Archives de catégorie : Pratiques informationnelles

Journée d’études : Questionner l’analyse et la visualisation de données (AVD), le 6 Nov 2015 à Sophia Antipolis

wordleAVD

Depuis une vingtaine d’années, la production nativement numérique et la numérisation croissante de données de tous ordres (textuelles, chiffrées, relationnelles, etc.) a considérablement facilité leur archivage, leur circulation, leur consultation et leur manipulation, dans des agencements dont la diversité n’a d’égale que celle des fins auxquelles ces données sont convoquées. Aujourd’hui, qu’il s’agisse de journalisme, de gestion de l’information, de communication, de culture, de littérature, des politiques publiques, du droit ou encore du marketing, les champs de pratiques socio-professionnelles sont confrontés à une masse considérable de données.

Dans le domaine de la recherche en sciences humaines et sociales relative à ces champs, ces données sont porteuses de riches potentialités, mais leur ampleur et leur caractère parfois chaotique peuvent décourager le chercheur. Pourtant, des méthodes et outils spécifiques, parfois désignés sous le vocable « digital methods », ont été progressivement pensés et développés pour faciliter la (re)construction de sens à partir de volumes plus ou moins importants de données. Indexation, crawling ou web scraping, archivage et gestion de bases de données, statistique classique et analyse de données textuelles, analyse de contenu et traitement automatique des langues, graphes de réseaux et cartographies du web, ou encore infographie et modes de visualisation : ces « techniques intellectuelles », distinctes et assemblées, se trouvent à la croisée de divers champs de recherche et concernent très directement les sciences de l’information et de la communication pour explorer, expliquer, synthétiser ou simplement présenter des faits.

Ces méthodes et outils d’agencement informationnel ou de redocumentarisation permettent une herméneutique des corpus et ont une réelle portée heuristique, que cette journée d’études ambitionne de présenter, détailler, croiser et interroger.

En même temps, force est de constater que cette immixtion du numérique dans nos activités quotidiennes s’est produite subrepticement, sans débat ni discussion, dans une forme d’imposition par l’adhésion immédiate (et donc irréfléchie) d’usagers divers dont l’enthousiasme était motivé par nombre de promesses d’ordre sémiotique (l’intelligibilité du monde à moindre coût cognitif), socio-politique (l’émancipation des individus par la démocratie digitale), économique (dans un marché libertaire débarrassé des lourdeurs bureaucratiques).

Portées par des idéologies et des mythologies ambivalentes (et souvent contradictoires), les potentialités socio-techniques du numérique se sont actualisées dans des sociétés hétérogènes, et sont elles-mêmes porteuses d’enjeux et de mécanismes parfois flous ou obscurs qu’il s’agira ici de mieux cerner:

Dans le cadre de cette journée d’études centrée sur l’Analyse et la Visualisation de Données (AVD), les réflexions interrogeront essentiellement deux aspects : les outils, techniques, formats et processus de l’AVD d’une part, les enjeux économiques, socio-politiques et socio-sémiotiques de la mobilisation de ces techniques intellectuelles d’autre part.

Inscription gratuite mais obligatoire : https://sygefor.reseau-urfist.fr/#!/training/5575/6042

___ Programme ____

08:30 : Accueil

09:00 : Ouverture
Denis Pascal, Directeur de l’IUT Nice-Côte d’Azur
Sylvie Mellet, Vice-présidente de la Commission Recherche de l’Université de Nice Sophia Antipolis
– Gabriel Gallezot / Emmanuel Marty

09:30 – Au coeur de l’AVD
A travers la présentation de résultats d’analyse et de visualisation de données, il s’agit de montrer l’intérêt de cette activité, l’attractivité des résultats mais également de décortiquer des processus complexes et l’appréhension des représentations proposées.

* Analyse, modes de visualisation, représentation et interprétation des données

09:30 ——- l’histoire de l’art de raconter une histoire avec les données
Samy Ben Amor , Institut Ingémédia, UFR en sciences de l’information et de la communication, université de Toulon, laboratoire i3M

09:50 ——- Ryoji Ikeda : une réponse esthétique à la question technique
Hervé Zénouda, Maitre de conférences en sciences de l’information et de la communication, Université de Toulon, laboratoire I3M

10:10 ——- Logométrie et discours politique
Damon Mayaffre , Chargé de recherches au CNRS, Directeur de l’UMR 7320, Bases, Corpus, Langage

10:30 ——- « Cyber-guerre » et réseaux sociaux numériques: vers une nouvelle forme d’asymétrie informationnelle?
Cyril Papon, IRENav (Naval Academy Research Institute), Lanvéoc-Poulmic

10:50 ——- “Visualisation interactive de connaissances géographiques incertaines : Le cas de la spécialisation sociale dans l’aire métropolitaine azuréenne »
Giovanni Fusco, Chargé de Recherche CNRS, UMR ESPACE, Université Nice Sophia Antipolis

11:10 – Pause 20 min

* Exploration, extraction, codage et catégorisation des données

11:30 ——- Visualisations pour l’analyse technométrique
David Reymond, Maître de conférences en sciences de l’information et de la communication, Université de Toulon, laboratoire I3M

12:00 ——- AVD : un nouveau rapport du sujet à l’information ?
Jacques Araszkiewiez, Maître de conférences en sciences de l’information et de la communication, Université de Nice Sophia Antipolis, laboratoire I3M

Pause déjeuner … buffet

* Enjeux et effets de l’analyse et la visualisation des données selon 3 terrains d’application

14:00 – Journalisme de données : nouveau récit journalistique ?
Le datajournalisme, c’est exploiter des bases de données volumineuses pour en tirer de l’information et la présenter de façon compréhensible au public. Cet aspect didactique est central. Certains voient dans le datajournalisme un rôle de médiateur à reconquérir pour le journaliste et une sorte de nouvel idéal de la profession. La pratique du datajournalisme n’est pourtant pas un gage de qualité et de fiabilité. Car paradoxalement, le fait brut, la donnée pure peut aussi être l’ennemie du journalisme. En effet, par son apparente objectivation d’une réalité saisie de manière technique ou statistique, le datajournalisme peut occulter les enjeux inhérents au récit journalistique traditionnel (mettre en récit l’actualité en répondant aux 5 W, en se fiant à des sources et par des techniques de recueil identifiées). Ne peut-il pas alors ouvrir la voie à une nouvelle forme de “storytelling technocentré”, potentiellement manipulatoire?

Sana Sbouai, journaliste, co-fondatrice du Pure player inkyfada.
Nikos Smyrnaios, Maitre de conférences en sciences de l’information et de la communication, à l’IUT A de l’Université Toulouse 3, laboratoire LERASS.
– Discutante: Valerie Croissant, Maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’Institut de la communication, Université Lyon 2, Laboratoire ELICO.

15:15 – SIG et outils cartographiques au service d’une meilleure appréhension du territoire?
Le territoire source d’information inépuisable et continuellement renouvelée n’a cessé d’être interprété. De la « carta » à la « mapa » se jouent des traductions, des lectures spécifiques d’éléments factuels issus du terrain. On pensera bien entendu aux relevés topographiques, mais également à la somme considérable d’information produite par et pour un territoire : des données socio-économiques aux capteurs sonores, en passant par les sites web des organisations. Ce sont des variables d’interprétation qui engendrent de multiples vues qui seront également lues selon différents prismes.
Cette représentation par « compilation, traitement, projection », cette énonciation territoriale questionne le rôle des « faiseurs de mapa », les curseurs qu’ils actionnent et l’inférence sur une projection devant objectiver le réel.

Mariannig Le Béchec, Maître de Conférences en sciences de l’information et de la communication, Université de Poitiers, laboratoire CEREGE
Giovianni Fusco, Chargé de Recherche CNRS, UMR ESPACE, Université Nice Sophia Antipolis
– Discutante : Céline Masoni-Lacroix, Maître de Conférences en Sciences de l’Information et de la Communication, Université Nice Sophia Antipolis, laboratoire I3M

16:30 – Digital humanities, traces sociales et représentations: un champ d’étude privilégié pour les SIC?
L’humanisme, “l’humain est la mesure de toute chose” est consubstantiel de la notion de dispositif. Dans une dialectique complexe d’asservissement et de libération, les dispositifs ont produit ce Sujet qui permet à Peter Sloterdijk de définir l’humanisme à partir de “Grosses lettres envoyées à des amis inconnus”. Au regard de cette manière de concevoir l’humanisme, les humanités numériques portent peut-être mal leur nom. En un sorte de renversement copernicien, elles délogeraient en effet le Sujet de la position centrale qu’il avait au moins théoriquement acquise au sein des dispositifs. Le Sujet, alors même qu’il s’auto-célèbre comme “ego” et s’incarne réellement via l’interactivité, se trouve simultanément dilué sous forme de traces numériques qu’il s’agit de compiler, d’analyser, de traiter en une sorte d’arrangement collectif d’énonciation de désirs immédiats ou si l’on préfère de flux d’informations. Le rapport des humanités aux nouvelles humanités numériques ne peut cependant se réduire à cette opposition radicale entre Sujet et Information. La spécificité des sciences de l’information et de la communication s’enracine au contraire dans une tentative de mesurer concrètement comment ce rapport sujet/information construit une réalité qui ne peut se réduire à l’humanisme ni aux humanités numériques.
Quel rapport entre humanités et humanités digitales ? entre humanisme et humanisme numérique, transhumanisme ou post-humanisme ? Au-delà des divergences d’analyses de ces différentes notions, un point d’ancrage semble pouvoir faire consensus : l’Analyse et la Visualisation de Données est au cœur de ces questions : au cœur des méthodes de datamining constitutives des humanités digitales, au cœur de l’interfaçage toujours plus dense et intense entre homme et machine, au cœur des nouvelles formes de storytelling, de surveillance et de contrôle. La question qui se pose et qui sera posée lors de cette table-ronde, c’est celle de l’instrumentalisation des techniques d’AVD disponibles au nom de l’exploration rationnelle de nouvelles possibilités pour la science et le gouvernement, mais au prix d’une remise en question de l’autonomie, cognitive ou politique, cognitive et politique.

Jacques Araszkiewiez, Maître de Conférences en Sciences de l’Information et de la Communication, Université Nice Sophia Antipolis, laboratoire I3M
Damon Mayaffre, Chargé de recherches au CNRS, Directeur de l’UMR 7320, Bases, Corpus, Langage
– Discutant : Emmanuel Marty, Maître de Conférences en Sciences de l’Information et de la Communication, Université Nice Sophia Antipolis, laboratoire I3M

Interventions et supports de la JNE 2014: « Nouvelles formes de communication et d’évaluation scientifiques »

Les vidéos et les supports de la Journée d’Étude « Nouvelles formes de communication et d’évaluation scientifiques : perspectives et légitimités » sont consultables sur le wiki de l’Urfist de Nice : LIEN.

La 5ème Journée Nationale d’Étude du réseau des URFIST s’est tenue le 25 septembre 2014 à l’Université de Nice Sophia-Antipolis. Elle s’est focalisée sur les différentes formes de publication de la recherche et sur les modes de légitimation ou d’évaluation associés.

Continuer la lecture

Former à l’information Brevets dans l’enseignement supérieur

La culture académique française fut longtemps peu encline à dispenser l’enseignement des principes de la propriété industrielle (P.I.). Dans les cursus S.T.M. (Science, Technologie, Médecine), elle a principalement favorisé la publication scientifique classique valorisée par la bibliométrie.
Par-delà les bases de données chimiques mettant l’accent sur les brevets et les données spécialisées issues notamment de l’agence britannique Derwent, l’Internet permet à un public large, étudiant en particulier, d’appréhender aisément l’information Brevets, à travers la base Espacenet produite par l’Office européen des brevets. Les biais induits par cette facilité impliquent un enseignement méthodologique rigoureux propre à renforcer la représentativité de la P.I. dans les cursus S.T.M. Est ici présentée la relation d’une expérience de formation à l’innovation en milieu universitaire.

Manuel Durand-Barthez « Former à l’information Brevets dans l’enseignement supérieur », Revue internationale d’intelligence économique 1/2013 (Vol. 5), p. 25-38.
URL : www.cairn.info/revue-internationale-d-intelligence-economique-2013-1-page-25.htm.
DOI : 10.3166/R2IE.5.25-38.

Manuel Durand-Barthez

Membre de l’URFIST de Paris. Formation SHS, professionnellement plutôt tourné vers les STM.

More Posts - Website

Informatique et scientométrie

La spécificité de la littérature scientifique dans le domaine de l’Informatique réside dans le type de support qui la sous-tend, c’est-à-dire principalement les proceedings. Les particularités propres aux communications touchent aussi bien le champ des pratiques ou de la culture informationnelles que celui de la cartographie scientométrique.

Le premier de ces deux domaines a été décrit de façon détaillée dans un article d’Andrea Kienle et Martin Wessner (université de Dortmund et fondation Fraunhofer à Darmstadt) intitulé Principles for Cultivating Scientific Communities of Practice. Ils analysent une communauté en particulier, la CSCL (Computer-Supported Collaborative Learning) sur la décennie 1995-2005. Ils passent au crible les listes de participants et d’intervenants aux colloques de la discipline. Ils modélisent la structure réticulaire de cette communauté en observant les associations de personnes, mouvantes au fil du temps, à travers le co-autorat, la co-citation, le partage des sources. Le workshop est un hub idéal, qui permet au réseau social de se cultiver tout en commettant des « items de travail » matérialisés par des documents publiés et susceptibles d’évaluation au sens académique du terme

La rotation géographique des conferences est observée, au même titre que leur périodicité. Les noms des organisateurs, le caractère composite de leur origine géographique, l’influence d’un noyau de personnalités marquantes susceptibles de mobiliser la communauté autour d’une thématique, font également partie des paramètres de cette modélisation.

Celle-ci définit enfin les caractéristiques d’un palier qui limite l’extension de la communauté et diminue son interactivité à un moment donné (suivant un phénomène d’érosion). Les signaux envoyés à cette étape limite déterminent la création ou la génération d’un nouveau réseau qui puisera dans le précédent les bases nécessaires à son épanouissement.

 

C’est à Trèves (Trier) que s’est développée la base DBLP (Digital Bibliography & Library Project) considérée par les informaticiens comme fondamentale au plan international pour la recherche documentaire dans ce champ disciplinaire. En parallèle, CiteSeerX permet d’effectuer de façon très fine des analyses bibliométriques assorties du fameux Triangle : références en fin d’article / références partagées par d’autres articles / co-citations ; et ce dans le domaine spécifiquement informatique. Le document d’analyse de la commission d’évaluation de l’INRIA de septembre 2007, souvent cité, intitulé Que mesurent les indicateurs bibliométriques ? prend appui sur ces deux outils. Ils servent aussi à étayer l’article de trois chercheurs de l’Université d’Aix-la-Chapelle (Aachen), qui a pour titre Development of Computer Science Disciplines – A Social Network Analysis Approach (Pham, Klamma, Jarke). À partir des données de colloques puisées dans les deux bases, les auteurs constituent deux réseaux : un knowledge network et un citation network. Le premier cartographie les conferences en fonction de leur thématique, en prenant les éléments précédemment décrits par Kienle et Wessner ; le second agit sur les citations, dans la perspective du triangle mentionné plus haut. Parallèlement, les venue proceedings de type ACM ou IEEE sont analysés. Ceux-ci, minoritaires, sont inclus dans des périodiques répertoriés par le JCR.

Ce qui frappe dans la visualisation des graphes afférant respectivement aux communications non répertoriées dans des publications en série (journals à proprement parler) et d’autre part à celles que recouvre ce second type de document, c’est que l’image du réseau résultant seulement des périodiques (The knowledge network using journals only) est éclaté, atomisé, peu structuré, ne permet pas la mise en valeur de thématiques clairement inscrites dans des flux relationnels intenses. L’autre graphique, en revanche (The combined knowledge network [giant component]) présente des caractéristiques inverses, illustrant bien la dynamique de ces hubs que constituent les colloques, sans que leur contenu soit fixé dans des périodiques homologués par ailleurs, notamment dans le JCR.

Le « réseau de connaissance », à travers des représentations successives, permet de voir l’émergence ou le déclin de sous-disciplines et des conglomérats de colloques typiques. Diamètre des nœuds et volume des traits de connexion (arêtes) varient au fil des années, voire des mois. Certes, ce genre d’observation s’applique à d’autres disciplines. Mais l’informatique l’illustre à un rythme très rapide avec une dynamique interrelationnelle particulièrement significative, du fait de la multiplicité, de l’hétérogénéité et de l’interopérabilité des composantes générées par les colloques. Leur structure extrêmement souple, leur organisation rapide, leur capacité d’accueil et leur ouverture, ajoutées à la brièveté des interventions, à leur relative spontanéité et aux facilités de communication entre acteurs, font des items de la « littérature informatique » un substrat très original par rapport à d’autres champs disciplinaires, qui se prêtent volontiers à des analyses de pratique informationnelle intéressantes. Activées par les réseaux sociaux scientifiques, l’interdisciplinarité ou la transversalité ne sont pas ici de vains mots.

Le « réseau de citations » est notamment mis en évidence à l’aide du PageRank permettant d’accroître la visibilité de groupes leaders qui en entraînent d’autres. On retrouve d’ailleurs cette conception à certains égards dans la mise en œuvre de l’Eigenfactor avec la traçabilité des citations.

Les paramètres de l’analyse du réseau se déclinent en quatre modalités selon Pham et al.: Density (M1), Clustering coefficient(M2), Maximum betweenness (M3), Largest connected component (M4). Autrement dit : la densité du graphe (proportionnelle au nombre d’arêtes et donc de liaisons entre les nœuds), le coefficient de regroupement (des nœuds), la centralité d’intermédiation optimale (qui, pour reprendre les termes de Sedki Allaoui, « reflète la capacité d’un chercheur à relier deux autres chercheurs provenant d’un même sous-réseau à travers le plus petit nombre d’intermédiaires »), enfin la notion de « plus grand graphe connecté » (aptitude d’un conglomérat de nœuds à inclure le plus grand nombre de connexions, et partant à s’imposer visuellement comme prépondérant).

Ces quatre modalités sont relativement classiques en matière d’analyse bibliométrique. Mais la production scientifique dans le domaine informatique offre cette caractéristique marquante de la différence entre une analyse effectuée directement à partir des items issus de ces colloques et leur fixation ou leur ancrage dans le cadre de périodiques prétendument reconnus (notamment par le JCR).

 

Sources : Andrea Kienle, Martin Wessner « Principles for Cultivating Scientific Communities of Practice » Communities and Technologies 2005  Proceedings of the Second Communities and Technologies Conference, Milano 2005. Ed. Peter Van Den Besselaar, G. De Michelis, J. Preece, C. Simone, pp 283-299. Dordrecht : Springer [e-books], 2005. Version O.A. http://www.socio-informatics.info/fileadmin/IISI/upload/C_T/2005/Paper15C_T2005.pdf

Manh Cuong Pham, Ralf Klamma, Matthias Jarke « Development of Computer Science Disciplines – A Social Network Analysis Approach » Social Network Analysis and Mining, November 2011, Volume 1, Issue 4, pp 321-340. Version O.A. http://arxiv.org/pdf/1103.1977

Sedki Allaoui Impact du financement sur la production scientifique des chercheurs à l’échelle des individus en nanotechnologie au Québec  École polytechnique de Montréal, 2011. http://publications.polymtl.ca/746/1/2011_SedkiAllaoui.pdf  Extrait cité p. 29 ; commenté dans: Catherine Beaudry, Sedki Allaoui « Impact of public and private research funding on scientific production: The case of nanotechnology » Research Policy, Volume 41, Issue 9, November 2012, pp 1589-1606

 

Manuel Durand-Barthez

Membre de l’URFIST de Paris. Formation SHS, professionnellement plutôt tourné vers les STM.

More Posts - Website

Synthèse de la 4ème Journée nationale d’étude du Réseau des URFIST

La Quatrième journée nationale du Réseau des URFIST : Trente ans de politiques scientifiques 1982-2012 (26 novembre 2012) a célébré le trentième anniversaire de cette structure, en analysant la politique de l’IST en vigueur durant les trois dernières décennies, tant en France que chez nos voisins britanniques et néerlandais.

Cette manifestation a connu un franc succès, contraignant les organisateurs à restreindre l’accès des nombreux inscrits (253) aux 180 places mises à disposition.

 

Trois volets ont balisé ce séminaire :

–      la genèse du réseau URFIST et, plus largement celle d’une politique française de l’IST

–      un regard extérieur sur les politiques à l’étranger avec l’exemple du Royaume-Uni et des Pays-Bas

–      la problématique de l’IST dans les institutions françaises aujourd’hui ainsi que ses perspectives d’avenir

 

Le public était majoritairement constitué de bibliothécaires sans que cette proportion (57 %) soit exceptionnellement élevée. Nombreux sont les personnels affectés à la gestion documentaire des laboratoires ou d’autres personnels ayant des qualifications de veille dans le milieu de la recherche, qui se sont rangés dans la catégorie alternative « autre » (35 %). Enfin, les enseignants-chercheurs représentent 8 % du panel, minorité tout à fait appréciable dans ce contexte, même si l’accroissement de ce public dans de telles manifestations est toujours vivement souhaité.

 

Le détail des présentations et leur captation vidéo ont été mis en ligne sur le Blog Urfistinfo.

 

Les trois conférences inaugurales ont permis de restituer le contexte des mutations technologiques profondes qui affectèrent voilà trente ans la recherche et l’innovation. Dans cet environnement naquit en 1982 le Réseau national URFIST, projet original associant des enseignants-chercheurs spécialisés en Sciences de l’information à des professionnels de la documentation issus du corps des Bibliothèques.

 

Pérennisé, ce projet alors initié par la Direction des Bibliothèques, des Musées et de l’Information scientifique et technique (DBMIST) continue de faire ses preuves en traversant diverses phases qui remettent positivement en question les contours du métier et la définition des profils de postes, en matière de formation, de veille, de recherche et d’expertise liées à l’information scientifique numérique.

De même, au niveau des pratiques informationnelles, les changements très significatifs et réitérés constatés ces dernières années, modifient les modalités d’usage des équipements documentaires. Les bibliothèques constituent en quelque sorte à cet égard des laboratoires où s’analysent au quotidien ces variations comportementales dans l’acquisition des connaissances. C’est le motif pour lequel le Réseau des URFIST coopère avec l’ADBU (Association des Directeurs de bibliothèques universitaires) représentée notamment lors d’une table ronde.

 

Ce panorama se devait d’être complété par un regard comparatif sur des expériences étrangères. Les expériences britannique (JISC) et néerlandaise (SURF) reposent sur des organismes transversaux qui pénètrent toutes les structures universitaires et de recherche et bénéficient de stratégies nationales de soutien à l’IST. En France, la jeune Bibliothèque Scientifique Numérique (BSN) affiche résolument des objectifs similaires qui engagent favorablement l’avenir en ce sens, comme l’a rappelé Michel Marian dans sa conclusion.

La cohérence de l’action conjuguée du JISC et du SURF en fait des acteurs efficaces de structures européennes, telle le Knowledge Exchange Group aux côtés de l’Allemagne, du Danemark et de la Finlande. Le caractère brillant et convaincant de ces deux présentations suscite à juste titre l’espoir d’une coopération française.

 

Cette Journée a permis de valoriser la jeune Association du réseau des URFIST (ARU), fondée en janvier 2010, dont l’objectif consiste à « promouvoir la formation à l’information scientifique et technique et la culture informationnelle et de représenter les URFIST auprès des instances scientifiques, politiques et associatives. » (article 2 des statuts). Le succès de cette rencontre, confirmé par des évaluations très positives, augure favorablement de l’avenir de cette association, au dynamisme de laquelle tous les acteurs de l’IST sont invités à prendre part.

Manuel Durand-Barthez

Membre de l’URFIST de Paris. Formation SHS, professionnellement plutôt tourné vers les STM.

More Posts - Website

Éthique, évaluation, publication

La publication de l’article relatif au Boson de Higgs dans Physics Letters B suscite une nouvelle fois l’occasion de poser des questions cruciales sur l’éthique en matière de publication scientifique.

Le journal en question est publié par Elsevier dans un contexte de Golden O.A., dans le cadre des initiatives de SCOAP3, consortium monté par la communauté des chercheurs en Physique des Hautes énergies, pionnière en matière de libre accès. Agissant pour le compte de SCOAP3, le CERN a sélectionné 12 périodiques publiés par 7 éditeurs en vue de financer la publication d’articles. En 2011, étaient concernés 6600 articles. Sachant que le coût moyen nécessaire à la communauté pour payer le droit de publier dans ces revues se chiffre dans une fourchette allant de 1000 à 2000 $ par article, et que l’on souhaite épargner, autant que faire se peut, la contribution des laboratoires « auteurs », c’est au consortium qu’il appartient de régler la note, pour l’instant à hauteur d’environ 90 %. Idéalement, il faudrait financer le coût des 10 000 articles que cette communauté publie annuellement, chiffre à multiplier par le coût moyen que réclament les éditeurs à fort facteur d’impact pour chaque texte accepté.

On en revient toujours à l’implacabilité du système des facteurs d’Impact notamment dénoncé dès 2003 par Peter A.Lawrence et David Colquhoun dans Nature. Nul n’est d’ailleurs surpris outre mesure par le fait que ces critiques acerbes soient publiées dans un périodique qui, précisément, se distingue par son excellent I.F. Là comme ailleurs, la culture du paradoxe n’étonne plus.

Le groupe Nature  est représentatif du secteur biomédical dont on s’accorde à dire aujourd’hui qu’il est, sinon le seul, du moins le plus adapté à la structure du système d’évaluation fondé sur l’I.F. Les dérives dont pâtit la publication scientifique dans ce secteur sont connues depuis longtemps mais semblent s’accroître de façon significative ces dernières années. La compromission avec l’industrie pharmaceutique peut paraître anecdotique, mais elle est bien réelle et ses effets délétères ont déjà fait l’objet d’articles plus ou moins retentissants.

Ceux-ci relatent entre autres deux types de censure ; d’une part, celle que peut exercer la rédaction d’une revue sur les critiques émises par tel ou tel spécialiste à l’encontre d’articles susceptibles de vanter les mérites d’une molécule ou d’une méthode de thérapie chimique. D’autre part la censure exercée par défaut ou par omission lorsque les rapports émis négativement par la Food & Drug Administration à propos de telle molécule, sont passés sous silence ; non pas sur son éventuelle toxicité ou dangerosité aux doses prescrites, mais sur son inefficacité dans les essais cliniques par rapport à des placebos, par exemple. De même sur les effets secondaires, les rapports de la FDA peuvent être biaisés lors de la publication. Cet état de fait est assez grave, compte tenu de l’importance que l’on accorde aux Clinical Trials dans la recherche d’information médicale aujourd’hui.

Par ailleurs (mais certes, le secteur biomédical n’est pas le seul concerné), l’introduction grandissante de reviews dans les sommaires permet une augmentation « sournoise » des I.F. C’est le cas de la politique amorcée en la matière depuis quelque temps par The Lancet. On connaît bien cet épiphénomène de la course à l’I.F. que représente la diffusion et la très abondante citation des reviews. Il a néanmoins l’avantage de ne pas nuire à l’honnêteté intellectuelle et à la qualité de la recherche dans la mesure où ce type d’article ne sous-tend aucune réelle investigation élaborée en laboratoire.

Plus problématique est le phénomène de la vitesse contre lequel s’insurge le mouvement de la Slow Science. Car la nécessité de proposer rapidement de nouveaux résultats se traduit par des textes nombreux et parfois « risqués » dans leur contenus car n’ayant pas fait l’objet d’une contre-expertise suffisamment étoffée ou démultipliée, qui précisément implique du temps. Les études sur l’accroissement du phénomène de rétractation, i.e. de retrait d’articles (retraction  en anglais) sont nombreuses et s’accompagnent de constitution de bases de données ainsi que de blogs spécifiques.

« Depuis 2001, tandis que le nombre d’articles publiés dans les périodiques de recherche a cru de 44 %, le nombre de papiers ayant fait l’objet de rétractation s’est multiplié par 15, selon une enquête diligentée par Thomson Reuters pour le compte du Wall Street Journal. On ne relevait que 22 retraits en 2001, mais 139 en 2006 et 339 en 2010. De janvier à juillet 2011, le Web of Science en a compté 210. », rapporte Gautam Naik dans le WSJ (10 août 2011). Nature, Science et Cell sont des vedettes du genre.

 

Les Sciences humaines semblent être plus raisonnablement à l’abri de ces phénomènes de vitesse.  L’évaluation dans le domaine SHS représente à elle seule un vaste chantier, un sujet d’une importance capitale qui doit sortir de la gangue du silence ou de l’ombre portée par les méthodes appliquées dans le domaine STM. Les initiatives inspirées par l’IN-SHS du CNRS, comme JournalBase ou RIBAC, ou bien celles que suscite la Conférence des Publications en Psychologie de Langue Française (CPPLF) vis-à-vis de l’AERES et des éditeurs, constituent des avancées considérables que doit encourager la communauté. Les préconisations souvent timides du rapport du CDHSS d’octobre 2010 (pages 77 à 94) ont en effet pour caractéristique d’être perfectibles.

 

Manuel Durand-Barthez

Membre de l’URFIST de Paris. Formation SHS, professionnellement plutôt tourné vers les STM.

More Posts - Website

Ouverture du blog dédié à la journée d’étude nationale des Urfist le 26 novembre 2012

Le blog dédié à cette manifestation est désormais public et vous pouvez le consulter à l’adresse suivante :
http://urfistreseau2012.wordpress.com/

Vous y trouverez

  • le programme (problématique et descriptif de la journée)
  • la présentation des intervenants
  • le résumé des interventions
  • les informations pratiques pour vous rendre à la journée
  • et enfin les différents supports de communications au format PDF vous permettant de faire la diffusion de l’organisation de cette journée auprès des publics de vos institutions.

Pour ceux qui souhaiteraient participer au débat en amont, n’hésitez pas à nous le faire savoir en remplissant le formulaire de contact (sou-menu de la rubrique « crédits photos »). Nous vous enverrons des identifiants vous permettant de vous connecter à notre blog !

Les chercheurs de demain: une étude du JISC sur les pratiques informationnelles des doctorants

Le JISC (Joint Information Systems Committee) en partenariat avec la British Library vient de publier une étude incontournable pour ceux qui s’occupent des formations doctorales et/ou qui s’intéressent à l’évolution des pratiques informationnelles et numériques dans le milieu de la recherche et de l’enseignement supérieur.

« Researchers of Tomorrow » étudie par le biais d’une enquête les comportements des doctorants de la « génération Y » (nés entre 1982 et 1994). Débutée en 2009, l’étude a concerné 17000 doctorants de 70 universités du Royaume-Uni.

La présentation met en valeur les résultats suivants:

  • Les doctorants sont de plus en plus dépendants des sources secondaires (articles de revues, livres…) et se détournent des sources primaires (sources primaires archivistiques ou grands ensembles de données).
  • L’accès aux sources pertinentes est une contrainte majeure pour les doctorants / pour le progrès de la démarche doctorale. L’accès par authentification et les limitations imposées par les licences des ressources sous abonnements, comme les revues numériques, sont particulièrement problématiques.
  • L’Open Access et le copyright se révèlent une source de confusion pour les doctorants plutôt qu’un encouragement à l’innovation et à la recherche collaborative.
  • Cette génération de doctorants œuvre dans un environnement où leur pratique de recherche n’utilise pas le plein potentiel des technologies innovantes.[1]
  • Les doctorants sont insuffisamment formés ou informés pour être en mesure de saisir pleinement les dernières opportunités offertes dans l’environnement de l’information numérique.

L’étude s’adresse, selon son introduction, particulièrement:

  • aux décideurs des institutions d’enseignement supérieur, notamment en insistant sur le rôle décisif des directeurs de thèse;
  • aux bibliothécaires, notamment en soulignant les enjeux liés aux abonnements aux revues électroniques et leur rôle potentiel de médiateurs et de soutien;
  • aux financeurs, notamment pour les questions liées au libre accès et à l’importance du partage;
  • aux éditeurs et autres services de fourniture d’information scientifique en soulignant l’importance des outils liés aux produits et services.

Liens utiles:

___

[1] Dans l’introduction le rapport insiste sur le fait que ce décalage n’est pas à mettre au débit des doctorants eux-mêmes: « Les doctorants de la génération Y sont des chercheurs d’information sophistiqués et des utilisateurs de sources d’information complexes. Ils ne sont pas déroutés par la technologie et sont précisément au fait de questions critiques comme l’autorité et l’authenticité dans la recherche et la collecte des preuves. »

30 ans de politiques d’Information scientifique 1982-2012 : 4ème Journée nationale du Réseau des URFIST

L’Association du Réseau des URFIST (Unités régionales de Formation à l’Information scientifique et technique) vous convie à la 4ème Journée nationale du Réseau des URFIST sur le thème « 30 ans de politiques d’Information scientifique 1982-2012 » le 26 novembre 2012.

 

Où en sommes-nous aujourd’hui de la politique nationale de l’IST ?

Sous le vocable d’Information Scientifique et Technique, on entend aussi bien les données de la recherche que l’infrastructure qui les supporte. Un regard rétrospectif sur l’histoire de l’information scientifique et technique depuis une cinquantaine d’années montre que celle-ci a toujours été au triple croisement de la science, de la technologie et du politique.

Introduction par Michel Roland, Président de l’Association du Réseau des URFIST, responsable de l’Urfist de Nice-PACA-Corse

Avec les interventions de :

Denis Varloot, ancien Directeur de la DBMIST au Ministère de l’Education nationale, fondateur des URFIST en 1982

Lydia Mérigot, anciennement responsable de la Formation à la DIST puis à la DBMIST

Rémi Barré, Professeur de Politique scientifique au CNAM, ancien directeur de l’OST

Ghislaine Chartron, Professeur titulaire de la chaire d’Ingénierie documentaire du CNAM, Directrice de l’INTD

Jean-Max Noyer, Enseignant-chercheur à l’Université de Nice Sophia Antipolis

Simon Hodson, Programme Manager au JISC (Royaume-Uni)

Marc Dupuis, e-Research programme manager, SURF Foundation (Pays-Bas)

 

Table ronde « Mutations de l’IST et conséquences sur la formation à l’information » avec :

Christine Berthaud, Directrice du CCSD-CNRS

Olivier Ertzscheid, Enseignant-chercheur à l’Université de Nantes

Odile Hologne, Directrice de l’unité Valorisation / Information Scientifique et Technique à l’INRA

Marie-Joëlle Ramage, Enseignant-chercheur, Chargée de mission TICE à l’Université Paris-Sud

Jean-Emile Tosello-Bancal, Directeur de la BIU Cujas, ancien Chef de Bureau à la SDBIS

 

Intervention conclusive de Michel Marian, Chef de la Mission de l’information scientifique et technique et du réseau documentaire (MISTRD) au Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche

 

Lundi 26 novembre 2012

 

UNIVERSITÉ DE PARIS-DIDEROT / Paris 7
Amphithéâtre BUFFON
15 rue Hélène Brion
75013 PARIS
Métro (ligne 14) ou RER C : station Bibliothèque François Mitterrand (sortie Avenue de France)
Bus 62, 64, 89, 325

 

Inscription gratuite mais obligatoire sous :

http://urfist.enc.sorbonne.fr/sygefor/journee/41

Manuel Durand-Barthez

Membre de l’URFIST de Paris. Formation SHS, professionnellement plutôt tourné vers les STM.

More Posts - Website

Le Data Usage Index (DUI): méthodologie bibliométrique et données factuelles

Deux chercheurs travaillant en Scandinavie, Peter INGWERSEN et Vishwas CHAVAN, ont commis le 15 décembre 2011 un article dans BMC Bioinformatics, intitulé « Indicators for the Data Usage Index (DUI): an incentive for publishing primary biodiversity data through global information infrastructure ». Il s’agit d’appliquer des principes de calcul bibliométrique à des données factuelles issues de réservoirs spécialisés.

Les logs d’un serveur de données taxonomiques servent de banc de mesure. Il s’agit du Global Biodiversity Information Facility, projet scientifique international associant des taxons à des zones géographiques.

Le périmètre d’analyse (> 300 millions de données issues de 344 sources institutionnelles spécialisées sur la Biodiversité) ordonne les indicateurs en 5 dimensions : géographique, taxonomique, chronologique, volumétrique et pratique. La géographie recouvre les régions ou pays de localisation des fournisseurs de données (sources institutionnelles) ; la chronologie concerne la fenêtre temporelle de l’analyse (d’une semaine à six mois…) ; la volumétrie désigne le nombre de données prises en compte et la pratique (ou usage) est subdivisée en deux actions : la recherche (interrogation ou requête) et le téléchargement.

Ces 5 dimensions sont quadrillées à travers un tamis de 14 indicateurs définis clairement dans un tableau synthétique.

Les calculs sont pondérés par trois types de variables : la dimension chronologique des fenêtres (durée sur laquelle porte l’échantillonnage) ; les différences propres aux profils ou aux caractéristiques des sources de données interrogées (ce qui peut correspondre à certains égards aux spécificités disciplinaires en bibliométrie classique) et enfin le volume des corpus ou échantillons d’analyse.

Il est difficile voire impossible de se fonder sur les très rares références aux banques de données factuelles citées dans les bibliographies terminales d’articles, pour se faire une idée de l’usage et de la pratique informationnelle des chercheurs vis-à-vis de ce type de Data. Le cadre du DUI proposé par Ingwersen et Chavan contribuera efficacement à mieux connaître à la fois les sites fournisseurs de données et l’utilité ainsi que l’usage de celles-ci dans tel ou tel domaine de la Recherche.

Manuel Durand-Barthez

Membre de l’URFIST de Paris. Formation SHS, professionnellement plutôt tourné vers les STM.

More Posts - Website