Information + media + computer + critical… literacies = transliteracy

Un nouveau concept vient d’apparaître,
à ajouter au florilège des nombreuses « literacies »
: la transliteracy.
Il est expliqué en détail
dans un texte collectif important, écrit par plusieurs
chercheurs américains et britanniques, publié dans le
volume 12 de First Monday, du 3 décembre dernier :
« Transliteracy:
Crossing divides
», écrit par Sue
Thomas, Chris Joseph, Jess Laccetti, Bruce Mason, Simon Mills, Simon
Perril, et Kate Pullinger.

Retenons seulement ici la définition
de cette sorte de  "super-literacy", grâce à la traduction
française
sur le blog Relief
de François Guité :  « Les auteurs définissent
la translittératie comme « l’habileté à
lire, écrire et interagir par le biais d’une variété
de plateformes, d’outils et de moyens de communication, de
l’iconographie à l’oralité en passant par
l’écriture manuscrite, l’édition, la télé,
la radio et le cinéma, jusqu’aux réseaux sociaux »
. »

En tout cas, quoi qu’on en pense, un texte à lire absolument par
tous les acteurs français de la « maîtrise de
l’information » !  Et une critique à lire également
sur le blog de l’ami Olivier
(des Egarés, pas d’Affordance…).

Pour ma part, j’attirerai juste l’attention sur une dimension particulière de ce texte.
Le concept, comme le collectif
d’auteurs, est issu d’un projet plus important, né en 2005, le
Transliteracies
Project
, projet développé à l’Université
de Californie de Santa Barbara et regroupant des chercheurs de
plusieurs horizons : informatique, sociologie, histoire, sciences
exactes, histoire de l’art… Une sorte de nouvelle « Conférence
Macy » multi et inter-disciplinaire (rappelons que les
Conférences Macy ont été le berceau de la
cybernétique dans les années 40-50 et rassemblaient
toute la crème de la science américaine, toutes
disciplines confondues : Bateson, Wiener, von Neumann, et bien
d’autres).
Ce type de projet multi-disciplinaire a
de quoi laisser rêveur en France, où les
sous-disciplines se parlent déjà à peine entre
elles et où les disciplines s’ignorent en général
souverainement. Quant à la coupure entre sciences exactes,
sciences humaines et sciences de l’ingénieur, elle semble parfois  tellement profonde qu’on en voit mal le dépassement.

Et si la « translittératie »,
terme auquel j’ai la faiblesse de préférer celui de
« culture informationnelle », qui me semble
plus explicite en français, était l’occasion de tisser
des liens entre  mondes différents ? Il faudrait déjà
commencer par ces trois « literacies », qui
restent encore trop souvent séparées : la computer,
la media et l’information literacy. Autrement dit, les
informaticiens (ou plutôt les enseignants en informatique !),
les sociologues des médias et les spécialistes de
l’éducation aux médias, et les
bibliothécaires-documentalistes, formateurs de la « maîtrise
de l’information ».
En bref, EATIC (éducation aux
TIC) + EAM (éducation aux médias) + EAI (éducation
à l’information) = EACI (éducation à la culture
informationnelle), variante française de la transliteracy…!
(puisqu’on aime les sigles en France, ne nous privons pas !).
Il faudra revenir (plus sérieusement !)  sur ces questions.

AS

 

 



Citer ce billet
urfistinfo (2007, 28 décembre). Information + media + computer + critical… literacies = transliteracy. UrfistInfo. Consulté le 30 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v3ne

Une réflexion sur « Information + media + computer + critical… literacies = transliteracy »

  1. pintiniblog

    Transliteracy / Translittératie

    Urfist Info préconise, avec raison, la lecture de cet article: Transliteracy: Crossing divides (First Monday, vol. 12, n° 12) + d’autres liens sur la question dans le billet.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.