS (OST canadien + UQAM) et Stevan HARNAD (Univ. Southampton, U.K.) qu’on ne présente plus…

Bonne visu !

Manuel Durand-Barthez

Membre de l'URFIST de Paris. Formation SHS, professionnellement plutôt tourné vers les STM.

More Posts - Website

Bibliométrie : l’Atelier (9ème) et le Stage à Paris

La neuvième réunion du Groupe de réflexion de l’URFIST sur l’analyse et la caractérisation de la production scientifique aura lieu à l’Université de Paris-Ouest-Nanterre-La Défense le mardi 8 novembre 2011 de 14 à 16 heures en Salle de conférence (4e étage) à la Maison de l’archéologie et de l’ethnologie René Ginouvès
21, allée de l’Université, Paris 10-Nanterre

Coordonnées complètes et accès : http://www.mae.u-paris10.fr/usr3225/Adresse-et-acces,17.html

Au programme :

  • 1 conférence sur RIBAC : caractérisation des activités de recherche en SHS : objectifs et contenu, ajustement objectif/contenu. Par Isabelle Sidéra (CNRS) UMR 7055 Préhistoire et technologie, conceptrice de l’outil RIBAC (Recueil d’Informations pour un oBservatoire des Activités des Chercheurs en SHS), que le CNRS a mis en œuvre en 2009 pour les chercheurs SHS.
  • 1 conférence sur le rapport de l’AERES : objectifs et contenus, ajustement objectif/contenu. Par Gilles Tarabout (CNRS) UMR 7186 Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative.

Vous voudrez bien, le cas échéant, vous inscrire sur le site de l’URFIST, formalité gratuite mais indispensable, sous l’URL :
http://urfist.enc.sorbonne.fr/sygefor/journee/38

Par ailleurs, le prochain stage « Modèles, outils et méthodes de la Bibliométrie » de l’URFIST de Paris aura lieu les 24 et 25 octobre 2011 (journée du 24 + matinée du 25)
Inscription sous : http://urfist.enc.sorbonne.fr/sygefor/stage/196

Manuel Durand-Barthez

Membre de l'URFIST de Paris. Formation SHS, professionnellement plutôt tourné vers les STM.

More Posts - Website

Identification codifiée des chercheurs : l’évolution du projet ORCID

Parmi les problèmes rencontrés lors des opérations visant à caractériser et évaluer les unités de recherche, celui de l’identification des chercheurs est, on le sait, de première importance.
Thomson-Reuters avait déjà pris l’initiative de créer le Researcher-ID. Depuis peu, un consortium étendu, dénommé ORCID (Open Researchers and Contributor ID), prend le relais. ORCID réunit des partenaires publics et privés. Son « Board of Directors » est composé des entités suivantes : Wellcome Trust, Wiley-Blackwell, OCLC, le CERN, Nature Pub. Grp, Elsevier, Nat. Inst. Informatics (Japon), Harvard, Fac. Méd. Hanovre, Thomson, CrossRef, ACM, MIT et Cornell.
Amanda Regolini, responsable des indicateurs bibliométriques au Cemagref, nous a fait part des avancées du projet ORCID, présentées au CERN à Genève le 16 septembre. Chercheurs et publishers ont coopéré ce jour-là de manière particulièrement efficace afin d’élargir et d’ouvrir au mieux la démarche initiée par un prestataire privé dans le cadre d’une base de données propriétaire (le WoS).
Les présentations correspondantes sont visibles sur le site ORCID.
Cette expérience, qui en est encore au stade prototypique,  récupère les profils d’auteurs  de Thomson Reuters, REPEC, Scopus, Scholar Universe et CrossRef.
D’après Thomson, plus de 3400 chercheurs français ont maintenant un ID. La France serait, au niveau de ces immatriculations Researcher-ID, le 2ème pays européen le mieux renseigné après l’UK.
Qui va payer ? D’abord la technologie est concédée (provided) par Thomson. Le processus s’exécutera en différentes étapes. En premier lieu, ce sont les éditeurs qui financeront, car ils sont les premiers intéressés. En effet, ce processus d’identification facilite leur tâche dans le cadre de la soumission d’articles. Et normalement, dans deux ans, ce seront les Universités et les Organismes de recherche dans leur ensemble qui devront « contribuer ».
Voir en complément le billet de Pascal Aventurier, daté du 19 septembre 2011.

Manuel Durand-Barthez

Membre de l'URFIST de Paris. Formation SHS, professionnellement plutôt tourné vers les STM.

More Posts - Website

ESSS 2011 : présentations disponibles

Les présentations très denses et riches des communicants de l’École d’été européenne de Scientométrie qui s’est tenue à Vienne du 11 au 13 septembre, sont enfin disponibles. Elles sont à la fois le reflet d’une actualité très évolutive dans le domaine de la bibliométrie et une évocation raisonnée des fondements de cette discipline. Elles proposent notamment de multiples liens, tant vers des documents théoriques contemporains que vers les sources « historiques » dont le rappel est loin d’être inutile.

Manuel Durand-Barthez

Membre de l'URFIST de Paris. Formation SHS, professionnellement plutôt tourné vers les STM.

More Posts - Website

École d’été européenne de Scientométrie – Vienne (Autriche) Septembre 2011

L’École d’été européenne de Scientométrie (ESSS 2011) a tenu une série de communications du 11 au 13 septembre 2011 à l’université de Vienne (Autriche).

Ce colloque est le fruit d’une coopération entre l’Université de Vienne, la Humboldt de Berlin, l’IFQ (Institut für Forschungsinformation und Qualitätssicherung, doté de compétences alliant celles de l’INIST et de l’OST en équivalence française) de Berlin et l’Université catholique de Louvain. On y a entendu essentiellement les ténors de ce que l’on pourrait dénommer « l’École flamande » en bibliométrie, très avancée non seulement au niveau européen, mais également international. Les solutions alternatives visant un usage plus conforme à la déontologie de la Recherche émanent en effet notamment de quelques pôles situés à Louvain, Leyde et Anvers.

Outre les principaux points synthétisés récemment par le Rapport de l’Académie des Sciences du 17 janvier, qui paraissent devenus « classiques », les communicants ont abondamment développé quelques thèmes clés dans la réflexion contemporaine sur la caractérisation, l’évaluation et la bibliométrie. On note en particulier : la cartographie des références partagées et des co-citants, les méthodes stochastiques (marche aléatoire, random walk), les clusters disciplinaires en évolution etc.

Un compte-rendu de ces communications et des liens vers les sources de référence est consultable sur le site de l’URFIST de Paris.

Manuel Durand-Barthez

Membre de l'URFIST de Paris. Formation SHS, professionnellement plutôt tourné vers les STM.

More Posts - Website

Évaluation en SHS : mesures et usages

Le 24 juin 2011, Jaques DUBUCS, responsable du Service Stratégie de la recherche et de l’innovation, Secteur Sciences humaines et sociales (SHS) à la Direction générale pour la recherche et l’innovation (DGRI) du Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, a animé la 8ème séance du Groupe de réflexion sur l’analyse et la caractérisation de la production scientifique de l’URFIST de Paris.

Cette session de notre Atelier lui a donné l’occasion de développer amplement et de débattre de façon approfondie un précédent propos synthétiquement exposé lors du colloque que l’IN-SHS du CNRS avait consacré à ce thème les 9 et 10 juin 2011, sous le titre « Évaluation des productions scientifiques : des innovations en SHS ? ».

Le compte-rendu de cette séance est visible sur le site de l’URFIST de Paris.

Un axe de travail assez vaste se profile face à la communauté SHS pour favoriser son ouverture, en concevant notamment des indicateurs qui la valorisent.

« L’anthropisation des sciences de la nature » et la volonté « d’abaisser l’indice de viscosité du flux SHS en France », constituent, à côté d’indicateurs adaptés, des facteurs de valorisation de ce grand domaine de la connaissance, souvent opposé de manière indue aux sciences expérimentales. La tâche est immense et d’une brûlante actualité…

 

Manuel Durand-Barthez

Membre de l'URFIST de Paris. Formation SHS, professionnellement plutôt tourné vers les STM.

More Posts - Website